commentaires 2018






GILLES DUFFAY

supprimer 13.12.18, 18:13

Les gilets jaunes sont de sorties sur les routes et c'est bien ainsi, surtout à cette période de l'année ou il y a très peu de luminosité. Je ne peux que féliciter ceux qui en portent. Pour ceux qui étaient habitués à entendre des bruits suspects sur mon vtt c'est terminé, la pièce défectueuse a été changée.

176.

mimi042

supprimer 10.12.18, 14:10

cinq quadratistes se sont associés à ma sortie de VTT samedi dans la plaine autour de Poncins .Le groupe était composé d'un petit nouveau Dominique, une cador Céline, les expérimentés Gérald , Paulo et Anthony. Parcours plat avec deux difficultés majeurs : la raide montée du pic de Montverdun et la traversée du mont d'Uzore. Dominique pour une première avec le groupe a bien roulé pour nous quitter avant la deuxième difficulté. Bravo a lui. Mes compagnons de route ont "avalé" cette dernière partie à la grande vitesse. Est-ce l' approche de l'écurie, la nuit qui tombait ou Céline frustrée d'être en retard au rendez-vous qui incitaient cette accélération ?. Céline était investigatrice, après son échauffement, nous a mis le feu dès qu'elle est arrivée sur son domaine de prédilection, la montée. Mais pas que. Elle a continué sur sa lancée. Sachant son manque d'orientation, j'essayais à chaque croisement de la freiner dans son élan par une mauvaise orientation. 48,5 kms pour un petit +500. Merci à vous tous. A samedi Mimi

175.

Céline FORISSIER

supprimer 10.12.18, 08:11

Effectivement, j’ai eu du mal à trouver Poncins !! et oui, je n’ai pas du tout le sens de l’orientation !! Mais heureusement, Paulo m’a bien guidée et je suis arrivée au lieu du RDV. Merci Paulo !! Nous étions 6. Le parcours était roulant, sauf la montée au Pic de Montverdun et les Monts d’Uzore. Nous n’avons pas réussi à monter au pic de Montverdun sans poser le pied à terre, nous espérons réussir lors de la sortie à Montverdun organisée par Gérald début janvier. C’était une belle sortie, merci Mimi !! Bonne semaine à tous !!

174.

Gilles Duffay

supprimer 09.12.18, 18:53

Salut les vététistes J'ai bien remarqué qu'il manquait certains éléments pour la sortie de Mimi, ..!!! Si j'ai bien compris vous avez donné de fausses indications à Céline pour la faire ralentir. Dans un passé récent elle n'aimait pas les chemins plats, maintenant elle est à l'aise sur tous les types de terrains, on a de quoi s'inquiéter. Le radioguidage c'est bien mais si on télécharge l'application Waze, on peut se diriger sans risque d'erreur !!!!. Lorsque l'on n' est pas dans son fief il est parfois difficile de savoir comment arriver à certains villages, pour ma part,j'ai souvent des hésitations du côté du Roannais. Bonne semaine à tous et rendez vous le weekend prochain pour le VTT du téléthon

173.

Anthony

supprimer 09.12.18, 15:21

Belle sortie VTT hier tracée par Mimi au départ de Poncins. Nous étions 6 au départ avec Mimi, Céline, Paulo, Gérald et Dominique. Certaines forces vives étaient notamment mobilisées pour la corrida de Panissières. A noter (n'en déplaise à JJ) et c'est peut être une 1ère à la Squadra que la parité pédale auto/ mutants a été respectée! Un joli parcours avec la montée jusqu'à Montverdun et surtout vers Chalin d'Uzore où la terre était bien collante. Céline sur la fin, probablement vexée d'avoir dû faire appel au "Paulo-guidage' pour arriver à Poncins en voiture, assurait un rythme élevé sur le plat au retour mais on ne s'est pas laissé faire soit en pédalant fort, soit pour Mimi en lui indiquant la mauvaise direction à chaque intersection! On a fini pour les plus téméraires par un sirop au café de Poncins. Merci Mimi!

172.

Gilles Duffay

supprimer 06.12.18, 12:42

Effectivement je pense que c'était plutôt Roger le decasqué qui était sur ces routes qui mènent au béal.

171.

Gilles Peyrard

supprimer 06.12.18, 07:34

Attention, ne pas confondre Roger le décasqué et Roger le journaliste! Gilles le Doc

170.

M. Gagnard

supprimer 05.12.18, 21:08

Il faisait +16.5° à 14h à la station automatique de Météo France de la Gardonnanche (alt 990 m, entre le bourg de Chalmazel et l'eau vive).

169.

GILLES DUFFAY

supprimer 05.12.18, 20:43

Les sorties du mercredi rassemblent toujours , même au mois de décembre, ils étaient huit ce mercredi. Bravo à eux..!

168.

GILLES DUFFAY

supprimer 05.12.18, 20:06

Je suis d'accord avec Thierry, la course à pied use énormément les articulations. on verra sans aucun doute des spécialistes de la course à pied se tourner vers le vélo pour ménager leur monture..!! Je pense que Roger prépare sérieusement le 200 km du 16 mars et il faudra compter sur lui ....

167.

Michel Gagnard

supprimer 05.12.18, 18:52

La patrouille a repéré Roger entre Sail et Chalmazel ce midi.

166.

Gilles PEYRARD

supprimer 05.12.18, 17:01

La météo de ce 05/12 est clémente, alors zou, vélo ! Motivé en plus, c’est plutôt rare ces temps…. Samedi, et la sortie avec Roger, m’a donné une faim de loup pour pédaler. Je n’ai pas fait trop long, juste ce qu’il faut pour entretenir les cuissots et le moteur. Du plat et de la bosse pour rentrer. Bussières Pouilly Balbigny Nervieux Ste Foy Pommier St Paul de Vézelin St Jodard Neulise St Just Ste Co le Remblais Bussières 2 beaux petits passages à plus de 7% pour monter à St Paul et de la Loire à St Jodard, puis des faux plats jusqu’au carrefour de St Agathe. Les jambes allaient assez bien pour la période et le peu de kilométres et les grandes périodes sans pédaler (en plus… j’ai bouffé comme un cochon ces jours… chut !!!) Par contre, et pour info, il ne faut pas passer par Nervieux, le RD1 est coupé, travaux de réfection de tous les réseaux, , c’est pire qu’Alep……. J’ai porté le vélo sur le dos en pataugé dans les graviers, même pas la place de passer sur le trottoir ! 69km 24km/h 750m D+ Les sorties jusqu’à la fin de l’années risquent d’être peu nombreuses… d’autant que ce WE je suis de garde ! Pendant que les vététistes s’affutent, je cherche à limiter les dégâts, eux seront au taquet vu les séances de fractionné qu’ils s’imposent….. je vais souffrir quand je retournerai dans le groupe des cadors Gilles "le Doc"

165.

Thierry ROBERT

supprimer 05.12.18, 17:00

Pour être aussi un coureur et un rouleur (sur des distances bien inférieures à celles pratiquées par Michel, mais bon ..) je plussoie le sieur Gagnard : la course à pied sur longue distance n'est rien d'autre pour l'immense majorité des joggeurs, qu'une lente mais méthodique destruction de chaque articulation, tendon et muscle. La récupération des efforts est bien plus complexe également. Je peux citer des quantités de relations ayant arrêter la CAP pour se mettre au vélo suite à des pépins physiques. Je ne connait que très peu de gens ayant fait l'inverse.

164.

MAUGE Daniel

supprimer 04.12.18, 10:00

Je suis d'accord,Michel. Le vélo est un sport dit "porté" donc sans chocs, souvent utilisé en rééducation et qui peut se pratiquer jusqu'à un age avancé (Robert Marchand...) En course à pied, on a une multitude de chocs qui finissent par engendrer des traumatismes. Malgré toutes les précautions possibles ( chaussures de qualité, échauffement, étirements...etc), tôt ou tard, la blessure finit toujours par rattraper le coureur à pied pour bien souvent s'installer dans la durée . Ce qui explique sans doute le fait que tu trouves très peu de traileurs de 60 ans ou plus et que tu sois un des doyens parmi les coureurs d'un Thiers-Roanne. Par contre sur la route,c'est vrai,on voit beaucoup de cyclistes de 60 ans et plus. Tu as raison, je suis tout à fait d'accord avec cependant une nuance. La plupart de ces cyclistes ne font pas autre chose que des ronds dans la plaine. Si tu fais Valeille-Bellegarde-St Galmier ou par exemple Chambéon-Magneux-Boisset, tu pourras à chaque sortie rencontrer des dizaines de vélos, par un, par deux, par trois, par dix, parfois même en peloton que dis-je, en troupeau au grand dam des automobilistes. Si par contre tu vas tourner au col de la loge ou par là-haut, tu croiseras au mieux un cycliste, peut être deux un jour de grand beau temps mais peut être aussi même pas un seul. Ce qui est dur en vélo, ce sont ....les côtes et il faut bien l'avouer, l'âge n'arrange rien.... Je pense qu'en randonnée pédestre, les traumatismes endurés sont atténués par rapport à la course à pied. La carrière du marcheur peut se poursuivre bien plus longtemps que celle du coureur. je suppose d'ailleurs que sur un Roanne-Thiers, on doit trouver beaucoup de marcheurs de plus de 60 ans et Riton n'était peut être pas le doyen du raid. S'il parvient à garder cette motivation,cette envie de bien faire et cette fraicheur d'âme qui le caractérise, Riton, 74 balais au compteur, peut encore ajouter nombre de Thiers-Roanne à sa collection. C'est tout le mal que je lui souhaite.

163.

M. Gagnard

supprimer 03.12.18, 20:15

Oui Daniel, je te rejoins sur le fait qu'il est beaucoup plus facile d'encaisser un temps froid et/ou pluvieux en c-à-p qu'en vélo ; c'est indéniable. Le fait de "courir tranquille" fait certes baisser les pulsations cardiaques mais le pire ennemi est toujours là : les chocs ! Même le fait de marcher engendre des (petits certes) chocs qu'on n'a pas en vélo. Attention de pas placer dans le même sac un vulgaire Thiers-Roanne (57 km, environ 1400 m D+ et seulement 4 ou 5 km de chemins) avec la SaintéLyon (81 km avec au moins 40 km de chemins) et encore plus l'UTMB (160 km)... Dans mon dernier message, j'ai bien fait attention de comparer des épreuves (vélo-pieds) DE DUREE EQUIVALENTE. Autrement dit, l'équivalent de nos 7h30 du Thiers-Roanne correspondent à une sortie vélo dans notre région de 150-200 km pour 1500 m de D+ environ. Il est assez facile de faire 150-200 km durant plusieurs jours consécutifs (j'ai pris l'exemple du TT pour que ce soit parlant pour tout le monde) mais impossible (pour moi) de refaire le lendemain et le surlendemain un Thiers-Roanne DANS LE MËME TEMPS. On se plaint souvent (à juste titre) du danger que présentent les voitures sur les routes pour les cyclistes et pourtant on voit beaucoup de cyclistes de 60-70 ans mais très très peu de coureurs à pieds du même âge (et même bien plus jeunes) sur les chemins tranquilles... pourquoi ? Lorsque j'avais mon cardio, je regardais évidemment mes pulsations et les énergies dépensées. Il était évidemment beaucoup plus facile de faire 3h de vélo à 120 bpm de moyenne (donc du vélo très tranquille) que 3h de c-à-p à 120 bpm.

162.

MAUGE Daniel

supprimer 03.12.18, 18:57

Un grand bravo à Riton et sa fille. Qu'il persévère, les records sont fait pour être battus...Combien lui en faut-il encore pour battre celui d'Henri Merle ? Bravo également aux coureurs à pied Michel et Gilles la roulette. Je suis très surpris par la comparaison de Michel entre un Thiers-Roanne et un Thonon-Trieste. Ce sont deux choses totalement différentes qui ne peuvent se comparer. Un Thiers-Roanne comme d'autres épreuves pédestres, la St é - Lyon, les templiers, l'UTMB,..etc....sont des épreuves hors-norme dans le monde de la course à pied ( par rapport à des 10km ou des semi) . Si l'on veut faire une comparaison sur la difficulté, il faut alors prendre en compte des randos cyclistes hors-norme comme l'ardèchoise vélo marathon 277km pour 5305m de dénivelé. Comme il ne viendrait à personne l'idée de faire un thiers-Roanne chaque jour pendant une semaine, je ne pense pas non plus qu'on trouverait un cyclo capable de faire une " Ardèchoise vélo marathon" chaque jour que dieu fait, durant une semaine..... Mais enfin, on peut comparer les 2 et je n'ai pas de certitude pour la réponse... Dans Thonon-Trieste, les étapes étaient relativement courtes ce qui nous permettait une bonne récupération entre chacune. Si elles avaient fait 50 km de plus, on serait arrivé plus tôt, en 7 jours, à Trieste mais certainement beaucoup plus fatigué. On a eu aussi une chance exceptionnelle avec la météo car si on avait eu 3 jours de pluie continue ce qui arrive souvent en montagne, comment se serait terminé la rando pour la plupart d'entre nous ? dans le camion-balai ? C'est vrai qu'en vélo, on se reprend dans une descente mais dans un trail, celui qui ne court pas pour la gagne, qui est là pour "finisher" peut aussi marcher quelques centaines de mètres de temps à autre pour se reprendre. Ce n'est pas interdit ? Les aléas météo, pluie, neige, froid , vent sont sûrement plus handicapants en vélo qu'en pédestre. Dire que le vélo est plus dur que la course à pied , ou le contraire est un peu présomptueux. Je ne suis pas sûr qu'il y ait une réponse certaine. Dans les 2 disciplines, c'est avant tout la motivation et donc le mental plus encore que le physique qui permet de supporter les efforts nécessaires pour mener à bien ces épreuves hors-norme. Ceci-dit, encore bravo à vous.

161.

M. Gagnard

supprimer 02.12.18, 20:26

De retour du Thiers-Roanne. Ca faisait finalement très longtemps que je ne l'avais pas fait (dans ce sens, donc le Thiers-Roanne), 1992 ou 1993 devait être la dernière fois. Ce sens est effectivement plus facile que l'autre. J'étais avec Gilles de la Roulette et l'ami Jean-Luc F. Les conditions météo étaient bien évidemment désastreuses, heureusement qu'il ne faisait pas froid car les vêtement totalement trempés nous glaçaient la viande à chaque arrêt aux ravitaillements. On a mis 7h35 pour parcourir les 57.8 km (GPS de Gilles). Notre objectif était d'arriver avant le jour et il a été rempli (certes de justesse) car l'éclairage public était encore allumé à notre arrivée. Tu dis Gilles que la course à pieds est aussi dure que le vélo... Pour pratiquer les deux, je pense plutôt que la course-à-pieds est bien plus dure que le vélo. Par exemple : Un pratiquant, plus tout jeune et moyen* comme nous le sommes tous, peut sans problème aligner une semaine de vélo à raison de 7-8h de pratique par jour (voir ce qu'on a fait en août dernier sur un terrain pourtant des plus difficiles). Là je peux t'assurer que des personnes capables d'enfiler 7 Thiers-Roanne dans la semaine... ne sont pas nombreuses... et je suis loin d'en faire partie ! En vélo les descentes sont gratuites, le plat est soldé, en c-à-p elles peuvent être un enfer de vibrations et autres secousses. D'accord les côtes sont dures en vélo car on doit, en plus de notre carcasse, faire monter les 10-12 kg de vélo, mais il n'y a aucun choc, aucun traumatisme de ce côté là. Enfin si on compare l'age moyen des coureurs à celui des cycleurs, on doit facilement avoir un écart d'une dizaine d'années. La nuit dernière, parmi les coureurs qui progressaient à notre rythme, nous étions largement dans les plus vieux du haut de nos 50-60 ans. * : moyen dans le sens où notre vitesse de progression tant en vélo qu'en course et sur des distances de l'ordre de 7-10 heures, vaut environ la moitié de celle des meilleurs mondiaux de la discipline.

160.

Marie Claire

supprimer 02.12.18, 14:31

1700 participants pour cette édition Thiers Roanne, 22 ième participation pour Riton accompagné de sa fille Justine et Lili basketteuse à Neulise..Edition très très pluvieuse mais quand on aime ........Le record de participation d'Henri Merle va t'il être battu ? A 74 ans Riton a encore du temps pour battre ce record....

159.

GILLES DUFFAY

supprimer 02.12.18, 11:13

Comme convenu,nous sommes allés à St Catherine pour voir le copain de boulot sur la Saintélyon. Il a fini et est arrivé à 10h22, il finit dans les mille premier. il faisait 8°c à St Catherine à 3h du matin et je l'ai retrouvé après contact téléphonique au contrôle pour lui donné des vêtements secs et mon bonnet car il n'était pas couvert. il est reparti sous la pluie froide et il lui restait 51 km à 3h30 du matin. ce n'est pas du vélo, mais c'est aussi dur. Il y en a de la Squadra qui auront sans doute fait Thiers -Roanne, mais je pense que la pluie a du les frapper également. En tout cas félicitations à ceux qui se lancent dans de tels défis avec un temps pareil car il ne faut pas être une Chochote comme le dit si bien Daniel.

158.

GILLES DUFFAY

supprimer 01.12.18, 20:38

Merci Cécile pour ton petit commentaire, c'est toujours un plaisir d'aider un cyclo à retrouver la forme. Tu m'attendras lorsque tu seras revenue au top?

157.

Joëlle

supprimer 01.12.18, 20:14

Effectivement, il en fallait de la motivation ce matin pour aller au VTT de Bussy Albieux et participer au Téléton, la purée de pois de la plaine n'était pas engageante. Et pourtant, nous avons eu une super journée ensoleillée au dessus des nuages ! 13 vététistes de la Squadra se sont engagés sur le 40 km. Encore une sortie où j'ai pris beaucoup de plaisir à rouler sur un parcours peu technique, avec un excellent vin chaud qui a réchauffé les corps sur plusieurs ravitos et donné de l'élan à tous ceux qui y ont gouté. L'ambiance y était très sympathique et conviviale. Cécile, malgré ses soucis de santé de la semaine était parmi nous et s'en est très bien sortie. Encore bravo à elle ! J'étais très heureuse de revoir Damien, aussi à l'aise en VTT qu'en vélo de route, tant dans les descentes que dans les montées où il s'est tiré la bourre avec Philou. Daniel n'avait pas eu son compte de km et est rentré à Montchal... à VTT. Quel crack ! C'est aussi avec plaisir que j'ai revu quelques copains de marche du temps où je crapahutais, les dimanches, sur les chemins et notamment René, plus de 93 ans et toujours bon pied bon oeil et son excellente mémoire. Que de km parcourus ensembles !. Mais le train bleu avançait et je n'ai pas pu parler bien longtemps ! Samedi prochain, nous allons aider les organisateurs de la corrida pédestre de Panissières et ne pourrons pas être présents à la sortie de Mimi. Bonne semaine et bon VTT à tous.

156.

cecile

supprimer 01.12.18, 18:58

Bonsoir , après cette sortie vtt à bussy albieux qui s'est bien passé malgré le brouillard matinal qui s'est rapidement dissipé . Un grand merci à Gillou pour m'avoir attendu et encouragé dans les moments difficiles . Au plaisir de rouler ensemble samedi prochain . Bonne soirée .

