Adresse
/
Téléphone
 

Brevet Lady. Jeudi 30 Mai 2019

Jeudi de l’ascension, notre capitaine de route nous a concocté un tracé avec  pas moins de quatre bonnes côtes pour être en adéquation avec la fête religieuse du jour. Nous accueillons un ami à Joël pour une première sortie, ce n’est pas sur ce genre de brevet qu’il est conseillé de débuter.
Nous montons à l’hôpital histoire de se mettre en jambe, les premiers petits soucis de notre accueil, perdu dans les vitesses du vélo de Joël qui ne passent pas bien, bénéfice net, un gros retard au sommet. En direction de Tourville, nous retrouvons notre animatrice radio préférée ainsi que Georges et Sylvie. Je prends en charge notre accueil afin de lui expliquer comment rouler avec le minimum de difficultés et comment utiliser les leviers pour changer les développements. Le prêt d’un vélo, c’est très sympa mais pour que la monture soit bien adaptée au cyclo, il faut du temps pour les réglages.
Annouville, nous changeons de cap et le vent devient notre allié, toutes les recommandations pour la descente du bec car un risque de trouver des  virages humides au pied de cette côte. Nous allons tout droit, la route neuve comme la nomme les habitants de la localité, tous les conseils donnés pour faire la grimpette, dès les premiers virages, suite certainement à une mauvaise manœuvre, notre ami se retrouve sur le sol n’ayant pas eu le temps de déchausser suite à un saut de chaine. Chute sans gravité, juste l’égo un peu entamé. Tout remis en place, nous montons tranquillement, la montée est difficile et comme c’était à craindre, ce n’était pas le bon jour pour commencer, Joël repart par la vallée avec son ami qui ne veut et ne peut plus aller plus loin.
Le reste du groupe reprend sa route et arrive l’Orval, un coup de cul auquel n’aurait pas résisté notre ami, descente tout schuss vers Valmont pour remonter Thérouldeville. Un tortionnaire notre chef je vous dis ! En faisant (pan, pan) route vers Sassetot, nous apercevons le groupe B qui arrive de cette agglomération, nous les suivons à 500m puis ils disparaissent au gré des virages. Le café est pris au petit estaminet de Thérouldeville où Jean Félix s’attendait à voir un gros poilu au service, la jeune femme s’était fait le maillot, donc il n’en fut rien !
Il ne nous restait plus qu’à rentrer après un bon brevet, les côtes furent avalées sans soucis et avec bonheur. Belle matinée malgré ce temps maussade mais nous n’y pouvons rien.
Didier
Michel Grémont nous communique que les groupes A et B ce jeudi matin n'ont fait qu'un . Voici ses photos ainsi que celles de Marie Pascale
 

Valliquerville: La route du Lin 2019

Nous avions rendez vous pour un départ de Valliquerville à 8h30 et se sont donc huit membres qui vont décoller (c’est normal puisque nous « avions ») du pointage pour un brevet de 50 km annoncé sans difficulté. Nous ferons le trajet aller jusqu’au ravitaillement avec 75% du club des randonneurs Havrais qui aujourd’hui compte 4 membres et ils étaient 3 sur ce brevet.
Nous irons donc jusqu’à Ectot l’Auber pour faire manger Annie qui réclame sans arrêt des victuailles, la mauvaise habitude sans doute d’aller en reconnaissance pour trouver un bon restaurant pour diverses associations (je vais encore me prendre des coups !). Nous traverserons Flamanville sans trouver la centrale nucléaire, puis la Hongrie sans non plus avoir vu la frontière puis St Etienne sans voir un vert ni boire un verre ! Quel drôle de brevet Européen, serons nous rentrés pour souhaiter la fête des mères et aller voter !
Finalement, nous sommes sur la bonne voie puisque nous arriverons à un passage à niveau où nous verrons passer un train régional aux couleurs de la Seine Maritime et le conducteur a reconnu son ancien collègue « Jacques » et il nous a salué de deux coups de corne.
Le ravitaillement fait, Annie, les joues comme un hamster nous faisons route vers le point de départ, nous repasserons à Flamanville sans trouver la centrale, certainement  un homonyme. Nous avons sillonné le Pays de Caux par de toutes petites routes qu’affectionne Daniel, le Président du club de Valliquerville, c’était un vrai bonheur et une découverte, certaines routes ne faisaient pas plus de 2 m de large mais avec un revêtement parfait.
Vous trouverez le classement sur le forum dès que notre allobroge chanteur nous l’aura mis en ligne, nous avons eu le droit au chant des Allobroges car Chambéry a gagné sa première coupe de France de handball. Si le cœur vous en dit cliquez sur  le lien vous entendrez ce que nous avons subi ce matin !
 
 
Le Palmarès par l'Allobroge:
De retour après avoir accompli, en compagnie d'une partie du groupe C, cette belle boucle de 50 km qui fut très agréable et pratiquement plate, sur de petites routes peu fréquentées et très carrossables à travers le tapis vert de la campagne cauchoise, je vous communique les résultats de cette 21e route du lin.

