AriegeNews TV
Venez discuter avec nous Devenir correspondant Les sites sportifs ari�geois Passez vos annonces gratuitement -
SPORT 09
Accueil
Principe
L'équipe
Prestataires
Les clubs
Les Champions
Newsletter
* Les news
Votre Sport
Aikibudo
Aikido
Alpinisme
Athlétisme
Badminton
Basket Ball
Biathlon
Billard
Boxe Anglaise
Boxe Thai
Canoe Kayak
Canyoning
Capoeira
Course à pied
Cyclisme
Cyclotourisme
Danse
Equitation
Escalade- Montag
Escrime
Ferias
Football
Football Americain
G.R.S
Golf
Gymnastique
Gymnastique Volontaire
Handball
Handisport
Jeu de boules
Judo-Kendo-Chanbara
Karaté
Karting
Katori Shunto Ryu
Kung-Fu / Shaolin
Marche... athlétiq.
Modélisme
Moto Cross-Quad
Multi activités
Natation
Paintball
Parachutisme
Parcours Aventure
Pêche sportive
Pelote Basque
Pentajeune
Petanque et Jeu Provencal
Raid aventure
Rando. Pédestre
Raquette à neige
Roller Hockey
Rugby à XIII
Rugby à XV
Sambo
Savate Boxe Française
Ski fond- ski alpin- ski alpinis
Spéléo-Canyons
Sport BOULES - lyonnaise
Sports Pompiers
Taekwondo
Tai Chi Chuan
Tennis
Tennis de Table
Tir à l'Arc
Tir toutes discipl.
Traîneau à chiens
Triathlon
Twirling-Baton
ULM
Vol libre
Volley Ball
VTT
Prévisions de la semaine

 Portrait : David Pailles mardi 11 novembre 2003 
 Karting :  du Karting Club du Pays d'Olmes-Mirepoix le KCPOM...
 A tout juste 28 ans, David Pailles est en quelque sorte la révélation de la Finale Nationale « Rotax Max 160». C’est en effet lui et son châssis « MB Kart », fabriqué en Ariège, qui représenteront la France lors de la Finale Mondiale qui se déroulera, le 19 janvier prochain, en Egypte.
Oublié par beaucoup, David Pailles est pourtant loin d’être un inconnu ! Il commence le kart en 1990 avec la catégorie Cadet. Cette année là, il termine régulièrement sur les talons des Sarrazin ou autres Delahaye qui en sont, eux, à leur deuxième saison. En 1991, il passe en Formule France avec un jeune constructeur : Europa. Le courant passe bien avec René Foissac. David adore développer le nouveau châssis, travaille d’arrache pied et remporte la Coupe de la fédération à Douvrin lors du Championnat de France. 1992 marque sa première année sabbatique puisque son père part travailler à l’étranger.

Photo David Pailles avec son père (caché derrière la coupe) et Jean-Claude Sanchez, Président du KCPOM.

David Pailles avec son père (caché derrière la coupe) et Jean-Claude Sanchez, Président du KCPOM


David revient, dès l’année d’après et remporte le titre national à Lavelanet. Il passe en hexagone, en 1994, et pointe en 2ème position lors de la finale de Saint Amand avant de casser sa pipe d’échappement.
En 1995, il passe en 125cc et se retrouve dans le « Top 10 » du Championnat de France à Laval avant de serrer son moteur. 1996 sera une année noire ! En ICA, le matériel ne suit pas, faute de budget, et malgré un pilotage toujours incisif, cela ne pardonne pas ! En 1998, David revient par le biais de la Promo 2 et signe le 2ème chrono à Pers. Les finales seront un vrai calvaire puisqu’il qu’il est éjecté de la piste à plusieurs reprises. Dégoûté par de telles mentalités et par la montée en puissance des coûts de la compétition, David arrête le kart et se transforme en mécanicien, son autre grande passion, pour « Cévennes Karting ». La passion du kart est intacte et par le biais de ce nouveau job, David reste dans le milieu. En juillet, il devient mécanicien de Franck Perrera avec Vincent Talamandier. Les résultats ne se font pas atteindre. En fin de saison, le père de Franck décide de créer un team en Italie. David s’embarque dans l’aventure et accompagne Marie Hirth (2ème à Valence) et Loïc Duval (3ème du Mondial) jusqu’au bout de la saison mais l’aventure s’arrête net.
Avec deux diplôme en poche (BTS Productique et BTS Mécanique Sportive), David trouve un emploi à Béziers et se consacre désormais à sa vie professionnelle. Mais la passion est trop forte ! Après une visite, en 2001, sur le circuit de Lavelanet, David essaye un châssis « MB Kart », fabriqué sur place. Le courant passe bien avec Bernard Marty. L’aventure recommence, 10 ans après ! David se régale d’essayer les nombreuses évolutions et de développer le matériel pour la catégorie « Rotax Max ». Les courses s’enchaînent et les résultats ne tardent pas à arriver. Le coup de volant est intact. « Avant je courrais pour la gagne, pour moi, en égoïste, avec un espoir de devenir pilote professionnel. Avec l’âge, mon état d’esprit a changé ! Je roule avant tout pour le plaisir et pour faire avancer le matériel. Quand je gagne, je suis content pour le mécanicien et pour le fabriquant du châssis. C’est un travail d’équipe ! »
A Laval, David était avant tout venu pour prouver les qualité du châssis « MB Kart », peu connu au delà des frontières de Midi-Pyrénées. Les circonstances de course et un bon feeling ont fait qu’il s’est battu pour la victoire alors que personne ne l’attendait. « Cela fait taire les mauvaises langues et prouve qu’en Rotax Max, un petit constructeur peut faire aussi bien qu’un grand ».
Quand à l’Egypte, c’est l’inconnue totale mais David espère tirer le meilleur de lui-même et du châssis. Comme d’habitude...

** Autopsie d'une machine à gagner... LE MB KART
 Mise à jour effectuée le 11/11/2003   

 
Contact | Forum | Liens | Les news | Newsletter

copyright 2002 SPORT09.com