Le week-end noir des équipes féminines


Ce week-end était charnière pour plusieurs équipes qui avaient l'occasion d'orienter dans le bon sens la fin de saison. Le moins que l'on puisse dire est que l'occasion est manquée.

C'est vrai en premier lieu pour les U15F qui si elles s'étaient imposées seraient d'ores et déjà qualifiées pour les phases finales. Il n'en a rien été et la CTC du Val de Saône a su les en empêcher. Heureusement les filles de la CAPB ont préservé le point average mais la situation s'est considérablement tendue.

Les U13F région ont quant à elles abandonné la seconde place qualificative en s'inclinant chez leur adversaire directe du FC Lyon. L'inverse aurait été une grosse performance et la déception est donc relative. Les filles ont bien lutté et ont pris un très bon départ leur ayant permis de mener jusqu'à 5 minutes de la fin.

Les U17F comme elles en ont pris l'habitude ont également longtemps mené, parvenant même à creuser un écart conséquent avant de céder en fin de partie de nouveau pénalisées par un effectif réduit.

Les U13F2, dernière équipe de filles de la CAPB en lice ce week-end a également perdu. Face au PL Oullins, second de la poule, les locales ont manqué le premier quart temps avant de bien se ressaisir par la suite.


Double défaite des seniors féminines.

Mauvais match et tout petit score  pour l'équipe fanion qui a semblé marquer le pas. Face à des adversaires qui jouent leur maintien le PSB ne peut se permettre tout relâchement. Idem pour l'équipe réserve qui à l'image de l'équipe fanion s'est inclinée face à des joueuses de Jonage qu'elles avaient pourtant assez nettement battues à l'aller



Chez les garçons

Petite déception pour les U13M qui avaient pris l'habitude de s'incliner sur des scores de plus en plus serrés. Il n'en a rien été samedi face à le Chorale de Roanne2 classée 2ème de la poule.

Les U15M sont revenus avec la victoire: 53 - 41 de la Croix Rousse. Le prochain match face à Belleville sera décisif pour la première place et la qualification pour les 1/2 finales du championnat de D2 du comité du Rhône



Victoire des seniors M

L' éclaircie de ce début de printemps est venue de l'équipe senior masculine . Les bleus ont livré un bon match avec notamment une première mi-temps très aboutie avec de l'adresse et peu de déchets.

Nos filles ont pourtant tout donné (25/03/2071)


Le défi était de taille pour nos jeunes demoiselles ce week-end…

Aller tout simplement chercher la qualification pour les phases finales chez le FC Lyon. Le défi absolu…

Et on savait en plus qu’on serait attendu de pied ferme. Les lyonnaises ne risquaient effectivement pas d’avoir oublié leur défaite sur nos terres. Une défaite si douloureuse d’ailleurs qu’elles n’avaient même pas souhaiter partager le goûter d’après match…

Et pour ne rien arranger, c’est contre une équipe bien renforcée qu’on allait devoir lutter. Et oui, le FC Lyon ne va pas tout de même prendre le moindre risque de laisser quelques miettes à qui que ce soit. Un comportement pas des plus « fair play », mais bon…comme on dit…c’est le jeu ma pauv’ lucette…

Tiens ça me rappelle d’ailleurs les phases finales l’année dernière. A défaut de pouvoir se renforcer, cette même équipe du FC Lyon se présentaient « à huit » pour laisser leurs meilleures joueuses autant que possible. Contre le règlement, certes, mais en toute impunité….

Passons tout cela, car Il y aura d’ailleurs des choses bien plus dérangeantes autours de cette rencontre. J’y reviendrai. Assez souvent d’ailleurs.

Cela commencera avant le début du match, en baladant mes petites oreilles par ci par là de la buvette (pour prendre un café, je précise) …

Qu’est-ce que j’ai bien pu entendre ?

Aux dires pas assez discrets de nos voisins lyonnais, il semblerait effectivement qu’on irait tout droit à une belle petite déculottée. Avec cette formation renforcée, on prendrait presque notre équipe pour un lapin de trois semaines. On verra, on verra bien…

Et bien le lapin de trois semaines est un sacré basketteur. Il n’y a pas photo en début de rencontre. L’ogre lyonnais se rend bien vite compte qu’il est tombé sur un os…et qu’il ne va pas être facile à ronger. Oh que non…

Nos filles jouent un basket total dès la première seconde. On submerge rapidement nos adversaires du jour avec un basket d’une intensité à faire pâlir la moindre centrale nucléaire. Les filles se déchirent littéralement. Elles sont partout. De sangsues en défense, elle se muent rapidement en de véritables Gazelles en attaque.  Inlassablement.