1
 

 
Mimi se Réveille!!!!!!!!!!!!!! Oui, je me réveille car depuis mon retour sur les terres foréziennes, j'étais complètement HS. La mouche tsé-tsé a dû me piquer. J'ai dormi dormi, dormi .... mais maintenant je retrouve un peu d'énergie, capable de donner mon ressenti sur les 10 j hors norme. J'ai souffert, souffert : de mon tente et un, de la chaleur des premiers jours , des longs cols pentus, de rouler sur plusieurs jours, et surtout des gaz carbonique et des vrombissements de la circulation . Mon objectif était de ne pas monter dans la voiture balai . Plusieurs fois j'ai résisté à l'appel du pied de note Doc qui me voyait souffrir . Le très dur Passo di Giau' de l'étape 7 a mis fin à mon espoir. Pourtant une étape courte en Km. J'ai rechargé les batteries en zappant complètement la très dur étape 8. Mon bilan est malgré tout satisfaisant. Le parcours est magnifique avec des paysages à couper le souffle. Avec du recul, pas de regret et grâce aux photos présentes et futures, l'émotion d'avoir participé à ce défi est, sera au comble. Tout a été très bien narrer sur mes compagnons par les spécialistes de ce blog. Tous connaissent le talent de Joëlle sur son vélo . Maintenant , nous pouvons associé Mari-Claude baptisée "la colombienne" pour ses exploits sur les pentes pentues. Pour un coup d'essai, ce fût un coup de maître. De plus, elles étaient aux petites soins pour tous au cours des repas, pas avare pour servir, laver, essuyer....... BRAVIssimo................ pour vous DEUX. Un grand merci aux organisateurs. très peu de couacs , preuve d'un travail en amont méticuleux, rigoureux. Un grand merci à nos chauffeurs qui nous ont conduit sain et sauf à l'aller et au retour(pas si évident avec la fatigue cumulée). Un grand merci à Jacky et au Doc dans la préparation journalière des repas du midi , l'approvisionnement d'eau, la recherche de cyclos en perdition........deux électrons INDISPENSABLES dans cette aventure , de cette RÉUSSITE.. Bravo à tous. Que des cyclos hors-norme. Fière d'être parmi vous. Mimi042 (PS) Michel les grosses cuisses (nommé ainsi par le DOC), non seulement tu tournes les jambes comme une horloge suisse, mais je m’aperçois (sans être vraiment une surprise ou un scoop) que le cerveau est également d'un précision remarquable., digne d'un mécanisme helvétique.

99.

Gilles PEYRARD

supprimer 19.08.18, 18:56

et moi toujours RIEN! le transport du Cannondale dans le véhicule balai a déchargé la batterie du Di2, et impossible de rechargé malgré essai avec 3 chargeurs et des pros de la technique! le vélociste sera donc le bienvenu…. aujourd'hui 18km de marche du Béal au Chansert et aux radars! fatigué! le Doc

98.

M. Gagnard

supprimer 19.08.18, 11:06

Eh, moi aussi j'ai roulé hier samedi ! bon d'accord, j'ai fait un peu moins que 150 km... je me suis contenté de 40... Mais quand même...

97.

Gilles Duffay

supprimer 19.08.18, 09:04

Pour répondre à Daniel, Il m'a été conseillé de ne faire du vélo que pour aller chercher le pain, d'autres étaient en goguette et d'autres sous perfusion pour récupérer des efforts consentis car ils étaient rudes les cols Italiens.

96.

MAUGE Daniel

supprimer 19.08.18, 08:18

Non Joelle, sans toi, je ne serai pas rentré plus tôt. Je n'aurai roulé ni plus vite, ni moins vite. Seul, j'aurai procédé exactement de la même façon : la montée des barrages à bloc pour l'exercice, le reste du parcours à allure normale pour entretenir le fond et le plaisir de pédaler la-haut dans la montagne. Je n'ai pas eu à t'attendre, tu as vraiment très très bien roulé et plus remarquable encore, tu n'as pas eu le moindre moment de faiblesse. Sans aucun doute d'ailleurs, à cette allure là arrivé au col de la croix des sappeaux, tu en aurais laissé plus d'un loin derrière toi....Preuve que tu as parfaitement récupéré de tes efforts franco-suisse-italo-slovènes, pour finir la sortie tu es monté au roule sur un excellent tempo. Il ne te manquait que l'arme du sprint pour la prime Euromag...... 150 km au compteur à l'arrivée à Montchal, une excellente sortie, Merci beaucoup Joelle de m'avoir accompagné sur le grand parcours.Bon dimanche et bonne semaine. PS : Mais où étaient donc les autres "squadristes" ? Tous à la plage....???

95.

Gilles Duffay

supprimer 18.08.18, 22:32

Merci Gérard pour tes commentaires.

94.

Joëlle

supprimer 18.08.18, 22:19

La séance d'ostéopathie d'hier qu'a subi mon Gilou pour son bassin déplacé ne lui a pas permis de faire la sortie d'aujourd'hui. C'est donc seule que je me suis rendue au RDV à Feurs. Pierre Pavailler est arrivé, puis Daniel et René qui était attendu et a fait demi-tour à Feurs. Pierre est arrivé jusqu'à Trelins avant de faire demi-tour. Mais je ne me suis pas dégonflée et j'ai fait le tour avec notre Maitre Daniel. Il sait toujours s'adapter aux plus faibles, j'étais donc en toute confiance. Pour se faire plaisir et tester sa forme, il s'est envolé dans la montée des barrages, mais m'a gentiment attendu au bas de Saint Georges avant de monter à St Just, le col de la Croix des 4 Jambes, le col des Sapeaux, la Croix Ladret, Chalmazel, Sauvain,Col de la Pelletière. Nous n'avons pas été importunés par les voitures, mais nous avons certainement dérangé les petits oiseaux par nos conversations. C'était, là-haut dans nos montagnes que j'affectionne particulièrement, le calme plat, 22°, des jambes qui répondaient bien, une compagnie agréable, Que du bonheur ! Nous avons bu un coup à Feurs pour nous remettre de la traversée de la plaine, chaude (27°) et avec un vent de face. Pour finir cette belle sortie, je suis remontée jusqu'au Roule. Merci Daniel de m'avoir attendu, sans moi, tu serais arrivé plus vite à la maison ! J'ai aussi visionné les photos de Gilles Poët-Poêt : que de beaux souvenirs ancrés pour longtemps dans nos mémoires. Merci Gilles d'avoir pris le temps et de faire profiter maintenant à tous de ces fabuleuses vues !

93.

ROLLAND Gerard

supprimer 18.08.18, 18:29

Pas étonnant que Gilles Chartier avait du mal à suivre…….avec toutes ces magnifiques photos qu'il a prises et qu'il nous fait partager…….!Bravo à lui et merci. GR Sincères félicitations à toute l'équipe pour votre réussite.

92.

MAUGE Daniel

supprimer 17.08.18, 03:22

(suite) reste très exigeant et seulement 6 cyclos l'ont accompli en intégralité Parmi eux, Michel météo bien sûr. Une condition physique parfaite, une hygiène de vie quasi monastique, no clopes, no chichons, no kiravi, pas la moindre petite mousse, jamais un écart....! un séjour à 4000m dans les montagnes d'iran pour le plein de globules rouges...! Après 2 premières étapes de rodage, sa puissance physique a fait la différence et personne n'a été en mesure de lui contester le maillot à pois. On aurait dit une grosse Audi au milieu d'un peloton de petites twingos...Les petites twingos s'époumonaient ...en vain, la puissante Audi avait toujours le dernier mot.... S'il parvient à garder sa forme pour ses prochains objectifs - la grande traversée- -Roanne Thiers- son ami Gilles la roulette risque fort de tirer la langue..... Philou non plus, n'a pas eu recours au camion balai. le parcours convenait parfaitement à ses qualités de grimpeur. On s'est tiré de bonnes bourres et il m'a devancé bien souvent... Paulo, le technicien, le méccano, le pro du GPS a lui aussi accompli le parcours dans son intégralité.Bravo conscrit ! Avant, on entendait des craquements de chaine, des plaintes de son dérailleur martyrisé..Pas besoin de se retourner, on savait que Roger était là.....Maintenant , avec le dérailleur électrique de son nouveau Lapierre rouge flamboyant, on entend plus rien, il faut se retourner pour savoir s'il est toujours là....... Roger a souffert mais bien sûr, il n'a rien laché. Un vrai guerrier ...! On peut considérer que Marie-Claude a bouclé le parcours dans son intégralité. Elle est montée une seule fois dans le camion au sommet du col de Palade, l'averse finie pour un petit bout de descente et sur le conseil du Doc. Faut-il toujours écouter les docs ? Je ne suis pas sûr........Marie-claude a été étincelante, et plus fort encore du premier au dernier jour. Elle fait preuve d'une gnac rarissime chez une féminime et dans les cols les plus durs, le Stelvio par exemple, elle a laissé derrière elle, à la pédale,. des cyclos confirmés, des costauds...Marie claude, tu ne le savais pas, mais tu es une championne ! je suis admiratif d'autant plus que ta classe n'a d'égal que ta modestie, ta gentillesse et ta bonne volonté pour aider jamais démentie.... Les autres ont tous eu recours à un moment ou un autre au camion balai du Doc. Ce n'est absolument pas une critique ou un reproche, cette rando étant tellement dure qu'on peut le comprendre. Joelle n'avait pas sa forme des pyrénées, la faute à une préparation en pointillé, perturbée entre dos douloureux, état grippal, wk d'astreinte. Malgré son peu de km, elle a parfaitement tiré son épingle du jeu et comme toujours son coup de pédale parfait si naturellement léger lui a permit de venir à bout de la plupart et des plus grosses difficultés.Nos deux princesses, Joelle et Marie claude sont des filles en or, des bijoux. Nous nous devons de les chouchouter.... Jean-paul a bien eu raison de venir. Il avait peur que son genou ne tienne pas le choc. Son genou a tenu et Jean-paul était souvent en haut tout près des meilleurs.Je crois bien qu'après les rampes des dolomites, son cher Béal va lui paraître bien doux quand il va aller le gravir pour la cinquante septième fois depuis le début de l'année, ce qui ne saurait tarder. Merci Jean-paul de m'avoir relayé dans les vallées slovènes du dernier jour, je retrouvais là l'équipier exemplaire jamais avare de ses efforts que j'appréciais tant dans les descentes de Paques... Bernard traine un mal de dos depuis des mois et il lui a fallut se ménager des moments de repos pour poursuivre sa route et gravir la plupart des grands cols du parcours dont le mythique Stelvio Ce sont le genou et les cervicales qui font souffrir "Géraint" René, le roi du 3%. René voit venir ce jour ( moi aussi, je vois et d'autres) où il devra se résoudre aux sorties en car de tamalous avec visite guidées, arrêt dégustation à la cave, et repas gastronomique où chacun raconte ses exploits du temps d'avant...Non René, tu n'es pas encore dans le car, tu es toujours,dieu merci, sur le vélo et tu es venu à bout de cols avec des pentes bien supérieurs à 3% dont le roi d'italie ,sa majesté Stelvio. Moyennant quelques plages de repos, Hervé a fait son bonhomme de chemin et fait honneur au Cannondale du Doc.De plus, son talent de descendeur lui a permit de se faire plaisir lorsqu'il n'y avait pas trop de monde sur la route. Marco de la poste a eu un parcours en dent de scie, bien dans le Simplon, bien dans le Sella di cereschiatis, bien dans le Selle Névéa, moins bien ailleurs, la faute à des problèmes de selle, sans doute causés par la chaleur et une transpiration excessive. Marco du bâtiment a souffert pour venir à bout de ces cols trop pentus pour son gabarit. Avec sa vaillance habituelle, il s'est accroché, souvent dans le grupetto, et au final, il n'est pas monté souvent dans le camion du Doc..... Il faisait souvent route commune dans le grupetto avec le président Gilou. Fatigué sans doute par la répétition des efforts, Gilou a été victime d'un malencontreux lumbago lors d'une escapade rafraichissante dans un torrent et c'est avec un dos bien douloureux qu'il a tenu en capitaine courage à faire la dernière étape, la plus longue -187 km- pour être avec le groupe sur la photo d'arrivée devant le port de Trieste. Bravo Gilou, on appelle ça un président qui donne l'exemple..... Lorsque Mimi 042 s'est porté en tête dès la sortie de Thonon, personne n'a pensé que c'était pour arriver le premier à Trieste. C'est qu'on commence à le connaitre notre MImi. On le savait tous, il fait ça pour soigner son image et entretenir sa légende, celle de l'attaquant du km 0.....Mimi également a souffert de problèmes de selle et le camion du Doc lui a été plusieurs fois d'un grand secours. Quand Gilles poèt-poèt s'est inscrit à T-T,nous nous sommes tous demandé comment il allait faire pour monter ses 100kgs en haut de cols aussi difficiles, surtout avec aucun entrainement. Les 2 premiers jours ont été catastrophiques et semaient la zizanie dans un groupe pourtant solidaire. Alors, Satanas Jacky s'est faché tout rouge, il a mis gros bébé poèt poèt au pli et tout s'est bien passé. Il l'avancait jusqu'au pied du col, le reprenait dans le camion à l'endroit convenu ceci afin de gèner le moins possible la marche du groupe.Certes, Jacky devait veiller Gilles poèt poèt comme le lait sur le feu pour ne pas le perdre mais enfin, ce dernier a réussi de cette façon à gravir bon nombre des cols du parcours. Pas de doute , avec un peu de bonne volonté pour réguler son alimentation, un entrainement plus approprié, Gilles poèt poèt serait capable de faire beaucoup mieux. Ne cherchez pas davantage! Le sixième qui n'est jamais monté dans le camion, c'est moi.J'ai trouvé sur le terrain le parcours encore plus extraordinaire que je ne l'imaginais sur les cartes.J'ai failli surprendre Michel dans le Stelvio. Il est revenu in extrémis après une longue poursuite. Je l'ai surpris dans le passo di Giau où il n'a pas pu revenir. Le passo di Giau 2233m restera ma meilleure montée de la rando et la seule fois où je suis parvenu à le devancer. Maintenant, mon seul souhait est que ce Thonon-Trieste ne soit pas la dernière rando du club. A nous de trouver une bonne idée...!!!

91.

MAUGE Daniel

supprimer 16.08.18, 23:07

Après une aussi belle aventure que ce Thonon - Trieste, je tiens à remercier mes camarades, les 2 assistants-accompagnateurs-chauffeurs-directeurs sportifs et les 15 cyclos. Merci Jacky pour tout le travail ( ô combien difficile) en amont de réservation et de préparation de la logistique nécessaire à une rando de 10 jours. Merci à toi et au Doc pour le travail d'intendance et d'assistance tout au long du parcours. C'était juste.... parfait ! On ne peut pas trouver plus efficace pour assurer l'assistance d'un groupe de cyclos, que des cyclos ou ex-cyclos qui connaissent au mieux l'effort du cyclo. Bien que la météo nous ait été globalement vraiment favorable, le parcours reste

90.

MAUGE Daniel

supprimer 16.08.18, 22:28

Depuis très longtemps,je rêvais de cette rando mythique Thonon- Trieste sans vraiment songer la faire un jour pour de vrai....Et pourtant, après Feurs- Olching 2013, Thonon- Antibes 2014, Hendaye- Cerbère 2016, elle est venue à son tour au calendrier de la Squadra... 2018, le rêve est devenue réalité. Si parfois dans la vie, il arrive d'être déçu pour avoir imaginé trop beau. Là, pas du tout, le parcours est somptueux de bout en bout, de la première à la dernière étape. Les images vont défiler encore pour longtemps dans ma tête au gré de mes souvenirs: 1° étape : La vallée du rhône dans le Valais suisse avec ses vignes en terrasses, ses abricotiers et autres fruitiers, et 35° sous un soleil de plomb....... 2° étape :Le col du Simplon 2006m somptueux, qui nous impressionnait avec ses paravalanches quand on le regardait depuis l'hotel de Brig et en vérité pas si dur que ça, l'aigle impérial taillé dans le rocher, qui pour l'éternité semble observer tout ceux qui osent passer ici.. Un tunnel après Santa Maria Magiorre, noir de chez noir qui provoque un instant de panique dans le peloton.. Le lac majeur tellement beau, et ses rives où les bellâtres fortunés exhibent leur dernière conquête en faisant hurler leurs cabriolets décapotables surpuissants.... 3° étape :Le passo San Bernardino 2065m fatal au "Géraint Thomas" panissierois René dans un mauvais jour, le Splugen pass 2115m, gravi avec un vent contraire, son final en lacets qui lui donnait un air de plan-lachat, un arrêt "mousse"près du splendide lac de Montespluga avant la longue descente sur Chiavenna... 4°étape : Saint Moritz l'opulente dans la grisaille, avant de retrouver le soleil pour notre arrêt repas de midi à quelques encablures du Bernina pass 2328m, un décor de rêve, un petit train qui passe et repasse devant nous, le "Bernina express" emmenant les touristes jusqu'au pied du glacier. Une journée extraordinaire,en grande partie à plus de 2000m, avec aussi au programme, le Forcola di livigno 2315m, le passo d'Eira 2210m, le passo di Foscagno 2291m, un arrêt "mousse" dans l'enclave de Livigno et son décor de carte postale... 5° étape : Le Stelvio 2758m, le plus grand, le roi, le col mythique des italiens franchi tant de fois par le Giro, sa descente face est avec ses 48 lacets, un décor grandiose qui explique pourquoi autant de cyclistes essayaient de le gravir, la vallée de Mérano, ses pommiers à perte de vue, arrosés en continu et sa voie cyclable tout en enrobage, qui longe la rivière, une réalisation absolument exemplaire...le passo del Palade seulement 1512m mais interminable où nous sommes rattrapés par un bout d'orage et pour finir la journée, un hôtel bien nommé, " le Paradisio" 6° étape: la vallée du Scilar avec un peu trop de voitures, l'arrêt repas sous les arbres au passo di Pinei 1437m, la traversée de Val Gardena avant d'attaquer le passo Sella 2244m où je prends l'orage dans le dernier km., le passo Pordoi 2239m autre grand classique du Giro avant de clore cette journée par une descente jusqu'au charmant village d'Arabba. 7° étape : Elle était courte mais c'était du concentré : Passo di Campolongo 1875m pour démarrer, Passo di Valparola 2198m ensuite, l'arrêt repas de midi près du belvédère au Colle Santa Lucia 1435m et pour la digestion, le difficile et splendide Passo di Giau 2233m 8°étape : pas le plus long col encore que la route d'approche depuis Cortina d'Ampezzo par le Passo tre croci 1805m ne soit pas facile, mais certainement le plus dur de tout le parcours: Le Forcella Longères 2320m plus connu sous le nom des "Tre Cime de Laveredo", une route à péage pour les autos, des rampes à 17% mais en haut, quelle récompense, un paysage à couper le souffle... 9°étape : sans doute l'étape où nous traversons la partie la plus sauvage des dolomites, loin des grandes stations de ski et avec donc beaucoup moins de touristes. Un col magnifique pour commencer ,le passo Ciampigotto 1790m par une petite route tranquille comme je les aime, depuis Vigo di Cadore, la très nature et bucolique haute vallée de Sauris, le lac de Maina d'un bleu d'une pureté incroyable, un tunnel grossièrement taillé dans le rocher et tellement étroit que le Doc a dû supplier tous les saints d'italie de ne croiser personne, le Passo del Pura 1428m avant de quitter ce coin des Dolomites resté si merveilleusement sauvage. Après Tolmezzo, j'avais modifié le parcours officiel qui allait sur Udine. Nous, c'était direction Pontebba, le sud-tyrol, extrème nord- est de l'italie par le val d'aupa, le Sella Cereschiatis 1056m, encore un très beau col difficile dans son final avec en plus à nouveau une chaleur caniculaire ce qui incita certains à tremper les pieds dans le torrent qui coulait le long de la route et provoqua le lumbago présidentiel...Pontebba, terme de l'étape, sa fête locale où la bière coule à flot, sa croix tout en haut de la montagne éclairée en soirée, comme un symbole d'une terre de traditions... 10° et dernière étape : la plus longue 187 km , 2 cols au départ, le selle Névéa 1190m, le passo del prédil 1156m, comme partout des vallées encaissées et ici une sécheresse marquée avec la plupart des torrents complètement à sec. Après les cols, passage en slovènie et une longue descente pour rejoindre Gorizia et l'italie par des vallées roulantes. Encore quelques km sous la chaleur avant d' apercevoir l'Adriatique et de longer le bord de mer jusqu'à Trieste...C'est un peu laborieux pour trouver l'hôtel sur les hauteurs de cette grande ville. 19h30, ça y est, on est arrivés, fatigués mais contents. Déjà 10 jours que nous avons quitté Thonon, que de chemin parcouru depuis ce port du lac léman mais tout a passé si vite que curieusement j'ai l'impression que c'était hier...... Au final, des chiffres à donner le vertige : 1325km pour 24 480m de dénivelé+ , 38 cols dont 14 à plus de 2000m..... Perso, à Pontebba où nous sommes arrivés de bonne heure, j'en ai ajouté un pour le plaisir de mettre mes roues dans la proche autriche : Le passo di Pramollo 1530m , 950m de dénivelé pour 13km d'ascension depuis Pontebba. En fin de journée, je l'ai trouvé très très dur, sans aucun répit et avec plusieurs rampes à 12% mais j'étais tellement heureux d'atteindre la frontière autrichienne que j'en étais ému....

