Adresse
Téléphone
MAJ le 20/02/2021
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

1997 cdf

1997 cdf

1997 cdf

1997 Strasbourg claude azema président de la ffpjp

Le Jurassien est devenu dans la capitale alsacienne le 7' président de la Fédération
Française de pétanque et jeu provençal
 
E JURA a depuis hier un président de fédération. L'enfant du pays, Claude Azéma a été porté à la présidence de la F.F.P.J.P. en remplacement d’Henri Bernard qui ne sollicitait pas un nouveau mandat à l’occasion de ce 52 e congrès national à Strasbourg.
 
Les élections constituaient assurément le clou d'un congrès de très bonne tenue où les rapports, en particulier du secrétaire général Claude Azéma, et du trésorier Michel Signaire furent très remarqués.
 
Deux hommes briguaient donc la présidence, Claude Azéma et Daniel Charollais. Si le Lédonien avait les faveurs du pronostic, l'ancien président du comité de Saône-et-Loire ne partait pas battu loin s'en faut.
 
D'ailleurs rares étaient les congressistes à émettre hier à quelques minutes du verdict, un pronostic tranché en faveur de l'un ou de l'autre. Les deux candidats à la présidence passaient sans encombre le premier cap et étaient réélus sans surprise comme membres du Comité directeur (18 membres). Claude Azéma 5e avec 1 688 voix et Daniel Charollais 8e avec 1 505 voix.
 
Le nouveau Comité fédéral proposait alors à la présidence Claude Azéma au détriment d'un Daniel Charollais visiblement très déçu. Il ne manquait plus désormais aux Jurassiens d'avoir l'aval des comités départementaux, ce qui
 

1997 coupe d’Europe des clubs

Mario RICCI
Il a 59 ans, et officie en tant qu’arbitre national depuis 1990, Appelé à la rescousse
pour faire appliquer le règlement A l’occasion de la coupe d’Europe des clubs à Lons-le-Saunier.
 
En décembre dernier, il s’est parfaitement acquitté de sa tâche, et ce n’était pas forcément
évident. Je n’ai pas eu de problèmes particuliers si ce n’est au niveau di temps de jeu
(une minute maximum pour jouer la boule) ou des pieds qui mordant le cercle règlementaire.
 
Mais je dois admettre que, dans l’ensemble, les joueurs sont assez corrects et
respectueux, dans ce genre de compétition.
 
Les joueurs, certes, mais il n’en va pas de même de certains entraîneurs, que Nous avons
vus comporter de manière indigne de leur rang face à l’arbitre.
 
Mais Mario garde son sourire : c’est une très belle compétition que je Découvre ;
elle se situe entre le mondial et les championnats de France.
 
Tous les clubs ne peuvent pas se permettre une telle organisation qui contribue au développement de la pétanque

1996

 

1996

 

1996 cdf nevres

1996

 

1996

 

1996 dijon

1996

 

1996

 

1996 cdl

1995 le trophée des artistes

 
Marlène au Trophée des Artistes 1995 de la Marseillaise
 
Distel, Yves Mourousi, Marlène et combien d'autres en découdre amicalement, le temps d'une escapade au bord de la Méditerranée. Mieux que les lunettes de soleil, les petites boules de métal agissent sans doute en ces contrées méridionales comme le plus discret des laissez-passer.
D'ailleurs, si l'on veut mieux comprendre la sociologie de la pétanque, c'est ici, les pieds dans la Grande Bleue et la tête au soleil qu'il faut s'immerger. Et d'abord un flash-back de quelques décennies... Nous sommes en 1936 et nos grands-parents vivent les premiers congés payés. En cet «été 36», c'est dans les bagages de ce «populo» qui à déferlé de tout le nord de la France que la pétanque va conquérir l'hexagone. Après tant d'années de labeur, tous n'ont qu'une idée en tête : le farniente ! Et ce dernier se décline en quelques mots typiques : le soleil, la mer, le pastis et... les boules.
C'est donc avec ces «nordistes» séduits l'espace d'une saison que la pétanque prend la route du triomphe dans ces contrées moins ensoleillées mais tout aussi ouvertes à une nouvelle discipline, tellement conviviale et fort peu onéreuse.
A la fin des années 40, le virus «boulomane» s'est installé partout. A travers la France libérée, il est devenu le symbole de la douceur de vivre trop longtemps étouffée. Et cette belle réputation, qui passe mieux avec une gorgée de pastis, va d'ailleurs freiner son expansion en tant que «discipline de compétition». Car la pétanque véhicule encore dans bien des esprits cette seule image de loisir dominical qui se partage entre amis, à l'ombre des platanes et non loin d'un guéridon sur lequel attendent carafe d'eau fraîche et verres d'apéro. Et la pratique sportive souffre encore de ce rapprochement trop fréquent avec les apéritifs anisés, même si l'interdiction de la publicité pour l'alcool et le tabac sur les terrains de sport devrait permettre d'assainir définitivement. 

1995 dijon

1995 dijon

 

1995 le creusot

1995

 

1995

1995 national du Creusot cd71

 
Les soldats sont toujours dans la Plaine.
Ciel noir, blanc et bleu. Couleurs vives au sol. La fourmilière du 12e National Pétanque est entrée dans le vif du sujet, hier matin, avec le tirage des poules. La suite ? Place aux parties. 200 triplettes hommes et 22 doublettes dames arpentent la Plaine des Rieux.
 
 Les dames vont se lancer dans le bain Quatre arbitres et le délégué de la fédération C’était hier après-midi, samedi, sur le coup des 14 h 30. Moteur.
Action ! La caméra des artistes s'est mise brusquement à tourner, comme la petite boule qui venait stopper sa course près d'un cochonnet coloré. Les adeptes de la discipline sportive pétanque avaient de quoi être comblés. Il y avait des jeux partout. A ne plus savoir où porter son regard. Un étonnant rassemblement ayant lieu une fois l'an, sous les bons auspices de la Joyeuse Pétanque qui n'en est pas à son coup d'essai.
 
Hier en effet, le chiffre 12 garnissait la tête 'd'affiche placardée voici quelque temps pour mieux inciter aux inscriptions. La douzaine : un long bail qui a permis au fil des ans d'apporter corrections aux imperfections éventuelles pour atteindre désormais le presque parfait.
 
Certes, le concours classé National est le plus en vue. Mais il n'est pas seul au centre des soucis de l'actif président, Dany Dubois. A 18 h hier soir, le Prix du Conseil Régional était lancé pour un possible rachat de déconvenue. Et les dames jouaient par deux dans un autre concours spécialement réservé au sexe dit faible.
 
Et aujourd'hui dimanche ? Les soldats sont toujours dans la Plaine des  Riaux. Des renforts sont même annoncés à l'occasion d'un ultime concours (celui de la société organisatrice) dont les débuts sont programmés à 14 h 30. Le public toutefois se massera sans doute dans les tribunes installées face au cadre d'honneur. Le spectacle donné doit logiquement être de haut niveau, car les ténors ont le bras solide. Ils l'ont prouvé au cours des parties disputées en poules. A l'heure du café (9 h), ce sont les 8e de finales. A 14 h 30, il ne restera qu'un carré de triplettes. A 16 h, plus que deux. Une seule équipe sortira invaincue. Les joueurs pourront alors lever les bras et ouvrir les doigts en forme de « V ». Le « V » de la victoire, évidemment !
 
