Adresse
/
Téléphone
 

Brevet d’Automne, Groupe C, Dimanche 27/09/2020.

 La matinée commence bien, elle en avait envie, elle s’est donné les moyens, même dans la difficulté elle a le sourire, je vous annonce officiellement que Valérie est devenue ce matin la 56èmè membre de notre club, bienvenue chez les mordus du vélo. Peu de monde au départ des brevets ce matin, groupes A et B, 3 cyclos, Groupe C, 5 membres. Le vent va nous aider pour le départ et va nous pousser jusqu’à Fauville. Il est vrai que pour commencer un brevet, l’aide d’Eole pendant une petite trentaine de kilomètres est agréable. Rien de spécial dans la vallée, un baptême de la côte du bois pour notre nouvelle recrue, c’est en passant près d’Hattenville que nous voyons arriver en face de nous la Reine du village qui est venue jusqu’à Bec de Mortagne et est repartie croyant que nous allions la rattraper mais avec l’aide de l’assistance éolienne, Nicole, même sans la boisson avec de la taurine, avait des ailes. Elle fait route jusque Fauville mais malheureusement, la pluie arrive et nous revêtons la bâche. Un petit café pour nous tenir chaud, Joël nous offre le jus pour arroser un retour de points sur son permis de conduire, tout est bon pour boire un coup et au sortir de l’estaminet, c’est la douche, les gouttes se sont élargies pendant que nous étions au chaud et à l’abri, ce ne sont pas des points que nous allons perdre mais des calories. Que voulez vous, il nous faut revenir, par les petites routes de campagne pour essayer d’être protégé de ce vent qui maintenant nous fait face. Il pleut et il pleut encore, les gouttes de pluie avec ce vent nous cingle le visage, pauvre Valérie qui effectue son premier brevet sous nos couleurs ! Nous la mettons à l’abri dès que possible, la pluie, le vent il ne manquerait plus qu’il neige ! Nous modifions un peu l’itinéraire de ce brevet pour les raisons évidentes de protection et de sécurité et atteignons Contremoulins. Je propose encore une modification car je pense que la descente vers la vallée de Ganzeville avec les freins mouillés et moins efficaces n’est pas l’idéal, finalement seul Jacques choisi cette option, le reste du groupe file vers Toussaint pour descendre par la D926, plus large et avec peu de circulation à cette heure. Le boujou de fin de brevet ayant été fait à Contremoulins, mes collègues partent vers le quai par la voie verte et moi vers Colleville, j’espère que le chucre ne va pas être fondu à l’arrivée.
Un brevet de courageux ou inconscients mais au départ pas d’eau et cette garce de Mé Théo qui nous raconte toujours des conneries, ça va se payer un jour, je l’aurais !
 

Sortie groupe A/B Jeudi 24 Septembre 2020 ( le Riboudin)

Peu de monde ce matin au départ du brevet. La météo annoncée en a rebuté plus d'un et nous sommes que 6 à nous élancer vers St Léonard par la route d'Etretat.
Le vent est orienté Sud Ouest et augmente encore la difficulté pour atteindre le rond point de la Mairie car il nous fait face. Patrice, en bonne condition, relayé par Mimi, prend les choses en main et mène le groupe d'un bon train. Nous passons des lieux-dits ignorés de quelques uns d'entres nous, en premier "La croix Bigot".
Puis vient le passage aux Loges et Bordeaux St Clair avant de plonger dans le bois de "Beuriot" que certains ont failli rater. Nous nous dirigeons, toujours vent de face, vers la difficulté du jour. La côte de Pierrefiques "Riboudin" tel un mur se dresse devant nous et devient de plus en plus difficile avec les années. Mimi nous attend au sommet pour nous fixer sur l'objectif. Après avoir repris notre souffle le reste du parcours n'est plus que formalité. Nous passons "Les Cattelets" puis la "Livre de Beurre", "Le fond du bois", "Les Groseillers", "la vallée de Misère" pour arriver sur le plateau à Ecrainville. Aux Ifs je laisse mes 5 camarades filer vers Tourville pendant que je prends la direction opposée vers Epreville. Le brevet se termine avec le soleil même s'il a été très nuageux sur une bonne partie du parcours.
La pluie annoncée n'est pas tombée et c'est tant mieux ainsi.

Gérard
 
 

il y a tout juste 5 ans

En effet le 24 Septembre 2015 cela fait tout juste 5 ans jour pour jour nous sommes allés à Yvetot au cours d'une sortie à la journée, je vous propose de  revivre cette sortie en photos
 

Brevet de la chauve souris, groupe C, jeudi 24/09/2020.

