ECUSSON FRANCE.png
ECUSSON ITALIE.png
 

EVENEMENT : FRANCE-ITALIE, OU COMMENT EVITER LA CUILLERE DE BOIS ?! BILLET D'HUMEUR.

Vendredi 23 février 2018. Stade Vélodrome. Marseille. France-Italie. 3ème journée du Tournoi des VI Nations. Comment imaginer que la France joue pour éviter la cuillère de bois ? Après deux défaites, face à l'Irlande et l'Ecosse. Mon fils (U12 à l'USF) est à mes côtés sur le canapé, devant l'écran. Ma cadette dort, ma benjamine lit ("Quoi ! Votre rugby ?! Ah ça non, je regarde pas ! En plus demain, y'a "The Voice". A chaque âge sa priorité !) et ma femme est proche de la corbeille de linge et du fer à repasser. Bref, tout est en place... La retransmission peut débuter... Vivons la ensemble.


Composition française : H. BONNEVAL (15), R. GROSSO (14), M. BASTAREAUD (13), G. DOUMEYROU (12), B. FALL (11), L. BEAUXIS (10), M. MACHENAUD (9), M. TAULEIGNE (8), Y. CAMARA (7), V. LAURET (6), S. VAHAAMAHINA (5), P. GABRILLAGUES (4), R. SLIMANI (3), G. GUIRADO (2), J. POIROT (1).


Je suis nerveux, une nouvelle défaite serait catastrophique. Alors qu'en janvier, lors de sa prise de fonction, le nouveau sélectionneur du XV tricolore, Jacques BRUNEL, parlait de victoire finale voire de grand chelem. Erreur de com' ? De toute façon, si victoire il y a ce soir, il faudra la relativiser. L'Italie constitue un adversaire très faible, en deçà de ce qu'elle a montré par le passé, en 2013 notamment.

Il est magnifique ce stade. Mythique pour les footeux. Reconnaissons que c'est une sacrée enceinte sportive.

Les hymnes. Toujours un moment fort, que j'apprécie. L'autre jour à Murrayfield, "Flowers of Scotland" reprit par tout le stade : c'était tout simplement magnifique. L'hymne italienne n'est pas ma préférée. Voilà "La Marseillaise". J'aime à me définir comme un citoyen du monde mais lors de grande échéance sportive comme celle de ce soir, je deviens patriote, fervent supporter...



1ère MI-TEMPS

L'arbitre, Wayne BARNES, une vieille connaissance, donne le coup d'envoi. Première rencontre délocalisée dans le Tournoi. A priori une bonne idée. Le public de province est souvent plus "supporter". L'équipe a besoin du soutien populaire. Sur le papier, le contexte se montre ultra-favorable : l'Italie ne nous a jamais battu à domicile et reste sur quatorze défaites. Allez les bleus ! Qui jouent en blanc ce soir...

Premières minutes, nous voyons du jeu, de chaque côté. 5ème minute : 1er essai tricolore de Paul  GABRILLAGUES sur un ballon porté à la suite d'une pénale touche. Un symbole, espérons-le, sur la bonne disposition du collectif français. MACHENAUD loupe la transformation. FRANCE : 5 - ITALIE : 0.

10ème minute : essai transalpin. Sur la même phase de jeu que l'essai français. Pénale touche, ballon porté et essai de pénalité... L'Italie mène 7-5. Pas très rassurant : l'adversaire revient trop vite et trop facilement dans la partie.

19ème minute : après un temps fort des bleus, MACHENAUD fait le mauvais choix. Le jeu est à droite, l'essai à l'aile. Le ballon part à gauche... L'Italie se dégage.

Mi-temps de la première mi-temps. BASTAREAUD fait un bon début de match (et confirmera sa bonne prestation tout au long de la partie), fait gagner des mètres à son équipe. Mais globalement, le match reste moyen, avec peu d'intensité. Deux équipes malades de leurs médiocrités chroniques se font face. Pas de domination française franche, aucune sérénité. Trop d'erreurs techniques dans les lancements de jeu notamment. Allez les bleus, mettez en branle d'autres valeurs, la fierté...

