Adresse
/
Téléphone
 

Les Brèves du groupe A d'après Michel Grémont

Brevet d'Antifer
Pour un début de saison, la comission calendrier a eu un peu la main lourde en plaçant ce parcours "difficile" en cette fin de mois de Mars. Ce parcours déjà pas facile sur le papier l'est encore moins sur le terrain d'autant plus que le vent léger si complésant à l'aller est devenu fort désagréable au retour, s'emplifiant même au fur et à mesure que nous touchions au but.
Lors de notre remontée du port d'Antifer nous avons croisé quelques membres du Groupe B qui eux effectuaient la descente, alors que d'autres prudemment les attendaient au sommet (nous avons les noms des coupables,..)
Voilà ce qui a été l'essentiel de notre escapade dominicale.
M. Grémont
 
Antifer, point de rencontre...
 

sORTIE DU gROUPE c (31/03/2019)

 
Brevet d’Etretat
Petite fraicheur ce matin, rien de catastrophique puisque nous ne sommes pas moins de37 membres à avoir émargé la feuille de présence. A savoir que nous comptons parmi nos membres, deux nouveaux , Ghislaine et Eric qui ont pris leur licence hier, l’accueil qui leur a été réservé cet hiver pendant nos « galochades » et les sorties auxquelles ils ont été conviés ont suffi à leur prouver que chez nous, nous savons faire du vélo à vitesse intelligente et que la bonne humeur est de rigueur.
Pour commencer, l’échauffement habituel, nous montons vers Saint Léonard, dès la mâture ce sont Michel et Josselin qui étaient en pleine mécanique, une formule 1 c’est compliqué a réglé mais dès que tout fonctionne, c’est rapide. Nous en avons eu la preuve rue du Président René Coty quand ils nous ont déposés dans la montée en faisant un déplacement d’air qui aurait pu nous envoyer dans le trottoir. Ce fût ensuite Jean Claude qui fit de même avec un courant d’air moins puissant.
Notre Capitaine de route a proposé, à la vue du nombre de participants de prendre les chemins de travers et de rejoindre Les Loges par ce petit chemin, qui ne sent pas encore la noisette mais le fumier qui est épandu dans les plaines. 18 cyclotes et cyclos, dès la reprise de la D940 nous faisons deux groupes pour la sécurité et ne pas trop gêner la circulation. C’est dans un petit coup de cul avant Bordeaux Saint Clair que quelques musclés en manque de roulage se tirent une bourre pour n’être rejoint qu’à Etretat où nous avons fait la pause café de bonne heure.
En reprenant le brevet, la côte pour atteindre Villainville va faire la sélection, pas dure mais longue et le dénivelé le plus fort est au sommet. Nous apercevons Daniel, bien esseulé qui prend la direction des Loges, juste un conseil pour nos collègues, ne pas laisser un cyclo seul derrière et pour toi Daniel, si le groupe A roule trop vite, refais toi une santé avec le groupe B, ils sont sympas, ont l’esprit club et roulent bien aussi. Nous faisons une halte « groupir » avant de continuer pour atteindre Criquetot où le groupe B nous fait ses amitiés en nous dépassant après avoir été faire le plein au « Cap d’Antifer ».
La grande descente en direction de Fongueusemarre nous rappelle qu’il fait encore « frisquet », mais la remontée redonne des calories, puis comme nous sommes dans le secteur des montagnes russes, une deuxième descente appelle une deuxième montée et notre ami Roland qui est de retour ce matin commence à nous montrer que le manque de kilomètres et les vacances sont à éliminer.
Epreville, je fais route avec notre journaliste radio et lui conseille de se mettre à l’abri de mon imposante stature et qu’elle n’a rien à craindre car je n’ai pas englouti de chili con carné hier soir donc pas de gaz. Le premier « boujou » au rond point de Tourville, nos Toussaintais redescendent en cœur, Notre journaliste radio rejoint son « Jeannot », peut-être sous la douche mais ça ne nous regarde pas et le reste de la bande fait cap sur Fécamp. Un peu avant d’arriver à « la Roquette », le vélo supersonique de cap’tain Gégé semble à plat, qui à débranché la batterie ?
La séparation pour moi se fait au rond point de l’hôpital et je rentre à la capitale du « chucre » par la voie verte, bien calme pour un dimanche midi. Une matinée bien agréable, des côtes, des descentes et du plat, quoi demander de plus si ce n’est que ce soit ainsi et aussi nombreux à chaque brevet.
Bonne semaine à toutes et tous, il me reste encore deux semaines à vous foutre la paix le jeudi après vous devrez me supporter la semaine aussi.
Un futur retraité