Que se passe t-il ce matin, peu de cyclos au départ des deux brevets, les groupe A et B comme le groupe C sont clairsemés. Nous prenons le départ, groupe C, avec six membres et nous serons bientôt sept, Jean Claude, soit en retard ou nous attendant prend part au voyage. Afin de ne pas nous fatiguer du paysage, nous ne prenons pas la véloroute pour partir vers Colleville mais bien, comme à l’ancienne, par la départementale. Un petit vent nous contrarie pour mettre en chauffe les vieux moteurs diesel puis après quelques kilomètres, il n’y parait plus, si nous avions eu des pots d’échappement aucune volute de fumée n’en serait sortie tellement nous étions bien. Dieu me garde de cet accessoire chez les humains, nous aurions encore des contrôles anti pollution et certains(es) seraient recalés.
Après la solderie de Colleville, nous empruntons tout de même la voie verte, la partie entre le Bec Cauchois et Valmont est un peu dangereuse avec les camions et les virages, le dimanche matin, pas de problème mais en semaine c’est limite. En arrivant à Valmont, nous saluons au passage « Serge » le lama. Nous retrouvons la route dès le village traversé et montons vers Riville par la côte traditionnelle. Petit regroupement au sommet, les sprinteurs ne sont pas des grimpeurs comme chacun sait, personnellement je m’en moque, je ne suis n’y l’un, n’y l’autre. Descente vers Ourville et avant de voir le clocher de l’église, changement de cap vers Gerponville et Eole devient notre allié. Traversée de Gerponville puis de Theuville aux Maillots et à nouveau un nouvel azimut mais notre copain Eole n’est pas d’accord et le fait savoir en nous soufflant dans le nez, en cette période de Covid, il pourrait mettre un masque ! Dès notre entrée dans Thérouldeville, nous avons du picoler inconsciemment  car nous revirons et retrouvons notre assistant aérien. Comme la dernière fois où nous étions passés par cette route, nous trouvons un chemin en terre et cailloux mais pour en avoir le cœur net, openrunner nous indique une route en ce lieu et ce n’est qu’un chemin. Quoiqu’il arrive nous y allons, un VTT aurait été plus adéquat, comme Sheila car Sheila a des couettes, mais nous en ressortons indemne avec la menace d’Evelyne que si elle perce, elle m’apporte la réparation à faire. A l’heure ou je vous écris, pas de coup de téléphone, donc soit il n’y est rien arrivé, soit elle n’a rien vu encore et je crains le pire dimanche matin. Hameau de Daubeuf, toujours une fois avec et une fois contre le vent, petit arrêt dans le maïs pour faire uriner le géant vert, ou le nain rose, chacun son truc. Angerville la Martel, nous arrivons derrière les municipaux qui font de la tonte, le sketch des chevaliers du fiel n’est pas faux ! Cap sur la tour lanterne du hameau d’Ypreville et nous continuons nos zigs et nos zags, un coup à gauche et un coup à droite. Alventot puis Sainte Hélène Bondeville, là, Jean Claude nous quitte. Je soupçonne quelqu’un d’avoir mis une mixture alcoolisée dans nos bidons car pour prendre à droite et à gauche sans cesse comme nous le faisons depuis le départ, nous devons avoir au moins trois grammes dans chaque poche. Ouf, Senneville et la chapelle des marins, la halte photo, boujou comme à chaque fin de brevet et chacun reprend la direction de son foyer (pour dessaouler).
Un gentil petit brevet sur de petites routes (et chemin), un arrêt au stop pour faire boire Evelyne, de la bonne humeur et un peu de rigolade, tout le monde a souri sur ce brevet mais personne n’est revenu chauve, juste ce qu’il faut pour être content de sa sortie sans pluie. Les absents auront eu tord, ne pas croire la Mé Théo, son mari m’a toujours dit qu’elle picole de trop pour annoncer correctement le temps.
Didier
 

Brevet du vieux moulin, groupe C, Dimanche 20 septembre 2020.

Encore une fois de plus, nous sommes treize au départ du brevet, heureusement que nous ne sommes pas superstitieux ! Nous empruntons la véloroute jusqu’à Colleville et ensuite la route de Gredole pour changer la monotonie de la voie verte. Ensuite c’est Valmont, St Ouen et nous montons vers la chapelle de Biville. C’est la principale difficulté de la matinée, quand j’écris difficulté ce n’est qu’une simple formalité ! Petit rassemblement au sommet avant de prendre la direction D’Ypreville Biville. Tout le monde ayant le sourire, nous passons au Hameau Joyeux puis au Faux Buisson et là, une petite variante car Nicole nous offre le café au passage dans la localité. La petite pause que nous apprécions lors de nos sorties. Un grand « merci » à notre hôte pour ce moment convivial au jardin. Comme toutes les bonnes choses ont une fin, c’est l’heure de repartir car il reste quelques kilomètres à faire avant midi. Nous réintégrons l’itinéraire initial avec l’aide de la Reine du village qui connait toutes les routes du coin. Nos amis, Ghislaine et Eric doivent nous quitter, je lui indique la route de Tocqueville au passage de la chapelle Notre Dame de Bielleville. Nous traversons la plaine d’Ellevaimbuc avec un soleil radieux, un vrai bonheur ce matin, il fait bon, pas ou si peu de vent. Saint Maclou la Brière, village de notre amie Evelyne, elle comprendra, mauvaise pioche pour quelques échappés, ils font demi-tour, il fallait prendre à gauche et ils sont partis à droite. Nous passons enfin la plaine de l’ancien moulin à vent puis le hameau de l’Etang en direction d’Annouville Vilmesnil. Juste avant Mentheville, ce sont Eliane et Jean Louis qui nous quittent, avec deux suiveurs qui ne suivent plus le parcours qu’ils ont dans la poche et se rendant compte de leur erreur, ils nous rattrapent avant Les Ifs. Heureusement que nous ne sommes pas dans la Pampa, nous les perdrions pour de bon ! Il ne nous reste plus qu’à rejoindre Epreville puis Saint Léonard où nous faisons l’arrêt « boujou » si cher à notre ami Gérard. Comme à son habitude, Valérie a le sourire aux lèvres, contrairement à MLN jeudi qui avalait un gland, j’en suis encore choqué, depuis la pose de sa selle plus confortable notre nouvelle recrue n’a pas mal aux fesses, dommage, j’avais du Cétavlon. Je plaisante bien sur, c’est du Mytosil.
Encore un bon brevet avec de la chaleur et sans pluie, encore combien de temps avant de retrouver la douche écossaise ?
Didier
 
