Mardi 9h15, départ vers le col de Vars. A peine 3 km que nous sommes partis et nous voilà déjà sur une route large et belle, aux courbes jamais piégeuses.
Excellent pour enrouler dès le matin. Nous arrivons rapidement au col de Vars, mais la descente sera moins... rapide.

Ils signalaient bien des travaux au départ de Guillestre mais le col n'était pas fermé. Dans la réalité, une chaine nous arrête et les gars du chantier nous demandent 1 heure avant de pouvoir nous laisser passer. Les motos arrivent, de tous types et toutes nationalités, nous discutons avec un couple de la Loire en XJR... moments sympas.

Quand ça repart, la route encore en travaux sur quelques kilomètres et le cortège qui s'étire imposent une allure plus tranquille. Mais ça change rapidement, en fond de vallée, et nous rejoignons Barcelonette sans tarder.

Bloqués dans la descente du col de Vars

IMG_0257 - L'arret se prolonge.JPG

Vue vers le sud depuis le col de la Cayolle

IMG_0269 - Vue vers le sud depuis col de la Cayolle.JPG
De là nous attaquons le col de la Cayolle. Route étroite (voire très étroite) et bosselée (voire très bosselée) les trois quarts de la montée sont peu roulants.

Nous traversons des gorges dans un paysage typiquement méditerranéen.
A quelques kilomètres du col le revêtement est meilleur et le cadre plus montagnard.

Sur l'autre versant, après quelques kilomètres dégradés, la route s'arrange et devient moins pentue. Nous rejoignons la vallée et l'allure s'accélère jusqu'à Guillaumes où nous faisons la pause déjeuner... il est 13h00.

A 14h00 nous repartons vers Valberg. Attention de ne pas prendre la première indication à gauche dans Guillaumes, ce n'est pas la route directe.
La montée est rapide sur un bon revêtement et des courbes larges, jusqu'à la station de Valberg.

Le col de la Couillole se fait dans la foulée, sur une route du même style. Le paysage est différent de la veille, nous montons moins haut maintenant.


La descente est toute autre, raide et très sinueuse, on se croirait en Corse ou dans les Cévennes. Les vallées sont encaissées, les villages accrochés au rocher, et... les pompes à essence inexistantes !!!

L'arrivée au col de la Couillole

IMG_0271 - Montee au col de la Couillole.JPG
J'attaque donc la montée du col de St Martin avec une certaine réserve... pour ne pas y tomber trop vite, en réserve justement.
Dommage, la route sinueuse au bon revêtement aurait permis un rythme plus rapide.

Heureusement, à La Bolline, petit village accroché à la pente, une pompe à essence "de ma jeunesse" nous permet de refaire le plein. Discussion avec le pompiste, sur les tracas administratifs et règlementaires qui obligent bien souvent ce genre de petits commerces à fermer.

Le col de St Martin passé, nous descendons sur St Martin de Vésubie par une route offrant de superbes panoramas. Etroite et sinueuse elle appelle à la plus grande prudence.

Nous descendons la vallée de la Vésubie jusqu'à La Bollène Vésubie, où nous bifurquons à gauche pour attaquer le mythique col de Turini. Et bien le mythe est à la hauteur de sa réputation. Difficile de ne pas "attaquer" sur cette spéciale du "Monte Carlo". Je cravache pour remonter une moto, aperçue quelques lacets au dessus... surprise nos amis à la XJR de ce matin qui ont suivi un autre itinéraire jusque là. Je coupe mon élan pour me fendre d'une photo qui vous donnera à elle seule l'envie de faire cette route...

La descente sur l'autre versant est bien moins belle. Etroite, sinueuse et bosselée, elle n'en finit plus.

Vue sur St Martin Vésubie

IMG_0278 - Vue sur St Martin Vesubie dans la descente du col de St Martin.JPG

L'ascension du col de Turini

IMG_0281 - Montee du col de Turini.JPG
Arrivés à Sospel, on remonte tout de suite vers le col du Castillon. On aura eu l'impression de montagnes russes aujourd'hui.
Cette dernière ascension est courte. La route est étroite et assez sinueuse, mais c'est le dernier col, et pour finir en beauté j'accélère le rythme. Quelques bosses et compressions font bouger la moto, mais le sommet est vite là.

La descente à peine entamée, la mer se dessine entre deux montagnes. Menton est là tout près. Par contre la plage est difficile à atteindre à cause des embouteillages et de la circulation "sudiste" ce qui fait dire à Olivier que l'on aurait du s'arréter à Sospel pour ce soir.


Il est 18h et nous avons roulé 265 km. Après la photo d'arrivée, et quelques gymkhanas, nous rejoignons La Turbie où Daniel (un collègue de boulot en chantier dans la région chez qui nous dormirons ce soir) nous attends avec de la bière fraiche et un bon barbecue. La soirée se poursuivra assez tard...

Olivier souffle à l'arrivée du col de Castillon

IMG_0284 - Au col de Castillon.JPG
ce site a été créé sur www.quomodo.com