Punch Blagnac Savate
|
31700 BLAGNAC

Blagnac. Un demi-siècle de punch pour Siriki Kondé

Siriki, entouré par quelques amis parmi les nombreux venus lui souhaiter un bon anniversaire. / Photo DDM, J.-C. P.
Siriki, entouré par quelques amis parmi les nombreux venus lui souhaiter un bon anniversaire. / Photo DDM, J.-C. P.
L'intéressé, Siriki Kondé, n'avait pas été prévenu, et pour lui, la surprise a été totale. «Nous avions éteint la lumière du gymnase, et lorsqu'il est rentré, elle a été rallumée, et nous lui avons souhaité un bon anniversaire», raconte la trésorière du Punch Blagnac Savate, le club du gymnase de l'aérogare. Né en Guinée le 2 décembre 1962, Siriki est venu en France à l'âge de 3 ans, suivant son père militaire dans la Creuse, au camp de La Courtine. Rejoignant Toulouse à l'âge de 19 ans, il y est depuis lors, et en pratiquant son sport, a participé à la création du club de Blagnac, il y a 22 ans, et à la naissance du pôle espoir du Creps de Lespinet. Discret sur son profil et son parcours civil. «Il est très fortement impliqué comme éducateur dans les quartiers, en utilisant le sport comme vecteur, et comme bénévole auprès des Sdf», assure l'une de ses proches. Un charisme certain, une disponibilité de tous les instants, un passionné de la vie jusqu'au bout des doigts et des gants, les 130 personnes qui l'ont accueilli ce dernier vendredi soir ont tenu à lui témoigner leur amitié, et célébrer avec lui un demi-siècle de punch. Bon anniversaire Siriki.

Blagnac. De jeunes boxeurs de savate française bien prometteurs

Albin Pech (à droite) maîtrise déjà parfaitement l'art de la savate. /Photo DDM
Albin Pech (à droite) maîtrise déjà parfaitement l'art de la savate. /Photo DDM
Le dernier tournoi interclub de la saison organisée par le Punch Blagnac Savate, qui s’est déroulé dimanche 9 juin au gymnase de l’Aérogare, s’est adressé aux plus jeunes de la discipline. Lors de cette rencontre amicale et conviviale, 5 clubs ont été invités, soit Colomiers, Castelginest, le CKP (les Pradettes), le TCSM (Toulouse) et Lavelanet, réunissant au total une cinquantaine de boxeurs dans les catégories de poussin à cadet. «Ce sport pouvant être commencé dès l’âge de 6 ans, les valeurs de respect, de tolérance et de camaraderie sont indissociables de l’apprentissage technique. Dans l’esprit de la savate boxe française, bien se comporter et faire preuve de fair-play est fondamental» indique Hervé Pech, le président. Pour ces débutants, les résultats ne se font pas attendre, c’est le cas pour Christophe (11 ans) qui, après 2 ans de pratique, est arrivé cette année en quart de finale du championnat de France K-One. Une excellente saison aussi pour Albin (13 ans) qui successivement a remporté les championnats départementaux et régionaux, pour terminer en haut du podium lors du championnat de France, en poids mini-coq.

Blagnac. Pas de traîne savate, les petits ont du punch

Les petits champions en herbe s'entraînent tous les mercredis après-midis./Photo DDM
Les petits champions en herbe s'entraînent tous les mercredis après-midis./Photo DDM
Après 22 ans d'existence, le club de Savate, boxe française, de Blagnac, est fier de son succès. Ce sport se pratique dès 6 ans, et une vingtaine d'enfants s'y adonnent avec plaisir.
Ambre n'a qu'une hâte, enfiler les gants de boxe et rejoindre le gymnase de l'aérogare, tous les mercredis après-midi. «Elle a voulu pratiquer cette discipline, la boxe française, comme son frère Maxence, qui a commencé en septembre, au Punch Blagnac Savate», confie sa maman attentive depuis un banc dans le coin de la salle, aux moindres faits et gestes de ses petits sportifs. La petite de 6 ans se démène sans aucune crainte au milieu de la vingtaine des autres débutants (moins de 12 ans), se mêlant même à l'assaut final envers l'entraîneur, Siriki Kondé.
«Avec les débutants, tous les exercices se déroulent sous forme de jeu, assure ce dernier, et pour faire passer les messages, il faut de la méthode, et un temps maximal pour chaque figure». Et faire preuve de rigueur. «Tout débute par la pratique de la corde à sauter, pour les notions d'équilibre, la maîtrise de soi, l'interdiction de porter des coups forts, et la culture de l'évitement», poursuit-il. Et aussi le bannissement d'un certain vocabulaire. «Le mot boxe est dissuasif, concède-t-il, mais nous avons une telle valeur éducative du respect de l'adversaire, que ceux qui essayent plusieurs sports, sont souvent conquis par le nôtre». Et adhérer aussi au respect de l'arbitre, «celui qui donne le commandement, l'arrêt et la décision», une notion impérative pour continuer la progression. Le groupe supérieur (de 12 à 16 ans), comprend aussi une vingtaine de pratiquants, alors que tous les autres sont regroupés dans une tranche «juniors/adultes» au-dessus de 17 ans. «Nous avons également mis en place un cours de 'savate forme', sans coups échangés, mais avec de la musique, qui recueille un franc succès. Une sorte de fitness élaboré en musique», confie malicieusement Hervé Pech, le président, en pensant au chemin parcouru, 22 ans après la fondation du club… Un bien beau bilan éducatif, et beaucoup plus si l'on y ajoute le palmarès de tant de champions.
Nombre d'adhérents : 160 et 8 professeurs entraîneurs.
Coût de la licence annuelle : de 160 € pour les jeunes, à 180 pour les étudiants et chômeurs et 200 pour les adultes.
Cours tous les jours, du lundi au vendredi, mercredi pour les jeunes, compétition le samedi, et interclubs le dimanche.
Punch Blagnac Savate : gymnase de l'Aérogare, place de Verdun, tel 06 17 77 65 12, http://club.quomodo.com/punch_blagnac/accueil.html.

