Entre Broto et Ainsa

IMG_6350 Apres Ainsa.JPG

Il y a eu des orages pas loin cette nuit, et ce matin les sommets sont chapeautés et le ciel un peu voilé. Nous partons tranquillement vers 9h en direction d’Ainsa, par une route étroite et bosselée (une fois n’est pas coutume de ce coté de la frontière) mais sans gros piège. Le paysage est différent et sympa.


Après Ainsa, et contrairement à ce que pouvait laisser penser le dessin sur la carte, la route devient largement meilleure et nous repartons pour une séance où l’on enroule à bon rythme.


En plus nos voisins espagnols ne connaissent pas la frénésie des ronds points et autres ralentisseurs, ce qui est quand même bien plus reposant pour la conduite.

les gorges de Ventamillo

IMG_6354 Congosto de ventamillo.JPG

Tellement plaisant que l’on roule jusqu’en… Corse (!?) Ben oui, on se croirait dans la Scala di Santa Régina, fameuses gorges de l’ile de beauté. Vite un arrêt photo ! Pas de soucis au détour d’un virage une petite plate forme nous attend.


L’occasion d’en prendre pleins les yeux, et pleins les oreilles aussi et constatant que les poids lourds conduisent au klaxon dans ce passage étroit sans trop de visibilité : nous voilà prévenu.


A la sortie des gorges de Ventamillo, nous arrivons à Castejon de Sos, pour enchainer sur deux cols. La route est étroite, sinueuse parfois bosselée mais sympa à rouler. Nous passons le col de Fadas (1470 m) et décidons de faire une pause café dans la descente, à Laspaules. Dommage que les crêtes soient encore dans les nuages. En même temps nous avons l’impression d’être loin de tout dans ce village. La petite route qui y passe et le peu de circulation font de cet endroit le plus « perdu » de la virée.

A l'entrée sud du tunnel de Vielha

IMG_6356 Entree sud du tunnel de Vielha.JPG

C’est reparti sur le même genre de route jusqu’à Pont de Suert, où nous arrivons sur l’un des grands axes France - Espagne, la route du tunnel de Vielha. Jusqu’à l’entré du fameux tunnel, ça avance vite par une route à 3 voies.


Là encore les nuages persistant nous font, à coup sûr, manquer un joli panorama. Les crêtes que nous apercevons à peine et les cascades qui en descendent nous font regretter le ciel bleu du début de semaine.


On se gèle un bon coup dans la traversée du tunnel, avant de plonger sur Vielha où nous faisons le plein. Mais au moment de repartir Olivier ne trouve plus la clé de l’ER6 ! Il en a un double ce qui ne l’inquiète qu’à moitié, mais la perspicacité de Jean Luc lui rendra l’original, retrouvé finalement… dans la poubelle ! (clé dans le casque + casque sur la poubelle = …)

Le port de la Bonaïgua, dans les nuages

IMG_6362 Port de la Bonaigua versant Est.JPG

Après Vielha, cap à l’est pour rejoindre le Port de la Bonaïgua à 2072 m. En parlant d’aïgua, nous passons au dessus de la Garonne (enfin, renseignements pris, les spécialistes ne sont pas d’accord sur la véritable source, mais pour les Aranais c’est bien l’Uelh dera Garona sur lequel nous passons).


Nous traversons une station de ski espagnole et prenons rapidement de l’altitude par une route pentue. Malheureusement à 3 km du sommet, comme nous le craignions, nous nous enfonçons dans le brouillard et du Port de la Bonaïgua nous ne verrons que le panneau.


Vraiment dommage, d’autant plus qu’à peine un kilomètre plus loin, sur le versant est, nous retrouvons le ciel bleu.

Mais encore une fois, ce sont les routes espagnoles qui vont nous faire oublier la météo moins bonne. Nous retrouvons ce bitume lisse et ces courbes parfaites qui sont le véritable fil rouge depuis deux jours.


A Esterri d’Aneu nous faisons une pause casse croute, et repartons plein sud, en avalant ce coup ci de larges courbes, à 120 km/h, jusqu’à Sort. On se dit même que ça doit passer largement plus vite ;)


Et puis il y a le bouquet final : Sort – Seu d’Urgell. Pour l’XT660, les relances lors de la première partie en montée, sont plus difficiles, mais il n’empêche que c’est un régal d’enchainer sur ce genre de route. A la limite un peu trop larges, mais là on devient vraiment difficile…

après Sort c'est du roulant

IMG_6365 Apres Sort.JPG

Au col del Canto

IMG_6368 Coll del canto.JPG

Au col del Canto (1725 m) on fait une bonne pause. Il faut dire que vu le rythme jusque là, on est largement dans les temps.


La descente est dans le même genre, avec les derniers kilomètres plus sinueux et étroits justement. Un dernier tronçon que je ferai seul puisque j’ai perdu les autres à la faveur de dépassements pas toujours évidents de réaliser à 3 de suite.


On arrive à Seu d’Urgell, vers 16h, par la grande route et nous tombons tout de suite sur un panneau qui indique le gite. Nous quittons la ville pour arriver dans une ancienne ferme, bien rénovée.


Nous sommes à 10 mn à pied du centre, où nous aurons du mal à trouver un resto sympa. On finira dans une pizzéria (et oui) où nous nous amuserons de l’apprentissage, difficile, de 2 jeunes serveuses.

ce site a été créé sur www.quomodo.com