US METRO CYCLOTOURISME
 
 
Rayons du Métro .........................Tour de France Randonneur et Cyclotouristique .........................Boucles de L'Ile de France

flèche VELOCIO 2019
DU 19/04 au 20/04

Résultats ICI

RALLYE DU METRO 2019

Vous trouverez ICIles photos du RALLYE du METRO 2019 ou nous étions 62 participants.

PARIS BREST PARIS 2019 RESULTATS

Vous trouverez ICI les résultats concernant les 12 participants de cette édition 2019 du Paris-Brest-Paris
 Un petit rappel concernant les résultats de 2015 ICI


04.12.2019
15:26:57

Rédactrice de l'équipe 2 VELOCIO 2019

La flèche Vélocio 2019
Il est vingt et une heures, je suis rentrée à la maison en fin d’après-midi, vers dix- huit heures, ce lundi 22 avril 2019.
J’ai vidé mon de sport, mis dans la machine mes affaires de vélo, lavé mes quatre bidons et rangé le reste de mes barres de céréale et de mes pâtes d’amande.
Je regarde les photos que j’ai prises avec mon téléphone portable et qui a fait frémir Carlos : « à la prochaine flèche on lui confisque son téléphone ! »
Ah Carlos, tu es quand même bien content d’avoir autant de souvenirs à contempler !!
Chieuse à temps complet pourrait être mon surnom ; Toujours à vouloir photographier des tas de monuments, de paysages, de moments atypiques ; Toujours à vouloir aller plus loin, ne jamais lâcher un objectif que je me suis mis en tête ; Toujours à vouloir aller trop vite ; Toujours à vouloir quelque chose ….
Pour des raisons personnelles, je voulais faire cette Flèche Vélocio cette année ; Je m’étais mis dans la tête que je la ferai et je l’ai faite …..
Tout n’a pas été simple. Privée d’équipe dans un premier temps, j’ai remplacé Sébastien, suite à une grave chute de vélo, dans l’équipe 2 de l’US Métro, mon nouveau club.
Cette équipe devait être composée de Carlos, Philippe, Olivier, Guy et moi. Puis il y eu un autre désistement, celui de Guy et Olivier nous fit douter quelques jours. Au final, mon ami Jean-Baptiste remplaça Guy et Olivier se remit sur patte…
.Il fallu trouver une camionnette, des suiveurs (Bernard et Nicolas), enfin, rien ne fut simple mais grâce à Philippe tout rentra sans l’ordre quelques jours seulement avant le départ.
Le rendez-vous est fixé le vendredi 19 avril à 9 heures à la gare de Robinson pour un départ à 14 heures au sud de Troyes, à Saint Julien Les Villas.
Mais comme rien n’est simple dans cette flèche, la camionnette louée semble plutôt vouée à la casse qu’à suivre cinq valeureux cyclistes : rétroviseurs cassés, sièges défoncés avec la mousse arrachée, aucune ceinture de sécurité sur les sièges arrières, un vase d’expansion qui tient par un bout de ficelle, fuite d’huile, une carrosserie toute cabossée et une jauge de carburant trafiquée……
Pas simple d’arriver jusqu’à Troyes sans caler…. Enfin bref, la motivation est là……. On a hâte de partir pour effectuer nos 620 kilomètres en 24 heures.
14 heures c’est parti mon Kiki……Pas de temps à perdre, on démarre sur les chapeaux de roue. Le vent nous sera défavorable pendant près de 84 % du trajet, nous obligeant à progresser par des relais courts et réguliers jusqu’à la tombée de la nuit.
Ça tourne bien. Pour ma part, je me sens bien, hyper motivée, je veux absolument réussir ce défi.
Jean-Baptiste a beaucoup de mal à suivre depuis le départ. Ce néophyte de longues distances apprend à ses dépens à faire des relais et à rouler à long terme à une vitesse régulière. On lui propose plusieurs fois de rester à l’abri quelque temps derrière afin qu’il se refasse une santé. Il finira par obtempérer.
Les kilomètres défilent, les temps d’arrêts aux contrôles sont courts ; 7 minutes au premier, 12 minutes au second, 25 minutes au troisième, parfois à peine le temps de manger un bout, de remplir les bidons, de prendre une photo, de s’habiller pour la nuit !!
Bernard et Nicolas sont de vraies mères poules pour nous. Les tables sont dressées, les sacs sortis, la gamelle d’eau prête pour les pâtes…..Il manque juste les allumettes pour allumer le réchaud !!!!
Bon on aura notre soupe chaude au sixième contrôle, à Livron à 9h40 du matin !
Jean Baptiste a retrouvé tout son potentiel, le vent est tombé, la route descend et les jambes tournent à toute allure, nous faisant gagner 45 minutes sur notre horaire prévu à 2h45 au kilomètre 350!
