AdresseTéléphone

Portrait de champion


1) Jean Albert dit « le doyen »
*Présente- toi :
Je suis né le15/09/1942 à Bécon, marié, père de trois enfants ( une fille et deux garçons ) et j’ai cinq petits-enfants. J’ai travaillé comme employé de commerce dans le matériel agricole (magasinier, monteur, installateur de salle de traite…) et depuis le1/10/2002 je suis retraité.
*Cite plusieurs de tes meilleurs souvenirs avec l’USC Cyclo :
- sorties annuelles à St Brévin et surtout Pénestin avec Georges Rouillère.
- les sorties de fin d’année avec quelques cyclos chez Thérèse et René Gastineau à St Sulpice des Landes.
- la première soirée loto organisée par le club.
*Quelles courses « pro » préfères-tu et pourquoi ?
- Le tour de France parce que les paysages sont magnifiques et c’est la plus grande course cycliste au monde.
- Paris-Roubaix avec l’ambiance au bord de la route et les surprises à l’arrivée.
*Cite tes cinq meilleurs cyclistes :
Anquetil, c’était un « monsieur » et Poulidor pour sa popularité, Stablinski champion de France et du monde la même année, chez les étrangers Coppi, les deux suisses Kubler et Koblet.
*Quels sont tes principaux défauts et principales qualités :
La franchise, l’honnêteté,la convivialité et la générosité dans l’entraide.
Mais je suis aussi trop râleur et j’ai un esprit de contradiction très marqué.

2) Arnaud Chardron dit «  le chaton »
Marié, deux enfants, baugeois d’origine, bientôt 41 ans, clémentais.
*Comment es-tu arrivé à l’USC Cyclo ?
Par le biais de la boule de fort j’ai rencontré J.L Fillon qui m’a invité à venir rouler le dimanche matin avec le groupe 2 pour prendre la « température » du club, puis passer dans le groupe 1 suivant mes aptitudes.
*Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui veut s’essayer dans le vélo ?
Acheter un vélo à un coût moyen ( 250€ maxi ) et surtout avoir une tenue complète ( cuissard, chaussures….)
*As-tu pratiqué ou pratiques-tu d’autres sports ?
J’ai pratiqué longtemps la gymnastique ( 13 ans de 6 à 19 ans ) puis la course à pied encore maintenant de temps en temps ainsi que du renforcement musculaire.
*Que représente le sport pour toi ?
C’est la liberté et l’échange, le partage avec les autres.
*Quels sont tes objectifs sportifs à venir ?
Je vais préparer le marathon de la Loire à Saumur au printemps. Deuxième objectif à plus court terme arriver avant Fabrice Malinge à la pancarte le dimanche matin. Lol.

3) Guy-Paul Soulard dit « GPS « 
Vendéen d’origine marié depuis 1965 trois enfants, un garçon deux filles et six petits-enfants.
*Quel est ton parcours professionnel ?
J’ai fait mon apprentissage de boulanger pendant trois ans puis ouvrier pendant quatre ans en Vendée avant d’ouvrir ma propre boulangerie à St Clément en 1966 suivie d’une autre boulangerie à St Lambert la Potherie en 1978. J’ai vendu ces deux fonds de commerce en 1990. J’ai été commercial pendant un an à la boucherie française avant d’acheter une licence de taxi sur Angers en 1991. Je suis désormais retraité depuis 2004 après 47 ans de labeur.
*Pourquoi avoir choisi le vélo plutôt qu’un autre sport ?
Etant jeune j’ai pratiqué le foot-ball puis le judo. C’est mon ami Jean qui m’a incité et initié au vélo. Après une tentative en 1990 suivie d’une chute et un arrêt assez long (que je regrette aujourd’hui ) je suis revenu vers le vélo lorsque j’ai été en retraite. Ce fût très difficile au début après autant d’années sans pratiquer aucun sport. Grâce à Jean-Louis et Jean j’ai rapidement pu progresser.
*Qu’as-tu importé de tes origines vendéennes à St Clément ?
La célèbre brioche vendéenne que j’ai même fait distribuer sur Bécon et Angers.
*Quels sont tes plus mauvais souvenirs de sortie vélo ?
Une fracture de la clavicule suite à une collision avec un véhicule d’EDF, non signalé, à l’arrêt. Il faut dire que je rentrais d’un voyage et que j’étais fatigué.
La difficulté pour moi de maîtriser les changements de plateaux et de vitesses m’a fortement handicapé au départ.
*Peux-tu citer les coureurs qui ont gagné cinq fois le tour de France ?
Jacques Anquetil, Bernard Hinault, Lance Armstrong (le dopé ), Eddy….(beaucoup de mal à retrouver son nom) Merckx et …..(il a fallu l’aider) Miguel Indurain.