 

Brevet du Chêne d'Allouville Groupe A ET b : 21/09/2020

 Groupe A :
Temps brumeux ce matin au départ du brevet de remplacement du brevet du club d'Allouville Bellefosse supprimé toujours pour la même cause.
Brume d'ailleurs peu intense ,marquée surtout dans la vallée de Ganzeville qui se dissipera rapidement pour faire place à un confortable soleil de fin de saison. Ses rayons se feront sentir dans la côte de Bénarville et au sommet, certain transformés en cocotte minute sont obligés d'oter le coupe -vent sous peine d'explosion.
Le circuit nous imposera par delà Fauville et Alvimare  un passage devant le vieux chêne millénaire bien soutenu par ses "béquilles", puis à Yvetot ou notre GPS humain Jean Claude nous mis sur la bonne route du retour. Un retour qui jusqu'à Valmont ressemblait plus à un véritable toboggan, tout ça sous un soleil radieux qui prenait de plus en plus de force.
De Valmont à Colleville, nous avons eu droit à une véritable partie de manivelles histoire de se dégourdir un peu les guiboles. En compagnie de Jean Louis nous quittons le groupe dans la capitale du " Chucre".
En résumé, encore une très belle sortie effectuée entre huit copains.
Michel Grémont

Groupe B:
Ce matin le groupe est restreint, heureusement nous avons le renfort de Mimi Alexandre pour compter dans notre groupe 6 cyclos.
Le soleil est présent  et la douceur automnale nous enveloppe malgré la fraicheur présente dans la vallée de la Ganzeville.
Nous atteignons le Bec de Mortagne puis Bénarville par la côte du bois où Jeannot éprouve le besoin de se changer car
le moteur chauffe !
Nous passons Fauville puis Ricarville, Cléville, Alvimare et Allouville que nous atteignons par les charmantes petites routes qui
parsèment la campagne. Nous nous dirigeons vers Yvetot et passons facilement la ville où il est encore facile de circuler à cette heure-ci.
La route du retour par Hautot le Vatois est vallonnée et un peu usante, mais une force invisible venant de l'arrière nous aide précieusement
dans nos efforts. Nous voici arrivé à Riville où sans peine nous atteignons Valmont, puis Colleville et Fécamp.
En résumé ce fût une belle matinée cyclo, en tous points sympathique, exécutée à bonne allure.

Gérard Goddard
 

Sortie à la journée, St Valéry en Caux, Jeudi 17/09/2020 groupe C.

