IMG_1301.JPG
IMG_1299.JPG
IMG_1305.JPG
IMG_1306.JPG

Un souvenir, un commentaire ?
Laissez vos messages ici.
Il n'y a aucun commentaire sur ce sujet

© 2011 Urbex-spéléo - 24660 NOTRE DAME DE SANILHAC | Téléphone : 0671564436

Septembre 2011

 

 Sortie dans les carrières sous Paris.


Après avoir pris contact avec un guide, celui-ci nous a proposé une sortie de 6 heures (un grand minimum pour un cataphile ; ils descendent en général pour une nuit entière voir un week-end)

Nous nous sommes donné rendez-vous dans le sud de paris, pour nous rendre ensuite dans les tunnels de l’ancienne petite ceinture (une voie de chemin de fer désaffectée). A un moment sur la droite, nous avons emprunté l’un des 7 ou 8 passages encore ouverts (rappelons qu’il y en avait au moins une centaine) pour accéder aux galeries souterraines.

Cette chatière passée, nous avons pu explorer le sud du réseau parisien (La encore, il y avait, pendant un temps quelques 300 kilomètres de souterrains, dans toute l’île de France). Ces Carrières se présentent sous forme de couloir, labyrinthiformes, flanqués de nombreuses petites salles, creusées ou recreusées par les cataphiles (la municipalité injecte du béton de temps en temps, pour différentes raison, consolidation, fermeture des entrées et salles…). Au cours de la visite, nous avons vu des fresques (abusivement appelées tags) en profusion, des graffitis, des sculptures et des incriptions remontant parfois au 18eme. Nous avons marché tout ce temps dans la nappe phréatique (de l’eau jusqu’au dessus des bottes parfois) et, fait qui m’a surpris, nous n’avons constaté aucune forme de pollution (autre que les nombreuses traces de soirées bien arrosées). Pourtant, ces souterrains vont jusqu’à 30 mètres sous terre, soit au dessous de tout autre structure parisienne (métro, égouts, locaux techniques, parkings…) à l’exception du RER E. Notons également qu’une galerie peu fréquentée comporte un concrétionnement non négligeable.

Pour finir, nous avons pu ressortir aux pieds de Montparnasse, devant le regard stupéfait des passants, par un puis à échelon de 17 mètres. Après avoir rampé sous le parvis de la gare et emprunté les couloirs d’un ancien abri de défense passive datant des années 40, nous revoici dehors.

Photos et texte son de Robin B

ce site a été créé sur www.quomodo.com