Adresse
/
Téléphone
 

sORTIE DU 12 / 03 /2020 gROUPE c OU SORTIE GIBOULEE ???

 Quelle belle après midi nous devions avoir en ce brevet du jeudi, un beau ciel bleu avec un peu de vent mais c’est l’époque.
Nous étions tous en admiration devant la hauteur du bassin, une forte marée avec un peu de vent et la mer est belle. 14 h 00, le groupe se met en route et pour chauffer les cuisses, il nous faut gravir la route d’Etretat. Nous retrouvons la famille Hauberdon au rond point de St Léonard, Annie et René ont eu l’intelligence de ne pas descendre au départ, c’est toujours ça de moins à remonter. Les salutations « coronavirus » faites, (je n’ai jamais donné autant de coups de pied à mes amis du club), nous allons vers Epreville en luttant contre un vent qui est légèrement de travers. Nous arriverons avec beaucoup d’énergie de dépensée à Goderville et à l’unanimité, nous modifions notre tracé, nos dames souffrent de trop pour faire cap sur Ecrainville, avec cette fois le vent de face et je pense qu’il monte en puissance.
C’est donc vers Bretteville du grand Caux, avec Eole comme moteur, que nous décidons d’aller. Qu’il est facile de pédaler avec une telle aide. Je comprends notre Cap’tain Gégé qui a retrouvé sa vélocité depuis son assistance électrique. A notre arrivée dans Annouville Vilmesnil, le ciel qui jusqu’alors était clément, devient noir et nous décidons de raccourcir et de ne pas nous rendre vers Bénarville. Dans le carrefour des quatre veaux, avant d’entamer la descente vers Bec de Mortagne, nous sommes dans l’obligation de mettre pied à terre car une avalanche de grêle nous tombe dessus, il n’est pas l’heure de l’apéro mais les glaçons sont déjà servis. Bec de Mortagne, nous nous regroupons et au passage d’un camion, je prends une douche supplémentaire quand le poids lourd passe dans une flaque, trop injuste, beaucoup trop injuste ! Je vais faire mon Caliméro…
Nous rentrons sous la pluie et dès l’arrivée à l’arrêt des bus de Carrefour Market nous sommes accueillis par un beau soleil, encore trop injuste !!!!
C’était le brevet des Giboulées que nous n’avions pas prévu, maintenant c’est fait, à quand le brevet de la canicule ???
Didier
 
 

Sortie du Jeudi 12 Mars Groupe A / B

 Encore un temps bien incertain et venteux ce matin pour notre nouvelle sortie du Jeudi . Décidemment ce début de saison est ue vrai calamité.
De ce fait surement, nous n'étions que 10 au départ de cette sortie matinale qui nous voyait emprunter la côte Cany bien aidés par un zeff assez fort et encore plus sur le plateau entre Elétot et St Pierre en Port. St Pierre non pas celui qui garde le paradis mais St Pierre la cité de notre prospecteur d'annonceurs qui nous attendait en chaire en os (plus en chair d'ailleurs) sur le pas de sa porte.
Nous continuerons après échange de salutations notre route qui nous emmenait dans un premier temps à Sassetot , puis Criquetot le Mauconduit , Ouainville où la vent à cet endroit soufflait de côté nous éguillant un temps soit peu les guiboleset ce jusqu'à Gerponville.Ce sera ensuite Riville et enfin Valmont où un regroupement s'avèrera nécessaire. Il ne restait plus alors qu'à rejoindre notre port d'attache, terme d'une sortie venteuse mais néanmoins agréable.
Michel Grémont
 

Brevet de la Lanterne ( 08 / 03 / 2020 )