 
Nombre de participants total : 291
Nombre de participants route : 192
Nombre de participants VTT : 99
Marcheurs : 5

 
Catégorie route :
1er Yvetot 37 participants
2e Fécamp 22 participants
3e Allouville 15 participants
4e Luneray 12 participants

 
Catégorie VTT :
1e Yvetot 16 participants
2e Bolbec 7 participants
3e Gravenchon 5 participants

 
Dame la plus méritante : Dieppe
Homme le plus méritant : Yvetot, 87 ans
Jeune fille et jeune garçon : Yvetot
 
 
 

Sortie groupe C : Jeudi 23 Mai 2019

Le temps n’est pas au mieux, mais il n’est pas annoncé de catastrophes climatiques ni de tsunami, pourtant, il n’y a pas foule au rendez-vous de 14 h00 pour ce brevet du jeudi après midi. Comme il est dit dans certains sketchs d’humoristes, il n’est pas nécessaire d’avoir la quantité quand on a la qualité.
Le premier plaisir de la journée, monter à St Léonard par la rue du Président René Coty, je n’ai pas crié aussi fort que Pierrot en passant devant chez lui comme il l’a fait ce matin en passant devant chez moi pour me souhaiter ma fête avec tous les autres membres , merci beaucoup mais la saint C… c’est tous les jours, je plaisante bien sûr, merci à vous !
Il ne fallait surtout pas aujourd’hui faire la locomotive car notre capitaine de route nous a concocté un parcours où même son GPS y perd son latin. C’est à Gerville que nous récupérons René Recher, un vrai bonheur de pouvoir faire quelques kilomètres avec lui mais le jour était mal choisi car c’est un parcours de montagnes russes, un casse pattes pendant lequel nous avons entendu souffler Dominique qui avait encore quelques litres de bière sous pression à évacuer (lol).
Je serai dans l’incapacité de vous retracer tout le parcours tellement nous avons tournicoté dans tous les sens, parfois je reconnaissais des portions de routes que nous empruntons de temps à autre mais les petites que nous fait découvrir Jacques sont inconnues au répertoire. Nous avons traversé Ecrainville deux fois, une histoire de bègue sans doute, ou bien de zébulon car nous tournicoti tounicotons avec grand plaisir. Nous nous retrouvons tout à coup dans la route du bois, elle est ensablée, obligation de passer en 4x4 pour pouvoir sortir du fesh-fesh qui recouvre la route. Cap’tain Gégé avec son assistance s’en est très bien  sorti, tel un motard de l’enduro du Touquet.
Quelques dénivelés à faire rougir les dents de la cassette, rien d’impossible puisque nous sommes tous revenus avec le sourire et la dureté de certains dénivelés oubliés. De retour vers les Ifs, le GPS du chef s’est mis en grève, le temps de réagir nous étions passés la route qui nous menait au calvaire de fin de brevet, ce sera pour une prochaine fois.
De retour sur Fécamp, quelques gouttes font leur apparition mais le temps de rentrer en ville c’est déjà fini, pour finir ce brevet, nous ne dérogeons pas à la bonne habitude de terminer par un pot de l’amitié pris cette fois à la boucane, sponsoring oblige !
 Belle randonnée avec la découverte de routes bien agréables et surtout une solidarité au sein du groupe.
Didier
 

Groupe A/B : Sortie du Jeudi 23 Mai 2019

Ce matin la sortie était placée sous la protection de St Didier , le Saint patron de notre président....qui à l'heure où la chorale composée de huit membres du petit groupe que nous formions s'esclaffait à pleins poumons en passant devant son domicile, devait dormir encore à poings fermés.
C'est par la voie verte que nous y sommes arrivés, une voie verte qui devait nous emmener ensuite jusqu'à Riville, pour  reprendre la route normale et continuer sur Ourville, Cleuville, Sommesnil, et piquer sur Héricourt et sa vallée de la Durdent si riante par ce beau soleil.
Nous étions alors à peu-près à mi-parcours et il était temps  de songer au retour via Cliponville, Beuzeuville la Guérard, Riville où pour terminer nous bénéficions des largesses d'Eole ce qui nous permis de déployer le grand spi.....
Pour ma part, je quittais mes compagnons de route à Colleville les laissant ainsi filer vers le port d'attache qu'ils atteindront au terme d'une balade sympathique sans réelles difficultés.
Michel
 
Brevet des Moulins.
Ne jamais se fier à la première impression en regardant par la fenêtre, quelques gouttes tombaient ce matin mais le robinet s’est vite arrêté de couler. Nous partons sous un ciel qui se dégage et qui n’annonce aucune mauvaise surprise. Par l’absence de Françoise, c’est Jacques qui se colle au serre file pour ne pas laisser une brebis s’égarer par l’arrière, je prends donc la place du chef, provisoirement, mais surtout pas définitivement.
La vallée de la Valmont est moins fraiche que les jours précédents, le printemps serait il enfin en vue ? Comme de bien entendu, nous voyons partir devant nous les « formules 1 et 2 » qui prennent vite le large au bénéfice du feu tricolore de la route de Valmont. Le groupe se scinde en deux au même passage de ce feu et nous nous regroupons quelques centaines de mètre plus loin, nous pouvons maintenant progresser sur le tracé de notre brevet du jour.
Nous restons sur la route jusqu’à la solderie de Colleville puis empruntons la voie verte pour rejoindre St Ouen. Nous reprenons la route et la côte de Riville afin de parfaire la condition musculaire, chacun monte à son rythme, j’en profite pour prendre le large afin de me libérer d’une envie légitime, humide et guidée au sommet sous la bienveillance du christ. Mes collègues font de même au fur et à mesure de leur arrivée.
Un petit bonjour à la statue de la liberté au passage à Ourville puis ce sont les montagnes russes jusqu’au Hanouard où nous prenons la voie cyclable et faisons un arrêt près de l’hôtel pour insectes. La pause café s’approche, Grainville la Teinturière se prête merveilleusement bien pour cette activité. Un presque « jeune » célibataire recherche âme féminine pour vie commune si affinité, après concertation, il ne mérite pas notre apothicaire maison. Eric, dans sa grande bonté nous offre la consommation pour arroser sa nouvelle monture qui doit aller la semaine prochaine chez le vétérinaire pour régler un souci de bruit de craquement.
La vallée de la Durdent, ses moulins, c’est le brevet il faut en voir au moins un, pointe à l’horizon la fabuleuse montée de Bertheauville avec ses détracteurs et ses partisans, de toutes façons, nous monterons toutes et tous au sommet et tout le monde était content. Gerponville, c’est le groupe A qui arrive tous pneus fumants derrière nous, ils restent quelques secondes avec nous puis remettent la puissance et disparaissent aussi vite qu’ils sont apparus.
Thérouldeville puis Angerville, je sens l’écurie qui s’approche encore une belle descente et je suis à la maison. Je prends congés de mes amis de randonnée au feu de Colleville. Une matinée sans pluie pendant le brevet, une bonne ambiance avec un groupe solidaire, que du bonheur !
Didier
 
