Pourquoi un Voilier ne Peux pas Atteindre sa Vitesse Maximale par Vent Arrière

Pourquoi un Voilier ne peut pas atteindre sa Vitesse Maximale par Vent Arrière ?

Vent Réel, Vent Vitesse et Vent Apparent !

Comme dit précédemment, le vent qui gonfle les voiles du voilier et le fait avancer n'est pas le vent présent dans l'environnement du voiler - le vent réel - mais le vent apparent qui est la combinaison du vent réel et du vent produit par la friction de l'air lors du déplacement du voilier - le vent vitesse.


Ainsi, en cas de vent arrière,
vent réel et vent vitesse s'opposent : le vent vitesse de notre voilier va venir atténuer le vent réel, et donc, le vent apparent ainsi produit sera beaucoup plus faible...









Pour atteindre la vitesse maximale du voilier, l'objectif des skippeurs sera de trouver le meilleur angle avec la direction du vent - la meilleure allure marine - qui permet, en additionnant vent vitesse
et vent réel, de créer un vent apparent le plus puissant possible pour que celui-ci donne un maximum de puissance au voilier via ses voiles.


Pour que ce vent apparent 
soit le plus fort possible, il faut que le vent réel et le vent vitesse aient une direction la plus proche possible pour qu'ils s'additionnent sans s'opposer.

Cependant, il serait totalement stupide de naviguer contre le vent afin que
vent réel et
vent vitesse aient la même direction : cela freinerait plus le bateau et ne lui permettrait pas de naviguer plus vite.











L'allure marine qui permet au
vent réel et au vent vitesse d'avoir une direction quasi similaire est le "près".

Un problème subsiste. Pour que le vent continue d'agir sur les voiles, il faut dévier les voiles du sens du vent
- la voile aura donc une direction quasi similaire à celle de l'axe du voilier - (une voile dans la même direction que le vent n'aura aucun effet car il n'y aura aucune intéraction entre elle les flux de l'air).

Or, la voile transmet toujours au voilier une force perpendiculaire à elle-même.


Lorsque l'on représente la force transmise au voilier par les voiles en deux vecteurs (voir page "Plan Anti-Dérive") et que l'on ajoute à ces deux vecteurs celui représentant la force anti-dérive, on se rend compte qu'il ne reste qu'une petite partie de la force des voiles qui feront avancer le voilier : le rendement de cette allure marine, malgré le fort vent apparent
, est très faible, ce qui rend cette même allure marine moins intéressante....















Le meilleur compromis qui permet d'avoir le plus grand vent apparent
possible tout en faisant avancer rapidement le voilier résulte dans les allures marines du "petit largue" et du "travers" (Voir Page "Allures Marines")












C'est pourquoi un vent arrière ne permet à notre voilier d'atteindre sa vitesse maximale. Un vent de côté - qui correspond aux allures marines du "petit largue" et du "travers" - est plus approprié à la réalisation de cette tâche...




("Vent réel", "Vent vitesse", "Vent apparent", "allure marine" : Voir Lexique)



 
ce site a été créé sur www.quomodo.com