COMPTE RENDU PAQUES 2014

Compte rendu Pâques par GILLES PEYRARD

MISTRAL GAGNANT"

Depuis le temps que j'entendais parler de "Pacques en Provence", il fallait bien me décider à sauter le pas!
Surtout après avoir signé une licence à la Squadra! J'ai donc pris l'inscription très vite, et quelques soient les conditions météo, j'irai!
Bon, d'accord, vous direz que je n'ai pas tout fait, puisqu’Annick m'a récupéré le dimanche matin, et que donc, j'ai zappé le lieu du rassemblement....
mais dans la vie, il n'y a pas que le vélo! il faut aussi avoir une vie familiale!

Les participants de ce millésimes étaient donc:
Joëlle et sa cruralgie rebelle unique féminine au sourire et au courage fabuleux, Gilles l'homme de la sécurité ordonnée et aux petits soins, Gérald le pressé étourdi au sac égaré, Dédé la gazelle au garde boue, Roger celui qui n'a jamais froid et reste en short même à 1°C, Jean Michel qui n'a eu aucun incident mécanique pour une fois, Jacky l'homme de la logistique et adepte des fourrés cachés, Gérard qui préfère rouler sur les talus que sur la route, René dont la gonarthrose est sublimée par ses moustaches, Marco l’athlète indestructible armoire normande, Philippe trop facile qu'on devrait lester de cailloux, Jean Paul qui a dû apprécier l'absence d'orties même dans la soupe, Daniel notre chien d'aveugles ou notre chamois des Alpes, Marco N° 2 crinière au vent toujours devant, et honte à moi, l'homme au Willier dont le prénom m'échappe, comme lui d'ailleurs et ses démarrages foudroyant.................... et moi car j'y étais aussi!

Vendredi 18 Avril 2014, 6h45; je monte le vélo au pied du château d'eau du siège. tout le monde arrive les mines encore dans les brumes du sommeil. Il fait frais pour ne pas dire froid. Je regrette déjà d'avoir perdu mes gants, ceux de remplacement étant plus des gants de cérémonies que chauds! 
C'est parti, on récupère les panissiérois à Valeille, et on reprend un bussiérois par hasard (Yvan Courtet!) qui temblait de froid au bord de la route.... ambiance! le ciel est bouché, silence de cathédrale sur les vélos huilés comme des horloges suisses. Seul Gilles se fait entendre en questionnant Joëlle sur son état de santé! moi aussi, et pour cause, tout en sachant que quoi qu'on dise, elle sera présente jusqu'au bout.... La traversée de Chazelle et St Symphorien sur Coise en pleine rentrée des classes est olé olé! Montée à Ste Catherine qui me semble plate, et c'est déjà un point haut de fait, sans avoir eu si froid que ça, même dans la longue descente, où on récupère Dédé. Rives de Giers, et 1° vraie bosse assez bien passée, le peloton est très étiré.... on attend au sommet, regroupement général, et descente vertigineuse sur Condrieux pour un arrêt café bienvenu! Les autochtones nous questionnent les yeux écarquillés en demandant d'où on venait et où on allait.... on a faillit se faire couper en 2 par un convoi exceptionnel, étant persuadés que c'était notre groupe, ce convoi!
La suite est facile jusqu'à Beaurepaire, enfin pour ceux qui suivent, car sans Daniel, je serais encore perdu dans la Pampa, et même en regardant la carte à posteriori, je ne retrouve pas vraiment notre trajet.... Arrêt repas au restau "Chez René", magnifique endroit, et repas chaleureux et ma fois très bon, servi de mains de maître car un serveur aux manières..... maniérées....!!!! je n'en dirais pas plus!!! il pleut un peu, mais pas de quoi mouiller la route et nous démoraliser! une petite erreur de parcours nous fait monter une sacrée belle bosse sur une route magnifique; je laisse partir les cadors, les ailles du poulet ayant des velléités de reprendre leur envol, et puis, on n'est pas encore rendu.... Regroupement au sommet, comme toujours... Le paysage change radicalement car nous sommes maintenant au pied du Vercors. Le vent reste favorable, le ciel laisse passer le soleil, la température monte bien! maintenant, y a qu'à faut qu'on, on est à St Jean en Royan et 20 km d’ascension se dressent face à nous! La troupe s’effiloche, les costauds foncent, je suis en chasse patates avant de décider de rouler à ma main; je me retrouve donc seul au monde, cette montée est splendide, les rivières chantent, les arbres leur répondent, agités par le vent de nord; les pourcentages s'adoucissent pour déboucher sur le plateau; on est propulsé vent de dos à une vitesse fabuleuse; la Vacherie, le Chaffal, croisement du col des Limouches, 1 km et c'est le gite qui nous attend à 1000 m d'altitude. Il fait froid, à l'arrêt j'ai quelques prémices de crampounettes.... On n'est pas loin du sommet du col de Bacchus, mais ça ce sera demain; en attendant, le patron nous donne les consignes et les chambres, une douche avec une ambiance d'enfer dans les chambrées, avant le repas bienvenu, même si visiblement, le tenancier ignorait que les cyclos, ça bouffe! pour boire, là, il avait assuré, mais pour le reste.........
Nuit mouvementée par des crampes et par le hurlement du vent dehors!
1° étape: 195 km  8h16 de selle  23.520 km/h et 2733 m de D+

