Numeriser0002.jpg
100B3331.JPG
Numeriser0003.jpg
saison1908.JPG

UNION SPORTIVE BELLOCOISE

 

1 °) Des origines du club à la grande guerre

Le rugby s'implante à Beaulieu par l'intermédiaire des enseignants mutés au collège, qui propagent leur passion aux gens du pays et du canton. Armand Fontan en est à la fois dirigeant et entraîneur.

Les premières traces écrites d'un club de rugby à Beaulieu figurent dans le journal La Dépêche du 21 août 1908. On y trouve l'annonce d'un match de football-rugby à Argentat dans les prairies du château du Bac contre l'équipe de Beaulieu. Pour l'occasion, "à l'entrée de la ville, pour souhaiter la bienvenue à la société de Beaulieu, celle d'Argentat avait fait pavoiser et placer l'inscription suivante : honneur à la jeunesse de Beaulieu, avec les initiales du Sporting-club d'Argentat". La rencontre voit la victoire de l'équipe d'Argentat 18 à 0.

Un match retour est organisé le mois suivant, dans le pré de M. Bordes. "Á trois heures, le Sporting-club argentacois arrivait et défilait en ville où des arcs de triomphe avaient été dressés leur souhaitant la bienvenue". Beaulieu prend sa revanche en remportant la rencontre par 3 à 0.

Equipe de Beaulieu : Jean COUDERC, Jean ROLLY, BUGEAT, Léon FARGES, Armand FONTAN, Georges MERY, Germain BORDES, CHIEZE, Antoine HOST, Henri CANTONY, Elie GASQUET, André ESTRADE, Paul BERTHOU, René CHAPOULARD, BOUDY.

Equipe d'Argentat : Etienne GAVALDA, Jean MAGNE, Lucien TEILHET, Paul NISSOU, Martial SAINTAGEL, Jean CHILLI, François CHILLI, Julien MARTINIGOL, MIALARET, René MIELVAQUE, CHIEZE, NOYER, Romain MARTINI, ESCARAVAGE.

 

Cette même année, le 27 décembre, a lieu à Beaulieu, sous une pluie battante, une rencontre opposant l'équipe locale dénommée Union Sportive Bellocoise, au Sporting-club de Puybrun. Malgré une lutte vive, les deux formations n'arrivent pas à se départager et le score final est de 3 points partout.

À l'approche de la grande guerre, une activité rugbystique se maintient. On retrouve ainsi, en décembre 1913, le Sporting-Club Bellocois opposé à nouveau au club de Puybrun et, malgré "une partie chaudement disputée de part et d'autre", les deux clubs en restent au match nul, par trois points, sous "l'arbitrage parfait de M. Cantony".

On peut constater que l'appellation du club change régulièrement à travers la presse.

Quelques semaines plus tard, le 1er février 1914, à lieu une rencontre amicale contre l'Union-Club Vayracois avec les joueurs suivants :

1ère ligne : tête de mêlée Host, piliers de mêlée Mayat, Bordes

2ème ligne : Nalier, Gasquet

3ème ligne : Nalier L, Soulié, Ric

Demis : à la mpelée Cantonny à l’ouverture Lyonnet

¾ : aile gauche Boutot, droite Cateriny, centre gauche Chapoulard, droit Couderc (cap.)

Arrière : Neuville

Cette rencontre est remportée par Beaulieu par 35 points (11 essais dont un transformé) à 0 et arbitrée de façon parfaite par M. Puyjalon.


2°) D'une guerre à l'autre :

 

Le 31 août 1920, sous l'impulsion des deux frères Malèze, membres de l'enseignement, originaires de Brive, ayant épousé des bellocoises, les statuts de l’Union Sportive Bellocoise sont déposés à la préfecture sous le n° 70 (Journal officiel du 1er octobre 1920). Cette société "poursuit la pratique et le développement de tous les sports athlétiques, la préparation au brevet d'aptitude militaire et les exercices de tir". Elle est agréée sous le n° 8734. Son président est M. Joseph Segol.

