Communiqué de presse du 27 juillet 2015

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU SYNDICAT SUD ASF BRIVE

 

 

Suite à la dégradation constante des conditions de travail et face au refus de dialoguer de la direction régional des Autoroutes du Sud de la France (ASF) à Brive (19), le syndicat SUD ASF Brive avait prévu de déposer un préavis de grève du 30 juillet 2015 à 20:00 au 3 août 2015 à 08:00. Ce préavis n'a pas été pris en compte car la direction a subtilisé le pli contenant le dit préavis.

 

Le 15 juillet 2015, le Délégué Syndical Régional SUD ASF Brive envoyait par courriel à la directrice régionale et à madame Claire Casebasse-Serrigny (Responsable des ressources Humaines) le préavis de grève.

 

Le 16 juillet 2015, un salarié tentait de remettre "en mains propres" à madame Claire Casebasse-Serrigny (RRH) le préavis de grève. Refus catégorique de celle-ci, contrairement aux règles en usage à la direction régionale des ASF à Brive.

Face à l'attitude "fermée" de madame Claire Casebasse-Serrigny (RRH), le salarié expédiait en recommandé avec AR le préavis de grève (à l'attention de la directrice régionale), et ce quelques minutes après.

 

Les procédures des ASF veulent qu'une "commission de dialogue sociale" se réunisse suite à un prévis de grève. Le syndicat SUD ASF Brive n'a toujours rien reçu à ce jour.

 

Le 25 juillet 2015, le salarié ayant expédié le pli contenant le préavis de grève, reçoit une enveloppe en recommandé de madame Claire Casebasse-Serrigny (RRH) contenant, le pli OUVERT puis grossièrement recacheté contenant le préavis de grève du syndicat SUD ASF Brive et un courrier de "rappel à l'ordre" (tenant davantage de la lettre d'intimidation…).

Ce courrier apprend au salarié que le recommandé avec AR a été subtilisé par la direction le jour même de l'expédition, c'est à dire le 16 juillet 2015.

 

Ce même courrier de la direction est daté du 22 juillet 2015 et a été expédié le 23 juillet 2015. Ce qui veut dire que madame Claire Casebasse-Serrigny (RRH) a gardé par devers elle, et pendant 7 jours, le pli contenant le préavis de grève du syndicat SUD ASF Brive !

De ce fait, le prévis de grève devient caduque car hors délai pour en expédier un nouveau.

 

Plainte va être déposé par le salarié victime d'une telle pratique et il en informera les Inspections du Travail dont il dépend.

 

Le syndicat SUD ASF Brive se réserve le droit d'une action en justice et condamne avec la plus grande fermeté cette atteinte manifeste à la correspondance privée et au droit de grève.

 

Le syndicat SUD ASF Brive appelle l'ensemble des salarié-e-s à suivre l'appel à la grève déposé par d'autres organisations syndicales au niveau de la société ASF.

 

Ci –dessous, copie du préavis subtilisé par la direction régionale des ASF à Brive :

 

La Bachellerie, le mercredi 15 juillet 2015

 

Objet : Préavis de grève

 

LETTRE REMISE EN MAINS PROPRES

 

Madame la Directrice,

 

Conformément aux articles L2511-1, L2512-2 et suivants du Code du Travail, le syndicat SUD ASF Brive appelle à un arrêt de travail du jeudi 30 juillet 2015 à 20 heures jusqu’au lundi 3 août 2015 à 8 heures.

Cette grève concerne l’ensemble des salarié-e-s de la DRE Centre Auvergne.

 

Nos revendications sont les suivantes :

 

·       Pour l'embauche de saisonnier-e-s en nombre suffisant durant les périodes adéquates.

·       Pour le respect de la liberté des salarié-e-s à poser 3 semaines de congés consécutifs (ou plus) quelques soit la période de l'année.

·       Pour l'embauche de salarié-e-s en nombre suffisant afin de palier aux départs non remplacés, à une pyramide des âges vieillissante et à une perte du savoir-faire.

·       Pour la revalorisation du pouvoir d'achat par le biais des salaires.

·       Pour le respect total des conventions d'entreprise et d'établissement.

·       Pour le respect des salarié-e-s.

·       Contre la dégradation des conditions de travail, entrainant des accidents ainsi que des Risques Psychos Sociaux.

·       Contre la politique de "management" par la terreur et le chantage.

·       Contre les sanctions disciplinaires et licenciements abusifs.

 

Je vous prie d’agréer, Madame la Directrice, l’expression de ma considération distinguée.