28ème minute : Pénalité contre l'Italie. La tapée !! Bonne décision... Il faut prendre le score. C'est fait. FRANCE : 8 - ITALIE : 7.

33ème minute : Il doit y avoir essai là !!! BEAUXIS loupe lamentablement un petit jeu au pied (décevant, loin de son niveau, notamment dans la gestion au pied) même si un avantage nous était signalé. Derrière DOUMAYROU joue trop vite la pénalité (pourquoi ne pas chercher la touche, les italiens sont en grande difficulté dans ce domaine) et se heurte à la défense. Le jeu rebondit néanmoins mais BASTAREAUD fait une faute de mains sous les poteaux ! Dommage ! Que d'erreurs techniques dans la construction ou la finition... Malgré tout, GROSSO montrent des choses intéressantes, le toulousain CAMARA aussi.

39ème minute : MACHENAUD passe une pénalité. FRANCE : 11 - ITALIE : 7.


Mi-temps sur ce score. Première période poussive. L'Italie, pourtant faible dans la conquête notamment, reste dans la partie. Quelles différences avec les matchs opposant les équipes britanniques (voir Angleterre - Pays de Galles d'il y a quinze jours) ! Un fossé !

Tout le monde est couché désormais. Je vais sans bruit vers la réserve de gâteaux secs. Pepito ? P'tit Ecolier chocolat lait-noisette ? P'tit Ecolier chocolat blanc ? Lequel choisir ? Difficile. Tous ! Chut, vous n'êtes au courant de rien...



2ème MI-TEMPS

C'est reparti. Faites-nous rêver !!

Superbe contre ruck, belle passe de BASTAREAUD, percée de BEAUXIS, on pénètre dans les 22 mètres adverses. Du monde à l'aile !! Allez !! Essai !?!? Non !!! Quel échec encore...

45ème minute : Première Marseillaise spontanée d'un public un peu timide je trouve. Pénalité réussie de MACHENAUD. FRANCE : 14 - ITALIE : 7. Au forceps.

50ème minute : Pénalité italienne d'ALLAN. Sous quelques sifflets marseillais. Dommage. FRANCE : 14 - ITALIE : 10.

La mi-temps démarre comme s'est déroulée la 1ère. Le constat est le même depuis plusieurs années dans le camp français : les sélectionneurs passent, la qualité intrinsèque du jeu et des joueurs demeurent... Les commentaires de la paire LARTOT-GALTHIE sont lucides. Ils sont bons ces deux-là.

Nous approchons de la 60ème minute. La France n'a pas le contrôle du match, subie même parfois. 3/4 d'un match inquiétant. Côté italien, le n°6 NEGRI nous fait mal.

59ème minute : OUAIS !! Essai d'Hugo BONNEVAL, le joueur du Stade Français. Enfin du mouvement au large, de l'initiative parfaitement conclu. Un BASTAREAUD qui bonifie encore un ballon, casse le plaquage, délivre une passe après contact splendide pour BONNEVAL qui trouve GROSSO à l'aile. Celui-ci consomme le dernier défenseur et retrouve BONNEVAL à l'intérieur. Ouf ! MACHENAUD transforme quasiment face aux poteaux. FRANCE : 21 - ITALIE : 10. La France reprend le match en main. Il faut enfoncer le clou, entretenir la flamme...

65ème minute : FRANCE : 24 - ITALIE : 10. Pénalité de MACHENAUD. Le rochelais DOUMAYROU sort. Je le trouve décevant ce joueur. Historiquement, nous avons toujours eu une paire de centre compétitive. A ce poste, comme à d'autres, on se cherche. Je croyais beaucoup à l'association en sélection FOFANA-LAMERAT mais elle n'a jamais pu s'installer.

Le match avance. Toujours un manque de confiance ou de repère ?! De qualité tout simplement ?

71ème minute : Pénalité de MACHENAUD. FRANCE : 27 - ITALIE : 10. Les changements s'enchaînent.

