Adresse
Téléphone
MAJ le 20/02/2021
 

1976 La pétanque de Fameck

                    PÉTANQUE et BOULE LYONNAISE de FAMECK 
                      Sport et loisir pour jeunes et moins jeunes
 
 
Siège :                                                                                                                                                         Terrain de jeu :
NOVELTY BAR                                                                                                            CAFÉ de la LORRAINE
Place du Marché                                                                                                                      20, rue du Général Henry
FAMECK                                                                                                                                                             FAMECK

 
A peine âgé d'une dizaine d'années, ce Club, sans connaître la croissance des clubs médit erranéens 'qui bénéficient d'un meilleur climat que celui de nos régions, compte pourtant plus de cinquante licenciés seniors, cadets et féminins.
Ce sport dans beaucoup d'esprit apparaît plutôt comme une détente, voire un amusement, mais nécessite pourtant de bonnes conditions physiques et des nerfs solides. Un concours moyen dure en effet généralement plus de six heures.
Cette discipline sportive qui est en train d'envahir la moitié Nord de la France, le Luxembourg, l'Allemagne et même la conservatrice Angleterre Iles derniers championnats du monde se sont déroulés à Londres) doit certainement son expansion à la mouvance des travailleurs grâce à leurs conquêtes sociales, dont les congés payés, mais aussi aux défaillances économiques de certaines régions.
Mais, nous direz-vous, comment se comportent nos pointeurs et tireurs des doublettes et triplettes fameckois
L'activité locale du Club s'actionne surtout autour de quatre concours officiels dont la Fédération départementale confie l'organisation à notre Club, mais également autour de concours amicaux. Ces rencontres se déroulent généralement sur le stade de football en accord avec la Municipalité et le Football-Club.
LE PALMARÉS pour la SAISON 1979
Challenge ville de Fameck - remporté par Algrange Challenge Orme-Martin - remporté par Hagondange Challenge Martini - remporté par Fameck Challenge Mario Francia - remporté par Algrange Concours Hayange-Fameck vainqueur en consolante Concours Tucquegnieux- Fameck vainqueur en consolante. En amical, FAMECK est sorti vainqueur ; nous ne citerons que le Challenge OSWALD offert par le sympathique blanchisseur de la Place du Marché et le Challenge IFAPRIX, dont les gérants apportent leur soutien et surtout une aide matérielle précieuse et efficace au Club.
Et l'AVENIR ? Sans préjuger de l'avenir des individus, le Comité entend relancer cette discipline vers les jeunes et ceux qui sont devenus inactifs par la force des choses. C'est le but du Challenge IFAPRIX qui est réservé aux seuls habitantes et habitants de FAMECK.
Et pour que vous sachiez tout sur la pétanque de FAMECK la saison a été clôturée, comme il est de tradition dans de nombreux Clubs, par un repas servi dans un établissement de la ville.

1976 fameck

1976 Boulange

1979 Hambourg haut

1981 Le tour de Lorraine du président national Henri BERNARD

 1981 Le tour de Lorraine du président national Henri BERNARD
 Le président national Henri BERNARD a rencontré à Metz les responsables mosellans de la pétanque.
Reçu par André Schiavo, président de la Ligue de Lorraine et animateur du secteur de Nancy, le président de la Fédération française de pétanque et de jeu provençal, Henri Bernard, s'est ensuite rendu à Verdun, accompagné de Bernard Duc, vice-président national et président du comité des Vosges, où il a fait connaissance du comité de Meuse nouvellement créé.
Il a rejoint hier Metz avec ses collaborateurs où il a été accueilli par le comité de Moselle et M. Remy Trischler, adjoint au sénateur-maire de la ville, responsable des sports, qui avait tenu à assurer le président national de l'aide de la municipalité pour l'organisation du championnat de France féminin qui se déroulera à Metz en 1983.
Le président mosellan, Yves Berjolet et ses dévoués dirigeants soumirent Henri Bernard au feu des questions auxquelles il répondit avec beaucoup de clarté. Ce matin, à 11h00, à l'hôtel de ville de Briey, Henri Bernard remettra le but d'or» à M. Marcel Vincent, en récompense de ses vingt années de service à la tête de la Meurthe-et-Moselle.
En revanche, le comité de Moselle a profité de cet exceptionnel événement pour mettre en place ses diverses
Commissions qui se composent de la manière suivante:
 Discipline: M. Pierrot.
Arbitrage: Cominassi, Schaming, Caillaux, Ricci, Talut, Berjolet, Gaunard, Lamy.
 Corporatif: Schaming (SNCF), Oestreicher (bâtiment), Pierrot (administration),Depert (métallurgie), Sar (PTT).
 Finances: Lamy, Berjolet, Gaunard, Duchêne, Marco, Mas.
 Jeunes: Richter, Dupouy (fer), Elle (Metz), Garelli, Duchêne, Lamy, Richter.
 Presse et propagande: Gaunard, Berjolet, Schaming, Adora, Giovachini, Aussaresses.
 Comité de Moselle: président : Yves Berjolet ; vice-présidents: Richter, R. Pierrot, Cominassi : secrétaire: Gaunard; adjoint: Schaming (responsable arbitrage); trésorier: Lamy; trésorier adjoint : Duchêne; assesseurs: Adora, Marco, Oestreicher, Giovachini, Ricci, Jaeger, Dupouy; sportifs de haut niveau: Garelli, Elie.
 

1981

 1981  - 7.821 licenciés en Lorraine !
 La Fédération française de pétanque et de jeu provençal ne cesse de progresser sur le plan des effectifs. Ils sont, en effet, pas moins de 467.000 adeptes de la «petite boule» recensés sur les tablettes fédérales. Et à une époque où le sport loisir prend d'assaut les devants de la scène, il faut s'attendre à un véritable raz de marée. De passage en Lorraine, le président national Henri  Bernard a effectué un instructif tour de Lorraine parrainant le comité de Meuse qui vient de voir le jour avec 26 clubs, visitant le comité de Mo selle qui compte 51 clubs et un Léa der dynamique en la personne de M. Yves Berjolet, constatant aussi la vitalité dont font preuve ceux de Meurthe-et-Moselle et des Vosges. Le retour des triplettes Henri Bernard s'est d'ailleurs féli cité de la saine émulation qui règne au sein de la ligue de Lorraine qui dénombre 7821 licenciés. Il a surtout mis l'accent sur les nouvelles directives qui s'attachent à tous les concours... visant à multiplier les compétitions en triplettes en freinant la prolifération de celles en doublettes. La saison 1981 sera donc une année de transition, et en 1982, les triplettes reviendront en force avec notamment au programme le 4e Grand Prix «Le Républicain Lorrain».
Rappelons que la troisième édition les 20 et 21 juin. Prochain, aura bien lieu en doublet- tes. Henri Bernard rappela: «.le ne croyais pas découvrir un tel engouement dans une région plutôt défavorisée par les conditions climatiques. Je comprends vos difficultés quand je pense qu'à Nice, la saison vient de démarrer'. Le tir à la rafle et la donnée maintenues Si les maillots des pétanqueurs peuvent porter le sigle et le nom de leur club, en revanche, aucune autre inscription n'est acceptée même si une tolérance peut intervenir au moment des finales. Cette saison le joueur disposera d'une minute pour jouer au lieu de deux, la saison précédente. La donnée qui sera par conséquent limitée dans le temps et le tir à la rafle, «divine spécialité» méditerranéenne, ont été maintenues.
Enfin, cette visite du président national Henri Bernard pourrait bien déboucher sur la construction d'un hall couvert à Metz qui serait ouvert à tous les joueurs de l'agglomération. Dans cette bonne ville messine qui servira de cadre en 1983, au championnat de France féminin.