 

Sorties du jeudi 28 Mars 2019

 Respectons l'ordre chronologique et commençons par la sortie du Matin (renseignements fournis par Michel Grémont).
C'est par une température bien fraîche que s'est déroulée cette sortie que nous sommes dix à avoir effectuée. Pour se faire et pour plus de sécurité, nous prenons la voie verte, du moins nous l'espérions car aujourd'hui celle-ci était fermée pour cause d'élagage. Nous pourrons l'emprunter toutefois à Colleville et ce jusqu'à Riville. La suite du parcours nous verra nous rendre à Ourville puis descendre sur Grainville la Teinturière afin d'attaquer la côte de Bosville qui comme un juge de paix  délivrera une sentence irrévocable et imposera un arrêt au sommet pour redonner un peu de forme au peloton....Le retour s'effectuera par Ruville et Cany pour nous permettre d'attraper la voie verte jusqu'à Bertheauville et ralier Fécamp après cette dernière difficulté.
Michel Grémont.
Remarque de la com:
J'ai cru comprendre qu'il y avait quelques sentiments divergeants concernant l'heure de départ des Groupe A et B pour dimanche prochain.... Je rappelle qu'il n'a jamais été question de départ à 8h30 , et que le départ est programmé à 9h00 (heure d'été évidemment) comme stipulé dans le calendrier 2019.
 
Et maintenant au tour du groupe C.... La semaine dernière je me réjouissais du nombre de participants (20), que penser alors aujourd'hui avec ce chiffre record pour un jeudi A.M. : 22 et encore il y avait quelques habitués manquants.... Ce record bien sur sera surement encore amélioré. Par contre si ce chiffre est satisfaisant et réconfortant il n'en reste pas moins  que ça fait une masse importante sur la route. Voyant que nous commençions à faire bouchon, nous decidions de faire deux groupes à partir de Colleville, après quelques réglages nous y sommes parvenus et c'est ainsi beaucoup plus tranquille que nous atteignions Valmont. La suite du parcours fait de plus petites routes à faible circulation permit le regroupement au moins jusqu'au pied de la côte de la petite Chapelle de Biville car inévitablement cette bosse joua son rôle de sélection en fonction  du niveau de forme de chacun(e).
Revenons à l'effectif du jour où parmi les 22 participants figuraient Marie France et Jean Pierre Letiche qui de passage quelques jours en région Fécampoise n'avaient pas oublié leurs machines afin d'honorer de leur présence notre rendez-vous hebdomadaire du jeudi . Cela nous a fait grand plaisir de les retrouver eux qui ont choisi depuis près de deux ans maintenant le Limousin pour nouveau lieu de résidence, comme je pense il en a été également de même pour nos deux amis. Une autre heureuse surprise aussi aujourd'hui c'était de constater que l'Ami Marco cyclo de Goderville déjà présent avec nous la semaine passée, récidivait aujourd'hui. c'est donc qu'il ne se sent pas si mal que ça parmi nous , enfin qu'il soit rassuré, il sera toujours le bienvenu parmi nous s'il le souhaite et comme il en a émis le désir. Autre présence également plaisante ce jour, celle de Christelle qui malheureusement à son goût ne trouve que trop rarement le temps en ce moment de se consacrer à ses loisirs préférés .
Pour le reste du parcours, aucune autre difficulté ne se dressait devant nos roues et c'est donc  assez rapidement pour les uns et plus calmement les autres que nous rentrions au port avec comme il se doit, une échappée et une déviation par la frégate pour une partie d'entre nous.
 