Peu de monde ce matin au pointage, nous n’étions que 14 membres à émarger les feuilles de présence, ce début de saison est humide et je ne comprends pas le dicton « la pluie du matin réjouis le pèlerin » puisque le brevet nous menait en pèlerinage à la tour lanterne du hameau d’Ypreville et que même le bedeau n’est pas venu.
C’est donc sous une très légère bruine que les pèlerins prennent la route au nombre de 6 pour le groupe C. La vallée de la Valmont par la route car la véloroute est en trop mauvais état en ce moment avec des plaques de limon, glissantes et presque infranchissables. Nous atteignons Valmont, le roi du flash est sur le bord pour immortaliser notre passage et c’est en direction de St Ouen que je vois disparaitre trois de mes ouailles. Une petite minute d’attente et l’inquiétude monte, je reviens donc en arrière et trouve notre ami « la com » avec une roue à la main, Françoise vient de percer de l’arrière, enfin son vélo, il ne reste plus qu’à œuvrer pour repartir. Nous montons assez facilement vers Riville, Eole a mis un moteur à nos montures.
Maintenant que nous faisons cap vers Gerponville, c’est une autre histoire avec un vent de travers mais la motivation fait beaucoup. Je ne sais pas s’il y a eu une bataille de boue à l’arrière du groupe mais Françoise est arrivée au stop de Theuville mouchetée, une agression de taches de boue de la tête au pied, la vengeance du réparateur de crevaison peut-être.
Quand nous prenons le chemin du retour à partir de Theuville, Maître Eole nous fait face et n’est pas spécialement tendre avec la gente féminine, nous serons bientôt à l’abri, quelques kilomètres et ce sera fait. Nous passons devant l’estaminet de Thérouldeville mais il n’y a pas assez de kilomètres pour les uns et il est trop tard pour les autres, si bien qu’il n’y aura pas de pause café ce matin. Nous nous approchons de la tour lanterne du hameau d’ypreville, cette tour fut construite à l’initiative de l’abbé Maurice. Edifié le plus souvent au XIIème siècle, ce type de monument était à proximité des léproseries. La lampe était allumée lorsqu’un décès survenait afin de guider le défunt vers le repos éternel. Cette tour est liée à la présence de la léproserie de Miquetot et du cimetière de lépreux d’Ypreville.
Nous traversons la D925 et retrouvons les petites routes de Clainville et d’Eletot, le ménage n’a pas été fait depuis longtemps, Françoise va avoir la deuxième couche de peinture à la boue. Maintenant c’est le petit chemin qui ne sent pas encore la noisette, ce n’est pas l’époque, pour atteindre Senneville, traversée d’une piscine et d’un bourbier, une vraie thalasso cette sortie ! Eole, toujours lui, a remis les hélices en route et nous freine pour croiser la chapelle des marins, une petite photo pour le souvenir et nous voyons un bolide du groupe A arriver en la personne de Bruno, il ne fait pas bon monter la côte de la vierge derrière lui, le réservoir d’énergie est vide au sommet !!!!!!
Nous prenons donc congés sous un beau soleil qui nous a un peu manqué ce matin mais qui sera là, j’en suis presque sûr, jeudi pour le brevet de l’après midi.
Un début de saison en demie teinte, les jours meilleurs arrivent et le moral va être au beau fixe bientôt pour retrouver des groupes bien constitués. La matinée a été très bonne tout de même pour les quelques « pédaleux » qui ont pris part à ce brevet.
Didier
 
 

Brevet des Sangliers Groupe A ( 08/03/2020 )

 Ce matin nous étions 6 membres du groupe A  pour effectuer ce parcours bien bosselé sous un léger crachin au départ et un vent fort . Ces conditions n'étaient pas des plus favorables pour trouver la bonne allure en ce début de saison "pourrit". Nous avons trouvé des routes détermpées et aussi bien boueuses de quoi occuper quelques heures pour nettoyer les vélos... A mi-parcours, vers Bréauté nous changeons de cap et apprécions fortement l'aide d'Eole. Passage à St Maclou puis Bénarville et descente par le bois, et la pfff....Yannick perce au pied de la descente. Réparation rapide, trop peut-être??? toujours est-il qu'à Daubeuf rebelote....Cette fois nous trouverons le coupable: un beau petit silex planté dans le pneumatique. Réparation terminée , nous reprenons la route pour retrouver notre port d'attache sans autre problème à signaler. Espérons que jeudi et même dimanche prochain le temps soit un peu plus favorable pour une pratique normale de notre sport.
Michel Grémont
 
 

Un cyclo du club atteint par le V.C.F.C.VIRUS.....