 

Samedi 18 Mai changement de programme

 Branle bas de combat ce matin lorsque par message j'apprenais, par un sms de notre président,ainsi que tous les copains succeptibles de faire la sortie à la journée organisée par Jean Claude que précisemment notre organisateur du jour était incapable de faire du vélo ce matin empêché par un violent torticolis qui lui rendait impossible de se tenir sur un vélo et que de ce fait la sortie était annulée.
Comme j'étais bien décidé de faire du vélo ce matin je décidais malgré tout de me rendre à Fécamp à l'heure du rendez-vous au cas ou quelqu'un n'aurait pas été prévenu ou fut autant décidé de faire du vélo que moi. J'ai bien fait, car Vincent a eu la même idée  et attendait patiemment au point de rendez-vous.
Entre temps Jacques prévenu directement par téléphone par Jean Claude arrivait sur place pour annoncer le forfait du chef du jour toujours au cas ou....
C'est donc à deux que nous nous préparions à établir  un semblant de parcours plus court que prévu quant arrivait au loin notre bon Jean Louis B. qui fâché avec son portable n'était au courant de rien....Il fut vite mis au parfum et nous voilà parti en direction de la côte de la vierge pour chauffer les diésels....Nous suivrons longtemps un groupe de cyclos du Calvados que nous rattraperons à Sassetot. Le temps de leur demander où ils se rendaient (Dieppe par la côte), nous les quittions à Veulettes sans oublier la courtoisie et leur souhaiter bonne route. Pour nous direction Vittefleur , sa côte de la chouette et son mur à 12%, puis direction Ocqueville où il a fallu jouer un peu de la boussole pour trouver la direction de Oherville,  (c'est moche quand il n'y a pas de chef...) puis héricourt où la pause café sera la bienvenue.
Quelque peu ragaillardis nous repartons sur grémonpré, St Pierre la Vis, Fauville en caux , faisons un petit crochet pour déposer Jean Louis à son domicile, via Ypreville, Sorquainville, Riville, Gerponville, et Theuville, nous laissons notre Ecombarvillais au passage et puis route sur Fécamp pour Vincent qui regagnait son domicile Fécampois et moi pour retrouver mon véhicule parqué à la mâture.
Voilà nous étions malgré tout arrivés à bout de cette bonne sortie quelque peu improvisée longue de 103 km au dénvelé quand même intéressant de 900 m et ce en pesque 5 heures puisque nous étions de retour vers 13h30.
C'est tout pour aujourd'hui
Michel
 

Sortie fourchette Rouxmesnil. Groupe C (16/05/2019)

