Canicross, canirandonnée, Var, Provence-Alpes-Côte d'azur
/
Téléphone
Randocabo
Randonner ou Courir avec son chien
Une ballade avec son chien, ca peut sembler facile. Mais une grande ballade, de plusieurs heures, voire de plusieurs jours, dans un endroit inconnu… ca peut être plus problématique.
Souvent, les obstacles rencontrés sont imprévus. En effet, on peut toujours se retrouver face à un panneau « chien interdit » difficile à anticiper et à contrer. Cela dit, pour minimiser les mauvaises surprises, il y a un certain nombre de choses que l’on peut faire a priori !
Je vais essayer d’en expliquer quelques unes de manière non exhaustive.
Les transports
Les lieux de passage
les autres animaux
les Randonneurs et les batons
Trousse premiers secours
Santé: les Pauses, l'hydratation et l'alimentation
L'EAU
climat: la chaleur et la pluie
Respecter les lieux
Un pti commentaire, un truc à vous.... Participez...
A noter : la plupart des éléments expliqués ici viennent de mon expérience personnelle, ce sont donc des choses qui peuvent réellement se passer et pas seulement des hypothèses. Cela dit, chaque chien est différent et certains éléments peuvent « marquer » un chien alors qu’un autre canidé ne remarquera même pas.

Les transports

Un nouveau transport ou type de transport peut surprendre un chien, qui pourrait mal vivre l’expérience.
S’il faut prendre le train, le bus, ou encore le téléphérique pour arriver au point de départ (ou d’arrivée) de votre randonnée, assurez-vous que votre chien y a été habitué auparavant. Ces transports sont très différents de la voiture pour les chiens.
Ça bouge plus, ça fait plus de bruit, il peut y avoir du monde, du chahut, un sol qui glisse, etc.

C’est pourquoi il est très important d’habituer le chien progressivement. Amenez le en ville et prenez d’abord un bus pas trop rempli, pour un court trajet. Puis augmentez progressivement les trajets, les types de transports, le monde etc.

Le chien doit rester calme, si possible couché. S’il regarde par la fenêtre ou autre, c’est un signe de mal-être. Vous pouvez le féliciter mais attention à ne pas trop porter d’attention : si vous faites comme si c’était habituel, il y a de grande chance que votre chien pense que c’est quelque chose de normal !

Les autres animaux


Pour le respect des animaux sauvages comme domestiques, et pour votre sécurité et celle de votre chien : il est important que votre chien soit toujours sous contrôle, même en présence d’animaux. Or, en randonnée, on croise souvent des animaux, de tous types et de toutes tailles.
A vous de travailler votre chien devant des chats, des chiens, ou d’aller vous entrainer à la ferme la plus proche. Utilisez une friandise pour être plus attirant que l’animal, et féliciter le bien. Il faut absolument qu’il reste sous contrôle malgré la présence d’un autre animal, quel que soit l’espèce.
Une fois cette étape acquise (ça peut prendre du temps !), vous pouvez alors le laisser se rapprocher de l’animal (sans lui faire peur, sous votre contrôle) pour que lui même n’en ait pas peur ! En effet, traverser un troupeau de vaches à la montagne peut être traumatisant autant pour les vaches que… pour le chien lui même. Encore une fois, mieux vaut affronter ces difficultés avec un chien entrainé, qu’avec un chien qui n’a jamais vu de vaches de sa vie.

Les lieux de passage


Un gros rocher ?
Un pont ?
Des cailloux qui roulent sous les pattes ?
Ou même simplement un endroit vertigineux ?
Ou encore sauter au dessus d’une rivière qui bouge et qui fait du bruit..
Ce peut être des synonymes de danger pour le chien. Il va essayer d’éviter ces situations et peut alors prendre peur et ne pas vouloir continuer. Dans ces situations, il est hors de question de le porter !
Le mieux est donc d’apprendre à son chien à « passer partout ». Cela peut commencer dans l’environnement habituel, ou même en ville : lui demander de monter sur un muret, de sauter au dessus d’une bouche d’égout, marcher sur un tronc qui bouge, de passer au dessus d’une autoroute (pour le bruit et mouvement), de marcher sur un pont en bois. D’ailleurs, les ponts peuvent être problématiques pour un chien non habitué. Un pont en bois, qui résonne, ou un pont non-plein qui permet de voir le « dessous », ou pire, un pont en grillage, avec des trous… On en rencontre si souvent en randonnée ! Habituer son chien à marcher sur les grilles en ville est un bon début d’apprentissage.

En résumé : il ne peut que être bénéfique d’apprendre à son chien à « passer partout », à monter partout, à descendre partout, à sauter au dessus de tout, à n’avoir peur de rien !
Il pourra alors apprendre à contrôler son corps, à évaluer ses foulées/sauts, à surmonter des bruits et mouvements, etc.

