Adresse
/
Téléphone

SDNO SECTION SPELEO
ACTIVITES 2017

Dimanche 8 janvier : GROTTE DES FOULES
St Claude (Jura)
Participants : Lulu, Valérie, Lucie, Baptiste.
Lulu : Pour commencer l’année, nous optons pour la grotte des Foules, ça me permettra de récupérer les sondes Reefnet qui s’ennuient là depuis 2012. Les quelques cm de neige nous obligent à partir du bas. Il ne fait pas trop froid et nous arrivons facilement devant la cavité. C’est une découverte pour mes trois coéquipiers. Le petit puits est complètement vide, nous progressons facilement. Le torrent n’est pas violent, mais toujours impressionnant. Nous décidons de passer par l’Escargot, pour rejoindre le couloir H. Toujours folklorique, cette montée. Nous mangeons quelques pâtes de fruits au début de la galerie, confortablement installés dans le sable. Après être repartis, mon équilibre se ressent d’une crêve mal soignée. Je laisse les jeunes visiter le couloir H, qui est très beau, et ne pas faire la boucle. Nous redescendons par l’escargot, ce qui nous évite les baignades dans les marmites. A la base du grand puits, Valérie va récupérer une sonde, les autres récupèrent la seconde près du petit puits. La descente se fait rapidement, le changement de vêtements aussi.
 
Samedi 14 janvier : AG CDS 01
Oyonnax (Ain)
Participants SDNO : Julie, Harm, Esther, Isabelle, Marc, Cédric, Bix, Lulu, Flo.
Lulu : Prévue initialement à Echallon, nous nous rabattons sur le local du Club Subaquatique, prêté aimablement pas Loîc et Cécile, qui passeront faire un petit coucou. La neige et le verglas nous ont incité à cette solution. La soirée est présidée par Julie, qui commence par son rapport moral. Puis c’est le CR financier, suivi des différents projets, activités des clubs et des commissions. Un repas clos la séance, avec des plats apportés par chacun. Pas de trouble fêtes ce soir !
 
Jeudi 19 janvier : GROTTE DE COURTOUPHLE
Matafelon (Ain)
Participants : Lucie D. (LPO), Yves C. (CDS 01), Olivier S. (SBAPS), Mathilde G. (SCA) et
Céline LB (SDNO).
Céline : Nous nous retrouvons de bon matin en contrebas de Courtouphle pour le comptage hivernal de chauves-souris, dans le cadre de la convention entre la Commune de Matafelon-
Granges, le CDS01, la LPO-RA, le SMISA opérateur Natura 2000. Il fait frais (-13°C à 8h) et
une dizaine de centimètres de neige couvre le sol. Nous sommes 5 spéléo pour la traversée (nombre restreint pour limiter le dérangement des chiroptères) et 2 accompagnateurs jusqu’à l’entrée de la cavité (Alicia T. du SMISA et Nico H. du SCA). Après la collation matinale au chaud dans le camion de Nico, ce dernier et Alicia nous mènent à Chougeat, atteint directement par certains et moins directement par d’autres…Nico tente même de nous rapprocher au max (Ils sont étonnants ces Hauts-Savoyards !). Nous nous équipons au soleil et répartissons les kits. Finalement, il n’y a pas tant de neige que ça donc nous ne prenons pas les raquettes et la marche d’approche se fait plutôt bien. Le final est un peu plus compliqué car les buis ploient sous la neige et le sentier est moins visible. Yves tentera de nous égarer mais nous veillons au grain et nous accédons rapidement à l’entrée « souffleuse », non sans avoir testé la neige dans le cou…arghh, je n’aurais peut-être pas dû passer devant ! Nous remercions nos accompagnateurs, faisons le point sur les cordes à poser/rappeler, sur les panneaux à changer, les chiros à compter, …et nous entrons au « chaud » dans la cavité pas bien tôt. Yves équipe, Oliv déséquipe et nous essayons d’être discrets, d’avoir le pied sûr (c’est fou ce que c’est glissant dans cette cavité, par ailleurs, toujours aussi belle), de bons yeux pour observer les différentes espèces qui ponctuent notre parcours. Cette année, nous n’avons pas vu de rhino sur les mains courantes, peut-être ne sont-elles plus suffisamment en état…Yves s’inquiète de la vétusté de l’équipement ; il faudra vraiment faire quelque chose rapidement. Pendant ce temps, nous tenons le compte des chauves-souris (Petits et Grands Rhinolophes) que nous voyons, faisons une photo quand il y a des regroupements (afin de compter plus tard et ne pas trop éclairer…). Dans la grande salle, les Minioptères sont là en essaim compact et calme – impressionnant. Lucie et Oliv font une photo et nous nous faisons discrets. Plus loin, relevé et changement des feuilles de passage, pose du nouveau panneau puis nous passons du temps dans le dernier couloir à prospecter, avec les jumelles, les fissures et déjà sentons l’air froid de l’extérieur. Dehors, il fait nuit et la descente enneigée est pour le moins glissante. Une main courante s’impose…malgré le froid. Puis nous regagnons rapidement les voitures, bien givrées. Un petit bilan et nous nous séparons bien vite car ça gèle. TPST : 6h30.
 
Vendredi 27 janvier : CARRIERES DE CHASSAL
Chassal (Jura)
Participants : SDNO : Cédric, Isa, Maryse, Lulu. 8 troglos, dont Raphael et Laurence Bacconnier.
Lulu : Les troglos partant à 18h de Lyon, je donne rendez-vous aux autres à 19h30. On est dans les temps et on décolle vers 20h. Nicolas est allé voir dans la journée l’état de la neige, le parking a été dégagé. Nous y arrivons doucement. Nous rentrons vite au chaud dans la carrière, et allons admirer les stalagmites de glace, dans la zone d’entrée grillagée. Il y a très peu d’eau, et nous pouvons aller dans les parties non accessibles en temps normal. Séances photo. Une expérience doit être en cours, de grosses caisses remplies d’électronique sont en place, avec des capteurs dans le sol. Puis les troglos se déguisent, ainsi que leur mannequin. Laurence, déguisée en vahinée, dérive en barque sur le lac, très peu habillée malgré la température. Elle se fait ensuite bronzer sur la plage, en compagnie du mannequin. Nous décidons alors de rentrer dans nos foyers, avant que les « lyonnais » ne commencent à manger. Bien nous en prend, car ils ne ressortent qu’à 3h du matin !
 
Mercredi 1er février : GROTTE DE LA TOUVIERE
Napt (Ain)
Participants : Lulu, Maryse ;
Lulu : Je retrouve Maryse à 14h à la croix de Napt. Nous partons voir si la Touvière coule, après la fonte des neiges. Il n’y a pas d’eau dans le torrent d’accès. Je trouve la montée dure, ça doit être l’âge… Dommage que nous n’ayons pas amené nos matos, je serais bien rentré voir si l’eau est vraiment au fond. Nous longeons la falaise pour aller voir l’autre cavité en hauteur, c’est encore très glissant. Nous redescendons par les éboulis pour regagner le chemin. Nous partons ensuite voir Fontaine Noire, en empruntant la route de Bolozon, interdite l’hiver. Elle est bien dégagée. Fontaine Noire coule beaucoup, la fonte des neiges est bien présente. Une pensée pour Isa qui passe sur le billard aujourd’hui, et nous rentrons.
 
Samedi 11 février : GROTTE DE LA GRUSSE
St Claude (Jura)
Participants : SDNO : Baptiste, Valérie. SCSC : Jean-Luc.
Jean-Luc : Cette sortie est prévue pour travailler l’équipement dans une ambiance autre que la salle omnisport. La grotte de la Grusse s’y prête bien. C’est pas trop long, il y a pas mal d’amarrage à poser. Et au moins sur la première partie, on peut être à côté de celui qui équipe. L’inconnu c’est la circulation d’eau souterraine. Si la cavité est accessible 99% de l’année, le ruisseau qui la parcourt se jette dans le P7 et le P30.... Tout le monde se retrouve pour le café à 13h30 sur St-Claude. On en profite pour préparer les kits. Enfin c’est surtout Valérie qui s’y colle, car c’est elle qui doit équiper. (C’est sa première fois). A 14h15 on est au parking, à 14h45 on rentre sous terre, non sans avoir prévenu François et Isabelle de l’heure de sortie. (Entre 17h30 et 20h00.....). Quel pied pour moi de faire  de la spéléo peinard ! C’est Valérie et Baptiste qui portent tout ! Même mon baudrier ! Visite de la galerie sup avec boucle finale par l’étroiture verticale. Il n’y a finalement pas beaucoup d’eau dans le trou, tant mieux. Ensuite on file vers les puits. Rappel sur les différents amarrages qu’on possède (plaquettes vrillées, coudées, AS, sangles et amarrages naturels) et comment bien les utiliser. Petits rappel aussi sur les nœuds : le huit ou le fusion de préférence. Baptiste n’est pas sensé intervenir, mais il est très attentif. (M’étonnerait pas qu’il continue celui-là). Valérie attaque l’équipement pendant que je mets mon baudrier et vérifie celui de Baptiste. Les petites angoisses bien naturelles ne se font pas trop ressentir. Même qu’il est possible de faire quelques remarques sans se faire envoyer bouler par Valérie. Mais bon je commence à connaitre la bête et je sais bien quand il  ne faut pas insister. Le P7 se descend dans de bonnes conditions. Ainsi que le R3 qui suit. A la tête du P30 je préviens Valérie qu’elle sera seule pour la suite, la configuration ne permettant pas vraiment de surveiller celui qui est devant. Je propose même de prendre la suite, mais elle souhaite poursuivre. Certes on n’avance pas vite, mais tout se passe bien (si on ne tiens pas compte de la plaquette qui prend de l’avance....) et ma fois, on se retrouve avec Baptiste en bas des puits avec un équipement très bien. Pas beaucoup de rab de cordes, mais assez. La principale erreur de la journée, c’est à ce moment qu’on la rencontre : on doit être sortie à 20h maxi.. Et personne n’a l’heure ! (j’assume complément cette faute). Malgré tout on file au fond en se disant qu’on doit être encore dans les clous. La petite escalade avant le S1 me pose quelques problèmes depuis 3/4 ans. J’ai donc pris un petit bout de corde pour aider... Ce qui me vaudra quelques moqueries de mes compères (grrrrrrrr). Bain de pied dans le S1 accompagné de discutions pour explorer un de ces jours le post S3, le tout dans le noir, et on rebrousse chemin. Le retour se fait sans trop de palabres. Baptiste passe devant, je suis, et Valérie bosse. On se fait presque engueuler parce qu’on ne remonte pas assez vite.... La sortie approche.... qu’elle heure est-il ? Isa est déjà là avec les secours ? Angoisse... Il fait nuit noire... faut pas trainer. Un buis se met à bouger ! C’est François ! Toujours aussi vigilant. “T’avais dit 20h, c’est 20h04 ! quel timing ! Tél à Lulu et à Isa, ouf on peut respirer. Retour aux voitures, apéro et gratin de pâte à la maison, la journée se termine bien. Merci à mes 2 coéquipiers d’avoir tout fait ! On recommencera ! D’autant plus que Valérie a été une bonne élève. TPST : 5h15.
Dimanche 12 février : GROTTE DU BURLANDIER
Lalleyriat (Ain)
Participants : Loic, Thierry, Valérie, Lucie, Baptiste, Lulu
Ce CR aurait dû être fait par Baptiste… Visite de la cavité.
 