89.

Joëlle

supprimer 16.08.18, 21:24

Une autre belle aventure vient de se terminer avec les amis cyclos de la Squadra : Thonon-Trieste : 10 jours de vélo et une journée de mini-bus, pour environ 1250 km et 21 300m de dénivelée. Une des plus belles escapades de ma petite vie de cyclote mais pas la plus tranquille en cette période de vacances estivales. Le ton était donné dans Thonon avec des pentes raides pour sortir du port mais nous n’en avions pas encore bien conscience. Tout avait été préparé à la perfection par nos maîtres : Jacky pour l’hôtellerie et la logistique, Daniel pour les parcours et leur découpage, Paulo pour les tracés sur Openrunner et la mécanique des vélos. Alors que Jacky et Gilles, le Doc, nos chauffeurs attitrés se chargeaient journalièrement de l’intendance, relations avec les hôtels et ravitos (et ce n’est pas une tâche anodine surtout à l’étranger !), chacun de nous participaient à la vie du groupe sans contrainte et dans la bonne humeur. Sachez Mesdames que vos maris prenaient plaisir à essuyer ou faire la vaisselle !!! Oui, oui !! Gilles, le Doc, donnaient des nouvelles journalières dans ses commentaires appropriés et attendus par les proches. Enfin bref, une organisation au top ! J’ai été largement déchue de mon titre de « Princesse du vélo » et c’est avec beaucoup de plaisir que je laisse la couronne à Marie-Claude, « la reine des cimes » ! Quelle énergique et sympathique équipière ! Elle est à 100 à l’heure du lever jusqu’au coucher sans jamais faiblir et se départir de son sourire. Elle n’a jamais mis le pied à terre ni usé les banquettes du mini-bus. Mille bravos !!! Je n’étais jamais en haut des cols quand nos cadors arrivaient mais il devait y avoir des bagarres et sprints : Daniel, Michel, Philou, personne ne se vantait de ses exploits, que de modestes champions ! Daniel a été jusqu’à poser ses roues en Autriche et rajouter du dénivelé sur un autre col difficile : Il n’avait pas assez de la France, la Suisse, l’Italie et la Slovénie ! Bravo à ce GPS humain, hors normes ! La fatigue s’est fait sentir au bout du 3ème jour : les traits étaient tirés, les yeux cernés et boursoufflés, les cuisses endolories, les fesses talées puis les organismes se sont peu à peu adaptés à leur nouvelle condition et les souffrances se sont atténuées. Nous avons tous appréciés la traversée des Dolomites et ses superbes paysages. Les montées sont raides, longues, difficiles mais quel régal pour les yeux au sommet des cols. La vigilance s’imposait dans les descentes rapides à cause de la circulation et des routes plus ou moins bien en bon état, mais c’était un vrai plaisir. Les longues montées nous ont permis d’apprécier la fraicheur et les senteurs des sous-bois puis plus haut les alpages multicolores, les sonnailles des vaches, un ravissement. En plaine, lors des premières étapes et la dernière, les figuiers exhalaient leur parfum agréable mais pas la moindre petite figue à se mettre sous la dent. Les repas étaient toujours bons et copieux et les soirées ne s’éternisaient pas si ce n’est à Pontebba à la fête du village où certains ont même fait quelques pas de danse. La chance nous a accompagnés pendant tout notre périple : - Pas d’ennuis mécaniques graves : une seule crevaison et une chaîne récalcitrante - Du beau temps en permanence ou presque qui nous a permis d’apprécier d’autant plus les paysages et même d’improviser une baignade dans le lac Majeur (même pour moi qui ne suis pas une adepte de l’eau) et une trempette dans un torrent (celle de trop pour Gilou qui s’est fait mal au dos) - Quasiment pas de pluie sinon un très gros orage avant le Passo delle Palade et deux autres jours après notre arrivée ou la nuit et le matin les routes étaient sèches. - Pas de gros ennuis physiques si ce ne sont des fesses meurtries et des dos endoloris, mais le Doc veillait… La longue étape du dernier jour a été un peu stressante à cause de la circulation intense mais l’arrivée à Trieste et notamment à l’hôtel a été émouvante pour nombre d’entre nous, j’en faisais partie. Rien n’était imposé mais chacun s’imposait une tâche, un sourire, un encouragement : un bel exemple d’entraide, de solidarité, de respect, enfin bref, de véritable amitié. Milles mercis à nos organisateurs, chauffeurs et cuisiniers. Merci à chacun pour votre sportivité et votre contribution au bon déroulement de cette aventure exceptionnelle entre copains. Que du bonheur, à refaire ! Je suis sûre que les idées ne manquent pas.

88.

Jacky Toinon

supprimer 16.08.18, 15:58

Un grand bravo à tous pour ce fabuleux périple, plus ou moins tronqué pour certains, mais toujours dans la bonne humeur, malgré le manque de pain, de vin, ou de chocolat. Je garderais un excellent souvenir de ces montagnes magnifiques, de ces lacets interminables, mais surtout de cette équipe qui s'entraide et se soutient dans la facilité comme dans la douleur, malgré des problèmes de couchage, de ronflements, d'intendance, le terme Squadra à pris tout son sens dans ces Alpes Italo-Suisses dont les photos et vidéos me permettront de faire un beau film (je l'espère de tout cœur) pour revivre ces moments inoubliables.

87.

GILLES DUFFAY

supprimer 16.08.18, 15:46

Dans la descente du Stelvio j'avais peur pour le Doc car les virages étaient très serrés et la circulation intense, il devait prendre ses virages à gauche sinon ça ne passait pas...!!

86.

M. Gagnard

supprimer 16.08.18, 12:16

Blagues mises à part, il faut remercier les organisateurs de cette randonnée qui ont su admirablement gérer la situation. Rouler sans accro en minivan + remorque dans ces routes de montagne n'est pas donné à tout le monde. Les hébergements étaient tip-top : le relatif confort de certains nous ont justement fait apprécier le luxe des autres.

85.

GILLES DUFFAY

supprimer 16.08.18, 10:59

les camions ont été rendus en temps et en heure à leurs propriétaires. Un grand merci aux organisateurs et aux suiveurs qui ont fait un travail formidable. Le téléphone portable a rendu de très grands services. les deux premiers jours il a fallu roder l'organisation. Je ne pensais que ça se passe si bien. Gilles "Pouet-Pouet" s'est bien adapté malgré son manque d'entraînement Pour moi le plus beau col c'est le Stelvio que tout le monde a gravi sans encombre. la nouvelle Star et princesse du vélo c'est Marie-Claude . Finalement Thonon -Antibes c'était le périple le plus facile. Dans les Pyrénées, j'avais trouvé les cols Basques bien assez durs et je me disais que Thonon- Trieste avec 400 km de plus que les Pyrénées ce serait plus facile et bien non car les passages à plus de 10% ont été nombreux. Mon 34x30 n'est plus adapté pour ce genre de périple.Mon escapade dans le torrent a été fatal à mon dos. j'ai réussi à finir l'étape , mais je n'ai pas pu monter mon sac dans la chambre. la dernière étape s'est faite avec un dos très douloureux , ce qui m'a usé psychologiquement, mais je voulais absolument terminer l'étape et faire la photo finale. Que du bonheur ce périple. On ne se souvient déjà plus que l'on a mangé une fois sans pain. Mon compteur fonctionne à nouveau, celui de Marie-Claude doit donner l'heure quelque part dans une descente de col .Malgré la mise en place d'une brigade d e recherche, il n'a pas été retrouvé. Bonne récupération à tous.

84.

M. Gagnard

supprimer 15.08.18, 20:50

Samedi 4 août 2018 4h50, Feurs (Loire). Je n'ai que 10 minutes d'avance, je suis le dernier ; une place m'attend dans le camion, je monte, il file. Samedi 4 août 2018 4h 50' 01". Mimi attaque la conversation. Madame Mimi est en vacances. Samedi 4 août 2018 4h55, Epercieux (Loire). Mimi nous a déjà tous assommés... on fait semblant de dormir, il n'a plus d'interlocuteur. Samedi 4 août 2018 5h10, tunnel de Violay (Loire). Plus d'interlocuteurs ? qu' à cela ne tienne ! Mimi converse à présent avec le Tomtom. Samedi 4 août 2018 5h20, péage de St Romain de Popey (Rhône). Une petite fumée blanche s'échappe du Tomtom. Sacré Mimi ! Samedi 4 août 2018 9h, port de Thonon les Bains (Haute-Savoie). Notre conducteur Jacky nous dépose sur les bords du Léman. On comprendra alors aisément sa petite phrase : "Ben j'me souvenais pas que c'était si long !". Jacky prend 2 Doliprane bien mérités. Samedi 4 août 2018 9h 30, port de Thonon les Bains (Haute-Savoie). C'est parti pour le vélo ! Samedi 4 août 2018 19h 30, hôtel de Brig (Suisse). Repas. Le doc nous raconte ce qu'il a mangé le 25 août 1998. Dimanche 5 août 10h, quelque part en Suisse. Le peloton roule puis s'arrête brutalement dans un bruit de freins... Une chute ? Noon ! C'est la Joëlle qui a vu une fleur sur le bord de la route. - Dis-déonc méon Gillou, et si on en mettait des comme ça dans le jardéin ? Lundi 6 août à 22h. La douche est prise, le repas terminé, on va se coucher. Les compresseurs se mettent en route, ils ne stopperont qu'au petit matin... Les fenêtres des chambres, ouvertes, se ferment et s'ouvrent au gré des ronflements. Lundi 6 août à 22h 01. Une porte grince dans la nuit, et... un fantôme apparaît dans l'encadrement ! Un fantôme ? Noon ! C'est le Marco de la poste qui sort de sa chambre avec son drap sur la tête ! - Marco ! qu'est-ce que tu fais dans cette tenue ? - Peux pas dormir avec ces ronfleurs, j'descends à la réception ! Mardi 7 août midi. La pause ! Le doc nous raconte ce qu'il a mangé le 25 avril 1987, Mimi cause, Marie rit, Marco du bâtiment se tait, Bernard se tait encore plus fort ; quant à moi, j'ai déjà dépassé mon quota journalier de phrases (6 hors périodes scolaires), je suis donc hors-forfait. Mardi 7 août soir. Le repas ! Jacky reprend un dessert. Mimi est muet. Comment ça MUET ? Souffrant ? Noon ! Il mange. Mimi est bien élevé, il ne cause pas en mangeant. Demain le petit déjeuner est servi à 7h. Mercredi 8 août vers 3h. Les premiers se réveillent, ils ne se rendormiront pas. Les compresseurs compriment, leurs voisins dépriment. Mercredi 8 août vers 5h. Les insomniaques se lèvent et commencent à trafiquer dans leur sac ce qui réveille Mimi. Et quand Mimi est réveillé... il cause. La journée est lancée. Mercredi 8 à 6h45. Je n'ai que 15 minutes d'avance au petit déjeuner, je suis donc le dernier. Tant pis pour moi. Départ prévu à 8h. Mercredi 8 à 7h30. Je n'ai qu'une demi-heure d'avance, tout le monde est donc déjà parti... Mercredi 8 à midi. A table ! Le cubi de Kiravi (le troisième) pisse à flots. Le doc nous raconte sa montée du col du Tourmalet le 27 juin 2002. Mercredi 8 à 19h 30. Buffet à volonté ! Jacky en est à son 4ème dessert, entre 2 bouchées Mimi est intarissable, le doc nous raconte son repas du 2 juillet 1998 au Gerbier des Joncs. Mercredi 8 à 20h 30. Jacky ne peut plus boire... il n'atteint plus son verre (le ventre repousse la table). C'est le signal, on se lève tous de table. Mercredi 8 à 21h 30. Les compresseurs attaquent leur nuit. Mardi 14 août 7h 10 Trieste. Le vélo est fini, les camions chargés, les petits déjeuners avalés. Le départ était prévu à 8h, on a à peine 1h d'avance... on est donc limite en retard. Jacky ne se sent pas d'attaque pour conduire (il faut dire que Mimi a pris place à droite du chauffeur, alors forcément...). Daniel, courageux, prend la relève, de toute manière il n'entend plus grand chose de l'oreille droite, il est donc tranquille.

83.

Gilles PEYRARD

supprimer 15.08.18, 19:21

Mon "Thonon/Trieste" Le samedi 14 Avril 2018, lors de ma rencontre inopinée et désastreuse contre "Satanas" le chat noir et blanc, je savais de suite que pour moi, tout espoir de pédaler pour ce raid était terminé, et je n'avais pas besoin de radio pour comprendre les conséquences de cette grosse chute...et ce n'étaient pas 6 misérables sorties depuis le 14 Juillet qui pouvaient me donner le moindre espoir! monter un col alpin, c'était mort… alors, tant pis, ou plutôt tant mieux, je passerai de l'autre côté du décor, et me transformerai en conducteur logisticien cuisinier intendant interprète et psychologue! on rajoutera manutentionnaire de valises excellent exercice de rééducation pour mon épaule convalescente! J'ai participé à de nombreuses expéditions de ce genre, 3 fois Bussières/Nether Kellet dans le Lancashire, Feurs/Olsching, Traversée des Alpes Thonon/Menton et Hendaye/Cerbères, mais à chaque fois sur le vélo bien chouchouté. Il était finalement grand temps de passer de l'autre côté du décor, Malgré mes injonctions la veille du départ pour laisser mon vélo à Feurs, mes amis l'ont coincé dans la voiture au grand dam des occupants de la banquette du milieu, donc ils se sont punis tout seul! Je ne voulais pas me mentir à moi même, impossible d'escalader le moindre de ces cols! Alors zou, c'est parti comme ça, et je ne regrette rien. J'ai pris beaucoup de plaisir avec Jacky, le Roi de l'organisation et de la conduite en montagne, le cador de la popote et du maniement des tables et des bancs, heureux de rendre à la Squadra ce qu'elle m'avait offerte au préalable. J'ai donc eu tout le loisir d'observer les 16 pédaleurs! D'abord Marie Claude! "la colombienne de St Cyr de Vallorge", la reine des cimes, celle qui a tenu la dragée haute aux cadors au pied du podium à chaque col. Je revois son sourire à 2760m au Stelvio, qu'elle a eu tout le temps, même après la perte de son compteur en pleine descente du 9° jour! Joëlle, on la connait! elle a géré, sous l'œil attentif de son Gilou, quoi que, elle était souvent loin devant lui! Quel courage! jamais une plainte, et elle est arrivée en haut des "Longères", pourtant le plus dur des plus durs! Il faudrait un livre entier pour parler de Gilles "Pouet pouet"! on a failli le perdre dès la pause de midi du J1, il a cassé 3 fois sa chaine il a usé ses plaquettes, il s'est gouré sur l'itinéraire, a fait bouillir Jacky, mais il nous a bluffé plus d'une fois, ne serait ce qu'à l'arrivée du 8° jour pour trouver le village étape, peu après Michel météo et moi! Son sourire permanant, et son appétit redoutable nous a étonné vraiment. On pourra en dire plus tard lors de nos randonnées grâce à lui! Michel météo "les grosses cuisses", a ébloui de sa classe pendant toute la traversée! pas une erreur de trajet, et premier sur tous les cols! mais aussi, premier à table, et là, pas pour rien! je ne sais pas où il met tout ce qu'il avale….Sont short flottant a fait des ravages. Daniel, là c'est la classe inébranlable! le Bianchi a répondu présent; jamais lassé de montés de cols, il en a même rajouté une de plus, pour le fun, pour "mettre mes roues en Autriche" à partir de Pontebba pendant que nous savourions tous la mousse réparatrice traditionnelle de fin d'étape. Son tracé était parfait. Merci encore. Il aime toujours autant les pastèques!!!!! Philou a encore été magnifique de facilité et de bienveillance. Il fait parti des coissous de la bande certes, mais il mérite un grand bravo; et ce d'autant qu'il a souvent mal dormi, faute aux scieurs de bois nocturnes qui tombaient souvent dans sa chambre! il ne s'est jamais plaint, et pourtant, il y avait de quoi…. A Panissières, il y a aussi René "la Sky" aux belles moustaches! on a bien souvent entendu des "Bon Dieu", mais il n'a rien raté! son genou bio ionique a tenu bon, au grand étonnement des chirurgiens orthopédiques….il faudra qu'il me donne la thérapeutique adaptée! Roger, lui, a fait très fort! le seul a avoir crevé au premier jour, il a aussi perdu le compteur de suite! son silence lui a coûté un col de plus après Valgardéna par erreur de trajectoire, et il a reçu le déluge en punition ultime! son nouveau Lapierre orange fluo a fait merveille une fois sa hauteur de selle réglée. Paulo, lui, on le connait! sans bruit, d'une efficacité redoutable avec son plateau asymétrique et son GPS toujours en vue. C'est un grimpeur, il l'a prouvé! et courageux, il a fait les 1000km du retour les jambes coincées dans mon vélo sans rien dire! en plus on a envahi sa maison la veille du départ et à l'arrivée où l'accueil était parfait! Notre Jean Paul de Cléppé, je l'ai découverts! il m'a scotché! de mieux en mieux au fil des jours, il finit au top niveau! sans bruit, efficace dévoué, costaud comme pas possible, il m'a souvent tiré d'affaire avec la remorque et les gros bidons de 25kg d'eau! et tellement gentil. Gilou, lui, comme il dit, "il a bien géré", sauf la cabriole le 9° jours dans les eaux du torrent avec lumbago en punition…. il a très peu goûté de la voiture balai, et en bon président, bien pris soin de tous. Il a finit sur le vélo à Trieste malgré la douleur! Bernard avec son flegme britannique a été de mieux en mieux de jour en jour malgré un dos récalcitrant. Son courage a été exemplaire toujours content toujours vaillant, un grand bravo à lui. Mimi 042, je l'ai suivi de très près en tant que voiture balai! toujours le bon mot, il a beaucoup parlé, mais bien bataillé, sans grimace autre que le sourire! sans lui, on n'aurait sans doute jamais trouvé l'hôtel de Trieste et couché sous les ponts. Il a fait très peu de passage chez moi, preuve d'une abnégation incroyable. Hervé, il a fait honneur à mon Cannodale! merci à lui, le cheval attendait son maître, il l'a trouvé! toujours souriant, et en véritable cow boy, il sautait du vélo à la manière de ces cavaliers aventuriers du far West; dans 3 mois, ce sera la retraite, et il va en faire des sorties mon Cannondale! Marco de la Poste, les cheveux au vent, a bravé toutes les difficultés arque bouté sur le vélo, tirant un gros braquet. Ses nombreuses étapes du tour l'on aidées à se forger un mental de feu. Jamais en retard le matin, son sac conditionnant le chargement du coffre! Marco du bâtiment retraité, il est hors norme! son physique de rouleur ne laisse pas augurer de sa capacité à monter sur les cimes, et pourtant, il y est de mieux en mieux lui aussi! il m'a ébloui! et il a bien mangé, ha oui, ça c'est sûr. Le rire toujours présent, sa performance est superbe. alors, vous me direz, "et le parcours dans tout ça"? en Mercédès à remorque, pas trop difficile, et surtout avec une boite auto!! même si il a fallu piloter dans les milliers d'épingles à cheveux! surtout les 46 de la descente du Stelvio dans une circulation de dingues. Et puis la descente de fous sur une route étroite tortueuse pour descendre au plus vite ravitailler en eau les troupes au lac Majeur, où d'ailleurs ils n'ont pas résisté à piquer une tête, il faisait presque 40 degrés. Il y a a eu ce fameux tunnel en S noir de chez noir, étroit à ne pas croiser un chat, où moi le mécréant, j'ai prié les Dieux pour que personne ne vienne en face, la main sur le klaxon, et quel ouf en sortant de la nuit! Les Alpes suisses italiennes, les Dolomites, ont des pentes terribles, effrayantes parfois. Pour moi, le plus beau restera les Tré Cimé de Lavarédo, ou col des Longères, qui sera inoubliable, malgré les "pronto" et vite les "subito" du garde du parking exigeant que je range la voiture de suite! un vrai taureau… il avait même l'anneau dans les naseaux…. Il faut parler de l'orage brutal en dessus de Valgardéna, 6 cyclo se jetant dans mon véhicule, et les falaises crachant d'un coup des torrents d'eau incroyables. Mes pieds eux aussi, ils se souviendront des 45 min d'attente à 2km de Belinzona sur un parking en plein soleil! et la nuit qui a suivi à l'auberge de jeunesse ou Michel météo s'est trouvé fermé dehors et a dormi dans un camion! la perte de Mimi au col du San Bernardino, et un gros coup d'adrénaline pour moi! on arrive toujours à se faire comprendre en traversant une partie de l'Europe, avec un peu d'anglais d'allemand et surtout de langage des mains et avec le sourire qui aide bien. Mais, en ce qui me concerne, l'arrivée des cyclos à l'hôtel de Trieste sera LE moment fort! les yeux humides les gorges nouées d'émotion, les accolades, les regards; les coquins, ils m'ont fait tirer quelques larmes! oui, ce qu'ils ont fait, peu de gents l'on fait, peu le feront! la Squadra l'a fait, et tous sont sains et saufs, la tête pleine de souvenirs à vie, et qui font oublier les douleurs endurées et les courbatures de nos vaillants cyclos. La solidarité existe encore de nos jours, ça fait du bien. Encore Bravo à toutes et à tous Gilles "le Doc"

