MAJ le 28/04/2021
Adresse
Téléphone

1990 macon

1990

1990 national macon

1998 daniel charollais demisionne de la ffpjp

DANIEL CHAROLLAIS IL A DEMISSIONNE DE LA F.F.P.J.R                
 Arrêt par jet de l'éponge
  • Daniel Charollais a 60 ans. Il est (jeune) retraité de l'enseignement technique.
  • Il a fait ses premières armes de dirigeant delà pétanque au sein de l'Amicale Boules de Chatenoy le Royal. Il a été partie prenante dans le premier titre de champion de France (cadets) conquis en 76 par Richard Géniaux, Bruno Genot et Eric Humbert.
  • Il a été élu le 10 janvier (jour de son anniversaire) 1981 au comité directeur de la F.F.P.J.P. •
  • En 1984, il a succédé à René Bernhard (qui devient président de la Ligue) à la tête du comité de Saône-et-Loire. Le point d'orgue de son action sera la réalisation (à laquelle il prend une part active) du siège du comité à Chalon.
  • Il passe le flambeau en 1996 à Jean Charles pour se consacrer à sa campagne présidentielle. Il est en effet candidat à la présidence de la F.F.P.J.P.
  • En janvier 1997 au congrès de Strasbourg il est battu par Claude Azéma qui succède au Cannois Henri Bernard.
 SANS DOUTE l'issue était-elle inévitable. La fracture provoquée par les élections au congrès de Strasbourg était trop profonde. Trop moche aussi.
 
Trahi par un ou deux des siens et battu sur le fil dans la course à la présidence de la F.F.P.J.P. alors que les calculs le donnaient gagnants, Daniel Charollais n'avait plus qu'à se soumettre au verdict des bulletins secrets. Son vainqueur le Jurassien et Parisien Claude Azéma avait beau jeu de lui proposer un rôle de numéro 2 qui restait à définir.
 
Daniel Charollais et Claude Azéma l'un Bourguignon, l'autre Franc-Comtois étaient voisins et amis. Ils ont été candidats à la présidence de la Fédération Française de Pétanque et Jeu Provençal. Et donc adversaires. L'un a gagné. L'autre pas. La rupture est aujourd'hui consommée.
 
Collaborer sans ambiguïté et avec pour seul objectif d'œuvrer à l'évolution de la fédération ». En faisant autant que possible abstraction de ses états d'âme, il s'est attelé à la double mission de responsable de la direction technique et sportive et de responsable de l'informatisation qui lui a été confiée. Deux tâches par parenthèse exaltantes et absorbantes.
 
Mais très vite « l'ambiance et les conditions de travail se sont dégradées ». Au point « de ne plus pouvoir exercer d'une façon sereine et efficace ». Au point aussi « de ne plus pouvoir supporter les décisions autoritaires du pouvoir en place et les zones de floue dans la gestion et le mode de fonctionnement du président. En particulier la situation équivoque que crée le rôle de consultant pour Canal + auquel il n'a pas renoncé ».
 
Daniel Charollais a une première fois exprimé ouvertement son ras-le-bol en interpellant le président fors du comité directeur traditionnellement réuni dans le cadre du championnat de France. C'était en juin dernier à La Roche s/Yvon. Par lettre expédiée quelques jours plus tard, Claude Azéma a pris acte d'une... manouvre électoraliste.
 
Dès lors pour Daniel Charollais lé point de rupture était atteint. Il n'avait plus trop le choix. C'était soit la guerre ouverte dans laquelle il n'a pas voulu s'engager parce que « ça n'aurait pas été sain pour personne ». Soit la démission. C'est cette dernière option longuement mûrie qui l'a emporté.
 
Daniel Charollais a fait part de sa décision lors du dernier comité directeur réuni samedi dernier au siège de la F.F.P.J.P. à Marseille. En son for intérieur il espérait qu'un geste ou quelques mots l'inciteraient à s'accorder un délai supplémentaire de réflexion. Ça n'a pas été le cas. Daniel Charollais ne cache pas son amertume et sa tristesse. Plus qu'un échec c'est un « gâchis ». Aujourd'hui il « n'a plus aucune responsabilité à quelque niveau de la pétanque que ce soit ». Il a « pris ses distances. Ce qui ne veut pas dire » qu'il « ne sera pas attentif à ce qui se fait ».
 

