SOIREE RACLETTE

Le samedi 13 janvier, l'USF Section Rugby organisait sa 1ère soirée raclette. Retour sur un succès.

C'est quelque 300 personnes qui s'étaient donné rendez-vous à partir de 19h00 à la salle des fêtes de Vilaines-sous-Malicorne pour une soirée raclette organisée par le club de rugby de la Flèche.
Grâce notamment à un bon DJ, qui a su adapter la musique à son public, une belle ambiance, festive et familiale, a accompagné toute cette soirée. Une grande satisfaction pour les organisateurs.
La forte affluence a provoqué une file d'attente importante au moment du repas et de la distribution du fromage, servi à volonté. Nous nous en excusons. Le bureau du club se réunira prochainement et un bilan sera effectué concernant cette soirée. Si la décision est prise de renouveler l'expérience l'année prochaine (elle remplaçait pour 2018 la traditionnelle "galette"), la mise à disposition d'un nombre plus important d'appareil à raclette sera évoqué et posé comme condition à la reconduction de la manifestation.
Une équipe de bénévoles soudée a réalisé un gros travail pour l'organisation et la réalisation de cette soirée : avant (naissance du projet, prise des renseignements, préparation, installation), pendant (accueil, service au bar, en salle) et après (rangement, nettoyage). Un énorme bravo à eux !!
Nous remercions toutes les personnes présentes. Le but de cette soirée : vous permettre de passer un bon moment, ensemble. Vous satisfaire. Nous espérons y être parvenu. Et vous avoir fait partager l'esprit rugby.
Prochain évènement pour notre club : la célébration de ses 30 ans. Nous espérons pouvoir compter à nouveau sur vous !


Herve Douillet

UNE BELLE AFFLUENCE !

UNE BELLE AFFLUENCE.JPG
 

EZIO ET KHALYSS.

Le dimanche 3 mars 2019, l'USF section Rugby organisait un après-midi festif et sportif au profit de l'association Ezolyss, fondée par deux mamans, Gwenaëlle et Delphine, afin d'améliorer le quotidien de leurs enfants, Ezio et Khalyss. Retour sur une belle journée.

La démonstration de l'Ecole de Rugby (EDR) d'abord.
Sous l'impulsion d'Yves Jamin (vice président du club) et Emilie Hanlon (responsable EDR), l'ensemble de l'école de rugby était mobilisée pour l'occasion. Cyril (éducateur U8), Hervé et Jean-Paul (éducateurs U10) et Christophe (éducateur U14) animaient des ateliers où les licenciés de ces différentes catégories évoluaient (accompagnés pour l'évènement de copains invités par leurs soins), faisant découvrir au public présent le rugby, loin des standards médiatiques : un rugby technique et exigeant mais surtout un rugby plaisir ! Le tout dans une ambiance joyeuse, amicale et familiale.
Le temps des enfants s'est conclu par deux matchs : sur un terrain, les licenciés ; sur un autre terrain, les débutants qui ont montré de belles aptitudes. Bravo à eux ! Puis l'ensemble des participants a posé pour la photo aux côtés d'Ezio et Khalyss (voir ci-dessous) et immortalisé cet instant plein d'émotion pour le papa et l'être humain que je suis.
Après la haie d'honneur effectuée pour l'entrée des deux équipes séniors, les enfants de l'EDR et leurs copains invités partageaient le goûter offert par le club.

Ensuite le match des séniors.
Et désormais, place aux séniors. Un match compliqué, âpre, face au leader de la poule, le RC Laval, dans des conditions climatiques difficiles (pluie, vent)engendrant pas mal de fautes de mains. Une rencontre interrompue au bout de dix minutes suite à la blessure de notre 9, Ulysse, transporté à l'hôpital. Nous aurons des nouvelles rassurantes ultérieurement, un hématome et contusions aux cervicales. Il devra observer un repos salvateur.
Le résultat final à l'avantage des visiteurs (0-15) montre bien la supériorité des lavallois. Le XV fléchois n'a quasiment jamais pénétré les 22 adverses et à chaque incursion dans le camp des rouges, ces derniers, par un jeu au pied d'occupation (une tactique qui revient au goût du jour comme lors du match Angleterre-France du tournoi des XI Nations 2019), nous renvoyaient chez nous. Et leur bonne défense nous y cantonnait. Nous n'avons à aucun moment pu développer un jeu d'attaque clair. La technique en touche de nos adversaires (porté, bloc de saut), très maîtrisée, est aussi à noter.
Deux cartons jaunes, un rouge (en fin de match), trois sorties définitives sur blessure, tout cela ne nous a pas permit de faire la différence physiquement malgré notre effectif plus riche. Là aussi les mayennais semblaient nettement supérieurs. Dans l'ensemble, ils ont donné l'impression de maitrisé le match tout au long de celui-ci. Une victoire logique.
Et comme tout match de rugby, cela s'est d'abord terminé par la haie d'honneur entre des hommes encore adversaires quelques instants auparavant. Puis par la 3ème mi-temps, moment de camaraderie entre joueurs, dirigeants ou supporters.
Il n'empêche que ce résultat est un coup d'arrêt pour notre club et son équipe sénior qui restait sur deux victoires dont une probante à Saumur une semaine avant. Les deux prochains matchs contre Guenrouet seront décisifs pour l'obtention de la place de barragiste.

