Récit de Alain Besse


61 ans après les premières recherches menées par l’équipe de M. Avrilleau, nous avons retrouvé la grotte historique!



Une prospection systématique à la baguette de sourcier (ou de sorcier pour les détracteurs) nous a conduit à nous intéresser au Cros. Depuis fin 2012, nous avons parcouru de nombreux kilomètres à pied armés de nos baguettes pour essayer de retracer le parcours souterrain de la source des Moulineaux dont la résurgence (très belle vasque) se trouve au lieu-dit les Moulineaux sur la commune de Razac sur L’Isle à l’ouest de Périgueux. Ce parcours pressenti a été reporté sur une carte IGN au 25 èmes. Bien sûr, nous devons apporter la preuve de son existence à travers une exploration rigoureuse. Par précaution, sachant que nous sommes attendus au tournant, plusieurs exemplaires de cette carte ont été déposés auprès de certains membres du club dont Bernard notre président et l’autre Bernard alias le Marcel (Bitard). Notre propos au sujet de cette carte, fruit d’une longue recherche, est de représenter de possibles connections souterraines entre différentes vallées, celle qui prend naissance à Marsaneix et qui relie Razac sur l’Isle d’une part et celle qui débute derrière la salle des fêtes d’Eglise Neuve de Vergt et qui va jusqu’à Manzac sur Vern d’autre part. Le Cros ou plutôt le collecteur qui suit cette vallée, conduirait -il l’eau vers la source des Moulineaux?

Le pendage semble favorable, la fracturation du karst le permettrait, le relief de surface semble exclure cette hypothèse, mais devons-nous tenir compte de ce dernier point ?

Wilford O’Yl qui avait déjà travaillé à la désobstruction du boyau par lequel nous pénétrons dans ce domaine souterrain nous incitait à revenir travailler au Cros depuis fort longtemps (voir sa topographie de 1989 précédée de celle de l’équipe de M. Avrilleau dessinée en 1953)

Plusieurs équipes se sont succédées depuis 1953, date de la première tentative connue de désobstruction, sans succès tant le conduit de la source est long et étroit. (il y avait à l’époque quantités de cavités à explorer, faciles d’accès. Aujourd’hui la désobstruction semble incontournable pour qui veut decouvrir de nouvelles cavités).

Pour nous motiver, Wilford nous a communiqué la copie d’écrits anciens sortis des archives départementales de la Dordogne (voir SD n° 157 article de Francis Guichard) qui font part de cette curiosité naturelle (cavité avec concrétions, courant d’air, eau en quantité …) que décrivent des voyageurs érudits de l’époque (en 1765, puis à nouveau en 1789, puis encore en 1827). En 1886 le trou a disparu, il n’y a plus de galerie pénétrable. Tout a été rebouché, de grosses quantités de pierres provenant des champs y ont été déversées.

Des contacts pris en 2012 avec le Conseil Général via nos instances départementales nous ont conduit à nous intéresser à ce bassin versant de la source des Moulineaux, c’est la plus grosse source du département (selon nos informations, son débit est de l’ordre de 3600 m3 /heure en moyenne annuelle). Madame Jacquemain Géologue au Conseil Général souhaite que nous lui apportions toutes les informations concernant les sources captées du département et plus spécifiquement des sources qui de temps en temps posent problème du fait de leur arrêt momentané (source de l’abime au Toulon à Périgueux) ou turbidité empêchant toute exploitation (la source des Moulineaux a connu ce genre de problème).

Des études ont bien été menées sur les différents bassins, mais notre approche concrète est de loin la plus fiable (à condition de pouvoir pénétrer le dit réseau souterrain).

Une bonne remontée d’information en terme de délimitation de bassin versant serait certainement bienvenue pour une mise en place d’un plan de prévention des risques (pollutions diverses) et une adaptation du plan d’aménagement du territoire.

Début 2013, nous avons rencontré M. Lachaud propriétaire au Cros d’une exploitation agricole. Il nous a accueilli avec la ferme volonté de s’impliquer dans notre recherche. Nous lui devons toute notre reconnaissance. Il nous a bien facilité la tâche en nous fournissant l’énergie sur place, l’eau pour se nettoyer à la sortie de nos séances de travail. C’est un propriétaire curieux et impatient d’aller explorer le sous-sol de ce vallon.