Sortie fourchette Rouxmesnil.
Une belle journée en perspective puisque le soleil s’est levé avant nous ce matin, enfin pour certains car notre capitaine de route se levant pour réveiller les coqs et le soleil, était debout depuis longtemps. Toujours une fraicheur matinale avec ce petit vent de Nord Est. Comme nous sommes des gentlemen, nous laissons partir les féminines cinq minutes avant nous, dès le départ nous sortons de Cany par la route de Saint Valery, la première escalade de la journée et ce n’est que la première puisque la sortie prévoit 730 m de dénivelé.
Le groupe se recompose « au bout de Sasseville », petit lieu dit avant d’entrer dans le village du même nom. Nous cheminons, tout droit, sur la D70 puis rejoignons la «  véloroute du lin ». C’est à Luneray que nous ferons la pause café, chose rare, le café n’est qu’à 1€ en ces temps de crise, c’est bien de le remarquer. Après ce moment de calme, c’est le retour en selle pour continuer à progresser vers notre point de ravitaillement « fourchette ». Toujours par la véloroute, nous traversons de jolis paysages, des sous bois avec leurs lots de branchages sur le bitume. Nicole nous gratifie d’une crevaison de l’avant, une sortie sans percer cette année est à marquer d’une rustine sur le calendrier !
Nous quittons la véloroute et notre guide nous averti que la prochaine côte sera une surprise pour tous, lui-même ne sait pas ce qui nous attend. Heureusement qu’il nous a dit que c’était une surprise, tout à gauche et debout sur les pédales à en tordre les bras, enfin presque, une bonne grimpette digne d’un brevet des grimpeurs. Si ce moment était physique, dès le sommet tout devenait souvenir et respect pour tous ses soldats canadiens qui sont venus sur notre terre pour y laisser la vie afin de défendre notre beau pays de l’agression germanique.
Non loin de là, c’est l’arrêt pour le ravitaillement au sein du restaurant « le comptoir du Malt ». Notre table est dressée, nous sommes attendus pour faire ripaille. Nous échappons au cassoulet maison de la sortie de Caudebec, bien lourd et dangereux pour les narines. Nous aurons droit à du filet mignon au Maroilles, Mln qui n’apprécie pas trop ce fromage est bien entourée mais le gout n’est pas aussi fort. Quelques émincés de poulets et autres plats puis dessert, Odile s’est délectée avec un moelleux au chocolat et boule de glace vanille, elle s’en léchait encore les babines dans l’après midi.
Après le réconfort, il faut reprendre l’effort, chacun de nous retrouve sa monture qui se reposait attachée à l’extérieur et en route pour l’aventure de l’après midi. Nous allons jouer aux montagnes russes, ce qui va créer quelques anecdotes. La sortie d’Arques la Bataille, nous devions monter au château mais après le repas, c’est par la route « normale » et moins pentue que nous quitterons cette bourgade. Bien évidement, chacun monte à son rythme et au sommet, un grand ralentissement pour que tout le monde fasse la jonction, c’est sans compter sur un moment d’inattention, pensant que notre historienne maison était la dernière nous repartons à allure modérée et quelques kilomètres plus loin, le téléphone de Mln retenti, Jeannot et Sylvie sont perdus dans la Pampa. Il nous faudra attendre un quart d’heure avant de revoir nos amis regagner leur place au sein du groupe.
Encore et encore, mais avec l’aide d’Éole, nous montons et descendons des côtes plus ou moins raides, heureusement que nous avons pris des forces ce midi. Nous aurons au retour presque 1000m de dénivelé positif pour 730 annoncé, pas mal du tout. Pour des raisons de travail, car il y en a encore qui travaille, Mln, papa et Joël ainsi que Sylvie filent lors d’un regroupement. Nous arrivons quelques minutes plus tard à Cany, fin du périple et heureusement pour notre Cap’tain Gégé qui est tombé en panne de batterie avant de descendre dans la localité.
Une belle journée de cyclotourisme, un tracé agréable avec de petites routes, du vélo route, des côtes et des descentes, de quoi se perdre et avoir le plaisir de se retrouver afin d’avoir des choses à narrer, des moments de rigolade, un bon repas, tout ce qu’il faut pour se faire plaisir. La prochaine sortie sera en forêt de Brotonne, lieux que je ne connaissais pas pendant ma jeunesse, signe que vieillir a du bon !
Didier
Ps : Si je devais me justifier ou plutôt m'excuser auprès des participant(e)s sur le léger dépassement de kilométrage et  la différence de dénivelé je dirai simplement que comme tout le monde je pense je me suis laissé abuser par le pancartage, alors que nous étions à Brachy celui ci n'était pas erroné mais  indiquait la direction Fontaine Le dun (via Luneray) . J'aurai du simplement regarder mon Gps à ce moment là qui indiquait la direction inverse (direction St Laurent en Caux) , puis tourner à droite direction Greuville ( comme l'indiquait également la feuille de route) pour arriver directement à Fontaine sans passer par Luneray , ce qui aussi aurait évité la sévère côte au sortir de Brechy et forcément joué sur le dénivelé....  la feuille de route  donnée avant le départ avoisinnait les 900 m. Si l'on ajoute à cela les travaux qui nous ont déviés, je crois que le compte est presque bon.
Moralité : Dorénavant, je ne ferai plus confiance qu'à mon GPS et toutes mes excuses à celles ou ceux que cela a pu géner.
Cyclopépère
 

 

Sortie Groupe A/B jeudi 16 Mai

Même si cette sortie a du souffrir de la concurrence de la sortie à la journée du groupe C nous étions quand même 9 pour affronter le parcours vallonné de ce dernier jeudi. Comme le prouve la Photo nous étions 7 au départ ( 6 sur le cliché + le photographe de service)vite renforcés par l'arrivée de Tonio et Gilbert , ce dernier nous rejoignant à St Léonard pour des raisons pratiques. Comme nous en avons désormais l'habitude nous avons "joué" si l'on peut dire avec le vent souvent latéral , puis contraire et enfin favorable dans la partie finale. Bonne sortie groupée entre les bosses que chacun monte à sa main , une sortie où nous avons le grand plaisir de revoir Patrice qui sort d'un passage délicat au niveau physique.
A dimanche prochain pour la suite des événements.
Michel
 
 Pour la première fois nous avons aujourd'hui des commentaires et photos des trois groupes, je crois que l'on ne peut que s'en féliciter et surtout féliciter les volontaires qui prennent le temps de prendre la plume pour nous dire un mot comme disait Pierrot....
Merci à eux et même si ça me fait un peu plus de "boulot" je ne peux que les encourager à continuer  bien sur. Evidemment, ce ne sera pas toujours évident que je puisse passer cela le dimanche soir, mais au plus tard vous pourrez les lire le lundi matin.
Le responsable du site