1998 national du Creusot

DIMANCHE. Matin pour disputer les 8° de finale les triplettes rescapées de la veille étaient à pied d’œuvre bien avant l'heure de la messe. Dans la fraîcheur du samedi soir et sous la lumière artificielle le dernier couperet était tombé sur les épaules glacés d'un prétendant nommé Pintado (Roanne) qui tomba face au jeune régional Jarkovski auteur de 6 carreaux. La Saône et-Loire était à l'honneur avec de très nombreuses triplettes et la présence de l'Isère grâce à Mercier-Baptiste-Modeste ou encore Radnic associé à Roig Pons et Nouvelle. Notre département était donc en position de force.
Père pas toujours à l'aise la veille se frayait un passage contre toute attente avant de subir la loi de Serrault. « Nous avons mal joué mais nous sommes contents de notre parcours ». Les Grenoblois s'offraient le vainqueur de l'an dernier et Berthelot expliquait : r, On menait 9-5 et on prend un coup de 5 points. ça tait mal ! » Les jeunes de Montceau Jarkovski pliaient bagages avec regrets : « J'aurai dû tirer la dernière ! » Ce concours très agréable à suivre s'en allait lentement vers son terme. Très lentement même car Radnic Joua 2 heures au niveau de la demie finale.
 
 National 1994 Triplettes

1/4 de finales -
Radnic bat Mercier-Baptiste-Modeste à 8 
Père bat Weiss -Duvernay-Jaillet â 4 ;
Serrault bat, Mazzeo litaudon- Moreau à 5
Pontaud bat Gonzales-Varennes-Szymanski al 0

1/2 Finale
Serrault bat Père-Michel-Charlot à 2
Radnic bat Pontaud-Cazalas7Berret à 2

Finale.
Serrault, Sauvage, Bluette battent Radnic, RoigPons, Nouvelle par 13 à 6 Progression du score :
2-0, 3-0, 5-0, 7-0, 7-4,8-4,8-6, 9-6 13.6
 
 Pénalisation après avertissement.
Son adversaire Pontaud mené 10 à 5 rétablissait une situation compromise en serrant 5 points en un mène.Et les deux triplettes se retrouvèrent ensuite à 12 partout. Du bon et du mauvais. Toujours est-il que Pontaud Cazalas-Berret avaient quatre boules en mains pour détrôner le 13e point de l'adversaire. Zombi » soufflait, priait. Le sol accusa quatre trous et Radnic accédait à la finale avec l'entente Châtenoy-Chalon de Serrault-Sauvage-Bluette.
 
En cette finale, le score pris rapidement de l'ampleur pour Serrault qui s'envola jusqu'à 7 à 0. En face Etienne Nouvelle le premier pointeur n'était pas trop à l'aise. Radnic revint à 8 à 4 avec en même temps un moral en forte hausse. Serrault ajouta un point et Radnic deux. Le gain de la partie se décida alors très vite. A 9-6 Bluette décida d'attaquer avec deux boules d'avance et des points en seconds. Le premier tir fit mouche. Sur le second tir la boule resta en place. Un carreau à donner bien des soucis à Radnic qui ne possédait plus qu'une boule à jouer et voyait son adversaire compter quatre points par terre. Donc la gagne Le grand « Zombi » arpenta plusieurs fois la distance entre le rond et le but et sacrifia à’ la pensée.
 
L'arbitre trouva le temps long et montre au poignet indiqua au joueur que les deux minutes étaient écoulées. Radnic retourna au rond et pris à nouveau son temps, en ce tournent vers la publiques en disant je vêts la jouer ma boule et je mettrai le temps qu’il le faux. Hélasse la boule fut sifflée et annulée.
 
Mr Ricci arbitre national avait prévenu les équipes avant le premier jet de but que les limites devaient être respectées.
  1. Ce fut fait Mais pas forcément au goût du nombreux public. Un peu de confusion certes, mais le sport à son règlement. La pétanque possède des règles elle aussi. a vu une de ses boule en finale annulée.
 