Samedi 18 février : SOURCE DU GROIN
Vaux Moret (Ain)
Participants : Emilien, Jonathan Blondon.
Emilien : Avec Jonathan, nous décidons de plonger la source du Groin. C’est une première pour nous, ne connaissant pas le site. Arrivés sur place, nous constatons que la vasque est pleine. L’eau coule, mais le débit est bon. Nous partons avec un dorsal 2X12l chacun, un relais 6L 300B, et un nitrox 40 en sécu. A l’ouverture des blocs, la sortie HP du relais de Jonathan lâche… Changement de mano, et nous voilà partis. Mon binôme est un aspirateur ! Nous avons progressé sur seulement 180m (relais jusqu’à 200b et quart pour le bi) ! Du coup, nous faisons demi-tour. Malgré la courte distance parcourue, nous avons bien profité du décor, la visi étant correcte, environ 5 à 6m. J’y retourne dimanche avec Loic et Thierry pour essayer d’en profiter un peu plus cette fois-ci. Nous avons fini par un bon casse-croute au bord de l’eau, avant de rentrer chez nous. TPST : 36mn, prof : 25,8m.
 
Samedi 18 février : GROTTE DE MENOUILLE
Menouille (Jura)
Participants : Lulu, Baptiste, Michelle, Isabelle, Mireille.
Isa : TPS : 2H30. Ah !!!  Enfin  après deux semaines d’abstinence, je peux retourner sous terre, quel  pied, bon par contre  pour les montées sur corde, il va falloir encore attendre un peu. On se retrouve comme dab chez Lulu et zou on y va, on récupère Michèle en route. Une fois sur place, rituel habituel, défilé de mode en tenue spéléo. Le cadenas de la grille est HS. Nous sommes tous en rangs d’oignons, on part à droite, jusqu’au puits. Ensuite on part à gauche direction le P 60, Lulu a mal au dos, il restera à nous attendre avant le ramping. On revient chercher Lulu, qui va ressortir tranquillement avec Mimi. Nous, par contre on tente le réseau sup. Par rapport à d’habitude il y a plus d’eau par endroit, alors que normalement c’est sec. Nous en profitons aussi pour faire un petit comptage de chauves-souris : 1 grand murin, 7 grands rhynos, 13 petits rhynos.
Samedi 25 février : GROTTE DU BURLANDIER
Lalleyriat (Ain)
Participants : Isa, Michelle, Philippe, Véro, Esther.
Scène 1 : Regroupement de trois filles dans la voiture de Playmobil Nemo , dans la voiture Isa qui conduit trouve le moyen d’être malade en conduisant ( ou le stress des étroitures). Bien sûr, Esther et Michelle finissent elles aussi par avoir mal au cœur. Résultat : on roule lentement, fenêtre grandes ouvertes, trop drôle.
Scène 2 : RDV sur site pour rejoindre nos deux compères Philipe et Véro
Scène 3 : Entrée sous terre, Véro déverrouille le cadenas, passe en premier suivi par le reste de l’équipe. Vive les genouillères.
Scène 4 : Découverte de la grotte pour Michelle et prise de photos pour Véro. On fera la grotte en entier.Sortie au soleil et petit piquenique entre amies.Tout le monde repart chez soi.
Samedi 25 février : SOURCE DU GROIN
Vaux-Moret (Ain)
Participants : Loïc, Thierry, Renaud, Emilien, Cédric.
Cédric : Bonnes conditions, l’eau est à 5m du haut, bonne visi. Beaucoup de monde sur place (Laurent Bron et son équipe, des plongeurs de l’Ain)
 
Samedi 4 mars : FONTAINE NOIRE DE CIZE
Corveissiat (Ain))
Participants : Lulu, Loïc, Renaud.
Lulu : Mauvais temps, la source Bleue est annulée. Nous nous reportons sur Fontaine Noire, avec beaucoup de courant, mais ça passe. Renaud et Loïc en CCR. Loïc trouve une caméra vers l’entrée.
 
Samedi 4 mars : LESINE DU PRE MARGUERITTE
Saffloz (Jura)
Participants : Angélique Frichet, Claire Mermet-Maréchal, Jean-Luc Gabet, François Jacquier (SCSC)- Lucy Lemoine (SDNO)
François : Après la Lésine à Lambert, voici la deuxième "sortie filles" de l'année 2016. Au départ les demoiselles réclamaient quelque chose d'un peu long et un peu costaud, le gouffre d'Antona dans l'Ain (-110 m) était alors envisagé. Puis, la fatigue de la semaine, les tracas et une "petite forme" contagieuse ont fait réviser le programme initial. Il fallait alors trouver un objectif moins éloigné et d'envergure plus modeste tout en excluant les classiques habituelles. Le Pré Margueritte, que le président avait visité une seule fois avec Eric il y a déjà 11 ans, est loin d'être une classique mais l'enchainement de ses deux puits nous avait laissé un agréable souvenir et une nouvelle visite de routine fut retenue. Abrégeons les inévitables échanges de coup de fils et rendez-vous aux divers coins du Haut-Jura pour nous retrouver tous sur le parking habituel de l'église de St-Laurent. Pour une fois c'est la voiture de Jean-Luc qui fait office de bétaillère avec les trois filles à l'arrière qui  jacassent sans arrêt, qui parlent chiffons, maquillage et régimes amincissants. Pfff vivement qu'on arrive ! Comme évoqué plus haut, la lésine du Pré Margueritte n'est pas très fréquentée et il faut d'abord la localisée, perdue en pleine forêt. Mission pratiquement impossible sans l'aide du GPS où les coordonnées ont été rentrées au préalable. Ces mêmes coordonnées ont également été envoyées au Dom qui est le seul à savoir où nous sommes. Nous nous garons au plus proche et décidons de retrouver d'abord le gouffre avant de nous équiper. Ce n'est pas le pointage du trou qui pose problème mais l'incohérence entre les chemins forestiers réels et ceux tracés sur la carte du GPS... L'orifice est localisé assez facilement mais après un parcours de 400 m environ alors que nous découvrons un autre chemin carrossable tout proche du gouffre. Le président s'inquiète surtout d'un éventuel retour de nuit dans un terrain particulièrement hostile, au travers d'un impressionnant lapiaz bourré de trous profonds. De plus le pointage GPS de la voiture, lui, n'a pas été fait... Un peu à tâtons nous retrouvons quand même la voiture et décidons de chercher l'autre chemin. Chose faite après un long périple et de nombreuses boucles. Cette fois nous nous garons à 70 m du gouffre d'après le GPS mais entre-temps une forte pluie glacée est venue plomber l'ambiance, beaucoup moins drôle pour se changer... Jean-Luc se charge de l'équipement, pas de spits au niveau de l'orifice et les baliveaux qui ont servi lors de la découverte sont particulièrement pourris. On s'en doutait un peu et nous avions prévu une scie égoïne pour en débiter deux autres. Manoeuvre un peu longue pendant laquelle nos trois filles commencent à se plaindre du froid et de l'humidité, pour tout arranger la météo évolue désormais vers une tendance pluie / neige. Nous nous retrouvons tous au pied du premier puits de 21 m, à l'abri de la pluie et du vent froid. Là, un étayage métal / bois empêche les pierres de l'éboulis de descendre dans la suite du méandre. Jean-Luc poursuit l'équipement et débouche rapidement au sommet de la seconde verticale de 30 m où une belle résonnance ne laisse aucun doute sur le volume de la suite. Bien que peu fréquenté, il n'y a rien à redire au sujet de l'équipement de ce gouffre, les amarrages sont tous doublés, en bon état et judicieusement placés. Et c'est avec un réel plaisir que tous se laissent glisser tout au long de la corde, impressionnés et admiratifs devant cette belle perspective verticale, taillée à l'emporte-pièce dans un magnifique calcaire compact. Le fond est passablement arrosé, plusieurs ruisselets cascadent ça et là avant de disparaitre dans un point bas totalement impénétrable. Deux amorces de galeries relativement spacieuses prolongent la cavités mais la quantité d'argile au sol n'incite pas à aller plus loin, surtout que, d'après la topo, les premiers explorateurs n'ont pas repérer de suite évidente. Quelques observations avant de remonter. Le squelette d'un gros rongeur et encore enroulé au fond d'une niche, une grosse touffe de poils gris qui subsiste fait penser à un loir. Et puis une multitude de fossiles dont un magnifique bloc de corail dont les branches émergent de la paroi. Toute un faune disparue typique de ces étages calcaire du Jurassique Supérieur, une époque où le Jura baignait dans un climat tropical... De quoi faire rêver les filles qui s'imaginent étendues sur une plage de sable blanc, le soleil sur la peau, du bleu et des cocotiers plein les yeux, quelques notes de ukulélé qui s'envolent au gré des alizés... Dure réalité à la sortie où les claquements de dents dans la nuit font penser à un élevage de pic-bois... Retour à la bétaillère où tout le monde s'entasse en sous-combinaison, sans plus de protocole. Chamailleries habituelles tout au long de la route pour savoir qui finirait l'ultime carré de chocolat et les dernières miettes de pains au lait arrosées d'un thé bouillant préparé par Claire.
Jeudi 9 mars : FONTAINE NOIRE DE CIZE
Corveissiat (Ain))
Participants : Lulu, pompiers SNL.
Lulu : Même punition que samedi, Fontaine Noire est toujours plongeable. Exercices de pose de fil. Difficultés des camions à repartir sur un terrain très gras. Repas à Corveissiat.
 