Les Brèves du groupe A par Michel G bREVET nICOLE 12 mAI

Il ne faisait vraiment pas chaud ce matin en ce beau dimanche ensoleillé de...... Février? Non de Mai bien sur . Ceux qui avaient les gambettes à l'air en ont évidemment ressenti plus encore les effets. Il fallut attendre la côte de Bénarville pour ressentir les premiers bienfaits salutaires des rayons du soleil sur nos vieilles lombaires (vieilles.... pour certains seulement, je m'entend évidemment ). Malgré tout c'est un léger vent contraire qui nous acceuillait au sommet , réduisant ainsi presque à néant le travail commencé par son copain le soleil.
Parcours sans grosses difficultés et peut-être un peu court ,d'autant plus que le vent au retour nous avantageait , si bien que nous étions rentrés relativement tôt à la maison
Malgré cela ce fut encore une bonne sortie pour le plaisir de tous.
Michel G

Les photos de Michel G.( bREVET nICOLE gROUPE a 12 Mai)

 

Le Brevet Nicole du groupe B

Départ tranquille ce matin pour le groupe B, nous regagnons la vallée de Ganzeville qui nous surprend par son froid piquant, les saints de glace n'ayant pas dis leur dernier mot. Heureusement la côte du Bois de Bénarville est là pour réchauffer les organismes, surtout que le soleil resplendissant nous attend au sommet. Nous regagnons Fauville via Foucart, et nos valeureux vétérans aux jambes affûtées, décident d'allonger le parcours, trop léger pour leurs mollets d'acier, en passant par Cleuville et Ourville. Dans la descente de Riville Yvon sur une terrain favorable fait parler sa puissance et nous emmène d'un train d'enfer jusqu'à Valmont. Dans la vallée nous retrouvons Gilles et Yannick, qui revenaient à notre rencontre afin de compléter leur parcours. Encore une belle sortie entre Cyclos sous l'égide du VcfC !
Régis

Les acteurs du Groupe B (brevet Nicole 12 Mai)

 

Brevet Nicole Groupe C (12 mAI 2019)

En Mai, fait ce qu’il te plait !
Bien frais ce matin pour faire ce qu’il nous plait, mettre des vêtements chauds et se protéger du petit vent frais afin de ne pas, comme moi, attraper un bon coup de froid. Trente sept membres se sont levés ce matin avec le retour de Céline au sein du groupe C, dur dur de se lever le dimanche.
Nous retrouverons un peu de chaleur après avoir traversé toute la vallée de la Ganzeville et gravi la côte du bois de Bénarville. Malheureusement sur le plateau, c’est le petit vent qui s’est levé ce matin pour faire du vélo aussi. Hattenville, lieu de résidence de notre historienne du club, contrairement à moi qui ne suis qu’un conteur d’histoires, nous virons à bâbord pour faire route sur Bennetot avec toutes ses infrastructures sportives et culturelles (ou pas !). Jacques a encore concocté un brevet avec de petites routes que nous n’empruntons que très peu et pourtant se sont de belles routes pour le cyclotourisme. Nous traversons la D926 et prenons, toujours par la campagne, la direction de Sainte Marguerite sur Fauville. Nous allons bientôt avoir l’aide d’Éole, le changement de cap pour Normanville, petit village que reconnait notre ami Jean Félix en disant qu’il y est venu récemment.
Pour ne pas déroger à notre bonne habitude de la pause café, c’est à l’estaminet de cette localité où nous sommes reçus à bras ouverts par la gérante qui commence à connaître nos us et coutumes. Dès mon entrée dans l’établissement elle me dit qu’elle commence à couler les petits noirs, c’est notre Mln qui, dans sa grande bonté et son amour du groupe, a fait le service, il ne lui manquait que son petit tablier blanc et sa petite jupe noire.
Dès les en-cas et cafés ou autres boissons ingurgitées, nous enfourchons nos montures et recommençons nos bavardages tout en roulant, les conversations vont bon train. Le seul moment de silence est pendant le petit coup de cul avant Sorquainville, chacun de nous garde ses forces pour gravir honorablement ce doux dénivelé. Une petite photo pendant la traversée puis, c’est la descente tout schuss vers la vallée de la Valmont.
Nous rejoignons la voie verte face au garage Dapo de St Ouen et nous ne la lâcherons qu’à Colleville où je prends congés de mes collègues, ils rentrent par la route pour éviter la cohue de la voie près de Fécamp.
Une bonne matinée de cyclotourisme, de petites routes bien recherchées par notre capitaine de route que je félicite et souhaitons que le ciel soit avec nous jeudi pour la sortie « fourchette ».
Didier
 
 

Les cinq Aérés (sortie groupe C jeudi 09 Mai)