La nuit est douce, quelques gouttes éparses effleurent nos corps un peu endoloris. Les gars mènent un train soutenu et un petit coup de mou me fait glisser en queue de peloton pour récupérer.
Lyon, ville de lumières et de verres brisés……4h20, crevaison de Philippe. Ils sont à trois dessus, ça devrait aller vite, sauf que…….Philippe à des jantes très hautes en carbone et que ses chambres à air sont en 35 mm….. La chambre est remplacée, avec difficulté on regonfle le pneu, sauf que…..Il ne passe plus au niveau des freins car c’est un pneu de 25 !! On dégonfle, on remet la roue, on regonfle avec une cartouche, la seconde……Mais en enlevant la cartouche, la chambre se dégonfle instantanément, la valve étant tordue ……La poisse, on regonfle à la main et vingt minutes plus tard on repart.
Entre temps, le camion est tombé en rade, Nicolas fut obligé d’acheter de l’huile moteur et de rattacher le vase d’expansion……
La nuit n’est pas bien froide, la lune est ronde et blonde et nous poursuivons notre progression vers Villeneuve les Avignon. L’équipe est soudée, tout le monde en met un coup même si Philippe râle parfois, tout seul dans son coin !
Le petit matin pointe le bout de son nez avec le vent. La vitesse chute un peu mais je veille à ne jamais descendre en dessous de 28 kilomètres /heures me faisant parfois tirer les oreilles lorsque j’accélère dans les faux plats….Tellement peur de ne pas réussir….
6 heures du matin, pause de 15 minutes à Ampuis, la cinquième et contrôle surprise des organisateurs ! Nous avons 420 kms, nous sommes dans les temps. Le vent est de face, les relais sont plus longs et tout le monde en file indienne.
Notre dernier contrôle se fait à Livron, 15 minutes, pas une de plus ! Enfin une soupe chaude et des pâtes, ça fait un bien fou ! On s’effeuille un peu, les températures remontent. Nous avons 508 kilomètres au compteur et il nous reste 4h20 pour faire les derniers 112 kilomètres, ça fleure bon la réussite. Mais les corps sont fatigués et les esprits engourdis, les fessiers meurtris, les muscles tendus.
Carlos crève au kilomètre 560, la tension est grande, il faut faire très vite cette fois pour réparer et dix minutes plus tard nous remontons en selle. Je regarde ma montre régulièrement et scrute mon compteur avec angoisse. Il reste deux heures à rouler, Olivier et Carlos semblent épuisés, Philippe ne dit plus un mot et Jean-Baptiste suit le mouvement, la vitesse chute……
.A 13 heures nous avons 580 kms, Olivier veut absolument s’arrêter pour récupérer un peu, Philippe veut tout stopper à 600 kilomètres et moi je râle, je refuse que l’on s’arrête, sinon on ne repartira plus, moi je veux faire les 620 !!!
On passe Orange, l’heure tourne, les bornes s’accumulent et soudain Carlos remet en route le peloton, il reste une demi-heure, nous avons 605 kilomètres et les paysages défilent vite, très vite, très très vite….. Carlos veut passer les 620 et emmène tout le groupe. Tout le monde s’accroche, même Philippe et on avance….
Puis soudain Nicolas et Bernard nous font signe de nous arrêter, il est 14 heures, nous somme cuits et nous avons 624 kilomètres.
C’est un immense soulagement, j’ai du mal à descendre de mon destrier, tellement fourbue de partout. On fait la photo devant la pancarte « Font d’Irac, commune des Angles ».
Les sourires illuminent nos visages fatigués mais la réussite est là !
Olivier et Jean-Baptiste n’avaient jamais fait une aussi longue distance et n’avaient jamais roulé 24 heures. Ils ont tenu le rythme et la distance, un véritable exploit !
Moi, j’ai eu ce que je voulais, une revanche et un record de distance sur 24 h à cette Flèche Vélocio, tout comme Carlos, et Philippe nous a permis de réaliser ce rêve !
Mais je pense que l’on n’aurait pas pu accomplir un tel défi sans nos deux merveilleux suiveurs. Ils furent à la fois coaches, mécanos, cuisiniers, conseillers, deux hommes indispensables qui ont fait partie intégrante de notre TEAM.
23 heures, je vais aller me coucher avec des étoiles plein les yeux et le sentiment que 2019 sera une superbe année pour moi et pour tous ceux qui m’accompagneront dans mes délires !
A bientôt pour de nouvelles aventures. Catherine