Samedi 11 mars : GOUL DU PONT
Bourg St Andéol (Ardèche)
Participants : Loïc, Thierry.
Loïc et Thierry promènent leurs Tritons jusqu’à -113m.
 
Mercredi 15 mars : GOUFFRE DE LA FERME DE LA TOUR
Nantua (Ain)
Participants : Lulu, Bix.
Lulu : Nous partons vers 14h, sous un beau soleil, afin de retrouver le gouffre de la Tour, que nous n’avons pas vu depuis plus de 45 ans. Bien que caché, nous le retrouvons rapidement, grâce au marquage sur nos cartes IGN au 20000ème. Il y a du débardage important ce jour. Ayant du temps, nous partons en direction de « la Colonne ». Puis nous prenons le sentier des Fêcles en essayant de retrouver la faille que nous avions descendue à l’époque. Nous ne la retrouvons pas. Nous rentrons par la ferme du Mont, en ruines depuis très longtemps. Les chemins marqués ont aussi disparus. Grace au GPS de Bix, nous rentrons par leurs emplacements, marqués par intermittence.
 
Samedi 18 mars : GOUFFRE VINCENT
Dortan (Ain)
Participants : Julie, Harm, Baptiste.
Baptiste : Rendez-vous à 13h30 à Dortan plus ou moins 30 minutes, tout le monde ne doit pas avoir la même montre. Après être sortis du labyrinthe de routes et de pavillons, nous trouvons le chemin de caillou, youpi c'est parti. 15h, Baptiste ouvre la marche sur l'ensemble des puits. C'est qu'il commence à assurer ce petit ! L'ensemble des descentes s'est très bien passé pour tout le monde. On en prend toujours plein les yeux. Beau puits propres et clairs. Nous nous sommes arrêtés un peu avant le siphon. De toute manière nos lampes frontales commençaient à clignoter de partout, une vraie boite de nuit, les piles commençaient à être HS. Donc nous commençons à remonter en sifflotant et  Crac  Plouf,  Baptiste a glissé, s'est explosé le genou contre la roche et a de la boue au-dessus du genou. La remontée va être sympathique. Mouais, sans compter sur un croll de pied qui s'enlève de la corde à chaque mouvement (Lulu au secours, ça marche comment??). Bref la montée se fait aussi vite que la descente, avec une moyenne de 7 min pour la montée du P30, nous pouvons dire que pour des jambes cassées s'est pas si mal. Et nous voilà dehors à 18h.
Samedi 25 mars : GROTTE DU BURLANDIER
Lalleyriat (Ain)
Participants : Loic, Thierry, Valérie, Ariane.
Loïc : TPST : 6h. Le rendez-vous est fixé à Charix, à 10h, pour un départ à 10h30. Après être tous changés, je m'aperçois que j'ai oublié la clé de la grotte à la maison, donc petite perte de temps de 30mn. Ce n’est pas grave, tout le monde est motivé. Nous emportons un kit avec piochon et pelle US, ainsi qu’un seau. Le but est de creuser une ancienne sortie d’eau, sur la droite en montant à la galerie de l’ours. Valérie ouvre le bal, elle maîtrise l'ouverture de la chatière, suivi d'Ariane et de Thierry, le niveau de l'eau est plus haut que la dernière fois, nous nous en sortons tous avec le slip mouillé. Nous arrivons sur notre objectif et nous ne perdons pas de temps, nous attaquons là où certains ont commencé à creuser, nous descendons le long de la roche sur presque 2m à coup de couches de sable, de glaise bien humide et de glaise bien dure... Nous mettons le réveil à 15h pour Thierry et Ariane. Ils ne dormaient pas, ils devaient juste partir plus tôt ! Pendant que ça creuse, Ariane nous prépare de délicieux sandwichs, avec du pain imbibé d’eau… Humm. Pour éviter qu’elle se refroidisse, nous allons faire un tour jusqu’au siphon, pendant que Thierry et Valérie continuent à enlever quelques seaux de sable. Nous ressortons à 17h15.
 
Samedi 25 mars : GROTTE DE LA TIERE
Cerdon (Ain)
Participants : Isa, Michelle.
Isa : Tps: 2h30. Je récupère Michelle à Port à 14h, direction Cerdon. Une fois sur place, je remarque qu’il y a plein de voitures vers la cabane; du coup, on décide de laisser notre voiture au bout du champ. Une fois habillées, les deux kits chargés de matos photos, Go ! Arrivées à la cabane, nous sommes accueillies par de forts sympathiques jeunes hommes, qui nous proposent des bières et nous racontent  leur association. Il y en a même deux qui sont au club spéléo de Bruno; au retour, on aura le droit aussi à une visite du gouffre où ils sont en train de faire de la désobstruction. Bon, ce n’est pas tout quand même, on doit faire de la spéléo et prendre surtout des photos, pour le projet filles du congrès Nantua 2017. Pendant que j’équipe le petit puits, Michelle commence déjà à mitrailler partout. Au retour, elle se tente au déséquipement, elle s’en sortira comme un chef.
Samedi 25, dimanche 26 mars : CONGRES REGIONAL
Méaudre (Isère)
Participants : Marc, Flo, Lulu, Bix.
Lulu : Voyage sous un beau soleil, malgré le mauvais temps prévu. Nous montons la tente, faute de place en gîte. Le congrès est sympa, bien conçu. Soirée festive, raclette à volonté. C’est surtout l’occasion de rencontrer les copains. Retour sous le soleil.
 
Dimanche 26 mars : TROU DE LA BOUCHE
Arbent (Ain)
Participants : famille lapins au complet, et leur amis et Isa.
Isa : tps 1H30. Petite ballade dominicale, digestive pour certains.Le but étant quand  même de revoir le trou, depuis environ deux ans les bois sont coupés, les ronces ont poussé un peu partout.Le chemin a disparu, je retrouve sans problème le seau où on a caché la prise. De gros arbres sont tombés suite à la tempête!Cédric a son téléphone en mode GPS, on retrouve le trou. Pour rentrer, on  repart à droite et à gauche, c’est un peu dur pour les petites, Maureen et moi tombons dans les ronces, ça pique un peu, on est griffées à vie.Petite sortie sympa avec le soleil.
 
Vendredi 31 mars : GOUFFRE DE SIEGES
Viry (Jura)
Participants : Loïc, Emilien, Lulu, Jean-Luc Gabet.
Loïc : TPST : 7h. Nous arrivons chez Lulu vers 15h pour gonfler les bouteilles, pendant que Lulu prend le kit avec les 80m de corde, et file équiper les puits. Après avoir acheté quelques piles et un peu de nourriture, nous arrivons à Sièges à 16h15, où nous attendent Isa et Jean-Luc. Casse-croûte avalé et kits préparés, nous entrons sous terre à 17h. L’objectif est de plonger le S1, et d’aller explorer la galerie que Lulu avait repéré il y a 31 ans. Jean-Luc nous descend 2 kits de cordes, palmes, dévidoirs, etc… Nous emportons nos bouteilles, de 2X4l chacun, et nos détendeurs. Emilien et moi plongeons le siphon de 190m, trop vite malheureusement, car il est magnifique. Mais avec des 4 litres, il ne faut pas trainer. Nous parcourons la rivière souterraine, longue de 70m, et nous apercevons cette fameuse galerie qui part dans les hauteurs. Nous parcourons une vingtaine de mètres dans la glaise. Nous faisons demi-tour, car ça devient vraiment glissant, et nous n’arrivons plus à progresser. Nous allons jusqu’au S2, et Emilien escalade une faille sur 10m. Je le rejoins pour continuer. Nous arrivons dans une petite salle très concrétionnée et glaiseuse, les stalagtites sont noires et maculées. C’est un trop-plein sans issue. Nous installons une corde pour assurer notre descente. Nous réalisons la topo jusqu’au S1. La remontée nous prend quelques heures. Nous laissons les deux kits de bouteilles dans la niche au bas du P20, et remontons les deux autres en surface. Nous sommes dehors un peu avant minuit, Isa nous attend près des voitures.
 
Samedi 1er avril : GOUFFRE DE SIEGES
Viry (Jura)
Participants : Loïc, Lulu.
Loïc : Tpst : 2h. Déséquipement du gouffre et sortie des deux kits de bouteilles. Grosse séance de nettoyage au lavoir.
 
Samedi 1er avril : FABRICATION DE LA GROTTE DU LAC
Participants : Cécile, Jean-Luc, Michelle, Isa.
Isa : Depuis maintenant plus de trois mois, Esther nous a motivés, pour la création d’une grotte artificielle en carton-pâte, pour le congrès spéléo. Tous les mercredi et samedi matin, nous sommes à Charix pour la fabrication des panneaux, des concrétions etc… On fait tremper les cartons, on malaxe, on fabrique notre propre colle avec de la farine, on pose la matière, et surtout on se marre. Nous partons à la carrière de Chassal, avec Michelle. Nous sommes toujours à fond dans notre projet photo pour Nantua 2017. La carrière nous parait un bon compromis pour les effets d’ombre. Prises de photos un peu partout, malgré beaucoup de particules dans l’air. On finit par trouver l’endroit idéal, au fond. La paroi est bien lisse, et le sol une fois nettoyé aussi. C’est décidé, on valide cet endroit…
Samedi 1er avril : GROTTE DU CHATEAU DE CORNOD
Cornod (Jura)
Participants : Isa, Michelle.
Isa : Tpst : 1h. On se gare au milieu des champs. Juste avant, on a croisé 5 biches qui broutaient tranquillement.On part avec une corde, nos bottes et les casques.Je retrouve le chemin sans soucis. Tient, il y a une grande sangle pour la descente, pratique !On rentre et on trouve très rapidement de l’eau, mais on y va.Dans mon souvenir c’était une flaque, mais  là, l’eau passe par-dessus nos bottes et monte jusqu’en haut des cuisses. Bien sûr, on n’a pas pensé à prendre des affaires de rechange.Michelle repère des chauves-souris : 5 grand rhynos, 1 murin, 1 petit rhyno.On est vite au fond de la grotte, et on doit encore prendre l’eau avant de repartir à la voiture. Dehors, on vide nos bottes bien remplies.
 