 Si à l'inverse d'hier, il ne pleuvait pas cet après-midi, le ciel quand à lui restait bien plombé et en plus un vent fort venu du large n'encourageait certainement pas la pratique du vélo.... A force on en prend l'habitude... enfin pas tous puisque presque à l'heure du départ  nous n'étions que deux, Françoise et moi.
De plus? pour arranger les choses  le pont Gayant était de nouveau fermé entrainant une belle pagaille dans le centre ville, mais bon encore une fois on en prend l'habitude. A 14 heures pile poil c'est Evelyne qui arrive s'excusant du léger retard (par rapport à son habitude) prise qu'elle était dans les embouteillage. De ce fait nous attendrons encore quelques minutes avant de nous élancer au cas ou...... Nous avons bien fait car à l'instant où nous décidons de mettre en route c'est Joël qui arrive par le boulevard de la République. Cette fois c'est parti , nous sommes maintenant quatre, mais alors que nous en terminions avec la rue du Précieux Sang, il nous semble distinguer au loin la silhouette de Michel qui passe route de Valmont. Effectivement c'était bien lui ,  nous le rattraperons sur la voie verte. L'effectif était alors au complet: 5 c'était bien maigre pour une sortie du mois de Mai qui ressemblait plutôt à une sortie du mois de Mars.
En passant dans la citée du sucre devant le domicile du "Grand chef", nous avons joué du cor heu! non du Klaxon et de la voix, mais rien n'y fit. Si la voiture était bien garée devant le domicile, aucun signe de vie apparent chez notre Président , mais n'était ce pas encore l'heure de la sieste ??? En fait j'apprenais à notre retour que notre grand chef était souffrant surement victime de sa sortie imaginaire d'hier à vélo.....
Comme le parcours le prévoyait, nous avons quitté la voie verte à Valmont, pour attaquer la côte du château et virer ensuite sur Thiétreville vent au dos, que du bonheur. Sur le plateau de Biville nous commencions à sentir déja les prémices de ce vent d'ouest / nors-ouest ???. A partir de là c'est le toboggan d'abord la descente de la chapelle de Biville que nous avons plus souvent l'habitude de monter, puis enchainement avec la rude montée qui nous emmène à Riville, et c'est pas tout, direction ensuite Gauquetot, puis Gerponville avec ce vent toujours désagréable et froid. A partir de là commencent vraiment les travaux d'hercule . Gerponville / Thérouldeville arqueboutés sur les pédales, puis Angerville la Martel , Alventot toujours dans la même position, mais le groupe homogène que nous formons permet de s'abriter et d'avancer doucement mais surement. A ce moment là nous aurions pu choisir la facilité et redescendre par la vallée de Colleville mais cela aurait été sans compter sur la vaillance des acteurs en présence et nous enchainons alors pour rejoindre Elétot, la piste cyclable jusqu'à Senneville et en feu d'artifice la longue ligne droite  jusqu'à Notre Dame du Salut où nous collègues d'hier qui l'empruntaient dans le sens contraire avaient certainement du laisser les portes ouvertes et aussi laisser brancher les cinq ventilateurs géants qui tournaient à fond les manettes.
Une petite photo souvenir dans le virage habituel où il était presque difficile aujourd'hui de tenir en position stable et nous nous séparons pour retrouver un peu de calme cheu nous.
Félicitations à tous avec une palme spéciale pour nos deux féminines qui se sont montrées à la hauteur de la situation ainsi qu'à Michel qui du haut  de ses presque 86 ans nous montre encore l'exemple. Chapeau Michel
Cyclopépère
 

Les 10 inoxydables. (sortie Groupe A/B jeudi 09 Mai )


Nous sommes 9 au départ ce matin, sous un ciel chargé. A Ganzeville, nous rencontrons les premières goutes de pluie, et récupérons Gilbert au passage. C'est sans difficultés que nous gagnons Bénarville avec le vent de dos. Le temps de la pose photo, le grain reprend de plus belle. C'est avec un temps venteux et pluvieux que nous affrontons le plateau du Pays de Caux. Changement de cap à Theuville aux Maillots où nous retrouvons le vent et la pluie de face. Une petite divergence nous sépare à La Fourche en entrant à Therouldeville, certains passant à droite, d'autre préférants la gauche ( approche des élections européennes peut-être). Heureusement le regroupement s'opère à la sortie du village. C'est bien trempés que nous rentrons dans nos pénates. Trempés mais inoxydables.
Régis Marchand
 

Brevet Dédé Mercredi 08 Mai

 Brassens chantait : Il pleuvait fort sur la grand route, elles cheminaient sans parapluie......
Tout est dit ou presque sur les sorties de ce 08 Mai dans les quelques paroles de cette chanson célèbre. Et oui en ce 8 mai 2019, il pleuvait fort à l'heure du départ  de nos sorties si bien que peu de candidats avaient osé sortir le nez de sous la couette. Nous n'étions que 10 tous groupes confondus y compris le président en tenue  de ville à attendre en vain une éclaircie qui ne se produira pas.
Il fallait pourtant se décider: j'y va ti, j'y va ti pas???.
Les deux beau-frères Yannick et Gilles osaient les premiers accompagnés de Jean Claude, puis suivaient (plus surprenant) Marie Pascale , Marie Hélène et Jean. Il tombait à ce moment là des cordes, des cordes suffisantes pour calmer rapidement les envies d'Evelyne, Jean Félix, le président mais lui avait pris sa décision bien avant et enfin moi-même qui refirent demi-tour pour regagner le confort de leurs chez eux.
Petite anecdote qui n'a rien à voir avec le club et le vélo mais que je ne peux malgré tout m'empêcher de vous narrer. En effet alors que je rentrais à la maison, je crus voir à la hauteur de l'ancienne boulangerie Legros ou chocolaterie Léonidas si vous préférez un espèce de gros rat  qui traversait la route et qui prenait la direction de la rue Jean Louis Leclerc. Parvenu presque à sa hauteur je m'aperçu que ce n'était pas un rat  mais bien un petit marcassin (incroyable en pleine ville...)qui galopait comme un dératé . J'essayais de le doubler pour au moins de tenter d'alerter au cas ou une automobile serait venue en face, mais plus je pédalais plus il courait vite. Heureusement aucune voiture n'est survenue et à hauteur du  parking de notre ancien local , mon compagnon marcassin fugueur  perdu prenait la tengente et je ne sais évidemment pas depuis ce qu'il en est advenu .... Cela me semblait être assez surprenant voir drôle pour être raconté.
Pendant ce temps là, nos courageux amis se payaient la côte de la vierge sous la pluie battante qui pourtant et heureusement les quittera assez rapidement pour ne plus les retrouver ensuite. A près de midi et après avoir effectué la totalité du parcours nos amis retrouvaient leur domicile presque totalement secs. Nous avons peut-être eut tort de ne pas les suivre, mais vraiment il fallait oser pour s'aventurer hier matin . En tous cas, bravo à eux
Jacques
 