P.S. :Désormais et pour des raisons de sécurité évidente , à chaque fois où nous serons 20 et plus, deux groupes se suivant à distance respectable seront créés obligatoirement.
Cyclopépère
 
 

Randonnée printanière de Goderville

Affluence record ce matin au pointage, moins les éclaireurs qui n’ont pas voulu descendre pour remonter. Il va falloir prendre un stylo de rechange en cas de panne si ça continu.
Tous les groupes sont présent et nombreux, chacun d’eux partant dans une direction différente en fonction du trajet choisi pour se rendre à Goderville, rien n’est obligatoire, juste une entente cordiale entre les membres.
Le groupe C choisi de monter sur le plateau par St Léonard, vacherie, une côte dès le départ, notre responsable est un tortionnaire. Annie et René ont pris un peu d’avance en montant directement de chez eux, quelques mètres de moins au compteur du dénivelé.
Le regroupement se fait et nous passerons par Manniquerville pour emmener Ghislaine et Eric sur le brevet, une découverte de notre  sport. Devant attendre nos amis, Jacques marque un arrêt sur le parking du château pendant que le reste du groupe file vers chez nos amis organisateurs. Tout le monde se retrouve sur place et les obligations administratives effectuées, nous partons sur une boucle du 30 km afin que nos amis  n’aient pas tracé le brevet pour rien.
De retour à Goderville, mes amis du groupe C sont rentrés vers la capitale de la morue et Jeannot et moi-même sommes resté à la remise des prix où, comme à l’habitude notre club s’est fait remarquer par sa participation en finissant premier.
A noter que la plus méritante, souffrant m’a-t-elle dit, d’incontinence verbale, mais nous le savons, sans être de Marseille, puisque nous avons les nouvelles de tout le Pays de Caux pendant les brevets. Il nous a fallu lui demander de revenir avec un véhicule puisque le bouquet lui revenant ne pouvait arriver à destination intact dans un sac à dos. Notre Radio Tourville n’a pas assez triché sur son année de naissance puisque encore lauréate, la prochaine fois elle aura droit à une licence de moins de dix huit ans (d’émission radio) et je ne sais pas si ce sera suffisant !!!!!
Encore merci à toutes et tous, car c’est grâce à vous si nous obtenons un tel résultat, les autres clubs sont restés scotchés à l’annonce de notre participation.
Mes respects à toutes et tous.
Didier
 
Les résultats
1er FECAMP : 42 participants
2ème NORMANVILLE 28
3ème YVETOT 25
4ème SAINT VALERY 16
5ème PAVILLY 10
6ème LE TRAIT 7

 

Les sorties du Jeudi 21 Mars

 Commençons par le matin où le peloton formé de membres des groupes A et B dénombrait 11 partants si on y adjoint bien sur  René et Philippe qui partaient eux pour leur ballade tranquille. Peu de difficulté au programme si ce n'est la seule côte de Contremoulins où un regroupement était nécessaire au sommet. Le reste du parcours effectué à bonne allure a permis quand même la discussion  et d'entretenir la bonne humeur. A l'arrivée il a été rappelé aux participants que le rendez-vous de dimanche prochain était fixé à 8h30 pour se rendre à Goderville.
(Infos communiquées par Michel Grémont)
 
En ce qui concerne le groupe C l'après-midi, nous n'étions pas moins de 20 , oui ! oui! vous avez bien lu 20.....  C'est le printemps !!!!!!!!!!!!
Je crois que nous ne sommes pas loin d'un record pour un jeudi après-midi. Il faut dire que la météo avait prévu du beau-temps, mais encore une fois ce n'était qu'une prévision car  et surtout pour la première fois de la saison il n'y avait pas trop de vent, ni nous ne sommes  rentrés trempés, le ciel est resté quand à lui d'un gris de chez gris.... Pour  la chaleur aussi on repassera.
Pour revenir à l'effectif, nous n'étions que 18 au départ mais rapidement Jean Claude et Michel nous ont ratrappé pour former les deux dizaines. Dans la côte de Tourville un cyclo de Goderville bien connu des "services de police" (il exercait la profession de motard de la route dans la police) et répondant au nom de Marco s'est également joint à nous, il nous accompagnera ainsi presque tout le parcours nous quittant qu'après le Bec de Mortagne pour remonter sur Goder. par Mesmoulins. Nous étions alors 21 (à quelque chose près c'était 22 si vous voyez ce que je veux dire....). Pas encore très longtemps car notre futur licencié Eric nous quittait à Bretteville du Grand Caux pour des raisons professionnelles. Que dire d'autre ? Que pour nous aussi il n'y avait que peu de difficultés, certaines semblaient d'ailleurs le regretter......Ce n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd, j'ai pris note  et nous verrons dans un avenir proche !!!! (hi! hi! hi!) . Après la dislocation à Carrefour Market  où nous aussi nous avons rappelé l'heure de départ de dimanche prochain , certains ont repris leurs bonnes vieilles habitudes en retrouvant leur frégate. Moment très agréable surtout quand Odile et Marie Pascale se partagent l'addition à l'occasion de leur prise de bougie supplémentaire. Merci à elles.
Cyclopépère
 

