comment

Déjà 3 commentaires sur ce sujet

Affichage du plus récent au plus ancien
1.
stephane
2014-01-31 18:37:49
quand on lit ce recit , c' est une aventure humaine , un exploit

Bravo pascal , tu nous montres le chemin , l' envie d' y participer.

Le finir , c'est autre chose

optimisme , un peu de folie , force mentale , et aussi un "minimum" d' entrainement sont la cle pour finir cette aventure

Encore bravo
2.
sc
2013-12-24 19:54:27
extraordinaire
3.
pascal commes
2013-08-26 14:40:17
Salut ,

Pour les futurs clients ou autres amateurs d’aventure humaine voici un petit récit de mon Altriman :

Jeudi 11 , l’organisation m’attribue suite désistement une place sur L’ALTRIMAN ,Triathlon que j’ai toujours rejeté au vu de son niveau de difficulté çà va être chaud , mais pas le choix (plus de place à Embrun ) je ne me suis pas préparé pour la distance Ironman pendant 8 semaines pour rien !

Samedi 13 jour J

Réveil : 3h45 après une nuit agitée et quasi sans sommeil
Ptit dej classique : Sportdej Overstim ( canelle/pomme) pas facile de bouffer à cette heure ci , j’ignore que çà va être pire encore plus tard ……..
Je réveille mon épouse Carole qui se sacrifie ce matin pour m’accompagner , elle restera gentiment pour la natation et par soucis de voir si je sors vivant de l’eau du lac !!!
Ca caille dans le parc à vélo et les gestes sont saccadés , les sourires un peu crispés …..normal . Greg est concentré, serein , Domi s’ agite un peu plus c’est son tempérament mes deux camardes du jour ont beaucoup plus d’expérience , je penses qu’il le vive plus cool …
Je me dis une fois de plus : « don’t worry : tu pars pour une longue balade pyrénéenne »
Près du lac , l’eau est calme et c’est nuit NOIRE , l’organisation nous précise que les bouèes sont lumineuses et que qu’un gyrophare indique la direction , j’avoue que de la base je vois pas grand-chose , mais je me rassure en me disant qu’il y aura des Kayaks et autres bateaux ….
Départ pour 3, 8km , tranquille « tu pars pour une longue balade pyrénéenne » , premier objectif atteindre l’autre rive vivant ! Il fait vraiment nuit noire, il sort quand ce soleil !
C’est cool pour une fois y a pas de baston dans l’eau , on est éloignés les uns des autres . Je repère de temps à autre vaguement le gyrophare et tente de repérer les Kayaks de l’organisation. Quand tout à coup je prends un coup de speed , je suis au beau milieu du lac , en pleine nuit et Il n’y a PERSONNE autour de moi , le désert aquatique total !!! Le cœur s’emballe , le cerveau lui répond calme toi petit , tu vois les lumières au loin , c’est là bas la terre ferme , faut y aller maintenant ….. Au bout d’un temps interminable ( quelques secondes sans doute ) je vois à nouveau un bras , ouf !!! , on est au moins 2 dans cette galère …La deuxième boucle est beaucoup plus facile à gérer psychologiquement et j’essaye de mieux me concentrer sur le geste .
C’est un grand bonheur de regagner la terre ferme, on m’annonce 56 ème sur 160 « eh pas mal pour un ex-noyé » .Le moral est au beau fixe !