Brevet Danièle (05 Mai 2019)

Une fois de plus, les proverbes se révèlent faux ou inexacts, « en Mai fait ce qu’il te plait » avec la chaleur, plutôt la fraicheur matinale, c’est « ne te découvre pas d’un fil ». Pour une fois depuis longtemps, nous allons tourner les jambes pour chauffer les vieilles mécaniques, ce n’est pas un musée roulant, mais presque (tient, encore des copines !) Toute la vallée de la Ganzeville pour essayer de monter en température avec peu de résultat, seule la côte pour prendre la direction d’Annouville Vilmesnil va être efficace. Le regroupement près de la croix l’alouette, en plein vent du nord, heureusement que nous n’avons pas attendu longtemps, nous nous serions transformés en blocs de glace. C’est cap tout droit jusqu’à Goderville où nous faisons notre arrêt café. Nous sommes bien au chaud en cet estaminet, le pire c’est qu’en ressortant, le vent du nord nous rappelle qu’il est toujours là et pas plus chaud que tout à l’heure.
Nous allons filer vers Les Loges via Sausseuzemare, le vent est tantôt avec nous, tantôt de travers ce qui nous fait scinder le groupe en deux, les plus véloces ou moins raisonnables sont devant sans quitter des yeux nos amis qui suivent à distance. Plusieurs regroupements afin de rester solidaire car le groupe, c’est le groupe. Le parcours est tracé de manière à n’emprunter que des  axes bien linéaires, on peut se demander l’intérêt touristique de ce genre de parcours auquel je peux personnellement répondre que pour faire du fond, c’est très bien.
Nous retrouvons de face notre cadeau d’Eole en changeant d’azimut pour retrouver Gerville et rentrer sur les Ifs et Tourville. Bien évidemment, le vent de face recoupe le groupe en deux mais nous restons à distance de fusil, de quelques coups de pédale plutôt car les coups de fusil je pourrai en prendre bientôt. Un arrêt « boujou  à Gérard » pour quitter notre radio locale qui n’a pas arrêté d’émettre pendant tout le brevet et a mis la seconde partie du groupe en retard partout ! (Encore des ecchymoses à venir, MLN prépare moi de l’huile essentielle d’hélichryse italienne).
Nous repartons, alors que nos amis toussaintais prennent la voie royale, tout droit. Nous sommes trois au premier « stop ». Une question se pose, où sont nos collègues de Fécamp, une crevaison peut-être ? Avec Dominique, nous faisons demi tour pour en savoir plus mais, en faisant les deux cent mètres qui nous séparent de notre « arrêt boujou », plus âme qui vive, nos collègues sont descendus par la vallée sans autre forme de procès que de nous laisser seuls. Nous essayons de retrouver nos amis de sortie mais même de vue, rien à faire avec ce vent. C’est seulement à l’arrêt des bus près du magasin à l’entrée de Fécamp que nous ferons la jonction car ils ne roulent plus. On ne m’y reprendra plus, désormais, je roulerai derrière, à l’abri du vent.
Une belle matinée bien fraiche, le retour de notre « historienne du club », pas de crevaison, les prières ont fait de l’effet, un bon brevet.
 
 
 
Happy Birthday
 

Sortie Groupe C jeudi 02 Mai ou Happy birthday mister Président

 Le grand jour est passé..... notre Président a franchi le cap hier jeudi  de la soixantaine et en même temps l'âge légal auquel il peut jouir d'une retraite bien méritée.....du moins c'est ce qu'il prétend. Maintenant qu'il est des nôtres, il s'aperçoit que la dure vie d'un retraité n'est pas si facile que ça, à commencer par le manque de temps..... la preuve aujourd'hui puisqu'il m'a demandé de le suppléer pour faire le résumé de notre sortie sachant qu'hier soir il faisait la fiesta (pour sa bougie supplémentaire) (ça commence...) et qu'aujourd'hui il accompagnait toute la journée avec quelques uns d'entre nous une sortie de l'école de la Providence. Voilà pour notre Président
En ce qui concerne la sortie proprement dite je dirai ni plus ni moins que les collègues du matin qu'il faisait encore bien froid pour un début de mois de mai. Nous étions couverts presque comme en plein hiver, mais peu importe puisque j'avais choisi un début de parcours assez piquant avec la montée d'une partie de la rue d'Etretat, puis la montée au camping par le chemin de Nesmond et comble de bonheur le raidilllon qui commence à Grainval pour se rendre à Criquebeuf. Un début de parcours qui m'a valu encore quelques quolibés adressés par la gente féminine. Bof! depuis le temps j'y suis habitué (même pas mal). Ce début de parcours m'a valu également d'assister à une scène de ménage entre Sylvie et Yannick......une histoire de bidon (pas de ventre non mais bien un vrai bidon de vélo....) Je suis pour la paix des ménages hi! hi! hi! J'exagère forcément.
La pause au sommet fut appréciée de toutes et tous , la température corporelle ayant maintenant presque atteint la limite de la soupape de sécurité de chacun.
Le reste du parcours fut beaucoup moins difficile d'autant que nous eûmes droit à l'aide précieuse d'un léger vent arrière qui ne nous quitta pas d'Yport à St Maclou. Le reste du parcours ne fut qu'une simple formalité en passant par Bénarville et pour finir par la traditionnelle mais non moins charmante vallée de Ganzeville. A Ganzeville commencait la cérémonie des au revoir..... avec le départ de Radio Tourville accompagné de Marco notre fidèle ami de Goderville. Etant donné l'ex profession de notre nouvel ami, je crois pouvoir dire qu'elle avait la police aux fesses (je voulais écrire peau lisse, mais ça ne serait pas correcte n'est-ce pas ?)
Nous nous sommes retrouvés ensuite à quelques uns à bord de la Frégate pour refaire le match et surtout pour la troisième mi-temps animée  par notre "héros" du jour qui en ce jour anniversaire a sorti  une bonne partie de son répertoire .
Cyclopépère pour le Président qui avait mal aux cheveux ce matin.
 