 

1994 national de trevoux

PETANQUE
Épilogue inédit que celui de la deuxième édition du National avec la victoire des Caladois José Saliba et Xavier Pepin, associés à David Jacquet (Miribel) lors d'un final perturbé par... des trombes d'eau.
 La pluie n'a pas fait défaut, en bords de Saône, pour l'ultime confrontation d'un national marqué du sceau de la qualité.
C'est bien dommage car la finale, opposant les chevronnés Alain Favier, Bruno Urbani (la Pétanque du Parc Saint-Galmier), Jean-Louis Cazemajou (Couzon) à José Saliba. Xavier Pépin (Calade), David Jacquet (Miribel) avait démarré, tambour battant. Favier alignant dix frappes de rang ne permettait toutefois pas à son équipe de prendre le large et le score se stabilisait à 4-3 à l'issue des six premières mènes. Coup de théâtre à la septième mène, avec l'orage qui gronde, et Jacquet qui « plante » deux carreaux, déclenchant par là-même, les... premières gouttes. Premières gouttes de... semonce, vite suivies par un véritable déluge de feu et d'eau.
L'arbitre Mario Ricci se voit contraint d'interrompre les parties durant une vingtaine de minutes. La physionomie de la confrontation va, dès lors, changer du tout au tout.
Sur une seule gorgée d'eau, les Caladois bénéficient d'un coup de pouce du destin. Pépin troue mais envoie le bouchon à une bonne quinzaine de mètres, ce qui permet à Jacquel d'engranger un nouveau point. Avantage Pépin : 8 à 4. Mais c'est sans compter sur la ténacité et le métier de Favier, et des siens, qui égalisent à 8. Hélas, la pluie redouble de violence, et comme il se doit, en bord de Saône, la partie se termine, « en queue de poisson ». Saliba, Pépin, Jacquet l'emportent, se qualifiant du même coup, pour l'édition 94 du Masters Pétanque. Une fois de plus, le National de Trévoux, grâce au dynamisme des organisateurs, sous la double houlette de François Lioneton et d'Achille Franchetti, a connu un très grand succès et e attiré, deux jours durant, un très nombreux public sur le front de Saône. L'édition 93 a vécu, vive l'édition 94 !
Les résultats

1 /8" de finale. — Billotet (Saint-Genis) bat Anglesky (Ambérieu) à 1 ; Cazemajou (Couzon) bat Parrassin (Mar- lieux) à 5 ; Isidore (Miribel) bat Freixas (Cascol) à 1 ; Lozano (Frat. Oullins) bat Morier (Mar- lieux) à 5 ; Demiguel (La Gran-de-11e) bat Maltera (Renouveau) à 3 ; Saliba (Calade) bat Vayer (Replonges) à 8 ; Tomasini (ASEGF) bat Lécussan (Couzon) à 8 ; Roussel (Cascol) bat Anglade (Villeurbanne) à 10.
 
1 /4 de finale. — Cazemajou (Couzon) bat Tomasini (A¬SEGF) à 2 ; Billotet (Saint Genis) bat Demiguel (La Gran¬de-11e) à 12 ; Isidore (Miribel) bat Roussel (Cascol) à 2 ; Saliba (Calade) bat Lozano (Frat. Oullins) à 10.
 
1 /2 finales. — Cazemajou (Couzon) bat Billotet-Touchant-Delly (Saint-Genis- Laval) à 5 ; Saliba (Calade) bat Isidore-Freneat-Freneat (Miri-bel-Brosses-Tarare) à 12.
 
Finale. — José Saliba Favier Pépin-David Jacquet (Calade-Miribel) battent Jean- Louis Cazemajou-Bruno Urbani-Alain Favier (Couzon/Saint Galmier) 13-8.
Pourcentage. — Pépin : 8/16, 3 carreaux ; Jacquet 4/5, 3 cxarreaux ; Favier : 11/19, 2 carreaux ; Urbani : 0/1 ; Cazemajou : 1/5.

1994

1994

1994

1994 les arbitres du Bicbo

Les arbitres
 Heureuse pétanque mâconnaise.
 
Dominatrice en Saône-et-Loire, la pétanque mâconnaise l'a confirmé lors de ce 22e National Bicbo, en plaçant deux équipes féminines et une masculine en demi-finales des Nationaux. Malheureusement
Aucune d'entre elles ne réussira à s'imposer. Les Mâconnais Bruet et Brancato  se sont imposés, quant à eux, dans le grand prix de l'OMS, sauvant ainsi l'honneur.
 
Sept arbitres présents  Pour veiller au strict respect des règles de la pétanque, sept arbitres sont présents sur les jeux du chalet. Il s'agit de Mario Ricci arbitre national, Antonio Bastos, Jean Claude  Nillon, Daniel Jardin, René Theveniau arbitres de Ligue .et Jean pierre Lorenzi arbitre départemental.
 
Les Chalonnais  moins heureux
Beaucoup d'équipes chalonnais et des environs étaient inscrit lors de cette édition 2000 du Bi Mais toutes ont dû baisser pas très tôt dans ce concours.
 
Le plus beau parcours fut à mi à l'actif de Lucien De Simone, Daniel Coulons et Patrick Cabalas tus en huitième de finale.
 
3.000 sandwichs  et 55 fûts de bière Il a fait très chaud au cours de deux journées de National Bi Les trente-cinq bénévoles qui opérer dans  les buvettes n'ont pas chômés.
Félicitations donc à toute l'équipes de Roger Pugeaud.

 

1994 national de Dijon

Sous le patronage du conseil général, de la ville de Dijon et du « Bien public public-les Dépêches » VIII' National ce week-end Un plateau exceptionnel à Dijon  
Devant la notoriété grandissante de cet événement, le comité organisateur, pour des raisons techniques, s'est vu contraint de limiter impérativement le nombre des équipes engagées à 512.
Ce National, l'un des tout meilleur de France, attire les plus grandes équipes nationales et internationales, certaines ayant même renoncé à une qualification aux Masters, qui se dérouleront à Nîmes le même weekend, pour venir à Dijon.
Au vu des inscriptions, plus de vingt-cinq équipes peuvent d'ores et déjà prétendre à la victoire finale, ce qui nous promet une compétition très ouverte, surtout si l'on songe que les ténors ne sont pas protégés au tirage au sort. Les favoris Parmi les équipes qui peuvent l'emporter cette année, on peut citer :
 
- Philippe Quintais, champion du monde 1991 et 1993, recordman du monde de tir avec 992 boules tirées sur 1 000, associé à Laurent Morillon et Jean-Luc Robert, champions de France doublettes 1992.
- Aline Dole (Dijon), Ranya Kouadri (Rhône) et Marie-Christine Virebayre (Hérault), championnes du monde 1992, en préparation pour le championnat du monde qui se déroulera au Luxembourg, les 4 et 5 juin.
 
Les champions du monde 1993 seront présents (photo SDR)
- Claude Burgos, Noël Bengler et Eric Kalazic, vainqueurs de la Marseillaise 1992.
- René Dimase, Roland Sembolini et Paul Gortchakoff, finalistes de la Marseillaise 1993 qu'ils avaient remportée en 1991. De gauche à droite
 
-        L'équipe belge Hemond père et fils champions du monde 1990 associée à Lozano, vainqueur du National de Dijon en 1991.
-        L'équipe championne d'Allemagne qualifiée pour le championnat du monde.
- Choupay, Bideau, Chagot, trois fois champions du monde. - Fargeon, Cabanero, Pa lewski, champion de France.  Fagnou, plusieurs fois champion de France.
 