72ème minute : BASTAREAUD !!! Essai !!! Mérité. Il a prit du volume dans son jeu, élargit sa palette de joueur. Une belle action, un mouvement qui part de nos 22 mètres avec un TAULEIGNE, le 3ème ligne de l'UBB, omniprésent. Les italiens baissent physiquement. Comme d'habitude. TRINH-DUC transforme. FRANCE : 34 - ITALIE : 10.

Désormais, c'est sûr, nous allons gagner. Enfin !! Après presque une année de disette.

78ème minute : Essai de la squadra azura par MINOTTI, au terme d'un beau renversement de jeu. Transformation réussie. FRANCE : 34 - ITALIE : 17.

80ème minute : Fin du match. Victoire française, 34 - 17. Fragile. Et un discours intelligent et lucide du capitaine tricolore Guilhem GUIRADO au micro de la femme de terrain Clémentine SARLAT. Ne pas tirer de conclusion sur ce match, pas de faux optimisme. Rendez-vous le 10 mars à 17h45 au Stade de France contre l'Angleterre (qui ne pourra jouer le Grand Chelem après sa défaite surprise contre l'Ecosse le lendemain mais la victoire finale dans le Tournoi, oui), pour le Crunch. La vérité sur le niveau réel du XV tricolore sera là...

Nous quittons le stade Vélodrome sur le joli sourire de Clémentine SARLAT. Un nom qui inspire tous les amateurs de rugby, le sud-ouest et ses valeurs rugbystiques refuges. On en a besoin en ce moment...


Allez au dodo. Vite. Il est 23h00. Tout le monde dort. Je me lève tout à l'heure à 4h50 pour une journée de travail... Dur... Le maquereau risque de ressembler à la dorade et le lieu noir se prendre pour du jaune...




Herve Douillet
 

LE STADE VELODROME - MARSEILLE

velodrome.jpg

MATHIEU BASTAREAUD, HOMME DU MATCH.

MATHIEU.jpg
 

FRANCE - ANGLETERRE, 10 MARS 2018, QUEL MATCH !

Ils nous ont fait plaisir ces bleus là samedi, pour la 4ème journée du Tournoi ! Victoire 22-16 au Stade de France contre nos amis anglais. Pas de génie dans cette équipe, même si des talents émergent (R. GROSSO, Y. CAMARA, tous les 2 notés 7.5 par l'édition du dimanche de Ouest-France, à mettre au crédit de Jacques BRUNEL) ou d'autres confirment (M. BASTAREAUD ou F. TRINH DUC, assez juste dans un jeu au pied d'occupation qui fait avancer son équipe, la soulage) mais des valeurs indispensables pour toute équipe de rugby enfin exploitées : envie, combat physique, cœur, tripes... Le plus dur commence désormais : confirmer face aux gallois samedi prochain le renouveau du XV de France.
Herve Douillet
 

"RAMENER LA COUPE A LA MAISON !!"

Samedi 21 septembre, début de la Coupe du Monde de rugby 2019 pour l'équipe de France face à l'Argentine au Tokyo Stadium. A 9h15, heure française. Histoire de se préparer à cet évènement, nous vous proposons de vous familiariser avec l'effectif tricolore en récapitulant la liste des 31 joueurs retenus par Jacques BRUNEL, dévoilé le 2 septembre dernier. Ainsi que celle de son staff. Pour bien connaître tous les acteurs qui vont nous accompagnés, je l'espère, jusqu'au samedi 2 novembre, signe que nous serions en finale...

1ère ligne : Rabah SLIMANI (Pilier gauche/Clermont/29 ans/53 sélections) ; Guilhem GUIRADO (Talonneur/Montpellier/33 ans/70 sélections) ; Camille CHAT (Talonneur/Racing92/24 ans/22 sélections) ; Emerick SETIANO (Pilier droit/RC Toulon/23 ans/3 sélections) ; Jefferson POIROT (Pilier gauche/UBB/26 ans/29 sélections) ; Demba BAMBA (Pilier droit/Lyon/21 ans/6 sélections) ; Peato MAUVAKA (Talonneur/Toulouse/22 ans/1 sélection) ; Cyril BAILLE (Pilier gauche/Toulouse/25 ans/13 sélections) ; Cedate GOMES SA (Pilier/Racing 92/26 ans/9 sélections).