5) Jérémie Loiseau dit « le saint-bernard »
Marié avec Sarah, deux enfants ( Paul 8 ans et Clémence 12 ans ). Intérimaire électricien en bâtiment. Réside à Cuillon dans une maison que j’ai entièrement rénovée et située sur la route reliant Le Louroux à Vern.
*Pourquoi te surnomme-t-on le « saint-bernard » ?
C’est Jacques (ou Jean-Pierre ) qui m’ont surnommé ainsi un dimanche matin car, à l’instar de Jean-Louis qui m’a transmis l’esprit d’équipe en vélo, je suis quelqu’un de fidèle qui attend toujours ceux qui sont en difficulté.
*Depuis tes débuts dans le cyclo combien as-tu possédé de vélos ?
Quatre : d’abord un Peugeot gris 1/2 course avec garde-boue et lumière, puis un vélo course bleu et blanc avec vitesse sur le cadre ensuite vélo Sunn acheté chez Bernaudeau avec roue Mavic et enfin un Spécialized de chez Anjou Bike depuis mars 2013.
*Quelle est la randonnée que tu as le plus appréciée et pourquoi ?
C’est Cholet-Pays de Loire car impressionné par le nombre de participants et les superbes vélos avec en plus les motards de la police pour ouvrir la route. Grosses difficultés sur le parcours obligeant à finir au « mental »
*Sais-tu en quoi consiste une « bordure » ?
Une bordure c’est se déployer en éventail pour se protéger du vent et accélérer l’allure pour animer la course. Chez les cyclos clémentais j’ai l’inconvénient d’être le plus grand donc d’avoir du mal à me protéger et à « sauter » à la moindre accélération. Vivement le retour de Ludovic qu’on soit deux grands.
*Quelle différence fais-tu entre la course à pied et le cyclo ?
Pour pratiquer les deux, je pense que le risque de blessure est moindre en vélo, hormis la chute, car c’est un sport où on est porté. Je prends autant de plaisir dans l’un ou l’autre. ( mon temps référence sur 10 kms est de 48’33 » à Château-Gontier )

6) Philippe Prémartin dit : «  fifi »
Marié, bientôt la cinquantaine ( né le 02/06/1970 ), habite la commune de Bécon-les-Granits, trois enfants ( deux garçons de 22 et 14 ans et une fille de 20ans ). Menuisier/poseur chez Ouest Bois à Saint Clément.
*Comment es-tu venu au vélo ?
Je faisais du RPM ( rotation par minute) en salle et ma fille roulait avec un vélo à pignon fixe. Tous les deux on a décidé d’investir dans l’achat de deux vélos de course pour faire des sorties ensemble. D’ailleurs depuis mon fils aîné a fait de même.
*Dans quels domaines comptes-tu progresser ?
En puissance pour mieux monter les côtes.
En endurance pour faire de plus longs trajets et ainsi …peut-être…arrêter de fumer.
En m’améliorant dans les sorties en peloton.
En prenant conseil auprès de cyclos affirmés pour mieux gérer les changements de braquet.
*Si tu devais te définir en quelques adjectifs, quels seraient-ils ?
Volontaire, je ne lâche jamais rien.
Bon vivant j’aime bien « rigoler ».
Gourmand mais aussi peu attiré par les nouvelles technologies.
Solitaire, j’aime bien privilégier quelques moments où je me retrouve seul.
*Quels avantages trouves-tu à rouler en club ?
C’est beaucoup moins dur physiquement, on profite de l’abri des autres et ainsi améliorer sa vitesse. Les conseils techniques sont aussi très utiles. On peut discuter avec des personnes d’un autre horizon et agrandir son cercle d’amis.
*Quels cyclistes apprécies-tu ?
Je ne me suis passionné pour cette discipline que depuis deux ans alors je n’en connaîs que très peu….disons Hinault-Virenque et Fignon. Pour conclure je dirais que le vélo est un sport populaire, facile à suivre sans dépenser de l’argent et qui permet grâce aux courses de rapprocher et rassembler les gens sur les bords de route.ile à suivre sans dépenser de l’argent et qui permet grâce aux courses de rapprocher et rassembler les gens sur les bords de route.

