A la recherche d'une identité

D'un côté, le président en place depuis quatre ans, Dominique Lallemant. Quiévrainois convaincu, sa vision du football au sein de l'AS est de parfaire l'encadrement des jeunes pour qu'ils puissent s'épanouir dans leur discipline en toute sécurité. De l'autre, Hugo Hurtevent, enfant de Baisieux, ex-joueur de Baisieux et actuel entraîneur de Baisieux. Deux amis aux visions parfois opposées.

"L'occasion a fait le larron", lance Dominique Lallemant. "Cela faisait des années que la commune de Quiévrain voulait regrouper les deux clubs. La dissolution des "Rouge et Blanc" a permis de rassembler tous les jeunes sur un seul site. Et si pour l'instant, nous évoluons à Baisieux, l'idée est à terme de déménager sur le site de Quiévrain. Je trouve qu'on est mieux installé là-bas qu'ici, pour cette raison: le site est en retrait de la route et permet aux jeunes d'y évoluer en toute sécurité. Ici, à Baisieux, nous sommes situés juste au bord de la chaussée et j'ai toujours la crainte de voir un accident survenir."

La raison est tout a fait louable. Le terrain a d'ailleurs déjà été préparé à ce déménagement. "La buvette a été repeinte en mauve, couleur de Baisieux", reprend Hugo Hurtevent. "Cela a créé un petit tollé, tant les gens étaient habitués à voir du rouge et du blanc. Mais personnellement, ça me chiffonne un petit peu d'avoir à déménager là-bas." Nous l'avons déjà dit plus haut, Hugo Hurtevent est un Basigomien pure souche. "Ca passe moins bien auprès des gens ayant toujours connu le club sous une seule identité. Ils aiment protéger ce qu'ils ont toujours connu comme tel! Toutes ces fusions et autres rassemblements ne m'intéressent pas."

Là-dessus, Dominique Lallemant vient appuyer son argumentation sur l'utilité de deux clubs au sein d'une même entité. "C'est une ineptie! Avoir deux clubs du même niveau dans un rayon si proche ne fait pas avancer les choses. Je me répète, mais mon but premier est d'occuper les jeunes dans un cadre sécurisé. Le site de Quiévrain me paraît être la meilleur solution."

Il y a à boire et à manger, comme le dit l'expression, même si ce genre de situation ne laisse jamais personne satisfait à 100%.

Réagissez à l'article
Déjà 4 commentaires sur ce sujet

Un club qui bouge


Le frère d'Hugo, Noam, a chaussé ses premiers crampons il y a plus de 25 ans au sein du club de Baisieux. A l'âge de onze ans, il se tourne vers les Francs Borains où il évolue jusqu’en équipe « première », durant quatre saisons. Par la suite, il reviendra au club de ses premières amours où il retrouvera son frère désormais entraîneur. "J'y suis profondément attaché", précise l'intéressé. "Et je m'y suis impliqué de plus en plus au fil des années. Avec d'autres amis, nous tentons d'animer le club par le biais d'activités, mais aussi le village tout entier! Ainsi, il y a un mois, nous avons organisé la ducasse du village, chose qui n'était plus arrivée depuis bien longtemps. Plus tard, nous envisageons d'aller voir des matches de l'équipe belge, d’organiser deux soupers plutôt qu'un seul, ou encore une soirée dans le courant de la saison."  Si la bonne volonté permet la mise en place de tels projets, c'est tout autre chose concernant le public. "Je le trouve trop peu nombreux. Il y a deux semaines, alors que nous recevions Horrues dans le match au sommet, nous avons comptabilisé seulement 40 entrées. Nous n'avons pas vraiment de solution face à ce problème actuellement!"

pad'r.jpg

Un isolement qui pose problème

L'AS Baisieux Quiévrain 70 compte en ses rangs pas moins de 120 jeunes répartis dans toutes les catégories d'âge, un chiffre dont n'est pas peu fier Dominique Lallemant. "Il y a chez nous une réputation de club familial avec de nombreux jeunes de qualité. Je ne compte pas le nombre d'éléments que nous avons prêtés à des clubs de nationale, que ce soit Tournai, Boussu Dour ou encore Saint-Ghislain Tertre-Hautrage. Nous avons toujours eu une excellente réputation dans le domaine."

La statistique a de quoi étonner quand on observe le relatif isolement géographique du club, juste à la frontière française. Si cela n'a aucune conséquence sur les jeunes, il en est tout autrement pour l'équipe « première ». "Nous avons beaucoup de mal à transférer", reprend Hugo Hurtevent. "L'exception cette année vient d'Arnaud Cordier, qui nous a rejoints suite à la présence d'autres amis dans le noyau. Mais quand j'ai contacté des joueurs de Wasmes, la réponse a été négative suite à l'éloignement du club." Reste les clubs voisins où l'occasion parfois se présente de faire une bonne affaire. "Nous avons cinq anciens joueurs d’Hensies. Inutile de les motiver quand il s'agit d'affronter leurs anciennes couleurs!" Parmi ceux-ci, on trouve notamment Ibrahim Uysal, dont le rendement donne certainement des cheveux gris à tous ses adversaires.

Pas de manque d'ambition

Sportivement parlant, on peut dire que ça roule pour Baisieux Quiévrain 70. A l'heure du bouclage de ces lignes, l'équipe jouait la tête de la troisième provinciale série B. "Inutile de s'emballer pour autant", commente Dominique Lallemant. "Comme je me plais à la dire: rien ne sert de courir, il faut partir à point. Nous avons réalisé un très bon départ, mais rien n'est encore acquis. Attendons de voir où cela nous mènera."

Hugo Hurtevent n'est pas de cet avis. "Avec quatre matches nuls à domicile, ce n'est pas un si bon bilan! Cependant, si on m'avait dit que le 8 octobre, je serais en tête de la série, je n'y aurais pas cru une minute. " Après plus de six ans passés en P3, il est légitime de demander si le club a envie de franchir un palier dans son histoire. "Ce serait bien de passer en P2, effectivement, série que nous n'avons jamais connue", précise Hugo Hurtevent. "D'autant plus qu'il n'y a pas vraiment de différences entre chaque série. J'entends parfois des gens dire que nous ne voulons pas monter, ce qui est entièrement faux! Si nous avons l'occasion d'aller jusqu'au bout, nous le ferons. D'ailleurs, lorsque j'étais encore joueur, avec mon frère Noam et Christophe Gowie, nous avions le souhait de mener le club vers cette série. Peut-être que l'idée fera son chemin!"

Peut-être même cette année, sur ce fameux terrain de Quiévrain. Actuellement, l'équipe « première » joue ses matches à Baisieux, en attendant que les travaux de réfection soient terminés sur l'autre site.

 
 
ce site a été créé sur www.quomodo.com