2ème ligne : Bernard LE ROUX (Deuxième ligne/Racing92/30 ans/33 sélections) ; Paul GABRILLAGUES (Deuxième ligne/Stade français/26 ans/13 sélections) ; Sébastien VAHAAMAHINA (Deuxième ligne/Clermont/28 ans/42 sélections).

3ème ligne : Charles OLLIVON (Troisième ligne aile/RC Toulon/26 ans/8 sélections) ; Grégory ALDRITT (Troisième ligne centre/La Rochelle/22 ans/7 sélections) ; Yacouba CAMARA (Troisième ligne aile/Montpellier/25 ans/15 sélections) ; Louis PICAMOLES (Troisième ligne centre/Montpellier/33 ans/79 sélections) ; Wenceslas LAURET (Troisième ligne aile/Racing92/30 ans/24 sélections) ; Arthur ITURRIA (Troisième ligne aile/Clermont/25 ans/13 sélections).

Charnière : Antoine DUPONT (Demi de mêlée/Toulouse/22ans/17 sélections) ; Baptiste SERIN (Demi de mêlée/RC Toulon/25 ans/30 sélections) ; Camille LOPEZ (Demi d'ouverture/Clermont/31 ans/24 sélections) ; Maxime MACHENAUD (Demi de mêlée/Racing92/30/36 sélections) ; Romain NTAMACK (Demi d'ouverture/Toulouse/20 ans/8 sélections).

3/4 : Damian PENAUD (AIlier/Clermont/22 ans/13 sélections) ; Gaël FICKOU (Centre/Stade français/25 ans/48 sélections) ; Sofiane GUITOUNE (Centre/Toulouse/30 ans/7 sélections) ; Wesley FOFANA (Centre/Clermont/31 ans/48 sélections) ; Yoann HUGET (Ailier/Toulouse/32 ans/59 sélections) ; Alivereti RAKA (Ailier/Clermont/24 ans/2 sélections) ; Maxime MEDARD (Arrière/Toulouse/32 ans/59 sélections) ; Thomas RAMOS (Arrière/Toulouse/24 ans/7 sélections) ; Virimi VAKATAWA (Centre/Racing92/27 ans/18 sélections) ; Pierre Louis BARASSI (Centre/LOU/21 ans/0 sélection).

Source : Rugbymag - Septembre 2019



Herve Douillet , 20.10.19, 12:04
Entraineur en chef : Jacques BRUNEL
Adjoint : Fabien GALTHIE
En charge des lignes arrières : Jean-Baptiste ELISSALDE
En charge de la défense : Jean-Marc BEDEREDE
En charge de la touche : Julien BONNAIRE
En charge de la technique individuelle : Laurent LABIT
En charge des avants et de la mêlée : Sébastien BRUNO
Préparateurs physiques : Gaëtan BOISSARD, Thibault GIROUD, Cyril GOMES, Nicolas JEANJEAN
Médecin : Philippe TURBLIN
Kinésithérapeutes : Cédric CASSOU, Bertrand GARET
Analystes vidéo : Nicolas BUFFA, Manu URDAMPILLETA
Analyste performance : Quentin RINALDI
Manager opérationnel : Lionel ROSSIGNEUX
Intendant : Hervé DIDELOT



 

EDITO DE LA COUPE DU MONDE : VOYAGE AU PAYS DE LA PEUR.

Au delà des résultats médiocres du XV tricolore depuis quelques années qui me poussent à être pessimiste sur les chances françaises pour cette édition 2019 de la Coupe du Monde, c'est le timing qui m'inspire de la peur... 