Á cette période le club évolue en 4e série du Championnat du Limousin.

Le 13 mars 1921, l'équipe de Beaulieu se rend à Limoges, stade vélodrome, pour y rencontrer la J.S. d'Aubusson. Après une partie assez dure où le duel d'avants se neutralise, Beaulieu, par un jeu classique de la ligne de trois-quarts remporte la victoire par 6 points (2 essais) à 3 (1 essai). L'équipe de Beaulieu est composée de Vigier (arrière), Lucas, Neuville et Malèze frères (trois-quarts), Méry (demi d'ouverture), Couderc (capitaine, demi de mêlée), Berger et Michalet (2e ligne), Chanut, Host et Mayat (1ère ligne).

Le 3 avril 1921, l'équipe de Beaulieu parvient en ¼ de finale de la 4e série du Championnat de France. Le 3 avril, elle reçoit Saint-Céré. "Malgré la rivalité existant entre les deux clubs, la partie quoique dure, fut jouée d'une façon très cordiale. Cela fut dû en partie à l'arbitrage sévère de M. Cessac de Brive". Beaulieu l'emporte par 3 points (1 essai de Malèze cadet dans un départ de 40 mètres fort acclamé) à 0.

Cette victoire les qualifie pour la ½ finaledu Championnat de France. Malheureusement l'éloignement de la future rencontre (Cosnes-sur-Loire) oblige le club à déclarer forfait.

En 1927, le club est mis en sommeil temporaire pour raisons financières.

On retrouve le club en 1935. Réunis à la mairie le 26 juillet, les membres de la commission de rugby ontformé le bureau pour la saison sportive 1935/1936 comme suit :

-          Président : M Boussole, chirurgien-dentiste

-          Vice-président : F Vigier adjoint au maire et René Ginibière, industriel

-          Secrétaire : A Peyrat, négociant

-          Trésorier : R Chassaing, instituteur

-          Secrétaire adjoint : M. Lalite, instituteur

- Manager : A Champ

- Membres : MM Bassaler, ingénieur S.V, Bennet, Café des Voyageurs, Berthou, Café de l’Univers, Chassagne, Banquier

En 1941, le club est de nouveau mis en sommeil en raison des évènements de guerre.


saison1922.jpg
saison 1933-1936.jpg

3°) Après guerre :

 

En février 1946, de nouveaux statuts sont déposés à la sous-préfecture de Brive. Dans le dossier qui y est conservé, on peut lire "l'association dite Union Sportive Bellocoise, fondée le 10 février 1931, a pour but de pratiquer le rugby et également de faire de l'athlétisme ainsi que la préparation militaire".

Formation du bureau :

Présidents d’honneur : Dr Raymond Faugère, château Sugarde à Altillac et M. Edmond Broussolle, dentiste à Beaulieu

Président : François Vigier, industriel à Beaulieu

Vices-présidents : Auguste Peyrat, Grand-bazar à Beaulieu

André Champ, conserves à Beaulieu

Secrétaire : René Laforêt, Banque populaire à Beaulieu

Secrétaire adjoint : André Rolly, Banque populaire à Beaulieu

Trésorier : Henri Beck, Banque nationale du commerce et de l'industrie à Beaulieu

Membres suppléants : Paul Berthou, café de l'Univers à Beaulieu

René Ginibrière, industriel à Beaulieu

Charles Neuville, plombier à Beaulieu

Joseph Sireyzol, cycles à Beaulieu

Damien Four, boucher à Altillac

 

Cette année là, l'Union sportive bellocoise gagne le titre de champion du Limousin 3e série. Elle participe également à la coupe Bochard dont elle est éliminée par Montréjeau par 21 à 12.

Lors de la saison 1948/1949, le club évolue en 4e série. Les résultats sont irréguliers : ainsi, le 17 octobre 1948, l'équipe de Beaulieu l'emporte sur l'Association sportive de la Vigilante Malemortoise par 17 à 5; huit jours plus tard, à Uzerche, amputée de trois joueurs avant, elle s'incline sur le score de 12 à 3. En décembre elle déclare forfait face à Larche et Neuvic. La fin de saison sera plus souriante aux équipiers bellocois qui remportent finalement le titre de champion du Limousin.