82.

Gilles Duffay

supprimer 15.08.18, 14:04

La nuit a été bonne aussi, mais toujours ce satané mal de dos en me levant. Je suis donc exempté de vaisselle.....pour instant.

81.

Gilles PEYRARD

supprimer 15.08.18, 13:01

oui, mon commentaire viendra! mais bon sang, que mon lit a été bon cette nuit! 22h 8h45 non stop! et pas un seul virage sdans mes rêves! Gilles "le Doc"

80.

GILLES DUFFAY

supprimer 14.08.18, 22:41

Nous sommes de retour dans le Forez depuis ce mardi soir à 19h15.

79.

Gilles Duffay

supprimer 14.08.18, 08:26

Problème de wifi à Trieste, donc pas de commentaire. Nous nous sommes levés à 5h30 ce matin pour charger les vélos. Petit déjeuner à 7h et départ à 8h. A 8h30 Nous sommes maintenant à 915 km de Feurs. Je pense que le doc fera un commentaire en rentrant.

78.

Gilles Duffay

supprimer 12.08.18, 23:02

Le site n'a pas son aspect normal car il est très difficile de réguler à partir d'un smartphone.

77.

Gilles Duffay

supprimer 12.08.18, 22:54

Pas de commentaires ce soir car la wifi est récalcitrante. Nous sommes a 180 km du but et nous passons en Slovénie avant d'atteindre Trieste.. Ce soir c'était la fête a Pontebba et certains y sont allés,ils ne faudra pas qu'ils se plaignent,si les jambes font mal

76.

Gilles PEYRARD

supprimer 11.08.18, 19:16

J8..... il y a des fautes sur mes mots, car le temps est court pour écrire. les journées passent tellement vite. Ce soir, on se sent au bout du monde, même si depuis 3 jours on a l'impression de tourner en rond autour des Dolomites, mais franchement ça vaut le coup d'oeil et le coup de pédale! Si vous ne savez pas où passer les congés, cette destination est à mettre dans un coin de votre tête. Alors hier je disais que le Passo di Giau était le pire des cols, mais en fait non..... ce matin après le Trécrocci déjà bien sévère, les cyclistes ont découvert la TERRIBLE INCROYABLE EFFROYABLE montée des Tré cimes de Lavarrédo........ oui, je n'ai pas vu une telle montée, à l'image du prix du péage (30 euros)! 18% voir plus de 20%.... non, pas de fautes de frappe, vous lisez bien! et les courageux sont arrivés au sommet où un Cerbère désagréable faisait parquer les voitures; mais quelle vue! géniale. La suite comme toujours, le repas de midi et la difficulté de trouver un coin acceptable. La bouteille de gaz fait des siennes.... mais on a pu faire la vaisselle! L'arrivée à l'étape a réservé la surprise de perdre les cyclistes sauf notre "gros bébé pouette pouette" et michel météo qui n'a besoin de personne. les 2 hôtels distant de 5km sont d'un niveau surprenant vu les luxueux des jours avant, mais vogue la galère.... Chapeau bas à nos cyclistes qui sont de vrais héros Gilles "le doc"

75.

Gilles PEYRARD

supprimer 10.08.18, 16:37

J7, déjà! Aujourd'hui était une journée spéciale, avec une étape courte certainement inspirée du tracé du tour de France 2018, Certes mais sacrément dure; les cols se sont succédés, et le tout dans l'exceptionnel décor de Dolomites, et croyez moi, on a touché au sublime! certes les guiboles de nos baroudeurs s'en souviendront, mais comme l'arrivée à l'hôtel est précoce, ils auront le temps de récupérer. Départ d'Arabba gonflés à bloc, et zou, montée de 5 Km au Passo di Campolongo pour descendre sur Alta Badio, autre lieu célèbre pour le ski. En fait, les grandes stations des Dolomites sont très proches, mais séparées par les murailles verticales des Dolomites et les col tellement célèbres qu'on finit par tout mélanger! Un gros chantier arrive, avec la montée du Passo di Valparola 2196m. Les mollets souffres, la fraicheur météo du jour aide à passer les pourcentages de 13 à 15 pour cent. Le chapelet s'égraine, les premiers sont déjà à la pause de midi au col de Santa Lucia 1435m que "notre gros bébé" est encore dans les pentes, ce qui lui vaudra une erreur de trajectoire et un sauvetage de Jacky qui au prix d'une descente infernale la retrouvé dans la Pampa! Mais le plat de résistance tant craint de tous arrive.... le Passo di Giau 2232m et ses pentes épouvantables sans répit.... là, je ne peux que dire mon immense respect d'avoir vu arriver les copains au sommet, souriant pour quelques uns ou une, et bien blanc pour les autres. Le décors incroyable a fait digérer les souffrances, on se croirais sur une autre planète, les photos seront géniales, et les souvenirs inoubliables. J'avoue, je suis passé à beaucoup d'endroits magiques, mais là, je n'ai rien vu de plus beau. Demain, nouveau chantier, et partie de batteuse en vue! Gilles "le Doc"

74.

Gilles PEYRARD

supprimer 09.08.18, 22:00

J6, une journée du tonnerre!! je dois dire que cette journée va rester dans les anales de la Squadra; d'abord par la beauté du parcours et l'entrée dans les Dolomites, j'attendais tellement ce moment depuis des années, que par les anecdotes infinies à raconter dans les chaumières au coin du feu! le feu d'ailleurs René, il l'aurait bien apprécier en haut du Sella Pass dont les derniers km se sont réalisés sous un déluge de pluie et d'éclairs. Ma voiture affichait complet.... Mais il y a eu pour nos cyclistes une navigation périlleuse à Bolzano, et Roger a trouvé le moyen de rajouter un col par inadvertance, sous la pluie, en se fourvoyant sur le nom du col au dessus de Valgardéna! mais bon, tout est bien qui finit bien, et les 2 hôtels du jour (groupe à 500m les uns des autres) sont hyper classe! et on ne parlera pas du repas de ce soir qui a fait l'unanimité par sa qualité. Demain étape courte mais musclée. Après Valgardéna aujourd'hui, ce sera Cortina d'Ampézo.... quels nom mythiques pour les skieurs et cyclistes. Ha au fait, Mimi a enfin investi ce soir dans une parie de gants neufs, les rats avaient dû apprécier les siens! A demain Gilles "Le doc"

73.

Gilles Duffay

supprimer 09.08.18, 22:00

J'avoue que Marie-Claude est impressionnante de facilité. Aujourd'hui,elle a gravi la fin d'un col sous la pluie et a fini l'étape ,personnellement avec de nombreux autres cyclos,j'ai mis le vélo sur la remorque.Michel météo,prive souvent Daniel de la plus haute marche du podium. Il aura sans doute à la fin du séjour le maillot jaune et le maillot à pois

72.

laroche maryse

supprimer 09.08.18, 13:52

Elle est pas un peu fière Marie Claude et elle peut l'etre. Félicitations à elle et à tous ces fous du vélo sans oublier l'autre folle!!!!! Par contre il faudra par faire votre bronzage ;on se demande qui sont ces martiens qui font trempette dans le lac! Et il ne faudrait pas oublier les deux chauffeurs et intendants qui ont bien du mérite. On apprécie bien les commentaires,cela permet de vous suivre un peu et on les attend avec impatience. Quant à nous aujourd'hui on revit ;un peu de pluie et de fraicheur. Ouf!!!!!

71.

Gilles PEYRARD

supprimer 08.08.18, 22:28

J5. Une étoile est née sur le pentes du Stelvio, et elle a illuminé la montagne de son sourire et de sa classe qui n'ont d'égal que sa gentillesse, et oui, notre Marie Claude a dompté le montre de 2760m, avec une élégance et une facilité incroyable, et surtout un sourire permanent. Et en plus, elle finit 4°, au pied du podium! j'ai à peine eu le temps de garer mon véhicule que la foule innombrable (et là c'est vrai, que de monde...) s'est tue en la voyant arriver! les 3 cadors en ont presque avalé de travers leur boisson en la voyant passer ce col. Bravissimo, la cima Coppi est pour elle! Bon sinon je dois dire que la nuit a été réparatrice vu la fraicheur d'altitude, mais nous avons eu (les chauffeurs) un début stressant car tous les 2 on s'est retrouvé stupide avec l'attache de la remorque, 30 min pour comprendre qu'on est complètement stupide, et que la simplicité et la logique nous a été étrangère. Merci Philou! On passera sous silence l'épopée de notre gros bébé, et de l'étourderie de trajet de Mimi. La nourriture du soir a calé les ventres.... pour quelques heures, avant l'entrée dans les Dolomites et l'escalade de cols mythiques. La nuit va tout réparer Gilles le Doc

70.

ROLLAND Gérard

supprimer 08.08.18, 18:33

Aux forçats de " Thonon / Triestre " En regardant votre hotel ( sympa ) "Le Paradiso " ou vous dormirez ce soir,j'ai vu sur la pancarte de l'hotel que l'apéro était offert ……! Après avoir escaladé le Passo di Santa Maria,...puis le Passo dello Stelvio….! et encore le Passo delle Palade ……! je pense que vous l'avez amplement mérité ……..! Vous etes vraiment trop forts …..! Bravo à tous ,bonne continuation , et soyez prudents, le "doc " a assez de boulot comme ca …..!

69.

Gilles PEYRARD

supprimer 07.08.18, 21:34

J4, à l'assaut des cimes et des plus de 2000m d'altitude. La nuit a été anxiogène avec un orage incroyable jusqu'à 6h du mat; mais la chance sourit aux audacieux, et la météo nous a épargné! et il le fallait car les cols à 2300m se sont succédés. Et j'avoue que les cyclos font preuve d'une forme incroyable avec mention très bien pour nos 2 gazelles qui caressent les pédales tout en jacassant sans cesse, et sont si proches du podium.... incroyable. Ho bien sur, il y a quelques bobos sur des zones sensibles, mais je tairai le nom des malheureux! l'altitude a donné des appétit d'ogres et le repas de ce soir a été au delà des espoirs les plus insensés.... gare aux kilos... quoi que vu les efforts, pas de crainte. Les paysages sont juste somptueux, et on a une pensée pour les victimes de la canicule ligérienne car ici il faisait frais et ensoleillé. Les cols du jour:Passo des Majola 1815m passage à St Moritz et son luxe et sa circulation avant le Bernina 2338m, et le Forcola di Livigno 2315m et en digestif le pass d'Eire 2208m et le passo di Foscagno 2289m. Bref, le repos sera le bienvenu et on est à 1600m au frais, NOUS!! Demain Stelvio le monstre annoncé comme la "cita Coppi" du raid Gilles le Doc

68.

Gilles PEYRARD

supprimer 06.08.18, 21:26

J3! Quelle nuit qu'on a passé.... entre les éclairages alternatifs des couloirs, les levers pipis, et pour l'un de nous une nuit dehors et dans une benne de camion, tout le monde était pourtant en avance au petit déjeuner, armés pour en découdre avec les pentes redoutables qui les attendaient! Alors, le train bleu par de Bellinzona (en fait en haut du lac Majeur, Même Google l'ayant confirmé ce soir non sans palabres laborieuse). L'approche du col du San Bernardino a été faite à grand train sur une route calme. Mais les velléités sérieuses débutent, et le chapelet des coureurs s'égrainait progressivement, sur des pourcentages terribles. Les 2 gazelles chatouillaient les pédales alors que les autres semblaient vraiment souffrir. La chaleur faisant le travail de sape. Au sommet, les mines réjouies en disaient long. Et la descente vertigineuse nous a fait rappeler qu'un des cyclos étaient encore en haut! oups.... gros coup de stress, mais tout rentre dans l'ordre à la pause repas gérée de main de maître par Jacky. La météo fait vite partir les survivants, pendant que les fatigués sont punis de corvée de plonge, et devront subir ma compagnie.... La montée suivante semblait un monstre, le Splügen pass, mais en fait, on a eu tout le loisir d'admirer les pédalages de tous dans un paysage grandiose. Pose fraicheur houblon en bord d'un lac de montagne et descente interminable à Chiavenna où nous sommes hébergés. Repas très calorique, et marche digestive... avant la nuit qui on le souhaite tous sera réparatrice. Gilles "le Doc"

67.

GILLES DUFFAY

supprimer 05.08.18, 21:17

Comme j'ai oublié de prendre les codes du site , il m'est difficile de mettre des photos, mais je vais essayer de résoudre le problème

66.

Gilles PEYRARD

supprimer 05.08.18, 20:39

J2 les galériens sont arrivés à Bellinzone non sans avoir escaladé le Simplon et le Sant maria di majore arrivé en bord de lac de Locarno, les cadors n'ont pas hésité une seconde à plonger dans les eaux limpides et fraiches au prix de quelques figures de styles! Le Simplon, 22km abruptes qui au fur et à mesure permet de découvrir les hauts sommets les glaciers. Les parre avalanches ont été appréciés car ombragés!, 20 degrés à 2000m et pas un souffle d'air. Des applaudissements, mais pour des trailles qui courraient à travers les montagnes! spectateurs ingrats!. Descente infernale interminable et de plus en plus chaude pour arriver au ravitaillement ombragé et ses 35 degrés. Vaisselle mieux qu'à la maison, et zou, ça repart en pleine chaleur, sans un souffle d'air, pour remonter à 1000m à Santa Maggiore. Pointage des cartes. Et après un col muletier, c'est une descente incroyable, sur route à la limite du praticable pour nos véhicules à remorques, qu'on fait à bon rythme histoire de ne pas perdre les cyclos qui eux ne stoppent jamais l'effort! quel courage! Les eaux turquoises du lac de Locarno nous ramènent à la réalité de la civilisation... et c'est là qu'est l'os.... car nos 2 camions se perdent, les cyclos se baignent et 2 filent leur chemin! verdict, une interminable attente pour moi en périphérie de Bolzano, et sans carte sans GPS, sans parler italien, j'ai réussi à retrouver les vélos, et la route de l'auberge de jeunesse.... OUFFFFFFF........ et quelle soif à l'arrivé, telle que j'aurais bu toute l'eau du lac! Les dortoirs sont surpeuplés et surchauffés! la nuit va être.... super cool! Mais rien ne fait peur à la Squadra, alors, tout va bien, et vogue la "galère" Gilles le Doc",

65.

