Adresse
/
Téléphone
 

Sur le sentier des ramendeuses (marche du 31/01/2021)

 Etant donné le peu d'intéret cette année que semblent susciter nos sorties pédestres du dimanche, je me demande s'il est bien nécessaire que je continue  à en résumer leur déroulement . Je le ferai malgré tout encore aujourd'hui mais d'une façon très courte d'une manière à prouver si besoin  que certains tentent malgré tout  de  maintenir en vie un esprit club qui tend à s'éteindre tout doucement. ( seulement à cause du covid ?)
Ceci dit nous n'étions que cinq encore ce matin  (même pas un cyclo au rendez-vous de 9h00 alors que le temps s'y prétait), à partir en direction de Grainval via le camping. Arrivés en ce lieu dit nous empruntons le sentier des ramendeuses en direction de Criquebeuf en Caux et nous reviendrons par la rue de Criquebeuf sur Grainval pour retrouver la route de St Léonard , le trou d'enfer et la rue du 08 Mai.
Direction ensuite le Ramponneau que nous approcherons par le chemin des Hauts camps et que nous traverserons par la rue Paul Lhonoré.
Il suffisait de rejoindre l'office du tourisme et la boucle était bouclée soit aujourd'hui 8 km seulement.
Dimanche prochain nous nous sommes donnés rendez-vous à 9 h 00  au Carrefour Market de Fécamp (près de la caserne des pompiers). Si quelqu'un souhaite se joindre à nous il y sera bien sur le bien venu et peut-être ainsi parviendrons nous à garder la chandelle allumée.
 

Marche du dimanche 24 Janvier 2021

 Même punition , même motif... nous n'étions pas plus nombreux que la semaine passée sauf que l'équipe était quelque peu remaniée, Joël remplaçait Françoise, malheureusement  ça ne devait pas durer toute la partie, Joël du quitter l'équipe en cours de match, à Colleville précisemment, mal remis d'une douleur au bas du dos qui l'avait déjà empêché d'être présent dimanche dernier.
C'est donc à la base nautique près de la voie verte que nous avions rendez-vous. Au programme du jour: la voie verte jusqu'à Colleville, la côte d'Hougerville jusqu'au château d'eau de Ste Hélène Bondeville , puis retour via le Torp , soit une boucle de 11 km, mais ce que nous ne savions pas c'est que la neige viendrait nous trouver en cours de route.
Jusqu'à Colleville pas de problème, il ne faisait pas très chaud certes mais rien ne laissait à penser que la neige nous surprendrait comme ça un peu plus tard. Nous empruntons l'escalier juste à côté de la mairie qui donne accès à la partie basse du bois et nous suivons le sentier qi nous mène au bas de la côte d'Hougerville. C'est à ce moment que nous percevons les premières petites mouches de neige qui virvoltent autour de nos têtes, et au fur à mesure que nous grimperons cette côte ces mouches grossiront à vue d'oeil pour devenir de gros flocons.
A cet endroit ça ne tenait pas encore à terre , mais plus loin sur le plateau bien découvert déjà le sol avait revêtu son plus beau manteau blanc. Jusqu'au château d'eau nous avions le vent au dos et c'était plutôt agréable de se balader par ce temps. Il y a d'ailleurs bien longtemps que nous n'avions pas eu le plaisir de marcher dans la neige .
Par contre ce fut nettement moins agréble lorqu'il fallut mettre la flêche à gauche d'abord une première fois pour se trouver en présence d'un vent latéral  qui nous envoyait avec force les flocons sur le côté du visage, puis une seconde fois pour là affronter ces deux éléments combinés de pleine face.  Ce n'était pas sans faire rappeler aux vieux grognard  ou plutôt aux vieux grognons que nous sommes "la retraite de Russie" :
Il neigeait. On était vaincu par sa conquête.Pour la première fois l'aigle baissait la tête.Sombres jours ! L’Empereur revenait lentement,Laissant derrière lui brûler Moscou fumant.... Amis poëtes bonjour !
La descente du Torp fut beaucoup plus abritée  et nous retrouvions l'immense joie  de marcher et d'entendre crisser la neige sous nos godillots. Nous arrivons alors en notre bonne ville de Fécamp  elle aussi soupoudrée de blanc et où chacun retrouvera  son véhicule pour vite aller se blottir dans son petit nid douillet.
La semaine prochaine nous nous retrouverons à 9h00 à l'office du tourisme si un nouveau confinement ne vient pas troubler nos plans.
Jacques
 

