Dans les coulisses du stage équipe de France junior

 

Peux-tu te présenter ?

Antoine Flahaut, 25 ans. Mon métier, responsable de contrat dans l’énergétique, en gros c’est gérer des techniciens, du personnel dans la partie technique des clim et des chauffages. Je suis directeur sportif des Léopards de Rouen depuis deux ans. J’ai coaché pendant trois ans la section junior des Léopards…. L’année prochaine, en septembre 2013 j’attaque le coaching de la section senior.

Voilà, je suis issue du club de Rouen avec qui j’ai fait ma première année cadet, et deux ans en tant que junior. Ensuite je suis parti quatre ans chez les Cougars de Saint Ouen l’Aumône club de division un avec lesquels j’ai gagné un titre de champion de France en junior et ensuite j’ai fait deux ans d’équipe élite avec les Cougars avant de retourner à Rouen. Il y a maintenant cinq ans. Voilà pour les présentations

 

Là tu viens de passer six jours à Amiens, peux-tu expliquer dans quel contexte et pourquoi ?

Effectivement, je viens de passer une semaine avec le staff de l’équipe de France junior, dirigé par Olivier Moret, head coach de l’équipe junior de football américain.

J’ai demandé à Steeve Guersent, head coach des Spartiates et responsable du Pôle Espoir d’Amiens si je pouvais venir observer pour perfectionner mon coaching à onze. Olivier Moret a accepté de m’accueillir pendant une semaine au shadow coaching donc participer aux entraînements, venir observer, les meetings, comment préparer les entraînements, comment préparer les journées. Cela m’a permis de rencontrer deux coordinateurs, un offensif Mathias Torre, responsable du Pôle espoir PACA de Toulon. Il est head coach d’une équipe de deuxième division (NDLR les Canonniers de Toulon). Ça m’a permis de travailler sur tout ce qui est partie offensive, tout ce qui est attaque. On a analysé les vidéos d’après match, d’après entraînement. Humainement j’ai découvert  des choses en termes de coaching et en termes de relations avec les joueurs. Ensuite j’ai découvert Nicolas Prévost qui est coordinateur défensif des juniors. Comme avec Mathias nous avons travaillé sur comment mettre en place une défense, comment corriger, comment faire évoluer les défenseurs. Sur ces six jours, j’ai passé les trois premier jours avec la défense, j’ai pu observer les coaches de positions, les entrainements avec les défenseurs, j’observais les défenseurs, les coaches de positions, j’allais aux meetings vidéos et meetings des coaches défensifs. Ensuite j’ai pu observer pendant trois jours l’attaque tout ce qui est partie offensive, avec Mathias Torre le coach de position de l’attaque… Les drills offensifs, les mises en place tactiques, les meetings offensifs et les analyses vidéo.

 

Qu’est-ce que cela apporte de pouvoir faire l’analyse des vidéos ? Qu’est-ce que ça t’a apporté à toi ?

Ça apporte énormément, on ne se rend pas compte, le jeu va tellement vite à ce niveau-là. Ce sont des ados, mais ça reste des athlètes, clairement. Le jeu va vite, même si ce n’est pas l’idéal pour les coaches,  pour moi qui vient du foot amateur, c’est extrêmement rapide. On ne peut pas tout voir quand le jeu est en live, voir si le jeu est raté, si l’action est bien réalisée dans sa globalité, on ne peut pas tout voir. Grâce à la vidéo, l’individuel, si tel ou tel joueur a bien fait son travail. On peut voir qui a raté, pourquoi il a raté. Qu’est-ce que ça crée si le joueur rate son jeu, qu’est-ce que ça aurait pu faire si le joueur n’avait pas raté son jeu. S’il a telle ou telle technique. Tu peux évaluer le joueur et tu peux le corriger. C’est très éducatif, c’est extrêmement pédagogique.

 

Ils possèdent plusieurs caméra ?