Samedi 19 Avril 2014; personne n'est en retard au petit déjeuner, et il valait mieux, si on voulait avoir un semblant de carburant dans l'estomac.... encore une grosse faute du patron..... on avait mangé ces 10 baguettes.... mais c'est quoi 10 baguettes pour 16 cyclos? tout juste l’apéro! Et le ciel bleu azur ne masquait pas ma crainte! il faisait un froid terrible! j'ai enfilé tout ce que j'avais! on démarre par les 200 m à 12% pour sortir du gite, histoire de chauffer la machine.... et ouf, on reprend le vent de dos pour achever la montée du col de Bacchus. Le souci pour moi, c'était ce froid glacial! les doigts gelés, les rotules avaient la tremblante, il faisait 1° en attaquant les 20 km de descente! et quelle descente! accroché au cintre pour ne pas s'envoler, mes collègues eux voltigeaient littéralement.... des cascadeurs! ou cosmonautes comme Gérard avec la capuche sous le casque! Heureusement, à vitesse "grand V", on arrive bien vite dans la vallée où on retrouve 12°..... quelle satisfaction de voir Crest, et de remonter en pédalant jusqu'à Saillans où on fait un strip tease presque complet.
Il faut dire qu'on allait attaquer le col de la Chaudière! tout un programme! je n'avais pas regardé le profil.... heureusement! car j'aurais eu encore plus de stress ce matin. Mais avec l'ambiance du groupe, tout parait cool.... Il fait chaud dans la Chaudière! je sue, je double, on me hèle "Gilles" à 2 ou 3 reprises, je me retourne, semble voir un type en noir qui descendait, je demande à "Gillou" si c'est à lui qu'on cause... pas de réponse! je saurai plus tard que j'ai croisé un confrère de Montrond qui passait 3 jours dans le coin avec son club! il m'a appelé le Dimanche soir.... j'ai honte de cette impolitesse...... Revenons en aux affaires! les gros pourcentages nous surprennent avec du 10 voir 12% et une moyenne bien assez sévère! je passe bien, décroche sans le vouloir René et Joëlle toujours facile.... mais l'homme aux moustaches se venge brutalement en vue du sommet, me double comme un fou, mais se trompe d'arrivée! les camping cars étaient garés à 400m du haut!!!! effort inutile???????
Là haut, le paysage somptueux ne nous encourage pourtant pas à attendre, il fait frisquet, on descend au plus vite en bas, à Bourdeaux! j'ai un e faim de loup, les dents rayent le bitume, je fonce acheter du pain et du jambon avant l'hypoglycémie............. Finalement, on fera une longue halte café et sandwichs.
Et ça repart, direction du col de la Sausse, un long faux plat vent de dos, avant les 3 derniers kilomètres plus sévères, mais finalement faciles. Magnifique descente puis faux plat jusqu'à St Jalle (nouvel arrêt buffet) Il fait un temps superbe. On va attaquer le col d'Ey, col que je connais pour l'avoir monté avec mon fils Vincent lors de l'étape du tour Montélimar/le Ventoux... souvenir, émotions! la descente est extraordinaire avec un décors de cartes postales; on s'arrête même en cours de route pour admirer la face Nord du Ventoux qu'on touche du bout des doigts, alors qu'en dessus de nous quelques varappeurs affrontent des surplomb rocheux! C'est là qu'on prend connaissance de la grosse bourde de Gérald qui se trouvait aérien sur les 2 premiers kilomètre du col D'Ey, et pour cause, son sac était resté au café en bas, tout en bas..... il a fait 1/2 tour pour sa peine! 
On se regroupe tous à Buis les Baronnies, où il fait bien chaud: une sacrée amplitude thermique! Après un passage de grandes routes très fréquentées, Daniel a déniché un parcours dont lui seul à le secret! on avance par une succession de raidars à 10, 12% de plus en plus longs; une lueur d'espoir dans une descente avant une ultime montée, et nous voici à Malaucène, un des points stratégiques des ascensions du Ventoux. Daniel annonce une dernière surprise, la montée de Suzette! Certes, la dernière bosse.... mais quelle bosse! Ma surprise, plus les kilomètres passaient, mieux j'étais! je monte à l'aise, aucune douleur, ni de fatigue! incroyable!!! La vue est sublime, on se sent bien dans le grand Sud.
La fin du parcours est laborieuse à cause du retour dans la civilisation, et de la circulation intense! Gérard a failli nous faire une "spéciale Jean Paul" en quittant le bitume pour le fossé, à quelques kilomètres de Carpentras, sans chute! D'ailleurs, aucune crevaison, ni incident cette fois sur l'ensemble du trajet et pour tout le monde!!! 
Une bière au PMU plein centre de Carpentras, et arrivée au centre d'hébergement où se retrouvent marcheurs et autres cyclos de la Squadra.
La suite.... je ne sais pas, j'y étais pas......... J'ai bien pensé à tous les copains en roulant sous la pluie, bien abrité dans la voiture en direction de St Raphaël où j'ai fait encore 2 belles sorties sur des parcours assez durs!
2° étape: 167 km  7h19 de selle  22.760 km/h  et 2613 m D+

Mais quoi qu'il en soit, encore une extraordinaire aventure humaine et sportive comme j'aime tant, et comme la squadra sait organiser. Merci à tous, et à très vite sur les vélos

ce site a été créé sur www.quomodo.com