 
1998 Portrait
Jeannot Robert
Lorsque l'on veut s'inscrire pour le challenge National de pétanque d'Oullins, on s'adresse obligatoirement par Jeannot Robert.
Depuis le début de cette manifestation, chaque inscription passe en effet entre les mains de « Jeannot » qui peut se vanter de connaître le nom de la plupart des meilleurs joueurs régionaux
Pour preuve, la dernière anecdote de cette édition 98 « J'ai reçu un chèque au nom d'un joueur qu'il m'a semblé avoir déjà inscrit. Vérification faite, c'était bien le cas, car le joueur m'avait envoyé deux chèques dans deux enveloppes différentes pour la même inscription I Depuis que je m'occupe prendre les engagements pour les challenges nationaux, mêmes dans d'autres départements, j'ai acquis une bonne mémoire ».
Jeannot Robert est toujours en forme, il a ainsi été successivement organisateur, acteur et spectateur dans ce national. Nul doute qu'il n'oubliera pas de revenir l'an prochain.

1998 national de dijon

1998 dijon

1998 cdf bellerives

1999 saint remis championnat de bourgogne

CHAMPIONNAT DE BOURGOGNE SAINT-RÉMY 1999
Championnat de Bourgogne triplettes masculin et doublettes féminines Les Chalonnais Ducarouge, Brasseur et Abdallah gagnent leur billet pour Lunéville.
 Dimanche sur le terrain des Alouettes de Saint- Rémy se sont déroulé les championnats de Bourgogne triplettes masculins et doublettes féminines. Cette compétition organisée par la Pétanque de Saint-Rémy a séduit tous les participants. La présidente Christine Monvoisin et toute son équipe avaient «mis les petits plats dans les grands» pour que ce championnat soit une réussite totale.
Depuis le matin, l'équipe sanrémoise était à pied d'œuvre pour accueillir les joueurs venus de toute la Bourgogne. On notait ainsi la présence de Jean Charles, président du comité de Saône et Loire, entouré du président de secteur Alain Vercellone.
La triplette des Amis de la Pétanque Ducarouge, Brasseur et Abdallah ont réalisé un parcours sans faille tout au long de ce championnat venant à bout en finale des Côtes d'Oriens Dellamartire, Bouillon, Remondini 13 à 4. Cette victoire leur permet d'obtenir leur billet pour les championnats de France qui auront lieu à Lunéville les 26 et 27 juin.
 
 

1999 national de dijon

1999 National de Dijon
Les Mosellans l'emportent face aux Belges Le onzième National de Dijon s’est terminé dans une extraordinaire ambiance par une demi-finale et une finale de toute beau té disputées devant des tribunes combles. Le succès de cette épreuve est donc une fois de plus total et la pétanque a tout à gagner de week-end de ce type.
 
Les tours, joués en nocturne samedi, n'ont pas apporté de surprise et les favoris se retrouvaient de pied ferme à l'aube pour négocier la dernière ligne droite.
 
Les locaux de Genlis (Leclercq) quittaient le tournoi en seizième de finale tout comme d'ailleurs les Mâconnais (De  Simone). La nuit avait été propice à la triplette dijonnaise RoigPons mais le tirage au sort les plaçait devant les Belges en quart de finale. C'était signer un arrêt de mort mais les Dijonnais ont vendu chèrement leur peau en ne s'inclinant que par 13-11.
 
Bref, en demi-finale, les favoris, Vancapenhout, Radnic, Voisin, restaient aux commandes mais un outsider, venu de. Moselle (Benacquista) était venue s'intercaler Parmi les meilleurs.
 

1999 recyclage des arbitres de bourgogne a saulieu 21

Le 21/02/1999
 
 Les arbitres de Côte-d’Or en stage à Saulieu
La Boule sédélocienne présidée par Yves Brunet, qui préside également la commission arbitrage de Côte-d'Or, recevait dimanche dernier les arbitres du département pour une journée de formation.
 
Ce stage se déroulait sous la houlette de Georges Malet, arbitre international et de Mario Ricci arbitre national qui a permis une mise à jour de tous les notions pratiques et théoriques utiliser sur les terrains de pétanque lors des compétitions.