Marche du dimanche 17 Janvier 2021

 Nous n'avons pas fait recette ce matin avec notre marche...Nous pouvions même nous compter sur les doigts d'une seule main...Enfin bon ! J'espère qu'il y aura des jours meilleurs ... J'avais même prévu dans mon parcours retour laisser Joël au pied de son domicile, peine perdue notre ami n'était pas là.
J'avais prévu en effet ce matin faire un petit tour sur le Cap Fagnet, mais l'aller et retour de la côte de la vierge ne comptant pas assez de km j'y ai ajouté un parcours d'échauffement qui nous a permis d'admirer la beauté du bâtiment qui abritera l'école d'infirmière, d'emprunter la rue de la vieille Europe qui traverse le quartier St Benoist, et d'aller chercher la rue des fourneaux via le boulevard Suzanne Clément. Comme on peut le voir ce n'est pas le chemin le plus court pour se rendre à Notre Dame du Salut.
Lorsque l'on en eut terminé avec la rue des fourneaux, les mollets étaient à température et les choses sérieuses alors pouvaient commencer. En ouverture se présentait la sente à Magnan qui dans sa partie haute déclenchait les premiers signes d'une respiration forte et saccadée. A droite droite et nous partons par la route de Cany trouver le chemin herbu  qui nous permettra d'atteindre le quartier de Terre-Neuve jusqu'à la sente du Val Criquet.A partir de là, Les locomotives se remettrons à haleter et ce jusqu'aux éoliennes que nous retrouverons après le passage pentu dans le bois. Bien avant notre arrivée au sommet nous entendions le bruit émis par le brassage de l'air par les pales des turbines à Eole, signe si besoin était de nous avertir que là-haut le vent était assez fort. Effectivement il était.... les ventilateurs géants tournaient à plein régime, même si le soleil à ce moment nous gratifiait d'un rayon fugace .
Le chemin le long des falaise étant interdit, nous longerons la D 79 par le sentier abrité qui nous emmène jusqu'au parking près de la ferme de la Chapelle. Nous retrouverons alors le chemin de la falaise pour nous rendre face au vent au cap Fagnet (but de notre marche). Quelques petites photos de notre ville vue d'en haut et nous redescendrons la côte de la Vierge par les zigzags que décrivent les rues du Bois Rosé, des peupliers (qui sont en fait des avenues ??? moi je veux bien !) la sente de la Chapelle et enfin la sente Bellet où nous aurions du nous séparer du Gros Péqueux si...
Il ne reste plus qu'à rejoindre le point de départ par le quai Guy de Maupassant et le tour est joué soit 9,2 km au compteur.
En résumé ce fut une bonne sortie avec quelques difficultés mais sans plus, domage encore une fois que nous ayons été si peu nombreux à en profiter. Dimanche prochain s'il reste encore quelques volontaires , nous nous retrouverons à 9 H 00  à la base nautique Langanay côté voie verte près du garage des autocars.
Jacques
 

Marche du Dimanche 10 Janvier 2021

 Peu à peu, dimanche après dimanche, l'effectif "marcheurs" s'étoffe quelque peu. Ce matin nous étions huit a oser affronter la froidure du temps, heureusement l'absence totale de vent a fait que cette température hivernale était quand même supportable.
Aujourd'hui direction la mer  après avoir longé le quai Sadi Carnot et emprunteé prudemment la passerelle bien blanche de givre. Nous voici sur le perré comme on disait aut'fè ce qui nous permet d'admirer nos deux phares éclairés vivement par le soleil sous un ciel menaçant. Au casino nous montons en direction du camping et nous empruntons la petite sente piétonnière qui nous permet de rejoindre l'entrée principale du camping. En descendant le chemin de Nesmond on peut deviner par le traçage de la route que les travaux d'enfouissement du cable "éolien" passeront par cette route pour rejoindre la route d'Etretat. Nous suivons donc les flêches et un peu plus haut nous tournons à gauche pour prendre le chemin des chalets que Jeannot ne connaissait pas et qu'il se propose de faire découvrir en vélo à ses copains de groupe. ( bon courage).
Nous sommes alors sur la route des sapins afin de gagner le Val de Bucaille , le Ramponneau et St Léonard jusqu'au lieu dit "La Rouge". Une nouvelle fois nous virons à gauche et il faudra se montrer prudent et bien regarder ses pieds pour arriver sains et saufs jusqu'au chemin des ponts. Il aurait été trop facile de rentrer direct via le centre ville mais comme la troupe était encore fraîche (c'est le moins qu'on puisse dire par ce temps) et vaillante, nous préférons remonter par le sentier pentu qui longe le Woody park et dont les dernières marches ne seront pas sans poser quelques soucis à plusieurs d'entre nous... Mais bon on a plus vingt ans mon pauv'monsieur.
Mais comme il n'était pas question de vaincre sans péril pour triompher sans gloire, j'en remettais une petite couche en proposant de finir par le bois du Shamrock que nous quitterons après bien de petites montées et de descentes bien glissantes afin de nous retrouver chemin de la côte St Jacques  pour emprunter l'escalier qui nous mènera rue du Sépulcre puis rue des Frères Marcotte.
Il n'y a plus alors qu'à retrouver notre point de départ , bien contents de cette matinée sportive malgré tout  après 10 km de pur bonheur.
Le rendez-vous de la semaine prochaine est fixé au même endroit et toujours à la même heure.
A dimanche  si vous le voulez bien.
Jacques
 