1983 Yutz -Corpo

1983 bure tressange

1983 AG secteur fer

1983 Championnat de France Féminin le 12 juin Metz

 Metz  le 12 Juin 1983
1/8  de Finale
 Joëlle Roubio, Mine Vanzi (Alpes- Maritimes), - Martine Boge, Josette Gaudet (Nfarne).;,13-5.
Aline Dole, Christine Siwiak (Côte- d'Or) - Cathy Pehore, Nadine Sene (Bretagne): 13-12.
Huguette Roueche, Christine Blaise (Vosges) - Clothilde Daverat, Isabelle Lubat (Landes): 13-8.
Chantal Gaudio, Michèle Moulin (Ardèche) - Brigitte Soulet, Evelyne Fourre (Loir-et-Cher): 13-11.
Fabienne Dubarry, Dominique Flo­res (Hautes-Pyrénées) - Odile Bou­vier, Hélène Chantereau (Isère) : 13-2.
Marie-Madeleine Negrel, Marie- Christine Benamou (Bouches-du- Rhône) - Henriette Chiocca, Régine Richard (Doubs): 13-3.
Paulette Bouffier, Negrel Simone (Alpes-Côte d'Azur) - Hélène Nicolle, Véronique Delamour (Loiret): 13-3.
Danielle Gros, Sylvette Innoncenti (Var) - Raymonde Groisne, Marie-José Groisne (Puy-de-Dôme): 13-2.
¼  de Finale
Huguette Roueche, Christine Blaise (Vosges) - Paulette Bouffier, Simone Negrel : 13-12.
Danielle Gros, Sylvette Innocenti (Var) - Chantal Gaudio, Michèle Mou­lin (Ardèche): 13-2.
Aline Dole, Christine Siwiak (Côte d'Or) - Fabienne Dubarry, Dominique Flores (Hautes-Pyrénées): 13-10.
Yvette Roubio, Aline Vanzi (Alpes- Maritimes) - Marie-Madeleine Ne­grel, Marie-Christine Benamou (Bou­ches-du-Rhône): 13-11.
 Demi-finales
Aline Dole, Christine Siwiak (Côte d'Or) - Huguette Roueche, Christine Blaise (Vosges): 13-3.
Danielle Gros, Sylvette Innocenti (Var) - Joëlle Roubio, Aline Vanzi (Al­pes-Maritimes): 13-10.
 Finale
Danielle Gros, Sylvette Innocenti (Var) - Aline Dole, Christine Siwiak (Côte d'Or): 13-5.
 A 27 ans, Sylvette Innocenti, qui est employée de mairie à Aubagne, s'adonne à la pétan­que depuis vingt saisons : « J'adore jouer aux boules, dit- elle. C'est pour moi en même temps un sport et une détente. Je crois que nous avons livré une belle finale. A aucun mo­ment, je n'ai été inquiète lors­que notamment je pointais fort mal. Par la suite, le coup
La pointeuse dijonnaise Christine Siwiak allie charme, beauté et efficacité. En finale, elle s'est cependant déconcentrée à l'image de sa tireuse Aline Dole. Ces deux jeunes filles pétries de talent n'ont pas dit leur dernier mot... et il faudra certainement compter avec elles, l'an prochain.
 

1983 hagondange

QUALIFICATIFS AU CHAMPIONNAT DE MOSELLE TRIPLETTE SENIOR (56 équipes prèsentes) 
 
Pour la première fois les qualificatifs au championnat de Moselle de triplette seniorse déroulaient au parc municipal
de Hagondange. dè 8h00 du mation, les inscriptions allaient bon train, pour arriver à 56 paricipants.Le jet du bouchon
de 9h30 libera les équipes et la battaille commençait  déjà à être rude.
 
Disputées par poule de 4les triplettes de la même poule se rencontrèrent toute la matinée.
La reprise des jeux à 14h30 permit aux malchanceaux de se rattraper afin de figurer parmi les représentants du bassin
ferrifère appelés àdisputer le championna de Moselle à Stiring-wendel qui auron lieu prochennement.
L'animation du parc n'était pas terminée pour autant pouisque  toute l'après-midi , le concours se déroula normalment.
La consolante  ayant total atteignit les 56 equipes.
 
Résultats
 1/4 de finale
RICCI Mario BENAQUISTA Toni - JANTEL Jean François (Uckange) bat  BRANDINI ( Moyyeuvre)
VENTURINI Guy ( Hagondange) bat ESTREICHER (Ronde pétanque)
CABROL - SAR - ELIE  (Ronde pétanque) bat  KROFICA (Rosselange)
CANTARELLI (Audun) bat SCHOENENDORFER (Ronde pétanque)
 1/ Finale
RICCI bat VENTURINI 13 à 7
CABROL bat CANTARELLI 13 à 7
 Finale
RICCI Mario  bat CABROL  13 à 8
 

1983 hagondange

1983 Hagondange

1983 Rosselange

1983 LA JOURNÉE SOCIÉTAIRES

 
UCKANGE
Pétanque : 130 licenciés et une belle saison
Une centaine de participants dimanche au concours en doublettes montées.'
Fort de ses cent-trente licenciés et grâce à un magnifique terrain de boules mis à sa disposition par la municipalité, le club de pétanque d'Uckange est en passe de devenir l'un des clubs les plus représentatifs de la région.
Les bons résultats enregistrés dans les diverses manifestations officielles ou amicales organisées dans les localités environnantes, laissent augurer d'un bel avenir. En compétition officielle, les boulistes locaux ont remporté cinq coupes et un challenge. Se sont distingués en remportant les premières places, Benacquista, Jantel et Ricci à Hagondange (concours du 3/4), Benacquista, Jantel et Maroco à Nilvange (consolante du 12/5), Cisternino et Ruiz à Nilvange Saint-Jacques (consolante du 10/7), Ricci, Valéro M. et Valéro P à Hagondange (consolante du 24/7), Benacquista, Jantel et Batu au stade de Nilvange (consolante du 6/8), et enfin, à Rosse- lange, le 13/8, Benacquista, Jantel et Andréos gagnaient le concours devant une autre triplette locale composée de Batu, M. Wéber et P. Weber.
Mêmes résultats en concours amicaux. A Nil- v ange, quatre doublettes étaient qualifiées pour les 1/2 finales, alors que le concours était remporté par Ruiz-Brévi qui se jouaient de Benacquista et Jantel. A Florange, le club a fait la razzia sur toutes les places d'honneur, y compris pour les féminines grâce à Benacquista, Jantel et Ruiz pour le concours, Cisternino, Fusciello et Riggio pour la consolante et Mmes Mâche, Ceccoli et Ruiz chez les féminines.
A Amnéville, Fusciello et Nocera se montraient également les plus forts. Quant à Mmes Mâche et Ruiz, elles se sont très bien comportées aux championnats de Moselle puisqu'elles se sont qualifiées pour les 1/4 de finales avant de s'incliner._
Enfin, de belles victoires au Konacker et à Amnéville ont permis aux joueurs locaux de déguster de succulents jambons.
Comme il faut bien penser aux licenciés du club qui ne participent pas aux compétitions officielles, l'A.P.U. a organisé un concours en tête à tête, remporté par Ruiz devant Cisternino.
Dimanche dernier, une centaine de boulistes se sont affrontés dans un grand concours en doublette montée. En jeu, deux coupes pour les vainqueurs du concours et deux coupes pour la consolante. Après les parties fortes disputées, Batu et Nocera ont vaincu Ruiz et Fiorucci. Pour la consolante, Jantel et Riggio l'ont emporté aux dépens de Parpaiola et Gandak.
Après la remise des prix, un sympathique vin d'honneur a réuni tous les concurrents.
 

1983 ottange ag

 L'assemblée générale de la pétanque ottangeoise s'est déroulée en mairie sous la présidence de
Mr CASIMIR Stochmel et en présence de nombreaux membres. Aprés les souhaits de bienvenue du président, Mr RICCI
membre du comité de Moselle, avait le grand plaisir de remettre des diplomes d'honneur de la fédération à deux membres
particulierement méritants du club, en l'occurence Mr PEROUDENT François et GIACOBAZZI Fernand, qu'il a vivement félicité
au nom de la fédération pour leur dévouement en faveur de la société locale.
 
Le rapport moral a été lu par le secrétaire, Mr LOMBARDINI Emile, qui a retracé les grande lignes de cette saison sportive
qui a permis aux pétanqueurs locaux de réaliser de belles performances .
 
Le trésorie, Mr HILBERT Michel, de son côté , donne lecture du compte rendu financier qui, contrôlé par des commissaires aux comptes,
s'est avéré satifaisant. Au cours de l'année, 20 joueurs du club ont été recompensés de leur assiduité et pour les services rendu à la
société et ont reçu un maillot offert par la CMDP d'Ottange.
 
Les prévisions de l'année 1985 ont d'ores et déjà été arrêtées et il y aura le challenge de la CMDP, le challenge LAROCHE
ansi que le concours du club.
 

1984 CDM doublette féminin

1984 cdm doublette féminin

1984 cDM Triplette Seniors

1984 Championnat de france juniors

 PETANQUE (Champions de France juniors) 1984
ASIR-PEIFER-BARDOT (Sarreguemines) :
Silence d'or et boules d'argent
 
Dans ce hall couvert de Tours, la tension est à son paroxysme. Trois juniors sarregueminois se sentent soudain investis d'une tâ­che qui pèse de plus en plus lour­dement sur leurs épaules. Les voilà en finale du championnat de Fiance juniors avec le fol es­poir rivé aux tripes de pouvoitof­frir à la Moselle un premier titre national et un second à la Lorraine après celui conquis en 1970 chez les seniors à Montau­ban par la doublette Meurthe mosellane formée de Barbieri et du regretté Dominique Ruffa.
Délaver Asir (17 ans), Manuel Peifer (15 ans) et Pascal Bardot (16 ans) vont affronter la triplette Delobel du Loiret. Pour les jeu­nes Sarregueminois, les nerfs à fleur de peau, pas une seule par­tie ne s'est jouée en moins de deux heures avec au passage un duel au sommet en quart de fi­nale, contre la redoutable forma­tion des Alpes-Maritimes. Gé­rard Lamy, le président comblé de l'AS Sarreguemines qui veille jalousement sur ses protégés, avouait : « Dans cette rencontre, les deux triplette% ont joué à la perfection, les jeunes l'emportant sur le 61 par 13 points à 12 '
Le sang-froid de Manuel Peifer
Ce rude écueil franchir l'hori­zon semblait dégagé pour les jeu­nes Sarregueminois pratiquants, un jeu de très haut niveau. C'était une erreur. Bien emmenés par Di- laver Asir, le « phenoinéhe.» capa­ble de réussir n'importe quel coup, Manuel Peifer et Pascal Bardot réalisaient des prodiges. Dans une véritable fournaise — il faisait 45 degrés -- les Sarregue­minois allaient trembler au cours d'une splendide demi-finale. Il fal­lait tout le sang-froid du jeune ly­céen Manuel Peifer, le « milieu » pour arracher l'inespérée qualifi­cation. Si ses devants de boules avaient fait jusque-là merveille, il se retrouvait seul face au destin, en proie à ce terrible cauchemar qui broie le cœur de tout pétan­queur quand vous êtes dans l'obli­gation à votre dernière boule, de Planter » un carreau sinon ce n’est pas
 