Il y a deux caméras, il y a en a une qui est placée au niveau des poteaux de la end-zone. Elle filme principalement tout ce qui est OLine, running, puis ce que c’est entre les deux H mark. Une deuxième caméra filme tout ce qui est receveur et defensif back. Les coachs de position, des quaterbacks et des running vont plutôt travailler sur la caméra proche des poteaux Les coachs de tout ce qui est receveur,  defensif back, line backer vont travailler sur la partie caméra en tribune. Ils analysent si la couverture est bien exécutée, si le joueur n’a pas été sur la balle au bon moment.

 

Combien de personnes regardent ces vidéos ?

Dès qu’il y a entraînement les coaches ont le réflexe de récupérer les vidéos sur leur ordinateur, et ils se retrouvent tous autour de la table mais ils travaillent chacun dans leur coin. Ils regardent la vidéo. en boucle, jeu par jeu, joueur par joueur. Ils ont instauré un système de notation pour chaque joueur en fonction du poste. Les joueurs sont au courant du système de notation. Ça ne marche pas au feeling… Ce joueur-là a fait trois actions, il y a un barème, il y a des points. Si ça position est bien, il a un certain nombre de points, donc ça fait deux, s’il fait bien son block ça fait trois, trois sur trois. Voilà il a trois points sur trois possibles. Après, ça varie, mais il y a un système de notation grâce aux vidéos.

Cela fait combien de coaches autour de la table ?

Laurent Marceline pour les running, Paul Durand pour les receveurs, pour la OLine ils étaient deux, Steeve Guesent et Hypo, enfin Mathias Torre, cinq. Cinq pour l’attaque. Mathias Torre est spécialiste de la partie QB et attaque. Voilà ça fait cinq, ensuite pour la partie défense Cyril pour tout ce qui est Line Baker, Mumu pour la Dline et Arnaud Vidaler pour les defensifs back, ça fait quatre, donc neuf plus dix avec Olivier Moret qui est le head coach. Il ne visionne pas les vidéos forcément comme les autres. Il y a même un onzième qui est le manager qui s’occupe du bien-être de tous, Eric Pierre de Strasbourg.

 

Est-ce qu’ils regardent tous la même vidéo ?

AF : Non, ils ne regardent pas tous la même vidéo, la OL va regarder la même vidéo que les running pour voir si les running vont bien dans les bons trous, dans la bonne direction, qu’ils prennent bien le block qui est créé par la OLine. Les Oline ils vont regarder la même vidéo que les running pour vérifier que le trou a bien été ouvert par la OLine. Les receveurs et le QB vont regarder la même vidéo que les DB, voir si le receveur a bien fait son tracé, s’il n’a pas varié son tracé en fonction du positionnement du Defensif back, le QB ce qu’il a fait en fonction du receveur

Ils n’utilisent pas tous la même vidéo, de toute façon ils utilisent une des deux.

 

Les joueurs s’auto évaluent ?

les joueurs s’auto évaluent sur la journée

Le coach de position ne note pas les joueurs des autres positions, il les regarde pour voir si son joueur a été bon ou pas, sinon il note que son joueur, Paul ne note que le receveur. Steeve et Hypo ne notent que la OLine et Mathias regarde la globalité du jeu. Si le jeu a bien fonctionné, oui, non, non pourquoi il n’a pas bien fonctionné.

 

Par exemple to, si tu te mets à la place de tes joueurs, des Léopards, tu penses que ce travail d’analyse est quelque chose qui pourrait être intéressant pour eux à réaliser ?

Totalement ! Notamment certain, c’est ce qu’ils réclament. Ils réclament un coaching entre guillemets un coaching plus pro, plus poussé techniquement et tactiquement. Avec ce que j’ai pu voir et apprendre on va mettre en place effectivement.