Marche du dimanche 03 Janvier 2021

 Nous étions un peu plus nombreux aujourd'hui pour cette première marche de l'année qui espérons le en verra d'autres d'ici le mois de mars, mois où nous devrions pouvoir reprendre nos vélos pour le début de la saison. En effet nous étions 7 pour cette balade, soit un de trop si l'on avait du respecter le nombre maximum de participants....   Nous n'avons pas rencontré la maraîchaussée et  très rarement nous nous sommes trouvés à sept groupés si bien que nous n'avons eu nullement besoin de nous justifier, ni nous n'avons eu l'impression à aucun moment d'enfreindre la loi.
C'est une sortie relativement longue que je proposais à mes compagnons ce matin puisqu'elle faisait quand même près de 11 km (il fallait quand même bien ça pour éliminer le superflu accumulé pendant les fêtes et encore...).
De l'office du tourisme nous rejoignons la petite rue du Val aux Clercs par le centre ville de façon à emprunter l'escalier qui part du chemin des Ifs et nous permet d'atteindre le haut de l'avenue du Maréchal de Tassigny, escalier qui se trouve être un véritable casse-pattes et qui a eut vite fait de nous faire perdre haleine surtout avec le masque sur le museau. En traversant la route nous sommes au départ du circuit qui ceinture le Shamrock, nous suivons la partie boisée qui longe l'avenue pour nous retrouver en face le woody park. De là nous prenons le chemin de Boclon que nous quittons à hauteur de la Roquette pour trouver le chemin herbu qui nous emmène jusqu'à Ganzeville. Un chemin d'ailleurs qui se voulait bien spongieux sur sa partie haute et bien boueux dans sa partie basse. Nous mettons alors la flêche à gauche et il ne nous reste plus si j'ose dire qu'à rentrer par la vieille route de Ganzeville qui n'a pas été sans rappeler à Jean et à moi même de bons vieux souvenirs de l'époque où nous avions nos jambes de 20 ans et que nous nous entrainions  sur cette petite route  pour préparer les cross le soir après le boulot alors qu'il faisait nuit noire. Une autre époque...
Aujourd'hui c'est à toute autre chose à laquelle nous avons été confronté, en effet dès la sortie de Ganzeville nous avons entendu une série de coups de feu qui émanait  du bois d'en face côté Toussaint et aussitôt après s'élève de ce même bois le cri spécifique du "cochon" (sanglier) qui gémit touché à mort. Nous ne savons  évidemment pas si les chasseurs se trouvaient à proximité de la pauvre bête ou qu'elle se trouvait dans un endroit difficilement accessible mais ces cris ont duré quand même le temps que nous traversions la vallée.... Intollérable de cruauté!
A la suite de cet épisode pas vraiment plaisant, nous enfilons la rue Robert le Diable chère à l'ami René Dallet et passons derrière le stade René Gayant où le chemin n'en regagne pas au fil des années.
Nous quittons à ce moment Ghislaine et Eric qui sont arrivés près de chez eux quand à nous nous continuons notre route pour retrouver nos voitures où là surprise, Nicole nous attendait pour nous dire un petit bonjour avant qu'elle ne parte faire une  balade à pied en direction de la mer, avouant qu'elle n'est pas très matinale en ce moment pour nous rejoindre pour le départ de 9h00.
Pour les intéressés nous avons rendez-vous encore dimanche prochain à 9h00 devant l'office du tourisme. Si le coeur vous en dit , vous serez les bienvenus.
Jacques