Adresse
/
Téléphone

EXPEDITION CHINE 2011

Vendredi 29 juillet au dimanche 28 Août : EXPEDITION CHINE 2011
Provinces du Sichuan et de l’Hubei.
Participants : SDNO : Lulu, Julie. Vulcain : Fred Delègue, Vincent Routhiau, B. et J .Lips. SC Aude : Jean-Marie Briffon, Claire Falgairac. Autres : Anthony et Raphaël Geneau, Fredo Poggia. Francette et Jean-Michel Lagrède, Paul et Annie Geneau.
Julie : RDV 8h et contre toute attente, tout le monde est à l’heure. Pendant que Dame Yvette distille les derniers conseils de sa longue liste, Patrick nous regarde partir avec une pointe de tristesse. Après 22h dans 3 avions différents nous touchons enfin le sol de CHONGQING. Le moment «d’Angouaaasssse» pointe le bout de son nez quand nous n’apercevons pas celui du Professeur Wan. Heureusement Vincent le retrouvera à la sortie suivante. Dans le bus, les plus habitués reconnaissent les quartiers de leurs souvenirs tandis que les petits nouveaux s’émerveillent devant ce monde inconnu. Quelques minutes de bus auront suffisent pour rejoindre le «Bordeaux Hôtel» dans lequel nous passerons la première nuit. Nous découvrons les luxueuses chambres duplex puis repartons en ville pour notre 1ère immersion. Tout y est: les odeurs de nourritures mêlées à celles des pots d’échappement, le bruit des klaxons entrecoupés de chansons chinoises sans oublier les nombreux et gigantesques buildings dont un seul contient la population d’une petite ville française. Les contrastes flagrants nous dévoilent un peu plus cet univers si différent. Après avoir rejoint le Professeur Wan et ses 3 étudiants, nous prenons la direction du restaurant où nous attend une fondue chinoise de compétition. Au maniement des baguettes, on devine rapidement les novices des expérimentés. Heureusement le professeur Wan est là pour l’initiation baguette.
Une petite vérification du matos pour digérer et le groupe se scinde en deux: Certains iront directement reposer leur yeux pendant qu’un petit groupe ira jusqu’à la place voisine sur laquelle des danses sont improvisés. Les gestes sont répétés, soigneux et donne au tout une certaine harmonie. A noter tout de même, que Lulu arrivera à se faire draguer par une chinoise visiblement en mal d’affection. Même si l’envie nous dicte de rester, la fatigue l’emporte et nous commande d’aller se coucher. Enfin, après de nombreuses heures sans sommeil, nous retrouvons la position couché sur un lit douillet.
 
Dimanche 31 juillet
Participants : Raphael, Anthony, Jean Michel, Francette, Maurice, Annie, Claire, Jean-Marie, Vincent, Lulu, Fred, Josiane, Bernard, Julie.
Participants chinois : Professeur Wan, Yuan, Lee, Tchen et nos 2 conducteurs,
Levés à 7h, nous découvrons les petits déjeuner à la chinoise… Jus d’orange chaud, petit truc bizarre épicés, ravioles fourrées à la viande, bol de jus de cuisson de riz ou riz au lait sans lait. Le choix nous est laissé. Nous prenons ensuite la route pour Mofu qui sera le point de chute pour la semaine à venir. Les moyens de construction chinois sont incroyables. Les ponts suspendus succèdent aux interminables tunnels. Pour la suite, c’est un peu flou, tout ce que je peux dire c’est que lorsqu’enfin mes yeux ont bien voulu se rouvrir, nous avions quitté l’autoroute. Après une gargantuesque pause repas à Lichuan nous, reprenons la route moins… roulante que la précédente. Les trous s’accentuent, le béton disparaît peu à peu. Pas de doute nous approchons. A Mofu, nous descendons à la «mairie» avant de faire connaissance avec notre hôtel où nous remangeons. Et dire que l’on m’avait dit «tu verras on maigris en Chine»… Tu parles, on ne fait que manger! Chacun finit par se trouver un lit et décharger ses affaires. A noter que certaines chambres sont dotées de salle de bain. Même en France les hôtels dans lesquels je mets les pieds ne sont pas aussi luxueux (Bon j’exagère un peu!). Nous finissons par fixer l’heure du levé et le lieu de notre destination. C’est la grotte du «8ème ciel» qui sera notre 1er terrain de jeu.
 
