Bonjour Aymeric. Peux-tu te présenter ?


Je m’appelle Aymeric Laurance, j’ai 33 ans, je vis à Piré-sur-Seiche en concubinage et j’ai un enfant. Je travaille dans l’ossature pour les maisons en bois et je suis désormais le nouveau coach des seniors de l’OSA.

 


Quel est ton parcours dans le football ?


J’ai commencé en tant que joueur à Ossé en 1992 où j’ai évolué durant deux ans. Je suis ensuite parti à Châteaugiron où j’ai fait toutes mes classes jeunes. J’ai quitté le club à 17 ans pour rejoindre La Vitréenne durant une saison, avant de revenir à Châteaugiron pour quelques mois. Puis j’ai ensuite signé à Domloup où je suis resté pendant dix-sept ans, treize en tant que joueur et quatre en tant qu’entraîneur. Et me voici désormais à l’OSA.



Pourquoi avoir choisi de rejoindre l’OSA ?


Je connaissais déjà plusieurs personnes du club, je n’étais donc pas en terrain inconnu. Je ne voulais pas arrêter le coaching après avoir quitté Domloup. Plusieurs joueurs avaient décidé de me suivre et cela correspondait parfaitement avec les attentes et le projet de l’OSA pour la saison à venir. Je connais l’ambiance ici et je l’apprécie beaucoup, tout comme les personnes qui composent le club. Pour moi, c’était une évidence.



Quels sont tes projets et tes ambitions ?


Cette année, l’objectif est clair : la montée. On a largement le potentiel pour faire évoluer cette équipe en D2. Ce serait également bien de faire un beau parcours en Coupe de District, c’est quelque chose qui me tient à cœur car on a l’occasion de jouer des équipes qui sont au-dessus de nous et c’est toujours plaisant de s’y frotter et gratifiant quand on peut en sortir une. Comme on aura également la possibilité de jouer le Challenge 35 (une compétition qui regroupe les clubs de D3 et D4 du District), ça peut également faire partie de nos ambitions. J’ai déjà gagné une coupe en tant que joueur, et c’est un de mes meilleurs souvenirs, si ce n’est le meilleur.


À plus long terme, sur une période de cinq ans, mon but est de faire retrouver la D1 à l’OSA, une division que le club a connu en 2017-2018. Après, pourquoi s’interdire d’aller chercher plus haut ? Mais déjà, sous trois ans maximum, il faudrait qu’on remonte en D1. Après, on sait ce que quand on surfe sur une dynamique, on peut enchaîner deux montées comme cela avait été le cas à l’époque pour le club. Étant optimiste, j’espère vraiment qu’on pourra remonter à ce niveau d’ici deux ans.


L’OSA n’a jamais été jouer en Ligue, donc pourquoi pas atteindre ce niveau d’ici cinq ans ? Ce serait une grande première pour le club. Mais on sait que ce sera difficile, car il y a beaucoup de variables à prendre en compte : dans quelle poule on tombe, les joueurs qui garnissent l’effectif, etc. Je l’ai vécu déjà plusieurs fois avec Domloup. Alors qu’on avait une équipe au-dessus du lot, on n’arrivait pas à franchir ce palier.

 


Comment te décrirais-tu en tant que coach ?


Je suis quelqu’un de très droit qui demande beaucoup à ses joueurs. Mais je sais également leur rendre ce qu’ils m’apportent. Je suis une personne franche. Si un joueur a été bon, il le saura. Et s’il ne l’a pas été, il le saura également, tout en conservant un côté pédagogique qui est indispensable. En tant que joueur, j’étais une tête de lard, je grognais beaucoup et je grogne aussi en tant qu’entraîneur, mais c’est avec un seul but, faire progresser les joueurs et les amener à aller chercher plus haut. J’aime aller de l’avant, je joue tous les matches pour les gagner, peu importe l’équipe qu’il y a en face. Je suis un grand compétiteur. Je sais qu’on ne gagnera pas tous les matches.


Aymeric Laurance : « L'OSA, c'était une évidence »

Ancien coach de Domloup, Aymeric Laurance a décidé de rejoindre l'OSA pour prendre en charge le groupe seniors et l'équipe première du club, épaulé par Vincent Grill. Entretien.
187384206_2970336863203743_6308840746031705693_n.jpg
ce site a été créé sur www.quomodo.com