- Latruffe, champion de France.
- Rocher, Cancedieu, vice- champions de France 1992.
- Bordy, vainqueur en 1992 à Dijon.
- Lessage, finaliste du trophée Canal + 1991.
Outre ces grosses cylindrées, quelques Bourguignons peuvent tirer leur épingle du jeu :
- Ducarouge, finaliste l'an dernier.
- Chamouton (21), Romanel (21), mais bien d'autres surprises peuvent agrémenter notre week-end.
Le programme du week-end  Samedi 12 mars. - 14 heures, début du National de Dijon ; 17 h 30, début du Grand Prix de la ville de Dijon. Dimanche 13 mars. - 8 heures, doublettes Conseil général ;
8 h 30, doublettes féminines ; 9 h 30, triplette jeunes (cadets et minimes) ; 16 h 30, finale du National de Dijon.
Entrée gratuite. Tirage au sort. - Les résultats du tirage paraîtront dans une prochaine édition.
Arbitre. - Arbitre national, M. Mario Ricci, du Rhône, secondé par MM. Jean Vincent, de Venarey Les Laumes ; Pascal Boss, d'Esbarres ; Daniel Duplessis, de Sennecey ; Jean Claude Gras, d'Aiserey.
 

1993 Trévoux

1993

1993 nancy championnat de france féminin

La championne du Monde Aline Dole dans ses œuvres. Une démonstration très appréciée d'un nombreux public... Les résultats
TRENTE-DEUXIEMES DE FINALE
  1. Barraud bat Figuin ; 2. Pellegrini bat Plançon ; 3. Lhômel (Meurthe-et-Moselle) bat Rat berger ; 4. bat Chamesson ; 5. Perreau bat Ville ; 6. Casal bat Antibes ; 7. Anton bat Benamou ; 8. Chalandre bat Pascual ; 9. Marcilhac bat Chiquet ; 10. Courneau bat Somavilla ; 11. Choux bat Girard 12. Fabre bat Gougoy ; 13. Archer bat Collombet ; 14. Ferret bat Leroy ; 15. Baubier bat Demory ; 16. Philip bat Rouge ; 17. Michem bat Lavignasse ; 18. Mamate bat Cosentino ; 19. Jacques (Meuse) bat Landreau ; 20. Cathala bat Rapiau ; 21. Del- lys bat Guedj ; 22. Py bat Pillard ; 23. Hannoteau bat Lalevée (Meuse); 24. Applagnat bat Dien ; 25. Menetrey bat Monvoisin ; 26. Dole bat De bosse ; 27. Kouadri bat Pont ; 28. Naert bat Jallet ; 29. Lefebvre bat Bance ; 30. Hernandez bat Kraemer (Meurthe-et-Moselle); 31. Lhopitault bat Cacciaguerra ; 32. Brunet bat Ri charte ; 33. Ramplou bat Rigal
SEIZIEMES DE FINALE
  1. Anton bat Casal ; 2. Choux bat Fabre ; 3. Calcagno bat Perreau ; 4. barreau bat Lhômel (Meurthe-et-Moselle); 5. Kouadri bat Py; 6. Baubier bat Archer ; 7. Delly bat Manat; 8. Applagnat bat Ferret ; 9. Jacques (Meuse) bat Philip; 10. Cathala bat Hernandez ; 11. Menetrey bat Hannoteau ; 12. Michel bat Naert ;
  2. Dole bat Brunet ; 14. Courneau bat Marcilhac ; 15. Lhopitault bat Pellegrini ; 16. Chalandre bat Ramplou
PETANQUE
  • Championnat de France doublettes féminin à Nancy. La doublette rhodanienne Kouadri-Gelin est toujours en course après un excellent parcours au cours de la première journée.
Voici les résultats : Kouadri-Gelin (Rhône) bat ArillasBerdexagar (lites-Pyrénées) 13-1 ; Kouadri-Gelin bat Desnos Sicard (Manche) 13-4 ; 1/32e de finale : Kouadri-Gelin bat Pont Pantustier (Ardèche) 13-4 ; 1/16e de finale : Kouadri-Gelin bat Py-Thiebaut (Hte-Saône) 13-1;
 
Qualifié pour les 1/8e de finale.
  • Championnats de France doublettes féminines (à Nancy.). - Deuxième titre de championnes de France pour Aline Dole et Carole Dupond (comité de la Côte-d'Or).
Quarts de finale. - Ranya Kouadri-Nathalie Gelin (Rhône) battent Sylvie Maert-
  1. Moreau (Seine-Saint-Denis) à 4.
Demi-finale.
 Sandrine Applagnat-Raphaëlle Applagnat (Savoie) battent
Ranya Kouadri¬ Nathalie Gelin (Rhône) à 12.
 
Finale. –
 Aline Dole-Carole Dupon (Côte d'Or) battent
Sandrine Applagnat-Raphaëlle Applagnat (Savoie) à 10.

1993 dijon

 

1993 aix

1993 dijon

 

1993 aix

1993 j.arbitres

 

1993 j.arbitres

1993 campionnat de france doublette féminin nancy 54

Dupond-Dole ont joué en championnes
Les Dijonnaises, deux ans plus tard, remportent un second titre. 1993
Le menu s'annonçait savoureux. Un peu matinal, peut-être, mais on ne voit pas des championnes du monde tous les jours. Tous les observateurs présents s'attendaient à une finale mettant aux prises les deux doublettes comprenant chacune une tenante du titre planétaire.
Dole-Dupont et Kouadri-Gelin passaient en effet sans encombre les huitièmes et les quarts de finale, leurs adversaires préférant faire des trous, des petits trous, encore des petits trous en lieu et place des « carreaux » réglementaires. Ces deux formations de la région Rhône- Alpes étaient même accompagnées par d'autres Savoyardes (Menetrey-Lombard) jusqu'en quarts de finale.
La prédiction semblait être en bonne voie : Carole Dupont pointait à merveille, Aline Dole, parfaite dans son costume de Terminateur, « Cassait » tous les points adverses. Gelin-Kouadri poursuivaient leur petit bonhomme de chemin, la « Kouadri » souffletant souvent dans sa main pour l'assécher pour que la boule ne glisse pas...
Mais la machine se grippa en demi- finale : si Dole-Dupont réalisèrent un sans-faute (appelé plus méchamment fanny) face aux Antiboises ; le duel du Rhône- Alpes tourna à l'avantage des soeurs Ap¬plagnat-Exit, dont les grandissimes favorites coupables d'avoir « mis les moufles », sur quelques points. Elles lâchaient prise au terme d'une partie haletante... d'I h 55 !
On avait donc droit à un remake de David et Goliath pour le dénouement : les sœurs « Applagnat-David » démarraient boule en tête, se payant le luxe de mener 6-0. Mais Aline Dole et sa coéquipière, le couteau sous la gorge, mirent la surmultipliée et ne lâchèrent plus aucun point pour s'imposer 13-6. Elles remportaient par la même occasion leur second titre national après celui de Cannes en 91.
Couvertes de récompenses sur le podium, il ne nous étonnerait pas qu'elles soient obligées d'abandonner leurs boules sur le bas-côté de la route...

