Pontcharra Sport Basket
et C.A.P. Basket
Adresse
/
Téléphone

Les filles en difficulté 
Les semaines se suivent et ont malheureusement trop tendance à se ressembler en ce mois d'octobre.
Nos 4 équipes régions, puisque les SF1 reprenaient du service ce week end, se sont inclinées.  Certes, coïncidence du calendrier, toutes affrontaient des équipe de haut de tableau invaincues à l'exception du SGOSFF en U13, 2ème avec une seule défaite contre les redoutables lyonnaise du FC Lyon Asvel. 
Si en U13 comme en  U15 l'espoir  de succès était plus que limté et la défaite de ce fait reste honorable, la déception est plus forte pour les U18F et SF1.
 
Les équipes départementales quant à elles ont obtenu de meilleurs résultats.
Victoire trop nette des U15F3 pour être véritablement significative, beau succès des U15F2 à Belleville et enfin second succès en 3 matchs pour les U18F2.
 
Chez les garçons: du bon et du moins bon
Victoire des U13M1 
C'est bien! c'est une victoire importante qui place les garçons objectivement en bonne position pour envisager la R2
 
Lourde défaite des U15M1
Destin inverse pour les U15M1 qui cède face aux lyonnais de la Croix Rousse
 
 
 
 
 
 
Seniors PNF
SF1 - Le Puy en Velay: 38-67
 
Jamais dans le rythme trop maladroites les filles ont vécu un véritable jour sans. Privées de match depuis 3 semaines dans une période baignée d’incertitudes les bleues ne sont pas parvenues tant mentalement que sur le terrain à se mettre au niveau d’une équipe du Puy dans une bonne dynamique avec maintenant 4 victoires en 4 matchs.
En première mi-temps déjà le PSB  ne trouvait pas l’adresse extérieure qui face à  des ponotes au grand gabarit aurait  été fort utile. Après une mi-temps aussi moyenne les 4 points de déficit (26-30) ne paraissaient dès lors pas insurmontables pour peu que les bleues retrouvent leur basket. Le premier panier au retour des vestiaires permettait de revenir  à 2 points, puis ce fut tout ...
Les visiteuses reprirent les choses en main plongeant les bleues  dans la déliquescence sans ressources morales. 37-12 en seconde période, 1 seul panier à 3 points dans le match (5-6 habituellement)  seulement  38 points inscrits (contre une moyenne de 85 dans les 2 premiers matchs ): voici quelques éléments de ce match à oublier.
Le Puy  a certes des atouts  mais encore eut il fallu que le PSB  fût dans un meilleur jour pour véritablement les évaluer. Les championnats vont marquer une nouvelle interruption  (programmée celle là). Espérons que l’état sanitaire ait favorablement évolué d’ici là afin que les esprits se tournent de nouveau complètement vers le jeu.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Couvre-feu fatal pour les U18F1…

Premier weekend de couvre-feu… Pas vraiment de changement pour nos campagnes, mais il faudra éviter la métropole lyonnaise pour notre retour de ce déplacement à Reyrieux.
A cause des contraintes sanitaires locales et du retard pris par la rencontre précédente, nos supporters sont contraints de rester à l’extérieur du gymnase, voués à la recherche d’un petit « troquet » …
Celle-ci s’avérant vaine, les « mamans » se sont rabattues sur une gourmandise de la pâtisserie locale, tandis que les « papas » ont vidé une « glacière », bien camouflée au fond d’un coffre…
Mais l’heure du début de rencontre face au leader de la poule approche…
Après un bon début de saison de nos schtroumpfettes, il s’agira là d’un véritable test…

Pas d’observation dans cette rencontre, nos adversaires démarrent pied au plancher et nous mettent déjà sous pression (2-5).
Il est clair que nous allons souffrir, physiquement et techniquement, face à ce que nous offre, pour l’instant, les filles de l’Ain.
Les gestes barrières sont déjà oubliés… Les contacts sont rudes et nous avons bien du mal à résister face à autant d’impact physique (6-10).
La défense adverse est bien organisée et nos actions ne sont pas assez tranchantes pour la surprendre (8-15).
Un panier primé nous redonne de la confiance (12-16) … Mais que c’est dur…. Très dur…
Nous faisons mieux que résister en fin de QT… La bataille pour la possession du ballon fait rage… Mais nos armes semblent bien dérisoires dans cette lutte physique très inégale…
Nous restons malgré tout au contact (14-18) au prix d’efforts très intenses. A défaut de prendre les commandes de la rencontre, nous avons su faire le dos rond…