Mercredi 5 avril : GROTTE DE LA VIE ROUGE
Oyonnax (Ain) Grotte des concrétions penchées
Participants : Lulu, Bix, Isa.
Isa : TPS : 2H30. Nous voilà enfin tous présents pour reprendre nos habituelle sorties du mercredi. C’est trop bon, cela m’a beaucoup manqué depuis deux semaines de ne rien pouvoir faire.Lulu covoiture tout le monde. La dernière fois que j’y suis allée, je n’ai pas retrouvé le chemin.Bien sûr Lulu, les doigts dans le nez nous emmène jusqu’à l’entrée de la grotte.Bix, enrhumé, a du mal à respirer.Je ne peux pas m’empêcher de me faufiler sous terre même sans combinaison. Petite pause avant de repartir.Sur le chemin du retour, je passe en tête, et là! Un serpent. Je crie, je hurle. Par contre, je ne m’enfuie pas en courant; je le prends même en photo. Une centaine de mètres plus loin, je mets ma main sur une souris crevée, vive la nature.
De retour à la voiture Lulu nous ramène chez nous.
Samedi 8 avril : SOURCE BLEUE
Dortan (Ain)
Participants : SDNO : Lulu, Renaud, Cédric, Loic, Emilien. Autres : Jean-Luc, Stéphane Markert, Jean-Michel Vallon, Pascal Barrier, Sarah Wagner, Stefan Koch, Damian Zumkeni.
Loïc : L'objectif de la plongée avec Stéphane était de continuer la topographie à partir de 520m. Le fil que Fred et Alex ont posé en août 2016 était toujours en place jusqu'à 580m (-78m), nous avons donc pu prendre quelques points topo sur 60m supplémentaires. 
Après, le fil est cassé, il faudra nettoyer sur les 20 derniers mètres et retirer du fil
la profondeur moyenne de 350m à 580m est de 72m. Temps de plongée : 2h40.
 
Samedi 8 avril : GROTTE DU RENARD
Creissel (12)
Participant SDNO : Thierry.
Cédric Bankarel : La grotte du renard, cavité bien connue des spéléos depuis 1920, était une classique et ne développait que 180 mètres jusqu'à 2014. François Bodot, spéléo Millavois, repère un passage étroit au fond de la grotte, et entend  un bruit de sifflet un jour où souffle un vent violent à l'extérieur! Il n'en faut pas plus pour que ce passionné acharné attaque de longues séances de désobstruction avec des spéléos de différents clubs (Aragonite, MJC Rodez, Alpina). Le réseau très labyrinthique développe maintenant ... 6500 mètres ! Plusieurs siphons sont découverts, et celui qui m'intéressait, à force d'écouter les récits de ses explos  était le siphon amont situé à 2 kilomètres de l'entrée! 2 bornes de ramping, de quatre pattes, d'étroitures ... Bon, des fois on est debout, jamais longtemps mais il m'avait bien vendu le truc le garçon! Une première équipe (François, Rémi, Pétouille et Patou) transporte mes 4 litres 15 jours avant l'explo devant le lac 300 mètres en aval du siphon vierge. Le jour de l'explo , le 8 avril, c'est avec les mêmes que l'on s'enfonce sous terre hormis Patou (Patrice Pélissier) mais vient s'ajouter à la fête Patrice Odin, sa fille Prisca ainsi que Thierry Fresquet. Ce dernier me téléphone 15 jours avant m'annonçant qu'il venait se reposer dans la région et prendre un peu le soleil du Sud! Je crois que je lui ai bien vendu le truc aussi ... C'est à 10 H que l'on rentre sous terre tous les 7, et sans montre! Je découvre la cavité, je ne connaissais même pas l'entrée! Deux équipes se forment. Nous partons à 4 devant (Pétouille, Rémi, Thierry et moi). Le fait d'avoir de l'avance me permet de filmer tout en avançant. Les deux équipes se retrouvent avant le lac, endroit où  l'on mange un morceau avant d'enfiler les combis. C'est avec François et Rémi que je  pars, avec 5 kits ! Si les galeries deviennent plus grandes, celà ne reste pas moins  sportif. Je m'équipe dans la boue avec l'aide précieuse de mes deux copains, puis je les quitte pour partir dans ce siphon  un peu laiteux à cause des dernières pluies. C'est une diaclase large d '1m50 et haute de 3-4 mètres. 40 mètres plus loin je trouve la sortie entre des blocs pour découvrir une salle de grand volume ! Plusieurs galeries s'offrent à moi, de l'actif, du fossile ... Et toujours du volume ! Je prends un max d'infos, azimut tous les 5 mètres et je filme en avançant. Les images de la première sont médiocres, mais ça donne une idée. La topo du siphon est faite au retour. Je retrouve Rémi et François une bonne heure plus tard, heureux de me revoir à cause du froid, et impatients de connaître enfin la suite! Les 4 autres ont dû nous attendre 2h30 environ. Une fois le matos rangé, c'est  en file indienne  à plat ventre ou à 4 pattes pour une certaine durée, que nous avons rejoignons la sortie. J'espère que les infos permettront de shunter le siphon, en tout cas elles ont déjà relancé les prospections sur le causse pas plus tard que le lendemain ! TPST 10H.
 
Dimanche 9 avril : CABORNE DU BŒUF
St Hymetière (Jura)
Participants : Renaud, Amélie, Lucie, Léo, Cédric, Esther, Maureen, Gaelle, Tarchy, Jenny, Elise, Isa.
Isa : Chasse aux œufs et ballade sous terre. Tps : une demi-journée. Fin de matinée, rendez-vous chez Renaud. Pendant que les adultes prennent un café ou un thé, les enfants jouent sur la balançoire. Trois voitures partent en direction de St Hymetière. Pour éviter les vomis, on prend la route la plus droite. Sur place, pique-nique au soleil. Les enfants trouvent un petit triton alpestre dans les cailloux. On regroupe les enfants pour les mettre en tenue de spéléo. C’est une première pour les petits Locatelli. Pendant notre ballade sous terre, Cédric et Amélie jouent les cloches de pâques. Une fois ressortis de la cavité, les petiots courent partout à la recherche des lapins, cloches et œufs en chocolat. Tarchy lave le matériel spéléo sous la cascade. Encore une fois, le site commence à transformer les enfants, les bêtises commencent à arriver. D’un commun accord, nous mettons un terme à cette journée, très agréable entre amis. Chacun retourne dans ses foyers.
 
Vendredi 14 avril : CARRIERES DE CHASSAL
Chassal (Jura)
Participantes : Isa, Michelle, Jenny, Esther.
Photos en vue du congrès.
 
Lundi 17 avril : GOUFFRE VINCENT
Dortan (Ain)
Participants : Philippe, Valérie, Jean-Luc.
Jean-Luc : Cette sortie se décide sur le tard dimanche soir, ce qui explique si peu de monde malgré le soleil magnifique de ce lundi matin.Philippe veut revoir comment gérer le futur équipement qui sera mis en place pour le congrès début juin. Et veut tester son épaule si elle fait toujours mal ou pas. Pour moi, c’est tout le bonhomme que je veux tester ! Et Valérie... bin elle adore cette cavité !Pour une fois je respecte le timing. A 9h15 le Kangoo est sur le parking à côté de la voiture bus de Chaléa.Après les inévitables palabres de début de journée, Philippe rentre sous terre, suivi de Val. Je ferme la marche. Au sommet du P40, je retourne à la surface assouvir une fulgurante envie. En quelques bonds, je rejoins mes compères et on passe la lucarne, sans même se mouiller. Puisque tout va bien, on poursuit un petit bout dans la galerie Péchoux, et un bout en direction de la cheminée du mât. On est en polaire et mon envie de ramper dans l’eau et la boue s’en trouve quelque peu affaiblie. Je n’ai aucun mal à convaincre tout le monde qu’on peut aussi regagner tranquillou la surface comme prévu dès le départ. Vu qu’elle a peur de nous ralentir, Val prend un peu d’avance. Comme prévu je n’arrive pas à la suivre. Surtout dans la plus grande verticale... Bon, on finit quand même par tous ressortir ensemble.Dehors nos voitures se sont multipliées : 4 véhicules sur le parking ! Et bientôt 4 gens tout en gris apparaissent. Ce sont des gendarmes qui viennent pique-niquer à l’entrée du gouffre. Palabres, explications et ont les quitte avant qu’ils en arrivent au dessert.Voilà quelques années que je n’étais pas retourné dans cette belle cavité. C’est impressionnant le nombre d’amarrages qui équipent ou sont prêt à équiper les 100m de puits. Je n’ai pas compté, mais je suis sûr qu’il y a plus de 100 plaquettes ou autres amarrages en place... l’embarras du choix pour réaliser un équipement.TPST : env. 3h00
 
Samedi 22 avril : SOURCE BLEUE
Dortan (Ain)
Participants : SDNO : Lulu, Cédric, Renaud, Thierry. ASSC : Jean-Luc. Autres : David Bianzani, Daniel Robert, Isabelle Perpoli.
Lulu : Après être allé vendredi installer deux cordes, une pour la ligne de déco et une pour accrocher le matériel vers le mur, je sécurise le gros bloc carré qui menace de tomber. La racine qui le supporte est pourrie, et j’arrive à le poser au-dessous grâce à un pied de biche. L’eau est très claire. Samedi, un beau soleil nous accueille. Le matériel est rapidement déployé près du mur, et chacun prépare sa plongée. Renaud sert de porte-flash à Isabelle. C’est vraiment le jour à faire de la photo. Tout se passe très bien, et nous quittons ce lieu idyllique vers 16h.
 