Blagnac. Rencontre interclubs de boxe française

A voir ce coup de pied chassé, un sport de combat efficace et percutant, relativement méconnu./Photo DDM, F. B.
A voir ce coup de pied chassé, un sport de combat efficace et percutant, relativement méconnu./Photo DDM, F. B.
Durant la journée de dimanche 24 mars, le Punch Blagnac Savate a invité divers clubs régionaux, 6 au total, à participer à un tournoi amical sur les rings du gymnase de l'école de l'aérogare. Dans les catégories de minimes à seniors (masculin et féminin), une rencontre en toute simplicité, qui a réuni 65 participants, dont 12 Blagnacais. «Les combats, en 3 rounds de 1,30 mn, permettent aux sportifs de se mesurer à l'autre sans être animé par une volonté démesurée de vaincre. Avant tout, c'est le respect et la bonne humeur qui règne dans la salle. Tous les boxeurs ainsi que chacun des clubs présents vont repartir avec une récompense» exprime Hervé Pech, le président. Certes, ce bon esprit compétitif n'empêche pas le club d'avoir le punch et d'afficher d'excellents résultats, obtenus depuis le début de l'année. Citons Adeline Robin, récemment championne de France espoir, John Alarcon, venant de remporter le championnat régional, Isaac Sidibé (vice champion régional), toujours au plus haut de sa forme, ainsi que Jessica Condé qui va prochainement disputer le championnat de France Elite.

Tournefeuille. Un duo de champions au Punch Blagnac Savate

Modibo Diarra et Safia Benbala./Photo DDM
Modibo Diarra et Safia Benbala./Photo DDM
Pas beaucoup de coups d'éclat au sein du Punch Blagnac savate, le club blagnacais de boxe Française, sinon les bruits associés aux exercices habituels de la discipline, entre combattants ou contre les sacs d'entraînement, voire quelques coups de canne de combat, l'une des facettes méconnues de ce sport. «Nous comptons environ 160 adhérents, confie Hervé Pech, le président nouvellement élu pour sa troisième année de présence au sein du bureau, mais notre rayonnement est proportionnellement beaucoup plus important».
Du fait de la célébrité de l'encadrement, notamment Siriki Kondé, présent depuis la fondation du club, il y a 22 ans, et dont le rôle au sein du pôle espoir du Creps de Lespinet a permis de nouer des liens avec des champions, dont le palmarès est long comme une jambe étirée de boxeur. «Je suis natif de Châtellerault, explique ainsi Modibo Diarra, et je suis venu à Toulouse comme sportif de haut niveau, avant de rejoindre Siriki à Blagnac». Certes auréolé de ses sept titres de champion de France, deux d'Europe, et deux du Monde, il ne néglige pas la boxe thaï, et après avoir raté l'or en 2011 au championnat de France (vice-champion), il prépare les championnats du monde en 2013, car à 27 ans il a encore de belles années devant lui.
«J'ai un combat d'encadrement, en janvier à Paris, comme préparation», assure-t-il. Autre collectionneuse, Safia Benbala présente 4 titres de championne de France (espoir 2004, et 2005, 2006 et 2009), d'élite Europe (2008) et monde (2007), et reste sur un titre de vice-champion du monde d'assaut 2012. «Je prépare aussi un gala, en mai prochain, avant de disputer, au titre de la double nationalité, les championnats d'Algérie», explique-t-elle. Un duo de champions qui permet aux jeunes athlètes du club blagnacais de côtoyer en permanence le haut niveau. «Dans d'autres disciplines plus médiatiques et mieux structurées, ils seraient beaucoup plus connus» souligne le président Hervé Pech.

Blagnac. Adeline Robin, championne de France espoir de punch savate

Adeline est devenue championne de France espoir de punch savate./Photo DDM
Adeline est devenue championne de France espoir de punch savate./Photo DDM
Le punch Blagnac savate, cher au président Hervé Pech, compte une nouvelle championne de France dans ses rangs, avec Adeline Robin, récemment titrée en catégorie espoir.
«J'avais déjà gagné plusieurs galas, mais jamais de championnat, confie-t-elle, et après avoir obtenu la deuxième place en technique l'an dernier, je gagne cette année en combat, après avoir éliminé 5 adversaires».
Un succès que cette Parisienne, venue à Blagnac depuis plusieurs années, compte compléter dès les épreuves du championnat de France technique, au printemps prochain, mais qu'elle espère aussi valoriser hors du ring. «En demandant à mon entreprise de m'aider dans mon parcours sportif», ose cette cadre du secteur bancaire, qui a fait des études et obtenu des diplômes dans ce domaine. Avec 3 entraînements par semaine, elle compte poursuivre son ascension l'an prochain en postulant au titre élite, et s'attaquer par la suite à un parcours international.
Un parcours dont Siriki Kondé et Alexandre Scozzaro, ses deux entraîneurs peuvent être fiers. Une sportive confirmée, au sourire tout autant affirmé, ce qui ne constitue pas pour autant un argument suffisamment décisif pour être désarmant sur un ring…