Ezio et Khalyss.
Durant toute cette après-midi les parents d'Ezio et Khalyss ainsi que des membres de l'association tenaient un stand de vente notamment de gâteaux, de ticket de tombola au profit de leur noble cause. Avec succès. La voici notre victoire !

Voilà. Cette journée s'est achevée comme elle a commencé, avec le sourire d'Ezio et Khalyss. Une vraie récompense. Bisous les enfants... A l'année prochaine !
Herve Douillet , 13.03.19, 15:20

EZIO ET KHALYSS (ASSIS AU 1ER RANG) AU MILIEU DES ENFANTS LICENCIES OU INVITES, DE CERTAINS EDUCATEURS ET DE LAURENT BEURY, PRESIDENT DU CLUB (DEBOUT A L'EXTREME GAUCHE).

ECOLE RUGBY EZIO.JPG

SOIREE RACLETTE.

Troisième édition de la soirée raclette organisée par l'USF Section rugby. Vous trouverez ci-joint quelques détails important concernant cette manifestation.

Après le succès des deux premières éditions, notre club a décidé de reconduire l'opération cette année. La soirée se déroulera le samedi 18 janvier à la salle Raymond Brossard de Luché-Pringé, à partir de 19h00. Les prix sont de 18 € pour les adultes et adolescents et de 10 € pour les moins de 12 ans. Votre réservation doit être effectuée avant le 5 janvier prochain, auprès de David BERTIN, vice président du club et responsable de l'organisation de ce rendez-vous , ou de Laurent BEURY, président du club. Vous trouverez leurs numéros de téléphone dans l'icône Contacts rubrique Coordonnées. Nous vous attendons nombreuses et nombreux !
Herve Douillet , 25.02.20, 10:17

INTERVIEW.

Le 18 septembre dernier, l'AG élective de notre club entérinait la démission de son bureau et notamment donc celle de son Président, Laurent BEURY. Le site du club a souhaité honorer sa présidence en lui consacrant une interview. En toute simplicité. Comme le bonhomme. L'incarnation parfaite de notre sport, de notre club.

Bonjour Laurent. Est-ce que tu peux commencer par te présenter pour ceux qui vont venir sur le site et qui ne te connaissent pas ?
Je m'appelle Laurent BEURY, j'ai trente-trois ans. Je suis né à La Flèche et j'y réside toujours. Je suis en union libre, père de trois enfants, un garçon et deux filles. Je suis technicien SAV dans le domaine de la cuisine professionnelle.

Si demain tu partais sur une île déserte et que l'on t'offre l'opportunité d'emporter un seul livre, ce serait lequel ? Un seul disque ? Un seul film ?
Je lis très peu, alors pas de livre. Pour le disque, difficile de faire un choix. Boulevard des Airs actuellement. Mais j'aime tellement de chose... En ce qui concerne le film, Instinct (avec Anthony HOPKINS).

Quelles sont tes qualités, tes défauts ?
Difficile de s'autojuger. Je suis patient, sociable, de bonne humeur. Mais je suis aussi de mauvaise foi, pas très ponctuel et bordélique...

Parlons rugby maintenant. A quand remontent tes premiers souvenirs personnels liés au rugby ?
Mon premier souvenir de rugby, c'est le premier entraînement. J'ai rejoins des amis qui en faisaient déjà et lorsque mes parents m'ont amené à la Pépinière, ils n'étaient pas arrivés. Un joueur que je connaissais pas est alors venu me voir en me disant "Tu es nouveau ?". J'ai répondu "Oui" et il m'a guidé au vestiaire, présenté aux autres enfants. J'ai trouvé cela super accueillant. J'en ai toujours gardé un super souvenir.

Es-tu issu d'une famille de rugbyman ?
Pas du tout. Mon père est plutôt footeux et ma mère était plus basket ou athlétisme.

A quel âge as-tu pris ta première licence ? Et dans quel club ?
Ma première licence, j'avais 11 ou 12 ans... Et à l'USF Rugby bien évidemment.