En championnat de France, après avoir vaincu Sainte-Florine, elle est éliminée en1/8e de finale par Saint-Astier sur le score de 11 à 3.

saison 1948-1949.jpg

L'hiver de la saison 1949/1950 va fortement perturber le calendrier. En effet, Beaulieu annule une rencontre à domicile le 18 décembre contre Sarlat pour terrain inondé. L'équipe se rendra à Larche sur un terrain marécageux pour disputer une "belle partie de bourre" comme le précise un des dirigeants dans son carnet de bord. Le match contre Pompadour du 22 janvier est également reporté. Il se jouera le 5 février même si le joueur Malhiet n'avertit que le samedi matin de sa défection pour aller assister à un baptême !!! (Coquin … !)

L'équipe réalise une belle saison.

En battant Uzerche par 5 points à 0, Beaulieu se qualifie pour la finale du Championnat du Limousin 4e série. Le match de la finale se déroule à Objat et oppose les bellocois à l'équipe de Pompadour. Cette dernière l'emporte par 12 à 3. Centre-sport, dans sa narration de la rencontre signale "le jeune arrière, magnifique d'adresse et de sûreté tant dans ses réceptions que dans ses renvois" : il s'agit du jeune Mailhet !

L'Union sportive de Beaulieu est donc championne du Limousin.

Elle continue son parcours rugbystique en championnat de France et se qualifie pour les ¼ de finales en éliminant Châteauroux après prolongation ; puis pour la ½ finale en venant à bout de Talence. Cette ½ finale jouée à Excideuil le 16 avril contre Neuvic de l'Isle se solde par un match nul et tout est à rejouer. C'est chose faite à Brive huit jours après. A l'issue du temps réglementaire le score est nul et les deux équipes doivent jouer les prolongations pour se départager : Beaulieu s'incline par 11 à 0.
saison 1949-1950.jpg

4°) Du haut du podium à la mise en sommeil :

 

A l'orée de la saison 1950/1951, seuls 4 joueurs ayant disputé la ½ finale du championnat de France lors de la saison précédente demeurent dans l'équipe. Ils sont entourés de jeunes joueurs inexpérimentés. Le club se structure en présentant une équipe première et une équipe réserve et en créant une école de rugby : deux équipes à 7 sont constituées qui participent aux différents tournois du département. Les adversaires ont pour nom Maurs, Cublac ou Arnac-Pompadour.

L'hiver 1952 connaît de fortes crues des rivières corréziennes, entraînant une indisponibilité des terrains. Beaulieu, dont le stade est encerclé par la Dordogne, n'échappe pas à ce phénomène. La crue de décembre sera comparable à celle de 1904. La passerelle est emportée, Tourille se charge de la traversée du canal en barque, non sans quelques problèmes…

Dans sa réunion du 27 août 1952, le club dresse un bilan positif de cette saison. En effet, il décroche le titre de champion du Limousin en 4e série. Son parcours de la saison est stoppé en 16e de finale par Nontron.

saison 1950-1951.jpg

Durant 5 saisons, de 1953 à 1958, le club cesse à nouveau son activité. Après ces 5 années d'inactivité, le club refait surface en championnat du Limousin. Le match d'ouverture a lieu à domicile en mars contre Pompadour. L'événement est d'importance pour la ville, la fanfare locale, après un défilé en ville, vient s'aligner face à la ligne des cinquante mètres pour exécuter une marche bien enlevée. Les joueurs bellocois, fort motivés, font figure de vainqueurs pendant une bonne partie de la rencontre, qui se solde par le score nul de 9 partout, Pompadour égalisant juste avant le coup de sifflet final.