1993 bol d'or féminin

1993

1993

1993 national du Creusot cd71

Dans des conditions difficiles
La plaine des Rieux du Creusot ne sentait pas le printemps hier après-midi au coup de sifflet de M. Ricci, arbitre national. Elle ressemblait à un étang vidé de son contenu. De l'eau, il en restait encore trop. Aqua pétanque ! quand on aime, on ne compte pas. 660 courageux affront t’aient le système des boules tirées au sort. Par contre du côté des points, mieux valait savoir où l'équipe en était. C'est d'ailleurs <i aux points « que se s'est jouée la majorité des parties car le tir devenait trop hasardeux. Normal, quand le vêtement de pluie stoppe l'amplitude du mouvement et que la main armée est de glace.
Dans des conditions pour le moins spéciales, des « gens venus d'ailleurs ont bu le bouillon sans pouvoir s'extirper des poules. C'est le cas de Meyer (Troyes), de Le Meillour (Lyon), de Mlynarczyk (Auxerre), de Gaspard (Vosges), suivis dans ce régime mouillé de Flamand (Grenoble) qui soulignait en bon perdant : Il y a de bonnes équipes dans votre région et des joueurs de haut niveau En revanche, d'autres arboraient un large sourire.
Par le truchement de la chance, trois triplettes évitaient l'écueil éventuel des barrages pour se retrouver directement en seizièmes dans le cadre d'honneur. Ce sont Planchard Doussot Cazalas les récents vainqueurs du BICBO, Durand Terrier Maillard (A.P. Chalon), Georges-Taponard-Gomez (Chagny). Pendant ce temps, Radnic
 
National, c'est fini
Salut les artistes. A l'an prochain, sans doute. Le National de Pétanque tire ainsi son rideau sur un 10$ anniversaire à succès. Le temps frais et maussade n'avait pas empêché 660 joueurs à venir s'affronter, mais la finale jouée un peu trop tardivement n'a pas attiré la grande foule.
Pendant deux jours, le ruban de l'organisation n'a jamais été coupé grâce à un savoir-faire de l'équipe dirigeante de la Joyeuse Pétanque.
D'ailleurs, les compliments pleuvaient à l'heure de la réception. Les personnalités présentes ne tarissaient pas d'éloges sur la qualité de la manifestation. Reste à tirer le bilan. Il est par avance : à inscrire dans le positif. ,
 

1992 Charbonnière recyclage arbitres

1992 le 18 novembre
Charbonnières-les-Bains
Pétanque les arbitres se recyclent
 
Près d'une centaine d'arbi­tres, nationaux et de ligue de la 'Fédération française de pétanque et de Jeu provençal (FFDJP), venus de douze dépar­tement des régions, du Bourbonnais, • Auvergne et Rhône- Alpes, ont suivi le recyclage 'annuel.
 
Ils ont été accueillis, dimanche matin, dans les salons de la, Maison des associations par les, membres de la pétanque de Charbonnières qui avait en 'charge l'organisation de cette =Manifestation.
 
Un stage dirigé par M. Theron, vice-président de la Fédération ou il fut question des pro­blèmes rencontrés par les arbi­tres dans iles phases de jeu où certains incidents ne sont pas : toujours faciles à résoudre.
 
Le règlement, en effet, ne prévoit pas forcément des solutions face à l'esprit retors de quelques joueurs indélicats, peu nombreux il est vrai.
 
L'arbitrage est toujours déli­cat et pour ceux qui ont choisi de rôle difficile : « mieux vaut mesurer deux fois pour donner un jugement juste et équitable ».
 
Outre M. Theron, on notait la présence de Robert Ouvry, vice- président de Ia FFPJP M. Nicollier, président de la Ligue Rhône- Alpes, Gilbert Guignard, prési­dent délégué, maître Arnaud, adjoint aux sports de Charbon­nières et Michèle Lachize, prési­dent du comité du Rhône de pétanque et secrétaire général de ligue.
 
A l'issue de ce stage, ce dernier remettait la médaille de bronze de la fédération française de pétanque à Jean-Jacques Villecourt, président du club charbonnois

1992 journée arb

 

1992

1992

 

1992

1992

 

1992 dijon

1992 championnat de France doublette provençal cd 39

Le soleil était au rendez-vous avec un fort vent. < <On aurait dit mistral I> >. Quelques griffons Chantaient comme des cigales, < <accent> >qui fleure bon fa lavande avait envahi fanfare de fa Chevalerie. A Lons if était 8h10 quand Mario RICCI, ('arbitre siffla le départ du championnat de France de jeu provençal En présence de M. le Préfet et c'était une première, ce qui alfa droit au cœur des organisateurs, le président de la Fédération Française de pétanque et de jeu provençal avait auparavant souhaité à tous (les participants< <bonne chance> >pour succéder au Gardois Sigal et Ferret.
 
L'Arbitrage
Mario RICCI < <Mon Premier France> >
 
Mario RICCI (en cravate) entouré de MM. Rousselot, Crétiaux, Santi, Lhomme
Ce championnat de France à Lons restera pour l'arbitre national Mario RICCI comme un souvenir impérissable. C'est la première fois qu'il est désigné par la Fédération pour un tel événement après avoir passé son examen national en 90. «Que l'on soit arbitre départemental ou national, l'équipe d'arbitrage applique le même règlement connu par tous. Il n'y a pas de grade » L'arbitre de la ligue Rhône-Alpes aime le travail en équipe et vu le nombre de jeux dans cette première journée, il est difficile d'avoir l'œil partout. Les consignes que l'équipe s'est donnée ce vendredi matin :
 
«Faire de la prévention, surtout pour cette première journée. On explique gentiment aux joueurs qui ont souvent pris de mauvaises habitudes dans leur ligue, qu'il ne faut pas pivoter le pied pour pointer après le pas obligatoire, pas balayer (un trait de repère de 30cm est autorisé). Lâcher sa boule de tir aux 3èmes appuis, ou avant le 4ème pas et ne pas et ne pas fumer sur les jeux. Deux boules ont été annulées sur deux interventions des arbitres pour placement en dehors des lignes de pertes et en dehors du cercle de départ. «Sinon c'est un beau cadre et l'ensemble de l'organisation est très bien. Seul petit point noir, la gêne occasionnée par la non fermeture des jeux par des planches. Mais la perfection n'existe pas !

cdm losanne 1992

cdm losanne 1992

cdm losanne 1992

1992 Brignais final grand prix le progrès

GRAND PRIX DE PÉTANQUE LE PROGRES - OBUT                    
Brignais : une réussite
De gauche à droite : MM. Clave' président de Brignais), Ricci (arbitre), Guignard et Lachize (comité du Rhône), Putz (responsable commission du Grand prix), J.F. Bourdon, directeur du service promotion du « Progrès ». Debout : les finalistes : Nicolas-Lopez-Reygaza (Brosses). Accroupis : les vainqueurs : Oliveira-Pays-Salles (cmov).
 Réception. — Un bien sympathique apéritif d'honneur s'est déroulé au tout nouveau siège de l'Association sportive de Brignais, en l'honneur des phases finales du 4e Grand Prix « Le Progrès-Obut ». Outre Jean-François Bourdon, directeur du service promotion de notre journal, on a pu noter la présence de nombreux élus de Brignais, dont M. Chabut, chargé plus particulièrement des associations qui a suivi avec un vif intérêt le déroulement de la compétition. Visite amicale et appréciée de Michel Lachize, président du Comité du Rhône et de Gilbert Guignard, vice- président.
Surprise ! — Pour la première fois, un contrôle officiel de boules a été instauré, et ce, en cours de compétition. Pas vraiment contents, les désignés par tirage au sort, mais il faudra désormais s'y faire !
Heureux ! — Les vainqueurs, Salles, Oliveira et Pays, du C.M.O. Vénissieux. Souvent placés (deux fois demi-finalistes du Grand Prix) jamais gagnants. Tout vient à qui sait attendre.
Satisfait. — Edmond Clave, l'omniprésent président de l'A.S. Brignais. La finale a bénéficié d'un temps plus que clément. Seul le vent a quelque peu perturbé... le lancer du but de la finale...
 

