Janvier 2013

 


" Construire une nouvelle politique sportive "

Julie Boucher (au centre) et le team cycliste féminin de la région Centre ont été récompensés.

Julie Boucher (au centre) et le team cycliste féminin de la région Centre ont été récompensés. - (Photos cor. NR)

Le Comité régional olympique et sportif du Centre a présenté ses vœux aux ligues qui le composent, vendredi soir au Novotel d'Orléans-La Source. L'occasion pour Jean-Louis Desnoues de dresser le bilan de l'année écoulée. « Une bonne année, puisque parmi les treize sélectionnés olympiques, douze sont entrés en finale, dont sept sont revenus avec des médailles. C'est peu en quantité, mais nous avions une très bonne densité parmi nos représentants olympiques », a déclaré le président du Cros, notant au passage que parmi les médailles obtenues par la France, près de la moitié proviennent de la natation et du judo, alors que les autres sports piétinent.
« Cette dernière olympiade n'a pas été facile, avec cinq ministres des sports différents en quatre ans. Avec autant d'interlocuteurs qui se sont succédé, nous n'avons pas eu la stabilité dont nous aurions eu besoin. Il faut construire une nouvelle politique sportive en France, se mettre autour de la table, avec l'ensemble des partenaires, publics et privés. Il faut jouer collectif et être acteur. » Un discours sans doute pas neutre puisque Jean-Louis Desnoues briguera un nouveau mandat de président du Cros, le 23 mars, toujours au Novotel d'Orléans.

Lors de cette soirée, 27 récompenses ont été décernées à des sportifs, dirigeants et officiels. Parmi ceux qui ont été honorés, on peut mettre en lumière Lilian Bardet (Tours), 11 ans, l'un des grands espoirs du tennis de table français. Il est d'ailleurs le n° 1 benjamin au classement. De son côté, Julie Boucher (Montrichard cyclisme) a été récompensée avec le Team féminin de la région Centre. A noter que le club de boxe de Joué-lès-Tours a, quant à lui, été distingué pour son implication dans le sport féminin, puisqu'il permet notamment aux mamans accompagnantes de pratiquer la boxe en attendant leur enfant. Une belle initiative qui devrait faire des émules. 



 

Cyclisme

EURE-ET-LOIR > CYCLISME > CHARTRES 16/01/13 - 06H00

La pistarde du CS Mainvilliers a intégré à l’INSEP en septembre


Dans la soirée, Mélissandre Pain enfile sa tenue de pistarde et rejoint le vélodromepour son deuxième entraînement de la journée.? - Photos : Isabelle Hervé

Dans la soirée, Mélissandre Pain enfile sa tenue de pistarde et rejoint le vélodrome pour son deuxième entraînement de la journée.? - Photos : Isabelle Hervé


Mélissandre Pain, 17 ans, prépare son bac et s’entraîne à l’Institut national du sport, au bois de Vincennes. L’écho républicain l’a suivie pendant une journée.
Reportage

Mélissandre Pain a reçu les félicitations de ses professeurs sur son bulletin de notes du premier trimestre. La championne de France junior sur piste (vitesse et 500 m) n'est pas seulement douée pour le vélo. En classe de Terminale S, c'est une élève studieuse, pleine d'ambitions. Elle veut faire un métier autour de la médecine et pourquoi pas kiné.

Pas plus de 20 en cours

Depuis la rentrée de septembre, la Drouaise, licenciée au CS Mainvilliers, a rejoint l'INSEP niché dans le bois de Vincennes. C'est là, désormais, qu'elle passe son quotidien. Des journées biens chargées entre cours et entraînements. Dès 7 h 45, elle rejoint sa classe -ils ne sont pas plus de 20 en cours. Deux heures plus tard, elle file au vélodrome ou la salle de muscu pour une séance de deux heures avant le repas. L'élève s'est bien intégrée à son nouvel environnement.

« Mélissandre est très mature et très sociable. Elle est alerte et à l'écoute des conseils qu'on lui donne. » Son entraîneur Franck Durivaux est élogieux envers sa protégée. L'adjoint de Florian Rousseau, qui s'occupe de la détection du sprint au niveau national, avait repéré la jeune Drouaise. Depuis l'année dernière, il lui fournit ses plans d'entraînement. Il a pu mesurer sa progression grâce aux tests chronométriques. Mais Mélissandre Pain est encore loin des meilleures, les Russes, Anglaises ou Australiennes, qui dominent l'élite.

L'INSEP est, en réalité, le point de départ d'une carrière de haut niveau. Mélissandre Pain sait tout le chemin qui lui reste encore à parcourir.

Le midi, Mélissandre rejoint le self où on propose aux sportifs des menus variés et pas forcément si diététiques que cela. Un petit tour dans sa chambre qu'elle partage avec une jeune haltérophile puis retour en cours pour deux heures. Débute ensuite le deuxième entraînement du jour, sur la piste, cette fois, avec un exercice de départ arrêté. La longue journée s'achève sur une étude surveillée jusqu'à 22 heures. Mélissandre Pain est une jeune femme active, bien dans sa peau.

Isabelle Hervé





 

 


Source = http://cyclismefeminin.over-blog.com/

 


Source = http://cyclismefeminin.over-blog.com/

 


Source = http://cyclismefeminin.over-blog.com/
ce site a été créé sur www.quomodo.com