Gilles PEYRARD

supprimer 04.08.18, 21:27

Thonon Trieste J1! 4h30 Feurs avant le chant du coq, les 18 participants s'entassent tant bien que mal dans les 2 véhicules pleins comme des oeufs! et les oueds allaient cuire dur très vite vu les températures de ce début Août caniculaires. La circulation était annoncée catastrophique, mais on n'a vu personne et à 8h la troupe s'échauffait (!!!!!???...) sur le port de Thonon. Une collation, et les 16 braves se mettent à l'ouvrage pendant que Jacky et moi même on fait un tour de funiculaire pour admirer la vue d'en haut et nous dégourdir les jambes, car la journée sera longue. on n'a plus revu nos cyclos jusqu'à la pause de midi qui a eu lieu à 13h... la faute à une déviation dès le début qui nous a amené pour nous 2 au magnifique col du Corbier et pour rejoindre la route prévue et le pas de Morgins, où la douane est franchie sans encombre, et sans écraser de douaniers "qui n'avaient RIEEEN DIT"! on trouve un parking pour installer les tables, sous une température frisquette de 33 degrés, et on atteindra les 38 plus tard. 15 cyclos présents..... et un perdu dans la Pampa, retrouvé 2h plus tard par le plus pur des hasards....... Les forçats du bitume sont écarlates assoiffés fatigués, mais tel des braves, ils repartent au combats, et attaquent les 100km monotones de la vallée du Rhône jusqu'à Brig, ville étape du jour, avec des arrêts fraicheurs qu'on a su leur offrir. Les vignes hélas n'offraient ni ombre ni liquide, quelle tristesse quand même. Je ne vous décrirai pas les assiettes du repas du soir, vu que les serveurs pourront les réutiliser sans les laver, car qu'il n'y restait RIEN DU TOUT..... En levant le regard sur le pas de la porte de l'hôtel, on voit les rampes infernales du Simplon, mais pour ça, ce sera demain après une grosse nuit de sommeil dans nos chambres douillettes climatisées! Voilà, c'est tout pour cette journée de rodage; demain un gros chantier, et passage de Suisse en Italie pour finir en Suisse! Gilles "le Doc"

64.

Gilles Duffay

supprimer 03.08.18, 12:16

Salut Gilles Si tu veux passer des cols dans les Alpes il faudra que tu le fasses à la façon cyclotouriste et non pas à la façon cyclosportif. Je suis persuadé que tu y arriveras....!!!

63.

Gilles PEYRARD

supprimer 03.08.18, 12:07

Demain départ aux aurores pour être vers 8h au port à Thonon et départ le plus rapidement possible pour les « raiders » Comme pour moi, j’envisage un strict minimum syndical (c’est dire !) j’ai été roulé ce matin pour inaugurer mes vacances. Le hic, il est de taille et y en a même 2 ! La chaleur qui épuise l’organisme et les nuits blanches, et les sorties vélo qui seront au nombre de 6, ça ne me permettra pas de faire le cacou ! J’ai fait un dur retour sur terre aujourd’hui ! et en plus, je deviens vraiment con, car j’ai certes déjeuné, mais pas assez, et que de l’eau dans les bidons avec 1 barre de patte d’amande et un gel ! pas assez, car on ne mange pas trop ces jours ! verdict au km 50, panne d’essence, et la fin a été laborieuse, avec aussi du vent qui te finit pour de vrai. J’ai mal aux cannes et fatigué comme si j’avais fait 150km…. Donc, quand je lis le programme des 10 étapes, je ne me fais aucune illusion, c’est mort c’est trop tard ; le vélo sera dans la housse, sortira t’il ??? pas certain, il faut savoir être réaliste et honnête avec soi même…. HELAS ! Donc départ à la fraiche (enfin, la fraiche….), mais du vent dès 7h15 ! parcours : Bussières St albin Violay la croix Cazard Tarare col des Cassettes, Valsonne col du Pilon les aveugles, et je prend la rapiole pour prendre la route touristique dans les bois en corniche, qu’est ce qu’elle m’a semblé longue, puis direction les Sauvages et son mur à 12% passé calmement, le pin Bouchain les crêtes Violay Bussières. Comme on peut le voir, rien de dur, un travail d’endurance car peu de répit, mais pas de pourcentages dignes du moindre col alpin, et pourtant, je finis cuit alors que le compteur indiquait 28° à 11h chez moi ! 82km 1150m D+ 3h44 d’effort Voilà qui est fait, le test à donc rendu son verdict, et il n’est pas bon du tout Gilles « le Doc »

62.

Gilles PEYRARD

supprimer 01.08.18, 16:44

Je dirais quand même pour une fois, « merci le vent » qui m’a évité de suffoquer sur le goudron fondant cet après midi ! les peu d’endroit où il ne soufflait pas, c’était l’impression de rentrer dans un four en mode pyrolyse ! ceci dit, même en faisant une boucle, je l’ai eu 90% du temps défavorable le vent, histoire de travailler la tête ! Rien de folichon à dire, rien de nouveau sur le physique proche du néant ! 64km 840m D+ 22.8 km/h Bussières RD1 St Albin (je passe par là pour la vue et un échauffement progressif) St Agathe Montchal le Chêne, Violay les crêts, le pin Bouchain Machézal Chirassimont Fourneaux Croizet St Just Ste Co le Remblai retour par la forêt des œufs le bled et 1 tour du circuit. En arrivant, je ruisselais de sueur. Gilou va dire qu’à 72h du départ on doit se reposer….. mais pas moi ! vu mon niveau et ce que je vais faire, pas de risque, au contraire ! D’ailleurs, vendredi matin je vais rouler, départ à la fraiche ! car oui, je suis en vacances jeudi 20h ! Gilles « le Doc »

61.

Michel Gagnard

supprimer 01.08.18, 09:54

Merci à Daniel pour tous tes commentaires, ça me rappelle des souvenirs... et me donne furieusement envie d'y retourner l'an prochain ! Petite précision : nous n'avons pas couché dans la salle de prières de la mosquée mais dans un local attenant à cette mosquée. Je ne comprends pas pourquoi Daniel s'évertue à me suivre dans mes pérégrinations... en effet, j'ai été le premier à lui "imposer" un Mac Do il y a 6 ou 7 ans de ça (au moins Lons-le-Saunier et Albertville, j'ai des photos et même un bout de film) mais aussi le premier à le "forcer" à manger du lyophilisé... Je dois dire que Daniel devant son "muesli aux fruits rouges" a été un temps fort pour tout le groupe... Il faut aussi avouer qu'il a raison... moi non plus je n'ai pas réussi à en manger plus d'un.

60.

MAUGE Daniel

supprimer 01.08.18, 02:11

Rudbarak (Iran) Lundi 23 juillet 12h. Le pick-up nous dépose à la maison de la montagne où nous prenons un repas en attendant le mini-bus qui doit nous emmener à 250 km d'ici, à Polour, porte d'entrée du parc régional du Damavand. Il est en retard sur l'horaire prévu par Michel. Malgré la célérité du chauffeur et l'appui incessant de son klaxon, le retard ne fera que s'amplifier. Il faut dire que la route que nous prenons, conduit aux plages de la mer caspienne et est très encombrée. Partout des travaux, des chantiers : routes, maisons, immeubles. Je suis surpris de toute cette activité . Je croyais l'iran asphyxié par l'embargo américain...Lorsque nous arrivons à la maison de la montagne de Polour, nous trouvons les trois 4-4 qui nous attendait depuis plus de 2 h pour nous monter au refuge de la mosquée Coosfand Sara à 3050m . Encore des formalités pour l'enregistrement de nos permis d'ascension et enfin, nous partons.....oui, mais pas bien loin...A l'entrée de la piste conduisant au refuge, un jeune gardien avec une barbe islamiste sort de sa guérite et stoppe le convoi. Palabres avec les chauffeurs...Il exige que nous soyons deux 4-4. Nous nous entassons dans deux, et le troisième 4-4 s'en retourne à Polour. C'est OK on peut partir ? non....Maintenant, l'arrogant barbu exige autre chose Quoi ? Michel ne comprend pas. Re- palabres avec les chauffeurs....Re-Re coups de téléphone.....Le barbu ne veut rien savoir, la situation est bloquée et la nuit arrive......quand, venu de je ne sais où, intervient un jeune homme, élégamment vêtu, calme et courtois, parlant couramment anglais. Manifestement, c'est quelqu'un d'important. Il écoute, passe un coup de fil et donne ses ordres sans un mot plus haut que l'autre.Il dit à Michel que le refuge nous attend, que nous dormirons dans la salle de prières de la mosquée et qu'il sera possible de nous restaurer et il nous souhaite aimablement un bon séjour.....Il fait nuit noire lorsque nous arrivons au refuge de la mosquée Coosfaud Sara à 3050m. Après une nuit courte mais bonne, le lendemain mardi 24, afin d'alléger nos sacs, nous laissons à ce refuge des affaires pas indispensables, et donnons à porter du matériel lourd -tentes, gaz, etc aux muletiers afghans qui font " la saison" sur le Damavand.. Puis, nous gagnons à pied le refuge Bargah Sevom 4250m où nous installons nos 5 tentes sur des terrasses aménagées. Ce sera notre dernier camp de base avant de nous lancer à l'assaut du sommet.Nous avons désormais 3 jours pour tenter l'ascension . Un guide kurde qui conduit 3 espagnols, nous signale qu'une perturbation est annoncé pour le lendemain mais comme elle semble passagère, il pense monter. Michel est d'accord pour une première tentative dès demain. Le lendemain mercredi 25, c'est le grand jour pour tous sauf pour Edith qui préfère rester sagement au camp de base. Bob est parti à 5h, le reste du groupe part à 7h.Techniquement, l'ascension du Damavand ne présente aucune difficulté. Il suffit de suivre au plus près une arête rocheuse qui court du refuge Bargah Sevom pratiquement jusqu'au sommet 5671m. A sa droite, un névé impraticable, à sa gauche un très long pierrier réservé pour la descente. Le soleil qui nous réchauffait agréablement au départ, se voile peu à peu, le vent se lève poussant les nuages, la température fraichit et vers 4800m, nous enfilons goretex, bonnet et gants. Une première giboulée de grésils à 5000m. A cette altitude, l'oxygène devient rare et nous n'avançons qu'à petit pas, plutôt façon tortue que lièvre . Maintenant, le sommet pourtant proche est entièrement dans la brume et le vent rabat sur nous les fumerolles qui s'échappe des flancs à proximité du sommet. ( le Damavand est un volcan éteint mais encore en activité).j'arrive avec Francis à 10h30 au sommet enveloppé dans une brume irrespirable, à l'odeur nauséabonde du souffre.Les giboulées reprennent de plus belle. Nous ne nous attardons pas et attaquons de suite la descente.Michel, son fils Pierre, Delphine, Anthony et Bob monteront eux aussi jusqu'au sommet. Françoise arrêtera à 5200m, Claude et Isa à 5000m. Sans doute, si le temps avait été beau, ils seraient allés jusqu'au bout....Comme annoncé, la perturbation était passagère et le soir, grand bleu, pas le moindre petit nuage dans le ciel.... Jeudi 26, c'était notre deuxième possibilité de tenter l'ascension.Mais, pas de candidats ! tous sont fatigués et souhaitent se reposer au camp de base. Quel dommage car aujourd'hui c(est grand beau temps.....Finalement, à 10h, Francis le tararien et moi décidons de le refaire, juste pour voir comment c'est la-haut par beau temps. J'avoue que je me suis bien vite rendu compte en montant que moi aussi j'étais très fatigué.Ce n'était même plus l'allure d'une tortue, c'était plus lent, c'était....une limace..! 5h pour atteindre le sommet mais la-haut, quelle récompense ! une vue sublime à 360°, de toutes parts des sommets de 4000m et plus qui nous semblent ridiculement petits,de profondes vallées où nous apercevons des bouts de ville, un lac d'altitude...Nous faisons le tour du cratère, désormais bouché et recouvert de neige sur sa face nord.Peu de vent, les fumerolles montent droit et ne nous gênent pas.Francis, photographe professionnel, multiplie les prises de vue.Nous conversons longuement avec des iraniens et iraniennes qui veulent absolument tous faire des selfies avec nous.Nous restons ainsi une heure à 5671msans voir passer le temps....Il faut bien finir par redescendre.Pour qui a le pied un tant soit peu montagnard, de bonnes chevilles, des genoux en état, et des quadriceps assez solides, la descente dans le pierrier est un jeu d'enfant. Les iraniens par ailleurs remarquablement équipés -vêtements,chaussures- , qui descendent tous avec l'aide de batons me regardaient tous ébahis, sans comprendre : Mais, comment il fait lui pour descendre sans batons tout tranquilou et plus vite que nous...??? Ce qu'ils ne pouvaient savoir, c'est que j'avais aux pieds la meilleure des chaussures,une paire de brodequins Chaverot de Violay, chaussures qui ne craignent pas la comparaison avec les stars du marché, Millet te autres grandes marques..... Vendredi 27, c'est le grand départ. Nous quittons notre camp de base 4250m sous un soleil à son zénith, pour descendre au refuge de la mosquée Coosfand Sara 3050m, et refaire le chemin en sens inverse: 4-4, puis mini-bus pour retrouver la fournaise de Téhéran, l'aéroport et l'avion qui nous ramène..... Finalement , ces jours sont passés bien vite. Je n'ai pas souffert de l'altitude, je n'ai eu aucun problème de "tourista", le froid des nuits à 4000m tout à fait supportable. M on seul problème a été cette nourriture lyophilisée .Moi qui ait horreur des céréales et qui boit un bol de café au lait chaque matin depuis 60 ans,j'ai bien cru ne pas arriver à finir mon sachet muesli framboise déshydraté.On aurait dit le petit dernier qui pichotte devant son petit pot blédina et la maman qui l'encourage : Allez mon chéri, une cuillère pour papa, une cuillère pour maman, allez une cuillère pour ton grand frère, allez mon chéri encore une, pour tonton..!!! J'ai donné le restant de mes sachets muesli à Pierre qui lui les a trouvé...excellent et j'en ai déduit que une fois de plus, j'étais inadapté et....inadaptable à la modernité.Pour tout dire, Je préférai nettement les espèces de cakes ou crèpes farcis des iraniens qu'ils partageaient volontiers fraternellement. Merci Michel pour ce séjour et chapeau bas! je ne pense pas qu'il y ait beaucoup de gens capables d'organiser de chez eux un voyage comme ça sans jamais être allé dans le pays.Bravo !

59.

GILLES DUFFAY

supprimer 31.07.18, 22:14

On a fait quelques cols des monts du Forez aujourd'hui.Le Barraccuchet, les Supeyres, le Chansert, le Béal et la remontée à St Bonnet. Maintenant, il faut se reposer...

58.

Gilles PEYRARD

supprimer 31.07.18, 15:52

sauf erreur de ma part, sur la vidéo du Stelvio, il y a 40 épingles! mais à priori ce n'est pas le versant qu'on prendra pour y monter! mais celui qu'on va descendre! les puristes me corrigeront si je me trompe. Quoi qu'il en soit, il faudra avoir de bonnes jambes et de bons freins! Gilles "le Doc"

57.

GILLES DUFFAY

supprimer 30.07.18, 21:46

le Stelvio à moto c'est pas mal à vélo ce sera autre chose et çà durera un peu plus longtemps. j'ai rentré tous les parcours sur mon gps et j'aurai le moyeu dynamo qui le rechargera en continu.

56.

GILLES DUFFAY

supprimer 30.07.18, 09:21

La Squadra est présente sur divers points du globe: le long du Danube,en Iran, elle sera présente également à la semaine fédérale de Epinal et en même temps sur les routes italiennes pour Thonon -Trieste. j'ai revu Daniel en chair et en os, Dominique n'aura pas à verser une rançon...!! Mon goretex compte à son actif un nouveau sommet d e plus d e 5000 m ...!! On attend la suite d e son récit, mais il faudra se coucher tard pour le voir aujourd'hui. il y aura sans aucun doute de nouvelles photos.

55.

Gilles PEYRARD

supprimer 30.07.18, 07:42

Je languis de lire la suite! ça me rappelle ma jeunesse d'alpiniste en Oisans et dans le massif du mont Blanc! j'avais renoncé une fois sur l'aiguille d'Argentière, chutes de pierres et de séracs! on était 3 potes, et un dogme établi: si un ne se sent pas apte, tout le monde doit suivre son avis sans rechigner! la sagesse en haute montagne est obligatoire. Et la haute montagne, c'est une sacrée école de la vie! qui m'aide encore à 57 ans pour mon travail, car on s'y forge un caractère indestructible (ou presque…) Gilles "le Doc"

54.

MAUGE Daniel

supprimer 30.07.18, 02:37

Voilà, je suis revenu d'Iran bien fatigué et...très content. Michel, le guide suprême nous avait concocté sur 2 petites semaines un programme qui prévoyait dans la première l'Alam Kuh 4850m et dans la seconde le Damavand 5671m, point culminant de l'Iran. Arrivés à Téhéran le mercredi 18, un minibus nous emmène ( Michel et son groupe soit 11 personnes) jusqu'à la ville de Rudbarak au pied du massif de l'Alam Kuh.Là s'arrête la route goudronnée. Nous prenons ensuite un pick-up qui va emmener hommes et bagages jusqu'au village de Vandarbon 2200m. Ce sera notre première nuit en iran dans une maison de la montagne, équivalent iranien des chalets du CAF en France. Le jeudi 19, nous gagnons à pied le refuge Sarchal 3750m, un refuge non gardé de 150 places avec point d'eau et toilette sommaire. Ce sera notre camp de base pour nous acclimater avant d'attaquer le sommet. Le vendredi 20, l'acclimatation continue : un petit sommet de 4100m proche du refuge.A notre retour surprise ! Le refuge s'est entièrement rempli....d'iraniens venus passer le WK entre amis ( Pour les iraniens, le WK est jeudi et vendredi) Le samedi 21, Michel nous propose d' aller reconnaitre la première partie de l'ascension et en particulier la montée au col de Chaloun 4350m qui lui semble délicate.Il faut depuis le refuge une longue et pénible marche d'approche sur la moraine pour arriver sur le glacier et le fond de cette haute vallée 4100m. Face à nous, le couloir à franchir pour gagner le col, point de passage obligé pour l'ascension par cette voie : 250 m de dénivelé en moins de 500m, une pente impressionnante...! Edith renonce et nous attendra là. Michel prend la conduite du groupe, je ferme la marche ( il faut bien un dernier..) , Bob le doc d'Autun et par ailleurs alpiniste confirmé me précède. La première partie est un pierrier où nous marchons à la queue leu leu dans les pas les uns des autres en faisant des S. Puis, quelques rochers affleurent dans le pierrier et ralentissent encore la progression du groupe. Enfin, dans la partie haute du couloir, il n'y a plus que du rocher. Seulement, c'est une roche friable qui offre très peu de prises sûres. Toujours dans l'ordre , nous passons un par un pour gagner à chaque fois quelques mètres sur la voie choisi par Michel. La progression ralentit encore. J' écoute scrupuleusement les conseils de Bob : " une prise pour ta main gauche ! une pour ta main droite ! là, le bout de rocher pour ton pied gauche! et, ainsi de suite ...! A moins de 30 m du haut, pour échapper aux chutes de pierres provoqués par nos camarades au dessus de nous, Bob et moi sommes contraints de légèrement dévier de la voie choisie par Michel et nous nous retrouvons bloqués en position inconfortable. Je n'ai que le bout du bout du pied droit sur une pointe de rocher et trois doigts de la main gauche accroché à une prise fiable pour tenir. Bob crie : " Michel, on est bloqués ! Envoie nous une corde , la 30m ! ". Mais, dans ces roches cassantes, Michel bataille à trouver un piton assez solide où amarrer la corde.Bob me dit " Tiens bon Daniel, la corde arrive..!" Je me concentre un maximum sur ma prise pour ne pas lâcher.......et débarouler de 300m......Les secondes paraissent... une éternité. Enfin, la corde arrive, nous passons l'un après l'autre les 20m délicat, les 10 derniers n'étant qu'une formalité pour gagner ce col de Chaoun 4350m .Là, nous nous octroyons un repos, buvons et grignotons. Plus de 2h30 pour passer de 4100m à 4350m...! Michel prend alors une décision : " Demain, nous ne ferons pas l'Alam Kuh .Ce passage est trop périlleux et trop couteux en énergie pour envisager faire la course entière jusqu'au sommet 4850m. Demain , quartier libre, jour de repos au refuge ou promenade, au choix....." Bob approuve : " En montagne, il faut savoir renoncer..." Mais , tout de suite, il faut redescendre, retrouver Edith sûrement inquiète, et rentrer au refuge.Michel nous place en binôme et dit :" nous descendrons deux par deux en laissant de l'espace entre nous et en observant attentivement où passent ceux qui nous précèdent." . Michel et Françoise ouvrent la voie, je fais équipe avec Anthony, un jeune prof de musique lyonnais et nous partons les derniers. Curieusement, la descente s'est plutôt bien passé sauf pour le guide suprême touché au mollet par une pierre et qui s'en tire avec un douloureux hématome, un moindre mal. Quand nous rentrons au refuge, il est quasi vide, les iraniens ayant terminé leur WK et regagné leur domicile Dimanche 22, quartier libre a dit le guide suprême.Perso, je décide de remonter seul jusqu'au glacier où nous avions laissé Edith , histoire de voir si je trouve trace de la voie qui nous aurait échapper la veille.Bien que les carnes indiquent le chemin par la gauche en direction du col de chaoun, je contourne le glacier par la droite et je ne relève pas le moindre indice, ni carnes, ni pas dans les névés. Le chemin est bien comme nous l'avons pris hier. En vérité, depuis la création d'une nouvelle voie pour gravir l'Alam Kuh, voie qui permet aux 4-4 d'emmener les clients fortunés des tours-opérators jusqu'à 3100m, l'ancienne voie, la classique, a été progressivement abandonnée et la nature qui a horreur du vide a vite repris ses droits. Dans le couloir qui mène au col de chaoun, le chemin s'est effacé... Lundi 23, nous quittons presque à regret ce refuge Sarchal planté à 3720m dans un décor fabuleux où nous pouvions chaque jour voir les bergers emmener leurs troupeaux de moutons et chèvres paître à plus de 4000m ! Nous redescendons à Vandarbon pour prendre pick-up puis minibus. Adieu montagnes rudes et superbement sauvages de l'Alam Kuh, bonjour le Damavand 5671m..!! Il est tard, je vais me coucher, je vous raconterai la suite demain, peut être......