Pas moins de quinze participants ce matin au brevet en direction de Sain Valery en Caux, parcours concocté par notre « Chef » de la communication. Malheureusement, Eole a envoyé ses aides de camp pour nous contrarier un peu, mais vraiment un peu, car le souffle en rafales qui devait nous faire face pour le voyage « aller » était beaucoup trop faible pour nous démotiver. Le convoi s’ébranle et aussitôt emprunte la véloroute du lin pour atteindre Cany. Afin de reprendre quelques calories qui nous ont quittés avec la fraicheur matinale et les premiers kilomètres, nous cherchons un estaminet qui peut nous accueillir en terrasse. Nous avons de la chance, contrairement aux dimanches matin, le café de la place est en activité et nous pouvons toutes et tous prendre place pour nous délecter de ce nectar tant apprécié lors de nos sorties. Dans sa grande bonté et pour fêter son anniversaire du mois de Mai ou sa fête du mois de Février ou Juin ou pour arroser le retour de son vélo réparé enfin bref , Jean Claude  nous a offert le café, un grand merci à toi de la part de tout le groupe. Histoire de ne pas se refroidir après cette pause café, nous allons grimper la côte vers Calvaille, une ascension que je n’avais personnellement jamais faites, j’ai descendu mais pas encore monté. Finalement c’est très agréable et régulier, donc facile. Toutes nos féminines sont arrivées au sommet en sifflant, je ne sais pas si c’était de bonheur ou par la chaleur interne comme les cocottes minute. Après Touffrainville, c’est une ligne droite de deux kilomètres sur la D 50, heureusement, peu de circulation lors de notre passage et nous retrouvons vite nos petites routes tant appréciées. Nous traversons Drosay puis Ste Colombes avant de voir le village d’Angiens, changement de cap vers St Valery et aussi, le vent devient favorable. Nos féminines nous surprennent à ne plus trouver le moindre faux plat comme une côte, l’assistance d’Eole, c’est presque aussi puissant qu’une assistance électrique. Nous voici enfin à l’heure de se restaurer, nous faisons un tour de plage avant de faire ripaille, la mer est démontée et pas la moindre clé à molette ou pince multiprise pour la remonter, j’ai pourtant insisté auprès de mes collègues pour avoir des outils. Au sortir de la boulangerie, nous croisons avec bonheur notre ami Serge Sampic, personnage que j’ai connu en formation Initiateur et qui savait transmettre son savoir avec humour mais de manière professionnelle malgré notre statut de bénévole. Comme la sortie est pilotée par notre retraité de la SNCF, nous allons déjeuner derrière la gare. Tout le monde se restaure et ne dit rien jusqu’au moment du dessert, MLN déballe un gland, elle ouvre grand la bouche pour en prendre possession et croque, j’avais dit « pas les dents », je n’avais jamais vu chose pareil, la crème gicle sur le côté et la réflexion de notre MLN tombe, « j’ai connu mieux », honnêtement nous étions tous en transe (et pas napolitaine), nous n’osons plus regarder la fin de cet avalage de gland, par pudeur, nous ne savions pas qu’elle était gourmande à ce point, nous connaissions sa timidité mais pas ce côté luxure. Une fois tout rentré dans l’ordre et les esprits calmés, nous repartons pour notre sortie, avec toujours cette grande bouche ouverte en mémoire ! Comme à chaque redémarrage, une côte pour rigoler, mais cette fois le souffle de notre ami Eole est avec nous, le dénivelé s’avale comme le gland de MLN, goulument et vite fait. Nous arrivons très rapidement à Paluel, nous longeons la centrale nucléaire mais pas de rayonnements, enfin j’espère, et descendons « tout schuss » vers Veulettes avec des rafales de vent de travers qui nous font cramponner le guidon pour ne pas traverser la route. Nos amis Eric et Jean Félix nous quittent pour rentrer pour des raisons personnelles à l’entrée du village. Nous empruntons la route cyclable entre Veulettes et  Vittefleur, au sortir de cette voie, il nous manque un membre, le tour est fait, c’est Joël, il s’est arrêté pour se libérer d’une envie légitime mais solide et nous craignons pour ses doigts mais il est prévoyant et le stock de papier était, apparemment,  suffisant. Nous lui proposons tout de même du gel pour se désinfecter les doigts. La route de Caniel, à l’abri de toutes les conditions météorologiques, nous devons sortir de Cany et ça monte d’entrée, 13% pendant quelques mètres. Finalement, le souffle d’Eole nous aide toujours et il ne nous quittera plus. Nous modifions notre tracé pour passer par Valmont et prendre le verre de l’amitié de fin de brevet à l’agriculture, un de nos sponsors. C’est ouvert et la salle de restaurant est pleine, nous demandons pour être servi sur la terrasse extérieure, la réponse est » qu’il faut que la terrasse soit débarrassée, désinfectée avant que nous puissions prendre place et qu’ils sont encore en service. Ce n’est pas qu’on soit pressé mais l’accueil est un peu froid, nous sommes quand même encore treize pour prendre des consommations. Finalement, nous reprenons nos cliques et nos claques et cap vers Fécamp où nous trouverons peut être un meilleur accueil, nous essayons de respecter nos partenaires mais quand le personnel ne suit pas, ce n’est pas de notre faute si nous allons voir ailleurs. Nous finissons donc cette sortie en terrasse  à « la boucane » où nous avons été accueilli de manière professionnelle. Nous pouvons aussi remercier les familles Crochemore et Jouen pour nous avoir offert ce moment de convivialité. Nous nous sommes quitté avec le plaisir de nous retrouver dimanche prochain avec le brevet dominical, un grand merci aux participants, aux bienfaiteurs pour nous avoir offert les consommations et surtout à la bonne humeur qui a régné. C’était la dernière sortie à la journée de la saison, si difficile cette année.
Didier
 
 

bREVET DE mONTIVILLIERS gROUPE a/B dIMANCHE 13 sEPTEMBRE 2020 OU EN cAUCHOIS / uNE vireye chez les Maqueux d'oreilles

 La Légende:
Les habitants de Montivilliers, les montivillons, ont reçu un surnom bien étrange à la suite d’une rixe sanglante avec leurs voisins d’Harfleur. On les appelle les : Maqueux d’oreilles. (o'eilles)
C’est au 16 ème siècle, après qu’un jeune montivillon ait arraché l’oreille d’un harfleurais, que les habitants de Montivilliers ont hérité du qualificatif de mangeurs d’oreilles (maqueux en cauchois).
Les résumés:
En mal d'inspiration aujourd'hui, notre reporter du groupe A, nous rapporte simplement une belle balade ensoleillée par des routes rarement empruntées sans fait notable à signaler et joint également quelques photos
Le résumé du Groupe B:
Il y avait de la fraîcheur ce matin, au rassemblement cyclo, devant l'office de tourisme de Fécamp, il fait un petit 12 degrés.
Peu importe ! La chaleur est dans les coeurs et le départ par la route du Havre réchauffera nos corps.
Nous progressons vers Goderville par la grand'route. Le soleil matinal crée une ambiance lumineuse qui rend plus belle encore cette campagne
normande encore un peu endormie. Quelques vaches paissent dans les pâtures, les bruits du quotidien ont presque disparus, le calme nous entoure.
La route nous "appartient", les bâtisses cauchoises sont rayonnantes et éclatantes de blancheur par le soleil qui frappe de plein fouet sur les silex de la construction.
Avant l'aérodrome de St Romain nous prenons la direction de Montivilliers en essayant de garder le bon cap en franchissant le noeud autoroutier qui se situe sur notre parcours.
Après Sainneville, près de la station électrique EDF de Cocusseville, des travaux de terrassement importants attestent que bientôt aura lieu, ici,  le raccordement électrique du réseau des éoliennes en mer situées au large de Fécamp.
A Montivilliers, le groupe prend la direction de Fontenay puis, dans la côte de cette localité, cap sur Rolleville par une petite route de campagne très agréable
et surtout doté dans sa première partie d'un revêtement digne d'un passage du Tour de France !
Peu avant Gonneville la Mallet nous croisons Gilbert venu à notre rencontre. Il nous reste la petite côte de Villainville et surtout celle du bois des Loges pour en finir avec les difficultés.
Gerville, Epreville et Tourville seront nos derniers clochers avant de rejoindre pour deux d'entre nous la capitale des Terres-Neuvas.