1999 cdf mixte

souvenir de HENri

1999 national de maco

1999 international de firminy

Firminy 1999
arbitre: Georges Mallet et Mario Ricci
 
Rypen Hureau Show extraordinaire aux joueurs de la Haute-Loire pour une place en finale. L'autre demi -finale a été très indécis. Les Cannois n'ont rien à perdre dans cette partie et si Le Dantec se détache légèrement, on retrouve les deux équipes à 9/9. Tout peut se produire dans cette partie. Ce sont finalement les Cannois qui craqueront laissant passer une belle occasion d'accéder à la finale.
 
L'équipe du Club France a' fait preuve de sang-froid dans les' moments importants et ont démontré que leur sélection ne devait rien au hasard.

2000 bicbo chalon

2000 cdf sargueminnes

 

2000 national de mâcon

2000 cdf Sarreguemines

2000 cdf provençal

2000 cdf

2001 championnat de saune et Loire

Toutes les conditions étaient requises pour ce qualificatif du secteur chalonnais sous la houlette du groupement chalonnais de pétanque.
 
En effet, la participation était exceptionnelle, 176 joueurs inscrits, un temps magnifique avec le soleil revenu tous les ingrédients pour jouer à la pétanque ». Grâce à une organisation parfaite sur les jeux de la route de Demigny tracés par les dirigeants du club du stade, les parties se déroulèrent sans problème.
 
Dans une ambiance conviviale et très sportive, les têtes à tête furent très disputées. On sait déjà qu'à l'issue de cette compétition, ils seront 20 bienheureux à jouer aujourd'hui sur le même site, le championnat départemental lui qualificatif pour les « France ». A savoir qu'il n'y aura qu'un seul élu. Chalon reste ainsi toujours un haut lieu de la pétanque départementale.
 
Ces concours sont toujours très prisés.
Ce concours qui relève du groupement chalonnais était présidé par Christine Monvoisin. Pour superviser et arbitrer cette épreuve d'un excellent niveau, deux arbitres MM. Mario Ricci et Pierre Marcellin.
Aujourd'hui, outre les seniors, ce seront les jeunes et les féminines qui occuperont également le devant

2001 cdf lure

2001 cdf véttérans

2001 cdf lure

2001 national de mâcon

Les ténors ont déchanté lors de ce 19e National de Macon.
 
 Qui veut déchirer sa licence après sa triste prestation, Billoet qui se tape les boules sur la tête, dégoûté ! Les ténors ont déchanté, victimes prématurées de la glorieuse incertitude de la pétanque.
 
Les quatre mille spectateurs qui ont assisté sur les deux jours à ce 19' national ont été à la fois satisfaits et frustrés, Satisfaits de voir la hiérarchie bousculée : Sirot, champion du Monde, Quintais, Milet, Radnic, Leca et même Florence Schopp sont passés à la trappe.
 
Frustrés les fidèles, les connaisseurs, qui sont restés pour cette finale, une ultime confrontation qui ne restera pas dans les annales.
 
Cailloce était pourtant bien parti mais par maladresse à un mauvais moment de la 5' mène, il laissait le champ libre à Bonny, tout heureux de l'aubaine. Ce dernier avait encore trois boules dans les mains et revenait au score. Les Cailloce-Messina-Coletta ne les reverraient plus.
 
La fête fut belle et déjà les responsables de la Pétanque mâconnaise pensent à l’année suivante.

2001 Valérie Agosta

 

2001 bicbo

 

2001 la clayette

 

2002 bourg-st andéol

arcolao

 

2001 montélimar

 

2001 la clayette

 

2002 bourg-st-andéol

Valérie avedikian

 

2001 trevoux

 

2001 la clayette

 

2002 bicbo

2003 saint marcel championnat 71

 

2003 championnat triplette senior

2002 national de bourg-saint-andeol

2003 cdsl tête à tête

 Championnat de saône-et-loire t.t
PETANQUE
LITAUDON (Mâcon) décroche sas troisième couronne
 
