Article de Presse

 

Cyclisme

EURE-ET-LOIR > CYCLISME > CHARTRES 23/08/12 - 06H00

Ségolène Lebéron en bronze samedi dernier

Lu 19 fois

Ségolène Lébéron (au centre) portera en Hollande un autre maillot bleu-blanc-rouge.? - Photo : Joël Anfray.

à quoi tient la réussite d'un sportif ? Certains penseront immédiatement au travail effectué à l'entraînement ; d'autres évoqueront le facteur chance, qui est si souvent déterminant dans le contexte d'une course d'un jour.

Pour Ségolène Lebéron, tout aurait pu s'arrêter sur la ligne de départ des championnats de France de l'Avenir, le 18 août dernier. À deux minutes du départ, la sociétaire du CS Mainvilliers se retrouve à pied, au milieu de ses adversaires. « J'avais une roue qui frottait sur le cadre pendant l'échauffement, se souvient-elle. J'ai préféré changer de vélo, un peu au dernier moment. Puis le starter a commencé à égrener le décompte, j'ai eu un peu peur ». Une frayeur sans conséquence, puisque le staff du Team Féminin Région Centre a solutionné le problème dans les temps.

La suite ? Ce fut une affaire de fortes têtes. Les prétendantes ont passé leur temps à se marquer, sans qu'aucune ne puisse faire la différence. Une course tactique qui était inévitable selon la Mainvilloise, tant « les concurrentes se connaissent, à force de courir sur les coupes de France. »

« Les championnats du Monde ? Ça va vraiment être une belle expérience »
Si facteur chance il y a eu, peut-être a-t-il agi lors du final. « Un sprint, c'est toujours aléatoire, souligne encore la jeune fille. Mais je savais quand même que l'arrivée, légèrement en pente, me convenait. » Les jambes ont fait le reste, mais  
Ségolène Lebéron en a légèrement manqué pour contester la victoire à Iris Sachet (Pays de Loire). « Elle était plus forte, tout simplement. »

Passée proche d'un premier grand succès national en championnat, Ségolène Lebéron a tout de même glané bien plus qu'un podium à La Chapelle-Caro (Morbihan). Déjà dans les petits papiers de la Fédération française de cyclisme, l'Eurélienne a officiellement été retenue avant-hier pour les 
Mondiaux juniors, qui se dérouleront à Valkenburg (Pays-Bas), du 15 au 23 septembre. « Franchement, je n'étais sûre de rien. Mais je savais que je pouvais être sélectionnée », affirme- 
t-elle.
Invitée à un stage de l'équipe de France l'année dernière, 
Ségolène Lebéron a été confirmée cette année au sein de la formation tricolore… en Hollande. Moins à l'aise sur des courses à étape (46 e au Omloop Van Borsele), elle confirme en revanche qu'elle est taillée pour les championnats. Elle a fini 11 e dans la course au titre continental de la catégorie, à Goes.
Vainqueur de la Coupe de France juniors cette année, 
Ségolène Lebéron peut maintenant se consacrer à l'événement majeur de sa saison, sans pression. « Ça va vraiment être une belle expérience, se réjouit-elle. Les "Élites " ne seront pas loin. Pour moi ce sera du jamais vu. »

Avant cela, l'équipe de France féminine sera en stage pour une semaine à Buthiers (Seine-et-Marne), à partir du 27 août. Le reste de la préparation devrait se faire de manière individuelle. Pour Ségolène Lebéron, il faudra jongler entre le vélo et la classe préparatoire, au lycée Marceau, à Chartres. La rentrée, ce sera avant les Mondiaux.

Nicolas Dabin

 

Loir-et-Cher  - En bref

CYCLISME Encore une distinction pour Ophélie Ambroise

27/02/2013 05:34
Ophélie Ambroise.
Ophélie Ambroise. - (Photo FFC)

CYCLISME Encore une distinction pour Ophélie Ambroise

Ophélie Ambroise est la quatrième lauréate du trophée Julien Ditlecadet, qui récompense un jeune dirigeant d'exception de moins de 30 ans. Ce trophée lui a été remis, samedi à Paris, lors de l'assemblée générale de la Fédération française de cyclisme.
Licenciée à Montrichard, cette jeune dirigeante de 27 ans est bénévole depuis de nombreuses années et son engagement dans le cyclisme n'est plus à démontrer : présidente de la commission féminine régionale, membre du conseil d'administration régional, directeur sportif du Team féminin Région Centre (Division nationale dame).
Ophélie Ambroise avait également remporté le grand prix de la personnalité féminine 2012 aux Trophées des sports de la région Centre le 5 octobre 2012.