7) Jean-Louis Fillon dit « chef Chaudard » 
Jean-Louis Fillon dit « chef Chaudard » , surnom donné en 2006 quand il roulait avec ses deux compères « Tassin » et « Pithiviers » (Jeannot et GPS) en souvenir du film culte « mais où est donc passée la 7ème compagnie ? »
1) Parle nous de ton engagement dans le monde associatif clémentais ?
C’est arrivé naturellement car je suis un homme qui aime le contact, peut-être en raison de ma profession de boucher. L’intégration (en 1980 ) n’était pas facile dans le village, je suis entré au comité des fêtes, j’en suis devenu trésorier pendant 7 ans. J’ai appris à connaître des gens de valeur et j’ai ensuite intégré le club cyclo en 1989. En parallèle j’ai aidé au traçage des terrains de foot et je suis devenu sociétaire de la boule de fort et membre du bureau.
2) En tant que « pionnier » de l’USC Cyclo comment juges-tu son évolution depuis 30 ans ?
Le club a toujours eu un effectif correct avec des hauts mais pas vraiment de bas. Le maximum a été de 33 adhérents avec beaucoup de jeunes. Actuellement le groupe 1 me paraît très performant grâce à l’arrivée de cyclos qui ont fait évolué la moyenne d’âge positivement.
3) Fût un temps beaucoup de jeunes était licencié au club, plus maintenant, pourquoi selon toi ?
Oui c’est vrai nous avons eu la chance de récupérer une bande de jeunes motivée par le vélo. Malheureusement cela n’a pas duré longtemps et depuis avec l’apparition d’autres disciplines sportives tout le monde se disperse et la section cyclo a alors vieillie. Tous les autres clubs cyclo rencontrent les mêmes problèmes.
4) Il y a 3 ans en reprenant la présidence tu as permis au club de survivre. Depuis tu sembles t’en désintéresser. Pour quelles raisons ?
C’est vrai qu’après une période de 5 ans de présidence, toujours membre du bureau, j’ai repris avec quelques autres personnes, la présidence pour éviter de mettre le club en sommeil. Ce fût une année de transition. Depuis j’ai « levé le pied » avec un besoin de souffler un peu. Devenu septuagénaire je laisse la place aux jeunes mais serai toujours là pour donner un coup de main.
5) Tu restes responsable du groupe 2, comment vit-il et fonctionne-t-il ?
Le groupe va bien malgré un effectif squelettique. Il faudrait l’étoffer et l’amener à 7 ou 8 personnes. J’ai quelques idées dans ce domaine.


8) Christian Guillet



Né le 05.04.1951, retraité. Marié, deux enfants et cinq

petits enfants. 

Clémentais depuis février 1980.

 1) Peux-tu nous citer quelques anecdotes qui te sont arrivées ou dont tu as été témoin lors des sorties club ?
Le souvenir que j’ai toujours en tête, c’est la sortie 

annuelle dans le Marais Poitevin à COULON .

J’appréhendais les nombreux châteaux d’eau sur le circuit car j’aimais beaucoup les côtes ! (Je crois que je

finissais par les compter au retour avec Jean-Louis).

Une autre anecdote, une chute de vélo en plein milieu d’un carrefour sous la pluie lors de la sortie à ST 
SULPICE des LANDES (chute sans gravité).
2) Quelles fonctions as-tu occupé à l'USC Cyclo depuis ton adhésion ?
Depuis mon adhésion au club en 1991, j’ai été Secrétaire pendant 2 ans et Président 3 ans.
3) Comment envisages-tu l'avenir des associations dans une commune comme la nôtre ?
Je pense que l’avenir des associations dans une commune comme la nôtre sera de plus en plus difficile à gérer

par manque de bénévoles et de finances, car on leur en demande de plus en plus, soit sur le plan administratif

ou de la sécurité.

