CR d'une randonnée hivernale fin avril par GILLES PEYRARD

8 guerriers m’attendaient à la poste de Panissières…. J’étais très en retrad, j’aime pas ça !
 
Je me prépare au pas de charge pour ne pas retarder le train bleu, plutôt jaune d’ailleurs cet après midi !
 
Je me devais d’être présent, vu que j’avais tracé un parcours ce samedi ! on m’avait demandé de la bosse….. j’espère qu’ils auront eu leur dose !
 
Par contre, la météo n’incitait pas à rouler, mais alors pas du tout !
 
En partant de Bussières, les essuie-glaces automatiques se mettent en branle ! ambiance…
 
Mais vaille que vaille ! j’ai bâché le 300 km, interdit de faire le « pisse froid » !
 
Et on file…. Avec une bruine malsaine, qui se transforme en brumisateur et pluie en montant sur Villechenève. Roger secoue la léthargie que j’avais imposée au départ, pour me ménager ; son relai, c’est 5 km/h de plus ! Du coup, on arrive sous la flotte aux Auberges, et le moral des troupes n’est pas au beau ! certains évoquent de rentrer….
 
Je ne dirais pas qui !
 
Finalement, dans la vallée avant Bessenay, la route sèche, le moral remonte.
 
Pause pipi expresse à la Brévenne, et on attaque le col de la Luère ; ambiance lugubre, on ne voit pas le sommet… mais ça avance bien, et on se regroupe au sommet.
 
Ca caille, le vent est fort, le paysage…. Invisible ! tel des fantômes, les fadas avancent, inexorablement. La montée des crêtes se fait en silence…. Elle est sévère cette bosse, Gillou ne s’en souvenait pas ! La pluie redouble en passant Izeron, et les cadors secouent la troupe dans la montée de la croix de Part.
 
La descente est terrible pour moi, je ne vois plus rien, brouillard et lunettes saturées ! Quelle galère ! heureusement Montromand arrive et la route est sèche, et le restera jusqu’au bout, ou presque !
 
Une brève réflexion de certains à Ste Foy l’Argentière(là aussi, je ne dirais pas qui) pour couper… mais non, tout le monde attaque la montée d’Aveize . Cette bosse de 6km est difficile, et est un peu le juge de paix du circuit. Et finalement, ça passe, et même bien ! j’arrive en haut frais.
 
Grézieux le marché descente dans la vallée, et… terrible escalade de Meys ! suivi de la montée à Haute Rivoire, et Virigneux vent de dos, et St Martin l’Estrat, le rythme s’accélère, mon inquiétude aussi, et Essertine avalée à bloc, avec un Paulo déchainé, et et ……. La montée ultime sur Panissières ! un vacherie en fin de parcours, avec le vent contraire une bruine de retour, un ENORME clébard qui gueule dans un pré à mon passage, et je monte vite (enfin, presque), pour en finir !
 
On arrose au PMU, c’est bienvenu !
 
Un sacré chantier cette sortie, les chiffres sont là pour le prouver :
 

 
105 km 4h49 21.750 km/h et………… 2146 m D+
 

 
La finale du foot a intérêt de me tenir debout !
 

 
Merci à tous, vive la squadra !
 

 
Gilles
 
ce site a été créé sur www.quomodo.com