1992 Brignais AG du comité du Rhône

PÉTANQUE
 
 
Madame la présidente
Mauricette Collet a été élue, hier, à ‘la présidence du
comité départemental en remplacement de Michel Lachize.
ANS le giron de la pétan­que rhodanienne, on ne dira plus bonjour
Monsieur le président mais bon­jour madame la présidente. En effet, Mauricette Collet est devenue, hier, le cinquième prési­dent du Comité du Rhône.
Après un long bail masculin, Henri Quarante, André Fauré, Gilbert Guignard et Michel La­chize, une femme s'est donc installée dans le fauteuil prési­dentiel. C'est une première. Un petit évènement même sur­venue hier lors du 35° congrès départemental organisé de fort belle manière par le club Gerlan­d du PLG7 cher à Jules Car­reras.
L'élection du nouveau comité directeur et du président cons­tituait le morceau de choix de ce 35° congrès. Un premier tour sans suspense dans la mesure où les 23 candidats (24 postes à pourvoir) étaient élus automatiquement.
Le décompte des voix donnait une première tendance avec quatre dirigeants (de l'ancienne équipe) plébiscités, le président sortant Michel Lachize, le vice- président Fernand Bellangeon, le trésorier Gilbert Mougnaud, et le responsable de la commis­sion jeunes Guy Nicolo. En revanche, les « petits nou­veaux », Jean-Pierre Chape- land, Jean-Louis Cazemajou, Maurice Tordjman et surtout Palmyre Lozano rentraient au Comité à pas feutrés. Un vote frileux à leur égard qui sanction­nait les clubs de Couzon et des Brosses. Cela promet...
Le nouveau comité directeur se réunissait alors pour désigner le président. En deux coups, trois mouvements, le choix se por­tait sur Mauricette Collet qui occupait les fonctions de secré­taire, sous la présidence La­chize. 15 voix pour, 7 contre et une abstention.
Il ne restait plus alors aux clubs (70 présents sur 104) « d'intro­niser » Mauricette Collet. 165 oui pour 49 non. Mauricette Collet devenait la première femme à présider aux desti­nées du plus important comité de la Ligue Rhône-Alpes. Le plus dur commence pour ma­dame la présidente.
C'est avec émotion que le pré­sident Michel Lachize, avait, hier matin à la salle Ravier, ouvert, pour la dernière fois, les débats du Congrès, 35° du nom. «Je remercie tous mes collaborateurs qui, chacun avec une responsabilité et une activité bien précises, ont permis au comité de fonc­tionner dans d'excellentes conditions.
Avec une men­tion particulière à Gilbert Gui­gnard qui m'a souvent repré­senté dans les manifesta­tions quand je ne pouvais me déplacer le soir, vu l'éloigne­ment de mon domicile. L'élection de Mme Collet a prouvé que la pétanque n'é­tait pas misogyne. -Je sou­haite bonne chance à' notre présidente. » Une élection qui a réservé une
belle surprise avec la nomination de Mauricette Collet au plus haut poste du comité.
 Le nouveau comité direc­teur : Fernand Bellangeon (224 voix) ; Pierre Benintendi (208), François Caner (209), Pierre Cassis (214), Jean-Louis Cazemajou (178) ; J. P. Chapeland (188) ; Bernard Collet (214) Mauricette Collet (2141; André Fauré (219) ; Roger Gillet (201) ; Gilbert Guignard (219) ; Michel La­chize (224) ; Palmyre Lozano (121); Georges Mollet (221); Roger Martin (219) ; Gilbert Mougnaud (224); Guy • Nicolo (224) ; Michel Pizzuti (219) ; Georges Putz . (218) ; Mario Ricci (214) ; Jacques Rolland (217) ; Claude Tammi (210) ; Mau­riceTordjmann (160).
 

1991 cdf villefranche

 

1991 cdr jeunes

1991 cdf villefranche

 

1991 cdr jeunes

1991 cdf villefranche

 

1991 cdf thionville

1991 championnat de France triplette provençal cd69

L’arbitre Italien qui venait du Froid
Morio Ricci est arrivé à Lyon en 1989, en provenance' du Comité de Moselle.
Sa passion pour la pétanque date de-'1968, avec la création du club de la petite
ville de Fameck
 
De gauche à droite ; MM Rastello, Ricci, Lachize. Putz et Alberini
Poussée par ses amis, convaincu par le meilleur d'entre eux M. Cominassi, est le responsable de la commission des arbitres du comité, Mario passe avec succès son examen d'arbitre stagiaire. Malgré les pièges de la langue française, il va suivre la voie totale du succès pour gravir les échelons successifs d'arbitre départemental, puis d'arbitre de ligue et parvenir aujourd'hui au rang d'arbitre national.
Qualités
Parfaite connaissance du règlement, bonne condition physique, impartialité et autorité sont les qualités, selon lui, que doit posséder un bon arbitre. Il pense d’ailleurs que l’arbitrage est plutôt mal accepté par les joueurs dans le Rhône et
que les arbitres ne sont pas assez nombreux (17 au total).
Dans ce Comité. Chaque arbitre assurant une moyenne annuelle de 20 compétitions.  
Souvenirs
Son plus mauvais souvenir restera un accrochage avec un joueur du Comité de Moselle qui mordait exagérément le rond. D'avertissements en insultes, Mario avait finalement disqualifié le joueur.
Etats d'âme
S'il se sent peu soutenu, en règle générale, par les joueurs, Mario estime que ses rapports sont bons avec les dirigeants. Si les sociétés débutantes réclament l'aide des arbitrés, il ressent une tout autre ambiance sur les terrains des nationaux et un soutien plus sérieux des dirigeants.
Son ambition reste quand même de

1991 ag du comité

 

1990 cdr jeunes

 

1990 cdf jeunes gaillard

 

1990 cdf vesoul

 

1990 congrès ffpjp

1991 cdr doub provençal

 

1990 cdr jeunes

 

1990 galliard

 

1990 vesoul

 

1990 ville morgan

1991 international firminy

 

1990 national des brosses

 

1990 cdf- gaillard

 

1990 vesoul

 