Dimanche 23 avril : CARRIERES DE CHASSAL
Chassal (Jura)
Participants : Cédric, Esther, Loic et Sandrine (famille Lozano junior)
Esther : Tpst : 45 minutes. On emmène Sandrine dans un endroit large car ...grosse appréhension...et tout va bien...elle m'a dit que la prochaine fois, à la Caborne du bœuf...Elle viendrait!! Même Cros lapin a mis le nez sous terre...Voilà tout c'est bien passé !
 
Vendredi 28 avril au lundi 1er mai : STAGE LOT
Tour de Faure (Lot)
Participants SDNO : Lulu, Renaud. Autre : Nelly Boucher.
Stagiaires : Vincent Viennet (jura), Simon Moureau (Jura), Marc Latapie (56)
Lulu : Joelle devait nous emmener en Land Rover, mais ayant des problèmes de garde de chien, nous prenons le Trafic de Renaud. Voyage sans problème en prenant le contournement nord de Lyon, par Villefranche. Nous trouvons facilement le gîte, qui a tout pour plaire. Tout le monde arrive le vendredi soir et nous prenons nos marques.
Samedi : Début officiel du stage, avec un survol succinct des cours le matin, en appuyant sur la sécurité et le matériel. L’après-midi, nous partons plonger au Ressel pour l’évaluation et les exercices. Nous y rencontrons Pascal Poingt et Jean-Paul Leroux, une jolie doublette… Bonne plongée avec des stagiaires intéressants. Le temps est au beau, le siphon est clair.
Dimanche : Cours sur le fil, et les consommations. Nous allons ensuite les mettre en application à Trou Madame. Les plongées se passent bien, nous ressortons sous la pluie. Retour au gîte et discussions sur la plongée souterraine, but de ce stage.
Lundi : La plongée se fait le matin et nous allons à nouveau au Ressel, en retrouvant Pascal qui doit camper sur place. De retour au gîte, repas et rangement du matériel. Retour sans encombre grâce à Google Maps qui nous fait éviter les accidents et les bouchons.
Lundi 8 au mercredi 10 mai : STAGE FONTAINE NOIRE
Cize (Ain)
Participants SDNO : Lulu, Loïc, Renaud, Cédric, Isa. Autres : Francis Borneat, Nico.
Lulu : A l’initiative de Loïc, nous organisons des journées « découverte » pour la police du Lac Léman. Lundi : Loïc, Lulu, Renaud, Cédric, Isa. Première journée pour 4 policiers, dont Stéphane Markert. Nous débutons vers 9h45 par un café préparé par Isa, sous le barnum du CSO. Il ne pleut pas, mais le temps n’est pas au beau. La source coule, mais l’eau est légèrement trouble. Nous expliquons les techniques que nous employons en plongée souterraine, puis chacun accompagne un policier (ou une) dans la cavité, pour une prise de contact. Tout se passe très bien. Passé midi, nous partons manger dans le restaurant très folklorique à côté du viaduc. Puis c’est une nouvelle  plongée, avec des essais de plonger à l’anglaise ou en déstructuré. Tout le monde est ravi et nous quitte enchanté.
Mardi : Loïc, Lulu, Francis, Nico. Nouvelle séance avec des nouvelles têtes. Il fait très beau, et l’eau s’est éclaircie. Les plongeurs découvrent mieux la cavité, même si la plongeuse de service n’est pas convaincue. Nouveau repas dans la France profonde. Nico part chez lui réparer son wc, mais comme Nicole ne veut pas replonger, ça équilibre. Pose de fil et plongée en latéral. Certains rechignent à travailler… Mais tous sont contents.
Mercredi : Loïc, Lulu, Cédric, Francis, Isabelle, Bix. Il fait encore très beau, et la source s’est encore éclaircie. Nous avons à nouveau 4 stagiaires motivés. Nouvelles informations sur notre philosophie de la plongée souterraine, suivie de la plongée découverte. Francis, qui a oublié sa combinaison à Bourg, retourne la chercher, et arrive à temps pour faire plonger son stagiaire. Dernier repas dans notre auberge du cru. Le restaurateur nous arrondi la facture totale des repas, qui est de 315E, à 230E… Isa est très contente, il lui fait même le baise-main. Puis c’est la dernière plongée. Un stagiaire s’abstient, ce qui permet à Francis de rentrer. Les autres découvrent la plongée « à l’anglaise », et la difficulté de tirer du fil. Tout est plié vers 17h, un excellent stage avec des plongeurs apparemment très contents de leur expérience.
 
Samedi 20 mai : SOURCE BLEUE
Dortan (Ain)
Participants SDNO : Lulu, Loic, Renaud, Cédric, Emilien, Thierry. Autres : JM Vallon, Bruno Loisy, Jean-Luc, Philippe Monterrat.
L’eau est claire, il fait beau.
 
Dimanche 21 : GOUFFRE GERMINAL
Haute-savoie
Marc et Flo : Au programme Gouffre Germinal (Haute Savoie, sur le Semnoz) avec le speleo club de Thollon . Un  -200  en bordure de route  çà nous va bien …. Belle ballade TPST = 4h
Jeudi 25, vendredi 26 : FONT D’ESTRAMAR
Montpellier (Gard)
Participants : Cédric, Loic, Renaud, Thierry.
Renaud : Gros lapin s'est balladé dans les 200 premiers mètres. Loic et Thierry ont fait la boucle et se sont arrêtés à -122m, et moi à -80. Bonne plonge. .
 
Jeudi 1er juin : SOURCE DE BRIVE
Lavant les St Claude (Jura)
Participants : Lulu, Loic, Stéphane Markert.
Lulu : Je suis allé la veille préparer le chemin, couper des arbres gênants et fixer deux plaquettes pour le départ du fil. L’eau était claire, mais c’était sans compter l’orage qui allait succéder. Lorsque nous arrivons, l’eau est haute et coule doucement vers la Bienne. Elle est trouble. Malgré cela, Loïc et Stéphane rééquipent le fil jusqu’à 260m, peu après l’étroiture de -30m. Pour ma part, je déséquipe les nombreux vieux fils, mais étant en humide, le froid me fait ressortir. Je retends aussi la câblette en place. Loic déséquipe aussi le vieux fil rencontré. Belle plongée malgré tout. L’eau est redescendue pendant la plongée.
 
Jeudi 1er au lundi 5 juin : CONGRES NATIONAL DE SPELEO
Nantua (Ain)
Participants SDNO : Philippe, Véro, Isabelle, Cédric, Esther,Maureen, Gaelle, Julie, Cécile, Maryse, Bix, Lulu, Marc, Flo, Tarchy, Jenny, Elise,  Renaud, Loïc, Thierry, Michelle.
 
Samedi 10 Juin : SOURCE DE BRIVE
Lavans (Jura)
Participants : Loïc, Thierry, Renaud, Lulu, Cécile.
Lulu : L’eau n’est toujours pas claire. Loïc et Thierry équipent jusqu’à 500m, et nettoient le fil au retour. Renaud réalise la topo jusqu’à l’étroiture. Je fais les largeurs et hauteurs, en suivant les parois pour voir d’éventuels départs. Le tout rendu difficile par la mauvaise visi. 160mn pour Loïc et Thierry, 120mn pour renaud et 55mn pour moi.
 
Dimanche 11 juin : GROTTE DES SAINTS
Nantua (Ain)
Participants : Renaud, Amélie, Lucie, Léo, Lulu, Loïc, Bix.
Lulu : Philippe et Michelle ayant rééquipé samedi, et remis les photos et l’éclairage en place, nous décidons d’aller voir cette expo. La mairie a demandé de la laisser encore un mois. Le chemin depuis la ferme de la Tour est plus facile pour les enfants. Nous descendons le long de la falaise par un chemin facile, les enfants sont encordés. Dans la cavité, une main courante permet de ne pas glisser. L’éclairage est automatique grâce à des capteurs solaires. Nous croisons Bix au début du chemin. Belle et chaude journée.
 
Mercredi 14 juin : SECOURS FONT D’ESTRAMAR
Montpellier (Gard)
Participants : Loïc, Laurent.
Départ de Loïc
 
Dimanche 30 juillet : SOURCE DE BRIVE
Lavans (Jura)
Participants : Loïc, Renaud, Lulu, Surface : Cécile, Amélie, Léo, Lucie.
Loïc : Le niveau est environ 1m plus bas que début juin, Renaud et moi partons en propulseur, Renaud continue la topo de 240 à 470m. Je continue le rééquipement jusqu'à 590m pour une profondeur de -62m. A cette distance nous arrivons dans une grande salle, la suite n'est pas évidente, je fouille un peu,  je remonte au plafond de cette salle (-45) mais rien.  La visi était très bien mais les paliers me font signe qu'il faut rentrer... Durée de la plongée : 2h50. Lulu plonge jusqu'à 230m (-32m) et topographie la cheminée dans la première partie.
 
Lundi 31 Juillet : GOUFFRE VINCENT
Dortan (Ain)
Participants : SDNO : Valérie. Bellegarde : Bruno Moiret.
Val : TPST : 2h. Une petite sortie après le boulot, ça fait du bien. On s’équipe et hop, sous terre. On descend rapidement jusqu’à la lucarne. Du coup, il n’y a pas trop d’eau et grâce aux mains courantes que Philippe Buire a installé, on ne se mouille même pas les pieds. On passe donc très bien ; ensuite nous arrivons à la salle du carrefour. On progresse un peu dans un boyau qui nous amène à un endroit où il y a pas mal de glaise. L'heure tourne, on bosse le lendemain, donc soyons sérieux on remonte. Une petite bière, une salade en sortant et hop retour à la maison.
 
Mardi 1er août : GROTTE DE LA SERRA
Charix (Ain)
Participants : Emilien, Loic.
Loïc : Petite sortie avec Emilien pour aller vider le S3, avec la pompe qu’Isa nous a gentiment déposée le matin. Le S2 est à sec. Nous en profitons pour aller nous ballader jusqu’à la salle de la Vire. TPST : 1h30.
 