D'abord le timing de la stratégie de la Fédération Française de Rugby m'interpelle. Fabien GALTHIE a été intronisé pour préparer 2023 mais on a l'impression qu'il a déjà les reines de l'équipe (comme la génèse d'une nouvelle organisation défensive peut le prouver). Pourquoi ne pas attendre oomme pour Raphaël IBANEZ, futur manager ou directeur sprotif ? A-t-on décidé de galvauder 2019 ? Juge-t-on Jacques BRUNEL inapte à conduire les bleus dans cette compétition majeure ? Et si, par malheur, l'aventure au Japon tourne court, quel crédit aura l'ex-entraineur de Toulon par la suite ? On aurait peut-être dû laisser Jacques BRUNEL aller au bout de son projet, en dépit de résultats médiocres, en lui réaffirmant un soutien sans faille de la part des instances dirigeantes afin de créer un climat de confiance, propice à la performance. On peut avoir le sentiment d'une dérive footballistique où l'on exige des succès à très courts termes du sélectionneur alors qu'auparavant, le directeur du jeu tricolore savait pouvoir travailler avec une certaine légitimité et dans la durée. Le diktat économique impose dorénavant cette obligation de résultat.
Ensuite le timing générationnel n'est pas idéal pour 2019. L'école toulousaine va nous donner des pépites pour l'avenir (DUPONT, NTAMACK, RAMOS). Damian PENAUD sera un grand ailier. Notre future ligne de 3/4 sera enviée sur la scène internationale. Mais ces joueurs n'ont qu'un an de haut niveau quasiment derrière eux. La pression d'un tournoi mondial demande de l'expérience. Il va peut-être nous en manquer face à la roublardise argentine...
Parce qu'en plus le timing même du tournoi nous porte, peut nous porter péjudice. En effet, rencontrer l'Argentine dès le premier match est le pire des scénarios. C'est, sauf énorme surprise venue des îles Tonga, notre principal adversaire pour la qualification, l'Angleterre étant un ton au dessus. Une défaite serait pratiquement synonyme d'élimination. Les trois derniers matchs des poules ne seraient alors qu'une lente agonie, une crise pour le rugby national, n'ayons pas peur des mots.
Une fois que tout cela est écrit, reste la vérité du terrain. Le rugby est un sport, avec sa fameuse incertitude. RugbyMag nous rappelle que depuis la dernière Coupe du Monde, l'Argentine a un bilan de seulement 8 victoires en 41 matchs. Et moi, je demeure rugbyman, avec mes valeurs. Le respect, le respect des hommes, le combat, la détermination (ne jamais rien lâcher, ne jamais s'avouer vaincu !). Le drapeau tricolore flotte au fronton de ma maison. Même si je ne peux être devant mon téléviseur demain matin, je serai le premier supporter des bleus, à pousser derrière eux en mêlée, à sauter en touche avec eux, à tenter l'interception avec les 3/4... Soudé avec le staff et les représentants du rugby national présents sur place à œuvrer pour la reconnaissance de nos qualités humaines et rugbystiques. Allez les petits !!


Herve Douillet , 01.10.19, 19:27

FRANCE - ARGENTINE : 23 - 21.

Bravo les bleus. Victoire contre l'Argentine en match d'ouverture de la Coupe du Monde 2019. Le chemin de qualification est ouvert. C'est le rugby argentin qui ce matin pleure...

Je n'ai pas pu voir le match hier matin, je travaillais… Oh, la loose… Je vais essayer de le mater en replay. Mais d'après ce que j'ai lu ou entendu depuis hier midi, c'est que la première mi-temps a été quasi parfaite et que, par contre, la deuxième a été poussive, décevante. Le même scénario que lors du match d'ouverture du dernier tournoi des VI Nations contre les gallois. Qu'est ce qu'explique cette inconstance ? Un problème physique, mental ? Nous verrons bien. Mais attention aux îles Tonga pour le 3ème match (ce n'est pas faire injure en disant que les hommes de l'Oncle Sam ne devrait être que de vaillants sparing-partners). Sur la rigeur tactique, nous leur serons supérieurs. Mais sur les fondamentaux du rugby, l'agressivité, la combativité, la volonté, ils vont être là pendant 80 minutes. Il faudra être présent. C'est pour cela que le staff de l'équipe de France doit bien gérer son effectif afin d'avoir des guerriers pour les deux derniers matchs de poule. Ne faut-il pas mettre une majorité de remplaçants (sans aucun sens péjoratif) d'hier, donner du temps de jeu à tous pour encore une fois répondre au défi des semaines à venir.
Et puis une mauvaise nouvelle venu du Japon : le forfait définitif de Wesley FOFANA. Il avait déjà rater de nombreuses échéances internationales pour blessure… J'aime ce joueur, ce poste : un mélange de puissance, de vitesse, de technique, en phase défensive comme offensive… A bientôt sur les terrains du Top 14 avec Clermont Monsieur FOFANA. Et allez les bleus !!!


