LA FRANCE
CHAMPIONNE DU MONDE
Le Parcours des Bleus au Mondial masculin
 
Dans une poule composée de la France, la République Tchèque, le Portugal et l’Allemagne les bleus n’ont pas eu à forcer leur talent pour se qualifier directement pour la demi-finale.
 
Les choses se sont compliquées en demi-finale face à la sélection brésilienne. C’était la troisième rencontre entre France et Brésil en trois compétitions internationales. Si les auriverde se sont toujours montré des adversaires dangereux ils avaient rajouté une corde supplémentaire à leur arc avec la présence d’Arturo, un véritable phénomène que certains n’hésitent pas à qualifier de meilleur joueur au monde.
Les Brésiliens s’étaient qualifiés en battant facilement la Hongrie (13-1) et une fois de plus avaient l’intention de tout donner pour accéder à la finale.
Les Bleus ont été  malmenés pendant les deux-tiers du match. Quentin Guillerm, William Wahl, et Cédric Pénas (entrée rapidement en jeu à la place de Mickael Levis) n'ont jamais été véritablement sereins. Mais comment l'être face à des Brésiliens qui défendaient toutes les balles ?
Les deux équipes étaient au coude à coude jusqu’à 8. Les Français prenaient alors un léger avantage qui allait se concrétiser au fil des jeux suivants pour se conclure par une victoire bleue 13 jeux à 9. La rencontre avait tenu toutes ses promesses au point d’être qualifiée de meilleure rencontre de la compétition. Mais cela, bien-entendu, c’était sans connaître le déroulement de la finale messieurs…
 
L’Italie à nouveau
 
L’autre nation pratiquant traditionnellement le sport-tambourin était bien entendu présente et plus forte que jamais pour ce 2ème championnat du monde de l’histoire. L’Italie, championne du monde et titre, voulait conserver son titre acquis en 2013 et surtout montrer qu’elle était toujours présente malgré sa défaite en championnat d’Europe des nations (au profit de la France) en 2015.
Sortir en tête de la poule A n’a pas présenté de difficulté à la Squadra azzura malgré des Catalans vaillants mais en dessous de leur niveau habituel et des Hongrois en progression. En demi-finale les Italiens évitaient, encore dans cette compétition, le Brésil pour se retrouver face à une équipe d’Allemagne qui réalisait sa plus belle performance de toutes les compétitions internationales en se qualifiant. Malgré cela la Mannschaft présentait encore trop de lacunes pour inquiéter les transalpins. La demi-finale tournait rapidement au profit des Italiens (13-3).
 
La tempête parfait
 
Tout était prêt pour la finale attendu entre les deux nations dominantes du sport-tambourin en Europe et dans le monde.
Les Italiens prenaient rapidement les choses en main et s’assurer progressivement d’une avance en terme de jeux. Face à la squadra, les bleus ne semblaient pas trouver leur rythme. La France ne parvenait pas à jouer juste face l’Italie qui appliquait quasi-systématiquement un plan tactique destiné à manœuvrer autour des qualités françaises. William Wahl était privé de balles sur son côté. Les joueurs de la botte multipliaient les balles en hauteur pour priver les bleus de balles d’attaques. Le doute s’installait dans les esprits au point de souhaiter des changements dans l’équipe. Pourtant Gautier Vidal, sélectionneur de l’équipe de France, ne cédait pas à la panique et maintenait son équipe de départ dans laquelle Quentin Guillerm (capitaine) et Mickaël Lévis complétaient le dispositif.
 
Sursaut d’orgueil
 
L’affaire semblait entendue lorsque Français et Italiens changeaient de camp sur le score de 11 jeux à 7 en faveur des Azzuri. C’est à ce moment qu’un nouveau souffle produit par la volonté de ne rien lâcher gagna les rangs français. Un jeu après l’autre la sélection bleue revenait à hauteur des Italiens, égalisant à 11 partout puis s’imposant 13 jeux à 11 pour ravir la couronne mondiale à la sélection transalpine.
 
Les Bleues à une marche du sommet
 
Après une première édition en Italie le 2ème championnat du Monde de tambourin en salle s’est déroulé en Espagne. Les compétitions dames et messieurs se déroulaient en parallèle.
Pour ce championnat du Monde la sélection féminine et son entraineur Patrice Charles, étaient déterminée à ne pas réitérer les erreurs qui les avaient conduits à être éliminées en demi-finale lors de la coupe d’Europe des nations 2015.
Si l’équipe de France était prête il faut noter qu’en l’espace de deux années depuis la dernière compétition internationale le niveau de jeu s’est amélioré chez quasiment toutes les équipes. Les françaises ont eu beaucoup de mal à vaincre la Catalogne lors de la phase de poule. Les deux équipes se sont séparées sur le score de 13 à 12 en faveur des bleues.
La victoire dans cette rencontre était primordiale vu qu’elle permettait au vainqueur de terminer en tête de la Poule B (composée de l’Espagne, l’Angleterre, la Catalogne et la France) et ainsi éviter une demi-finale contre l’Italie.
 
Trois lionnes
 
Parmi les bonnes surprises de cette coupe du monde il faut noter la prestation de l’Angleterre. Réduites au rang de faire-valoir lors des éditions précédentes la sélection aux trois lions a présenté de nouvelles joueuses, et un tout nouveau visage, lors de ce Mondial. Elles se sont qualifiées pour la demi-finale en battant les Brésiliennes (13-8). Le parcours de l’Angleterre s’est ensuite arrêté en demi-finale face à la France sur le score de 13 jeux à 4 en faveur des bleues.
 
Les Azzure toujours présentes
 
Les Italiennes étaient dans la poule A, complétée par le Brésil, l’Allemagne et la Hongrie. La Hongrie a été l’ombre de l’équipe qui avait atteint la finale du Championnat d’Europe des nations en 2015. Les Hongroises ont terminé dernière de la poule tandis que le Brésil se plaçait à la deuxième place juste derrière les Italiennes.
La demi-finale entre la Catalogne et l’Italie a été particulièrement disputée. Elle s’est conclue sur une qualification des Italiennes sur le score de 13 jeux à 10.
 
Si loin, si proche
 
La finale était un classique du sport-tambourin. Pour une énième fois Françaises et Italiennes se retrouvaient dans une finale au sommet. Après un départ en tête les françaises calaient au 8ème jeu. Les azzure, menées jusqu’alors, revenaient à hauteur des bleues (8 à 8) avant de passer en tête puis de conserver la couronne mondiale acquise en 2013 sur le score de 13 jeux à 10.
Une nouvelle fois cette Coupe du monde gardera un goût d’inachevé pour la sélection française.


© 2013 UNION SPORTIVE USCLASIENNE - 34230 USCLAS D HERAULT | Téléphone : 06 77 44 01 45


© 2013 UNION SPORTIVE USCLASIENNE - 34230 USCLAS D HERAULT | Téléphone : 06 77 44 01 45