Les autres randonneurs et les bâtons

C’est sûr que c’est plus facile avec un chien très sociable.
Si ce n’est pas le cas, à vous de gérer la situation : parfois les chemins sont étroits et il n’est pas question d’effrayer les enfants ou autres, randonneurs. Surtout que souvent, si ces derniers ne comprennent pas la réaction du chien (même si celui ci est gentil), de peur, ils n’hésitent pas à utiliser leurs bâtons pour se défendre. Alors à vous de vous mettre sur le côté, de garder votre chien sous contrôle le temps du croisement.
Ne prenez pas de risque, priorité aux personnes sans chien !
N’hésitez pas à essayer de les rassurer, disant que votre chien est gentil et qu’il veut simplement dire bonjour, qu’il est mieux de rester calme.
Bien sûr, la rencontre est possible si vous voyez que la personne sait agir face à un chien. Par contre, si la personne se penche au dessus du chien, a des gestes trop brusques ou parle trop fort, peut-être vaut mieux simplement éviter la rencontre.

D’ailleurs, les bâtons, parlons-en ! Il est important d’habituer le chien aux bâtons, car il va devoir les supporter tout le long. Il peut arriver qu’on le touche sans faire exprès, ou qu’un bâton lui tombe dessus. Un chien sensible pourrait alors rester mal à l’aise face aux bâtons et leur bruit durant le reste de la randonnée (voire plus).

    Il est donc utile de, par exemple, marcher dans la maison avec des bâtons, de manière à lui montrer qu’ils font parti du quotidien. Le mieux, c’est encore de donner la gamelle au chien proche des bâtons, de lui faire (doucement) tomber dessus avant de lui donner sa gamelle, car c’est le moment où le chien est le plus en confiance, attentif et prêt à apprendre. Cela permettra aussi au chien d’assimiler les bâtons à un événement positif (gamelle).

Santé : Les pauses, alimentation et hydratation


Pendant une randonnée, il faut savoir écouter nos chiens. Même s’ils semblent souvent infatigables, et qu’ils font souvent le triple de trajet de nous, il faut se méfier. Ils peuvent être infatigables dans la tête, et ne pas se rendre compte que leur corps faiblit. Il faut donc y être attentif.
Quand la langue s’allonge, que le rythme du pas baisse, que la bave coule, et que la tête descend, il est temps de faire une grande pause ! Comme nous, les chiens ont besoin de beaucoup boire et grignoter.

Un détail : il est pratique d’apprendre à son chien à boire à la bouteille et dans les ruisseaux, dans la main, dans une fontaine, dans un petit récipient souple, etc. (choses que la plupart des chiens ne font pas d’eux même, aussi étonnant que ça peut paraître.).

Le climat : chaleur et pluie


En général nos chiens craignent bien plus le soleil et la chaleur que la pluie et le froid. Les chiens foncés et ceux avec du sous-poil épais peuvent énormément souffrir de la chaleur.

A vous d’y faire attention : le chien halète beaucoup, bave, respire très vite, se couche ou s’assied à chaque pause, ferme les yeux, garde la queue basse, mouvements lents, etc.

Il est donc très important de donner suffisamment à boire à son chien. Il peut arriver que le chien refuse de boire lors des balades, mais de manière générale il ne devrait pas se laisser mourir donc s’il en a réellement besoin il va boire (lui laisser la gamelle un moment à côté de lui, tranquille). Faire des pauses à l’ombre, et mouiller le chien sur le ventre (et surtout pas sur le dos), c’est aussi une bonne aide. Choisir des horaires du matin et faire la pause entre 12h-14h est tout autant primordial, pour les humains aussi d’ailleurs !

Quant à la pluie, en général, ça leur pose bien moins de problème qu’à nous. Le froid non plus, surtout en pleine activité. Le soucis sera plutôt de s’assurer qu’ils ne prennent pas froid lors des longues pauses (repas) ou encore la nuit, le soir. Les sécher et les couvrir s’ils sont trempés et que vous faites une grande pause, permet d’éviter qu’ils prennent froid.

Respecter les lieux


Parfois, les chiens ne sont pas admis (réserve naturelle ou parc national). C’est sûr qu’il faut se renseigner à l’avance, et bien respecter cette loi.
D’autres fois, les chiens sont admis en laisse (lieu de chasse par exemple et certaines réserves).
Il est aussi important de respecter cela, pour le bien être de la faune et de la flore.
Action de chasse, pietinement, dejections...

Le but est de laisser l’environnement comme on le trouve : ne pas laisser son chien creuser, sortir du chemin, ramasser ses déjections si elles semblent déranger, ne rien déplacer, ne pas le faire aboyer, ne pas le laisser chasser (évidemment) ni toucher les cadavres qu’il trouverait éventuellement, etc.
Envoyez vos com...
Votre nom
*
Votre adresse mail
ne sera ni affichée sur le site ni transmise à quiconque
Votre site web
Votre commentaire
*
* Champ obligatoire
envoyer