53.

GILLES DUFFAY

supprimer 29.07.18, 22:14

Après la sortie humide de ce samedi,On avait prévu une séance de décrassage ce dimanche matin en compagnie du beau frère e t de la belle soeur. j'avais proposé voici quelques jours "La Croix du Lac comme objectif soit 88 km depuis Trelins en indiquant que l'on pourrait couper l'itinéraire en cas de défaillance. Je comptais bien sur accomplir le périple en entier. Dès le départ, ils avaient la socquette légère, et j'ai très vite compris que le parcours serait accompli sans encombre. Après être revenu sur Crémeaux ,j'ai modifié le parcours en optant pour St martin la Sauveté depuis Grézolles. Ma proposition a été acceptée sans réelle mutinerie. Ils sont revenus enchantés et sans fatigue excessive de cette belle balade. Ils commencent à aimer le vélo...!! Concernant, nos Iraniens, je pense qu'ils sont revenus enchantés de leur périple. On en saura sans doute plus dans quelques jours...!!

52.

Gilles PEYRARD

supprimer 29.07.18, 08:13

J'ai bien pensé à vous samedi matin au cabinet en voyant la pluie! à Bussières, il n'est pratiquement rien tombé ici! et même pas un coup de tonnerre! Thonon/Trieste….. j'y pense aussi! mais de loin, car je sais que pour moi ce sera le minimum syndical, vu mon niveau! j'ai calculé: 245km depuis le 14 Avril, et 8 séances de home trainer….. inutile de vous dire que ça ne passera pas! alors, mercredi, je vais essayer de rouler malgré la chaleur, vendredi matin 18km de marche au Béal, et manger…. le moins possible! car si en plus je prends du gras, ça ne le fera pas! alors, je vais conduire, faire les courses la popote, passer les bidons, et j'espère, monter quand même quelques cols de ci de là, au bon vouloir des copains Mais je profiterai des vues sur ces montagnes que j'adore, qui sont ma raison d'être et de pédaler! ce WE, c'est punition! je suis de garde, il fait un temps magnifique ce matin, j'aurais pu rouler et essayer un 80 km, mais non, c'est attente insupportable, seul chez moi! car la famille est en vacances! Gilles "le Doc"

51.

Joëlle

supprimer 28.07.18, 20:42

Nous étions 7 à la sortie organisée par Marco du bâtiment et pour une fois les retraités étaient en minorité mais pas les moins vaillants ! Nous sommes partis à 7h, des fois qu’il aurait fait trop chaud… ! Nous avons eu une moyenne de 19° environ ! Jusqu’à Courzieu, tout le monde était dans le tempo et la météo était avec nous. La montée au Col de Malval a fait du tri parmi la troupe et arrivés au sommet nous avons juste eu le temps de nous abriter dans une petite maison de vignes surnommée « la bienvenue » pour assister au spectacle de dame nature qui nous a joué le grand jeu : éclairs, tonnerre, pluie à gogo, une accalmie mais le ciel n’était pas engageant et pour cause, nous avons eu la grêle et re-la pluie. L’orage arrêté, mon Gilou aurait bien coupé au plus court mais tout le monde sait maintenant qu’à la Squadra : le parcours est le parcours. Nous voilà donc partis dans la descente sur le lyonnais. Et c’est ensuite par deux fois que nous avons du nous abriter. Heureusement, la pluie n’était pas froide et celle qui remontait de la route était même très chaude mais …mouillait. Mon Gilou n’avait pas la pêche, ce qui m’a bien arrangé car 15 jours sans vélo, voire même 3 semaines (week-end VTT puis l’astreinte et compte tenu des chaleurs, je n’ai pas mis les pieds sur les pédales les soirs en semaine), je n’ai pas brillé non plus .Notre escapade dans les Alpes n’a jamais été aussi près, je risque bien de payer ce manque d’entraînement ! Marie-Claude qui devait être rentrée de bonne heure aura peut-être eu un peu de retard… Quant aux autres, nous n’avions pas d’heure pour rentrer et le traditionnel arrêt au PMU à Panissières sous le soleil (eh oui !) s’est éternisé, …éternisé (mes affaires ont eu le temps de sécher, c’est dire !) avec abondance de breuvage, vous vous en doutez ! Mais c'était bien mérité après 145km et 2130 m de dénivelé. Ces petits moments de convivialité sont indispensables dans la vie d’un club et nous en profitons bien. Bonne semaine à tous et pour les Thonon-Trieste, pensez surtout à vous reposer et bien manger !

50.

GILLES DUFFAY

supprimer 27.07.18, 18:51

Après la victoire d'un Bianchi dans le Tour, le team Bianchi de la Squadra va sans doute vouloir faire honneur à la marque dans les Alpes. "L'intrépide" ne sera certainement pas le dernier à montrer ses roues

49.

Gilles Duffay

supprimer 26.07.18, 21:03

On n'a pas de nouvelles de nos amis partis en Iran. Sont-ils retenus par les services de l'ayatollah Rohani? Faudra-t-il verser une rançon ? je pense tout simplement qu'ils sont un peu cuits et qu'on recevra dans quelques jours des images du sommet à 5600 m.

48.

Gagniere

supprimer 26.07.18, 12:06

Le parcour que j'ai trace pour samedi fait 135 km environ . Il ne passe pas au olmes. On peut prévoir une pose café En espérant qu'il n'y aura pas d'orage A samedi Marc

47.

Gilles PEYRARD

supprimer 25.07.18, 18:27

Décidément je hais la chaleur pour faire du vélo ! et pourtant y en a qui adorent, pas moi Je suis parti assez tôt en début d’aprem pour voir la fameuse étape de 66km du tdf ! gagné, j’ai juste raté 15min, et j’ai vu le masque de Froome tomber, ENFIN ! Thomas est très fort, dommage qu’il soit à la Sky, on aura toujours des doutes ! mais bon, il y avait une sacrée partie de manivelles, et je savais que ce fameux col du Portet inédit allait faire très mal ! 16km à 10% de moyenne, ça fait peur…. Bardet à sauté, il n’a pas le niveau, il est squelettique et plus d’équipiers ! Sinon, pour moi aujourd’hui, j’ai eu les jambes autour du cou dans le HC du jour ! je ne suis pas surpris, je voulais savoir, je sais, les cols alpins ne seront pas pour moi, mon niveau est bien trop insuffisant, ça m’a mis un bon coup sur la cafetière….. Bussières St Agathe Montchal, Violay le Signy Villechenève St Forgeux, tout ça pour se coltiner « la Ronzières » ! 12.600km jusqu’à la baraque du cantonnier ! non, je ne suis pas allé à la tour, impossible, et en plus de la chaleur caniculaire, il y avait un sacré vent ! tout réuni pour faire chauffer le moteur…. Qui a dû refroidir 3 min à l’ombre au croisement à la sortie des gros pourcentages, et arrêt à Affoux pour « le plein en super » aux chiottes en face de l’église ! 4 bidons…… la misère ! Ensuite donc le Signy et la remontée à Violay sur mon jardin, mais avec un vent pas possible, je n’ai pas vraiment fait d’étincelles ! retour direct à Bussières, tant pis pour « arrondir le compteur », j’en avais bien assez ! 66km 1060m D+, « épicétou » (tiens, le même kilométrage que les coureurs du TDF!) Gilles « le Doc »

46.

Joëlle

supprimer 23.07.18, 22:01

Je n'ai pas donné de nouvelles pendant un certain temps à cause de mon ordi qui est HS. Et comme mon Gilou occupe le sien à quasiment 100% de son temps disponible, je n'y ai guère accès... sauf peut-être en plein milieu de la nuit mais je ne m'appelle pas Daniel pour faire des commentaires à 1h du mat ! Effectivement, j'ai participé au VTT des Estables la semaine dernière. Il y avait longtemps que je n'en avais pas fait et la reprise a été...difficile et le mot est faible. Je ne me faisais plaisir que sur la route ou les parties roulantes et elles n'étaient pas nombreuses, ! c'est un pays de cailloux. Un très joli pays avec de splendides panoramas mais ...avec des cailloux, des montées et des descentes qui certes ne faisaient pas peur à Jean-Jacques, Anthony, Céline ou Gilou mais avec David nous préférions souvent mettre pied à terre. Moi parce que j'avais mal au dos depuis quelques temps, (j'étais remise d'aplomb, soit on m'enterrais ce ne fut ni l'un ni l'autre) et David parce qu'il a une tendinite au bras qui le fait souffrir. Le samedi matin, nous étions parti sur un chemin goudronné qui m'allait très bien mais mes compagnons de route on vite compris que la trace repérée et que nous suivions sur le GPS était une trace de route. Ils ont eu vite fait de rectifier le tir, à mon grand désespoir et il a fallu emprunter des chemins de traverse avec de l'herbe qui nous dépassait. Pas pour moi, pas plus qu'une descente infernale en dessous du Gerbier de Jonc. C'est donc par la route que nous sommes revenus avec David. Je l'ai un peu malmené car je voulais faire un peu d'entrainement,(Thonon Trieste approche très vite) et tester mes capacités. Ce n'était pas si mal ! (mais ce n'était que 16 ou 17 km et non pas 192 comme ce crack de Roger !) Dimanche, nous sommes partis avec David à pied des Estables au col de Pecata faire la croix de Pacata et le Mézenc avec retour aux Estables par le col de Boutières. Nous y avons rencontré Michel et Chantal Luquet qui étaient hébergés au Petit Chalet du Mézenc avec une partie du club de Montrond. Michel était venu à vélo depuis Montrond avec d'autres mais rentrait en voiture, il en avait sa claque ! Ils donnent le bonjour à leurs amis de la Squadra. C'était un très beau et bon week end convivial et agréable entre personnes de très bonne compagnie. A refaire ! Merci beaucoup Anthony pour cette heureuse initiative très réussie ! Ce week end, je n'ai encore pas posé les pieds sur le vélo de route, astreinte oblige et elle a été mouvementée ! Heureusement, je suis en vacances à la fin de la semaine et mon dos se trouvera ainsi bien soulagé, je pense ! quoique les réjouissances s'annoncent hard, très hard, enfin, je verrai bien. Je compte bien profiter des paysages, du temps qui passe et de mes compagnons de route.

45.

GILLES DUFFAY

supprimer 21.07.18, 19:29

C'est bien de mettre les couleurs du club, je vois également que tu commences à prendre plaisir à faire des sorties. Et oui, nous étions à Boën. Nous nous sommes retrouvés au moins dix d e la Squadra pour randonner sur les très beau parcours tracés dans les montagnes environnantes. huit ont choisi le grand parcours qui faisait 130 km environ. Un parcours qui nous a emmené jusqu'à Aubusson D'Auvergne , avec une remontée par le célèbre Trévy, puis le Brugeron , le col d e la loge et pour finir le col de la grande Roue. 171 km et 2450 m de dénivelé depuis Salt. Satisfait d e ma journée car j'avais les jambes avec ce temps frais. Gérald a pu se rendre compte qu'il y avait d e nombreuses chanterelles sur les accotements , il va sans doute aller en ramasser dimanche.Joëlle n'était pas présente car elle est de garde.Mimi était absent également. Daniel est effectivement en excursion pédestre et espère gravir un sommet d e 5600m..!! Après avoir passé un bon weekend de VTT avec une équipe formidable, j'ai eu grand plaisir à retrouver ce weekend la non moins formidable équipe de routiers. A noter qu'un Squadriste a fait honneur au rosé à Aubusson D'auvergne. On utilise pas tous le même carburant pour l'ascension d'un col...!!

44.

Gilles PEYRARD

supprimer 21.07.18, 18:47

Avant de me délecter des CR des cadors qui représentaient la Squadra à Boën pour de magnifiques parcours, je continue mon retour à la vie! et c'est tout habillé aux couleur du club que j'ai fait ma sortie, je n'ai croisé qu'un seul cyclo…. ça c'est rare! et vu un chat au milieu de la route qui a filé chez lui en me voyant, j'ai fait très attention à un éventuel 1/2 tour de la bête! 70 km 1000m D+! et une moyenne raisonnable, bien mieux que mes 2 sorties précédentes! mais cool, je suis tellement loin d'un semblant de Niveau… Cap à l'Est, Violay croix Cazard Tarare, col des Cassettes que je passe bien, la magnifique route qui rejoint les Sauvages, le vent jusqu'au pin Bouchain et le haut de St Cyr! ensuite il m'aide bien sur les crêts jusqu'à Violay, le Chêne Montchal, le Trêve (ça pique cette ligne droite jusqu'au carrefour!), puis direction Bussières par les faux plats montant, et je remonte rejoindre le RD1 par les bois, pour ajouter une bosse et arrondir le compteur! Voilà, c'est tout mais c'est déjà beaucoup! vous devez rire en lisant mes "exploits", mais croyez moi, je suis heureux comme pas possible! j'attends la prose de Joëlle de Mimi si il est là! je crois que notre Daniel est en commando avec le météomann de Gabotin…. Bon WE à tous! Gilles "le Doc"

43.

Gilles Duffay

supprimer 20.07.18, 06:28

On va à BOËN ce samedi ?

42.

Gilles PEYRARD

supprimer 19.07.18, 07:35

Que c'est dur le vélo….. hier après midi, seconde sortie! chaleur et vent, 2 phénomènes aggravant pour moi! et ça n'a pas loupé, j'ai bien ramé! même que sur le fauteuil devant le tdf, des crampounettes m'ont fait découler! j'ai mis encore de la bosse, peut être trop, et coupé au plus court arrivé en haut de la bosse de St Cyr! c'est dire… Bussières St Agathe Montchal Violay la croix Cazard, descente rond point de l'autoroute, barrage, Joux montée aux crêtes St Cyr Ste Colombes le Remblai Bussières 55km 1000m D+! 2 bidons et des coups de soleil, sans parler des coups de mou! Gilles "le Doc"

41.

FORISSIER CELINE

supprimer 18.07.18, 12:34

Nous avons passé un très bon week-end aux Estables. Nous avons bien roulé et aussi bien mangé, et oui, il fallait bien reprendre des forces le soir pour pouvoir avancer le lendemain. Merci à Anthony d’avoir organisé ce week-end et à Gilles et JJ pour les parcours. Ça nous aura fait un petit entrainement pour la Transvolcanique !! A refaire !!

40.

M-Claire

supprimer 17.07.18, 12:54

La guérison arrivera dans quelques mois...

39.

Marie-Claire

supprimer 17.07.18, 12:49

Merci Gilles Guérie est un bien grand mot, la rééducation sera encore longue mais arrivera dans quelques mois.

38.

Gilles PEYRARD

supprimer 17.07.18, 12:33

Marie Claire, je te dis bravo, et crois moi, je sais la joie immense que tu as dû ressentir! très content de voir que tu es guérie Gilles "le Doc"

37.

Marie-Claire

supprimer 17.07.18, 09:53

Après 7 mois de galère et 2 interventions chirurgicales, première sortie vélo hier, seulement 30 km mais quel bonheur de rouler avec Riton, le bout du tunnel arrive enfin. Bonne semaine

36.

GILLES DUFFAY

supprimer 16.07.18, 22:31

Un temps agréable aux Estables, où nous avons parcouru 170 km à VTT durant ce weekend et plusieurs milliers de mètres de dénivelé. Merci à Anthony pour l'organisation de ce séjour et je suis également très content que JJ se familiarise avec son nouveau jouet qui s'appelle un gps. Il pourra dorénavant récupérer des traces e t les suivre sans problème.

35.

marnat patrick

supprimer 16.07.18, 17:49

pour la sortie de cemardi si certains sont interessés pour rouler le matin(grosse etape du tour l apres midi!!) faites vous connaitre merci

34.

Anthony

supprimer 16.07.18, 11:49

De retour des Estables où nous avons pu profiter d'un très beau terrain de jeu pour le VTT. Merci à Gilles & J-Jacques pour les belles traces GPS trouvées. Des sentiers variés, un peu de cailloux (mais pas trop), des singles, des chemins en sous-bois et aussi des longues montées goudronnées (sur lesquelles Joëlle a brillé!), de superbes panoramas, un passage aux sources de la Loire et une (trop) rapide baignade au lac d'Issarles. On a aussi eu le droit au traditionnel dépannage sur le proto de J-Jacques dès les 1ers kms du week-end,et cette fois, l'intervention fut très rapide et efficace! Bref, un super menu sportif. Céline nous a rappelé à juste titre qu'hier, nous étions à 2 mois de la Transvolcanique! On s'y prépare!

33.