Brevet du pigeonnier de Thérouldeville. (17 Mars 2019)

Les dimanches  se suivent et ne se ressemblent pas toujours, le vent est présent mais il a faibli pour nous laisser sortir. Jeudi, personne n’a pris la route et j’en suis bien content, le mauvais temps est une des causes d’accident et je vous ai demandé de ne pas chuter cette année.
Eole, pour se faire pardonner d’être encore là ce matin, a décidé de nous aider pour monter la côte de Cany, si son aide va durer une partie de la matinée, tôt ou tard, il va  nous faire face, une autre paire de manches quand les rafales sont à 45 ou 50 km/h. Nous retrouvons Sylvie qui a évité de descendre au préau, deux cent mètres de moins à monter, c’est important sur les fins de brevet et de plus, comme elle fête son anniversaire lors de l’arrêt café, tout lui est pardonné.
Les routes de campagne, à cette saison, sont recouvertes de boue, les cultivateurs travaillent mais oublient que les routes sont utilisées par d’autres véhicules que les tracteurs. Gerponville, c’est le moment de changer de cap et de se souvenir qu’Eole est toujours là. Avant d’avoir Ourville en vue, c’est un groupe motivé du VCF course qui nous dépasse, le déplacement d’air      m’a fait gagner  quelques kilomètres heure mais je ne me suis pas accroché puisque nous n’avons pas vocation à la compétition et surtout que j’aurai été vite ridiculisé !!!
Ourville en Caux, maintenant nous prenons la rue de la Briqueterie et prenons de face les coups de butoir, le ciel prend une couleur bien sombre et le plombier ne sachant pas changer correctement un joint, c’est la fuite et nous recevons la bénédiction des dieux. Par précaution, le vêtement de pluie est enfilé dès Riville car l’horizon n’annonce rien de bon, encore une vacherie de plus de la « MéThéo ». Afin de pouvoir respecter la tradition du « petit noir », nous bifurquons vers Valmont après nous être fait dépasser par le groupe B. Nous voulions un café chaud et sucré mais avant d’attaquer la descente du bois du château, le ciel nous a envoyé quelques glaçons pour l’apéro, il est un peu tôt et j’ai encore la dinde au whisky en travers de l’estomac.
Pose café, moment de convivialité et de discussion tout azimut et Sylvie, dans sa grande générosité, a réglé la note pour ses vingt et quelques années, encore bon anniversaire et merci pour ce café.
Le retour par la voie verte, sauf pour notre cap’tain Gégé qui a préféré la route normale afin de faire parler la poudre de son assistance supersonique. Encore une matinée fraiche et un peu humide mais comme à l’habitude, amicale et sportive, vivement quand même le beau temps . La semaine prochaine, le premier  brevet extérieur      à Goderville avec départ pour tous les groupes à 8 H 30 de l’école Jean Lorrain.
Didier  

Les Brèves du groupe A par Michel Grémont
Comme l'a décrit Didier, le vent était quand même un peu moins fort que la semaine dernière , je dirai même que c'était plaisant de monter la route de Cany, avec une légère assistance . L'état des routes par ces temps de crotte que nous subissons en ce moment laisse un peu à désirer, si bien qu'après Miquetot le pneu arrière de Sébastien éprouvait le besoin de souffler un peu lui aussi. Le temps de réparer et c'est le groupe B qui fondait sur nous, mais il n'y avait pas que le groupe B qui nous tombait dessus car c'était sans compter sur le ciel qui nous envoyait quelques surprises glacées du côté de Gerponville. Nous rattrapions nos collègues du groupe B à Ourville et un peu plus tard à Normanville bis répétita nouvelle averse de grélons... Nous en rechoperons une nouvelle à Colleville où je prenais congés de mes partenaires du jour.
Pour info, Jean Jacques Leroy était bien avec nous mais comme d'hab. arrivée limite qui ne lui a pas laissé le temps de pointer
Michel