Samedi 5 août : SOURCE DE BRIVE
Lavans (Jura)
Participants : Loïc, Stéphane Markert, Thierry.
Thierry a oublié ses palmes, seuls plongent Loïc et Stéphane. TPST : 2h30. Exploration de deux cheminées larges, à 450m et après. Elles se resserrent au sommet, mais peuvent être des exutoires permanents. Visite sommaire de la grande salle.
 
Dimanche 6 août : GOUFFRE DE CHALEA
Thoirette (Jura)
Participants : SDNO : Philippe, Ronan, Val. Bellegarde : Bruno, Léo, Zian.
Val : Aujourd'hui pas de messe, on part en spéléo. Très belle marche d’approche, 200 m de dénivelé. Pas mal de mûrons défendus par les ronces, mais non supportés par nos mollets.... On arrive au gouffre. Philippe passe le premier, suivi de Ronan et de Bruno, Leo, Zian et moi.... Ca descend doucement. Ca fait longtemps que Ronan n'est pas descendu sur corde. Nous descendons donc jusqu’à la trémie. Pas moyen d’aller plus loin les bastings posés il y a longtemps sont devenus instables. Tout le monde teste la moindre petite galerie.... On remonte, tout le monde est content sauf celui qui devra redescendre chercher une go pro perdue au fond (Bruno). On sort, on affronte les ronces et hop retour à la maison... Nettoyage à la fontaine ; et oui, il faut bien qu’elle serve...
Lundi 8 août : GROTTE DE LA ROCHE GAROD
Cornod (Jura)
Participants : SDNO : Val, Lucy. Bellegarde : Bruno, Léo, Zian.
Val : TPST : 45mn. On s’ennuie, donc on va en spéléo. Petite sortie du début de semaine. Oui, c’est les vacances. Y en a qui veulent nettoyer leur combinaison propre de la veille. Alors on va la salir..... Petite marche avant de passer à table. Arrivés sur place avec la fine équipe. Changement rapide et direction la grotte. Arrivée  vers l'entrée, Lucy décide de faire passer tout le monde (même bruno), par le ramping qui fait mal aux genoux. Epreuve réussie pour tout le monde. Direction le fond ; passage du siphon à sec, juste un peu de boue de quoi se battre et de faire une séance maquillage pour Lucy. Du coup, il y aura vengeance à la sortie, broutage d’herbe pour Zian. Visite de toutes les galeries jusqu’au courant d’air.  Et retour qui sera rapide et par la sortie classique.  Nettoyage demain à la fontaine ou  peut-être aux Forges. Va savoir, on verra demain...
 
Vendredi 11, samedi 12 août : GROTTE DE LA MESCLA
Malaucène (Var)
Participants : Loïc, Thierry, Cécile. Autres : David Bianzani, Didier Quartiano, …
David : Notre aventure débute le vendredi à 9h30 du matin sur le parking de la grotte, au bord de la nationale. L’objectif est de transporter l’ensemble des charges pour 4 plongeurs, ainsi que des charges matérielles pour mener à bien notre aventure post siphon. Thierry et Loïc ne connaissent pas la cavité ; ils sont là pour se balader et découvrir les lieux, et par la même occasion, ils vont nous transporter nos bouteilles et propulseurs derrière le S1. Nous comptons par plongeur deux bouteilles de grosses capacités de 20 litres ou 12 litres 300 bars, un recycleur, un propulseur, quelques bouteilles de sécurité pour assurer une décompression en mode dégradé, puis le matériel de spéléologie (cordes, goujons, mousquetons, perfo, disto, appareil photo, bouffe, etc…) le portage nous demandera un grand nombre d’aller et retour. Nos amis se mettent à l’eau à 11h00, nous profitons avec Didou d’amener nos dernières charges et de finaliser l’équipement des bouteilles et matériel. Nous avons même le temps de nous faire une sieste en les attendant. Une heure et quinze minutes après leurs départs, les voilà de retour. Ils ont quand même fait la traversée du S2 avec un arrêt à moins 6m, ils voulaient se garder la sortie pour le lendemain. Ils enchaînent ensuite le transport de notre matos devant le S2 pour gagner du temps pour le lendemain. Nous sortons de la cavité à 15h30, nous avons le temps de profiter du beau soleil des Alpes Maritimes et de se restaurer dans un bon vieux chinois. Notre objectif de demain est de poursuivre l’exploration post S2 des puits escaladés l’année passée, avec la réalisation de la topographie. Nous démarrons le lendemain de bonne heure, 8h30 nous sommes à la grotte, Didou et moi partirons les premiers suivis une heure plus tard par Thierry et Loïc. Nous sommes assez rapides et efficaces, l’option a été choisie de plonger en combinaison humide pour faciliter notre progression post siphon. Il est 9h30 quand nous nous immergeons dans le S2, ce siphon est une merveille : grand clair, varié, c’est un bonheur de plonger dans ces eaux chaudes et limpides. Nous mettons 19 minutes pour traverser le siphon, comme on dit au pays on n’est pas venu acheter du terrain ou plutôt de la décompression…. Le temps de poser nos blocs, recycleurs, quitter les hauts de combinaisons, préparer le matos de spéléo il est 10h30 quand nous attaquons l’ascension sur les cordes. Là, deux surprises les mousquetons qui équipent les plaquettes des amarrages ont pris la lèpre, nous les changeons par des maillons rapides, le second est le type d’équipement choisi, tous sont en mono point ou amarrage naturel, avec une corde placée en sécurité pour grimper, qui est donc soumise au frottement. Je modifie tout ça histoire d’être sur les standards de l’EFS, histoire surtout d’être en sécurité. Nous trouvons sur le troisième puits la corde d’équipement qui est redescendue, c’est le signe que le puit est actif, nous prenons la précaution d’équiper hors crue. La corde a d’ailleurs pris de bonnes tonches nous remontons à pas de velours. Nous remontons ainsi quatre puits, au rythme de l’équipement des coups de perfo et marteau que nous décidons de nommer en mémoire des explorateurs venus à la Mescla, Eric Establie, Jérôme Leroy, André Ros, Gérard Moïse. Arrivée dans le haut du puits E.E., la suite est au-dessus de nos têtes, en face le Puit Jade (la fille de Fred), il nous reste 3 gougeons, nous optons pour un peu de première. Didou me laisse le privilège d’équiper ce beau P10m qui part plein vide. En bas je descends en libre deux ressauts de deux mètres, ça continue. Après un passage étroit, je distingue un puit qui doit faire 2m. Je remonte rejoindre Didou pour démarrer la topographie sur notre retour. Nous réaliserons une dizaine de visées, nous arrivons en bas du dernier puits, il est 15h00, un petit casse-croûte, le temps de reconditionner notre matériel nous repartons vers la sortie. Nous prenons un peu plus de temps pour profiter de la beauté des lieux et faire quelques images. A la sortie nous retrouvons Pierre et Christophe venus nous aider pour sortir l’ensemble de toutes nos charges. Cette exploration fut une réussite, rééquipement, topographie, et photos du réseau. Les données ont livré un dénivelé de 35m pour 50m de développement. Un super bon moment passé entre potes qui nous donne envie de revenir très vite….
Samedi 12 août : CABORNE DU BŒUF
St Hymetière (Jura)
Participants : Valérie. Bellegarde : Bruno
 
Samedi 19 août : SOURCE BLEUE
Dortan (Ain)
Participants : Cédric, Lulu, Emilien, Loïc. Autres : Sarah Thomas, Thierry Briolles, Stéphane Markert, Nicolas Henri, Didier Quartiano.
Lulu : Il fait beau, l’eau est claire. Plongée ballade pour certains. Je prends l’eau par un gant et fait demi-tour à -45m, trempé. Il en est de même pour Didier, combi percée. Loïc et Stéphane atteignent 800m. Thierry arrive après la bataille, commotionné comme certains d’entre nous par le repas de la veille chez Loïc.
 
Dimanche 20 Août : GROTTE DU BURLANDIER
Lalleyriat (Ain)
Participants : Loïc, Thierry, Didier.
 
Samedi 26 août : GROTTE DE LA SERRA
Charix (Ain)
Participant : Loïc.
Portage d’une bouteille jusqu’au bivouac pour la prochaine plongée du siphon amont. Les niveaux sont très bas. Loïc met moins de 2h aller-retour du véhicule.
 
Mercredi 30 août : GROTTE DE LA SERRA
Charix (Ain)
Participant : Loïc, Sylvain Poncet.
Portage d’un kit de matériel au bivouac, puis visite au S6. TPST : 4h.
 
Samedi 2 septembre : JOURNEE DES ASSOCIATIONS
Oyonnax(Ain)
Participants : Bix, Lulu, Isa, Esther, Michelle, Loïc. Passé : Renaud, Thierry, Tarchy, Jenny,  Cédric, Gaelle, Maureen,
Bix : Installation le vendredi à partir de 18h00, dès le montage de la petite grotte (juste une partie), bon succès d'estime. Le samedi, à partir de 8h00, installation du reste du stand (en particulier, Cécile sur corde et télés avec power point "Sorties enfants" sur une et films de Loic sur l'autre). Toute la journée, beaucoup de personnes se sont arrêtées pour discuter, bonne opération pour le club (et aussi, bonne organisation générale de cette journée). Fin du forum à 17h00, démontage (rapide), apéro avec les autres associations et resto chinois pour certains.
 
Dimanche 3 septembre : GROTTE DE LA SERRA
Charix (Ain)
Participant : Loïc, Valérie, Laurent. Surface : Lulu, Isa. Autres : David Bianzani. Bellegarde : Bruno Moiret, Clément Sage, Morgan.