 

En 1958, le club va fêter ses cinquante ans et reçoit à se titre l’équipe d’ARGENTAT en mémoire de son premier match réalisé cinquante ans plus tôt…

Devant le manque d'effectif et d'animateurs, (surtout pour cause de mésentente…) et pour les quatre saisons à venir, le club est à nouveau mis en sommeil en 1964. Seule demeure une activité de l'école de rugby. Durant la saison 1964/1965 les éducateurs MM. Andrieu, professeur au collège, et Rougerie, ancien joueur, animent une équipe de cadets. En effet, avec l'accord du directeur de l'école, les pensionnaires du cours complémentaire fournissaient une grosse partie de l'effectif de cette équipe.

5°) La période contemporaine:

 

Pour la saison 1969/1970, à l'initiative d'un groupe de passionnés, l'activité rugbystique est relancée à Beaulieu. En effet, l'école de rugby n'ayant jamais cessé son activité, les jeunes joueurs ont atteint la maturité nécessaire pour intégrer une équipe séniors. De plus un recrutement est effectué sur les communes avoisinantes : Sioniac, Nonards, Bilhac, Altillac… Il s'agit de jeunes inexpérimentés. Le club se donne deux ans pour obtenir un classement honorable. Ainsi le club aligne une équipe première, une équipe réserve, ainsi que des équipes minimes et benjamins avec notamment 29 seniors, 27 juniors et 5 cadets. Les juniors ont dû déclarer forfait. Formation du bureau :

Président : M. Meunier

Secrétaire : M. Vigier Jacques

Trésorier : M. Gatte

Membres chargés de l'entraînement : MM. Andrieux, Dinard, Septaubre et Salagnac.

Les efforts sont payés en retour puisque la saison verra les "vert et rouge" terminer 5e au classement du championnat des séries inférieures et réaliser un exploit en battant à l'issue d'un match rugueux, le leader de la poule à savoir Égletons, par 3 à 0.

Au début des années 70, le club évolue en promotion du championnat du Limousin. Durant la saison 1974/1975, L'Union Sportive bellocoise a disputé 26 matchs, soit 19 victoires, 9 défaites, 2 nuls, et a terminé troisième de sa poule en championnat 4e série et 3e de la coupe du Limousin.

L'effectif de cette saison est de 84 licenciés (29 seniors, 14 juniors, 11 cadets et 30 minimes et benjamins).

Le club accède à la série supérieure, la 3e série. Le manque d'effectifs et de nouvelles recrues inquiète les dirigeants et rend obligatoire une équipe réserve. Cette promotion ne sera pas acceptée.

L'année suivante, engagé en 2e série, il affronte : Montupet-Ussel, Nantiat, Nespouls, le CAPO Limoges, Merlines, l'Aurence Limoges… Son dernier match du championnat du Limousin l'oppose au CAPO Limoges le 20 février 1976 et se solde par une victoire 22 à 4.

Sélectionné en championnat de France, il échoue en 16e de finale à Montech contre Tournay par 43 à 3 mais accède à la division supérieure. Cette même année, il joue la finale de la coupe du Limousin.

Jusqu'en 1980, il est engagé en 2e et 3e séries du championnat du Limousin. Le 23 avril 1980, à Nespouls, Les rouges et verts s'inclinent en 32e de finale du championnat de France contre Payzac sur le score étroit de 12 à 13.



Á partir de 1980, on retrouve l'Union Sportive Bellocoise en 2e série. Lors de l'assemblée générale de fin de saison 1983/1984, et face à la faiblesse d'effectif, la question est posée de savoir si le club souhaite son maintien en 2e série ou être relégué en 4e série. Finalement les joueurs se prononcent pour le maintien en 2e série. La saison suivante, le club est relégué en 3e série. Ses adversaires ont pour nom La Souterraine, Evaux-les-Bains, Mansac ou Lubersac… Devant le manque d'effectif il n'a pas été possible cette saison de présenter une équipe réserve.

En 1986, une équipe de cadets est créée par le biais d'une entente avec le club de Saint-Céré, l'équipe fanion rejoint la 3e série.

