1 route digue 97490 Sainte Clotilde
|
0262 73 19 89
Logo Ligue
LRSBF&DA
Présentation de la Savate et DA

Histoire.   1820 née dans le faubourg parisien de la Courtille, elle s’appelait alors la « savate », ou le « chausson » lorsqu’il s’agissait d’enseignement militaire. Vers 1830 après avoir étudié la boxe anglaise à Londres, Charles LECOUR ajoute la technique des poings à celle des pieds et crée la boxe française. 1877 Joseph CHARLEMONT (1839-1914) publie le 1er livre technique de boxe française. 1899 combat historique de CHARLEMONT (qui l’emporta) contre l’Anglais Jerry DRISCOLL, champion de boxe anglaise. Vers 1900 enseignée dans armée, écoles et sociétés sportives, devient sport national. Vers 1940 décline car concurrencée par la boxe anglaise professionnelle. 1973-Fédération nationale de boxe française créée, deviendra en 1976 la Fédération française de savate-boxe française et disciplines associées (49, rue du Faubourg-Poissonnière, 75009 Paris). 1985  Fédération internationale de boxe française-savate créée. 2000 devient Fédération internationale de savate.

Pratiquants célèbres : Alexandre DUMAS, Eugène Sue, Théophile GAUTIER, Honoré DAUMIER, Georges COURTELINE, Georges CARPENTIER, Ernest HEMINGWAY.
Lutte parisienne : méthode de combat non codifiée, d’attaque et de défense, en usage à Paris dès le début du XIXe s., était encore pratiquée en France jusque dans les années 1950 sous forme de démonstration par les tireurs de boxe française et de savate ; introduite à la Préfecture de Paris par François VIDOCQ lorsqu’il prit ses fonctions comme inspecteur de la Sûreté (actuelle Sécurité publique) sous la direction d’Henry, adjoint du préfet DUBOIS ; dans sa Méthode de boxe française, Me CHARLEMONT consacre quelques pages à cette discipline (ramassements et passements de jambes, enfourchements, etc.) ; combinaisons de coups en percussion de toutes les parties des 4 segments et de la tête avec des saisies et des projections très efficaces ; peut se définir comme une fusion de pancrace et de pugilat ; proche de l’affrontement en situation réelle, a inspiré les créateurs du sambo et de la capoeira ; actuellement, à travers la méthode dénommée savate-défense, la Fédération française de boxe française-savate réintroduit ces gestes anciens dans son patrimoine.

Règles.   Sport de combat utilisant les pieds et le devant des poings pour donner des coups. Pesée obligatoire avant chaque rencontre.

TechniqueCoups de pieds : 3 principes : fouetté, jeté direct et balancé ; 6 catégories : fouetté, revers fouetté, chassé, revers balancé, revers groupé, coup de pied bas. Coups de poings : 2 principes : jeté direct et balancé ; 4 catégories : direct, crochet, uppercut, swing. Interdictions : coups donnés à la nuque, à l’arrière et au-dessus de la tête, au triangle génital, au dos, et pour les femmes à la poitrine. Au début du combat, on se place en garde.

Rencontres.  3 sortes selon le niveau technique. Assaut : jugé sur technique et précision des coups. Combat 2e série : ajoute à l’assaut une énergie suffisante pour que les coups soient portés avec efficacité (port du casque et des jambières obligatoire). Hors combat possible, noté de 0 à 6 pour la technique et le style, et de 0 à 4 pour la combativité et l’efficacité. Combat 1re série : port du casque et des jambières interdit, même critère d’appréciation, mais à partir d’un jugement de valeur étalonné de 1 à 3 par reprise. Duo : évolution à 2 (messieurs, dames, mixte), fondé sur la coopération technique. Les rencontres se déroulent en 2, 3, 4 ou 5 reprises de 1 minute 30 ou 2 min séparées par un arrêt de 1 min. Exemples : seniors messieurs : 5 reprises de 2 min en championnat de France seniors et rencontres intern. ; dames : 4 reprises de 2 min en championnat de France. Décisions : victoire par hors combat ou « aux points », match nul ou non-combat, arrêt de l’arbitre, abandon, disqualification.

Classement.  En série, selon résultat en compétition. Messieurs et dames : 3e série (assaut), 2e série (combat), 1re série (combat).

La Savate Boxe Française à La Réunion


C’est autour de Jean Pierre LANGUET ( Président fondateur), Philippe BOURGEON et Claude CLERGUE que se forme la structure officielle qui voit le jour le 27 décembre 1978 : « La ligue Réunionnaise de Boxe Française Savate et Discipline Associées » entre dans le paysage sportif réunionnais. En 1979, la ligue compte déjà 17 clubs et 400 licenciés.

Dès lors la boxe française n’est plus un sport confidentiel pratiqué par quelques initiés, car une forte demande émane des jeunes de l’époque qui trouvent leurs repères dans les sports de combats. Elle connue immédiatement un vif succès auprès des jeunes réunionnais. L’engouement pour la pratique de cette discipline favorisera l’émergence de jeunes talentueux sportifs, notamment comme chef de file, Jean René DREINAZA, qui fut le premier adepte de la boxe française locale a levé haut l’étendard de la réussite réunionnaise dans le ciel métropolitain.

Il en suivra de même quelques années plus tard pour Jacques DOBARIA, qui fut le premier champion du monde en 1991, Johnny DELIRON, Johnny CATHERINE, Jean François VOLCEY, Jean François PERITA, Yannis RACINE,  Giany ALAMELE, Georgy FERNANTE, Fabrice AURIENG, Damien MALLARD, Laurent CRESCENCE, Lionel LAURENT, Mathieu BOUCHER Yohan TRILLE Eddy MARIMOUTOU .

Les jeunes moins de 18 ans se sont égalemnt illustrés en 2011, 2013 avec Honorick MICHO et Nicolas BARDEUR, 2015 avec Yvan ALCIMEDON et Hypolite CALIZINGOUE et plus récemment en 2019 avec Pierre PAYET. Tous couronés par un titre de champion du monde.