Les photos du jour                                                                                                                               
 

Sortie du groupe c : Jeudi 14/03/2019

En ce début de saison, la météo est décidément bien capricieuse, une nouvelle fois ce jeudi Eole avait de bien gros poumons....
Malgré l'avalanche de coups de téléphone ce midi m'annonçant tous des abandons avant départ, je décidais quand même par acqui de conscience de me rendre à vélo jusqu'à l'office du tourisme au cas ou.
Comme je n'étais pas en retard et qu'il n'y avait pas encore âme qui vive au départ, je faisais un petit tour jusqu'au musée en passant par "la boucane"....et là,c'est à peine si je pouvais avancer.
Ma décision était prise alors, s'il n'y avait personne à 14 h 00, je rentrerai à la maison. Qui fut pensé fut fait, car personne n'avait osé braver ces conditions. Et c'est donc avant l'heure prévue que je réintégrais mes pénates bien content quand même .

P.S. : Je suppose que ce matin , avec la pluie en plus, il ne devait pas y avoir grand monde non plus.....
Cyclopépère qui ne sent plus le moisi.
 

sortie tempètueuse du dimanche 10 Mars

 Médaille du mérite ou camisole de force, à vous de juger.... Certes il fallait bien être un peu givré ce matin pour oser braver les caprices du temps, mais bon quand on aime....
Au total nous étions neuf à prendre la route ce matin : 6 costauds: Yannick, Michel, Patrice, Antonio, Jocelin et Jean Jacques L. et 3 du groupe C: Jean Félix, Eric (un p'tit jeune qui en veut) et moi-même. Je n'hésite pas à dire que les 6 "bêtes" du groupe A devraient avoir droit à la médaille du mérite car eux seuls ont parcouru le parcours prévu au calendrier. Quand on connait le parcours  de l'aller jusqu'à Criquetot avec le vent dans le nez et bien il fallait vraiment en vouloir. Antonio lui en voulait peut-etre un peu moins et trouvant les raffales de vent un peu trop fortes à son goût, refaisait cap sur le port d'attache dès Tourville les Ifs. En ce qui nous concerne nous les représentants du groupe C nous avons carrément boycoter le parcours initial par un itinéraire que nous aurions pu croire plus calme.... Dans la vallée de Ganzeville le vent se montrait tourbillonnant alternant entre les périodes de calme et des raffales bien piègeuses entraînnant ainsi de nombreux écarts, la montée du bois de Daubeuf / Bénarville fut appréhendée sans problème puisque abrittée, par contre la chaussée était jonchée de branches , brindilles ....Les amateurs de bois n'auront qu'à se baiSser pour faire fortune....Ensuite de Bénarville à Ypreville Biville plus besoin de pédaler , il n'y avait qu'à surveiller le guidon. Les choses commencèrent à se regater après  Sorquainville pour rejoindre Riville où là le vent de côté voulait nous mettre à tous prix dans le talus, mais nous savons résister et il n'en est heureusement rien advenu . Dans la descente de Riville, nous aurions pu croire que nous étions dans un col tant il fallait appuyer sur les pédales. Vite fait nous retrouvions le voie verte bien encombrée aussi par les branchages mais malgré tout un tout petit peu moins ventée que si nous avions du rester sur la route. Tant bien que mal nous rejoignons Fécamp à petite vitesse et il était près de midi lorsque nous arrivions au terminus.
Pour en revenir au groupe A, ils ont aussi eu la surprise de se faire doubler dans la côte du lycée par un papy en V.A.E.,...Je crois qu'il n'en sont pas encore revenus... Ah les boules !.Ensuite après les difficultés passées et surement pour souffler un peu,ils ne trouvaient pas mieux que d'aller prendre un bol d'air en bord de mer sur la plage d'Etretat, ils trouvaient sans doute qu'ils n'avaient pas encore été suffisamment ventés.... Le retour se faisait alors le grand spi déployé et c'est sans autre difficulté qu'ils rentraient à la maison.
Tout est bien qui finissait bien, il ne reste plus qu'à espérer que le beau temps revienne vite maintenant.
Cyclopépère avec les renseignements de Michel pour le groupe A
 