Retrace nous ton parcours de joueur ? A quel poste as-tu joué ?
De benjamin à cadets, j'ai occupé le poste de n° 8 dans un rugby à 12 à l'époque. Dès 16 ans, en junior, je suis passé aux centres (n° 12 ou 13) et l'on s'entraînait avec les séniors. Déjà à l'époque... J'ai fait mes premiers matchs séniors à 17 ans. Je suis parti un an à Chateau-Gontier pour le travail puis un an à Paris. Je jouais le week-end à La Flèche. A 22 ans, j'ai eu envie de voir autre chose, le niveau au-dessus et nous sommes partis avec mon frère et Stéphane ROUMIS au RC Le Mans. J'y ai beaucoup appris et nous avons eu la chance de vivre une montée en Fédérale 3. J'y jouais ailier ou centre, en première ou en réserve. L'investissement personnel pour ce niveau étant assez lourd, j'ai décidé de quitter le club pour revenir plus près de chez moi et me consacrer à ma vie familiale. La Flèche n'ayant entre temps plus d'équipe séniors, j'ai pris une licence chez les voisins de Seiches avant de me casser la clavicule. C'est alors que je suis revenu à La Flèche m'occuper des cadets avec Bertrand FRESLON (mon entraîneur cadets déjà à l'époque) et l'envie de transmettre ce que j'avais appris. Deux ans après, avec Charles BARBIER et Jonathan CHOISNET, nous avons fait le forcing auprès du bureau pour remonter une équipe séniors. Et cela fait maintenant sept ans que ça dure et six ans où j'ai repris à jouer. J'ai décidé de lever un peu le pied après quatre ans de présidence.

Est-ce que tu te voyais vivre de ce sport ? Devenir professionnel a-t-il été un objectif pour toi à un moment ?
Non, j'ai été lucide assez tôt que dans les sélections départementales et surtout régionales des joueurs étaient bien plus disposés à espérer une carrière pro. J'ai toujours donné le meilleur mais su garder aussi mes objectifs professionnels qui me font vivre aujourd'hui contrairement au rugby. Ca reste une passion, tout simplement.

A un jeune qui viendrait s'intéresser au rugby, comment lui définirais-tu ce sport ?
Que c'est un sport collectif où chaque individu doit donner le maximum pour être fort collectivement. On ne gagne pas seul au rugby. Qu'importe son niveau, on a autant besoin d'un grand et gros qui est essoufflé au bout de dix mètres que du petit frêle qui court comme une gazelle. Il y a de la place pour tout le monde. Je trouve aussi qu'en terme de respect et de tolérance, c'est plutôt pas mal comme base...

Qu'est-ce qui t'as décidé en septembre 2016 à prendre la présidence du club ?
En 2014 ou 2015, je devais prendre les cadets et m'étais organiser avec des parents pour la partie administrative. Pour des raisons que j'ignore, le bureau a pris des décisions à mon insu sans me prévenir (d'annuler des entraînements que j'avais planifié par exemple). Je me suis braqué et je suis parti fâché. Je suis revenu un an plus tard en tant que joueur sénior. Plus un seul pied dans le bureau ! Et puis le chemin faisant, le club avait perdu pas mal de bons éléments, partis eux aussi fâchés pour divers conflits avec le bureau en place. Je ne retrouvais plus l'ambiance et les valeurs du club dont je suis issu. C'est alors qu'après plusieurs discussions avec Elodie et Cédric PROD'HOMME, tous juste arrivés, par amour du club, nous avons décidé de stopper l'hémorragie et de se présenter à la succession de Laurence GOULET, alors démissionnaire.

Tu as décidé de ne pas renouveler ton mandat. Ce que je regrette à titre personnel même si les raisons pour lequel tu le fais sont parfaitement compréhensibles. Si tu te retournes sur ces quatre années, que penses-tu avoir réussi pendant ton mandat ? A l'inverse, penses-tu avoir rater des choses ? As-tu des regrets ?
J'ai toujours dit dès ma prise de fonction que je partais pour quatre ans et pas plus. J'ai tenu cet engagement moi qui ne suis pas homme de bureau.
La première réussite a été de stabiliser le club. Je me souviens beaucoup de joueurs voulant arrêter si nous n'avions pas de coach. C'est alors que nous avons engagé le regretté Jean-Charles COURTHES pour deux ans afin de conserver le groupe sénior. Ensuite, étant issu de l'USF, il était important pour moi de dynamiser l'EDR qui a toujours été la priorité du club. Nous avons eu la chance d'avoir les gens pour ça. Je pense à Franck, Hervé, Jean-Paul, David, Emilie, Jonathan, Yves, les parents volontaires qui ont fait qu'aujourd'hui l'ensemble tient la route et que l'on a même un dossier de labellisation en cours de validation. C'est grâce à eux tout ça.  Enfin, financièrement, on a mis en place des choses simples qui ont donné une vie au club avec la très bonne gestion de Cédric PROD'HOMME.
Des regrets, on en a forcément. Nous voulions par exemple accroître les effectifs... Sportivement nous n'avons toujours pas touché le bout de bois. La labellisation n'est toujours pas officiellement acquise, l'organisation que nous voulions mettre en place n'a pas été aboutie;, des échéances comme les 30 ans du club ne se sont pas faites... Bref, il y a tellement à faire...!
La grande satisfaction est tout de même de laisser un club stable et je suis sûr qu'Elodie et Mickaël, qui œuvrent à mes côtés depuis quatre ans, vont encore le développer. Le travail au niveau de la communication est déjà remarquable.