La surprise est de taille… on survole complètement le début cette rencontre. Le FC Lyon est groggy et se demande ce qu’il peut bien lui arriver. Dommage que lucidité et envie ne font parfois pas bon ménage…on loupe pas mal d’occasions quasiment toutes faites. Le score enfle en notre faveur mais pas assez en comparaisons de notre domination. Pire encore on offre littéralement 4 points en fin de quart temps. Voici quelques erreurs de jeunesse, certes, mais beaucoup d’expérience qui rentre…

Dommage. Mais ne soyons tout de même pas trop gourmand. 15 /6 en notre faveur en fin de premier quart…Qui l’eût cru ?

La coach Lyonnaise change complètement son cinq. Ce qui ne vas pas nous aider sur l’aspect de la fraicheur… Fraicheur qui risque d’ailleurs d’être la clé du match.

Malgré une fatigue déjà palpable pour les filles restant sur le parquet, on continue notre travail de sape. On tient le choc, c’est évident. Les demoiselles qui rentrent apportent fraicheur et vivacité. Cela s’appelle du travail d’équipe. Dans toute sa splendeur…  

On se régale, mais le public lyonnais commence à s’agacer.

Le ton a bien changé. Les sourires d’avant match ont laissé place à une attitude des plus nauséabonde…

Sans détailler l’intelligence ultime des propos entendus, mes petite oreilles (les même que celles à la buvette…) ne peuvent que saigner…

Si je cite Renaud, on vit des moments « ou le sport devient la guerre… »

Les arbitres se font conspuer. Littéralement. Comment font-ils pour supporter cela ?

Cette tension malsaine descend tout naturellement sur le terrain. Les joueuses lyonnaises sont au bord de la crise de nerfs. Certaines finissent même par craquer avec de chaudes larmes à l’appui.

C’est panique à bord. La coach ira même jusqu'à demander, la mi-temps venue, à faire enlever une faute à sa meilleure joueuse…On aura tout vu…Enfin presque, car dans les tribunes, on continue toujours à toucher le fond…  

Malgré tout cela, nos filles continuent à se donner à 100, 120, 150%. Grâce à cet état d’esprit formidable (aux antipodes de celui des tribunes), on reste devant à la mi-temps (25/18) A part Bravo les filles…, que dire de plus ?  

On retourne au charbon dans le troisième quart temps. Comme si de rien n’était. Le caractère de nos demoiselles est décidément fait d’acier trempé. Leurs futurs fiancés (le plus tard possible, évidemment) risquent fort de devoir filer bien droit….

Mais cela devient difficile. Le FC Lyon n’est pas le FC Lyon pour rien. L’impact physique est important. Ils grappillent doucement mais surement leur retard. On gère mal quelques moments clés qui redonne de la confiance à une équipe pourtant au bord de la rupture. Les filles semblent faire abstraction de toute cette pression qui les entoure pour rester encore devant avant le dernier acte. C’est de la bravoure, de l’héroïsme. Ni plus ni moins...(30/27).

C’est l’heure du money time. Déjà ? Oui. Car on sent que cette rencontre va basculer d’un moment à l’autre. Et elle va basculer sur des détails, mais pour qui ?

On va louper une occasion franche ou le panier est tout ouvert…

On verra ensuite le ballon tourner trois fois autours du cercle adverse et retomber à côté…quand ça ne vaut pas, ça ne veut pas.

Jamais le proverbe « il faut savoir la provoquer la chance » n’aura été aussi injuste. Car les filles auront tout tenté, tout.

Et sur chacune des contre-attaques, on sera punis.

Le FC Lyon passe devant a quelques minutes de la fin. Au score, mais surtout mentalement car toute l’équipe reprend logiquement du poil de la bête. Et nous on craque, on n’en peut plus…On vient de prendre un beau coup de massue derrière la tête. Tous les derniers points seront marqués par nos adversaires (0/13), et le score deviendra sévère, bien trop sévère (46 / 35).

Le public reprend lui aussi du poil de la bête en initiant une danse et des chants pathétiques. Un mélange encore plus infâme que « the voice » et « danse avec les stars... » réunis. Et c’est peu dire.

Heureusement que le ridicule ne tue pas… on aurait sinon assisté à un drame…

Un manque de respect évident envers de jeunes filles abattues, certes, mais parfaitement conscientes de leur excellente prestation.

Alors je dis Bravo. Bravo à nos demoiselles et à nos coachs pour cette prestation de haute volée, qui est bien plus positive que le résultat ne laisse paraitre.

Mais bravo aussi aux petites Lyonnaises qui ont su revenir du diable vauvert pour l’emporter sur le fil.

Quant à moi, au prochain déplacement dans cette même salle je prévoirai mon lot de protections auditives, et un petit dictionnaire…

Un petit dictionnaire ouvert aux pages on l’on peut lire les définitions du respect, du fair play et l’esprit sportif. Un peu de lecture qui ne fera pas de mal…

  

 

 

ce site a été créé sur www.quomodo.com