1990 ville Morgan

1990 comportement inadmissible

Comportement inadmissible
 
Grand prix an­nuel de fin d'année orga­nisé par le Club de boule Villeurban­nais, le Continental Pé­tanque, en collaboration avec la municipalité, M. Ro­ger Martin ne cachait pas sa déception et sa colère : « en plus du froid, de la pluie, du vent, on nous a saboté notre grand prix ! en effet, M. Tammi, arbitre et trésorier général des Bros­ses pétanque, s'est permis, voyant l'indécision des joueurs refroidis par le temps, de les racoler sur notre propre terrain, en leur proposant de venir disputer sur le terrain couvert des Brosses pétanque, un con­cours interne improvisé et au sec Dès lors, des 40 doublettes déjà inscrites, seulement 24 nous sont res­tées fidèles. Je trouve inad­missible qu'une personne ayant de telles responsabi­lités dans un club voisin de -trois kilomètres qui a orga­nisé il y a moins d'une se­maine, un concours natio­nal, puisse agir de la sorte. Surtout que certains joueurs licenciés au Bros­ses pétanque indignés par le culot de leur dirigeant nous sont restés fidèles. Je vais en référer à la fédéra­tion le plus tôt possible... Sans ce « monsieur », nous aurions pu, malgré le temps, rassembler 64 dou­blettes, ce qui aurait été un bel exploit après les 112 paires de l’édition malgré tout MM. Martin Roger et Fer­nand et M. et Mme Bru, au­teurs d'un très gros travail d'organisation, ont tenu à maintenir leur concours pa­tronné par notre journal. On notera, l'excellent arbitrage de M. Maltera.
Voici les résultats com­plets :
Demi-finales : Rosito (CO Saint-Fons) et Ricci (Bros­ses) battent Merlin et La­farge (Grande Ile) 13 à 6 ; Dombey (Brosses) et To­lassy (Amis d'Outremer) b. et créent la surprise face à la doublette Orsencia (Saint Jean) et De Miguel José (G.ile)
Vainqueurs les cinq dernières années et donc tenants du titre, 13 à 1
Finale
DOMBEY TOLASSI bat ROSITO RICCI 13 à 11.
 
« L'affaire 4 villeurbannaise
 
BROSSES-CONTINENTAL 1990
 
Le président du Continental Roger Martin accuse Claude Tammi de « racolage ». Le dirigeant des Brosses s'en défend.
L existe entre les deux clubs villeurbannais Brosses- Pétanque et Continental- Pétanque une cohabitation de principe. Sans plus. Malgré leur situation géographique rapprochée, les deux sociétés n'étant distantes que de trois kilomètres seulement, les Brosses et le Continental n'ont jamais filé le parfait amour, Le club des Brosses, de par son importance (un des trois premiers du départe­ment), fait un peu d'ombre, malgré lui, à son voisin du Continental,
Et « l'affaire » qui a éclaté dimanche lors du grand prix du Continental n'est pas de nature à normaliser les relations entre les deux clubs villeurbannais. Rappelons les faits. Le Continental organisait dimanche son annuel grand prix, 11e du nom. Dans des conditions climatiques (pluie, vent, et froid conjugués) à ne pas mettre un pétanqueur dehors. Pourtant ce concours avait drainé 40 doublettes parmi lesquelles celle de Claude Tammi (avec Xavier Pépin). Devant ce sale temps per­sistant, certains joueurs se sont alors posés la question de savoir s'il fallait jouer ou « rentrer à la mai­son ». Selon la version du président du Continental Roger Martin, Claude Tammi, joueur ce jour-là, dirigeant des Brosses (il est tréso­rier} a proposé aux joueurs indécis de venir au boulodrome couvert des Brosses pour y disputer un concours interne.
Mais laissons la parole à l'accusa­teur et à l'accusé. Pour Roger Mar­tin, très en colère, il s'agit, ni plus ni moins, que de racolage. de M Claude Tammi, arbitre du Rhône et            trésorier du club des Brosses s'est per­mis, voyant l'indécision des joueurs refroidis par le temps, de les racoler sur notre propre terrain, en leur proposant de venir disputer au boulodrome couvert des Brosses un concours interne.
Dès lors, des 40 doublettes déjà inscrites, seulement 24 nous sont restées fidèles, Je considère l'atti­tude de ce dirigeant qui a des responsabilités dans un club voisin inadmissible. M Tammi nous e saboté notre concours. »
Pas de débauchage
Voilà pour l'accusation. Donnons la parole à la défense. Claude Tammi donne une autre version des faits. « J'étais au Continental pour dis­puter le concours avec Xavier Pépin. Il faisait tellement mauvais temps que nous avons décidé, Xavier et moi, de ne pas sertir les boules. En reprenant la voiture, j'allais ramener Xavier à la caserne, j'ai vu que beaucoup de joueurs faisaient comme nous. Je leur ai demandé où ils allaient. Si vous venez aux Brosses, on fera un petit concours entre nous dans le boulodrome couvert. Je n'ai pas attrapé les joueurs par le paletot pour les faire venir aux Brosses. Si vous appelez ça du débauchage. À travers moi, le président du Continental attaque les Brosses qui n'ont rien à voir avec cela. » « C'est une initiative personnelle de Claude Tammi et non des Brosses » précise le président des Brosses Henri Farrugia qui poursuit. « Personnellement je n'étais pas au courant de cette affaire, n'étant pas à Lyon dimanche. Aux Brosses, nous ne refusons per­sonne. Si le président Martin nous avait demandé de lui prêter dimanche, pour son concours, notre boulodrome couvert, nous aurions volontiers accepté. Mais ce dirigeant n'aime pas les Brosses. Je ne sais pas pourquoi. Les Brosses n'ont rien à voir dans cette histoire même si je déplore cet incident qui ne donne pas une bonne publicité à la pétanque. C'est bien regrettable. »
La fermeté du Comité
Cet incident a, bien évidemment, été évoqué mardi soir lors de la réunion mensuelle du Comité du Rhône. « C'est une affaire grave » souligne le président du Comité Michel Lachize qui poursuit. « J’ai proposé à mon Comité directeur l'envoi d'une lettre à Claude Tammi en lui demandant de nous relater sa version des faits. Le président de la Commission de discipline Fernand Bellangeon pro­posait, quant à lui, de réunir les deux parties concernées.
Mais le Comité directeur e jugé l'affaire suffisamment grave pour saisir le conseil de discipline à l'encontre de Claude Tammi. Déci­sion dans trois semaines au terme de la réunion du conseil de disci­pline (en présence des deux diri­geants villeurbannais concernés et des témoins de e l'affaire »). Brosses-Continental : assurément des relations de mauvais voisinage après cette « affaire

1990 national de macon

1990 macon

1990 macon

1990 1er national de maçon

Ville de MACON PÉTANQUE  9e grand prix et premier « national
COCHONNET CI...
Hier à 14 h 30 précises. — M. Ricci, arbitre national du Comité du Rhône, donnait au sifflet le coup d'envoi du 9e Grand prix de la ville de Mâcon, inscrit depuis cette année au calendrier officiel des grands prix nationaux ».
Une triplette de Berlin et de Tournus étaient manquantes sur les 464 engagées.
Le président René Vervier. — Avait le sourire, car une reprise est parfois difficile à négocier, surtout lorsqu'une synchronisation du calendrier est à revoir. Ce qui sera fait pour l'an prochain, la concurrence, dans un certain périmètre, ne jouera plus. Plaisir pour lui et son équipe de se retrouver après une interruption d'une année face à une telle compétition. Somme toute, des retrouvailles dont la plupart des joueurs ont apprécié. Mâcon, une ville accueillante où l'on aime bien revenir... Nous l'avons entendu sur le terrain.
 
