Cent ans de Sport Guyanais


                                       

                                       L'empreinte d'un siècle

                 Quand en 1912, Romuald Théolade lance dans la salle du Conseil Général de l'époque : « Laissez-moi vous parler du Sport Guyanais » pour une demande de subvention, il ignorait qu'un siècle plus tard que sa diatribe aurait encore valeur de symbole. C'est sur ces mots que naquit l'A.S.L le Sport Guyanais qui va marquer de son empreinte, la vie sportive, associative et civile de sa région. Un siècle où à travers ses succès sportifs, ses valeurs humanistes et sociétales, vont hisser les couleurs jaunes et noires au firmament des différentes disciplines qu'elle va pratiquer. Plus qu'une simple association sportive, l'A.S.L le Sport Guyanais devient une institution de formation des hommes. Elle sera un précurseur en matière d'intégration de tous ceux qui se sont reconnus en elle. La diversité d'origine se confondra au fil des années, avec les ambitions communes, le partage des objectifs, du don de soi, de l'abnégation et de la conquête sportive. Cet enracinement se perpétue encore, où l'on parle de     la      « mentalité du Sport Guyanais » celle de ne jamais baisser les bras tant que le dernier coup de sifflet, la ligne d'arrivée ne soit franchie. Les faits d'armes sportifs vont faire la une des journaux locaux, aussi bien les jours de gloire que dans les déconvenues, qui devenaient de véritables références pour les adversaires. 


Le 22 septembre 1912, a été déclarée en Préfecture, la « SOCIETE DE CULTURE PHYSIQUE ET DE      FOOT BALLASSOCIATION » dont l’arrêté n°764, paraîtra le 24 octobre 2012.

Rien de très étonnant, quand on sait que ses membres fondateurs, étaient de jeunes gens s’adonnant à la pratique de la gymnastique, de la course à pied, de la boxe française, de l’escrime et de l’haltérophilie. Le football était encore confidentiel au début du XXème siècle en Guyane.

En effet, une nouvelle discipline sportive que les collégiens anglais du XIXème siècle pratiquaient avec une balle aux pieds (foot ball) prendra de plus en plus d’ampleur, pour devenir en Guyane en 1912, un sport à la mode.

Aucun terrain de sport n’existant à l’époque à Cayenne, ces sportifs utilisaient l’espace où se trouve aujourd’hui l’école Joséphine Horth, la partie gauche de la rue des Casernes, sans oublier notre belle place des Palmistes où de nombreux sportifs guyanais en herbe ont pratiqué le « foot ball », le « basket ball » et le « volley ball ».

Le succès grandissant de cette discipline, obligea ces jeunes à chercher un terrain plus vaste et avec la complicité de notables, ils obtenaient en 1922, le terrain dit « Le Polygone » à la rue du docteur E. Gippet où se situent France Télécom et la Poste.

Camille Lafontaine et Victor Zéphir, après de nombreuses réunions avec d’autres sportifs, décidèrent donc de la création de la première association sportive de la Guyane que tout le monde appelait « Sport Guyanais » mais, ce n’est que le 8 février 1984 qu’elle fut déclarée en préfecture sous le nom d’ : Association sportive et littéraire « Le Sport guyanais » dont les membres fondateurs étaient :

 

·         Adenet Estève (sportif)

·         Adenet Gualbert (sportif)

·         Ayon François (employé de commerce)

·         Basfour Cassius (sportif)

·         Calonne Germain (sportif)

·         Célestine Emile (sportif)

·         Didier Marcel (commerçant)

·         Edgard Augustin (sportif)

·         Fanier Alexandre (commerçant)

·         Houelle Homère (sportif)

·         Jean-Baptiste Albert (sportif)

·         Lafontaine Camille (négociant)

·         Marie-Claire Edward (receveur de l’Enregistrement)

·         Marie-Claire Gaston (inspecteur du Trésor)

·         Pagesy Charles (pharmacien)

·         Philias Félix (négociant)

·         Théolade Romuald (négociant)

·         Vilo Edward (pharmacien)

·         Wilfrid Gustave (sportif)

·         Zéphir Victor (négociant)

 

Quelques années après, la Colonie reprenait « Le Polygone » pour installer la télégraphie sans fil (T.S.F) et à la demande de Camille Lafontaine, alors conseiller municipal de la ville de Cayenne, le conseil municipal présidé par Eugène Gober attribua à l’A.S.L le Sport Guyanais un terrain en friche situé à l’avenue d’Estrée :                      Le Stade Scolaire.

Ce groupe de jeunes, décidés à tout vaincre, même la nature, ne tarda pas à rendre ce terrain praticable, donnant ainsi un bel exemple de courage et de volonté de réussir. Sabres d’abattis en main, les frères Zéphir, Camille Lafontaine, Romuald Théolade, Albert Jean-Baptiste, Bernetel et bien d’autres, s’attelaient journellement après leurs heures de travail à rendre ce terrain « jouable », à la force de leurs poignets et avec leurs deniers, pour en faire, le premier et le seul terrain de football de la ville de Cayenne jusqu’en 1955. Malheureusement, de part l’ampleur du mouvement sportif et le manque d’infrastructures, ce terrain devint peu à peu un stade municipal où toutes les compétitions se déroulaient puis, un stade scolaire où tous les écoliers de la Capitale se rendaient pour pratiquer des activités physiques. Sans s’en rendre compte, tout doucement, les dirigeants de l’époque qui servaient avant tout la cause du sport, ne virent pas leur infrastructure leur glisser entre les mains.

