Les véritables enluminures sont toujours sur parchemin, le vrai, en peau d'animal et non ces papiers baptisés "parchemin" d'un goût assez variable qui ne sont que ... du papier; parfois de qualité, certes, mais du papier tout de même.
Ceci étant dit, pour la commodité du propos, j'appellerai ici enluminure les oeuvres qui consistent à orner un texte, avec une frise, une initiale ornée, une miniature, etc... à la manière des textes médiévaux.

Les papiers

Justement, commençons par le papier: un seul papier convient vraiment à une enluminure, c'est le papier aquarelle, dont la texture et l'épaisseur supportent les peintures et l'humidité. Il ne se déforme pas, ne gondole pas , quelle que soit la peinture utilisée ,même très liquide, comme les lavis. Il faut choisir un grammage de 300g au moins, c'est d'ailleurs le plus courant. Choisissez pour commencer une surface lisse, plus facile pour débuter.
Le parchemin végétal, qui reste un papier, peut aussi convenir, il est aussi très résistant,  rigide   et d'une couleur agréable, mais plus difficile à trouver. Il est légèrement translucide ce qui permet de le comparer à du vrai parchemin. Cependant, le rendu des couleurs n'est pas aussi profond et lumineux qu'avec le véritable parchemin. C'est quand même un bon substitut. Pour en trouver, voir dans les adresses utiles chez "Le calligraphe"

Les papiers sont bien sûr moins coûteux, cependant, aucun ne peut se comparer à un vrai parchemin.

enlumineuse.jpg

Le parchemin
Le parchemin véritable est une peau d'animal traitée spécialement pour l'écriture et l'enluminure. Qu'on se le dise! ce n'est PAS du papier! Son aspect et surtout sa résistance et sa souplesse sont incomparables.
Il s'agit principalement de peaux de chèvre, chevreau, agneau, mouton , veau, mais au moyen-âge, on utilisait aussi des peaux de toutes sortes, de cerf, voire de cochon! C'est le travail du parcheminier qui compte et fait la valeur et la finesse du parchemin. Ce qui explique qu'il n'y a pas deux peaux identiques, même traitées par le même artisan. Il existe même des parchemins colorés, que je n'ai pas encore testés. Mais on trouve des manuscrits très prestigieux écrits  en lettres d'or  sur des pages pourpres . Voir illustration!
Ce support exceptionnel a un coût! Plus cher bien sûr que le papier, mais ça vaut la peine d'essayer, vous serez conquis par le rendu des couleurs et l'aspect inimitable du résultat de vos efforts. 
Vous pouvez trouver des feuillets de parchemin déjà découpés (par exemple au Comptoir des Ecritures) , mais il est plus économique d'acheter une peau entière, qui vous permet de découper les formats que vous voulez, et vous disposez en plus des chutes utiles pour tout un tas de choses: ponçage des feuillets, marque-pages, brouillons et essais, voire étiquettes! D'autre part, vous aurez plus de choix.
Ceci dit, soyez patient, car une peau se commande et n'est disponible en général que plusieurs semaines plus tard! Il faut donc s'organiser à l'avance.


parchemin pourpre.jpg
parchemin pourpre2.jpg
Quelle peau choisir?  

Chaque animal donne un parchemin différent: les peaux de chèvre et de mouton, moins chères, sont assez épaisses et raides, leur couleur est parfois irrégulière, leur aspect "rustique" et plus grossier que les peaux de jeunes animaux. Mais cela peut être un choix, et cet aspect peut être recherché pour certains travaux.
Il faut savoir aussi que les peaux de mouton et d'agneau sont plus grasses que les peaux de chèvre, chevreau et veau. Cela peut être un inconvénient si l'on prépare mal la peau, car l'encre et la peinture prennent alors moins bien, (effet "savon"!).
Le parchemin de veau est excellent, mais son aspect peut varier beaucoup d'une peau à l'autre, suivant l'âge du veau. Le plus prestigieux est évidemment le vélin, fait à partir d'une peau de veau mort-né, mais il est quasiment introuvable aujourd'hui. On trouve quand même de très belles peaux de veau, très fines et de couleur crémeuse chez les parcheminiers.
Personnellement, celui que je préfère est le parchemin de chevreau, d'une grande finesse et bien blanc, il convient particulièrement pour des enluminures inspirées du XIII° ou XIV° siècle.


Préparation du parchemin
Le parchemin présente deux faces , la "fleur", face externe de la peau où se trouvaient les poils, et la "croûte", face interne, moins lisse et plus blanche, où l'on trouve souvent des irrégularités comme des traces de vaisseaux. ce côté n'est pas toujours traité par le parcheminier, mais reste utilisable, moyennant une bonne préparation. Les livres médiévaux sont écrits sur les deux faces du parchemin, on ne pouvait se permettre de gaspiller un matériau aussi coûteux!

Bible de Théodulfe, époque carolingienne, 1er quart du IX° siècle

Evangiles de Metz
parcheminveauantique.jpg

parchemin "veau antique"
parcheminchevreclair.jpg

parchemin chevreau
La découpe du parchemin se fait assez facilement avec un cutter , une règle métallique , sur un tapis de coupe ou un carton bien épais; vous choisissez ainsi le format que vous voulez. On voit aisément que les parties les plus fines et belles de la peau sont celles des flancs, de part et d'autre de la colonne vertébrale, mais on peut utiliser toute la peau , suivant les projets .

Même si le parchemin est de bonne qualité, il est nécessaire de le préparer plus finement pour les travaux que vous envisagez: il faut le poncer . Pour cela, employez de la ponce soie, que l'on trouve dans les magasins d'arts ou en VPC au Comptoir des Ecritures (voir Fournisseurs). Il en faut très peu et un sachet vous suffira pour des années, d'autant plus qu'on peut la réutiliser! Versez une pincée sur le parchemin et poncez avec une chute, patiemment, en frottant en rond pendant plusieurs minutes. Vous allez polir et dégraisser votre peau. Eliminez ensuite la poudre, (vous pouvez la récupérer) et balayez la surface avec une plume (d'oiseau!) ou un pinceau souple.
Ensuite et enfin, fignolez la surface avec un peu de poudre sandaraque, qui va unifier le tout et permettre à l'encre et aux couleurs de mieux accrocher. On la trouve  au même endroit que la ponce soie, et aussi sous forme de pochon  (plus pratique, car déjà pilée.)
Il est possible d'écrire sur les deux faces du parchemin, mais celui-ci étant souvent translucide, on distinguera la face opposée par transparence (c'est le cas dans les manuscrits anciens) . Préparez soigneusement la face "chair" ou croûte, moins apprêtée par le parcheminier. Poncez plus longuement et frottez bien avec la sandaraque.

Maintenant, votre parchemin est prêt!!! 

Vous pouvez l'utiliser tel quel en le fixant sur un support avec de l'adhésif de peintre, ou bien le tendre sur une planche de bois ou encore le maroufler sur carton bois; pour toutes ces techniques, je vous renvoie au livre de Claire Travers (ici) qui détaille très clairement la marche à suivre. N'hésitez pas cependant à me poser des questions si vous ne savez quoi faire.... Il serait dommage de s'arrêter en si bon chemin!
ce site a été créé sur www.quomodo.com