Gérard


 

Brevet des ladys, groupe C, dimanche 13 Septembre 2020.

Une heure de rendez vous bien fraiche ce matin, ce qui ne décourage pas notre élève cyclote Valérie. Un groupe bien étoffé, pas moins de quinze membres forment le peloton. Pour mettre les muscles en température, nous rejoignons Valmont  par la véloroute du Lin et nous n’oublions pas de marquer un arrêt au stop de la sortie de voie verte pour que notre amie Marie Pascale puisse boire. Très important  de s’hydrater, moi je le fais à l’heure de l’apéro. Valérie découvre la côte de Thérouldeville et comme à son habitude, elle arrive au sommet avec le sourire aux lèvres. Le soleil qui monte nous apporte une chaleur agréable en direction de Sassetot le Mauconduit. Il a été choisi de prendre le petit café à Saint Pierre en Port où nous sommes accueillis de belle manière, un petit clin d’œil à nos amis qui hier ont eu un accueil froid. Nous envahissons la terrasse, déplaçons quelques tables et chaises et voyant le groupe, le serveur nous demande combien de voitures suiveuses vont s’arrêter et surtout qu’il n’a pas vu la caravane publicitaire passer. Quand les patrons de bar ont de l’humour, ce sont des haltes presque obligatoires sur nos brevets. Dans sa grande générosité, Jean Louis nous offre les consommations pour fêter son anniversaire d’il y a quelques jours et à la question de son âge, j’ai répondu que les bougies coûtaient plus cher que le gâteau. En calculant bien, il a communié à 12 ans, il a manqué l’école 2 mois et demi et il aurait été plus vieux que ça s’il n’avait pas été malade, donc calculez ! Ce n’est pas qu’on s’ennuie mais il reste de la route et encore quelques bosses. Cap sur Angerville la Martel, en passant à Ecombarville, devant chez  l’autre Jean Louis du club, il n’y a pas âme qui vive et au passage devant chez « Mimi Loulou » c’est la même chose mais après réflexion, c’était l’heure de la messe. A Angerville, pour ne pas prendre de risques dans la descente des Hâtés, Evelyne part avec Jean Claude par Thérouldeville, nous les retrouverons à Valmont. Cette descente des Hâtés, elle n’est pas si pentue mais le revêtement n’est pas top. Au bec au Cauchois, nous traversons la route pour libérer le carrefour et attendons un peu Eric qui a fait un arrêt. Nos féminines prennent le large et les voyant s’éloigner, je pars en contre pour les rattraper. Nous commençons à gravir la côte du collège et faisons un regroupement au sommet, la chasse derrière a été chaude puisqu’on m’en a fait la remarque. La plongée dans l’Orval, un revêtement pas beaucoup mieux qu’aux Hâtés puis la dernière grimpette de la matinée pour atteindre La Roussie. L’agréable descente vers Bec de Mortagne, des virages à négocier et le vent qui nous rafraichi. Afin de ne pas perdre les non descendeurs, nous roulons relativement lentement pour reformer le groupe et comme Radio Tourville émet nous n’avons pas entendu qu’une nouvelle fois Eric a percé. Nous ne nous sommes aperçus du manque qu’au pied de la route de Tourville et avons attendu nos collègues. Une surveillance supplémentaire sera de mise dans les prochains brevets et un code de conduite en cas d’incident, la piqure de guêpe d’MLN avait été entendu, la sirène avait bien retentie !
Un brevet bien plaisant, malgré le nombre de côte, mais quand on aime on ne compte pas.
Didier
P.S.: Retour sur le résumé de la sortie du groupe A d'hier et rendons à César ce qui est à César.....après renseignement auprès du chef de route, le bistrot qui leur a réservé un mauvais accueil n'est pas celui de St Maclou mais celui de Yébleron. Dont acte....
 