Loïc : L'objectif du jour est de continuer l'exploration du S6 au bout de la galerie des Marmites. Le rdv est donné à 07h00 à Charix pour un café/croissant avec Valérie, Clément, Morgan et Bruno, ensuite direction la Serra, nous entrons sous terre à 08h20
Le matériel est conditionné dans 5 kits (avec un recycleur Triton, une combinaison étanche, une bouteille 6,8 litres à 300 bars, un dévidoir avec 280m de fil), je ne sais pas comment j'ai fait mais il n'y avait pas un kit plus lourd qu'un autre :-) Nous atteignons le S6 en 2h, 
Je plonge à 11h, j'arrive à l'ancien terminus (335m) en 14 min. Le siphon sort 55m plus loin ce qui fait une longueur totale de 390m pour le S6. J'arrive dans une galerie de 2m de large par 5m de haut, longue de 60m qui bute sur un nouveau siphon, je le plonge sur 5m à -3m pour arriver sur un passage étroit. Je bataille un quart d'heure avec une pente de galets pour  essayer de me frayer un passage mais ça ne passe pas....La visi se trouble, on reviendra :-)
Je relève quelques points pour la topo sur le retour, le siphon et la galerie partent plein nord.
Une rivière souterraine coule entre le S6 et le S6 bis. Je retrouve toute l'équipe au bout d'1h45, une petite pause, rangement du matos et c'est repartie direction la sortie. Nous croisons Laurent et David qui nous délestent de 3 kits au niveau du P7. Nous sortons à 15h35, où nous retrouvons Isa et Lulu qui se sont occupés du ravitaillement (au top!) La soirée se finit à Charix autour d'un plat de lasagnes où une certaine va finir dans le hamac du salon.
 
Samedi 9 septembre : SOURCE BLEUE
Dortan (Ain)
Participants : Loic, Renaud. Surface : Lulu. Autres : Bruno Loisy, Michael Spahn, Anne Rose Mildenberger, Jonas Fietz, Urs Anliker.
Lulu : la visibilité n’est pas au top, mais les plongeurs sont contents, ça aurait pu être pire.
 
Samedi 23 septembre : PUITS DU BOIS DES MILLIERES
Charix (Ain)
Participants : Lulu, Loïc, Isa, Thierry, Michelle, Cécile.
Lulu : Nous sommes allés voir le trou mercredi, avec Isa, Avant d’aller aux champignons. Le but était de voir l’état de l’entrée et comment installer une chèvre. Après avoir bu un café chez Loïc à 9h, nous nous dirigeons vers le gouffre. Grace à la tronçonneuse de Loic, nous installons un tronc de frêne, coincé dans la fourche d’un gros arbre d’un côté, et tenu par 3 baliveaux de l’autre. Pendant que nous équipons, les filles partent aux champignons. Les vieux étais restés au fond sont remis en place. Thierry et Loïc commencent à remonter des cailloux au-dessus du premier barrage, bientôt aidés par Michelle. Ils déséquipent vers 13h30, Loïc devant partir travailler. Ce qui ne nous empêche de faire pates et tarte à la moutarde chez lui, sous un beau soleil. Ce trou redevient très intéressant, car il est pile en amont du siphon que Loic a plongé dernièrement. Comme le réseau ne plonge pas, il y a beaucoup de chance de trouver de l’exondé derrière.
 
Mercredi 27 septembre : GROTTE DES SAINTS
Nantua (Ain)
Participants : Lulu, Bix.
Lulu : Partis vers 14h, nous allons déséquiper la corde, les câbles, les projecteurs et les panneaux solaires qui restaient.
 
Samedi 30 septembre : SOURCE BLEUE
Dortan (Ain)
Participants : SDNO : Renaud, Loic, Nicolas B, Lulu, Emilien, Nicolas. Autres : Bruno Loisy, Philippe Monterrat, Bernard Lebihan.
Lulu : Le temps est encore au beau le matin, et la source est claire. Plongée agréable pour tous. Essai de propulseur, déséquipement de vieux fil resté vers le fond.
 
Samedi 30 septembre : GROTTE DES HUGUENOTS
Injoux (Ain)
Participants : Bix, Isa, Michelle.
Isa : Tpst : 2h. RDV chez moi à 13h. Michelle a du retard car elle ne trouvait pas ses gants. On covoiture pour protéger la planète. Une fois sur place, des chasseurs pas très agréables se garent à coté de nous. On les prévient gentiment de ne pas nous tirer dessus. Leur réponse est claire : c’est à nos risques et périls. Cool ! On se change, et après 15mn de marche, on rentre sous terre. Bix est en pleine forme, et Michelle prend des photos. La grotte est relativement sèche. Nous faisons demi-tour au siphon. Bix se rend compte qu’il a son portable dans la poche. Il est étanche et fonctionne toujours. Une fois dehors, les chasseurs sont toujours là. Deux gros cailloux nous frôlent… Il pleut. Retour à la voiture, on se change et on rentre.
 
Samedi 30 septembre : GROTTE DES HUGUENOTS
Vallon Pont d’Arc (Ardèche)
Participants : Céline(SDNO) Oliv (SBAPS)
Céline : TPST : 1h30. On passait par là, on a vu du noir, on est entré ! Sur un vieux souvenir d’Oliv, et après le détour que je lui ai fait faire pour voir le Pont d’Arc, on s’arrête visiter cette grotte au-dessus de la route. Petite escalade du maestro et une corde me permettent d’accéder à l’entrée. A l’’intérieur, du grand, du beau, du chaud… Je n’ai pas l’habitude de tels volumes et de cette belle roche bien lisse. Ils savent recevoir, ces ardéchois ! On ne sortira même pas sales et en ayant vu quelques chauves-souris en prime. Si le rappel ne s’était pas coincé, obligeant Oliv à remonter, et si on ne risquait pas de se faire écraser en redescendant sur la route, ce serait parfait !
 
Dimanche 1er octobre : BARME FROIDE
Echallon (Ain)
Participants : Isabelle, Esther, Elisabeth Varela Lopez, Gaelle, Maureen, Jenny, Elise, Adèle, Nolan.
Elisabeth : TPST : 1h. Après un pique-nique au soleil, nous enfilons nos tenues. Isabelle part préparer le terrain. Après une montée de quelques minutes, pas des plus faciles, nous voilà à l’entrée de la grotte. Les enfants écoutent attentivement les consignes, on allume nos lampes  et, c’est parti. Il y a peu d’eau, c’est une grotte « propre ». On s’émerveille devant les paillettes qui ne sont que des gouttes d’eau. Oh ! Un fossile en forme de cœur. Il y a des petites araignées, des moustiques… Attention il faut penser à baisser la tête. Ah, de l’eau, les enfants sont contents de sauter dans les flaques ! Il fait plutôt bon, c’est agréable. Balade enrichissante, avec les expériences de Jenny. Nous voyons une petite cascade magnifique. Nous arrivons au bout, les petits accompagnés d’Isabelle passent par un petit chemin escarpé,  tout en écoutant les explications. En revenant, petite pause les enfants escaladent à plat ventre et,  chut on éteint les lampes et on écoute le silence… On rallume les lampes et, c’est pause bonbons ; merci Esther. On refait le chemin à l’inverse, c’est toujours aussi éblouissant. On retrouve l’entrée de la grotte, les rayons de soleil éclairent les branches  des couleurs de l’automne. On éteint les lampes, et c’est toboggan pour redescendre les enfants sont ravis, les adultes aussi. Le tout se passe sous haute sécurité, la route  est dangereuse. On se déshabille, et petite pause goûter. Et oui, la grotte, ça creuse. Merci les filles pour cette journée magnifique et enrichissante.
 
Dimanche 8 octobre : JOURNEES NATIONALES DE LA SPELEO
Cerdon (Ain)
Participants : SDNO : Julie, Harm, Isa, Loic, Thierry, Lulu, Marc, Maryse.
Lulu : Démarrage de l’activité vers 9h, en non stop jusqu’à 18h. 130 participants, le beau temps a contribué à la réussite de l’opération, malgré le nombre d’encadrants en baisse.
 
Jeudi 12, vendredi 13, samedi 14 octobre : FETE DE LA SCIENCE
Oyonnax (Ain)
Participants : Isa, Cécile, Esther, Maureen, Gaelle, Maryse, Tarchy, Bix, Loic, Lulu, Philippe, Renaud, Emilien, Jenny, Adèle, Elise.
Lulu : Cette année, l’exposition nature est remplacée par la participation de la SDNO à la fête de la science. Pour la spéléo, nous commençons mardi soir par la fixation d’une corde en double au sommet de la verrière du centre culturel, par Philippe assuré par Tarchy. Puis mercredi, c’est la construction de la petite grotte, et la préparation du stand plongée. Nous ciblons sur la sécurité de la gestion des gaz, avec la technologie des recycleurs. Jeudi et vendredi sont consacrés aux scolaires, auxquels sont proposées de  multiples activités. A la sortie de la petite grotte, Esther, puis Cécile et Maryse, leur montrent des expériences en rapport avec le milieu souterrain. Certains viennent de St Claude. Ce sont principalement des CP et CM2, avec des maternelles vendredi après-midi. La petite grotte a beaucoup de succès. Le samedi est dévolu au grand public, dont nous touchons un large éventail. C’est une très bonne opération pour l’image de marque de la SDNO.
 
Samedi 14 octobre : GOUFFRE VINCENT
Dortan (Ain)
Participants : Philippe, Loïc.
Entrainement aux équipements et pose de spits pour Loïc, afin de le préparer pour le stage SSF auquel il doit participer.
 
Dimanche 15 octobre : GROTTE DE LA SERRA
Charix (Ain)
Participant : Loïc.
Récupération du matériel laissé au-dessus de la salle de la vire.
 
Dimanche 22 octobre : GOUFFRE VINCENT
Dortan (Ain)
Participants : SDNO : Valérie, Lucie. Bellegarde : Bruno,
Visite jusqu’au puits du mât. Niveau de l’eau encore haut de ce côté.
 
Vendredi 27 octobre : GROTTE DES MOULINS
Septmoncel (Jura)
Participants : SDNO : Jenny, Elise, Adèle. SCSC : Jean-Luc, Julie Mischler
Jenny : TPST : 2h30. Nous arrivons sur place. Oups, Jean-Luc a oublié ses bottes. Il fait le trou en baskets. Heureusement, la partie que nous faisons est relativement propre, contrairement à la galerie de « la merdeuse », rebaptisée la galerie de la « chianlie » par Adèle. Jean-Luc part devant pour équiper la vire d’entrée, pendant que je finis d’équiper les trois filles. Deuxième bêtise, Julie met son baudrier, mais n’a pas de longes (Bruno, où avais tu la tête !). Je lui prête les miennes. Nous comptons les chauves-souris, qui sont en nombre. Des petits et grands rhinolophes, et des minioptères de Schreiber. C’est une belle sortie.
 