 
 
Sortie tempètueuse
 

L'éTRANGE SORTIE DU MINI GROUPE C jeudi 07 /03 après-midi

La matinée ensoleillée de ce dernier jeudi laissait pourtant entrevoir une perspective heureuse malgré le vent fort pour le bon déroulement de notre sortie de l'après-midi. Malheureusement à l'heure fatidique où nous nous préparions pour sortir, les premières gouttes faisaient leur apparition. Le temps de se rendre vent debout à l'office du tourisme en constatant de plus que le ciel était tout noir sur la mer, c'était une véritable averse qui s'abattait.....
Allions nous trouver du monde au départ ?
Et bien oui, nous n'étions pas les seuls fadas.... Enfin presque puisque nos coéquipier(e)s étaient tous venus en voiture excepté le pauvre Jean Louis Bellet F qui lui venant d'Ancretteville avait déjà eu le droit au vent contraire et à la douche gratuite. Pour les autres: Evelyne, Nicole, Mln, et Dominique notre sympathique grincheux du jour, les vélos étaient bien restés à l'abri dans le coffre des voitures. Ce qui laissait entrevoir la grande envie de pédaler de nos amis
Et maintenant , qu'allions nous faire comme le chantait Bécaud ?
Je vous garantie qu'une nouvelle fois, il m'a fallu faire preuve de ma force de persuasion pour arriver à leur faire sortir le vélo en écoutant toutefois leur revendication portée par Nicole leur "délèguée syndicale" et portant sur le remplacement du parcours initial par un parcours plus adapté aux conditions météo du jour. Comme l'on sait que le bonheur des uns fait souvent le malheur des autres nous avons apris sur les ondes de Radio Tourville qui portent quand même au delà de Valmont, que Sylvie V. qui était parti avant nous sans passer par la case départ et sans aviser de son intention se trouvait seule au sommet de la côte de Tourville en train de nous attendre.....c'était bien évidemment regrettable et fort domage mais encore aurait-il fallut que nous le sachions.
En ce qui nous concerne nous avions opté pour le parcours suivant: La voie verte jusqu'à  la gare d'Ourville, puis direction Ourville jusqu'à la patte d'oie, remonter jusqu'à Riville, et enfiler la côte de la petite chapelle de Biville, Ypreville, Limpiville , le bois, Daubeuf et enfin la vallée semi- abritée de Ganzeville, soit 45 km.
Qui fut dit, fut fait.....mais alors ! non sans mal..... Tout d'abord le soleil revenu nous attaquions la voie verte, quand à peine la gare de St Ouen passée une pluie fine nous rattrapait, mais bénéficiant alors du fort vent favorable, c'est à peine si nous la sentions sauf Nounours qui émettait ses premiers grognements. Le soleil revenait rapidement  et c'est ainsi ragaillardis que nous attaquions la côte de Riville, pas pour très longtemps car à mi-côte un obstacle engageait totalement la voie (voir photo). Depuis quand était-il là ? Nous n'en savions rien, n'empêche que cette voie verte n'est pas si sûre que ça par période de grand vent . Il faudra en tenir compte à l'avenir. Notre gymnastique terminée nous reprenions sereinement  notre route sous le soleil jusqu'à cette fameuse patte d'oie qui nous voyait virer de bord pour nous rendre à Riville et là patatra.... Le ciel s'était de nouveau obscurci et un déluge s'abattait alors. L'intensité de la pluie et du vent était telle que nous faisions presque du sur place, si bien que Nicole et Mln presque en rupture d'équilibre préféraient descendre de machine avant le sommet tout en ne sachant plus si elles devaient rire ou pleurer... Elles purent renfourcher au calvaire (le bien nommé) et c'est avec bonheur que nous nous arrêtions à l'abri bus du village pour retrouver nos esprit et se mettre un peu à l'abri.
Assez rapidement le ciel retrouvait le bleu que nous avions connu au départ, c'est donc rassurés que nous poursuivions notre périple en direction de la chapelle de Biville où là de nouveau surprise: route inondée.... Comme nous avions les pieds déjà trempés, ce n'était plus un réel problème. Arrivés à Ypreville Biville, le ciel redevenait bien pâlot et ce qui devait arriver arriva..... Encore pire que l'épisode de Riville et c'est avec grand soulagement que nous ferons halte une nouvelle fois à l'arret bus de Limpiville près de la mairie où malgré tout le froid commençait à nous gagner, même que notre gros nounours mal léché changeait de personnage pour jouer celui du petit Gibus dans la guerre des boutons: Si j'avais su j'serai pas v'nu... Heureusement l'épisode de Limpiville se terminait comme celui de Riville, le soleil était revenu.....
Combien de temps? suffisamment pour rentrer  au port sans essuyer un nouveau coup de tabac et c'est presque secs (sauf les pieds) que nous retrouvions notre point de départ.
Je suis sur que cette sortie restera gravée dans la mémoire des participants qui ont fait preuve d'un courage exemplaire tout au long de cet après-midi mouvementée. Certains d'entre vous dirons que c'était de la folie.....Nous les laisserons dire, en tous cas une chose est sûre nous en avons déduit que la peau ne traversait pas et que nous sommes pas encore fondus.
Je terminerai ce long bavardage  par un message personnel adressé à Mln qui souhaitait me voire franchir le seuil de son officine  pharmaceutique avec la crève aujourd'hui , je la rassure je vais bien et je serai là dimanche prochain , moi !
Cyclopépère
 