Après s'être adjugé de belle manière le titre régional à Avallon (1986), Joigny (1987), la couronne dé­partementale à Autun (1982) et en 1985, Bruno Litaudon a réussi la passe de trois hier en fin d'après-midi à Saint-Ger­main-du-Plain face au jeune espoir louhannais Jérôme Bernard, lequel se sera ré­vélé au grand public au terme d'un week-end exceptionnel. Outre le succès sportif de cette édition départementale 2003 du tête-à-tête, on re­tiendra aussi une organisa­tion de tout premier ordre de la Pétanque sangerminoise qui reçut d'ailleurs les félici­tations unanimes au terme de la journée, laquelle se ter­mina sous la pluie.
 
Mais avant la clôture sur le coup de 18 h 45, Bruno Litaudon fit parler son expé­rience face à ce gamin de 18 ans, sociétaire de la Dyna­mique Pétanque Louhan­naise. Incontestablement, Jé­rôme Bernard ne s'attendait nullement à venir titiller les meilleurs sur ce rendez-vous en Bresse Chalonnaise.
Le fait d'être déjà présent en 16, me comblait déjà » devait nous confier le jeune étudiant bressan qui s'offrit Gonzales de Gueugnon en quarts avant d'estoquer Em­manuel Sarre en demi-fi­nales.
 
De son côté, Bruno Litaudon avait sans doute à cœur d'ef­facer son échec pascal sur­venu lors des championnats de Bourgogne à Ozolles où il se fit assez stupidement sor­tir dans le dernier carré avec ses copains Michel Marchand et Serge Rodriguez.« lé n'étais pas retourné dans une com­pétition officielle de tête-à- tête depuis 1988 ,expliquait le discret sociétaire de la Pétanque Mâconnaise, c'est vous dire, si je suis satisfait de mon week-end, d'autant qu'il aura fallu terriblement s'ap­pliquer devant ce jeune et prometteur pétanqueur bres­san »
 
Au cours de l'ultime match qui devait durer 70 minutes, Jérôme Bernard prit du reste un départ en trombe pour mener les 4 premières mènes avant de gâcher (hélas) plu­sieurs boules décisives au tir. Dommage ! Mais il est sûr une l'on reverra le protégé de Jean-Pierre Bonin au plus haut niveau. Michel Sylvain
Les résultats
> Huitièmes de finale: Gonzales (Gueugnon) bat Chris­tophe Durand (Saint-Marcel 13-12; Thierry Berthelot (Sanvignes) bat Michel Mar­chand (Sanvignes)13-5; Fré­déric Michel (AP Chaton) bat Bluette (Sanvignes) 13-10; Boujard (Saint-Marcel) bat Geoffroy 13-9; Jérôme Ber­nard ( Louhans) bat Leureaud 13-5; Emmanuel Sarre (Cha­gny) bat Sauvage (Saint-Mar­cel) 13-10; Franck Coulon (Saint-Marcel) bat Boulicau 13-8; Bruno Litaudon (Mâ­con) bat Bruet (Sanvignes) 13-10
> Quarts de finale: Berthelot bat Franck Coulon 13-7; Ber­nard bat Gonzales 13-6; Sarre bat Boujard 13-12; Litaudon bat F.Michel 13-8
> Demi-finales: Bruno Li­taudon (Pétanque Mâcon­naise) bat Thierry Berthelot (Sanvignes) 13-11; Jérôme Bernard (Louhans) bat Em­manuel Sarre (Chagny) 13­10
> Finale: Bruno Litaudon bat Jérôme Bernard 13-9
Bruno Litaudon représentera le comité de Saône-et-Loire aux championnats de France du tête-à-tête qui auront lieu les 5 et 6 Juillet à Dijon.
Par ailleurs, Jérôme Bernard (Dynamique Pétanque Lou­hannaise), Thierry Berthelot, Bruet de Sanvignes, Boujard, Franck Coulon de l'Espérance Pétanque de Saint-Marcel), Emmanuel Sarre ( Chagny) Michel Marchand ( Mâcon); Gonzalès de Gueugnon sont qualifiés pour les prochains championnats de Bourgogne prévus à Saulieu.
                                                       