Lundi 1 août
Participants : Raphael, Anthony, Jean Michel, Francette, Maurice, Annie, Claire, Jean-Marie, Vincent, Lulu, Fred, Josiane, Bernard, Julie.
Participants chinois : Professeur Wan, Yuan, Lee, Tchen et nos 2 conducteurs,
Réveillés par les grosses averses d’eau, nous prenons le petit déjeuner à 7h30: œufs, nouilles chinoises dans un bouillons de poule, ail, gingembre… Bref, tout sauf de l’habituel et j’avoue qu’il m'a fallu quelques instant avant d’agiter mes baguettes! La pluie toujours aussi forte bouleverse tous les plans de la journée. Ce qui devait être une belle rando + spéléo devient visite touristique et shopping. La ville de Lichuan devient notre nouveau terrain de jeu.
Sans trop savoir ce qui nous attendant nous arrivons à Teng Long Dong («la grotte du dragon dans le brouillard mystérieux», j’adore leurs noms. Ca a tout de même une autre gueule que les nôtres). A priori nous sommes assez attendus puisque le professeur Wan tente de presser le pas. Les choses s’enchainent sans trop comprendre: Nous arrivons dans un gigantissime porche (je n’ai pas de mot pour le décrire) où nous attendent des voiturettes qui foncent à toute allure dans la galerie pour nous déposer. A un spectacle! Pas du genre petite lumière sur la gouttelette d’eau qui tombe mais d’avantage assimilable aux comédies musicales du palais des congrès! Notre rangée, marquée Vip (hé oui…) nous attend. C’est parti pour une petite heure de show avec danseurs, chanteurs, tenues de scènes… Ahuris par un tel décalage, nous en prenons plein les yeux. Puis les lumières s’éteignent et la visite guidée peut commencer. Les volumes sont impressionnants. Je perds vite le sens de l’orientation et ne doit pas être la seule puisque nous ne nous retrouvons plus. Le prof. Wan nous averti d’un autre spectacle avec projection sur eau. Pendant les démonstrations 2 petites lumières commencent à a apparaître. Peut-être une nouvelle pyrotechnie? Sans une future attraction visuelle? Hé bien non! Nous nous rendons assez vite compte qu’il ne s’agit que de Josiane et Anthony, en plein show, qui reviennent de la course aux bébêtes. Ha c’est français! Pour finir la visite nous rejoignons la perte. Impressionnant (je crois que je vais manquer de superlatif pour aujourd’hui…). Toute cette eau qui déferle de la vallée pour rentrer sous terre est ahurissante. Nous retournons au centre ville pour de rapides courses et faisons un arrêt pour nous renseigner sur de potentielles grottes. Une mamie et son petit garçon nous amènent à deux petites grottounnettes sans importance. Nous rentrons à l’hôtel sous la pluie. Idée du jour: par Vincent «C’est hallucinant»
 
Mardi 2 août
Participants : Claire, Jean-Marie, Julie
Participants chinois : Yuan, Tchen et 1 conducteur
Aujourd’hui le groupe est scindé en 2 équipes: Une montera jusqu’à la stèle de Mélissa pendant que l’autre entreprendra l’escalade de la grotte froide. Sur la route, toutes les sources, exsurgence et cascades crachent énormément. A Banqiao, le «top leader» nous attend, nous reçoit et nous invite à manger après quelques formalités. Les équipes se forment puis prennent chacune leur chemin. Kit – regardés, observés, échange, photo. Rivière, mais pas trop importante. Fond, cascade qu’il faut escalader. La cascade crache vraiment. Jean.Marie plein de courage se jette à l’eau et c’est peu dire me contraignant à le suivre dans les embruns. Mais c’est que ça mouille. Claire fait un aller et retour au marteau puis retournera près de l’entrée pour les bébètes. Et tout ça avec une sciatique. Qu’est ce que ça serait sinon. Pendant ce temps J.M perfore et monte. La tête dans les épaules, le front baissé, la capuche fermée, je tente de ne pas penser au froid qui picote les gants puis les mains (merci Claire pour les gants, et JM pour les piles et V pour les néo……gloups!). Tu verras, la Chine c’est extra il fait beau, il fait chaud qu’ils disaient. Je me répète leur phrase, collée à ma paroi assurant J.M en essayant de ne pas glisser dans la cascade. Et vous savez quoi, je crois que malgré tout, j’ai adoré ça (mais ne le dites pas trop fort, ou ils vont m’y renvoyer!) A plus de mi chemin demi tour. Sans doute a t’il pitié de moi! Rejoignons Claire qui s’apprêtait à nous rejoindre. Changement, puis tour des exurgences du coin. Retour Banqiao, repas, gambaï, N°2 qui disait être mon frère avait des envies de mélange familial… Retour à l’hôtel: «La Chine s’est comme le saké, ça te défonce»
 
Mercredi 3 août
Participants : Annie, Jean Michel, Francette, Julie
Participants chinois : Lee et 1 conducteur
Annie «Tu connais Indiana Jones, parce que là, je suis en train de vivre le film». Marche d’approche
Jeudi 4 août
 
Participants : Vincent, Raph, Josiane, Bernard, Julie
Participants chinois : Lee et 1 conducteur
Pantalon trempé. Sèche cheveux. Linge sur le toit… Retour à l’exurgence. Marche d’approche excellente, vue imprenable. Affluent laissé à gauche. Bifurcation à droite par un petit ressaut. Possible cavité après escalade (à droite, derrière un mur) ou après une ballade dans la jungle (à gauche d’une cascade de tuff). Nous laissons Raph aller jeter un coup d’œil: à droite, il parvient a grimper malgré un sol dérapant mais ne peut passer le mur. A gauche, après s’être arraché la moitié de la peau, il tombe sur une cavité. Captage. Il revient nous avertir. Part à la base de l’escalade. Porche immense: 70 mètres par 40. Topo, lac, plusieurs allers et retours, pas de sous combi mais débardeur, eau chaude. Deux suites possibles par des escalades (droite et gauche). Retrouvons les déséquipeurs fous… Retour par la rivière. Josiane contemple les bouses et gêne la copulation. Tentons prospect. 1er pipi en toilettes. Josiane. Retour, topo, CR et machine à laver. Il pleut à torrent. Le programme de demain risque d’être compromis!
 