Il faudra trouver des innovations.
4) Par quelles actions penses-tu que l'on puisse améliorer la convivialité au sein du club ?
Pour améliorer la convivialité au sein du club, il faudrait organiser une sortie familiale chaque année : le matin,
un parcours en vélo et le midi, pique–nique avec conjoints et enfants.
5) Quels avantages te procurent les entraînements en salle que tu pratiques régulièrement ?
Je pratique un entraînement deux fois par semaine en salle de sport.

C’est un environnement où proximité et état d’esprit permettent d’allier plaisir et activité physique.
S’inscrire dans une salle de sport, c’est garder une forme physique.
Une salle de sport c’est également une ambiance, une certaine atmosphère qui vous pousse à produire des 
efforts nécessaires. Les personnes à côté de vous se donnent à fond et vous dîtes pourquoi pas moi ? Alors
vous allez au bout de votre séance et donnez tout ce que vous avez.

9) Gérard Hélary dit " le sage".


1°)Présente-toi

Originaire du nord de la Sarthe à quelques kms d’Alençon dans l’Orne, je suis arrivé à Angers en 

1973  pour mon activité professionnelle et à St Clément en 1981. Marié, père de 4 garçons et papy

d’une petite fille ! 

Je suis actuellement retraité après une carrière d’informaticien dans une école d’ingénieurs à Belle-

Beille.


2°)tu as été conseiller municipal, quelles satisfactions et déboires cela t’as

occasionné ?

Elu local de 2001 à 2008, j’ai apprécié d’avoir contribué au développement de la commune en participant, avec l’équipe

municipale de l’époque, à la construction de la salle Hugues Aufray et à la mise en oeuvre du lotissement des Vignes entre

autres. N’étant pas natif de la région, cela m’a permis de découvrir la commune, son territoire (Angers Loire Métropole) et à

connaître ses habitants.

Les déboires et plus exactement les frustrations ont été de ne pas avoir concrétisé plus de réalisations, essentiellement à cause

de moyens financiers limités ainsi qu’à une législation et des procédures administratives complexes faisant que les projets sont

longs à mettre en place.


3°)quel regard portes-tu sur la vie associative de nos jours ?

L’évolution de la société fait que les personnes, de plus en plus individualistes, sont devenues des consommateurs d’activités

ne souhaitant plus prendre le temps de s’impliquer dans le bénévolat associatif.

Une des solutions passera par le regroupement et la fusion d’associations d’un même type et au sein d’un territoire déterminé

comme on commence à le faire pour certaines activités.


4°)conseillerais-tu à une personne sédentaire la pratique du cyclotourisme et pourquoi ?

J’ai commencé le vélo il y a environ 28 ans, sollicité par mon voisin et ami Jean-Louis. De plus, suite à un petit souci de santé,

je devais pratiquer une activité physique pour être moins sédentaire. Le vélo a été tout naturellement la solution car c’est une

activité physique d’endurance, portée et non traumatisante pour les articulations. C’est pourquoi je conseillerai très vivement

cette activité. D’autant plus qu’au sein de notre club règne une superbe ambiance de sympathie et de convivialité, faisant

oublier nos petits tracas du quotidien.


5°)tu suis l'actualité footballistique, que t'inspirent ses dérives financières ?

Je m’intéresse effectivement à l’actualité footballistique et plus précisément celle du SCO d’Angers. Cependant, je ne suis pas

un « expert » n’ayant jamais été licencié dans un club comme beaucoup d’adhérents de l’USC cyclo qui ont pratiqué ce sport.

Néanmoins, je constate, depuis ces dernières décennies, que le football s’est professionnalisé et mondialisé faisant de l’argent

(notamment avec les droits TV entre autres) la principale préoccupation. C’est dommage pour le sport le plus populaire qui

devrait être à la portée de tous, car désormais Victoire rime avec Argent, bien loin des valeurs de l’olympisme prôné par Pierre

de Coubertin.

10) Guillaume Hamard dit le "pur-sang"

1°)Présente-toi : 
Marié à Annabelle, 43 ans, papa d'Yvan 10ans et Zoïa 5 ans.
 Arrivé sur St Clément en 2003, employé de banque depuis 1997.