 

2003 cdsl triplette

 
2003 cd 71 Championnat Triplette Seniors
 
Zvonko Radnic, Stéphane D’Ath, Jean-Michel  Xisto —J’ai offert un spectacle de rêve hier en début de soirée sur les jeux du Breuil à Saint- Marcel où l'Espérance Pétanque et son président Jules Daubas reçurent les félicitations unanimes de l'ensemble des joueurs et dirigeants des clubs de Saône-et-Loire. Pour conforter une organisation de tout premier ordre, cette édition 2003 valut déjà de par son premier acte avec une hécatombe de surprises.
Effectivement, Touiller (Saint- Marcel), Aziz  Abdallah (AP Chalon), Couderc (Mâcon) passèrent très vite à la trappe de même que Laraize (Mâcon) sorti sans coup férir par Guyou (Chagny), tandis qu'au stade des huitièmes de finale, Marchand, Litaudon, Rodrigues eurent la déveine d'être éliminés prématurément par Zvonko Radnic et les siens. Là où ils avaient échoué dans la froidure pascale à Ozones, Radnic, D’Ath et Xisto surent se montrer à la hauteur de leur flatteuse réputation en plein cœur du bassin maraîcher chalonnais.
 Menés au score sur les 3 premières mènes par leurs adversaires Fabien, Thierry Moret, Nicolas Mazzeo, l'étonnante vista du slave aux points, le brio exceptionnel de D’Ath auteur d'un carreau exceptionnel dans la 8ème propulsèrent Radnic en tête (9/4). Mais le final fut époustouflant avec la bagatelle de 4 carreaux consécutifs ajustés avec maestria par le tandem D’Ath Xisto.
Mais il n'en demeure pas moins vrai que ces championnats de Saint-Marcel eurent aussi privilège à nous gratifier d'une compétition féminine particulièrement intéressante. Après qu'Annick Pacorel  associée à Dominique Rybak aient cédé sous les coups de boutoir des sœurs Guillemault (13/5), Anne et Isabelle Guillemault  parvinrent à sortir le grand jeu lors d'une finale qu'elles surent conduire à leur guise.
 
 TRIPLETTES MASCULIN.
 
 Quarts de finale:
  • Morret (Sanvignes) bat Gâteau ( Sanvignes) 13 à 10;
  • Planchard (AP Chaton) bat Oudard (Saint-Loup-de-Varennes) 13 à 11;
  • Radnic (Montceau Bellevue) bat Guyou (Chagny) 13 à 3,
  • Bonnot (Sennecey) bat Rativet ( Chamay) 13 à 8
Demi-finales:
  • Moret (Sanvignes) b. Bonnot-Morin- Dumont (Sennecey) 13 à 2;
  • Radnic (Montceau Bellevue) b. Planchard- Jean De Simone, Le gris (AP Ch) 13 à 4
 Finale:
  • Radnic-Xisto-D ’Ath (Montceau Bellevue) b. Mazzeo - Fabien et Thierry Morret ( Sanvignes) 13 à 4 .
  • Les deux triplettes finalistes obtiennent leur billet pour les Nationaux de Perpignan
 DOUBLETTES FEMININE :
 
Quarts de finale:
  • Adam (Bourbon) bat Pitoun (Montceau Bellevue) 13 à 10;
  • Saulnier (Blanzy) bat Nouillot (Mont rom) 13 à 10;
  • L’anglet (Mâcon) bat Thévenet (Montceau Bellevue) 13 à 8;
  • Guillemault (Saint-Germain-du-Bois) bat Pacorel (Montceau Bellevue) 13 à 5
Demi-finales:
  • Guillemault (Saint-Germain du Bois) b. Adam-Vendange (Bourbon-Lancy) 13/ 7;
  • L’anglet (Pétanque Mâconnaise) b. Saulnier - Henry (Blanzy) 13 à 6 .
Finale:
  • Guillemault (Saint-Germain-du¬Bois) bat L’anglet-Pepe (Mâcon) 13 à 4
Isabelle et Anne Guillemault décrochent leur billet pour les championnats de France prévus
les 13, 14, 15 juin à Périgueux