 Certains et certaines diront surement encore que je suis malade, où que je vise je ne sais quel challenge? à ceux ou celles là je leur répond tout simplement que j'ai attrapé le V.C.F.C.virus il ya déjà un sacré nombre d'années et que je ne fait rien pour me soigner, au contraire je souhaiterai même contaminer tout le club, mais pour l'instant.....
Pour l'instant ce n'est pas le cas puisque je me trouvais seul au départ cet après-midi de jeudi. Notre président m'ayant fait part de son indisponibilité ce jour, il m'avait délégué tous pouvoirs pour accompagner le groupe et quel groupe.... Je me devais donc d' être présent au départ, mais il est vrai aussi que la pluie de ce matin ne m'inspirait pas trop. Pourtant j'ai toujours gardé une lueur d'espoir car la météo que je consulte réguièrement prévoyait entre 14h00 et 16h00 un créneau sans eau . Toute la matinée et même pendant le repas je me suis fait charié par ma moitié qui n'avait cesse de me répéter : elle est où ton éclaircie ? Elle est où?. Que ne fut pas ma joie lorsque sur le coup de 13h00 / 13H15 alors que je me préparais,lorsque le soleil fit son apparition.
Ja laissais " la Mée" à la maison puisqu'elle ne voulait pas prendre de risque et en moins de temps qu'il faut pour l'écrire je filais sur l'office du tourisme pour attendre sans trop d'espoir d'éventuels " clients".
Comme je le disais précédemment mon attente fut veine: Pièche pas un, même pas ceux qui ont acheté des K-ways neufs pour rouler même en cas de pluie disaient-ils.... Allez je tairai les noms, mais ils se reconnaîtront, n'est-ce pas Annie (hi! hi! hi!)
A 14h00 pétantes je partais seul, ou plutôt je roule seul
Dans les rues qui se donnent
Et la nuit me pardonne, je roule seul
En oubliant les heures
Je roule seul
Sans témoin, sans personne, (ça ne vous rappelle rien ?). Je grimpe allègrement la route de Cany pour monter la machine en chauffe et sur le plateau de Senneville une légère brise me vient même en aide, si bien que j'atteignais très rapidement Sassetot. En chemin mes roues ont bien eu à franchir quelques petits ruisseaux coupant la route, notamment du côté de Clainville mais rien de bien méchant par rapport à ce que pouvait laisser penser la quantité d'eau tombée ce matin.  Puis entre Ecretteville et Ancretteville j'ai même du enlever le coupe vent craignant que la soupape de sécurité de la cocotte minute n'explose.
Petit arrêt à Sassetot pour prendre la photo et retour via Valmont.
Et là changement de décor, et de cap,la brise que je croyais pourtant légère à l'aller s'avérait beaucoup plus lourde que je ne le prévoyais, de plus le soleil s'éteignait peu à peu au fil des km  et au loin vers Valmont l'horizon ne laissait rien présager de bon. J'appuyais donc un peu plus fort sur les pédales pour tenter de garder le rythme de l'aller, mais rapidement j'ai du me résigner à réduire lavoilure afin de préserver mes forces.
Comme présagé, quelques gouttes marquaient mon passage à Valmont mais sans réelle conséquence, puisque quelques hectomètres plus loin c'était terminé. Je retrouvais alors mon aisance sur la voie verte jusqu'à Colleville, puis ensuite sur la route entre Colleville et Fécamp ne connaissant pas l'état de la voie verte en cet endroit rendu délicat par temps de pluie.
J'arrivais toujours aussi seul à Fécamp, fier de mon "groupe" et de sa sortie.
N'y a t'il pas quelqu'un qui a dit:
"Pour vaincre, il nous faut de l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace"
Allez à dimanche si toutefois on ne me met pas en quarantaine.....
Le cyclo atteint du V.C.F.C.virus
 

Dimanche 01 Mars 2020

Brevet d’ouverture
de la saison. (Dimanche 01 Mars 2020)

Ce matin, de bonne heure sur le pont, c’est la reprise de nos brevets officiels. Je dois passer à la boulangerie pour récupérer les chouquettes et les viennoiseries qu’Annie a commandée et ensuite préparer le préau pour que nos premiers cyclos soient accueillis comme il se doit. Je ne tarde pas à voir arriver notre secrétaire avec les thermos de café, l’apéritif pour ce midi et tout ce qu’il faut pour ces moments de convivialité.
La Mé Théo, ce vieux chameau qui nous a déjà prédit des journées pourries, nous annonçait aujourd’hui un temps à décorner les bœufs. Comme à son habitude ce n’était que pour décourager les frileux, dommage pour eux, c’était un temps pour bien faire une sortie vélo.
Les cafés bien tassés au fond de l’estomac, arrive le grand moment du départ et les recommandations de prudence et la minute de silence en souvenir de notre ami Philippe disparu cette semaine. Les groupes prennent la route, ne reste plus que le groupe C, nous sommes treize, il va nous arriver quelque chose. Afin de respecter nos dames qui n’ont pas beaucoup rouler, voire pas du tout, pendant la trêve hivernale, un rythme de 18, 19 km/h est appliqué. Jusqu’au Bec de Mortagne, tout va pour le mieux, la petite bosse du village a vu les découragements descendre dans les cuisses de certaines de nos dames et il a même été entendu que le chemin du retour était envisagé. Je ne citerai pas mais la prochaine fois, je lui arrache l’antenne de sa radio. Cap’tain Gégé fait route au port car il faut qu’il prenne soin de sa nouvelle rotule.
Je le savais, partir à treize, il allait se passer quelque chose, c’est Eric qui perce de l’avant, avec des jantes pour pneu sans chambre, vous vous souvenez, le « Chef », l’année dernière avait passé la moitié d’une sortie pour démonter (hi, hi, hi !). Nos dames qui soufflent à la moindre petite bosse, partent pour gravir le grand Duval tranquillement pendant que nous œuvrons autour de cette roue.
Une fois tout rentré dans l’ordre et le groupe rejoint, le petit vent devient favorable et tout va pour le mieux. Dans la descente de la chapelle de Biville, la côte pour retrouver Riville est peut être de trop pour cette reprise et quelques unes de nos dames préfèrent prendre à gauche et nous attendre à Valmont, c’est raisonnable pour un premier brevet.
Tout le groupe reformé, nous rentrons vers la capitale des terres neuvas pour le pot de fin de brevet et le tirage du bon.
Un bon premier brevet, 33 participants ont émargés la feuille de présence, pas de pluie et peu de vent, elle est pas belle la vie !!!!!!!!
Didier