Fichu... Manuel signa cet exploit digne des plus grands champions.
Sans échanger un seul mot, s'entendant parfaitement, dissi­mulant sous leurs traits décidés, une anxiété grandissante, les Sarregueminois fidèles à leur tac­tique qui était de ne pas prendre de risques, abordaient donc cette finale comme dans un rêve. 'En face d'eux, l'équipe du Loiret commandée par Delobel, une équipe qui s'attirait la réproba­tion du public parce qu'elle abu­sait des tirs « à la rafle ».
Pascal Bardot : Pas dr' pointage
D'entrée, la malchance s'abat­tait sur les jeunes Mosellans. L'apprenti-serrurier Pascal Bar­dot avait beau se révéler comme l'as du pointage, les magistrales frappes au fer de Dilaver Asir et de « Manuel Peifer, déchaînaient un torrent de « contres ». A. Î-0 pour leurs rivaux, les Sarregueminois qui observaient un silence
d'or pour délivrer des boules d'ar­gent, refaisaient une partie de leur handicap. Le sort s'acharnait encore sur eux mais menés par 11 à 6, ils affichaient encore une confiance inébranlable. Ils se sur­passaient même à l'image de Ma­nuel Peifer, l'homme des situa­tions difficiles. Pascal Bardot qui avait frappé la seule boule qu'il avait eu à tirer durant ces deux jours, taquinait allègrement le bouchon... et Dilaver Asir « mi­traillait avec vigueur tout ce qui se présentait. Ce jeune garçon de 17 ans qui est toujours à la recher­che d'un travail avait 'laissé une fantastique impression... comme ses deux camarades emballant lit­téralement l'arène.
Asir, les 22 et 23 septembre à Metz
Ces trois jeunes joueurs de grand talent appartiennent à la florissante « école » de jeunes de l'AS Sarreguemines qui compte 'plus de cent licenciés à ce niveau. Gérard Lami qui les considère à juste titre comme ses fila adoptifs se souviendra longtemps de cette belle aventure : « Quand la Mar­seillaise a inondé le podium tou­rangeau, Dilaver a f'l'euré à chau­des larmes. Manuel et Pascal n'ont pu contenir ces pleurs de bonheur. _
Dilaver Asir étrennera son titre les 22 et septembre dans le 8e Festival de Metz en tête-à-tête ; dans ce challenge François Gou­ges patninné par « Le Républi­cain Lorrain » appelé à connaître un succès sans précédent.
Les champions honorés  
de Moselle Le comité de Moselle fêtera ses
Champions de France juniors, di­manche, à partir de 9 h, au Buffet de la Gare de Metz. Le président, Yves Berjolet, précisait : « Il
s'agit pour nous d'un sacré événe­ment. C'est la première fois que la Moselle obtient un titre natio­nal. Ii représente une valeur inesti­mable pour tous les pétanqueurs du département... les engageant à persévérer dans tous les domaines.
Le Comité de Moselle en tricolore
Hier matin à Metz le Comité de Mo­selle de pétanque tenait sa dernière réunion avant l'assemblée générale annuelle du 25 novembre prochain à Farébersviller, assemblée qui doit re­nouveler pour 4 ans le comité. La réunion d'hier débutait sous les meilleurs auspices car auréolée par la présence des nouveaux cham­pions nationaux juniors de l'AS Sarreguemines, la triplette Dilaver Asir, Pascal Bardot et Manuel Peifer auxquels le président régional Schiavo remettait un cadeau au nom de la Li­gue. En effet pour la seconde fois un club lorrain aura la garde du dra­peau fédéral pendant un an. La pre­mier fois ce lut grâce au regretté Ruffa. Côté pratique, les travaux débuteront sur un compte financier favora­ble, par contre le président Berjolet devait mettre le ton sur la difficulté d'harmoniser en juin les épreuves of­ficielles et amicales. Un regret : l'on déplore le manque de candidat pour l'arbitrage, pourtant les clubs ne se font point faute de déplorer ce man­que. Par ailleurs il est rappelé aux clubs que les
mutations doivent s 'effectuer avant le 31 décembre.
Enfin, le président Yves Berjolet qui est pour beaucoup dans l'essor du comité (76 clubs et 6,053 licenciés} renouvelait son' intention d'abandonner la direction, une déci­sion qui fut loin de faire t'unanimité et comme certains le disaient : on en reparlera.


 

1984 Ag du comité de moselle

1984 Jean-Marie Gaunard succède à Yves Berjolet
 
Le comité de Moselle a tenu ses assises annuelles dans la salle des fêtes du foyer ASBH à Farébersvil­ler. Cette réunion importante avait pour objet l'élection du nouveau pré­sident et des membres. C'est M Jean-Marie Gaunard, jus­que-là secrétaire général, qui suc­cède à M. Yves Berjolet à la prési­dence. Le nouveau comité se présente comme suit : président : Jean-Marie Gaunard (Ancy) ; vice-présidents Charles Gominassi (Montois), Jean- Claude Richter (Creutzwald), Jean- Claude Dupouy (Yutz), secrétaire Rager Schaming (Sarreguemines), adjoint : Jean-Marc Uha (Farébersvil­ler), trésorier : Gérard Lamy (Sarre­guemines) ; adjoint : Jean Duchêne (Behren-Toile), membres : Gérard ' Adams (Sarreguemines), André Adora (Creutzwald), Xavier Blancher (Rémilly), Roger Bragagnolo (AI­grangé), Pierre Caillaux (Creutzwald - arbitre national), Joseph Cantarelli (Audun-le-Tiche0, Léon Garonne (Amnéville), Émile Giovacchini (Thionville), Mario Ricci (Uckange), Gérard Schmitt (Merle­bach Belleroche), Vincent Vaccaro (Merlebach Belleroche), Julien Vi­cente (Carling).
 
Au terme de cette saison 84, le comité comptait 74 sociétés repré­sentant 5.506 licenciés dont 2.456 dans le bassin ferrifère et 2.137 dans le bassin houiller. La Ronde Pétanque de Metz conserve son maillot jaune au clas­sement par effectifs des sociétés. Voici les dix premières : 1. Ronde Petanque Metz 301 ; 2. Yutz 231 ; 3. AI- grange 228; 4. Sarreguemines 214; 5. Moyeuvre 192; 6. Guénange 76, 7. Farébersviller 165; B. Uckange:150 ; 9. Spicheren Brêmoise 140 ; 10. Thionville 125.
 
Quelques sociétés vont se créer d'ici le début des hostilités 1985. Le comité de Moselle fonce allègre­ment vers les 80 sociétés et appro­chera dans quelques saisons les 6.000 licenciés. En dix ans, la pro­gression a été fantastique. En effet, si l'on dénombrait 1848 licenciés en 1974 ce chiffre atteitn en 1984 la côte de 5506. 108 concours ont été programmés.
 
Jean-Marie Gaunard des idées et... des actes
 
 Après 24 ans de bons et loyaux services en faveur de la pétanque, Yves Berjolet a quitté la présidence du comité de Moselle pour se consa­crer à une tâche encore plus importante qui ne l'éloignera pas des boulodromes. Pour ce chef de section des Mines dont la compétence et l'élo­quence étaient unanimement reconnues, l'heure de la retraite venait de sonner. A 53 ans laFFPJP reconnaissante, lui remettait la plaquette d'or. Une récompense amplement méritée. Son successeur, Jean-Marie Gaunard qui entame son quatrième mandat au sein du comité départemen­tal, s'est aussitôt attelé à la tâche. Ce sportif de première force qui fut un nageur exemplaire au sein du célèbre Triton Club de Micheville, s'est laissé gagner par le virus de la « petite boule » en 1961 avant de participer à son premier concours officiel, sept ans plus tard à Borny.
A 41 ans, Jean-Marie Gaunard n'est pas à court d'idées. Des idées et surtout des actes qui se traduisent déjà par la mise en place de la commission des jeunes et celle des féminines : «Au cours des quatre saisons à venir, dit-il, nous devrions conquérir le cœur de 2.000 adeptes supplé­mentaires».
Trésorier général puis secrétaire géné­ral avant d'accéder à la présidence, Jean-Marie Gaunard connaît tous les rouages de ce fantasti­que jeu de boules qui ne demande qu'à s'épa­nouir : «Si nous voulons être crédibles, il faut affir­mer notre sérieux sur les boulodromes d'abord et
en participant massivement dans toutes les compé­titions. Le découpage de la Moselle en trois sec­teurs : bassin houiller, fer et région messine doit nous permettre d'atteindre cet objectif en effaçant le culte de la vedette et en évitant les longs déplace­ments. Trois concours en même temps, cette situa­tion ne pose pas de problème quand nous songeons à notre potentiel de 5.600 licenciés'.»
Jean-Marie Gaunard pousse même le bou­chon un peu plus loin sous forme de circonstan­ces atténuantes : « Allez, admettions que 1.000 diri­geants soient partagés dans l'organisation des trois concours simultanés cette saison. Enfin, enle­vons 1.500 pratiquants peu tentés par la compéti­tion et il reste 3.100 concurrents capables d'appor­ter la preuve de notre vitalité ».
Les grands concours comme les « pe­tits» sont une source de développement. Les pre­miers exaltent les vertus de la pétanque sous la forme d'une grande fête, d'une véritable ker­messe et les seconds permettent à tous de confir­mer leurs progrès. Une constatation qui devrait faire taire cette jalousie maladive qui est le signe profond d'une incapacité notoire. M. Jean- Marie Gaunard : « Si je ne suis pas pour les concours à 100.000 ou 150.000 F, en revanche, j'applaudis des deux mains quand il s'agit d'un vé­ritable « national » bien doté, tremplin idéal. pour toutes les conquêtes que nous nous sommes fixées».
 
