Organisation

Total situé à la Mède

 

La pétrochimie nécessite une organisation trés complexe , elle fait intervenir dans son utilisation tout les secteurs.

L'industrie pétrochimique française est divisée en trois secteurs :

— le secteur primaire recouvre la production des grands intermédiaires de la première génération et certains intermédiaires aval considérés comme stratégiques. Les capitaux privés ne sont pas admis dans le secteur primaire qui relève exclusivement de Pemex et de ses filiales.

— le secteur secondaire recouvre les productions aval ; il est ouvert aux capitaux privés, français ou étrangers, mais la participation étrangère est limitée à 40 %

— le secteur tertiaire permet la production de service de la part des entreprise sous traitante de la pétrochimie fournissant le carburant et les autres produit crée par cette industrie. 

 


A partir de la fin des années 60, un certain nombre de pays vont chercher à construire une industrie pétrochimique nationale, et, chez les pays producteurs de pétrole, le mouvement sera accéléré après les augmentations du prix du pétrole qui interviennent à partir de 1973

 


La Pétrochimie dans le monde est repartie sur tout les continents , la Conférence de UNIDO ( organisation des Nations unies pour le développement industriel ) en 1975 assigna comme objectif aux pays en voie de développement une part de 25% de la production pétrochimique mondiale d'ici l'an 2000.

 


La Pétrochimie en France s'organise surtout dans le sud de la France grâce à son ouverture sur la Méditerranée  et donc la facilité avec la quel les transports de produits et de matériels arrivent en France.

 


La Pétrochimie dans les Bouches du Rhône se concentre sur le pourtour de l’étang de berre ainsi que sur les zones portuaire pour faciliter le transport maritime des produits, et sa commercialisation

 


La crise économique a entraîné une certaine stagnation de la demande dans les pays industrialisés ; bien peu de nouvelles unités pétrochimiques ont été construites depuis 1973 et les installations existantes ne tournent pas à leurs pleines capacités. En théorie, les firmes pétrochimiques ne sont pas favorables à une augmentation de la capacité de production existante, sauf lorsqu'elles pensent que la participation à de nouvelles unités est en mesure de leur assurer l'accès à une matière première bon marché

ce site a été créé sur www.quomodo.com