2003 cdf lamoura

2003 lamoura

2003 saint marcel

2004 paris

 

2004 bicbo

2004 arbitres

 

2004 bicbo

2004 formation

 

2004 les arbitres

2004 cdf nevers

 

2004 cdl provençal

 

2004 cdsl

2004 nevers

 

2004 cdl provençal

 

2004 cdsl

2004 nevers

 

2004 cdl provençal

 

2004 cdsl

2005 recyclage des arbitres du cd 71

Recyclage des arbitres à Chalon
Les arbitres de Saône-et-Loire étaient réunies au siège du comité départemental pour une réunion Annuelle dimanche dernier ayant pour thème le recyclage des arbitres. Ils ont assisté à une projection présentée par Mario Ricci (membre de la commission nationale d'arbitrage) et commenté par René Vervier (responsable des arbitres du département) consacrée au règlement mais aussi à des situations sur le terrain. Une séance de recyclage très appréciée où de nombreuses questions ont été posées par les arbitres et notamment par les jeunes stagiaires. L’après-midi a été consacré à l'attribution des concours à arbitrer en 2006. Reste à désigner les arbitres pour la coupe de France.
 
 
 

2005 le trophée du progrès et obut

Georges Putz, passionné du trophée   
 
Des vingt finales du trophée « Le Progrès-Obut », il en a arbitré une quinzaine. Georges Putz est un des visages de la compétition Il n'est pas recommandé de se fier aux apparences, il l'est tout autant avec
les certitudes.  En battant, avec la manière (lire ci-dessus), l'équipe menée par le multiple champion national Wilfried Chapeland,
 la triplette Mielle Malowski-Magnien a créé une petite surprise.
 
Spectateur privilégié de la rencontre avec sa casquette d'arbitre national, Georges Putz apporte la deuxième surprise :
 « Je préfère arbitrer ce type de match plutôt qu'un championnat d'Europe par exemple. »  Georges Putz s'avère en fait être un passionné de ce trophée. Ce qui lui plaît, c'est « l'ambiance, Elle est meilleure que dans les concours départementaux que l'on a l'habitude de voir. Les joueurs semblent être attachés à ce trophée, et la preuve, c'est que chacune des seize étapes qualificatives attire entre 70 et 80 triplettes. On y voit plus d'amitié entre les joueurs que dans d'autres concours. Et je peux le dire car ça fait trente ans que j'arbitre et l'ambiance s'est beaucoup détériorée. » « Il faudrait quelques modifications profondes » Autre explication logique à cet attachement, ce trophée n'est certes pas le sien, mais c'est tout comme.
 
Il y a une dizaine d'années, de 1990 à 1997, il était membre de la commission « Le Progrès » au comité départemental de pétanque.
 
Trois à quatre chevilles ouvrières qui décident des dates et des lieux des épreuves qualificatives et des finales. « Et puis, ajoute- t-il, sur les vints éditions, j'ai dû en arbitrer une bonne quinzaine. » Dont la dernière, hier, sur le stabilisé de Grenay.
 
Une raison pour laquelle il veut dire son mot, aujourd'hui encore : « Le jeu perd de son attrait. Et il faudrait apporter quelques modifications profondes.
 
Dans le système de qualifications par exemple, il faudrait permettre à plus d'équipes de se qualifier. Puis faire une grande finale avec 128 triplettes sur une journée et demie, du samedi au dimanche. » Le souhait de Georges Putz est-t-il réalisable ? Il faudrait pour cela recueillir l'approbation du comité départemental et même lui semble dubitatif quant à une modification du Système de qualification.
« C'est resté dans les tiroirs », regrette-t-il. Il faudrait, en fait, une nouvelle surprise.
 

2005 cdb guerigny

 

2005 cdb guerigny

2005 cds ozolles

 

2005 guerigny

2005 guerigny

 

La boule florian

2005 championnat de france

 

2005 international bicbo

2005 championnat de France

2007 cdsl

 

2009 cdsl

2007 nat. mâcon

 

2008 cdf triplitte

 

2009 cdsl

2007 cdsl

 

2009 cdsl

2011 cdb

2011 cdb

2011 cdb