 
 

1984 thionville

Stade Jeanne-d ‘Arc : 225 participants
au concours de pétanque .(91)
 
Il y avait beaucoup de monde hier, au stade jeanne-d ‘Arc, pour assister au concours officiel de Pétanque en triplette, organisé par le Pétanque- Club de Thionville. Malgré la grisaille, et une température plutôt fraîche pour la saison, de nombreux 'spectateurs se sont pressés autour des concurrents, (pour admirer leur habileté à manier la boule.
Pointé, tiré, pointé... Chacun a rivalisé
         D’adresse, sous le regard imperturbable de l'arbitre, M. Ricci. 61 triplettes se sont constituées, avec, en parallèle, 21 doublettes réservées aux jeunes. Des clubs allemands, luxembourgeois de Metz, de Mon­tigny-lès-Metz, de Moutiers, de Rosselange et de Yutz, ont participé aux épreuves. Quant aux visi­teurs, ils ont pu s'exercer à un concours de pointage doté de nombreux lots.

1984 fameck

 

1985 cdm jeunes

1984 Fameck

 

1985

1984 journée societaires

 

1985

1985 CHAMPIONNAT DE FRANCE TRIPLETTE PROVENÇAL CLERMOND FERRAND

 
CHAMPIONNA DE France  CLEREMOND FERRAND 1985
HENRI SALVADOR : « Pour garder vos jambes de vingt ans, pratiquez le jeu provençal !»
 
Henri Salvador affirme très sérieusement que « pour garder ses jambes de vingt ans il faut pratiquer le jeu de boules provençal ». Ceux qui ont eu l'occasion de le voir évoluer, hier, place du 1"-Mai, à Clermont-Ferrand, où se déroulent les quarantièmes championnats de. France de jeu provençal, serons sans doute convaincus.
Ce diable d'homme, au rire irrésistible, bondit. Et rebondit comme un cabri lorsqu'il s'élance pour tirer une boule et il est alors difficile de croire qu'il est âgé de soixante-huit ans. Mais allez faire croire aussi aux gens que le jeu provençal est une authentique discipline sportive qui exige des nerfs d'acier, des astuces de joueurs d'échecs, des jambes de champion du triple saut et la concentration d'un tennisman de haut niveau.
 Bon compromis entre la longue lyonnaise et la pétanque, le jeu provençal (dont nous avons expliqué les règles dans notre supplément magazine de dimanche dernier) est considéré dans le Midi comme l'aristocratie de la boule. Henri Salvador, lui-même, parlant de l'élégance du geste et de « l'envol » du tireur, va jusqu'à établir une comparaison avec la chorégraphie.
 Une authentique passion « Pensez donc, explique encore Henri Salvador, la moindre partie dure environ deux heures. J'ai personnellement participé à une partie qui s'est prolongée, tenez- vous bien, six heures un quart ! Il faut savoir qu'à ce jeu chaque boule compte et qu'à la fin d'une journée de compétition on a dix heures de marche et de course dans les jambes... Outre l'adresse qui est souvent naturelle mais qu'il est nécessaire d'entretenir  il faut avoir une santé de fer d'autant qu'on joue aussi bien en plein soleil que sous une pluie battante ! ».
 Cette excellente condition physique lui sert d'ailleurs pour son métier (voir notre encadré) mais c'est aussi une façon de faire le vide, de ne penser qu'au jeu.
 « Pour moi, poursuit le fantaisiste, il s'agit d'abord d'une authentique passion. J'ai débuté bien sûr par la pétanque et c'est dans la région de Cannes qu'on m'a fait découvrir ce jeu qui est aussi difficile que les différentes disciplines d'athlétisme que j'ai pratiquées dans ma jeunesse. Rai également joué à la lyonnaise, qui m'intéresse aussi, mais je préfère le côté « tout terrain » de la provençale et la possibilité de jouer librement hors cadre... ».
 C'est la quatrième fois que le chanteur parvient à se qualifier pour les championnats de France et pour sa peine il lui a fallu gagner dans la région parisienne une épreuve regroupant des concurrents de douze départements.
S'il avoue que sa passion pour ce jeu vient au-dessus d'autres considérations, il est également sensible aux contacts humains qu'il privilégie. « Ici, il n'y a pas de barrières sociales, l'électricien joue avec le député ou le médecin avec le menuisier... ».
 L'amitié tient aussi un grand rôle et Henri Salvador est assez fidèle dans ce domaine puisqu'il joue avec son pointeur Jean Blanque et son tireur Claude Fernandez depuis environ une dizaine d'années. Un beau palmarès à son palmarès (de bouliste) figure bon nombre de grands concours, tant en Provence qu'à Paris, mais il est surtout fier d'avoir réussi à entrer dans le carré d'honneur (quarts de finale) de trois championnats de France — encore récemment en doublettes à Lons-le-Saunier — et au Provençal — 2 à 3.000 équipes à Marseille, sans oublier une très belle victoire au Vacaro d'Aix-en-Provence réunissant tout le « gratin » de la spécialité.
 Précisons enfin pour les « puristes » qu'Henri Salvador évolue dans son équipe au difficile poste de milieu, c'est- à-dire qu'il doit savoir aussi bien pointer que tirer. De plus sa longue expérience de la compétition lui permet de jouer un rôle de stratège dans le calcul de la « donnée » (l'endroit où il 'faut lancer la boule en pointant), le choix du meilleur angle pour le pointeur, ou encore la tactique à adopter. » Et dite bien à vos lecteurs, conclut-il, que c'est un vrai sport ! Qu'ils entrent dans un rond et qu'ils regardent une boule à vint un mètres : elle ne parait pas plus grosse qu'une bille, et il faut bien la tirer et (de préférence) l'enlever ! ».

1985 cdf triplette provençal

france 1985

france 1985

1985 GRAND PRIX DE LA VILLE DE YUTZ

 
1985 -Grand Prix de la Ville de YUTZ
 
Le club de pétanque yussois présidé par  Jean-Claude Dupouy a organisé la 3e édition du challenge des commerçants et du challenge Bartolini. Le premier est destiné aux triplettes hommes et le second aux doublettes féminines. Les participants ont pu une nouvelle fois apprécier la qualité de l'organisation et ceux venus de très loin, la qualité de l'accueil. 82 triplettes venues de tous les coins du département mais aussi de Meurthe-et-Moselle et de Meuse se sont affrontées tout le dimanche après-midi jusque fort tard dans la nuit.
Quatre champions de France étaient présents sur le stade de la rue Sainte-Barbe : Cambarnois le Biterrois, résidant à Strasbourg, était champion de France tête-à-tête 1983, et les Sarregueminois Asir, Bardot et Peiffer avaient conquis le titre de juniors en triplette l'an passé. Une heureuse surprise attendait les organisateurs : deux jours avant le commerce, la triplette de Berlin composée de Gunther Maure et des frères Tsuroupa, champion d'Allemagne FFA annonçait sa venue.
Le club dont ils font partie est jumelé depuis trois ans avec Yutz qui y avait délégué quelques équipes mais c'est la première fois que les Berlinois venaient jouer chez leurs amis Yussois. Ces derniers leur ont fait découvrir la région ainsi qu'à quelques antres invités venus de loin, la veille du concours : visite guidée du centre de Metz, cuisine lorraine et soirée-spectacle ont bien tenu lieu de veillée d'armés.
Le concours a été remporté par l'excellente triplette Algrange-' Torri- Köhler  Briwa qui a battu en finale les non moins bons Uckangeois Bondil  Corriéri Benacquista. Le challenge des commerçants, remporté par Yutz, l'an passé, restera dans la vitrine du club. Local qui a placé trois équipes en 8e de finale.
Le challenge Bartolini a réuni le chiffre record de 22 doublettes féminines. Les deux jeunes dijonnaises Aline Dôle et Christine Siviak, gagnante du concours l'année dernière devaient défendre leur titre. Malheureusement, Christine, hospitalisée, n'a pu accompagner sa partenaire habituelle. Associée à Geneviève Gurlet, Aline Dôle s'est à nouveau imposée. En finale, elles ont battu Zahra Ouali et Gisèle Huilier de la Ronde pétanque de Metz. La consolante de ce challenge est revenue à Mme Philippon de Yutz associée à Mme Combarnus ; celle du challenge des commerçants a été remportée par la triplette mixte Gabrielli –Perossino -Lefevre.
Un concours cadet a rassemblée 20 doublettes : il a vu la victoire des Yussois Sandy Legras et Philippe Thalgott, la consolant revenant aux Thionvillois Rémy Hettinger et David Panaris. Notons encore qu'une dizaine de minimes ont eu l'occasion de s'affronter et que le challenge Bartolini a été gagné par Yutz qui a classé 7 équipes en, 8e de finale. Enfin, pour départager les points litigieux, la fédération avait dépêché MM. Jean Reiden et Mario Ricci, arbitres officiels. 1