Sortie Jean Claude Groupe A sAMEDI 12 sEPTEMBRE 2020

 Faible effectif encore ce matin pour cette sortie prévue et indiquée pourtant au calendrier. Nous n'étions en effet que 5 au départ et parfois on peut se demander pourquoi " Ducroc il se décarcasse"....
C'est donc un mini peloton composé de Patrice, Vincent, Jean Claude, Yannick et moi -même qui prit la route en direction de Ganzeville par un temps bien frisquet qui nous verra endosser le coupe-vent  et ce jusqu'au sommet de la première difficulté du jour:  le côte du Bec à Annouville Vilmesnil. Au passage à St Maclou, nous décidons de prendre le café à la terrasse du bistrot du pays dont l'accueil du patron est aussi froid que la température extérieure. Avant d'endosser ce métier ,ce monsieur aurait du apprendre les bonnes règles du service client....
( note de la rédaction: Messieurs êtes vous bien surs d'avoir pris connaissance du panneau avant d'entrer dans ce bistrot (photo d'introduction)? Hi! Hi! Hi !).
Après ce charmant accueil, nous poursuivons notre circuit qui nous voit arriver à Croix-Mare après bien des villages traversés. Nous empruntons alors la départementale pendant quelques centaines de mètres le temps de constater malgré tout que la circulation en ce samedi matin y est très dense rendant ainsi notre traversée un peu périlleuse. Heureusement nous retrouvons rapidement la tranquilité de nos petites routes , ainsi nous atteignons Yerville où Jean Claude avait pris la précaution auparavant de téléphoner dans une brasserie pour que nous puissions faire la pause de midi et nous restaurer quelques peu. A dire vrai l'accueil y fut nettement meilleur qu'au tord boyau du matin.
Les estomacs ne criants plus famine, nous remontons en selle , ou plutot nous enpruntons le long toboggan en direction Val de Saane,puis St Laurent en Caux, Doudeville, et Oherville. En dessert nous prendrons la côte de Sommesnil et ensuite il ne nous reste plus qu'à enfiler Cleuville, Beuzeville la Guérard, Riville pour atteindre Valmont où là, nous nous arrêtons non pas à l'abbaye qui ne brasse pas de bière mais chez notre annonceur "L'agriculture"qui lui possède bien de la bière d'abbaye...
Les 10 derniers km sont accomplis sans formalités particulières au bout desquels nous franchissons la pancarte Fécamp terme d'une bonne et belle ballade forte appréciée des participants. Merci Jean Claude !
 
Michel Grémont
 

 

Brevet du Jeudi 10/09/2020, groupe C.

 Comme à l’habitude, nous étions treize au départ de ce brevet, la superstition c’est bon pour ceux qui y croient, personnellement je n’y crois pas, ça porte malheur.
Comme pour les groupes A et B c’est par la côte du Président René Coty que nous partons, histoire de faire chauffer les mollets. Le retour au sein du groupe de « Radio Tourville » ne change rien, MP est en forme après avoir roulé avec « son » Jeannot ! Après avoir rattrapé les groupes A et B qui faisaient un regroupement au sommet, c’est nous qui prenons leur place pour faire de même. Une petite minute pour permettre à tous de se rafraîchir puis nous partons vers Epreville. Au changement de direction, une crevaison arrête Jean Claude  et on me rapporte qu’il ne souhaite pas qu’on s’arrête, il va nous rattrapé sur le parcours, mais il n’en sera rien, j’espère qu’il est rentré avant la nuit, le tracé sur openrunner était pourtant clair ou il a percé à de multiples reprise et est rentré pour mettre des rustines. Il est vrai que ce matin, retrouver le groupe dans toutes ces petites routes sans GPS est difficile, Bretteville du Grand Caux, la traversée du village sans âmes qui vivent, l’étape du tour est retransmise que cet après midi ou tout le monde dort encore. Le fond de Grainville et cap à droite pour atteindre Vattetot sous Beaumont où nous faisons une petite halte « ravito ». Malgré cet arrêt, pas de Jean Claude en vue, vraiment il doit être perdu. Nous repartons parmi les champs de pomme de terre et les murs de maïs qui cachent souvent la visibilité. Un panneau indicateur indique un nom et un autre était donné sur openrunner, heureusement que le « chef » était là avec l’écran indicateur, sinon je faisais mon « Jean Claude » et je perdais le groupe dans la pampa. Le bon cap étant retrouvé, nous passons St Maclou et retrouvons la plaine d’Ellevaimbuc et Benarville. Il ne nous reste qu’à redescendre dans la vallée de la Ganzeville pour terminer le brevet, dans la descente vers Daubeuf, un tracteur nous traverse devant les roues et à vitesse très lente, les plaquettes de frein de Marie Hélène ainsi que mes patins ont chauffés, nous prenions de la vitesse, petit moment  de bonheur en étant grisé par ce vent qui souffle fort sur nos visage, heureusement que nous étions vigilant. Dans la vallée, je suis surpris de voir Evelyne me doubler, je roule quand même à 26 km/h, je pense qu’une étude des contenus de bidons devrait être effectuée. Un cri à l’arrière du peloton, est-ce une crevaison ? Marie Hélène vient d’être piquée par une guêpe au dessus de l’œil, le port du casque intégrale va-t-il devenir nécessaire, pour avoir été motard, un insecte dans le casque n’est pas exclus. Le petit arrêt « boujou » au carrefour vers Tourville, Marie Pascale retrouve son Jeannot et Marie Hélène son Papa. Nous finissons notre sortie par l’arrêt près du supermarché avant de nous séparer.
Une belle sortie avec un temps clément, frais et sans pluie, tout était réuni pour une bonne matinée de cyclotourisme.
PS : Si vous avez des nouvelles de Jean Claude, faites nous en part avant qu’on déclenche le plan ORSEC.
Didier
 

Sortie Groupe A/B jEUDI 10 sEPTEMBRE 2020

Ce matin, au départ, c'est une direction commune que prennent les trois groupes cyclo réunis. Un long ruban au couleur du VCFC s'étire le long de la route d'Etretat pour atteindre le rond-point de St Léonard. Une attente, plus ou moins longue, est nécessaire au sommet pour le regroupement de chacun d'eux.