Nous avons travaillé plus d’un an à élargir le boyau qui se situe à 8 m au-dessus du fond du porche en bas de la doline. Nous avons ensuite retravaillé les dimensions du puits de 10 m qui nous permet de passer à l’étage inférieur. Confrontés aux crues d’une source qui jaillit du coteau, nous avons dû rebrousser chemin à deux reprises (l’hiver 2013 a été très pluvieux). Puis nous avons élargi la suite du conduit de la source sur 7 à 8 m de longueur. Se seront au total plus de 50 séances de travail qui nous auront conduit à la découverte de la salle qui est décrite dans les récits anciens. Et qu’elle salle!

Cette redécouverte (ce n’est pas franchement de la première!) est tout de même une grande victoire sur les éléments, signe que la détermination et l’organisation d’une équipe sont cruciales pour faire avancer un tel projet. Point de salut pour un spéléo qui s’engagerait seul dans une telle aventure !

La cavité que nous avons redécouvert est de belles dimensions. Perchés sur la méduse par laquelle nous pénétrons cette salle, nous n’avions pas de vision correcte de l’autre côté de la salle malgré nos éclairages puissants!

Après avoir foulé le sol de cette cavité, il nous est vite apparu que nous étions en présence de ce que décrivaient les récits anciens.

Le cône de remplissage (se finissant au contact du plafond) est composé de cailloux provenant visiblement des champs, des morceaux de tuiles canal gisent au sol, un squelette entier de cheval se trouve contre la paroi de la galerie à 10 m environ de la base du remplissage (qui aurait transporté ici un cheval mort ? il y est probablement venu de son vivant), divers ossements jalonnent le parcours que nous avons emprunté, les traces de montée en charge sont évidentes (vague d’eau qui envahit la doline à l’occasion de périodes pluvieuses intenses), la partie basse de la méduse a été détériorée (les parties les plus fines ont disparue).

Nous nous attendions à trouver ici le confluent de deux galeries dont une (celle perpendiculaire au vallon) se serait effondrée suite à l’érosion engendrée par la source dont le retrait dans le massif au fur et à mesure du temps est important. Ce n’est pas le cas à notre grande surprise, le plafond de cette galerie de grande taille a résisté à l’œuvre du temps. La source a tout de même réussi à percer son plafond sur 12 m de long environ et 1.5 m de large. Les éboulis ont formé une rampe d’accès qui a constitué le chemin d’arrivé des visiteurs de l’époque, lequel chemin a ensuite été rebouché. Point de traces d’occupation ancienne, tout est recouvert d’une pellicule d’argile.

Ce succès rencontré ne signe pas pour autant le terme de notre prospection, la redécouverte de cette cavité fossile n’est qu’une étape pour ne pas dire un détail dans notre recherche qui se veut beaucoup plus large.

Notre attention se focalise maintenant sur un point bien précis: la perte coté aval de la galerie, à 20m environ derrière la grande méduse.

Le collecteur que nous recherchons est par là-dessous, nous pensons pouvoir l’atteindre assez rapidement, nous sommes déjà à 45 m sous le plancher des vaches!

Notre espoir, une fois ce collecteur pénétré, est de pouvoir atteindre une autre galerie de taille importante située 200 à 250m plus en aval du vallon (et perpendiculaire au collecteur qui passe au Cros, cette galerie se situerait à 30 m environ de la maison de la famille Lachaud), peut-être pourrait -elle nous conduire dans le collecteur principal de la source des Moulineaux à Notre Dame de Sanilhac.

Sacré programme! Humblement poursuivons notre exploration !


Sortie du 11/05/2014 au Cros

Avec Tristan Albouys, Michel Audebert, Mathieu Bergeron, Dominique Fournet, Isabelle Alsat, Jeanne Lanxade, Olivier Delord, Alain Besse.

                                                                                                                Topo du Cros par Sébastien Frangeul



P3090065.JPG
P3090072.JPG
P5110337.JPG
P5110353.JPG
P5110361.JPG
cros1.jpeg

 


topo.JPG
Sam_62670.jpg
Sam_62720.jpg
Sam_62750.jpg
CROS BOUE.JPG
création de site internet avec : www.quomodo.com