 

1985 audun-le-tiche

163 doublettes aux challenges pétanque de la JS -AUDUN-le TICHE 1985
 
Les records de participation ont été une nouvelle fois battus avec 63 doublettes au total, dont 134 seniors, aux challenges de pétante La truffe et Mangenot.
Le matin même précédant les atours, les pétanqueurs locaux t inauguré leur nouveau local boulodrome. Étaient présents elle cérémonie, les membres de municipalité : M. Angel Filipetti, maire ; M. Salvatore Bellucci, premier adjoint au maire ; Elvio Formica, délégué au maire ; M. René Lacone, conseil- municipal. Les membres
responsables de la Pétanque Mosellane : M. Cantarelli, vice-président de Moselle ; M. Bragagnolo, vice-président également, mais du secteur ferrifère ; M. Ricci, secré­taire adjoint du secteur. Étaient également présents : M. Lemoine, : Président de la JS Audun omnis­ports et les représentants de sport 2000 ; Jan Sport à Villerupt M. La truffe, parrain, M. Daniel Mancini, fils du président-fondateur du club ; M. Modik, président du club voisin ami d'Errouville.
Inauguration
Dans son discours le président Cantarelli a adressé les souhaits bienvenus à la nombreuse assemblée en soulignant l'excellente collaboration municipalité entreprises locales - club, ce qui de- permettre de réaliser ces installations dans un délai très court.
Il devait également évoquer le formidable bénévolat des pétanqueurs audunois pour la manœuvre, et remercier M. Daniel Mancini pour s’être déplacé.
Mr Angel FILIPETTI maire prenait la parole.
Il devait remettre une as­siette-souvenir de la ville à Jean- Pierre Latruffe, pour le cin­quième anniversaire de son chal­lenge. La prise de parole faisait ressortir les efforts municipaux constants pour le sport Audun connaît un fort pourcentage de sportifs, certainement l'un des plus hauts de France. Le premier magistrat devait faire remarquer le bénévolat des sections locales, des joueurs de pétanque en parti­culier pour la circonstance. M. Filippetti devait faire remarquer les bonnes relations sportives qu'entretient la ville avec d'autres villes de l'étranger et de France, Troyes en cette occasion pour le challenge La truffe. Il devait ter­miner en présentant ses vœux de santé à tous les participants, en soulignant que la sienne était parfaitement rétablie.
Le concours
Le temps se montrait clément pour cette journée. Cette chance « météorologique » était méritée pour les organisateurs locaux qui avaient une fois de plus beau­coup travaillé et une nouvelle fois prouvé leurs capacités à orches­trer une manifestation de cette envergure. Ils ont bien été aidés en cela par M. Bragagnolo et M. Ricci, à la table de marque, et par l'excellent arbitrage de M. Lom­bardini, d'Ottange. Le concours a commencé à 15 heures précises. Allait se terminer très tard dans cette nuit automnale précoce. En effet, la finale se terminait à 2 heures du matin et voyait J.P. La truffe conserver pour la se­conde année consécutive son challenge associé cette année à Alain Zimmermann.
Soulignons le mérite de Jean- Pierre qui, six heures plus tard, se devait de disputer le cham­pionnat corporatif de son dépar­tement. A noter que Jean-Pierre n'a jamais manqué son challenge.
Échos
Il faut signaler pour les boulis­tes audunois le sympathique et bref parcours de Daniel Mancini et Jojo Retitz, un duo de l'an­cienne école audunoise, reconsti­tué pour l'occasion ; le hasard de la défaite du duo Schmidt-Dos­tert devant les finalistes du concours et de la consolante ; le succès du buffet des spécialités italiennes des pétanqueurs Mo­retton pour la porchetta et Bon­dioli pour les saucisses et la pasta asciuta ; le succès du jambon of­fert par Desindes, mis en concours au poids ; la partie ami­cale de démonstration tout sou­rire » de M. le Maire, qui associé à J.P. Latruffe, devait passer un sévère 13 à 2 à Elvis Formica et Joseph Cantarelli, et qui a montré ses dons de pointeur à l'occasion.
Les résultats
Pour les résultats il faut relever les faits suivants : challenge J.B. au club ayant fourni la plus grande participation e Thionville venu en bus avec 21 doublettes ; challenge J.B. par équipes rem­porté par Longwy P.C. ; coupes Jan Sport 2000 en féminines, remportées par Nilvange Stade en concours (Liégeois-Perse­chetti) et le duo Giovacchini de Thionville en consolante. De nombreuses coupes étaient remises aux vainqueurs des catégories cadets et minimes.
L'acquisition définitive du challenge Robert Mangenot (consolante du concours seniors) l'a été par le club d'Algrange qui, grâce à Torri Briva, l'a emporté pour la troisième fois. Concours - demi-finale : Osto­lani (Homécourt) bat Woelfelle (Longwy PC) ; Latruffe (Audun) bat Andrieu (Longwy PS). Finale : Latruffe (Audun) bat Ostolani (Homécourt).
Consolante - finale : Torri (Algrange) bat Remiatte (Nilvange)-
 
 
 

1985 24 h00 de metz

Pétanque
Des «24 Heures de Metz » bien arrosées
Dilaver Asir, encore lui !
 
Une seconde édition bien arrosée ! La pluie, le vent, le froid, étaient une nouvelle de la partie. Et dans ces conditions pénibles, près de 250 joueurs connurent les difficultés pour franchir les écueils... sur ce hou- >me de « La Ronde Pé­tanque » qui ne cessait d'appelé soleil. Et devinez qui a le premier, sous la banderole de ce marathon boulis­tique ? Eh bien Dilaver Asir, - Champion de France ju­niors faisant briller les cou­leurs sarregueminoises pour la seconde fois dans cette ha­letante épreuve.
 
Le treizième match qui de­vait nous offrir un ultime ré­cital tourna court en raison d'une pluie diluvienne... Mais Dilaver Asir et ses remarqua­bles partenaires Martello et Pispico bravaient les intempé­ries pour triompher au terme d'un duel fratricide de son frère Dundar Asir, associé à Dunan et Adams. Un royal doublé sarregueminois qui donnait le sourire à leur dy­namique président, Gérard Lamy.
 
Boury – Greff et Oestreieher en vedette
 
Si la domination sarregue­minoise se faisait de plus en plus pressante au fil
des rencontres, il fallait saluer le mérite des Behrinois Meren­da-Meridja, déployant des trésors d'énergie pour tenir le choc. Pendant ce temps, le trio Boury-Greff-Oestreieher se mettait en vedette remon­tant à contrecourant pour prendre une excellente qua­trième place.
Chez les dames, la lutte s'annonçait indécise entre l'excellente équipe Amnévilloise Kern-Calvet et Sara­gosse... et la redoutable for­mation composée de la Mes­sine Elie, qui avait une Isa destinée au tandem Kerwieta­ Helwing ((le Creutzberg) t Dif­ficile de départager ces dames au travers de leurs perfor­mances. Mais une tout plai­dait en faveur des secondes qui, dans cette compétition, s'étaient offert un net succès sur leurs rivales.
Le courage des pétanqueurs rejoignait celui des or­ganisateurs prêts à rendre les armes... et des arbitres, MM., Cominassi, Caroline et Rei­den, qui s'étaient acquittés de leur tâche avec beaucoup d'opiniâtreté.