Sortie du groupe A/B Jeudi 02 Mai

Ce n'était pas encore la foule ce matin au départ de notre sortie du jeudi . Il ne faisait pas vraiment très chaud ce matin malgré les prévisions optimistes de notre président hier, c'est peut-être pour ça que nous n'étions que 7 à prendre le départ.
Pour nous réchauffer nous avions 2 belles bosses au programme , celle du cimetière à Valmont puis un peu plus tard, mais cette fois avec un vent défavorable celle de Canouville. Un vent qui ne nous a d'ailleurs pas quitté pour le reste du trajet. Je profitais du passage à Angerville la Martel pour prendre congé de mes compagnons que je laissais filer seuls à toute vapeur vers le port d'attache.
Michel G
 

Brevet de la voie romaine, Normanville.

Tout d’abord, avant de commencer le récit de cette sortie, voici quelques résultats :
Participants 421 comme aux dés, 324 route et 97 Vtt.
1er : St Valery avec 38 cyclos, 2ème Fécamp 35 cyclos ?, 3ème Yvetot 30 cyclos, 4ème Gravenchon 22 cyclos, 5ème Pavilly 18 cyclos, 6ème Le Trait 16 cyclos, 7ème Valliquerville 15, Cany 15 cyclos, 9ème Luneray 13 cyclos, 10ème Goderville 12 cyclos, 11ème G.T.Rouen 11 cyclos, et c’est le club le plus éloigné.
Cyclo découverte 9 cyclos.
A savoir que le club de Normanville s’excuse pour le pot du départ de brevet, ils ont été dévalisé et ne s’attendait pas à avoir autant de monde. (Pour ma part, nous prévoyons toujours un ravito plus grand).
Maintenant, pour nous rendre au pointage de cette voie romaine, nous empruntons cette belle voie verte pour rejoindre St Ouen, pas à la sortie de Fécamp mais bien après Valmont. Afin de nous éviter le mur de Sorquainville, notre  « chef adoré » nous a concocté un parcours zen avec juste la côte de Riville à gravir. Il y a bien longtemps  que cette route a été prise avec la route du lin en parallèle. Le parcours a été expliqué avant de partir de Fécamp, il n’empêche que chacun choisi sa route en fonction de la puissance de ses cuisses, la première route pour rentrer dans le centre du village de Riville présente un coup de cul bien prononcé, la deuxième est plus soft. Nous arrivons même avant, en prenant la deuxième option. Tous les chemins mènent à Rome, quoique nous n’allions pas si loin,  Jacques aime bien les petites routes avec des pièges pour qui ne connait pas. Nous devions prendre une route soi disant « sans issue », ayant vu le panneau avec une allumette dessus, j’ai suivi la route normale, erreur ! Ce n’est rien nous prenons finalement par le Torcy, petit et grand après avoir attendu les retardataires, un souci avec un cale pied sur le vélo d’Evelyne.
Nous arrivons enfin à 9h50 à Normanville, l’inscription et nous grignotons ce qu’il reste, une invasion de morfales est passée avant nous.  Le point de ravitaillement est à Limpiville, nous nous y rendons directement, enfin presque, notre retour est prévu par la vallée de la Ganzeville. Quoi de plus normal que de vous annoncer que le petit fils de Joël nous rejoue le feuilleton de Ste crevaison, cette année est maudite. Après de multiples rebondissements, nous arrivons au point de ravito et nous croisons nos collègues des autres groupes. Un instant restauration qu’Annie met à profit, dans le sud on dit « gavage » (encore une copine), un petit quart d’heure de pose puis retour vers le port.
Le retour par la vallée est calme, sans crevaison cette fois, nous faisons halte au pied de la côte de Tourville pour saluer notre animatrice radio en lui disant que nous lui porterons le bouquet de la plus méritante, une belle bande de « peaux de hareng », le dernier arrêt « boujou » à la cabane de bus de Carrefour puis chacun de nous rentre au foyer.
Une matinée fraiche, une organisation de nos amis de Normanville un peu juste quant à l’accueil, une bonne idée pour nous de ravitailler à Limpiville. Une sortie de 50 km, demain aurons nous la chance d’avoir chaud ?
Didier