2°) Que représente le sport dans ta vie ?
Fils d'agriculteurs j'ai grandi dans l'univers de la ferme et du foot passion de la famille Hamard. Licencié à Pouancé puis St Michel et Chanveaux j'ai terminé le foot à l'USC où j'ai joué deux saisons. Le sport m'a toujours permis de m'intégrer plus rapidement et de concilier effort physique et 3ème mi-temps avec les copains, deux activités que j'apprécie. Adhérent à l'USC Cyclo depuis 2006, j'ai immédiatement, avec l'aide de notre druide Jean-Louis, trouvé l'activité qui me convenait : copains-effort physique et 3ème mi-temps. Passionné je pratique 4à5 séances par semaine : course à pied-squash-vélo confondus.

3°) Quel est à ce jour ton meilleur souvenir sportif ? Pour quelles raisons ?
Je vais en citer deux : 
*1er marathon à Paris le 4 avril 1999 à 23 ans, 9 autres suivront avec 42' de gagné entre le 1er et le dernier en 2012 ( de 3h48 à 3h06 )
*1er long trail en 2009 sur le golfe du Morbihan ( 90 kms ) une distance qui me paraissait impossible à faire en courant.

4°) Quel est celui dont tu es le plus fier ?
Concilier diabète et épreuves sportives intenses. La maladie m'a permis de participer à des courses magnifiques : 
Templiers-Echappée belle-marathon du Mt Blanc-Gendarmes et Voleurs....sans la maladie je n'aurais pas relevé ces défis.

5°) Quel objectif un peu "fou" as-tu envie de réussir ?
Battre Fabrice Malinge sur un sprint sur du plat à la pancarte St Clément et la 6000D prochaine épreuve de course à pied.
11 et 12) Portraits croisés des Plaisant’s girl and boy.
Chacun répond à la place de l’autre.
1°)Quels sports as-tu pratiqué ? A quel niveau ?
Peggy : Romaric a pratiqué le foot à son plus jeune âge puis a vraiment percé dans le cyclisme où il a atteint la 3ème catégorie. Bon niveau de pratique puisqu’il y a quatre niveaux en-dessous et seulement trois pour accéder à l’élite.
Romaric : Peggy a pratiqué le tennis, le cyclisme puis plus récemment le squash et le badminton avec la participation à quelques tournois en loisirs. Elle a été classée 30/5 en tennis et a fait des places dans les quinze premiers en cyclisme dans des courses mixtes.
2°)Quelles qualités a-t-il manqué à Romaric pour atteindre un niveau supérieur ?
Peggy : Selon moi il lui a manqué la persévérance dans la demande d’exigence et de difficulté que requiert le cyclisme. Pour atteindre de meilleures performances il faut être assidu tout le long de la saison.
Et à Peggy ?
Romaric : A mon avis il lui a manqué ( et il lui manque encore ) de la confiance en elle. De plus pour progresser il faut être capable de s’entraîner SEULE et faire du fractionné ce qu’elle a du mal à réaliser.
3°)Comment envisages-tu la suite de la carrière sportive de Romaric ?
Peggy : Je l’envisage dans un environnement différent du cyclisme mais dans la course à pied, il a déjà participé à un 10 kms et un semi-marathon en réalisant de très bons temps pour son niveau. Je le pense aussi capable de se lancer dans la pratique du triathlon ( M-S-XL ) et sur des trails dans la mesure où il puisse s’organiser pour s’entraîner régulièrement.
Quelle est la plus grande déception sportive de Peggy ?
Romaric : Cela est et restera de n’avoir pas réussi à percer dans le tennis. Après avoir évoluée à St Clément, elle a été sollicitée par la responsable technique du club de St Lambert pour intégrer leur club. Elle a refusé à cause des déplacements que cela aurait occasionnés.
4°)Considères-tu Romaric comme un vrai sportif ?
Peggy :Oui c’est un vrai sportif puisqu’il a les qualités requises avec le mental et la puissance physique.
Si elle veut progresser que doit améliorer Peggy dans sa préparation ?
Romaric : Il lui faut surtout davantage de MENTAL et dans un second temps améliorer son régime alimentaire en le rééquilibrant.
5°)L’imagines-tu s’impliquer dans l’éducation sportive de ses deux filles ?
Peggy : Bien sûr je le vois très bien les inciter à faire du sport. D’ailleurs Chloé 4 ans adore déjà la piscine et courir pendant les promenades familiales, Adèle 2 ans semble vouloir suivre son exemple.
Quels sportifs (ou sportives) font « kiffer » Peggy au niveau international, national ou départemental ?
Romaric : Elle va faire bondir les « puristes » mais c’est Lance Amstrong par sa loyauté envers ses coéquipiers, son élégance et sa façon d’évoluer en « danseuse ». Fédérer par sa technique et sa simplicité l’a fait aussi « kiffer » mais personne au niveau inférieur ne trouve grâce à ses yeux.