Ce bien fut définitivement perdu quand une délibération du conseil municipal de l’époque, décida de s’octroyer le terrain. Les dirigeants du Sport Guyanais ne pouvant s’y opposer car le titre de propriété avait été égaré et nul ne le retrouvait.

Malgré cet incident de parcours, l’association poursuivit son essor et rien ne semblait l’arrêter car l’une de ses particularités et qui est aussi l’une de ses forces, est, qu’elle a toujours été une association omnisport. Les sports fondateurs disparaissaient petit à petit (gymnastique, escrime, boxe..), pour laisser place à de nouveaux sports (basket-ball, volley-ball, handball) porteurs d’avenir et plébiscités par les jeunes de l’époque.

Club doyen toujours à la pointe, l’association n’a pas laissé passer cette opportunité et a su prendre le train en route, en intégrant de nouvelles pratiques qui lui permettaient d’être aux avant-postes du sport en Guyane et d’être toujours en avance sur son temps.

Une avance, qui lui permit de collecter de nombreux titres :

Au football, du premier en 1935 en passant par les neuf titres d’affilés de 1964 à 1972 de champion de Guyane et du titre de champion Antilles-Guyane en 1970.

En athlétisme où E. Chicot et R. Cresson représentèrent la Guyane au Sénégal en 1963, le relais 4X100M cadette devint en 1989 championne de France et recordwomen de France avec V. Castor, M. Robin, L. Blanchard et L. Ladouceur.

Au basket où en 1962, l’équipe composée de J-C Thuriaf, W. Polony, C. Polonie, G. Thérèse, H. Daniel, R. Batilde, G. Thiégot et M. Asselos devinrent champion de Guyane, vainqueurs des coupes Bastos et cigarette nationale, l’équipe féminime qui resta championne de Guyane de 1981 à 1989 et le fabuleux parcours des hommes en coupe de France en 2004, éliminé par l’équipe de nationale 3 de Poissy

Au volley-ball où les hommes restèrent champions de Guyane, dix-sept années consécutives de 1973 à 1990 et l’équipe de volley-ball, est la seule en Guyane à être devenue champion des D.O.M en 2011.

L’A.S.L le Sport Guyanais a le plus beau palmarès de toutes les associations sportives de la Guyane et elle peut aussi se targuer d’avoir contribué au développement de la vie sportive en Guyane.

En effet, le Sport Guyanais c’est aussi, une forte contribution à la création de nouveaux clubs ou de « Fédérations ». Ainsi, le 1er Février 1934, la Fédération Sportive de la Guyane voit le jour grâce à l’initiative du Sport Guyanais, de l’Olympique, des Eclaireurs de France et du Red Star.

Georges Chaumet, ancien membre de l’association de 1954 à 1958 est à l’initiative de la création de la Ligue de Football de la Guyane. Jean Dalphrase devient Président de la ligue de volley-ball en 1971. Michel Lafontaine est l’un des membres fondateurs de la Ligue de handball. Antoine Karam devient en 1986 le Président de la Ligue d’Athlétisme de la Guyane. Les exemples de la contribution du Sport Guyanais à la vie associative sont légions et un historique ne suffirait pas à énumérer tous ses titres et toutes ses contributions.

Tout au long des années, les dirigeants de l’association ont su garder et transmettre aux générations suivantes, des valeurs fondamentales que sont :

 

 

 

la discipline, le respect de l’autre, le respect des institutions, le respect de soi et le travail.

Valeurs qui ont été celles des fondateurs dont bon nombre ont appartenu à des écoles de pensées philosophiques, formatrices d’hommes.

Aujourd’hui, nous célébrons les 100 ans d’une grande association où chacun, ceux d’hier comme ceux d’aujourd’hui, peuvent s’enorgueillir d’avoir contribué à sa réussite durant ces 100 années de vie.

En cette année 2012, en cette période de célébration de son centenaire, les membres actuels se doivent d’avoir une pensée pieuse et émue pour leurs ainés disparus, qui auraient été fiers et honorés d’être là pour cet évènement exceptionnel.

Leur initiative, leur œuvre, leur travail et leur abnégation n’ont pas été vains. Ils ont passé le flambeau et il ne s’est jamais éteint. Faisons le vœu qu’il ne s’éteindra jamais pour le bien du sport dans notre pays et que l’A.S.L le Sport Guyanais reste toujours le porte drapeau, le guide, la référence en tant que doyen pour toutes ses sœurs, les autres associations sportives guyanaises.


ce site a été créé sur www.quomodo.com