Sortie du 18/01/2015 au Cros (commune de Chalagnac)

 

Avec Valérie Baré, Monique Cruveilier, Olivier Delors, Tristan Albouys, Dominique Fournet, Thierry Baritaud, Jean Michel Roumy, Sébastien Frangeul, Marc Ledenmate, Michel Audebert, Wilford O’Yl, Julien et Alain Besse.

 

 

Nous avons aujourd’hui franchi un cap important

 

Nous nous sommes tous retrouvés autour d’une table mise à notre disposition par M. Lachaud (le propriétaire) que nous remercions chaleureusement. Sitôt le repas pris et la feuille de route fixée, les équipes se sont constituées en vue d’atteindre le but de la journée.

Sébastien et Valérie ont revérifié la topo (au sujet de laquelle j’avais émis un doute quant à la profondeur réellement atteinte). Il n’y a rien à faire la technologie est bien plus précise que trop peu de neurones qui travaillent qui plus est toujours avec des valeurs approximatives.

Willy, Julien, Marc ont utilisé un drone pour établir une base de données photographiques du porche, de la doline et de ses environs.

Michel a équipé le ressaut au-dessus de la méduse de fers à béton en U pour faciliter la remontée. Ce plan incliné est assez embêtant au retour lorsque l’on est enrobé de glaise.

En bas, les autres ont œuvré à la désobstruction du dernier mètre dans la calcite avec un plafond très bas. En parallèle, nous en avons profité pour retailler notre tranchée d’accès qui est maintenant un boulevard ou presque (là où nous avions quelques centimètres avant la désobstruction, nous avons maintenant un passage de 1m environ de hauteur).

Nous avons encore aujourd’hui évacué un gros volume de déblais.

Puis à force d’acharnement, Dominique qui était en tête a dit : « ça passe ! ». Tristan est passé, les autres petits gabarits ont suivi.

Nous avons fait 20 m environ de 1ère. Nous trouvons conformément à ce que nous attendions la diaclase dans laquelle se jette l’eau que nous suivons depuis le début de l’aventure.

Sébastien nous confirme que nous sommes bien à 50 m de profondeur.

Ensemble, nous engageons une nouvelle désobstruction. Il va falloir gérer l’espace pour stocker les déblais. Nous devrons purger le dessus de la perte(partie de strate effondrée, blocs instables).

Va-t-on trouver là-dessous un puits ? La diaclase est élargie mais obstruée par des blocs et de la glaise. La prochaine séance de désobstruction devrait nous permettre de préciser ce point. (Nous avons créé une retenue d’eau qui nous a permis de confirmer la rapidité avec laquelle l’eau s’évacue)

 

Nous passons là un cap important, l’eau va suivre la diaclase jusqu’au collecteur que nous cherchons. Nous devons nous enfoncer encore de 5 à 15 m et revenir sur nos pas de 20 à 30 mètres (ce sont mes baguettes qui m’ont chuchoté ça à l’oreille).

 

Alain
création de site internet avec : www.quomodo.com