13): Jean-Jacques Bréchet : dit "le bon, la brute ou le truand" ?
Présente-toi :
Je suis angevin, marié depuis 1986, j’ai trois enfants ( Julie-Alex-François ). Je suis papy de deux petites filles et bientôt…un ou une troisième. Ma vie professionnelle et familiale m’a amenée à vivre entre Bécon-les-Granits et St Clément lieu où mon grand-père a créé une entreprise de charpente/menuiserie que j’ai dirigée moi-même pendant 20ans avant de me reconvertir dans l’expertise en bâtiment.
Questions :
1°)Tu as participé à trois étapes du tour cyclo et envisages une quatrième, d’où te vient cette motivation ?
J’adore le tour de France depuis mon plus jeune âge donc il était évident pour moi de participer à « l’étape du tour » qui réunit chaque année environ 16000 cyclos venus du monde entier. L’éffort est énorme et demande une volonté de fer pour la terminer. Le site est grandiose et la montagne à perte de vue. C’est important de partager ces instants car le faire seul est moins motivant.
2°)Tu es très « connecté », quels avantages représentent ces nouvelles techniques pour nous cyclos ?
C’est vrai je suis un 'geek' prononcé 'QUIC', je suis perdu sans mon téléphone. Je suis passionné par ces nouvelles technologies surtout sur le vélo pour avoir capteur de puissance-fréquence de pédalage-fréquence cardiaque….j’échange ces données avec d’autres internautes ce qui me permets de comparer. Malgré tout je suis très prudent par rapport aux réseaux sociaux.
3°)Tu es responsable sécurité au sein de notre club, quels conseils peux-tu nous formuler dans ce domaine ?
Je préconise le port du casque obligatoire et des vêtements fluorescents ainsi bien sûr l’éclairage des vélos à la tombée de la nuit et par mauvais temps.
4°)Quelle sortie à laquelle tu n’as jamais participé, souhaiterais-tu effectuée dans les prochaînes années ?
Alors là mon esprit voyage…des classiques du nord (Paris-Roubaix, Liège-Bastogne-Liège ) la Corse, la traversée des Alpes, des Pyrénées afin de gravir tous ces cols mythiques et aussi refaire l’ariégeoise et l’ardéchoise dans des meilleures conditions atmosphériques que lorsque je les ai faites.
5°)Parle-nous de tes autres passions sportives ?
Comme j’aime le contact des gens, je vais dans une salle de sport entre trois ou quatre fois par semaine, cela me permets de nouer des relations tout en m’entretenant physiquement. Le sport télévisuel m’attire beaucoup moins même si un bon match de football, de rugby, de basket ou une épreuve de biathlon m’intéressent…ce n’est pas la même chose que de pratiquer comme au sein de l’USC Cyclo dont j’adore l’ambiance….avant, pendant et après les sorties.

