Adresse
/
Téléphone
Stars 80 (non officiel)
Les Avions sont un groupe français formé en 1980 et dissout en 1992. Issus du courant new wave, ils ont connu le succès avec quelques tubes pop et développé, au fil de leurs albums, un univers où les mélodies d’un optimisme beatlesien croisent des influences funk. Après quatre albums et des centaines de concerts, le groupe s'est dissout en 1992 après un dernier spectacle à Saint-Pétersbourg à l'occasion du Festival des nuits blanches.

En 1979, Jean-Pierre Morgand, chanteur et Jean Nakache, guitariste, fondent Brain trust (groupe d’experts). L’un suit des études dans une école d’art, l’autre dans une école d’ingénieurs. Ils sont rejoints pour un temps par Pierre Sonigo, un biologiste moléculaire qui joue du synthétiseur et par Jérôme Lambert, un étudiant en histoire de l’art qui pratique les percussions. Ils aiment la new wave, ont les cheveux courts et doivent abandonner ce nom qui fait penser à Trust. Le groupe se rebaptise les Avions, un nom français pour des « jeunes gens modernes ». Rejoints par Patrice Brochery, un bassiste qui vient du Punk-Rock, les Avions jouent au Rose Bonbon et au Gibus.
Dans Rock & Folk, Jean-Éric Perrin, chronique un concert autoproduit au Théâtre Le Ranelagh et écrit : « Les Avions me font penser aux Feellies, un brin funky, un brin acide, ils ont pour eux une technique sans faille de l’humour et un swing de bon aloi. »

En 1991, après une tournée qui les mène jusqu’à Bucarest, les Avions s’enferment dans leur studio parisien et travaillent un an à la conception d’un album-concept : La Véritable Histoire de Jaz Papillon. Une trentaine de chansons sont composées avec l’idée de réaliser une sorte d’opéra Rock à la Tommy. Le projet est abandonné, mais l’album aux arrangements très soignés gardera des traces de cette ambition initiale.
Sorti en 1992, le spectre musical de 4 va du rock (Plaines, Mountains) au Funk (Papillon), en passant par les balades (des Jardins et des ronces, Scottish opéra). Y figure même un instrumental (Arabhymne). On retrouve des fidèles du groupe comme le trompettiste Yvon Guillard déjà présent sur Fanfare, ou Sylvain Pauchard aux claviers. À la sortie du disque, Olivier Cachin écrit : « La mélancolie qui pèse sur ce quatrième album (criante sur Certain soirs) fait craindre pour le futur de ce groupe, si le succès populaire ne vient pas frapper l’un de ces onze titres de sa baguette magique et capricieuse ». Malgré des critiques favorables, le disque ne trouve pas son public. Après une dernière série de concerts en Russie, le groupe se dissout officiellement en 1992 après un ultime concert à Saint-Pétersbourg à l'occasion du Festival des nuits blanches.
 
 
 
 
 
 
Participations :Le 28 juin 2013 au grand stade de Lille, 2014, 2015 (également au stade de France le 9 mai)