Transition 1 :
Ou plutôt transis (froid) –tion , les gestes sont désordonnés, le mains sont rafraichies après 10 minutes je suis en tenue vélo, c’est parti tranquille « tu pars pour une longue balade pyrénéenne » . Le premier col est gentil et je reviens sur les deux mecs de devant sans forcer, le moral est au top jusqu’à ce que …………..3 mecs me dépassent. Bon on va gérer.
Dans les descentes je me fais littéralement éclater, il sont fous ces types !
Les cols s’enchainent , je vois RICHARD en haut du col de Creu , il est venu bienveillant accompagner son fidèle et sympathique stagiaire. Je lui montre ma fréquence de pédalage « regarde Richard , Chris Froome ! » Il sourit et me répond « Oui Pascal , mais y a pas la vitesse ! » Exigeant le coach ! Si en plus il faut aller vite ….
Au bas de Paillheres, j’attend mon ravito perso et mon petit casse croute préparé avec amour +mes barres pour la suite ( 1 toutes les heures avec ou sans envie c’est le tarif )
Putain 2 ème coup de speed ! On ne trouve pas mon ravito, pire on me demande de le chercher moi-même, c’est la confusion, je suis furieux, mais respectueux, j’ai déjà organisé, c’est pas simple . Domi revenu en vélo me propose gentiment de la bouffe, je ne veux pas le pénaliser, je mange tout ce qui est proposé sur le ravito , en effet le prochain est bien loin, le col arrive et il va falloir assurer un niveau élevé de carburant . Paillheres : juge de paix ! .Je le connais , déjà fait et notamment sous la grêle , je ne crains rien, dépasse la 1ère féminine , tout va bien ….
Après une descente prudente 55km/h là ou le tour passe à 100km /h ( ils sont vraiment allumés ces cyclistes) , j’attaque le Chioula que ne connais pas , mais qui est dit « facile », mouai…..
Il fait chaud, j’humidifie mon buff dans une source et je commence à avoir faim , le prochain ravito est loin ….haie…. Au 112 km je ma gave comme un goret, et charge la musette. Domi est là je propose de l’attendre mais visiblement, il charge aussi … Moins de bosses , du plat les kilomètres s’enchainent , de la solitude …..Putain encore seul sur une route paumée avec aucune flèche au sol , je me suis paumé ???!!! .J’attends un peu , aucun vélo , je commence à remonter la bosse vers Espezel et j’arrête une voiture , le gars me rassure , je suis sur le bon parcours.
Dans le gros coup de cul (remontée sur le plateau de Sault) , il fait chaud , çà commence à tirer , un mec a cassé sa chaîne , tu m’étonne , çà doit être du 14% ….
Après un pause eau fraîche à la fontaine de « Bled-sur-paumé « et une longue descente, je récupère mon ravito 2 à Gesse . Domi est là en pleine bourre, çà papote , çà bouffe, un bon moment de convivialité … Bon c’est pas le tout mais il reste 50 km, des montées , et ……….un marathon . Tout le monde craint cette partie cassante , je gère : « tranquille tu pars pour une longue balade pyrénéenne » . Je fais une partie à coté de Domi , il m’apprend qu’il avait abandonné l’an passé  puis il accélère, impressionnant !
Col de Garabel ça tire, on récupère sur cette descente merdique et humide avant le mur de Carcanière….
Avant le mur, surprise mon pote Jphil , m’a fais une surprise il m’attends en vélo, quelle belle preuve d’amitié ! Ca fais un bien fou . Il me propose gentiment de prendre sa roue , mais je refuse bien sûr, cà ne le surprend pas . Au ravito je me retrouve avec le viseur de la caméra de course dans le nez , souris t’es filmé ! Il ne me lâchera pas de la course . La bosse passe super bien , le col des Hares est une formalité on rentre sous la pluie, c’est cool mais il faut déjà réfléchir sur le choix de tenue en CAP .
Transition 2 :
17h15 : 195 km 89h27 de vélo ( c’est une grande première) + 30 ’ de pause, c’est exactement ce que j’avais prévu . La famille est là çà fait chaud au cœur, Céline m’observe, elle partage , elle comprends … Allez c’est parti pour 42.5 km . …Premières sensations CAP pas terribles , pas de douleur mais impossible de dérouler , manque de souplesse, le sol est détrempé, défoncé , çà va être long, mais pour l’instant tout va bien je suis à 10km/h .
Je découpe le marathon en plusieurs sous objectifs. Je croise Greg belle allure ,il va finir , j’espère vraiment qu’il est premier , il le mérite, il me fais un check , vraiment super sympa et humble, quel talent ! Plus loin je trouve Domi arrêté, douleurs aux genoux : « Putain Domi , t’abandonnes pas » . Ca deviens très dur et très long dans la montée sur les Angles, je marche , j’ai les boyaux à l’envers manque de vomir plusieurs fois , je vous passe les détails . Je décide ( enfin c’est le corps qui décide) de ne plus boire et plus manger, çà va être compliqué de tenir il reste encore plus de 27 km, çà va être compliqué . Pas mal de monde pour encourager , j’entends « allez Pascal » mais sans les lunettes je ne vois pas (désolé) .Je discute avec Gianni, belle rencontre avec le bel Alpin . A Balcère je cours avec un mec de Paris, sympa , même rythme puis il me lâche, il va mieux et finira 40’ avant moi . Je croise Will le sage, qui m’encourage et me donne des news du HALF . Retour au lac : coté gastrique çà va mieux, ma stratégie a payé . Les deux petites vielles du ravito me proposent une part de pizza ! J’ hallucine, j’en prends 2 et repars, je cours correctement, yesssssss !
Il fait nuit maintenant et je retrouve mon pote Jphil qui propose de m’accompagner sur les derniers kilos, il vit ma course et vibre autant que moi, quel bonheur de partager ce moment avec son meilleur ami ! Toute sa petite famille est là et cours autour de moi , çà ris , çà joue…..quelle émotion ! Je croise à nouveau Domi , super, il tiens le choc , il a le sourire, quelle machine !
Aux derniers ravitos je dis chaleureusement au revoir aux bénévoles vraiment sympas , Jphil s’enfile un ptit punch au tout dernier, il monte vers les Angles euphorique .
Il reste maintenant 500 mètres, je retrouve Will et Valérie qui ont sagement attendu mon passage, sympa ….. Tout ce petit mon de me lâche et je finis seul les derniers mètres vers l’espace bleu neige, l’émotion me gagne et j’ai la larme à l’œil, il ne faut pas craquer devant le public , je me lâche un bon coup puis rentre dans l’espace Bleu Neige, la famille est là , j’embrasse tout le monde Carole est soulagée… Je monte sur le podium , le speaker annonce « Pascal Commes » , c’est fini ! ALTRIMAN FINISHER : 17H15 et 77 ème concurrent sur 160 partants .