C’est quand même un système assez poussé parce qu’ils sont comme je l’ai dit quand même onze pour le faire, sans compter moi qui m’occupais de la caméra, sinon c’était hypo qui aurait dû le faire. Ils notent tous les entraînements, ils ont deux entraînements par jour. Les horaires de travail, ce n’est pas les 35 h. Le matin le meeting des unités spéciales c’est à huit heures…En gros le premier qui commence c’est Olivier avec les unités spéciales, il commence à huit heures, il termine…. Moi quand je partais il était 23 heures, je commençais à huit heure et je repartais à 23 h du CREPS et je partais parce qu’à 23h, ils regardaient qui ils allaient garder et qui ils n’allaient pas garder. C’est le moment où je les laissais travailler, où ils m’avaient demandé de les laisser travailler. Donc en gros je pense qu’Olivier Moret allait se coucher à minuit, une heure.

 

C’est lui qui gérait les unités spéciales ?

Avec un coup de main de temps en temps de Laurent ou de Mumu. Sinon les meetings sont assurés par Olivier, la mise en place assurée par Olivier.

Il me semble qu’il est un des spécialistes français au niveau étant donné qu’à l’IFAF, il a été plusieurs fois sélectionné pour encadrer l'unité spéciale de la team world

 

Oui j’ai vu une vidéo où il expliquait l’importance de l’unité spéciale et qu’en France ce n’était pas assez…

En fait comme c’est marqué dans les Play books, les documents remis aux joueurs, une attaque ça ramène du public, la défense permet à l’équipe de ne pas perdre et l’unité spéciale permet de faire gagner l’équipe.

 

Pas mal ça, intéressant, une unité spéciale, il y en a une chez les Léopards ?

Il y en a une dans tous les clubs français, effectivement… Est-ce qu’elle est travaillée chez tous les clubs français, j’en ai parlé avec Olivier Moret, c’est sûre que non. Et moi je peux le dire effectivement ce n’est pas travaillé dans tous les clubs. En senior l’année dernière cela n’a pas été beaucoup travaillé, le problème c’est par manque de temps. Et les équipes n’ont pas forcément conscience que c’est extrêmement important aussi important qu’une équipe d’attaque ou une équipe de défense.

Par rapport à ce que tu as vu, est-ce que cela t’a donné des idées pour faire évoluer ton équipe ?

Oui ça m’a donné des idées, ça m’a permis d’apprendre, ça m’a permis de commencer à mettre en place des choses même si j’en avais déjà mis en place, ça m’a permis de structurer ce que j’avais programmé de faire. En gros je sais déjà, je peux pouvoir dire, en gros on est le 3 août 2013, ce que je fais pour les entraînements du mois de septembre et du mois d’octobre. Je sais déjà ce que je fais au quart d’heure près pour les seniors à la rentrée 2013. J’avais déjà l’idée de vouloir faire ça entre guillemets en junior, mais je n’avais pas imaginé le faire aussi poussé en senior l’année prochaine. Et là, grâce à la méthode d’Olivier et de l’équipe de France, j’ai pu voir, écouter et découvrir, j’ai déjà pu mettre cela en place pendant mon temps libre à Amiens, je sais déjà au quart d’heure près ce que je ferai à la rentrée prochaine avec les seniors.

 

Un exemple ?

Je sais déjà comment travailler la préparation physique, je sais déjà ce que je fais au premier entraînement. Je sais déjà que le warm up est de 15 minutes

 

La quoi ?

Le warm up, c’est l’échauffement, comment il commence exactement, quel type de warm up je veux faire lors du premier entraînement, je sais exactement quelle préparation musculaire je veux  faire pour ce premier entraînement, quelle partie d’atléthisme  je fais. Je sais le nombre de répètes que je veux faire en terme de 40 yards, de 20 yards, démarrage. Je sais déjà le nombre d’ateliers que je veux mettre en place pour la musculation. Je veux la mettre en place pour que les joueurs soient préparés pour la musculation.

 

Pour la musculation comment vous allez faire parce qu’il faut une salle de musculation ?

