ROUE D'OR BRIGNOLES
L'histoire du cyclisme brignolais a plus d'un siècle. Celle de la Roue d'Or quatre décennies.
L'aventure du Tour a débuté en 1 897 par la volonté du conseil municipal de l'époque. Les élus de la commune avaient alloué, pour la première fois, une subvention de 50 francs (une belle somme) à une organisation sportive pour animer le centre-ville de Brignoles. Mais on ne parlait pas encore « Roue d'Or ». Puis vinrent les années vingt. L'AS Brignoles, club de football, créait la première section cycliste de la ville et les rouleurs du coin s'offraient souvent la mise chez les amateurs. Fin des années cinquante, le cyclisme local franchit un nouveau palier, celui des organisations professionnelles.
« Féli » le premier de tous
Les fameuses « Rondes de Brignoles » attirent tous les grands noms du cyclisme mondial. Elles animaient le Cours, mais les premières étaient organisées sur la coupe obligatoire d'un club cycliste. Celui de Carcès faisait office de caution. Félix Aimé ne pouvait se satisfaire de cette pratique obligatoire. En 1967, il portait sur les fonds baptismaux la « Roue d'Or de Brignoles » premier club cycliste de la ville. Maurice Laflache, Jean Martin, Émile Martinat, Maurice Blanc l'accompagnaient dans cette aventure. Dans ses rangs un jeune coureur pointait le bout de son nez. Alain Escudier commençait à écumer les routes de la région. Il reste, à ce jour encore, le plus beau palmarès brignolais de l'histoire du club avec deux cents victoires à son compteur. Après une longue carrière chez les amateurs, il prendra la direction du club et succédera au regretté « Féli » en 1992.
La présidence d'Alain Escudier
Sous sa présidence naîtra la première course à étape brignolaise, les « Portes du Var ». L'organisation estampillée « Roue d'Or » attire les meilleures équipes d'amateurs de l'hexagone, durant sept éditions. Elle cédera sa place, en 2004, à un nouveau coup de poker des responsables brignolais et de son président. Août de cette année restera gravé dans l'histoire du club comme une référence, avec le déroulement, sur trois jours de championnat de France de l'Avenir. Toutes les catégories se succèdent sur le circuit brignolais. Des minimes, aux élites.
Et celle de Jean Broquier
Avant de céder sa place en 2007 à un troisième président, Alain Escudier décroche le départ de l'avant-dernière étape du Paris-Nice. La « Roue d'Or » est encore à l'honneur. Après dix-huit ans de bons et loyaux services, Il passe le relais à un troisième enfant de Brignoles, en novembre de la même année. Jean Broquier assure la transition. La tâche n'est pas simple, mais le troisième président débute sa « carrière » à la tête du club grand braquet. Il « offre » à la ville (avec l'aide précieuse de son ami Alain Escudier), le plus beau souvenir qu'elle pourra se payer : une arrivée d'étape du Tour de France. Il sera difficile de faire mieux, mais à la « Roue d'Or on a décidément compris depuis longtemps qu'à l'impossible nul n'étant tenu, on pourrait encore faire mieux. Même si ce sera difficile. Chiche !
G. R.   Nice-Matin 

PHOTOS DEVANT NOTRE PARTENAIRE EMBLEMATIQUE BREBAN