 

Sortie du Jeudi 07 Matin (matin) Groupes A / b

 Nous n'étions guère nombreux pour cette première sortie matinale du jeudi de l'année . Six au départ puis bientôt 7 puisque rejoints par Jean Jacques Leroy à la sortie de St Léonard. Premier petit souci mécanique de l'année également au départ j'ai du remettre correctement ma roue que j'avais rapidement réparée dimanche dernier et qui ne me semblait pas bien "rouler rond".
Nous avons du affronter un fort vent de côté en montant la route d'Etretat, et le renfort de Jean Jacques fut fort utile pour lutter à 7 comme cet ennemi qui nous veut du mal, afin de ralier Manneville la Goupil.
Et là, Ouf! nous virions de cap et sortions le grand spi .....Quel bonheur alors ! Rejoindre Tourville ne fut qu'une formalité . Nous y laisserons au passage nos régionaux de l'étape (Jeannot et Daniel) et continueront avec le même bonheur jusqu'au port, sans oublier de se fixer rendez-vous pour dimanche prochain.
Michel Grémont
 

Brevet d'ouverture ou la rentrée....

Cette brave, mais maintenant trop vieille « Mé Téo », toujours prête à nous faire des farces. Elle nous avait annoncé en début de semaine un déluge avec vent et pluie abondante, il n’en fut rien. Le « Pé Téo » me l’a souvent dit, « la cré pas, a dit que des conneries ». La preuve en est faite, comme  je fais des blagues à tout le monde, elle se venge !
Ce matin, petit café avec viennoiseries avant de partir, comme de coutume, pour ce premier brevet de l’année. Nous ne sommes pas moins de 32 à avoir émargé les feuilles de pointage, plus nos deux accueils, Ghislaine et Eric, qui veulent savoir si c’est un bon club, ou pas, avant de franchir le pas qui fera d’eux des cyclos à part entière.
La logique est respectée, les groupes A et B prennent le départ et nous suivons, le tri sélectif est fait, c’est vrai qu’on se croirait à une manif des Gilets Jaunes avec tous ces coupes vent. Pour nous rappeler que le cyclotourisme est un sport santé, une bonne côte pour rejoindre Saint Léonard, histoire de faire chauffer les cuisses de ceux qui manquent de roulage, merci pour moi ! Avant de descendre dans le fond Pitron, Jean Félix lance les festivités, première crevaison de l’année. Cap’tain Gégé, Jean Félix et votre serviteur œuvrons pour rendre la forme de gâteau à son pneu car avec « vahiné » c’est gonflé !
Nous menons la chasse au groupe qui est monté vers Gerville pendant la crevaison, nous faisons la jonction à 500 m de la  localité, le groupe s’est arrêté pour nous attendre. A Gerville, une petite hésitation quant à la direction à prendre, le grand chef du groupe C nous montre le chemin, tel le berger à son troupeau. Manniquerville puis la Couarde avant de traverser la D925, ce matin c’est calme, les pêcheurs sont tous à la messe. Il n’y a que les cultivateurs qui ne sont pas sympathiques, la boue sur la route va faire du groupe, une station de lavage.
Avant d’arriver à Bretteville du Grand Caux, un automobiliste, plus que prudent est resté derrière nous pendant deux kilomètres, il voulait peut-être aller à la messe et espérait arriver après la quête. Toujours un peu de vent depuis le début de ce brevet mais dès Annouville Vilmesnil, c’est un vent arrière que nous offre Eole et tout le monde a une assistance, comme Gégé. Au Grand Duval, nous bifurquons pour revenir par la vallée et c’est notre groupe A qui est à l’arrêt, une crevaison de Gilles et la randonneuse donne du fil à retordre mais quand dès le départ c’est Sylvie qui crie « crevaison », tout le monde vérifie ses pneus.