CALENDRIER 2019

Les épreuves que nous vous proposons ainsi que divers évènements
CALENDRIER
MISE A JOUR LE 05/19

Compte rendu de 2 rayons effectué en 2019

Vous trouverez ICI un compte rendu des 2 Rayons:  PARIS REIMS PARIS  et PARIS CHAUMONT PARIS  éffectué en 2019 par Mr LEFEVRE Jean-Marc de l'AS CHAUNY 02

semaine fédérale 2019 COGNAC

Vous trouverez ICI un compte rendu de la semaine fédérale de notre vie président P HUMEZ

Prochains Rendez- vous

déc. 2019s'abonner
lunmarmerjeuvensamdim
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345

RAYON PARIS-DEAUVILLE-PARIS

Compte rendu du Rayon Paris – Deauville réalisé en 2019 par un cyclo
cliquer ici

Super randonnée des Côtes de Bourgogne
Réalisée
du 9 au 11 juin 2019 par ROBERT K

Pour boucler mon brevet du randonneur il me manquait en effet une super randonnée (brevet de 600kms comportant un D+ de 10 000 m minimum à réaliser en moins de 60 heures en autonomie).
 
Les Super Randonnées sont gérées par Sophie Matter membre de l’Audax-Club-Parisien.
http://www.audax-club-parisien.com/FR/421%20-%20Accueil%20Super%20Randonnée.html
 
Parmi les 9 super randonnées proposées par Sophie, je me suis orienté vers ce choix « des Côtes de Bourgogne pour plusieurs raisons.
- cette randonnée est la plus proche de Paris ;
 
- Vous pouvez constater que le parcours https://www.openrunner.com/r/3890472 comporte des moustaches c’est-à-dire qu’après avoir gravi plusieurs monts ou sommets, on ne bascule pas, il faut faire demi- tour pour reprendre le suivi du parcours.
Ce suivi requiert une attention particulière et il faut être concentré et attentif si l’on ne veut pas effectuer des kms et du dénivelé supplémentaire. Effectuant la randonnée seul, cela occupe bien l’esprit et l’orientation n’est pas pour me déplaire. Le roadbook est très complet et les 20 points de contrôles doivent être attestés par les photos.
https://docs.google.com/document/d/1P4yuQ5R2PS7qYPsa0uK7pbvw1S0cW1UdLDrVdoJs55o/edit
 
-cette super randonnée a été effectué en 2018 par Nicolas Bosso qui avait lui-même réalisé un compte-rendu et je me suis fortement inspiré de son découpage et de son lieu d’hébergement très pratique, pas trop éloigné du circuit pour 2 nuits à l’Hôtel F1 du Creusot Montchanin.
 
A la lecture de son compte rendu, je n’ai pas hésité à remplacer la K7 de mon look, doté comme pour Thonon-Triestre d’un développement de 34x30. Pour ma part ce n’était pas surfait car il faut s’attendre pour certains monts à gravir des mini « Mortirolo ». J’ai retrouvé également des analogies avec les monts de Belgique (les pavés en moins) je pense que certains passages comportent un dénivelé autour de 15%. Il ne faut pas stresser sur la vitesse moyenne au compteur (20km/h sur le vélo pour ma part) mais plutôt user de patience, ce n’est pas dans les descentes que l’on peut remonter la moyenne et il est préférable d’assurer son coup, surtout en solitaire, si l’on veut aller au bout.
La météo n’était pas optimum, pluie et brouillard au programme, j’étais bien content de réaliser cette randonnée essentiellement de jour avec le même découpage dégressif que Nicolas :
 
1er jour Marsannay-la-Côte - Montchanin 283kms 4900 m de D+ départ 7h12 arrivée vers 23h00
2ème jour Montchanin – Montchanin 233 kms 4155m de D+ départ 8h00 arrivée vers 22h00
3ème jour Monchanin – Marsannay la Côte 123 kms 1770 m de D+ arrivée à 13h09
 
J’ai aussi trouvé une épicerie à Montchanin ouverte jusque 3h00 du matin avec des sandwiches chauds ce qui est bien pratique.
Pour conclure, c’est difficile mais néanmoins très intéressant. Cette super randonnée peut être effectuée également en formule touriste sans temps limité ce qui offre des possibilités supplémentaires. Le parcours est particulièrement beau et attrayant, il permet de découvrir le parc Régional du Morvan et les monts de Bourgogne et du Maconnais. Sa réalisation en formule randonneur demande un minimum de préparation, il faut aussi prendre en compte la rareté des commerces, en particulier le premier jour dans le parc du Morvan.