Les groupes A et B décident de faire cause commune et se dirigent vers Epreville, Mentheville où nous rejoint Gilbert que nous avons plaisir d'emmener avec nous.
Nous sommes à présent 12, la vitesse de ce petit peloton n'est pas excessive et permet d'échanger entre nous sous cette douceur automnale des températures.

Nous passons devant la chapelle de Bielleville et prendrons le chemin d'esquimboc pour rejoindre Hattenville où nous n'aurons pas l'honneur de saluer la Reine.

A Ypreville  notre circuit nous emmène vers la deuxième chapelle du jour, celle de Biville beaucoup plus ancienne que la première mais dépourvue de toiture.

Nous rejoindrons ensuite Valmont par la vallée, puis Colleville et Fécamp où notre itinéraire final, pour rejoindre nos foyers, et en partie perturbé par les travaux sur le pont qui enjambe la Valmont vers l'ancienne chocolaterie.

Ainsi ce termine cette petite balade belle et tranquille.

Gérard

 

bREVET DE LA dURDENT gROUPE b : 06/09/2020

C'est un brevet sans problème que nous avons effectué aujourd'hui. Après être partis par la route de Cany, nous rejoignons Veulettes par la côte
en franchissant les quelques montées qui se trouvent sur notre passage. Sur la route qui nous mène à Cany, nous doublons le groupe A, occupé à
réparer une crevaison. A Grainville la teinturière Pierrot et yvon nous quittent pour rejoindre Ourville directement. Leur condition physique est un peu
juste pour effectuer un nombre de kilomètre plus important.
Nous passons Héricourt, Fauville, Tocqueville les Mûrs et Bénarville où Daniel et moi quittons le groupe, ou ce qu'il en reste car nous étions 7 au départ,et laissons jean jacques et Tonio rentrer par la vallée. 
En conclusion ce fut un brevet sympa effectué par un temps très clément.

Gérard
 

bREVET DE LA dURDENT gROUPE a 06/09/2020

Nous étions 15 ce matin groupe A et B confondus pour ce départ qui se veut côtier puisque dans un premier temps, il nous fallait rejoindre Veulettes par la côte. Ainsi il ne nous fallut pas grand temps pour mettre les moteurs en température et pendant que le groupe B montait à son rythme nous primes quelques longueurs d'avance que nous garderons jusqu' à Veulettes où nous eûmes tout le loisir d'apercevoir quelques pêqueux à pied qui se livraient à la pêche aux crevettes. De là, nous empruntons la voie verte en direction de Paluel et c'est à cet endroit que notre nouveau compagnon Gilles perce de l'arrière. Durant notre arrêt " réparation"nous essuierons évidemment les sarcasmes de nos bons amis du groupe B qui nous brûlaient alors la politesse, oh par pour bien longtemps car nous les rattraperons aux feux routiers de Cany. Je n'ose pas dire que nous les clouerons sur place, mais nous continurons notre progression sur Héricourt , avalerons la bosse qui nous mène vers Fauville  pour ensuite revenir par la vallée de Ganzeville. Sur les ultimes kilomètres de cette sortie nous rejoindrons également le groupe C  au moment où Jacques et Joël se disputait au droit de l'église la prime offerte par la curé du Bec de Mortagne et de la valeur de la quête de la messe de 6 heures......
Nous rejoignons notre port d'attache au bout de 85 km comme prévu et il ne restait plus alors qu'à se saluer avant de nous séparer. Encore une belle sortie et de l'avis de Gilles la sortie la plus intéressante depuis qu'il roule avec nous.
 