Dis-nous ton meilleur et ton pire souvenir en tant que joueur ici à La Flèche ?
De meilleur souvenir, je n'en ai pas forcément. Chaque victoire, chaque bon moment en font partie, le rugby est fait d'anecdotes... Mon pire, il y en a plusieurs en fait : chaque demi-finale perdue...

Raconte-nous l'ambiance d'un vestiaire avant un match ?
L'entrée dans le vestiaire, c'est toujours plus ou moins cool. Puis les visages se ferment pour certains. Le coach et le capitaine commencent à parler. Tout le monde alors se tait. Les joueurs d'expérience rajoutent leurs mots. La tension monte. Les odeurs de canfre ou autres pommades. Il y a toujours un ou deux gars complètement en "trans" avant le coup d'envoi, à se mettre des coups de casque. Et un ou deux autres qui se cachent pour rigoler. D'autres restent stoïques, concentrés sur les consignes du coach. Il faut le vivre pour se rendre compte réellement.

Quel est ton joueur préféré, en activité ou non ?
Mon joueur préféré quand j'étais jeune, c'était Christophe DOMINICI. J'aimais beaucoup Serge BETSEN aussi, dans un autre style. Aujourd'hui, je suis impressionné par les performances de Kolbe (dommage qu'il soit toulousain lol !!).

Y a-t-il une règle au rugby d'aujourd'hui que tu souhaiterais modifier ?
La règle de l'assistant plaqueur. Je la trouve litigieuse et contre productive pour les turn over. Je pense qu'elle pourrait être adaptée pour maintenir le niveau de sécurité tout en favorisant la défense, pour avoir l'opportunité de gagner plus de ballons au sol en l'absence du soutien offensif.

D'après toi, qu'est-ce que l'équipe sénior peut viser comme objectif cette saison ?
Je suis convaincu depuis plusieurs saisons que l'équipe est capable de joueur le maintien en 1ère/2ème séries. L'objectif doit être un bouclier et une montée.

Même si l'EDR connait une embellie cette saison, notre club, comme d'autres, connaît globalement une baisse de ses effectifs depuis quelques années. Comment l'expliques-tu ? Cela t'inquiètes ? Comment faire pour l'endiguer ?
Cela m'inquiète forcément. Je ne l'explique pas forcément. Je pense que la médiatisation des accidents au niveau pro n'a pas fait de bien à notre sport. Comme les saisons avec trop d'annulations dues aux intempéries. Les règles du Rugby Touché pour les plaqueurs, ça n'aide pas non plus... Bref plein de petites choses qui sont contre productives. Le COVID par dessus tout ça. Je pense qu'il ne faut pas chercher à l'endiguer mais continuer à garder une organisation seine, carré et professionnelle dès les inscriptions. La communication est très importante. On est reparti de zéro voilà quatre ans au niveau de la validation des licences avec la mise en place de Oval-e. Ca a été compliqué les premières saisons puis nous nous sommes organisé. Je pense que cela va aller dans le bon sens maintenant.

Quel est ton avenir dans le milieu du rugby fléchois et sarthois à court ou moyen terme ?
Pour l'instant je prends un peu de repos pour moi et ma famille. Je souhaite ensuite finir ma formation d'entraineur car c'est une fonction où j'ai pris beaucoup de plaisir l'an passé et un petit truc que j'ai en tête depuis plusieurs année maintenant. Puis pourquoi pas un jour revenir à temps plein pour encadrer un groupe entre cadet et sénior selon la place qu'il y aura. Evidemment je reste au club. J'ai gardé une licence joueur et je me dois de rester disponible pour le nouveau bureau.

Je te laisse le mot de la fin de cette interview.
Je ne suis pas très fort pour les remerciements ou les discours. Alors juste un énorme Merci à tous ceux qui m'ont entourés pendant ces quatre ans. Et plein de bonnes choses pour l'avenir de l'USF Rugby !


Herve Douillet , 16.10.20, 22:46
 
 
 
ce site a été créé sur www.quomodo.com