La saison suivante, elle se classe à la 4e place du championnat du Limousin 2e série assurant ainsi son maintien. Dans le même temps, une action de propagande est menée auprès des écoles primaires du canton grâce à l'accueil très favorable des directeurs (Beaulieu, Sioniac, Altillac, Nonards) afin de renforcer les effectifs de l'école de rugby.

saison 1982-1983.jpg


         En 1992, battue par Juillac, le titre de champion du Limousin de 2e série lui échappe. Qualifiée pour les 32e de finale du championnat de France, elle oppose une fière résistance à l'équipe pyrénéenne de Le Vernet mais doit s'incliner sur le score de 9 à 6 qui aurait très bien pu être inversé.

La saison suivante, des poules de brassage sont mise en place. A l'issue d'un beau parcours dans sa poule, l'Union Sportive Bellocoise est qualifiée pour disputer le championnat de 1ère série.

L'école de rugby connaît une nouvelle évolution en 1994 avec la création d'E.R.I.C, École de Rugby Inter-Clubs, qui regroupe les communes de Beaulieu, Turenne et Dampniat. Elles seront rejointes quelques années plus tard par Meyssac et Vayrac, puis Beynat.

Le 2 mai 1999, à Villefranche-de-Rouergue, l'Union Sportive Bellocoise rencontre l'Aviron Castrais en 32e de finale du championnat de France de 1ère série.

saison 1998-1999.jpg

Le club aborde le troisième millénaire dans l'incertitude, déficit de dirigeants, de joueurs. Avant le démarrage de la saison 2002/2003, l'inquiétude demeure avec seulement 15 licences enregistrées. La pugnacité des dirigeants, anciens joueurs et sympathisants du club, les multiples contacts pris pendant la période de mutation des joueurs, vont porter l'effectif à 34 licences fin juin 2002. Les « rouge et vert « reprennent la route de la compétition en 3e série. Ces efforts sont récompensés puisqu'à la fin du championnat d'automne, seule une défaite est comptabilisée.

Formation du bureau :

Présidents : MM. Michel Bayle et Dominique Cayre

Vice-présidents : Mme Christiane Laquièze et M. Hervé Courivaud

Secrétaires : MM. Stéphane Raynaud et Nicolas Vallat

Trésoriers : MM. Thierry Labouygues et Olivier Bouissou

Après avoir passé en tête les poules de brassage, le club obtient le titre de champion du Limousin 3e série le 4 mai 2003 à Brive contre le RCP-Meyssac. Ce titre vient consacrer pour l'ensemble des participants des mois d'efforts.

Enhardie par ses succès de la saison précédente, l'équipe ramène pour la deuxième année consécutive, le bouclier symbolisant le titre de champion du Limousin 2e série sur les bords de la Dordogne, en défaisant l'équipe de Val-de-Vienne sur le score sans appel de 34 à 5. Elle connaît une nouvelle victoire sur Séverac-le-Château en 32e de finale par 20 à 18 ; mais son élan est stoppé en 16e de finale par Vinassan sur le score de 9 à 19.


L'accession en 1ère série dure une saison.

Saison 2006/2007 32e de Finale Championnat de France

Saison 2007/2008 32eet 16ede Finale Championnat de France

Saison 2008/2009 32ede finale Championnat de France

Saison 2009/2010 champion du Limousin de 2e série , 32e et 16e de finale de Championnat de France


Saison 2011/2012 Champion du Limousin 2ème Série et Champion de France 2ème Série
champion de france.jpg
DSCF4034.JPG
saison 1952-1953.jpg
Saison 2012/2013 4ème Championnat du Limousin 1ère Série 
Saison 2013/2014 finaliste Championnat du Limousin 1ère Série, 32ème de Finale du Championnat de France et accession en Promotion Honneur
Saison 2014/2015 Match barrage de qualification et 32ème de Finale Championnat de France

Saison 2010/2011 32e et 16e de finale du championnat de France


BEAULIEU  (23).JPG
FINALES TERRITORIALES 27-04-2014 (1254).JPG
création de site internet avec : www.quomodo.com