Pas forcément là ça va être de la préparation physique, ça va être des bases de musculation à avoir. Des pompes, il n’y a pas besoin d’une salle de muscu pour faire des pompes. Pour bien faire des pompes il faut savoir l’expliquer. Il y a plein de gens qui font des pompes, mais est-ce qu’ils savent ce qu’ils travaillent ? Les pompes serrées, les pompes écartées

L’expliquer, faire quoi et pourquoi, voilà, c’est pourquoi, je vais travailler je suis en contact avec un kiné à Rouen.


Un kiné qui vous suit ?

Non, on a un kiné qui nous suit, c’est indispensable d’avoir un kiné qui nous suit. L’idéal c’est de l’avoir avec nous sur le terrain à 100 %, on est quand même un club de troisième division. D’avoir des exercices surveillés et validés par un kiné, il me semble que c’est important et c’est ce qui va être validé à partir de cette année et on va avoir la chance cette année grâce à Florian Sirou qui est un ancien kiné des dragons de Rouen, le club de hockey. Voilà grâce à ça je sais ce que je fais dès le mois de septembre, en tout cas en termes de préparation physique et technique.

 

Quand tu as utilisé le terme musculation tu as ajouté « expliquer ce qui va travailler quand on va faire des pompes serrées, écartées, etc. »  et j’avais déjà noté que tu avais déjà utilisé ce type de… ce type d’approche, mettre en place, corriger, faire évoluer, etc.

En fait voilà pourquoi je voulais faire cette semaine à Amiens avec des professionnels du sport. C’est des professionnels du sport toutes ces personnes qui sont autour de la table… la table des coachs.

Mais ce sont des mecs bien, humainement, ils avaient tous leur personnalité. Ils ne hurlent pas pour rien, ils expliquent, ce sont des pédagogues. Ils expliquent pourquoi les joueurs font, doivent faire ceci ou cela. Quelle est la raison, qu’est-ce que ce que cela va leur permettre d’acquérir et où ils vont pouvoir l’utiliser, pourquoi ils vont l’utiliser. Aujourd’hui le problème des clubs français et surtout pour les clubs en D4 et en D3, ce qu’il y a principalement en Normandie, c’est que les joueurs ont des techniques vielles de vingt ans, pas du tout… bonnes. Les choses ont évoluées. Elles étaient bonnes pour les gens il y a 20 ans. Les études ont avancée comme dans tous les métiers, tout évolue vite. En Normandie principalement et même dans un premier temps c’est de rattraper, de vite rattraper. De les enseigner à un maximum de personnes

En étant directeur sportif ma mission ça va être ça. Tout ce que j’ai appris de l’apprendre aux coaches avec les jeunes, les moins jeunes pour rattraper ce retard de vingt ans qu’il y a chez nous.

On donne des consignes aux joueurs, consigne numéro un c’est de frapper, consigne numéro deux c’est de frapper, consigne numéro trois c’est de frapper…. C’est pour cela que cela marche un temps et que beaucoup de clubs n’ont pas su évoluer. Aujourd’hui cogner face à un mec qui a de la technique, tu pourras jamais cogner, tu lui feras pas mal.

Moi de l’extérieur, je me dis, il y a une équipe de France parce qu’il faut une équipe…mais quel est l’intérêt d’avoir une équipe de France ?


....... A suivre....

 

NDLR...apport d'une équipe de France ? Cet entretien vous a intéressé ? Voulez-vous découvrir la suite de cet entretien ? Laissez un message dans la zone de commentaire prévue à cet effet sur cette page...Et nous nous ferons un plaisir de saisir la fin de cet entretien pour la publier dans un prochain numéro du Bulletin :-)

 

Voulez-vous lire la suite de cet entretien ? Dites le nous.
Utilisez cette zone de commentaires pour partager vos remarques sur cet entretien ?
Il n'y a aucun commentaire sur ce sujet
Antoine Flahaut.JPG
ce site a été créé sur www.quomodo.com