 


MÉLANIE GUÉDON " Hâte de découvrir le haut niveau "

26/02/2013 05:22
(Photo cor. NR, Michel Colin)
(Photo cor. NR, Michel Colin) - (Photo cor. NR, Michel Colin)

« Avec le team Région Centre, je suis vraiment très impatiente de découvrir le haut niveau avec un premier grand rendez-vous qui se déroulera pour la Coupe de France, le 10 mars à Chambéry »,explique la jeune Vinolienne qui mise également « beaucoup sur cette saison pour pouvoir progresser mais aussi continuer sur la piste et décrocher ma sélection pour les championnats de France. »

 


Cyclisme

EURE-ET-LOIR > CYCLISME > CHARTRES 16/01/13 - 06H00

La pistarde du CS Mainvilliers a intégré à l’INSEP en septembre

Lu 238 fois

Dans la soirée, Mélissandre Pain enfile sa tenue de pistarde et rejoint le vélodromepour son deuxième entraînement de la journée.? - Photos : Isabelle Hervé

Dans la soirée, Mélissandre Pain enfile sa tenue de pistarde et rejoint le vélodromepour son deuxième entraînement de la journée.? - Photos : Isabelle Hervé

Mélissandre Pain, 17 ans, prépare son bac et s’entraîne à l’Institut national du sport, au bois de Vincennes. L’écho républicain l’a suivie pendant une journée.
Reportage

Mélissandre Pain a reçu les félicitations de ses professeurs sur son bulletin de notes du premier trimestre. La championne de France junior sur piste (vitesse et 500 m) n'est pas seulement douée pour le vélo. En classe de Terminale S, c'est une élève studieuse, pleine d'ambitions. Elle veut faire un métier autour de la médecine et pourquoi pas kiné.

Pas plus de 20 en cours

Depuis la rentrée de septembre, la Drouaise, licenciée au CS Mainvilliers, a rejoint l'INSEP niché dans le bois de Vincennes. C'est là, désormais, qu'elle passe son quotidien. Des journées biens chargées entre cours et entraînements. Dès 7 h 45, elle rejoint sa classe -ils ne sont pas plus de 20 en cours. Deux heures plus tard, elle file au vélodrome ou la salle de muscu pour une séance de deux heures avant le repas. L'élève s'est bien intégrée à son nouvel environnement.

« Mélissandre est très mature et très sociable. Elle est alerte et à l'écoute des conseils qu'on lui donne. » Son entraîneur Franck Durivaux est élogieux envers sa protégée. L'adjoint de Florian Rousseau, qui s'occupe de la détection du sprint au niveau national, avait repéré la jeune Drouaise. Depuis l'année dernière, il lui fournit ses plans d'entraînement. Il a pu mesurer sa progression grâce aux tests chronométriques. Mais Mélissandre Pain est encore loin des meilleures, les Russes, Anglaises ou Australiennes, qui dominent l'élite.

L'INSEP est, en réalité, le point de départ d'une carrière de haut niveau. Mélissandre Pain sait tout le chemin qui lui reste encore à parcourir.

Le midi, Mélissandre rejoint le self où on propose aux sportifs des menus variés et pas forcément si diététiques que cela. Un petit tour dans sa chambre qu'elle partage avec une jeune haltérophile puis retour en cours pour deux heures. Débute ensuite le deuxième entraînement du jour, sur la piste, cette fois, avec un exercice de départ arrêté. La longue journée s'achève sur une étude surveillée jusqu'à 22 heures. Mélissandre Pain est une jeune femme active, bien dans sa peau.

Isabelle Hervé

ce site a été créé sur www.quomodo.com