bREVET DU cHEVAL bLANC gROUPE c 06:09/2020

Nous sommes seuls ce matin, les groupes A et B partaient à huit heures et nous avions le droit à une demi-heure en plus de sommeil, il faut bien ça à nos féminines pour parfaire le maquillage, se pomponner etc. Encore des copines en vue ! Nous partons avec Thérèse, pardon nous partons à treize, nous ne sommes pas superstitieux parce que ça porte malheur. Notre apprentie cyclote est de nouveau parmi nous pour effectuer ce brevet de 50 km, la motivation est au maximum et nous ne devrions pas nous faire baptiser ce matin, aucune perturbation n’est prévue.
Pour sortir de la ville, pas de réflexion, il nous faut monter et c’est par l’ancienne route de Bolbec que nous atteignons le plateau. Un regroupement devant l’hôpital-clinique mais rassurez vous, nous n’y avons laissé personne. Dans la montée, nous nous sommes fait enrhumer par un groupe du VCF mais nous les avons repassés peu de temps après, un pneu a trop chauffé dans la côte et a percé. Nous ne resterons que quelques centaines de mètre devant. La matinée est fraiche mais nous sommes chauds bouillant après cette ascension. Tout le monde roule et discute, peu ou pas de vent et après Tourville les Ifs et les Ifs, nous arrivons à Auberville la Renault. Deux faisans nous saluent en passant, un vrai bonheur de voir ces volatiles qui seront chassés dans quelques semaines, pauvres bêtes ! Goderville, nous ne passons pas par le centre ville et nous nous dirigeons tranquillement vers Bréauté où nous espérons pouvoir prendre notre petit café. Quand nous arrivons devant l’estaminet, aucune table ou chaise sur la terrasse, mais Joël demande s’il est possible de prendre une consommation en terrasse et nous voilà à installer le mobilier. Ensuite, le plein de carburant ayant été fait nous allons grimper vers Vattetot sous Beaumont. Les routes empruntées ce matin ne nous voient pas souvent, de petites voies bien agréables et presque sans circulation. Nous entrons dans Gonfreville Caillot, le village est calme, cap sur St Maclou. Nous allons peut-être avoir droit à un rayon de soleil, nous en avons quelques uns avec nos féminines présentes mais un peu de chaleur venant du ciel serait aussi très agréable. Nous arrivons maintenant à Tocqueville les Murs, le plus gros est maintenant fait, Valérie a toujours le sourire, c’est motivant de rouler en groupe et beaucoup plus facile que seul. Nous rentrons par la vallée de la Ganzeville et juste avant d’entrer dans Bec de Mortagne, un bruit de moteur hurlant arrive derrière nous, ce n’est que le groupe A qui nous a eu en ligne de mire et qui a mis le paquet pour nous rejoindre. Quelques chaines sont rouges tellement ils ont appuyé sur les pédales pour nous rattraper. Nous terminons notre sortie par le « boujou » à l’arrêt de bus du supermarché.
Encore et toujours une belle sortie avec cette fois une absence totale de pluie et c’est bien plaisant de ne pas bâcher. Valérie parle d’aller avec le groupe A mais je lui recommande d’être encore raisonnable une année ou plus (lol).
Didier
P.S.: Lorsque nous faisons ce parcours je ne peux m'empêcher de penser au regretté Roger Catelain qui est "l'inventeur" de ce circuit qui ne doit son nom qu'au hameau du Cheval Blanc traversé à St Maclou. Ce parcours réjouissant était un de ses circuits d'entrainement.
Jacques
 

Sortie Groupe A / B du Jeudi 03 Septembre 2020

 Le groupe A / B était fort ce matin de 10 unités pour partir à l'assaut du parcours assez roulant qui nous était proposé . Nous n'avons pas eu très longtemps à attendre pour affronter la première et la seule difficulté de la sortie. En effet le célèbre Bout- Menteux passé c'est la route d'Etretat qui se dresse devant nous. Suite du parcours traditionnel du moins jusqu'à Fongueusemare car après, sans notre GPS habituel absent aujourd'hui, nous nous trompons de route. Heureusement pour nous nous avions avec nous l'autre GPS Pierrot(modèle d'occasion hors d'âge) qui nous remis sur l'itinéraire après quelques zigs et quelques zags... Bréauté est maintenant en vue, il ne reste plus alors qu'à joindre Grainville Ylle, Annouville, et fondre sur le Bec et sa vallée. C'est à bonne allure que nous atteignons la halte de Carrefour Market où nous nous séparons sans oublier de se donner rendez-vous pour dimanche prochain.
En conclusion : Bonne balade arrosée par ci par là d'un petit crachin à peine humide....
Michel Grémont
 

Brevet du plat pays, groupe C, jeudi 03 Septembre 2020.

 Nous avons encore gardé le départ du brevet à 9h00 cette semaine, la canicule n’est plus d’actualité mais quelque part, le Tour de France est retransmis et je pense que nous aurions des manques de présence si nous roulions l’après midi. Une petite anecdote, ce matin, je faisais route vers le départ avec Bruno et nous voyons arriver en face de nous notre ami Tonio, je lui fais remarquer qu’il n’avait pas son casque et en se touchant la tête il s’en rend compte, à quand un oubli de cuissard ?
Nous retrouvons notre couple mythique, Marie Hélène et Gégé, le retour des enfants prodiges. Nous prenons notre départ avec une petite fraicheur et je pense que nous n’allons pas retrouver les grosses chaleurs avant bien longtemps, direction Ganzeville pour se chauffer puis à gauche et nous montons à Contremoulins. Petit arrêt au sommet pour resserrer les rangs avant de rejoindre Limpiville par le plateau via La Roussie et le haut de Daubeuf. Ensuite vient le Mesnil Vasse et Benarville, tout va pour le meilleur, le groupe roule sans souffrir. St Maclou arrive et au changement de cap, le vent devient favorable et le retour s’annonce facile. Nous arrivons relativement vite à Annouville Vilmesnil puis Mentheville, Evelyne et Jean Claude nous quittent pour rentrer de bonne heure, un rendez vous important peut être. Arrivé aux Ifs, ce sont Eliane  et Jean Louis qui font de même, voici donc le groupe amputé de quatre membres, avant Epreville nous traversons une zone de travaux, les feux sont réglés un peu juste car nous ne sommes pas arrivés au bout que les voitures arrivent en face, nous passons derrière les plots de signalisation, à vélo tout est plus beau !
Nous continuons par la zone de Babeuf et arrivons à St Léonard où nous attendons que le jeune marié arrive, un arrêt pour changement de batterie l’a retardé. Le « boujou » pour l’éclatement final et tout le monde rentre vers les foyers respectifs. Nous avons eu droit à une légère pluie fine avant St Maclou, toujours juste pour arroser la sortie. Un brevet sans difficulté et effectué avec le sourire par la majorité du groupe.
Didier