1985 les 24h00 de metz

1985 la ronde petanque

1985 ag dirigeants rumilly le 03-03

1985 algrane

ALGRANGE-1985
Pétanque algrangeoise : 20e anniversaire

C'est au centre socioculturel, place de la Poste, à deux pas du boulo­drome, que la « Pétanque algran­geoise » a fêté son 20e anniversaire. La manifestation
s'est déroulée en pré­sence de plusieurs personnalités de la Ligue de Lorraine et du comité de Moselle, auxquelles devait se joindre, un peu plus tard,
Mme Henriette Si­monetto, maire de la ville.
Après les souhaits de bienvenue du président Bragagnolo, M. Schwartz, secrétaire du club, a retracé les princi­pales étapes de la vie du club, de ses origines à nos jours. C'est en janvier 65, dans le quartier du «Batzenthal», que le club de pétanque est né, avec pour siège le café Schôpp et, pour ani­mateurs, Edouard Kobylecki, Émile Paquet, Jean Dalle Mese, Rodolphe Geisler, Alphonse Paquet, Marcel Gaudiero_ Les présidents se sont suc­cédé ensuite : Émile Paquet, de 65 à 67, Georgs Baro, de 68 â 70, Charles Mirées, de 71 à 75, Jean Noiré, de 76 à 81, Marcel Gaudiero, en 82 et 83, et depuis 84, Roger Bragagnolo.
Pendant six années, le club a fonc­tionné donc au Batzenthal en s'offrant un deuxième siège, le café Metzdorf. Puis, en raison de la construction du stade omnisports, de 71 à 75, la so­ciété n'eut plus de terrain. L'entraîne­ment se poursuivit néanmoins dans les rues et sur les trottoirs du quartier.
Pendant ces années, ie nombre de licenciés oscillait entre 35 et 50. Enfin, le 1er juin 77, le boulodrome de la place de la Poste était inauguré par Mme Simonetto, et le club se voyait également mettre un local à disposi­tion. Dès lors, le jeu n'a cessé de se développer pour concerner au­jourd'hui 185 licencies.
A l'occasion de cet anniversaire, le palmarès a été dressé, qui montre bien la valeur des joueurs algrangeois. De nombreuses fois, dans divers modes de jeu, la ville a été représentée aux Finales de France. En 69, à Royan., la triplette juniors Backer R., Ledig, Torri. En 70, à Limoges, la triplette juniors : Briwa, Jourdan, Backes R. En 72, à Thiers, la triplette juniors : Backes D., Briwa, Terri. En 76, a Per­pignan, la triplette senior : Backes D., Briwa, Torri. En 77, à Toulouse, la doublette Briwa-Torri. En 78, à Chambéry, la triplette cadets Busa. Caffarelli, Deacal. En 80, à Tours, la triplette cadets : Deacal, Kobylecki, Massari. En 83, à Toulouse, la tri­plette seniors : Kobylecki J., Mirées, Torri. En 84, à Montpellier : Gérard Torri, tête-à-tête. En 85, à Limo­ges, Bernard Briwa, en tête-à-tête.
Vient ensuite l'heure des récompen­ses. Médailles et diplômes ont été dé­cernes par M. Jean-Marie Gaunard, président du comité de Moselle.
 La médaille d'argent de la Fédération française a été attribuée à M. Edouard Kobylecki qui a également reçu la médaille d'or avec diplôme du comité de Moselle.
Médaille d'or et diplôme du C.M. à MM. Émile Paquet et Georges Baro. Médaille d'argent du C.M. avec diplôme à MM. Charles Mirées, Jean Noire et Marcel Gaudiero. Médaille de bronze du C.M., avec diplôme à MM. Alphonse Paquet et Jules Fosso. Des diplômes d'honneur ont été remis à MM. Jean Bremec et Giovanni Busa, pour services rendus, tandis que M. Adrien Noiré, recevait un cadeau récompensant sa fidélité au club.
Un vin d'honneur et une collation ont clôs la manifestation.
  • Le comité des fêtes de l'AS Algrange football, tiendra une réunion vendredi, dans la salle du café des Sports à 20 h, afin de mettre au point les activités qui se dérouleront au mois d'octobre.
 

CHAMPIONNAT DE FRANCE JUNIOR 1986

 
PETANQUE Trois jeunes Nilvangeois champions de France
 Les trois jeunes Nilvangeois, champions de France de pétanque en «triplette» juniors, sont Remiatte, Dominique, et Laurent et Fric Ponthina.
 
Laurant à 14 ans et demi, comme ses deux camarades, il joue à la pétanque depuis cinq ans, licencié au Pétanque-Club du Stade à Nilvange, il joue également au football, dans les rangs des cadets de Thionville. Bon élève il est en 4e au collège Jules- Ferry à Nilvange.
 
Dominique est âgé de 16 ans. Il pratique également le football en tant que junior l'AS Algrange ; il est stagiaire en informatique. Laurent et Dominique Remiatte habitent Nilvange. Sont les fils de M. Georges Remiatte, bien connu dans le monde du football.
 
Le 3e champion, Eric Ponthina, joue comme ses deux camarades de triplette depuis 5 ans au PC du Stade de Nilvange. Il est âgé de 15 ans et habite à Hayange. Eric Ponthina fréquente le collège d'enseignement technique privé de la Chambre des métiers de Moselle à Thionville et prépare le métier d'installateur sanitaire.
 
Ces 3 garçons ont remporté le titre de champion de France de pétanque, en triplette juniors, lors des finales des championnats de France disputés au Parc des expositions de Toulouse les 30 et 31 août derniers devant plusieurs milliers de spectateurs méridionaux et touristes.
Que ces 3 garçons, bons sportifs et bons élèves à la fois soient ici félicités et qu'ils sachent rester modeste dans le succès.

 

FRANCE 1986

 
Impressionnant  Dominique Rémiatte
En huitièmes de finale, on retrouvait des garçons pétris de talent comme Dundar Asir. Quand on vous dit qu'un Asir peut en cacher un autre. Ou encore Gérard Adams, vainqueur en 1973 et dont le métier faisait merveille. La présence de l'Hagondangeois Venturini ne constituait pas une surprise tant ce joueur possède de qualités. En revanche, le plus méritant du lot était sans aucun doute l'Ancéen Daniel Neu suivi mène après mène par son entraîneur René Tartarin. La «Ronde Pétanque» de Metz se retrouvait en superbe compagnie grâce à Claude Sar et au jeune champion de Lorraine 1985, Christian Oury.
Le tirage au sort opposait les deux Messins dans les quarts de finale et Christian Oury franchissait le cap avec brio. Neu poursuivait son ascension aux dépens de Deloffre (Carling), le Sarre
  • Vous êtes formidables - Tous les membres organisateurs de la «Ronde Pétanque» de Metz se sont une nouvelle fois surpassés en dépit des difficiles conditions atmosphériques. Une équipe formidable au service des pétanqueurs.
  • Gare au champagne - Parmi les organisateurs, Jean Friederich éprouvait les pires difficultés pour écrire les résultats. Ayant fêté la veille son départ à la retraite, il souffrait de la main droite qui avait débouché moult bouteilles de champagne.
  • Un arbitrage impeccable - MM. Mario Ricci, Roger Schaming et Francis Duez ont sillonné l'aire de jeu sous des trombes d'eau et sur un terrain particulièrement glissant. Ils se- sont acquittés de leur tâche avec beaucoup de talent.
  • Les mensonges de la pétanque - Je ne suis pas venu ici pour gagner des sous ; - L'essentiel, c'est de participer ; - Non, merci, pas de Pastis, je ne bois pas d'alcool en compétition ; - J'ai perdu mais le voyage m'avait fatigué ; - Il faut
 Gueminois  Dundar Asir dominant Serge Venturini. Le duel au sommet se révélait comme une «explication au sommet» entre le Nilvangeois Dominique Rémiatte qui avait revêtu sa tunique de champion de France et le Sarregueminois Gérard Adams. Une joute très serrée où Dominique Remiatte s'obstinait à pointer au lieu de tirer dans une huitième mène qui voyait les deux hommes .au coude-à-coude : 10-10. Le Sarregueminois ne se faisait pas prier pour placer les points décisifs.
Le métier  de Gérard Adams Les demi-finales débouchaient sur un spectacle de qualité. Le Messin Christian Oury débutait fort mais Gérard Adams repre¬nait les rênes pour mener 12-6 et finalement l'emporter par 13-9. Face à Dundar Asir, Daniel Neu se battait comme un beau diable égalisant 8-8 (9e mène) puis à 9-9 (11e mène) avant de céder au pointage. La grande finale por-tait les couleurs sarregueminoi¬ses. Avant d'entamer cette ultime joute, Dundar Asir avouait : «Je suis venu pour gagner. Je me suis préparé en conséquence».
Asir absolument que j'achète des boules neuves.

 

1986 ag du comité de moselle

Plus de 13.000 licenciés en Lorraine
Avec 500.000 licenciés repré­sentant 7.500 associations, la pétanque occupe aujourd'hui... et. Solidement la quatrième place de nos disciplines sporti­ves. Et la Lorraine qui vient de franchir allègrement le cap des 13.000 licenciés n'échappe pas à ce phénomène galopant de la « petite boule » qui conquit bien des cœurs et déchaîne bien des passions. Un thème amplement développé, hier, au cours de l'assemblée générale du comité de Moselle qui s'est déroulée salle Pougin à Montigny-lès- Metz sous la présidence de M. Jean-Marie Gaunard et en pré­sence de MM. Denis Jacquat, député de la Moselle, Raymond Doerflinger, maire de Monti­gny-lès-Metz, Lorman, son ad­joint, responsable des sports, Robert Perussel, président du comité régional olympique et sportif, et André Schiavo, prési­dent de !a Ligue de Lorraine de pétanque et de jeu provençal.
UN ACCUEIL FORMIDA­BLE. — On attendait 200 diri­geants et ils étaient près de 350 dans cette salle Pougin... où Marcel Tousch dynamique pré­sident de Montigny-Pétanque, leur réserva un accueil en tout point formidable. Ce vif en­gouement traduisait bien la vi­talité d'un comité de Moselle qui dénombre actuellement 84 associations pour 6457 licenciés le plaçant à un rang particuliè­rement prisé sur le plan natio­nal.
17 ANS D'ABSENCE. — Il y avait tout juste 17 ans que le comité de Moselle avait tenu son assemblée générale dans la région messine. Un magnifique retour aux sources grâce à Montigny-Pétanque, le club de Metz-Patrotte se proposant de prendre le relais la saison pro­chaine.
UNE SAISON 86 DIFFI­CILE. — Jean-Marie Gaunard, le président du comité départe­mental, mit l'accent sur les diffi­cultés rencontrées au cours de cette saison par les pétanqueurs confrontés à des conditions at­mosphériques épouvantables...
L'ELAN DU COEUR.— Le Or Denis Jacquat est un fon­ceur. Son diagnostic est infailli­ble... et lorsqu'il avoue : « Mon cœur n'a toujours vibré que pour le sport !» Il n'hésite pas à payer de sa personne pour ré­parer ce qui doit l'être car il reste un homme de terrain, tou­chant de très près à tous les problèmes inhérents à telle ou telle discipline.
 