Je salue et remercie le public, récupère ma polaire ALTRIMAN FINISHER , je rejoins la famille, les très sympathiques filles de 8 secondes restées tard pour les encouragements et je demande tout de suite des nouvelles de Domi , on me rassure il n’est pas très loin , il finira .
Je m’étire, me ravitaille à peine , je veux attendre Domi ou aller le chercher mais la famille est fatiguée, les jambes sont en vrac , il est 23 h , il faut récupérer les affaires , raccompagner Jphil , on rentre, je sais qu’il n’a besoin de personne ….
Au lac j’aperçois les frontales qui dansent, parmi ceux là certains ne pourront joindre la ligne avant le temps limite, je suis triste pour eux …. mais c’est le principe de la course, ils reviendront en 2014 .
Il est minuit je me couche serein après une douche et un « délicieux » plat de riz blanc.
Le lendemain je n’ai pas de courbature ( c’est bien la première fois ! ), tout le monde me dit c’est énorme ce que tu viens de faire, il y a un décalage, je n’ai pas l’impression d’avoir réaliser un exploit, juste une longue « journée de balade pyrénéenne » .
Le club est bien présent et en vu sur toutes les courses nombreux sont sur le podium , y compris Willl et JFrançois (trop content pour eux ) et Greg (la classe avec la tenue du club svp !) , chez les filles Céline ( fierté du papa ) et Virginie qui comme d’hab ont fait une natation bof ….y a du boulot .

Bilan : l’Altriman plus qu’une course est une aventure humaine, avec un peu de préparation y compris mentale, c’est une course ouverte à tous dès lors que l’on décide de gérer ses efforts .
Il m’a probablement manqué un peu de préparation spécifique à l’enchainement, et il semble qu’ a trop vouloir m’hydrater j’ai saturé l’appareil digestif ….
A mon avis la course est bien différente si on cherche à faire une perf, un grand bravo à Greg , qui illumine le club de toute son talent et son humilité .
Les rapports humains y ont été très forts et je remercie toutes les personnes qui m’ont chaleureusement soutenu sur la course .

Voilà c’est fini, désolé le récit est à la dimension de la course .
Sportivement

Pascal Commes
Ajoutez votre commentaire
Votre nom :
Votre adresse mail :
ne sera ni affichée sur le site ni transmise à quiconque
Votre site web (facultatif) :
http://
Votre commentaire :
envoyer