MAUGE Daniel

supprimer 15.07.18, 00:34

J'adore la montagne roannaise et ses routes en forêt, calmes et bucoliques, qui respirent la sérénité...C'est pourquoi j'étais très content d'aller ce samedi au RV matinal, 7h à Feurs du parcours proposé par Roger 190 km en direction de " La Loge des Gardes" .Au départ, un peloton plutôt réduit de 8 cyclos dont un des colombiens qui n'avait pas le temps hélas de faire le tour complet.Mais, s'il n'y avait pas la quantité, il y avait la qualité...Autour de Roger, que du lourd, du solide, de la bête à rouler qui tient la distance...et qui ne cale pas à la première bosse. En regardant de plus près, que des " T-T" à part le colombien Gérard Giraud qui aurait pu tout à fait en être : Philou, Paulo, Bernard, Marco du batiment. Avec quasi 3000m dénivelé+ , le parcours était un bon test en prévision du "Thonon-Trieste" pour les cyclos mais aussi pour les vélos : nouvelle cassette et nouvelle chaîne pour le Kuota de Bernard, continental grand prix en 25mm et roulement de roue neuf pour Philou. Le Time de Roger était lui encore sur la table d'opération du méccano...si bien qu'il a fait le tour avec son VTT, pneus gonflés à bloc et chaussures routes....!!! Il faut saluer la performance ( avec en plus l'aller retour Panissières-Feurs ) surtout que nous n'avons pas roulé en fainéant. Nous n'avons pas trop souffert de la chaleur, sauf un peu sur le retour. Il y avait de l'air en altitude et suffisamment d'ombre dans les diverses montées, le col des sagnes, celui de la rivière noire par la Chabanne et St Nicolas des biefs, ou pour arriver à la Loge des Gardes par le magnifique plateau de la verrerie. Le HC du jour, le col forestier de la Charme par le difficile versant Arconsat a été l'occasion bien sûr pour Philou, Paulo et moi, de nous tirer une petite bourre..... de celles qui décalamine..... Pour l'anecdote, le parcours de Roger nous a fait passer dans 3 départements : la Loire, le Puy de dôme, l'Allier. Pour les amateurs de chiffre, 213 km au compteur à mon retour à Montchal 17h 30 Un petit regret cependant (mon côté pessimiste): L'absence de nos princesses, un peloton orphelin de Joelle et Marie-claude.. Bon WK aux vététistes en séjour aux Estables et bon dimanche à tous.

32.

Gilles PEYRARD

supprimer 14.07.18, 13:29

Je n'y tiens plus, il faut que je le dise…… ce matin, 3 mois jour pour jour après ma rencontre désastreuse avec cette saleté de chat, j'ai remis le vélo sur la route, et moi dessus! pas de roulettes à l'arrière, pas de voiture ouvreuse armée d'une lame pour éliminer le moindre obstacle, non, rien! moi, seul dans une nature superbe que je n'avais plus appréciée depuis bien trop longtemps! odeurs de lavandes de serpolet, une chaleur juste idéale, et pas de gravillons! certes, j'ai vu une belette écrasée, un écureuil au milieu de la route qui a filé en me voyant, mais aucun chat! ho bien sûr, il n'y a pas de quoi se gargariser, fanfaronner, n'empêche, "putain", qu'est ce que ça fait du bien de revenir dans le monde des vivants! et même pas mal à l'épaule, juste les côtelettes qui "sifflent encore" un peu, rien d'inquiétant en tout cas! un vrai bonheur, une résurrection, youpi! alors 52km (j'ai été très sage!) mais 860m D+! parti vers "les œufs", remonté par le bois sur les hauts de St Agathe que j'ai traversé, le Trêve Panissières, Chambost, Villechenève le Sygny Violay Montchal, St Agathe Bussières! Un arrêt à violay pour jacasser avec une infirmière de Bussières et sa sœur qui est préparatrice à la pharmacie de Christophe! inutile de dire que le chambrage était de mise! bref, je me sens heureux léger (au figuré, car au propre, le gras du bide est là…), motivé comme jamais, mais avec la raison, car il y a du travail pour sauver les meubles de cette saison! bon 14 Juillet, bonne récup pour les galériens du bitumes de cette journée chaude, et allé les Bleus demain! Gilles "un doc" presque tout neuf

31.

MAUGE Daniel

supprimer 09.07.18, 00:07

Un premier groupe de 7 au départ de Feurs ce samedi pour le parcours du mois "juillet" ; Paulo, roger, René, Philou, Marco du batiment, le colombien et moi-même auquel se sont ajoutés à Villechenève Michel météo et Thierry la moulinette. Pour cette sortie test à 1 mois de Thonon-Trieste, je dois avouer que j'ai souffert. Certes, il faisait bien assez chaud pour moi, surtout dans la partie beaujolais... Certes, le vent était bien présent et usant...Certes, la montée de Caton, la croix de Thel par Ternand et Tarare par St Marcel l'éclairé pour finir ne sont pas des grimpées faciles.....Certes, Paulo et Philou ont d'entrée assuré un train soutenu qui m'a fatigué bien avant même d'arriver dans les bosses....Toujours est-il que je n'ai pas fait le tour dans la facilité...! Je pense qu'en vérité, je suis bien loin de ma forme de Thonon-Antibes 2014 ou Hendaye-Cerbère 2016. Ne soyons pas négatif et disons : C'est déjà pas si mal d'avoir fait le grand parcours ! Mes camarades présents dans ce premier groupe peuvent être rassurés quand à T-T, je les ai trouvé tous bien affutés. Il manquait bien un petit quelque chose à notre sortie....pas de sourire féminin pour nous mettre du baume au coeur et nous donner de l'allant...Nos deux princesses Joelle et Marie-claude étaient absentes... Bonne semaine à tous

30.

Mimi

supprimer 08.07.18, 20:43

Perso, samedi j'ai opté pour le petit parcours pour plusieurs raisons :une je devais impérativement rentrer au plus tard à 18h30. Deux même si la chaleur était plus supportable, j aime de moins en moins le plein cagnard. Trois les cadors dès le départ dans Feurs (nous étions bloqués au feux) ont roulé fort. Avec Patrick, nous avons essayé une tentative de rapprochement, que nenni c était peine perdue. Dommage , nous aurions pu faire la route ensemble jusqu'à Pontcharra. Ceci dit, j'ai découvert Saint Loup, Daraizé et la bucolique route entre St Clément et Tarare. Certainement dans un mois, ce sera une autre histoire et la plus question de dire il fait trop chaud, trop froid ou x raisons. Il faudra pour moi me faire violence. Il reste du temps pour entretenir la mécanique sans chercher l épuisement. Privilège d un tamalou. Bonne semaine à tous. Mimi 042

29.

GILLES DUFFAY

supprimer 08.07.18, 19:57

Daniel dit qu'il faut s'entraîner, mais parfois, il faut aussi savoir se reposer, c'est ce que j'avais choisi de faire en partant sur le 90 km. Avec Patrick, nous avons monté Tarare à une allure soutenue et nous étions bien contents de notre performance.Ce dimanche nouvelle sortie programmée avec Joëlle et sa soeur qui commence sa carrière de cycliste. Nous avons parcouru 70 km à allure modérée, et elle est revenus satisfaite de sa sortie. La prochaine fois, c'est la Croix du Lac. Nous avons rencontré quelques cyclos dont trois membres de la Squadra

28.

marnat patrick

supprimer 08.07.18, 17:55

t belle sortie .le groupe 1 parti comme une fusee (nous bloques au feu rouge)nous avons essayes de faire la jonction avec mimmi aux comandes(23km sur le debut de la montee de Panissières!!)mais cause perdu et au final groupe homogene et solidaire avec notre president au tempo qui m,a semble tres bien et fin pres pour les dolomites merci pour cette sortie sympa mais quand meme usante

27.

GILLES DUFFAY

supprimer 07.07.18, 19:55

on était quinze à faire les parcours au départ de Feurs . Dès le départ deux peloton se sont formés, puis certains ont choisi d e remonter directement de tarare au Signy. Ce sont donc trois pelotons qui se sont constitués durant cette randonnée .la chaleur n'était pas excessive

26.

marnat patrick

supprimer 06.07.18, 15:09

perso je milite pour 13h30 car le matin je ne peux me liberer!(boulot!)et puis le Stelvio en aout ca peut etre 35 degres.!.... merci

25.

MAUGE Daniel

supprimer 06.07.18, 07:30

Mais, que se passe-t-il ? Le tour de France part demain et notre président "sondeur" n'a proposé aucun sondage.....Pour lui aussi, n-y -a-t-il plus que le foot qui l'intéresse....?? Et pourtant cette année, Froome n'y pourra rien. Pas de cinquième victoire ..!! Et Bardet non plus...!! ni Porte, ni Quintana, ni Dumoulin....!! Car un Bianchi va s'imposer.......

24.

MAUGE Daniel

supprimer 05.07.18, 09:36

Le parcours du mois de ce samedi 7 juillet est certainement le plus dur de tous "les parcours du mois" depuis le début de la saison. Il a été pensé en fonction de Thonon-Trieste et a valeur de test pour jauger votre degré de forme à 1 mois du départ. Selon que vous arrivez à la cabane du cantonnier frais comme une rose, à peine entamé, normalement fatigué, bien entamé, cuit comme une rave ou totalement exténué, vous saurez où vous en êtes et si vous devez encore faire des efforts pour vous affutez.... Ceux qui se sentiront plutôt bien n'auront plus ces prochaines semaines qu'à rouler un peu, ni trop, ni pas assez, juste pour entretenir cette forme et arriver le jour J, "bien" et avec des réserves. Je pense que ce sera le cas de la grande majorité d'entre nous.S'il y en a qui se trouvent vraiment en difficulté, ils devront sans doute faire un peu plus que des ronds dans la plaine pour parfaire leur condition physique......s'ils veulent se hisser à la pédale en haut du Selvio et autres grands cols..... Je suis tout à fait d'accord pour mettre le départ à 7h30 place de la mairie Feurs puisque nous sommes en été et que chaleur ou orage sont moindre en matinée. Si cette option est choisie, Gilou l'annoncera en bandeau sur le site aujourd'hui ou demain vendredi afin que tous le sache. Si rien est annoncé, cela voudra dire que nous restons au départ habituel de 13h30. Venez nombreux ! A Samedi.

23.

GILLES DUFFAY

supprimer 05.07.18, 06:35

Thonon trieste était bien sur le site, mais en version adhérent, il faut donc mettre son mot d e passe pour y avoir accès.

22.

GILLES DUFFAY

supprimer 03.07.18, 21:53

les livraisons sont rapides chez Vélo'smag, le vélo d e Pascal est déjà arrivé....!!! Il faudra qu'il pense bien à l'attacher celui là..!! il ne faudrait pas qu'il prenne des ailes comme l'ancien...!! j'ai l'impression que c'était plus dur que les Bois Noirs en tout cas encore plus technique.Bonne semaine à tous et merci pour votre participation au VTT d e St Chamond

21.

MAUGE Jean Jacques

supprimer 02.07.18, 22:20

En lisant tous vos commentaires, je vois que les cyclos route ont roulé plutôt sur le nord du département avec un parcours tracé par Daniel. Pour les vététistes nous avons pris l’option sud du département, rassurez-vous contrairement à mon frère je n’ai tracé aucun parcours. Nous sommes allés dans le Pilat participer à la randonnée de St Chamond organisé par le club St Cham VTT (un club 100% VTT). Le choix a été unanime !! On fait le grand parcours 63 KM et 2000 D+. Après un petit café pris sur le pouce à 7H45, Céline, Philou, Pascal et moi prenons le départ, il ne faut pas trainer la chaleur va vite monter. Nous sortons rapidement de la ville de St Chamond, puis par un enchainement de montées et descentes raides nous arrivons à la Croix de Montvieux (1° ravito). Là, les choses vont commencer à se compliquer, et nous rappeler bien vite que nous sommes dans le Pilat…et qui dit ‘Pilat’ dit ‘ Cailloux’. Par une descente infernale, raide avec de grosses pierres et très technique, (pas de honte les passages trop engagés, je les passe à pied) nous arrivons au Col de Pavezin. Le dénivelé n’est pas fini, il faut se hisser au sommet du Pilat (Le Crêt de l’Oeillon 1370 m). Philou toujours intrépide arrive même à faire un salto arrière en pleine montée (c’est vous dire la puissance sur les pédales). Si il ne me dit pas que les cuisses lui tirent un peu, les restes du dénivelé de la veille sur la route je ne me serai rendu compte de rien. Pascal prend progressivement ses repères sur son GIANT flambant neuf (1° sortie), entre la largeur du guidon, le réglage de la fourche, l’écrasement de l’amortisseur AR et surtout la position de pilotage, il y a une petite mise au point. Céline toujours au top de sa forme, arrive même à nous taquiner en plantant une accélération sur une montée roulante et progressive (son terrain de prédilection). Il a fallu se résoudre, les trois mecs sont restés sur le carreau, impossible de l’accrocher. (les cuisses font trop mal). Nous profitons d’un point de vue magnifique sur la ville de Pélussin et toute la vallée du Rhône pour faire la petite photo mise sur le site. Puis la bonne surprise nous attend !!! La descente du sommet, un vrai bonheur, un single interminable tracé en S au milieu des pinèdes dans une pente soutenue avec très peu de cailloux. Un mélange de technique et pilotage sans jamais se faire peur. Toutes les bonnes choses ont une fin, il faut rentrer sur St Chamond. Nous sommes accueillis par de sympathiques organisateurs, avec leur traditionnel barbecue et la bière offerte. Super rando, à retenir pour l’année prochaine. Bonne semaine à tous. JJ

20.

MAUGE Daniel

supprimer 01.07.18, 20:33

Concernant le malentendu malheureux de la sortie de samedi dernier, une petite mise au point fort utile de René pour clore une polémique qui n'aurait jamais dû être. La paix des braves était entériné, nous pouvions penser à la sortie du jour, direction " Les Echarmeaux" 158km, à peu près 2400m dénivelé+ et une invité de dernière minute pas facile à gèrer, la canicule..... Finalement, nous n'en avons pas souffert dans la première partie du parcours relativement ombragé jusqu'aux Echarmeaux et même un peu plus loin. Ce n'est qu'à partir de Cublize et surtout de Tarare qu'elle est vraiment devenue pesante. J'étais très content de proposer cette sortie à mes camarades qui connaissent peu ce coin du département alors que moi, j'emprunte régulièrement et avec plaisir ces routes. 12 ont répondu présent à cette sortie sur la journée dont Michel Météo tout juste arrivé du Maroc et efficace sur un vélo même sans km, Bernard le stéphanois qui s'est vaillament accroché jusqu'au bout bien qu'en délicatesse avec son dos. J'ai bien tenté dans le HC du jour, qui plus est mon jardin, la "Croix Cazard", de surprendre Philou en vain. Sur sa forme de cette année, il est intouchable.Il est parti à la pédale quand il l'a décidé....et pire pour moi,lorsque le moteur a chauffé et fumé noir à quelques encablures du sommet, le colombien est revenu et m'a laissé sur place.... Une mention particulière à nos deux princesses : Joelle avait retrouvé son allant et sa joie de pédaler. Elle a avalé le col de Favardy comme une lettre à la poste....Quelle plaisir de la voir pédaler ainsi...!!.Marie-claude ne craint rien, ni les montées, ni les descentes, ni la chaleur, ni les kms ....Elle accompagne les meilleurs partout, époustouflant..!! Je ne me lasse pas de le dire et le redire.Ces deux filles sont épatantes, des perles vraiment..... .Merci encore à tous d'être venus à ma sortie malgré la canicule, y compris Marco du Bâtiment qui nous a accompagné jusqu'à Régny car pris ensuite par des obligations. Aujourd'huy, je suis allé avec Roger faire " la beaujolaise" des cyclos caladois: le grand parcours 138 km 2500m dénivelé+ , des cols..... et le mont Brouilly par son côté le plus dur en fin de parcours sans oublier bien sûr, la canicule pour nous tenir compagnie. A noter , parmi les 277 partants, pas vu un maillot du 42....Bonne semaine à tous.

19.

Joëlle

supprimer 30.06.18, 21:51

Partis à 7h ce matin, nous avons pu profiter de la fraîcheur une bonne partie de la matinée. Nous allons rarement au nord du département, c'est pourtant de belles contrées qui nous ont permis d'être à l'ombre longtemps, parcours idéal pour une journée comme celle-ci. A partir du col des Echarmeaux, nous avons commencé à avoir chaud, très chaud. Après avoir fait le plein de nos bidons aux Echarmeaux, nous l'avons refait au cimetière de Tarare, ce qui a permis à Bernard et Gilou de nous dépasser. Une petite crevaison de Gilou et s'en a été fini de leurs vélleités d'évasion. Même si le final Tarare-Violay m'a été difficile, j'ai retrouvé mes bonnes sensations de début de saison et je suis très contente de ma sortie. Il va falloir dorénavant compter avec la super gazelle de St Cyr, elle est exceptionnelle cette Marie-Claude ! J'ai bien grogné un peu quand René m'a dit qu'il fallait grimper au pied de la Tour Matagrin, mais comme Gilou, je préfère cette montée ardue sur quelques mètres et le retour sur Panissières n'est plus qu'une formalité plutôt que de passer par le bas et cette montée au Signy qui n'en finit pas.! Merci Daniel de nous avoir emmener sur tes routes d'entrainement, un parcours exigeant mais tellement agréable ! A reprogrammer !

18.

GILLES DUFFAY

supprimer 30.06.18, 19:57

Salut Jacky Effectivement des cols et des cols et la chaleur en plus, nous sommes partis à 6 de Panissières, puis on a vu revenir Gérard le Colombien qui était en retard et Daniel, nous étions finalement 12 avec deux féminines qui avancent...!! La montée de Tarare à la Croix Cazard et le final pour passer au pied de la Tour Matagrin étaient exigeants, mais finalement je préfère cette fin de parcours par la Tour plutôt que d e passer à Villette car la montée pour arriver au Signy fait mal aux jambes.Un parcours de 175 km et 2620m d e dénivelé depuis Salt. Merci à Daniel pour son parcours et à tous les participants qui ont bravé la chaleur. Toutes mes félicitations également aux deux filles qui tiennent vraiment la route..!!! Il n'y aura pas d e photo car nous étions peu nombreux au départ, on aurait pu en faire au sommet de certains cols, mais comme je ne suis pas arrivé dans les premiers, l'occasion ne s'est pas présentée. Bonne fin d e weekend à tous et félicitation à l'équipe de France d e foot

17.

jacky

supprimer 29.06.18, 11:56

Quand je vois le parcours de demain, je me rends compte que vous êtes toujours aussi malades de vélo (mais je le savais déjà) des cols et encore des cols, n’oubliez pas vos bidons ! le soleil risque de taper dur! bonne balade à tous.

16.

ROLLAND Gérard

supprimer 26.06.18, 09:10

Salut Gilles, Rassure toi je vais bien,le coude est presque guéri,la brulure sur la hanche cicatrise." Pas de quoi fouetter un chat ",c'est la première fois que je chute sur crevaison,étant complètement à plat,j'ai voulu passer ce petit virage à angle droit avant de m'arreter…...pour réparer…..étant à plat il faut se dire que l'on à plus aucune direction.Hier passant en voiture sur la route de Civens,j'ai vu le stock de gravillons,une montagne….Avis aux amateurs.Remets toi vite.

15.

Gilles PEYRARD

supprimer 25.06.18, 10:26

une nouvelle chute…. décidément! rassures moi Gérard, tu vas comment ce matin? et cette fois, on n'accusera pas les chats, à moins qu'ils ne soient membre de la DIR, et que ce soient eux qui ont décidé d'emmerder les cyclos avec les gravillons! ils sentent la chair fraiche……… Gilles le Doc

14.