Nous pensions voir fondre sur nous les athlètes de ce groupe mais une autre crevaison avec deux changements de chambre à air a eu raison des espoirs de nos gladiateurs et ils sont arrivés bon derniers au préau où nous avions un apéritif amical.
Pour un temps pourri annoncé, juste un peu de vent mais surtout nous avons retrouvé le plaisir de pédaler ensemble le dimanche et je jure que je n’ai pas dit trop de bêtises, juste donné à Radio Tourville le moyen efficace d’arrêter Jeannot de ronfler, demandez lui le remède, elle se fera un plaisir de vous expliquer.
Didier
Ce montage a été réalisé à partir des photos et vidéos, de Mln, Michel G, Marie Pascale et Cyclopépère
P.S. : Bravo et merci à toutes les participantes et participants qui ce matin ont fait preuve d'un courage exemplaire malgé les prévisions météorologiques soit disant catastrophiques... Ainsi qu'à ceux qui ont préféré différer leur reprise mais qui se sont venus pour nous témoigner de leur amitié en se déplacant soit au départ , soit à l'arrivée.
Une mention spéciale à l'ami Michel Vidonne qui malgré ses soucis d'horaire est parti seul devant et que nous n'avons jamais rattrapé ainsi qu'une pensée à celles et ceux qui au travail ce matin n'ont pu être des nôtres, ou qui étaient retenus pour d'autres motifs.
Je termine par une petite recommandation en vous demandant de faire un petit tour en page d'accueil du site et de cliquer sur la rubrique (menu) nous contacter: Marie-France et Jean Pierre Letiche vous y parlent....
A demain pour le concours.
Cyclopépère
 
 

Pluie du matin...

Si la pluie du matin n’arrête pas le pèlerin, que fait celle de l’après-midi envers le cyclotouriste ? Elle ne l’arrête pas non plus !
Ainsi, hier après-midi, je suis parti sous le soleil avec lequel nous étions habitués depuis plusieurs jours et, oh surprise, me voilà rattrapé par une petite averse à l’entrée de Ganzeville. Le vent fort qui soufflait dans la bonne direction (en ce qui me concerne) était une aide de bon aloi et je continuais sans autre considération. Mais la petite averse devint rapidement une grosse pluie qui nécessita la pose d’un KW sur mes épaules. La vallée du Bec de Mortagne « avalée » me voilà arrivé au pied de la côte du bois de Bénarville où se trouvaient plusieurs personnes vêtues de gilets non pas jaunes mais oranges, armées de fusils et de cannes, des fois qu’un lapin viendrait à leur faire peur. La montée se fait vent de face, les roues dans l’eau qui dévale la pente et je rejoins le plateau avec encore un vent favorable et toujours sous la pluie qui déborde de mes chaussures. C’est certain, il va me falloir écoper dès mon retour à la maison !
Après avoir rejoint la vallée de Sorquainville, puis Valmont, j’emprunte alors la voie verte et la pluie cesse !! (pas le vent qui maintenant souffle de face). Je dois dire que c’est, à n’en pas douter, la première fois où je parcours cette voie sans la présence de promeneurs.
De retour à la maison, je dois laver le vélo car 25 ou 30 km sur les 44, parcourus sous la pluie il était dans un sale état.
Allez, pas de regret et à dimanche prochain  (sous quoi ??)
Michel,