Samedi 6 août
Grotte du 8ème ciel.
Dimanche 7 août
Rien car vomi.
Lundi 8 août
Journée Mélissa puis joujou journaliste
 
Mardi 9 août
Participants : Bernard, Jean-Marie, Claire, Julie, Tchen, Yuan et chauffeur
Phrase du jour: «Spéléologiquement désespérant, anecdotiquement excellent»
Comme convenu nous partons vers 9h pour Enshi et comme convenu nous mangeons dans un très bon restaurant avec les membres du gouvernement afin de, comme convenu déposer Jean-Mi, Francette, Annie et Maurice à l’aéroport. Enfin, comme prévu, nous scindons les équipes en 2. Quelque chose d’anormal se passe… Aucun imprévu, aucun «trouble» comme dit le prof Wan, aucun «may be, on devrait changer nos plans…».Cet imprévu respect du prévu me trouble et c’est avec le sentiment que quelque chose tourne trop rond que nous prenons la route vers Quiba.
La grotte froide : A destination, très bien accueillis, nous sommes guidés par un membre de la municipalité locale (vu son bureau et sa disponibilité je dirais qu’il s’agissait du number 102 de la mairie). Le premier trou que nous «visiterons» s’ouvre en plein milieu d’un champ de mais après 1minute10 de marche. Le vaste proche légèrement en contre bas garde des traces «d’habitation» humaine datant de l’exploitation du salpêtre. Bernard répartit les rôles et tandis qu’il part topoter avec Jean-Marie, Claire part en éclaireuse pendant que je joue la carte des relations publiques. Après quelques questions, nous apprenons que la grotte est longue et d’ailleurs il nous faudra bien… 1 petite heure pour en faire le tour! Résultat: environ 200 mètres de visées et un bon courant d’air dans une étroiture impénétrable. Je commence à retirer 2/3 cailloux pour sentir d’avantage l’air frais me caresser les oreilles avant que Jean-Marie me rappelle à la réalité: «tu sais Julie on ne fait pas ça en Chine. Chez nous oui, mais pas là». Le cœur gros, je tourne le dos à cette lucarne soufflante. Je ne sais si c’est pour me consoler mais Jean-Marie me rassure en m’affirmant que si je voulais des trous à gratter il y en a plein chez lui… Oufff me voilà soulagée, mon avenir de taupe est assuré!
Grotte du dragon (long cave) : Il est déjà 16h30 mais l’envie de voir un autre trou l’emporte et nous rappelons notre guide. Il nous attend quelques mètres plus bas avec 2 de ses supposés collègues, au bord de l’autoroute. Bernard plaisante et les imagine nous faisant traverser l’autoroute…Nous rions de bon cœur… jusqu’à ce que son imaginaire devienne notre réel. Aux ordres de la dame au gilet fluo, nous courons entre les camions, entrons dans le tunnel puis prenons la 1ère porte à gauche pour tomber… dans une cavité! Toute bétonnée, la cavité semble se développer en suivant l’autoroute. Les lumières harmonieusement (à la chinoise bien sûr!) disposées nous indiquent le cheminement. Claire se met aux instruments, Jean-Marie dessine, Bernard chapaute l’ensemble pendant que j’avance. Après quelques escaliers, je crois halluciner: un chemin en sac de ciment reconstitué nous offre une piste parfaitement calée sur plusieurs mètres. Sont fous ces chinois ! Le fond me parait vite atteint mais Jean Marie me prouvera que j’ai tort en trouvant la suite au dessus d’une coulée de calcite. Un courant d’air intermittent nous guide jusqu’à une petite salle avec une vue imprenable… sur l’autoroute. Ha, ça y est, nous venons de trouver la source de la circulation d’air de ce souterrain surprenant. Nous n’irons guère plus loin et n’échapperons pas à la photo de groupe quasi-officiel avant de regagner les pots d’échappements. Nous ironisons sur les quelques mètres de topo tout en étant conscient du moment unique que nous venons de passer. Les jours passent et les surprises ne s’affaiblissent pas. Nous repartons en bus pour 2 bonnes heures de route avant de regagner l’hôtel et Josiane qui aura passé toute la journée à zieuter ses bébêtes et récurer sa salle de bain. Notons que cette dernière action n’est pas passée inaperçue auprès des membres de l’hôtel. Ainsi, tandis que nous bavassions sur notre journée, une souriante dame et son cul-nu de fils arrivent, savon sous le bras, trifouille les boutons et s’enferme dans la salle de bain pour une longue douche. Discrètement (ce qui ne pouvait pas être le cas), ils ressortent contents de leurs lavage nocturne…..Surprenante Chine!