PLOUHINEC
FOOTBALL CLUB
Les Grands Joueurs

Thibaut Giquel

Né le 17 mars 1995 à Paris, Thibaut Giquel, passé par l'AS Locquenin, jeune gardien aux 2 matchs de National, a décidé de s’envoler pour les Etats-Unis. A quelques semaines de son départ, il est revenu pour nous sur ses années de football et sur ses objectifs.
 
Thibaut, peux-tu nous parler de ta carrière ?
« J’ai commencé le foot à Locquenin, puis il y a eu un regroupement de 5 communes et j’ai intégré le Blavet-Ria-Océan. Je jouais en U15 à un petit niveau de district à ce moment là, et nous ne sommes jamais montés. Ensuite, j’ai intégré la section Morbihan à Saint-Jean en U15. J’ai fait des détections à Ploufragan et un essai à Guingamp notamment, mais j’ai signé à Vannes. Guingamp m’a appelé après, mais j’avais déjà donné mon accord au VOC. Je suis arrivé l’année de la réforme et j’ai pu jouer ma troisième année U15 en DH Elite. »
 
 
 
Après ça, tu as fait toutes tes classes au VOC jusqu’en senior ?
« J’ai joué en U15 Elite avec Irek Becker, puis en U17 DRH, DH et U19. Quand je jouais en U17 DH, j’avais eu l’occasion de disputer mon premier match en senior avec l’équipe C. »
Tu l’as vécu comment ce premier match senior si jeune ?
« C’était avec Florian Tozzo contre Plouvorn, qui jouait la montée en DH. J’avais fait un bon match mais on avait perdu 3-2 ce jour là. C’est vrai que c’est quelque chose qui m’a marqué, puis on apprend plus vite quand on joue en senior. »
Tu as aussi pu disputer tes premières rencontres en National. Tu t’étais dit quoi au moment où tu avais appris ta titularisation ?
« C’était une période où Bédénik était blessé et Petit était suspendu. Jusqu’au vendredi matin, j’étais confiant pour jouer ce match en National car j’avais tout donné toute la semaine. Le vendredi, Anceaux était revenu de son travail et je pensais que c’était mort, hiérarchiquement il était au-dessus. Finalement, le coach m’a annoncé que je jouerai bien le match contre Le Poiré. J’étais content de ma prestation, c’était inespéré pour moi, mais je m’étais donné à fond pour le foot ! Après, je pense que c’est un niveau que je n’aurai plus jamais l’occasion de connaître. »
Tu n’as jamais pensé arrêter le foot ?
« Jamais j’aurais arrêté le foot, c’est impossible ! Par contre, j’ai déjà eu l’occasion de quitter Vannes, l’année de la descente : Locminé m’avait proposé de jouer en CFA 2. Mais j’ai préféré rester à Vannes afin de reprendre mes études et de faire un BTS MUC, car j’avais déjà raté une année de fac. Je voulais absolument me concentrer là-dessus. »
Cet été, tu vas t’envoler pour les USA : pourquoi ce choix ?
« Je suis en fin de cycle avec le VOC et je n’ai plus grand chose à voir ici. J’ai eu des échos avec Clément Simonin, qui joue en MLS à Toronto et j’ai entrepris des démarches pour partir aux USA. Il y a des opportunités professionnelles différentes de la France là-bas. Je n’y vais pas que pour le foot, mais aussi pour découvrir la vie, rencontrer des gens et me faire un réseau. Je pars dans une université dans l’Oklahoma, qui proposes 80 formations, ce qui va me permettre de faire des études dans le management du sport. »
Un grand nombre de joueurs Bretons s’en vont vers les Etats-Unis la saison prochaine… Tu expliques ça comment ?
« C’est super à la mode, car la MLS est en pleine période de développement. En plus que ce soit attractif pour les étrangers, il y a aussi les Américains qui cherchent à se rattraper dans le foot et qui viennent recruter des joueurs en Europe. Je pense qu’il vaut mieux partir vers les Etats-Unis maintenant, car à un moment ça ne marchera plus… »

NICOLAS Flégeau

 

Né à Hennebont, Nicolas Flégeau est loin d'être un inconnu dans le Morbihan. Formé au FC Lorient après avoir chaussé ses premiers crampons du côté de l'AS Locquenin, près de Plouhinec, il est resté pendant six ans à Lorient, aux portes du groupe pro. Nicolas Flégeau est formé au FC Lorient, club avec lequel il dispute ses premiers matchs professionnels en Ligue 2, lors de la saison 2004-2005. Toutefois, le club ne lui propose pas de contrat professionnel et le laisse donc libre à la fin de l'exercice.
Nicolas atterrit aux Herbiers VF, club de CFA. En fin de contrat en 2007, il s'engage avec le club de CFA de l'Aviron bayonnais football club et accède au niveau National la saison suivante.
Auteur d'une bonne saison, il s'engage en 2009 avec le FC Istres, avec lequel il va retrouver la Ligue 2.
En 2012, il signe un contrat en faveur du Gazélec Ajaccio, club tout juste promu en Ligue 2 mais à la suite du changement d'entraîneur il est contraint de rejoindre le Vannes Olympique Club en National afin de pallier la longue absence sur blessure de Vivian Reydel.
Parti à nouveau à Istres en 2014, il signe en février 2015 un contrat de 2 ans et demi au Stade Olympique choletais, pensionnaire de CFA 2.