Le Docteur Denis JACQUAT, adjoint au maire de la ville de Metz et député de la Moselle,
Remet les trophées aux champions de France nilvangeoise juniors : PONTINA, Dominique et Laurent   REMIATTE qui, à Toulouse se sont imposés devant tous les favoris.

1986 metz t.t gouge f

1986 bure tressange

Audun-le-Tiche 1986 - Championnat DE MOSELLE Tête à tête

 
1986  Championnat de Moselle de Pétanque « Tête à tête »
 
La J.S. Audun Pétanque s'est vu confier par le comité départemental l'organisation du championnat individuel qualificatif pour le championnat de France 1986. Cette compétition débutera dès 9 h le lundi 19 mai et se déroulera sur le boulodrome, terrain annexe au stade Pierre Fauchère.
 
Ce seront environ 200 des meilleurs pétanqueurs du département qui « lutteront » pour le titre envié.
Un arrêt pour le repas prévu vers 12 h ; les pétanqueurs pourront se restaurer sur place au prix de 35 F (saucisses italiennes fabrication maison, pastasciutta, et deux verres de vin ou une boisson).
 
Les réservations seront prises le matin au cours du championnat. Les parties reprendront dès 14 h.
Ce championnat sera l'occasion pour Bernard Briva d'Algrange de défendre son titre acquis l'an dernier à Creutzwald. Du côté audunois, Charly Schmidt tentera de reconquérir chez lui, un titre qu'il a détenu par deux fois.
Dans le passé les personnalités départementales, le président Gaunard en tête, ainsi que les personnalités locales, M. Angel Filippetti, maire, ainsi que d'autres, honoreront cette compétition de leur présence.
 
Nul doute que les bénévoles (et ils sont nombreux) de la section, mettront tout, en oeuvre pour faire de cette journée un succès.

1986 cdm tete à tete

 

1986 cdf corpo

 

1986 metz

1986 cdl barleduc

 

1986 cdf chartres

 

1986 hagondange

1986 barleduc

 

1986 cdf chartres

 

1986 nilvange

LA sélection pour le premier championnat du monde jeunes 1986

 
LYON  1986
Brosses Pétanque  Villeurbanne,
Sélection Juniors pour le Championnat du monde
 
 
Du beau monde sur le terrain de boules M. Andin
Une photo-souvenir pour marquer le passage à Fontaine de la sélection nationale junior de pétanque qui participera aux championnats du monde les 20 et 21 août en Belgique.
 
En compagnie de MM. Charollais, Azéma de la FFPJP et des délégués des Hauts-de-Seine, Gironde et
Moselle, les 6 jeunes sélectionnés ont posé avant de participer au 58 National de Fontaine.
 
Cette sélection était composée de : Kelle Fabrice (Hauts-de Seine),Rémiatte Laurent (Moselle),Bonin Christophe (Gironde), Audi Didier (Gironde), Tarin Michel (Saône-et-Loire) et Massoulier Emmanuel.
 

1987 cdm t.t roger sola metz

1987 cdm t .t michel ruggiero

1987 tt metz

1987 championnat du monde jeunes HASSELTE (BELGIQUE)

 
UNE VICTOIRE  A LA FRANCAISE
La lourde responsabilité d'une sélection française fut confiée en Janvier à M. Daniel Charollais assisté
de M. Claude Azéma, l'objectif étant de conquérir le ter titre de Champion du Monde Juniors en Belgique.
 
 RECETTE DE CHAMPIONS A LA SAUCE CHAROLLAISE
Prenez 12 joueurs français triés aux petits oignons lors des championnats de Toulouse. Mettez-les à Dijon en stage durant trois jours le temps que la moutarde monte puis triez les six plus beaux morceaux que vous plongez dans un bon stage bouillonnant à Lyon, assaisonnez bien tout ce petit monde à la sauce moral, ajoutez un zeste de forme physique, une noix d'adresse et deux doigts de préparation psychique, servez chaud :
 Fabrice Kelle (Hauts de Seine) tireur Laurent Rémiatte (Moselle) milieu Christophe Benin (Gironde) pointeur Christophe Marchand  (Creuse) remplaçant actif.
 Garnissez le tout d'un entraineur nommé Daniel Charollais et transportez délicatement jusqu'en Belgique.
Trois jours avant les championnats commencez à faire mitonner à feu doux de manière à ce que la pression monte. Laissez échapper la vapeur avec délicatesse lors des deux jours de compétition.
Au terme de cette longue recette, savourez une délicieuse victoire nationale que nous accompagnerons d'un bon frisson dès les premières mesures de la Marseillaise!!

 
 
Belgique : 1987 CHAMPIONNAT DU MONDE JUNIORS.
 
Hasselt et son majestueux parc omnisport fut les 22 et 23 août la capitale mondiale de la pétanque des moins de 16 ans, ouvrant ainsi une nouvelle page du grand livre de la FIPJP. La Belgique et son président Léo Van Craeyvelt inauguraient cette nouvelle compétition (qui se déroulera tous les deux ans) démontrant une fois de plus le dynamisme et le dévouement de ce pays pour notre sport.
 
17 pays participaient, totalisant 18 équipes de 4 joueurs : eh oui ! Grande nouveauté, les équipes sont formées de trois joueurs et d'un remplaçant. L'entraineur peut ainsi recomposer son équipe avant chaque partie en fonction de l'adversaire où de la forme de ses joueurs.
 
A l'issue des poules, les huit équipes restantes ne créèrent pas de grosses surprises aux pronostiqueurs (mis à part l'élimination du Maroc qui se rattrapa en Coupe des Nations). Les équipes se retrouvant en quart de finale étaient : l'Algérie qui terrassa littéralement l'Allemagne; malgré une farouche résistance des germaniques la partie se solda par un 13 à 2. De son côté la Belgique ne laissait pas plus de chances aux Monégasques, les jeunes protégés de la principauté s'inclinant sur le même score, L'Espagne tolérait bien pendant deux mènes en menant par 8 à 0, mais les jeunes conquistadores faisaient quelques fautes de jeux et concédaient la victoire aux tunisiens en restant sur ce score.
 
Quand à nos français, après quelques hésitations, ils venaient facilement à bout d'une équipe de Belgique/ délaissée par son public qui encourageait Belgique2 quelques cadres plus loin.
 
La journée débuta bien tristement pour la Tunisie et la Belgique; en effet après l'euphorie des victoires de la veille il fallait que les têtes restent froides pour aborder ces demi-finales on ne peut plus continentales.
 
L'Algérie battait la Tunisie au terme d'une partie remarquable. Ce fut entre les six maghrébins un concours de tir : des mènes de huit à dix frappes, un éblouissement de carreaux. A ce feu Grégorien les Tunisien s'inclinaient 9 à 13 face à des Algériens sortis tout droit de la lampe d'Aladin.
 
La Belgique 2 ne résista pas à la pression imposée dès la 1°'° mène par des français qui la maintinrent durant les douze allers-retours. La médaille du roi Baudoin dans la poche les français décoiffèrent sans aucun complexe les bérets rouges de l'équipe belge sur le score de 13 à 9.
 
Le choc final devait donc être intercontinental. 15 mènes, 51 frappes (pour seulement 14 tirs manqués au fil), la découverte d'un prodige du Sahara, Yazid Teriaki, qui avec un bras à la Choupay ne prit le tir que 12 fois pour réussir 12 carreaux ou palets; voilà tous les ingrédients pour obtenir une finale de 1B1 choix, les               français obtenant leurs quinze points contre dix à l'Algérie grâce à une cohésion totale des trois joueurs ne cédant jamais face aux harcèlements et à l'adresse de leurs adversaires.
 
COUPE DES NATIONS
1/2 finale : Hollande bat Italie. Maroc bat Suède.
 
Finale : Hollande bat Maroc 13/12.
 
