image1.jpg
image2.jpg
image3.jpg
image4.jpg
image5.jpg
image6.jpg
image7.jpg
image8.jpg
image9.jpg
image10.jpg
Récit de Jean-Claude LEVEQUE
Suivi des précisions de Francis HIBON
 

 

Merci Jean Claude pour ce résumé qui ne me rappelle que de bons souvenirs.
Il est très complet et reflète bien le week-end passé sur le vélo.
Cependant, afin de ne pas décourager quelques futurs volontaires pour ce brevet, qui est vraiment à faire je voudrais simplement revenir sur un chiffre.
Si je partage tout à fait la distance annoncée, à savoir 322 km, au niveau du dénivelé il me semble que ce soit un peu moins qu'annoncé.
L'organisation prévoit 5 257 m, toi tu es à 6 135 m et mon compteur indiquait 5 740 m.
Après le col de l'Aubisque, au moment où les dénivelés sont les plus marqués, j'avais 200 m d'écart.
le second jour, le col d'Osquich semble la seule difficulté, mais comme nous l'avait dit un membre de l'organisation au ravitaillement en haut de ce col , "j'espère que vous en avait gardé sous le pied car le plus dur n'est pas passé".
Il avait tout à fait raison car s'il ne restait plus que 80 km qui semblaient sur les cartes en descente, nous avons eu de belles surprises.
Nous avons eu droit à de la belle tôle ondulée et bien marquée. C'était presque plus éprouvant que de monter un col.
Pour résumer, je pense être plus proche de la réalité avec mes 5 740 m de dénivelé positif.
Mais il faut que tous les cyclos le sachent, c'est tout à fait réalisable. Plusieurs membre de l'ASPTT Châlons sont en capacité de réussir ce brevet.
Il faut l'avoir presque plus dans la tête que dans les jambes, même s'il faut un minimum de km avant.
La leçon à retenir est que c'est beaucoup plus sympathique de le faire à plusieurs.
Je n'aurai qu'un seul regret c'est le manque d'images souvenir dans les yeux pour la première journée, celle qui sous un temps dégagé nous aurait permis de découvrir de superbes panoramas. Une seule question, si nous avions eu la température de la semaine précédente, environ 30°, est-ce que nous l'aurions aussi bien passé ?
La réponse à venir lors d'une prochaine édition ?
Plus sérieusement pour moi c'est fait et je ne dit pas que j'y retournerai pas mais en ne faisant que quelques cols par jours, avec une météo plus favorable.
Ce que Jean Claude ne dit pas dans son résumé, c'est qu'à Eaux-bonne je claquais des dents en l'attendant.
J'ai certainement fait le mauvais choix de m'habiller en court. Mais la pluie et le froid avaient eu raison de mon optimisme.
malgré tout ce n'est qu'à partir du haut du Soulor que nous eu le plus mauvais temps.
Par contre, si Jean Claude est optimiste dans son dénivelé, il ne rapporte pas les bons pourcentages que nous eu dans ce fameux Soulor.
Nos compteurs se sont affolés à plusieurs reprises en indiquant des passages à plus de 18 %, certes courts, mais il fallait tirer sur le cintre.
Pour fini je ne dirai qu'une chose, que du bonheur !!
Jean Claude merci encore pour ton résumé et pour m'avoir entrainé dans un brevet que je pensai au départ irréalisable pour un cyclo de mon niveau.
J'ai honnêtement presque regretté à un moment d'avoir souhaité t'accompagner, mais l'envie de réussir le jour J a été plus forte et je ne conserve que de supers souvenirs.
En conclusion, à tous ceux qui se posent la question, pas d'hésitation, c'est à faire au moins une fois dans sa vie de cyclo.

Pour ma part, l'année est bien remplie avec un magnifique tour de Corse et ce brevet pyrénéen.
Peut être à très bientôt sur les routes marnaises.
Amitiés à tous et encore merci Jean Claude pour m'avoir emmené dans ce qui doit être une belle région.
Francis


création de site internet avec : www.quomodo.com