Herve Douillet , 03.10.19, 16:37
 

LE PARCOURS DU XV TRICOLORE.

MATCH 1 - 20/09/2019
FRANCE23-21ARGENTINE
 2 ESSAIS :
G. FICKOU 18'
A. DUPONT 22'
 2 ESSAIS :
PETTI PAGADIZAVAL 43'
MONTOYA 54'
 2 TRANSFORMATIONS :
R. NTAMACK 19'
R. NTAMACK 23'
 1 TRANSFORMATION :
SANCHEZ 43 '
 2 PENALITES :
R. NTAMACK 30'
R. NTAMACK 41'
 3 PENALITES :
SANCHEZ 15'
URDAPILLETA 61'
URDAPILLETA 69 '
 1 DROP :
C. LOPEZ 70'
  
MATCH 2 - 02/10/2019
FRANCE33-9ETATS-UNIS
 5 ESSAIS :
Y. HUGET 5'
A. RAKA 24'
G. FICKOU 67'
B. SERIN 70'
J. POIROT 79'
 3 PENALITES :
MAC GINTY 19'
MAC GINTY 31'
MAC GINTY 64'
 4 TRANSFORMATIONS :
T. RAMOS 6'
C. LOPEZ 67'
C. LOPEZ 70'
C. LOPEZ 79'
  
MATCH 3 - 06/10/2019
FRANCE23-21TONGA
 2 ESSAIS :
V. VAKATAWA 6'
A.RAKA 32'
 3 ESSAIS :
S. TAKULUA 40'
M. HINGANO 47'
Z. KAPELI 79'
 2 TRANSFORMATIONS :
R. NTAMACK 7'
R. NTAMACK 32'
 3 TRANSFORMATIONS :
S. TAKULUA 41'
S. TAKULUA 49 '
L. FOSITA 80'
 3 PENALITES :
R. NTAMACK 4'
R. NTAMACK 52'
R. NTAMACK 60'
  
MATCH 4 - 12/10/2019ANGLETERRE0-0FRANCE
 MATCH ANNULE PARTAGE DES POINTS
SANS BONUS

LA FRANCE ELIMINEE !!

L'équipe De France vient de perdre en quarts de finale de la Coupe du Monde 2019. 20-19. Face aux Pays de Galles. Frustrant au vue du scénario du match.

Le XV tricolore peut être fier de son match. Il a fait le match qu'il fallait. Les gallois n'ont pas été meilleur qu'eux. Ils n'ont franchit notre ligne de défense qu'à de très rares occasions. V. VAKATAWA et G. FICKOU ont pour moi été les hommes du match. M. MEDARD s'est révélé très précieux aussi, intelligent dans la gestion du jeu au pied. Malheureusement on peut ajouter S. VAHAAMAHINA qui, par sa faute grossière, récolte un carton rouge logique et pénalise fortement le groupe pour la demi-heure restante. Mais même à 14, le collectif français a tenu, ayant même quelques ballons à jouer et imposant une défense héroïque (interception magistrale de Y. HUGET par exemple). Vraiment dommage. Perdre au bout d'une telle performance. Il y avait du cœur, des tripes, de la solidarité, tous les fondamentaux étaient réunis pour un exploit ! G. GUIRADO et L. PICAMOLES tirent leur révérence internationale sur cette défaite. Chapeau Messieurs pour vos carrières en bleu.
Il va falloir se remettre de cette défaite. Sans doute pas évident. Mission à F. GALTHIE de remobiliser les hommes pour les échéances futures. Mais qu'ils m'ont fait plaisir ce matin ces bleus là !
Herve Douillet , 23.02.20, 14:03
 
 
ce site a été créé sur www.quomodo.com