Kick Boxing - K1

Le kick-boxing désigne à la fois l'ensemble des disciplines de combat utilisant les coups de pied et de coups de poing et particulièrement une des boxes pieds-poings (BPP) développée au début des années 1960 par les Américains, ou kick-boxing américain avec coup de pied circulaire en ligne basse et parallèlement à la même époque par les Japonais, appelé kick-boxing japonais (depuis les années 1990 la forme la plus médiatique est le tournoi du K-1 World Grand Prix et le K-1 World MAX).
 
Nombreux sont ceux qui pensent que le kick-boxing est un sport originaire de Thaïlande ou bien d'une autre contrée du Sud-est asiatique mais il n’en est rien. Au Japon, dans les années 1950 et les années 1960, des experts de karaté et d'autres arts martiaux (bando et boxe birmane notamment en la personne du birman Maung Gyi) organisent des rencontres de plein-contact sur tapis et sur ring, ainsi naissait le kick-boxing japonais. Le promoteur du kick-boxing japonais dans les années 1960 est Osamu Noguchi. À la même époque aux États-Unis, de nombreuses écoles d'arts martiaux organisent des rencontres de plein contact notamment des disciplines comme le bando (opens sur ring, dès 1962), le karaté , le taekwondo, le kempo, etc.. Puis une sorte de révolution s'opère dès le début des années 1970. De nombreux pratiquants de karaté (point-fighting) évoluant dans les compétitions se sentirent frustrés par les réglementations en vigueur privilégiant le contrôle des touches. Alors, ils cherchèrent alors un sport dans lequel on utilise la puissance des coups de pied et de coups de poing, plutôt qu'en les arrêtant avant de toucher l'adversaire. Le full-contact karaté ou kick-boxing américain était né.
Les pionniers du kick-boxing américain et du full-contact aux États-Unis dans les années 1960 et 1970, sont trois personnalités du monde des arts martiaux américains, le comte Dante, Ray Scarica et Maung Gyi (Bando et boxe birmane).

Full Contact

Full-Contact
 
Discipline de la boxe pieds-poings d'origine américaine où deux adversaires de même catégorie s'affrontent à coups de pied et de poing.
Principe
 
Le Full-Contact combine les techniques de coups de poing et le déroulement des compétitions de la boxe anglaise avec des techniques de coups de pied inspirées du karaté. A la différence des autres disciplines pieds-poings, il n'autorise pas les coups en dessous de la ceinture. D'où le fait qu'on la désigne parfois comme du Kick-Boxing sans low-kick (boxe pieds-poings sans coup aux jambes). Contrairement au Muay Thaï, les coups de coudes et les coups de genoux ne sont pas non plus autorisés.
Tenues
 
Le pratiquant est torse nu et porte un pantalon et des gants. Ses pieds sont nus mais protégés par un chausson souple en mousse sans semelle. Sous le pantalon, le pratiquant porte des protège-tibias.
Historique
 
A l'origine, il fut appelé "Karaté-Full-Contact" pour désigner une variété de karaté où les coups étaient portés pleinement. Le Full-Contact, ou «boxe américaine» (appellation française datant de 1979), est née en 1974 aux Etats-Unis. Il a été mis au point par un organisateur de combats, Mike Anderson, associé à un champion de tae-kwon-do (boxe coréenne), Jhoon Rhee, pour les besoins de l'industrie cinématographique qui cherchait une discipline capable de concurrencer les techniques utilisées dans les films de Bruce Lee. Répondant au désir de nombreux karatékas de pouvoir réellement portés leurs coups, il a aujourd'hui pratiquement supplanté le karaté aux Etats-Unis. C'est un champion de karaté, Dominique Valéra, qui l'a introduit en France. Au cinéma, l'acteur Belge Jean-Claude Van Damme est le porte-drapeau de ce sport.
Caractéristiques
 
Le Full-Contact a connu un très vif succès vers la fin des années 80 en France. Il a tenté de nombreux karatékas pour des raisons sportives (frappe réelle des coups) mais aussi pour des raisons financières, puisqu'il pouvait être pratiqué en professionnel. De plus, l'interdiction de porter des coups en dessous de la ceinture lui donnait une esthétique particulière. Il bénéficiait enfin d'une image positive, puisqu'il venait d'Amérique... Mais de nombreux amateurs de boxe pieds-poings ont eu tendance à lui préférer les autres disciplines (Boxe française-Savate, Kick-Boxing ou Muay Thaï) qui, sur le plan sportif, offraient une plus grande variété de techniques (notamment la possibilité de porter des coups aux jambes). Elles rapprochaient davantage de l'adversaire, comme en boxe anglaise, et exigeaient une moins grande souplesse. Par ailleurs, le karaté, dans sa forme sportive, a lui-même évolué, offrant la possibilité de porter les coups avec des protections. Ce qui a réduit sensiblement l'intérêt du Full-Contact.
ce site a été créé sur www.quomodo.com