Invité d’honneur de l’Amicale des éducateurs de l’Ain le 22 octobre 2011 à Saint Etienne du Bois, Jean-Michel Degrange, conseiller technique régional et sélectionneur de l’équipe de France des U19, championne d’Europe en 2010, ne vit que pour ses filles.


Comment êtes-vous passé du foot masculin au foot féminin ?
« Quand j’ai été nommé conseiller technique du district de la Drôme-Ardèche, j’ai eu immédiatement en charge la promotion du football féminin. Dix ans après, je suis devenu conseiller de la Ligue Rhône-Alpes, avec comme mission la promotion des féminines. Et en 2008, j’ai reçu un texto du directeur technique national Gérard Houiller, me proposant la sélection nationale des U19. Je n’ai pas hésité longtemps et me voilà donc en charge depuis quatre saisons de la gestion des filles. »
Quels sont vos meilleurs souvenirs ?
« Depuis que j’entraîne les féminines et plus particulièrement les U19, je repris goût au football, au vrai jeu, aux vraies valeurs. Bien évidemment, notre titre de champion d’Europe en juin 2010 en Macédoine, après avoir battu notamment l’Espagne, l’Allemagne et le champion en titre l’Angleterre, demeure encore incroyable. Depuis le titre de 2000 des coéquipiers de Didier Deschamps, plus aucune sélection n’avait vaincu. »
Quelles sont les différences principales entre les deux football ?
« Indéniablement, les filles ont une réelle envie d’apprendre, alors que les garçons pensent tout savoir. Il est vrai que quand des jeunes ont des agents dès l’âge de 14-15ans, la réalité de la vie n’est plus tout à fait la même. On ne parle pas d’argent, les plaisirs sont simples : courir, dribbler ou marquer des buts. Les Féminines ont aussi une grande capacité d’écoute. Bref, à mon âge, il est certain que je ne reprendrais jamais des garçons. »
Et que pensez-vous du foot féminin au niveau local ?
« La fédération vient de mettre en place le challenge des U13. Nous espérons que cela va dynamiser les jeunes dans les départements. Mais ce n’est pas évident. La création des Pôles Espoirs offre désormais des conditions d’entraînement adéquates. Quatre filles de l’Ain évoluent au plus haut niveau. Caroline Audemar et Sophie Picard (ex Plaine Revermont) sont à l’ASSE et à Macon. Chloë Froment (ex-FCBP) est à l’OL, et Marianne Brun (ex-Ain Sud) à l’ASSE). »
Et l’équipe de France A, peut-elle être un objectif pour vous ?
« Non, je pense plus à ma famille, mes petites filles que je ne vois pas assez souvent. Mais bon, si on me le propose, il est sûr que je réfléchirais… »





























Propos recueillis par Eric Perrin - Le Progrès
Photo : Maurice Lacques


Le compte rendu de Joël Malin, Président de l'Amicale des éducateurs de l'Ain ICI