Quantité et qualité. — À ce national première édition et neuvième du nom. Limitation des engagés à 464 triplettes mais en réalité, on aurait pu en prendre 700! Mais où les caser ? Les meilleurs joueurs régionaux (40 départements) et nationaux venus de très loin, assurant le succès. Mais aussi !es locaux, mêlés à cette imposante masse de joueurs.
 National ». — Veut également dire respect plus stricte de !a réglementation. Malgré une organisation mâconnaise très affinée, la présentation de la licence sera obligatoire au départ.
Un bureau de plus devra être créé pour l'édition prochaine, ce qui amène un surcroit de travail aux dirigeants qui appellera de nouvelles bonnes volontés.
Actuellement, secrétariat et affichage comportent une douzaine de personnes (ne chômant pas), quatre arbitres officiels sont affectés à l'ensemble des parties.
 Daniel Charollais. — Le président du Comité départemental est satisfait de cette reprise : les terrains sont en parfait état, aussi bien dans le hall que sous les hangars ». Il regrette la limite de participation mais reconnaît la valeur des joueurs, donnant bien le qualificatif de national » amplement mérité.
Il approuve la participation étrangère qui ne peut que progresser par la suite, Il faut connaître les racines de la pétanque et au niveau du comité, nous nous efforçons de donner une bonne image-de la pétanque.
 En quelques années, nous avons obtenu déjà de sérieux résultats. Nous poursuivrons notre effort ». Quant à Jean-Louis Cazemajou, l'ex-champion du Rhône, il a été promu directeur du département, compétition chez ,‹ J. B. ».
Place au jeu. — Ce matin, 9 heures, poursuite du National (118e de finale). Finales l'après-midi au boulodrome de la Lyonnaise. À 9 heures, doublettes féminines.
Grand prix Froc, 256 triplettes libres. Consolante 14 h 30, 64 triplettes.
... COCHONNET LÀ
 

1990 1er national de brosses pétanque

 4ème  NATIONAL DES BROSSES
 
Déjà 260 triplettes engagées Les inscriptions vont bon train. Le taux de participation devrait approcher les 400 triplettes.
 
E national des Brosses va vivre, ce week-end, sa quatrième édition. La compétition villeurbannaise est devenue un des grands rende vous de la saison. D'ordi haire, il a lieu le deuxième week-end d'octobre. Cette année, il a été reculé d'une semaine car la société chère au président Henri Farrugia accueillait, samedi et dimanche derniers, la finale du championnat de Ligue triplettes mixtes. Un léger décalage de date qui va quelque peu desservir ce national des Brosses, celui çi étant, ce weekend- end, concurrencé par le National de Gex et la finale du Trophée de la Loire.
En dépit de cela, ce national des Brosses est appelé à connaitre une très belle réussite sportive. Les engagements affluent au siège villeurbannais comme le souligne le responsable des inscriptions « Jeannot » Robert. «A ce jour (mercredi), nous sommes en avance sur les éditions précédentes. J'ai enregistré 260 triplettes et je pense que le chiffre de 400 sera approché. L'an passé, 342 triplettes avaient participé à ce national. Le record de participation devrait être battu lors de cette édition 90. » Le président Henri Farrugia.
d'une audience de plus en plus grande, lequel sera, intérêt supplémentaire, qualificatif pour le 2e Master qui aura lieu les 2 et 3 mars à Saint-Etienne.
Organiser une compétition avec prés de 400 triplettes (souhait des dirigeants villeurbannais) au départ n'est pas chose aisée. «En ce qui concerne les terrains, ils seront tracés, nous n'avons pas de problème de place car nous bénéficions d'une vaste carrière où nous pouvons faire jouer beaucoup d'équipes. Et puis, il y a notre boulodrome couvert. » Précise le président Farrugia.
 
25 personnes bénévoles vont être sur la brèche pendant ces deux jours. « Il y aura, cette année, une nette amélioration en ce qui concerne les infrastructures techniques. L'affichage des tirages sera plus voyant. Les badges pour les joueurs seront colorisés. Plusieurs tables de marque opérationnelles seront en service. 25 personnes badgées, chacune ayant un rôle bien défini, travailleront pendant ces deux jours. » ajoute « Jeannot » Robert. Sur le plan sportif, la qualité sera au rendez-vous. Un national...internationalisé par la présence des Marocains Longo, Saffri, Mazel et par les Belges Vancaenegem De Jonge Hémon champions du monde 81 et Hémon fils-Marchandise-Gere Bos
 vice-champions du monde juniors 89. Il y aura du beau monde (voir les engagés) lors de cette 40 édition ont nous vous rappelons le menu.
Samedi 20 à 14 heures : 4°• national grand prix ville de Villeurbanne, boules JB. 256 triplettes par poules. Cumul : 12 000 frs. Les inscriptions (75 frs par équipe) sont prises jusqu'à ce jeudi 18 à 20 heures. Chèques libellés au nom de Brosses- Pétanque adressés au siège du club 40, rue Louis Teillon 69 100 Villeurbanne. Tél : 72.37.48.65. ou 78.26.96.72. Toute inscription par téléphone doit être confirmée par chèque.
 
 

1989 Le trophée de ligue jeunes le 4 juin à thizy

Trophée de la ligue Rhône Alpes Jeunes à Lyon le 4 Juin 1989.
Arbitre : RICCI Mario cd 69 RODRIGUEZ cd 07

1989 la réception des cdf féminin

1989 cdr jeunes

1989 france jeunes

Championnat de france doublette Épinal 1989

Jeune doublette Lozano Chapeland
Devant plus de 3 000 spectateurs, tenus en haleine jusqu'aux derniers points de fine» les à suspense, ces championnats de France doublettes et tête-à-tête ont rendu leurs verdicts, hier en fin d'après. Midi, au Petit. Champ de Mars, à Epinal. Coup de jeune sur la pétanque française avec le triomphe dos Rhodaniens Lozano-Chapeland en doublettes, alors que Jean-Pierre Watiez, l'outsider parisien, causait la sensation du jour puisqu’il venait à bout du grand favori, Christian Fazzino.
EPINAL. — A l'entame de cette deuxième journée des championnats de France, il n'était pas nécessaire d'être grand devin pour envisager d'incontournables surprises au cours d'un programme matinal fort mal digéré par certains. On peut' en parler, en particulier, à Philippe Quittais, tenant du titre national en tête à tête. Le joueur du comité d'Eure-et-Loir sombrait complétement en quarts de finale face à Delom (Gers). Ce dernier ne faisait pas les choses à moitié, s'imposant sur le score de... 13 à O. Vite fait et bien fait pour une "Fanny" en sept mènes.
Toujours pour le compte de l'épreuve individuelle, on relevait le parcours convaincant de Nervosi et Watiez, deux joueurs de la ligue d'He-de¬France, alors que Fazzino passait de justesse devant Rouquie (Haute-Garonne), sur le score de 13 à 12.
En doublettes, Chaussepied - Robion (Loire-Atlantique), deux sérieuX clients, subissaient la loi de l'équipe pyré¬néenne Gouges - Michel Vile et deux jeunes formations du Rhône et des Côtes du Nord, emmenées respectivement par Lozano et Baradat, démontraient leur talent, en particulier le duo Lozano - Chape- land, longtemps menée à la marque, mais' qui terminait fort face à Chen-Tzu (La Réunion).
Lozano sort Gouges...
L'audace et les énormes capacités de Lozano ' étaient confirmées avec éclat en demi-finales. En dépit de toute son expérience, François Gouges n'était pas en mesure de s'opposer à la marche en avant des Rhodaniens. La doublette des Pyrénées accusait un mauvais départ (8-1), revenait toutefois à 10-9, mais La doublette Lozano et Jean-Pierre Wattle4 réunis sur le podium (de gauche à droite). Ils sont champions de France 1989.
 