Joëlle

supprimer 24.06.18, 19:17

L’excellent parcours de René, hier, m’en a fait bavé ! En effet, je n’ai pas pu rouler la semaine dernière à cause de l’astreinte et la semaine précédente, je n’avais pas bouclé le parcours prévu, qui pourtant nous aurait bien évité la saucée entre le Béal et Chalmazel. Enfin bref, tout ça pour dire qu’hier j’ai galéré à cause de mon manque d’entraînement. De plus, j’ai terminé la semaine avec un bon rhume et une toux récalcitrante qui m’ont épuisée. Je n’avais pas le choix que de rouler hier et quand je vous dis que le vélo est un remède souverain, à prescrire sans retenue ni condition, je l’ai encore vérifié : plus de maux de dos, plus de toux (ou si peu) plus de maux de gorge, plus de nez qui coule. Je suis de nouveau sur pied ce soir ! Mais j’ai eu beaucoup de peine à tenir les 140 km et 2100m de dénivelées : je n’avais ni le souffle, ni les jambes. Ca nous a permis de papoter, les copains auraient certainement préféré un peu plus de tonicité et de vivacité dans le pédalage, mais malgré ma bonne volonté, je ne pouvais pas… Après le breuvage miracle habituel au PMU à Panissières, (celui de Marie-Claude à St Cyr était digéré depuis longtemps mais a eu des effets très bénéfiques sur les jambes de mon Gilou !), nous avons dîné et …j’ai dormi ! A 18h30, je suis repartie en vélo chez ma petite maman, 20 km de plus mais avec ce foutu vent c’était difficile. Une bonne nuit à Trelins, quelques travaux de jardinage et de ménage et je suis repartie, direction St Bonnet. J’ai du lutter contre ce sacré vent qui ne nous laisse pas en paix cette année. Les lecteurs assidus savent qu’il y a, là-haut, une boulangerie qui ouvre ses portes jusqu’à 14h30. Et oui, la gourmandise attire…, je ne cherche pas à résister !!! Il ne faisait pas chaud sur les hauteurs et j’ai mangé mon gâteau dans la cabane des chasseurs, dans le bourg. Un petit bonhomme s’est approché de moi et m’a dit, entre autre : « j’aimerai bien être à la retraite pour faire du vélo avec toi ! » Je lui ai dit qu’il avait la langue bien pendue, il m’a répondu « ouai, elle s’est jamais décrochée ! ». Bilan du week end : 225 km et 3050m de dénivelée : l’échéance approche, je me dois de retrouver la forme et le plaisir de pédaler ! Bonne semaine à tous !

13.

GILLES DUFFAY

supprimer 24.06.18, 19:02

Salut Gérard j'espère que tu ne t'es pas fait trop mal car tomber sur le bitume, il y a toujours des séquelles. Journée VTT c e dimanche avec la sortie au départ de Noirétable. Nous avons opté pour le 52 km qui faisait 57 km pour 1550 m d e dénivelé. Un parcours pour vttiste confirmé car les descentes étaient parfois bien assez techniques. La montée au radars par les télésièges était très sympa et la vue splendide par ce temps clair, mais il ne faisait pas très chaud.. Il ne vaut mieux pas prendre l'option radars par temps pluvieux ...!!! J'ai été chanceux , il m'a été offert un abonnement à vélo vert magazine

12.

ROLLAND Gérard

supprimer 24.06.18, 15:30

Salut à tous, hier samedi,j'avais bien l'intention d'aller au rendez vous à 07 h 45 comme indiqué sur le site word afin de retrouver les copains cyclos malgré une température frisquette 06 degrés sur ma terasse à 06 h 30.Mais vendredi soir devant le journal télévisé j'ai senti quelques piquées dans la gorge,et la nuit a été horible,lever toutes les trois heures pour avaler un Efferalgan pour essayer de calmer ce mal de gorge,alors je déclare forfait et décide d'aller faire un tour tout seul pour glaner quelques kms tranquilles. Direction grézieu le marché,mais à ste foy l'Argentière je tombe en plein sur la course automobile,la ville est encombrée par les différents stands des mecannos qui préparent les voitures,la route de grézieu est fermée,je décide de monter par Aveize mais après un km un cyclo qui redescend me dit que la route est fermée un peu plus haut…...Alors, Duerne ?mais cela risque d'etre pareil ? Donc je décide de remonter par Souzy ,les Halles,par la grande route ou les pilotes font chauffer les pneus et les moteurs en attendant le départ…..Je bifurque sur Haute Rivoire,Virigneux,Maringes,Viricelles,et Chazelles sur Lyon ou je retrouve le calme avant de plonger sur st Galmier,Rivas,Craintilleux,Sury,l'Hopital le grand,Boisset,Magneux,je passe dans une caillasse sur le petit pont,un km plus loin à l'entrée de l'Ecopole dans le virage à angle droit je suis complètement à plat et ma roue avant se tourne en travers et c'est la chute…….Bien brulé au coude et surtout sur la hanche,je répare tant bien que mal en essayant de regonfler un minimum,( ah ces mini pompes ) un désastre.Après toutes ces péripéties,je remonte doucement à Panissières face au vent ou j'ai le plaisir de croiser Notre Président et Joelle qui rentrent déja de leur parcours matinal. PS / la campagne de gravillonnage est enclanchée dans les monts et la plaine du forez,soyez prudents,

11.

Gilles PEYRARD

supprimer 24.06.18, 08:51

Je vais défendre Gilou! il faut lire les infos du site, car sur la version papier du parcours, l'horaire était écrit clairement….. Daniel qui est réfractaire à openrunner tu aurais dû le lire facilement!!! je provoque un peu? en plus, je pense que Gilou a mis l'horaire matinal car je vois des photos de la marche et des agapes, c'était samedi soir???? J'ai eu Marco du batiment au tél vers 9h30 pour me demander un certificat, et quand je lui ai dit que j'étais surpris de ne pas le savoir sur le vélo, il a frémis à l'idée d'avoir mal lu les horaires; je ne suis pas surpris qu'il ai fait son parcours seul, il est très studieux notre Marco! pour ma part, 2h30 de marche en début d'aprem, et 45min de home trainer en fin de journée, et j'ai mal aux cannes! bon dimanche à tous, et soyons Zen! Gilles le Doc

10.

GILLES DUFFAY

supprimer 23.06.18, 20:19

Salut JJ Pour nous, ça été une très bonne journée de VTT. Il faut positiver, les petits ennuis nous laissent souvent des souvenirs De l'engagement physique dans la dernière partie où tout le monde a donné son maximum pour se hisser au sommet des montées infernales. une arrivée sur une ville que l'on adore.Certes, on imaginait déjà la bière à notre arrivée à Gerland qui s e trouvait dans le coffre de Anthony dans une glacière bien sur. Mais sur conseil de Céline la Lyonnaise, on a choisi de prendre le train le plus rapidement possible.Encore merci JJ ainsi qu'a tous les amis Lyonnais, l'une des meilleures sorties à mon goût.

9.

MAUGE jean Jacques

supprimer 22.06.18, 22:50

Non, non je ne faisais pas profil bas, après vous avoir retardé sur la Sainte Lyon, à cause d’une chaîne cassée avec pleins de maillons fissurés sur un VTT neuf (659 Km au compteur). Non, non, je vous rassure ce n’est pas un prototype, vous le trouverez dans tous les magasins GIANT ? Il est à la vente au grand public, et vraiment c’est une belle monture qui passe partout. Dommage, je n’ai pas eu de chance avec la chaîne, mais c’est un problème de fabrication par SRAM. Pas de soucis, je l’ai posé au magicien Nicolas, le docteur du dérailleur, et tout rendre dans l’ordre. Un peu de technique : Nicolas s’est procuré une clef gabarit chez SRAM qui permet de régler avec précision l’éloignement de la roulette du dérailleur au gros pignon de la cassette. Je vais tester sur ma prochaine sortie. Désolé de vous avoir fait manger aussi tard au Signal de St André, je sais que parmi vous il y en a beaucoup dont l’horloge biologique est réglée comme du papier à musique et tous décalages sonnent la fausse note. Heureusement nous nous sommes rattrapés sur les bonnes cerises des Monts du Lyonnais. Ne parlons pas du goûter que j’avais prévu à Gerland, il a fallu l’oublier, pas question de prendre le temps de boire un coup, le train n’attend pas. Nous avons speedé pour rejoindre la gare de la Part Dieu, même pas un petit coup d’œil à la cathédrale de Fourvière qui nous domine d’en haut de sa colline ! Ça sera pour une prochaine fois. J’ai déjà quelques idées en tête pour une autre année, soit un mixte avec du Lyon et de la campagne, soit une autre traversée avec retour en TER. Nous allons y travailler avec mon confrère Pascal. Je veux tous vous remercier de votre présence, et surtout pour vos chaleureux commentaires mis en ligne sur le site. Quand vous organisez une sortie et que vous ressentez la satisfaction de tout le monde, malgré la difficulté, ça fait vraiment plaisir. Merci, et à bientôt sur un VTT.

8.

Gilles Duffay

supprimer 21.06.18, 12:31

Le parcours version papier sera sur le site ce soir je ne l'ai vu qu'hier donc je n'ai pas eu le temps de le mettre.

7.

MAUGE Daniel

supprimer 21.06.18, 11:28

Gilles, si tu penses que je suis un intégriste, tu te trompes.. Si en VTT, Openrunner représente un plus pour celui qui est équipé d'un compteur GPS et peut ainsi télécharger un parcours d'un secteur sans le connaitre, ce n'est pas du tout le cas de la route. Avec les noms des villages, les numéros de route, il suffit d'une simple carte michelin pour faire très rapidement un parcours et le suivre ensuite facilement sur le terrain. Ceci dit, on ne va pas contre l'évolution du monde, on fait avec. Je ne suis ni fan , ni admirateur de toute cette nouvelle technologie 100 % connecté.C'est sans aucun doute un progrès technique qu'on ne peut pas ignorer et qu'il serait ridicule de refuser. Mais, je pense surtout que malheureusement, c'est un progrès en trompe l'oeil pour "l'homme", qui le rend très dépendant et désarmé au premier bug venu... Gilles, si tu ne mets pas sur le site le parcours de René à l'ancienne, ce n'est absolument pas grave, je n'en ferai pas une maladie. Je le découvrirai sur le terrain samedi. Je ne veux pas du tout te contrarier, je garde juste ma liberté de penser......

6.

Gilles PEYRARD

supprimer 20.06.18, 07:36

Très beau parcours pour ce samedi à venir, que je connais bien. A gérer, car la montée du château de St Cyr pour rejoindre les crêts va piquer en fin de parcours! et attentions aux animaux à 4 pates! les chats bien sûr…. maux aussi les patous de St Cyr qui attendent vos mollet! bon, comme le Doc ne sera pas là, vous n'aurez pas le bouc émissaire de ces animaux maléfiques….. alors soit ils seront dépités et à la sieste, soit exaspéré de ce manque cruel, et alors, gare à vos fesses! je serai avec vous…… mais qu'en pensées! Gilles "le Doc"

5.

GILLES DUFFAY

supprimer 19.06.18, 21:14

Certains n'avaient jamais mis leurs roues d e VTT à Lyon et bien c'est fait et je pense que nos amis Lyonnais ont plein d'idées pour les années futures. Concernant le circuit d e samedi, il est sur openrunner. Il suffit de créer son compte et vous pouvez voir le parcours sur fond de carte IGN. Malgré les réticences de certains, je vous dis que ce n'est pas très compliqué. René me fera passer son parcours sous word également pour les intégristes...!!!

4.

David

supprimer 19.06.18, 18:41

Belle sortie sur le mythique parcours de la Saint T / Lyon ! La météo nous a été favorable, Philou a été surprenant dans la monté des marches infernale. C'etait assez fun d'arriver en pleins centre de Lyon après avoir parcouru 84 kms en VTT avec en fin de parcours des pentes à 18 % . Merci à Jean Jaques et Pascale pour l'organisation ainsi qu' au président pour le transfert jusqu'au départ !

3.

Gilles Duffay

supprimer 18.06.18, 12:57

Salut Anthony Je trouve que malgré le manque de temps pour t'entraîner tu as bien tenu le choc. Les nouvelles recrues sont prêtes pour la Transvolcanique.

2.

Anthony

supprimer 17.06.18, 22:24

Super rando sur des chemins inconnus pour moi! Merci à Jean-Jacques & Pascal pour l'organisation! Les derniers kilomètres ont été difficiles pour moi et j'étais bien content d'arriver à Gerland et de filer dans le Jura (encore un autre beau terrain de jeu pour le VTT). Jean-Jacques, tu nous diras si le proto va être validé.

1.

Gilles Duffay

supprimer 17.06.18, 14:35

Comme pour les voitures, il y a les petites et grosses cylindrées en vélo. Daniel par exemple a utilisé un demi litre d'eau pour 50 km et en plus il en a donné à Dominique qui était à sec. Il était l'un des seuls à ne pas avoir de sac à dos. Moi-même j'ai utilisé pratiquement deux litres d'eau en 50 km. Il y a donc les petites cylindrées qui consomment peu et avancent et les grosses cylindrées qui avancent tout de même , mais doivent faire le plein plus souvent. La tentative d'échappée tentée par Mimi dans l'avant dernière grosse difficulté a tournée court car il pensait qu'après le virage c'était terminé et bien non car ça durait encore et encore.
170.

GILLES DUFFAY

supprimer 03.07.18, 21:53

les livraisons sont rapides chez Vélo'smag, le vélo d e Pascal est déjà arrivé....!!! Il faudra qu'il pense bien à l'attacher celui là..!! il ne faudrait pas qu'il prenne des ailes comme l'ancien...!! j'ai l'impression que c'était plus dur que les Bois Noirs en tout cas encore plus technique.Bonne semaine à tous et merci pour votre participation au VTT d e St Chamond

169.

MAUGE Jean Jacques

supprimer 02.07.18, 22:20

En lisant tous vos commentaires, je vois que les cyclos route ont roulé plutôt sur le nord du département avec un parcours tracé par Daniel. Pour les vététistes nous avons pris l’option sud du département, rassurez-vous contrairement à mon frère je n’ai tracé aucun parcours. Nous sommes allés dans le Pilat participer à la randonnée de St Chamond organisé par le club St Cham VTT (un club 100% VTT). Le choix a été unanime !! On fait le grand parcours 63 KM et 2000 D+. Après un petit café pris sur le pouce à 7H45, Céline, Philou, Pascal et moi prenons le départ, il ne faut pas trainer la chaleur va vite monter. Nous sortons rapidement de la ville de St Chamond, puis par un enchainement de montées et descentes raides nous arrivons à la Croix de Montvieux (1° ravito). Là, les choses vont commencer à se compliquer, et nous rappeler bien vite que nous sommes dans le Pilat…et qui dit ‘Pilat’ dit ‘ Cailloux’. Par une descente infernale, raide avec de grosses pierres et très technique, (pas de honte les passages trop engagés, je les passe à pied) nous arrivons au Col de Pavezin. Le dénivelé n’est pas fini, il faut se hisser au sommet du Pilat (Le Crêt de l’Oeillon 1370 m). Philou toujours intrépide arrive même à faire un salto arrière en pleine montée (c’est vous dire la puissance sur les pédales). Si il ne me dit pas que les cuisses lui tirent un peu, les restes du dénivelé de la veille sur la route je ne me serai rendu compte de rien. Pascal prend progressivement ses repères sur son GIANT flambant neuf (1° sortie), entre la largeur du guidon, le réglage de la fourche, l’écrasement de l’amortisseur AR et surtout la position de pilotage, il y a une petite mise au point. Céline toujours au top de sa forme, arrive même à nous taquiner en plantant une accélération sur une montée roulante et progressive (son terrain de prédilection). Il a fallu se résoudre, les trois mecs sont restés sur le carreau, impossible de l’accrocher. (les cuisses font trop mal). Nous profitons d’un point de vue magnifique sur la ville de Pélussin et toute la vallée du Rhône pour faire la petite photo mise sur le site. Puis la bonne surprise nous attend !!! La descente du sommet, un vrai bonheur, un single interminable tracé en S au milieu des pinèdes dans une pente soutenue avec très peu de cailloux. Un mélange de technique et pilotage sans jamais se faire peur. Toutes les bonnes choses ont une fin, il faut rentrer sur St Chamond. Nous sommes accueillis par de sympathiques organisateurs, avec leur traditionnel barbecue et la bière offerte. Super rando, à retenir pour l’année prochaine. Bonne semaine à tous. JJ

168.

MAUGE Daniel

supprimer 01.07.18, 20:33

Concernant le malentendu malheureux de la sortie de samedi dernier, une petite mise au point fort utile de René pour clore une polémique qui n'aurait jamais dû être. La paix des braves était entériné, nous pouvions penser à la sortie du jour, direction " Les Echarmeaux" 158km, à peu près 2400m dénivelé+ et une invité de dernière minute pas facile à gèrer, la canicule..... Finalement, nous n'en avons pas souffert dans la première partie du parcours relativement ombragé jusqu'aux Echarmeaux et même un peu plus loin. Ce n'est qu'à partir de Cublize et surtout de Tarare qu'elle est vraiment devenue pesante. J'étais très content de proposer cette sortie à mes camarades qui connaissent peu ce coin du département alors que moi, j'emprunte régulièrement et avec plaisir ces routes. 12 ont répondu présent à cette sortie sur la journée dont Michel Météo tout juste arrivé du Maroc et efficace sur un vélo même sans km, Bernard le stéphanois qui s'est vaillament accroché jusqu'au bout bien qu'en délicatesse avec son dos. J'ai bien tenté dans le HC du jour, qui plus est mon jardin, la "Croix Cazard", de surprendre Philou en vain. Sur sa forme de cette année, il est intouchable.Il est parti à la pédale quand il l'a décidé....et pire pour moi,lorsque le moteur a chauffé et fumé noir à quelques encablures du sommet, le colombien est revenu et m'a laissé sur place.... Une mention particulière à nos deux princesses : Joelle avait retrouvé son allant et sa joie de pédaler. Elle a avalé le col de Favardy comme une lettre à la poste....Quelle plaisir de la voir pédaler ainsi...!!.Marie-claude ne craint rien, ni les montées, ni les descentes, ni la chaleur, ni les kms ....Elle accompagne les meilleurs partout, époustouflant..!! Je ne me lasse pas de le dire et le redire.Ces deux filles sont épatantes, des perles vraiment..... .Merci encore à tous d'être venus à ma sortie malgré la canicule, y compris Marco du Bâtiment qui nous a accompagné jusqu'à Régny car pris ensuite par des obligations. Aujourd'huy, je suis allé avec Roger faire " la beaujolaise" des cyclos caladois: le grand parcours 138 km 2500m dénivelé+ , des cols..... et le mont Brouilly par son côté le plus dur en fin de parcours sans oublier bien sûr, la canicule pour nous tenir compagnie. A noter , parmi les 277 partants, pas vu un maillot du 42....Bonne semaine à tous.

167.

Joëlle

supprimer 30.06.18, 21:51

Partis à 7h ce matin, nous avons pu profiter de la fraîcheur une bonne partie de la matinée. Nous allons rarement au nord du département, c'est pourtant de belles contrées qui nous ont permis d'être à l'ombre longtemps, parcours idéal pour une journée comme celle-ci. A partir du col des Echarmeaux, nous avons commencé à avoir chaud, très chaud. Après avoir fait le plein de nos bidons aux Echarmeaux, nous l'avons refait au cimetière de Tarare, ce qui a permis à Bernard et Gilo