 

 

Le Délégué Syndical Régional SUD ASF Brive

Rodolphe Gaziello

 

 

A La Bachellerie, le 27 juillet 2015

 

Communiqué de presse du 18 décembre 2013

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Le syndicat SUD ASF DRE Brive appelle à un arrêt de travail du vendredi 20 décembre 2013 à 04 heures jusqu’au lundi 23 décembre 2013 à  6 heures.

Cette grève concerne l’ensemble du personnel de la DRE Centre Auvergne (ASF).

 

Nos revendications sont les suivantes :

 

·      Pour l'embauche de saisonnier-e-s en nombre suffisant durant les périodes adéquates.

·      Pour le respect de la liberté des salarié-e-s à poser 3 semaines de congés (ou plus) pour les vacances d'été.

·      Pour le remplacement des postes vacants.

·      Pour la revalorisation du pouvoir d'achat au travers du levier des salaires.

·      Pour le respect total des conventions d'entreprise et d'établissement.

·      Contre la dégradation des conditions de travail, entrainant des Risques Psychos Sociaux.

 

Le syndicat SUD ASF Brive (mais aussi la CFDT et la CGT) appelle à un rassemblement des salarié-e-s devant les grilles de la DRE Centre Auvergne (ASF), Aux Brousseaux – BP 10025 USSAC 19317 Brive cedex, le vendredi 20 décembre 2013 à 10 heures.
 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU 3 FÉVRIER 2013

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 

Nouvelle hausse des péages autoroutiers en 2013 :

Le syndicat SUD ASF Brive tire la sonnette d'alarme

 

 

Le 1er février a eu lieu la traditionnelle hausse du prix des péages. Sur l'ensemble du réseau Vinci Autoroutes, elle est de 1,9% en moyenne.

Cependant, sur le réseau Autoroutes du Sud de la France (ASF), cette hausse est de 2,2%, soit 0,2% de plus que l'inflation moyenne en 2012.

Et dire que Vinci Autoroutes qualifie cette hausse de modérée. Les Français-e-s apprécieront...

 

Par son communiqué de presse du 25 janvier dernier, Vinci Autoroutes rejette la responsabilité de ces hausses sur l'Etat ; réflexe classique des grands groupes privés en France.

Vinci Autoroutes brandit un argument imparable : l'Etat perçoit 39% de taxes sur les péages. Si l'on suit cet argument, cela veut dire que Vinci Autoroutes empoche donc 61% de cash sur ses péages. En période de crise, nombre de sociétés aimeraient avoir de telles rentrées d'argent...

 

Vinci Autoroutes se plaint aussi de sa dette cumulée qui serait de 15 milliards d'euros mais le groupe oublie de dire que les ASF sont notées BB+ par Standard & Poor's et Baa1 par Moody's, avec perspective stable. Là encore, nombre de sociétés aimeraient avoir de telles notations...

Si Vinci Autoroutes pense que les autoroutes sont une si mauvaise affaire, que le groupe demande à être (re)nationalisé. Tout le monde y trouvera son compte.

 

Le syndicat SUD ASF Brive tire la sonnette d'alarme concernant cette nouvelle hausse du prix des péages. Trop, c'est trop !

 

En effet, les automobilistes et plus particulièrement les professionnels de la route (routiers, commerciaux, etc...) désertent de plus en plus nos autoroutes. Certains de ces professionnels ont comme consigne de ne plus les emprunter.

Les autoroutes sont chères, donc les clients les prennent moins, donc Vinci Autoroutes augmente ses tarifs, donc les clients les prennent moins, etc... C'est le serpent qui se mord la queue.

 

De plus, les grandes constructions sont terminées et de nombreux tronçons sont depuis très longtemps amortis.

Depuis la privatisation, Vinci Autoroutes a entamé une politique drastique de réduction des coûts en rognant sur les dépenses de sécurité, de matériels, d'entretien, etc... Quant à sa politique salariale, elle est basée sur de fortes incitations aux départs en jouant le pourrissement du dialogue social et la baisse organisée du pouvoir d'achat des salarié-e-s.

 

Mais alors, où va l'argent engrangé par Vinci Autoroutes ? Tout simplement dans la poche des actionnaires, depuis la privatisation.

 

L'image de notre entreprise est déplorable, tout comme sa politique, mais les salarié-e-s n'y sont pour rien. Celles-ci et ceux-ci font leur maximum pour satisfaire les clients, avec les moyens que la direction veut bien leur donner.

Que les clients ne pensent pas que les salarié-e-s des ASF sont des privilégié-e-s ; il n'en est rien.

 

Le syndicat SUD ASF Brive demande donc à nos clients de ne pas tenir rigueur aux agents autoroutiers mais de faire remonter leur mécontentement directement à la direction.

Contact presse

Rodolphe Gaziello
Tél : +33664864129
 
 
 
ce site a été créé sur www.quomodo.com