Sa première année de président

MICHEL LACHIZE
 
Michel Lachize, a terminé sa première année de président du Comité du Rhône.
Les satisfactions sont nombreuses.
 La première année présidentielle de Michel Lachize s'est achevée hier à Tarare à l'occasion du Congrès
Départemental qui a eu pour cadre la salle du Caveau do la cité du rideau. Le président du Comité du Rhône dresse pour nous un mini bilan de cette année 89 particulièrement te pour la pétanque rhodanienne. Heureux président Lachize qui e enregistre deux titres de champions du Franco, le comité du Rhône recevant le trr..1.-Mélleur département de France, devançant des comités huppés comme les Bouches-du- Rhône et L. FO. : Comment avez-vous vécu cette première année de président ?
e Ce n'est pas facile d'âtre président dans la mesure où on e phis de responsabilités. Il y a moins do travail administratif mais en revanche, le président e plus da contact avec les dirigeants et les joueurs. M.: vous habitez à Cours, â 20 km de Lyon. Comment avez- vous résolu le problème ?
Je n'ai pat toujours été présent il est vrai, lors clos réceptions en particulier. C'est pourquoi j'ai, à plusieurs reprises, délégué. Il faut responsabiliser les dirigeants, les revaloriser. Je peux m'appuyer sur une bonne équipe de collaborateurs. »M.: Quel bilan dressez-vous de votre première année à la tête du Comité du Rhône ? fr Le bilan sportif e été tout à fait remarquable avec deux titres de champions de France André Lozano
Wilfrid Chapeland, une place. de finaliste Vignon -Pijeie:eie - Charon plus les demi-finalistes cames Roussel-Noé-Francoeur et les quarts de finaliste lez., provençaux » Rigaii Paversa-Rosuset Ces meilleurs résultats ont permis au Comité du flik`le de recevoir le trophée du meilleur département de France. C'omet un grand honneur pour notre. Comité. »  « Ceux qui disaient que la formule des championnats du [M'âne, avec des prés qualificatifs, étaient ina
 
 D nombreux motifs de satisfactions pour Michel LASCIZE,
datée, devront réviser leur jugement. Ir L. M. : Las candidats ne se sont plus seul fis au portillon pour venir renforcer :a Comité du Rhône.
rr C'est décevant. il. Y avait six places disponibles. Un seul candidat s'est manifesté. Le bénévolat se perd de plus en plus. La critique est facile mais personne ne veut. Prendre de responsabilité ; pour aide, le comité, voire grossir ses rangs. s
  1. Le • comité évalué ?
r Les structures ont été ;mises en place Les commissions, mieux structurés fonctionnant bien. Le comité peut 1111;9UX aborder les problèmes, les résoudre. En déléguant un peu mes pouvoirs, mes collaborateurs sont investis d'une fonction qui est de nature à les motiver. M. : Galois sont vos objectifs éi rünti-er,;0 do h en- née de votre mandat er En premier lieu, le comité va s'informatiser. C'est devenu essentiel. Ensuite, améliorer le fonctionne
 ment des commissions, décentraliser /C'S pouvoirs en responsabilisant los, dirigeants. il faut valoriser la fonction du bénévole.
Président du dialogue et de l'ouverture, Michel Lachize a réussi, dès sa, première année de présidence, à se faire accepter par la majorité des dirigeants et des joueurs en se rapprochant de ceux-ci. Le courant est passé. Michel Lachize peut travailler pour la pétanque en toute quiétude. C'est bien cela le plus important.
Patrick CHALÂNCON
LES RÉCOMPENSÉS au - CONGRÈS
Médaille d'or FERJP : joseph Lamarque (CASCOL).
Médaille d'argent FFPJP Georges Guignard (Villefranche/s) et Edmond Clavel (Brignais).
Médailles da bronze FFPJP : Paul Dupupet et Marcel Gex (Fontaines/s); Jean Robert (arbitre) et Georges L’Andoins; (Neuville/s), Jeanine Barbier (Givors), Jacky Vaudois (Grande lie), André Sentamaria (Brosses).
Médailles de bronze (corporatifs) : Maurice Jaurnes (Câbles), Alain Li baud (ES Alsthom).
Diplômes d'honneur et médailles du comité : Jean Lozano'
  • et François Villas boas (Brosses)
Les PERSONNAUTÉS
Nombreuses personnalités ont
  • honoré de leur présence le 32' Congrès du Comité du Rhône a' Tarare parmi lesquelles Jean
Bessorl, député-maire de Tarare, M. Débours, adjoint aux Sports, Jean-Louis Franques, inspecteur départemental de la Jeunesse et des Sports, Alain Nicollier, président de la Ligue Rhône-Alpes P. J. P.
 

1989 AG comité du Rhône à grezieu la varenne

 
PÉTANQUE : MICHEL LACHIZE, NOUVEAU PRESIDENT DU RHONE
 Une politique sportive ambitieuse »•
 
La pétanque rhodanienne a donc pris un coup de jeune. Dès sa nomination à la tête du comité départemental, Michel Lachize a dévoilé les grandes lignes de son programme. Un programme ambitieux pour un homme qui ne l'est pas moins. Avant tout, Michel Lachize veut rapprocher les clubs du comité. «../e souhaite que les relations, la communication entre le comité et les sociétés soient plus fréquents. Nous leur adresserons, ainsi qu'aux arbitres, les comptes rendus de nos travaux. Nous rendrons également visite aux associations qui le désireront». 'Michel Lachize réside à Cours, soit à 80 kilomètres de Lyon. N'est-ce pas un handicap ? Le nouveau président ne le croit .pas : « // est évident que je ne pourrai pas être présent à chaque permanence le mardi au siège. Mais les membres du bureau qui recevront ma délégation seront à même de renseigner les clubs, les joueurs, aussi bien que moi. Le comité, c'est avant tout une équipe ». Stabilité et continuité sont les maîtres-mots du nouveau président. Le programme proposé par Michel Lachize est basé sur quelques grandes compétitions sportives «Le comité mettra sur pied en septembre 1997 le championnat de France triplettes de jeu .provençal à Lyon ou Villefranche. En espérant qu'il obtienne le même retentissement que le Championnat triplettes de 1987 au palais des sports de Gerland. Cette année, le comité mettra sur pied son cinquième national qui s'appellera Grand Prix de Lyon au lieu de Bellecour. Le 4 juin, Lyon accueillera le Trophée des Jeunes de la Ligue Rhône- Alpes qui réunira la Jeunesse des huit départements rhônalpins. En 90, il s'agira du Trophée triplettes mixtes avec 8 équipes par département. Le Comité mettra sur pied, comme il se doit, les compétitions du Rhône qualificatives ou non à un championnat de France. Au niveau corporatif, le comité apportera un soutien accru à ces clubs « corpos » qui regroupent près de 900 licenciés. La Commission des Jeunes fera de nouvelles propositions afin d'éviter la monotonie des concours du mercredi et du Critérium qui commençaient à s'essouffler. Une nouvelle formule doit être trouvée, susceptible d'intéresser les Jeunes. Une commission sportive chargée de l'organisation de toutes les grandes compétitions, des mutations, des éventuelles sélections, des tirages au sort, e été créée. Le comité doit se moderniser, lequel va se doter d'un ordinateur et d'un mobilier neuf
(tables, chaises, bureaux). C'est une dépense qui s'impose. Le siège social doit être représentatif de l'importance de notre comité ».
 
Résultat des élections 188 voix exprimées :
Bellangeon 186 , Caner 180, Mme Collet 186 , M Collet 186, Dussapt 173, Fauré 180, Frexias 183, Gauthier 179,
Guignard 171, Inzirillo 173, Lachize 182, Mllet 186, Martin 183, Nicolas 180, Nicolod 186, Philippe 179,
Pizutti 186, Putz 186, Ricci 177, Rolland 183.