Samedi 28 octobre : GROTTE DE COURTOUPHLE
Matafelon-Granges (Ain)
Participants : Philippe, Isa, Michelle.
Isa : TPST : 3h30. But : Vérification des nouveaux équipements, avant l’hibernation des chauves-souris. On se retrouve à la fromagerie, vers la rivière d’Ain. On laisse une voiture en bas pour le retour. Une fois tous changés, petit pique-nique, et nous attaquons la montée, sous un beau soleil d’automne. Arrivés à « La Racine », un super courant d’air chaud nous souffle dans la figure. Je n’ai jamais eu aussi chaud dans cette grotte. Premier et deuxième rappel de corde, pas de soucis. La troisième corde se vrille et un joli nœud se forme en haut. Philippe doit remonter en escalade la paroi, pour récupérer la corde. Quatrième puits, je cherche la suite. Ne la trouvant pas, Philippe me rejoint, Michelle reste en haut. Je me suis loupée d’un étage, bien sûr. Ma poignée est dans le kit, vers Michelle, blonde que je suis. Les puits de la suite s’enchaînent sans problème. Une fois en bas de la « salle des Gardes », impossible de remonter le petit ressaut. C’est une vraie patinoire. Notre chevalier servant grimpe et installe une corde pour ces demoiselles. Surprise, il y a très peu de chauves-souris, une trentaine maxi. Ce n’est pas encore l’heure de faire dodo pour elles, il fait trop chaud et trop beau. On finit par sortir, et on retourne aux voitures en coupant à travers bois. Le nouvel équipement est bien, bonne sortie avec mes compères.
 
Dimanche 29 octobre : GROTTE DU BURLANDIER
Lalleyriat (Ain)
Participants : SDNO : Thierry, Loic, Cécile. Autres : Bertrand Hémard,
Visite pour certains qui ne connaissent pas. Bertrand fait un film. Le cadenas ne fonctionne plus, Loic le ressort.
 
Mercredi 1er novembre : GOUFFRE DE NANTABERY
Charix (Ain)
Participants : Philippe, Bix, Isa, Esther. TPST : 1mn, 17s.
Esther : A la chasse aux lésines… On n’a pas lésiné sur la lésine ! Je pars de chez moi, toujours à l’heure, comme d’habitude. Je vais chercher Isa, et ensuite Bix. Très logique…Et on passe par la route que je prends tous les deux jours ! On passe Charix, et on s’arrête sur un chemin pour attendre Philippe. Il arrive, et on prend les deux voitures. On prend le sentier et j’entends de drôles de bruits. Ah ! Mais ma nouvelle voiture est rayée !! On monte, je m’arrête sur les feuilles mouillées, et Isa me donne un cours de conduite. On marche dans les buis et je m’en prend plein la figure. On arrive au trou. Isa : Je n’aime pas quand je ne connais pas… Ils descendent dans le petit trou. J’entends Philippe : Je connais, on a fait péter au cordeau avec Bruno, il y a un an. Ca justifie les points d’interrogation sur les arbres, et ça ne sert à rien de continuer. Nous voilà repartis dans les buis pour rentrer.
 
Samedi 4 novembre : GOUFFRE DU MONT
Aromas (Ain)
Participants : Isa, Michelle, Lulu.
Lulu : Après avoir coupé la haie de Michelle, les filles décident d’aller au gouffre du Mont. Je les accompagne. Nous trouvons le trou facilement, les ronces n’ayant pas trop poussé depuis la dernière fois. Je fais 3 voyages à la voiture, pour mes gants, une sangle de dèv., puis une plus longue. Isa équipe, suivie de Michelle qui a oublié de remettre des piles dans sa lampe. Nous l’éclairons de chaque bout du P30. Je descends à mon tour pour voir que rien n’a changé au pied du puits : vieilles chaises pliantes, petits débris, salamandre. Nous décidons de remonter sans aller se trainer dans la boue infâme qui fait suite. Mon bloqueur de pied me laisse tomber depuis le départ, et je vois que l’âge ne m’arrange pas non plus dans les puits… Les filles suivent sans problème, et nous ressortons à la nuit tombante. Isa prévient Esther, qui se rend compte qu’elle ne sait pas où on était.
 
Vendredi 8 décembre : AG SECTION SPELEO
Bellignat (Ain)
Participants : Isa, Esther, Bix, Lulu, Loic, Cécile, Tarchy, Jenny, Renaud, Philippe, Véro, Maryse.
Lulu : Peu de monde pour cet AG, sans doute à cause du mauvais temps. Isa nous donne le bilan de sa première année de présidence. Esther nous présente ensuite le bilan financier. Nous faisons ensuite le point sur le matériel, et les achats effectués et à prévoir. Prévisions aussi sur les expéditions prévues en 2018. Nous mangeons  ce que chacun a apporté, et rentrons au chaud dans nos foyers.
 
Samedi 9 décembre : EXERCICE SECOURS
Hauteville (Ain)
Participants : SDNO : Philippe, Véro, Isa, Lulu, Lucie.
Lulu : Présentation des nouveaux conditionnements du matériel, par Guy, dans le local « GRIMP » de la caserne. Nous allons ensuite à la tour, réaliser de tyroliennes et des palans. Le soleil tempère un peu le froid ambiant. Vers 17h, replis dans la caserne ranger le matériel et se réchauffer devant le distributeur de café.
 
Dimanche 10 décembre : EXPE EN GRECE
Grèce
Participants : Laurent, Fred Swierszinski.
Accident de Laurent (avc). Sauvé par Fred au début de la plongée. Emmené d’abord à Tripoli (Grèce), puis à l’hôpital d’Athènes, où il est mis dans un coma artificiel. Il est enfin rapatrié à St Etienne.
 
Dimanche 10 décembre : GROTTE DE ST MARCEL
Bidon (07)
Participants : 7 dont les haut-jurassiens de coeur Marie et Olivier (SBAPS) et Céline (SDNO)
Céline : TPST : 5h. Il parait que c’est grand, beau et chaud, en tout cas c’est ce que nous vend Olivier, guide du jour. Nous récupérons la clef chez un particulier à Bidon et avec la fraicheur ambiante (3°C) et la bruine normande, nous nous changeons et partons d’un bon pas vers l’entrée. Cela s’apparente à de la randonnée souterraine puisque nous avons choisi de parcourir le réseau I (jusqu’au réseau Solvay) en traversant la partie touristique, donc pas d’équipements à prévoir hormis d’excellents éclairages car il faut le dire, c’est vraiment GRAND. Quelques chauves-souris nous accueillent (enfin, façon de parler car elles hibernaient…), dont une espèce méditerranéenne (le rhinolophe euryale)…ici, c’est le sud ! Un nouvel aménagement à l’entrée leur permet de nouveau l’accès à la grotte (précédemment murée). Avant de traverser la partie touristique, nous nettoyons nos bottes grâce à un point d’eau aménagé tout spécialement puis nous bifurquons vers le réseau Solvay. Nous profitons de la beauté du site : des gours, des draperies, des stalactites/stalagmites, coulées de calcite… c’est splendide. J’ai envie de faire des photos de tout et je ne suis pas la seule mais il faudrait beaucoup de temps et du bon matériel (avec flash déporté,…). Il y a aussi des traces de coups de gouge, des fossiles de coquillages, des ossements de chauves-souris, des fistuleuses, des disques qui tiennent comme par magie sur la paroi, des dépôts de calcite sur l’eau…impressionnant. Oui, c’est vraiment BEAU. Notre objectif atteint, nous mangeons dans la salle des repas et rebroussons chemin. Marie me montre de nouvelles fonctionnalités sur mon appareil photo et souvent nous devons accélérer le pas pour rattraper le groupe. Il fait très CHAUD dans cette cavité ! Retour en même temps qu’un groupe de novices bien encadrés et sortie de jour pour tous, même s’il fait toujours aussi …mauvais dehors. Un grand merci à Olivier, qui a tenu ses promesses…, et tous les copains pour cette magnifique sortie souterraine.
 
Jeudi 14 décembre: GROTTE DE THAIS
St Nazaire en Royans (26)
Participants : Jer (Grotteux vertacos) et Céline (SDNO)
Céline : TPST : plus de 2h. Rendez-vous est donné au petit matin pour aller récupérer du guano fossilisé dans cette grotte touristique – l’objectif est de le faire analyser (datation, espèces de chauves-souris ?). Nous récupérons les clés sur place et partons « gratter le rocher » à un endroit où celui-ci n’a pas été touché. Nous trouvons une couche marron d’un millimètre d’épaisseur dans la galerie supérieure et armés de gants et de bocaux stériles, nous récupérons ce que nous pouvons. Il nous faudrait 50g de cette couche dure et nous pesons régulièrement nos prélèvements, mais comme nous récupérons aussi du rocher…nous prélevons finalement 300g du tout. Ensuite, nous faisons un tour dans la cavité (plutôt chaude) non visitée en cette période et ressortons dehors au frais. En discutant sur le parking, nous rencontrons Xavier, David et Gab qui viennent plonger à Thaïs. Nous les aidons donc à transporter leur matériel, extrêmement lourd, et les regardons plonger dans la vasque émeraude. J’ai une grande pensée pour Bébert qui m’a bien souvent décrit ce site et bien sûr pour Laurent.
 
Vendredi 29 décembre : GOUFFRE DE NANTABERY
Charix (Ain)
Participants : Loïc, Cécile, Léo, Lulu.
Lulu : Nous partons prospecter la zone du gouffre au-dessus de Nantabéry, qui avait été déclaré « sans intérêt ». Jolie ballade en raquettes. Nous retrouvons facilement le balisage que j’avais posé pour le retrouver. Il n’y a pas de neige au fond, malgré les grosses chutes des jours précédents. Nous reviendrons donc le désobstruer au bon moment.