14): Jean-Pierre Labbé : dit "le bon, la brute ou le truand" ?
Présente-toi :
Je suis d’origine parisienne…eh oui…après huit ans dans la capitale j’ai posé mes valises en Anjou et en 1975 à Rochefort/Loire. Depuis 2000 je suis à St Augustin des Bois, je suis marié et ai un garçon. Je suis mécanicien automobile à Bécon depuis 1989.
Questions :
1°)Tu as un caractère bien « trempé » considères-tu cela comme une qualité ou un défaut ?
Les deux. Ce caractère me vient sûrement de mes origines bretonnes, je suis franc et direct, comme on dit par chez nous….un peu brut de décoffrage. Au moins les gens savent ce que je pense, cela peut heurter ou vexer mais cela a le mérite d’être dit…pas de faux-semblant ce n’est pas le style de la maison.
2°)Tu pratiques le vélo de route et le VTT, comment juges-tu l’un par rapport à l’autre ?
Les deux sont très complémentaires. Le VTT est plus physique, bon pour le cardio car la vitesse de pédalage est plus élevée, cela développe aussi l’agilité et les reflexes. On est plus proche de la nature et c’est plus sécurisant que le vélo de route où l’on est soumis à la circulation automobile. Le VTT est davantage traumatique ( dos-genoux…). La pratique du vélo de route permet d’effectuer de plus longues distances à des vitesses plus élevées et de s’abriter au sein d’un groupe quand on est moins en forme.
3°)Quel est selon toi le meilleur cycliste professionnel de tous les temps ?
Bernard Hinault, il a un palmarès exceptionnel et en plus il est breton né dans les côtes d’Armor là où réside encore une partie de ma famille….en plus lui aussi avait un caractère bien « trempé ».
4°)Incites-tu ton fils à faire du sport ? Pour quelles raisons ?
Oui bien sûr, actuellement il pratique le futsal. Le sport en plus d’être bon pour le corps est aussi bon pour l’esprit, il oblige à se surpasser physiquement et mentalement, à respecter des règles ainsi que l’autorité des encadrants et surtout avoir le goût de l’effort.
5°)Trouves-tu au sein de l’USC Cyclo ce que tu es venu y chercher lors de ta première licence ?
Depuis mon arrivée à l’USC Cyclo je trouve que l’on progresse plus vite du fait de rouler en groupe et de comparer nos performances, les meilleurs tirent tout le monde vers le haut. En plus il y a la CONVIVIALITE qui permet de réunir des gens d’horizons très différents autour d’une même passion. Le partage avec les deux groupes réunis après la traditionnelle sortie du dimanche matin au café est un véritable plaisir.
"JE PREFERE UN VELO A UN CHEVAL , LES FREINS SONT PLUS FACILES A VERIFIER".

15): Fabrice Malinge : dit "le bon, la brute ou le truand" ?
Présente-toi :
Je suis natif des Mauges, j’ai vécu mon enfance dans la boucherie familiale à St Quentin. Je suis arrivé à St Clément en 1992 et ai signé une licence cyclo à l’USC en 1993, arrêt en 1996 à cause d’une blessure au genou. Reprise du vélo en 2008 toujours à l’USC Cyclo, je suis marié, père d’une fille et papy depuis peu.
Questions :
1°)Sur le vélo te considères-tu comme un rouleur, un grimpeur, un sprinteur ou un descendeur ?
Plus jeune j’étais plutôt grimpeur mais avec l’âge ce que j’ai gagné en puissance je l’ai perdu en « grimpette ». Je pense que désormais je me débrouille dans toutes les catégories sans être vraiment bon dans une en particulier.
2°)Tu es fan de motos, d’où te vient cette passion ?
Lorsque j’avais 14 ans j’ai essayé la 125DTMX de mon cousin. Je m’en souviens comme si c’était hier avec autant d’émotion et depuis cette passion ne m’a jamais quitté.
3°)Quelles sont les motos que tu as utilisées avec leur qualité et leur défaut ?
La liste des motos que j’ai pilotées serait trop longue à énumérer car j’en ai possédées quarante sans compter celles que j’ai essayées qui ne m’appartenaient pas. Elles sont tellement différentes que c’est difficile de les comparer. Il n’y a que les motos typées custom que je n’ai pas eu, peut-être quand je serai vieux. J’ai arrêté les sportives car je pense que je n’aurai plus de permis et ma charmante compagne n’a pas trop envie de monter dessus.
4°)Parmi les randonnées cyclos nationales ( ou internationales ) quelle est celle que tu voudrais faire ?
J’aimerais faire l’ardèchoise car elle se déroule sur plusieurs jours dans des paysages magnifiques et avec des gens des villages traversés acquis à la cause vélo.
5°)Si tu n’avais pas eu ce problème de genou, aurais-tu voulu faire de la compétition ?
Oui j’aurais aimé essayer la compétition à un petit niveau mais c’est plus ma passion pour la moto que la blessure à mon genou qui m’a empêché de me lancer car dès 18 ans je me suis acheté une 750 Kawasaki.