La suite est malheureusement bien plus difficile…
L’adversaire monte encore d’un cran dans l’agressivité, et les contacts deviennent beaucoup plus rugueux, basculant même dans l’illégalité…
La domination adverse éclate alors au grand jour et l’écart grandi à chacune de leur occasion. Leur double rideau défensif nous empêche de pénétrer dans la peinture et nos pertes de balle s’enchainent…
En encaissant un 12-0 rapidement, nous cédons logiquement face à l’emprise adverse (14-30).
On aurait pu contester les décisions arbitrales mais à notre surprise générale, c’est l’adversaire qui s’en charge… Avait-il vraiment besoin de cela au vu de leur nette domination ? J’en doute fortement… Mais les arbitres veillent au grain et les avertissements se multiplient… (19-32).

Nous avons eu des symptômes grippaux, maux de tête, courbatures et fièvre mais il va vite falloir s’en remettre… Pas le temps de se faire tester au COVID ! Il nous faut un traitement de choc à la MT…
Notre « ami » le Pr RAOULT nous a fait parvenir de nombreuses plaquettes d’hydroxy chloroquine que nous dissimulons au milieu de la pâte de coing confectionnée par une mamie… Recette miracle ou juste un coup de fouet ?
Nous n’avons pas dû mettre le bon dosage… En faisant beaucoup d’effort pour s’approcher du cercle, nous échouons malheureusement dans la finition…
Quel manque de réussite encore ce samedi ! Que ce soit sous le cercle ou dans les tirs extérieurs (23-34) … Un véritable axe de travail pour la suite de la saison !
En étant quelque peu désorganisés et en ne respectant pas totalement les consignes, nous dévoilons notre impuissance…
Mais l’adversaire est toujours dans notre ligne de mire… A portée de « postillons » (24-36).
Les esprits s’échauffent encore coté local et les avertissements du corps arbitral ne suffisent plus. Le banc adverse est alors sanctionné…Tournant du match ?
Pas vraiment car nous sommes encore trop maladroites… Aucun point sur nos tirs extérieurs…
Tant d’efforts pour tenter de revenir au score… La pâte de coing n’aura pas fait son effet escompté… Les filles de l’Ain profitent, elles, de chaque occasion pour prendre encore plus les devants (26-43).

Reste une période à nos schtroumpfettes pour essayer de revenir au contact…. Mais rien n’y fera et nous ne trouverons pas « la » solution miracle. L’adversaire du jour est trop fort, trop physique, trop combatif… Et qui jouera les premiers rôles en R1, c’est certain !
Les coups continuent de pleuvoir… Et nos visages étant à hauteur des coudes adverses (oui, oui à ce point-là), ce qui devait arriver arriva…
A la suite d’un énième contact, et après un examen complet, notre tout nouveau staff médical (encore en période d’essai) conclura à une pathologie rare : une entorse du nez ! L’ordonnance est claire : Attelle et rééducation pendant deux semaines !
Nous finirons finalement par sombrer, sans plus vraiment lutter, à bout de force tout simplement... La défaite est lourde avec un écart très significatif (36-62) mais qui relate, ma foi, le véritable visage de cette rencontre.

Il faudrait à l’avenir que nous puissions compenser notre déficit physique qui nous fait tant défaut, chaque weekend. On ne pourra plus prendre de centimètres (ou si peu), se muscler, c’est malheureusement trop tard mesdemoiselles…
Mais d’autres armes existent : la concentration, l’agressivité collective, l’intensité, l’écoute du staff et le respect des consignes. Notre axe de progression se situe dans tous ces domaines si nous voulons rivaliser face à des équipes de ce standing.
Nos supporters sont déçus bien surs, et nous l’ont fait comprendre au retour… En « oubliant » le staff au stade de l’Arbresle, nous sommes contraints de rejoindre Pontcharra par une marche nocturne, à travers les bois, et dans le froid… Mais nous acceptons, sans broncher…
La mini-trêve va soulager les organismes qui ont beaucoup souffert ce samedi, mais il va falloir se ressaisir rapidement… En effet, il n’y aura qu’un seul weekend de repos pour nos schtroumpfettes qui accueilleront Montferrand (en match en retard) le 31/10 à 14h30 dans leur maison bleue… Et nous aurons encore besoin de notre public…

A la prochaine fois… Peut-être…