 

 
 
PETANQUE
Laurent Rémiatte ; un titre mondial à 15 ans
 
 La pétanque est par excellence un sport réputé tranquille, du moins pour ceux qui ne le connaissent que peu. Les passionnés, eux, vous diront que c'est un sport comme un autre, qui demande non seulement certaines qualités physiques, mais surtout beaucoup d'adresse et une bonne dose de concentration.
Dans la vallée de la Fensch, les clubs de pétanque foisonnent et l'on y retrouve pêle-mêle retraité, préretraités, voire aussi quelques passionnés moins âgés et même, depuis quelques temps, des jeunes de 12, 15 ou 18 ans. La pétanque en quelque sorte, a su faire le lien entre les générations.
La meilleure preuve vient de nous en être donnée le' weekend dernier avec la participation aux premiers championnats du monde juniors d'un Nilvangeois de 15 ans, Laurent Rémiatte, sociétaire du club de Nilvange - Stade, et représentant officiel du comité départemental mosellan de pétanque.
Trois journées de rencontres se sont succédé en Belgique, à Hasselt, dans le cadre de ces premiers championnats du monde juniors. En qualité de milieu, Laurent Rémiatte figurait au sein de l'équipe de France, aux côtés de Fabrice Kelle (tireur) de Paris, Christophe Bonin (pointeur) de Bordeaux et de Christophe Marchand (remplaçant) de la Creuse.
Dix-huit pays étaient en concurrence et, dans le groupe IV, la France avait d'abord en face d'elle l'Espagne, le Luxembourg, la Grande-Bretagne et la Suède.
Face à l'Espagne en première partie, l'équipe de France juniors en a débattu durant trois heures avant d'emporter la victoire par 13 points à 12. Elle battit ensuite successivement le Luxembourg par 13 à 5, la Suède par 13 à 0 et la Grande-Bretagne par 13 à 2.
En quarts de finale, l'équipe de France offrit un match fantastique contre la Belgique I qu'elle élimina par 13 à 6. De son côté, la Belgique II battit Monaco par 13 à 10 cependant que l'Algérie l'emportait par 13 à 9 contre l'Allemagne et que la Tunisie sortait vainqueur de sa rencontre face à l'Espagne par 13 à 12.
. En demi-finale, la France, opposée à la Belgique II l'emporte encore, et par 13 à 9. Face à la Tunisie, l'Algérie termine sur le même score.
Dès lors, France et Algérie restaient face à face pour la finale de ce championnat du monde junior. Les quatre jeunes Français ont triomphé en 15 points par 15 à 10. Est-il besoin d'ajouter que le comité départemental de Moselle de pétanque est particulièrement heureux aujourd'hui de compter dans les rangs de sa fédération un aussi brillant champion et jeune espoir que le Nilvangeois (du Stade I) Laurent Rémiatte ?

 

1987

 
CHAMPIONNAT DU MONDE Jeunes 1987
 
UNE VICTOIRE A  LA FRANCAISE
 
 
La lourde responsabilité d'une sélection française fut
Confiée en Janvier à M. Daniel Charollais assisté de M. Claude Azéma, l'objectif étant
de conquérir le 18' titre de Champion du Monde Juniors en Belgique.
 
RECETTE DE CHAMPIONS A LA SAUCE CHAROLLAISE
 
        Prenez 12 joueurs français triés aux petits oignons lors des championnats de Toulouse. Mettez-les à Dijon en stage durant trois jours le temps que la moutarde monte puis triez les six plus beaux morceaux que vous plongez dans un bon stage bouillonnant à Lyon, assaisonnez bien tout ce petit monde à la sauce moral, ajoutez un zeste de forme physique, une noix d'adresse et deux doigts de préparation psychique, servez chaud :
Fabrice Relie (Hauts de Seine) tireur
Laurent Rémiatte (Moselle) milieu Christophe Bonin (Gironde) pointeur Christophe Marchand (Creuse) remplaçant actif
 
        Garnissez le tout d'un entraineur nommé Daniel Charollais et transportez délicatement Jusqu'en Belgique. Trois jours avant les championnats commencez à faire mitonner à feu doux de manière à ce que la pression monte. Laissez échapper la vapeur avec d’Elise lors des deux jours de compétition.
Au terme de cette longue Série vous accompagnerez d'un bon frisson dès les premières mesures de la Marseillaise!! 
 

 
 
PETANQUE
DIMANGE 6 DECEMBRE 1987
 
Forbach. — Muté professionnellement à Verdun, dans la Meuse, Jean-Marie Gaunard, après avoir assuré
la présidence du comité de Moselle durant trois bonnes années, cède les rênes à Joseph  Cantarelli qui occupait, les fonctions de vice-président. Une passation de pouvoir qui s'est faite à l'unanimité en présence de M. Jean-Eric Bausch, sénateur-maire de l'accueillante ville de Forbach.
Le nouvel homme fort du comité département président de la J.S. Audun-le-Tiche omnisports, N’est pas un inconnu. Ce remarquable pétanqueur t de trente ans, qui s'est illustré sur tous les boulodromes, est aussi le champion de la communication. Technicien au service produit recherche de l'Arbed au Luxembourg, il reste avant tout un homme de dialogue. Quant à Jean-Marie Gaunard, dirigeant de grande qualité, il demeure au service du comité régional afin d’apporter ses conseils toujours éclairés.
 UN BQND PRODIGIEUX.  La Moselle compte un effectif de 6.725 licenciés représentant 84 sociétés. Un bond prodigieux surtout si
l'on songe que le comité dénombrait 1.016 licenciés en 1967 il y a de cela vingt ans !
UN NOUVEAU SECRETAIRE. Au poste de secrétaire général, s'est Léon Caronne qui succède à Xavier Blanchet, parti sous d'autres cieux.
Un nouveau membre a été coopté au comité. Il s'agit de Christian Steinkamp, vice-président de «La Ronde Pétanque» de Metz.
TOUJOURS EN TETE.  La Moselle demeure en tête des comités au niveau de la Ligue de Lorraine et à ce titre, elle doit faire entendre puissamment sa voix.
SIX NOUVELLES AFFILIATIONS.  Si deux clubs (Lorquin et Magny) ont rendu les armes, en revanche le comité
enregistre six nouvelles affiliations, à savoir : Rédange, GrosbliederstrofT,  Rohrbach-Lès-Bitche, Créhange,
Lorry et une deuxième société à Montigny-lès-Metz.UNE NOTE TRISTE.  La disparition du talentueux joueur algrangeois Gérald Torri, emporté à l'âge de132
ans par une terrible maladie. 626.000 LICENCIES.  La Fédération française ne cesse de progresser avec 626.000 licenciés pour 101 comités,
22 ligues et près de 7.800 associations.COUP D'ECLAT. Le premier titre de champion du monde junior en triplettes, remporté par le jeune Nilvangeois
Laurent Rémiatte, associé à Fabrice Kelle (Paris) et à Christophe Bonin (Bordeaux).
BREVET FEDERAL. Il est rappelé la création d'un brevet d'Etat premier degré, examen portant sur trois points :
instruction générale, brochure pétanque, jeu pétanque.«LA RONDE PETANQUE» DE METZ LEADER. Au hit-parade des effectifs, «La Ronde Pétanque» de Metz conserve
la tête en Moselle avec 277 licenciés. Viennent ensuite : Sarreguemines A.S. (253), Yutz (235), Nilvange Stade (203),
Hagondange (200), Moyeuvre (197), Algrange (190), Spicheren Brêmoise (173), Nilvange Saint- Jacques (169) et
Thionville (153), sur 84 clubs classés.DEUX NOUVEAUX PAYS. La Fédération internationale compte deux nouvelles nations avec Israël et Andorre.
A BESANÇON, EN 1989. Le congrès national de la FFJP se déroulera les 8, 9 et 10 janvier 1988 à Vichy et l'annéeSuivante à Besançon.
CHAMPIONNATS DE FRANCE. Il et 12 juin à Gap : féminines ; 18 et 19 juin à Rennes : corporatif ;25 et 26 juillet à Tarbes : triplettes ; 2 et 3 août à Brest : doublettes et tête-à-tête ; 27 et 28 août àBretigny-sur-Orge : triplettes juniors ; à Lamoura : cadets-minimes ; jeu provençal 2, 3 et 4 septembre à Meudon :
doublettes 9, 10 et 11 septembre à Roanne : triplettes. GRAND PRIX DU «REPUBLICAIN LORRAIN». Afin de conserver son caractère de Grand Prix national, ce célèbre
concours se déroulera en triplettes les 18 et 19 juin.MONDIAUX. Les prochains championnats du monde ont été répartis comme suit : 1988 Italie, 1989 Espagne, 1990
principauté de Monaco. Si, pour les juniors, le second rendez-vous se situe en Grande-Bretagne en 1989, les
Féminines entreront en lice en Espagne (1988), puis en Thaïlande (1990) et en Suisse (1992).
 

AG 1987 FORBACH

 
PETANQUE
Près de 7000 licenciés en Moselle
Joseph Cantarelli prend les rênes du Comité
  1. Cantarelli président du comité de Moselle
 Le sport local compte après M. Lemoine, président du Comité 57 de l'athlétisme, un nouveau président départemental, dans une autre
Discipline, la pétanque. Ce président est unanimement connu à Audun-le-Tiche puisqu'il s'agit du président actuel de la J.S. Audun pétanque et du président de la J.S. Audun omnisports, en l'occurrence, M. Joseph
Cantarelli.
  1. Cantarelli est âgé de 40 ans, Audunois de toujours, il est domicilié en la cité frontalière, avenue S.-Allende. 11 est marié et père de deux enfants. Il est technicien au service produit d'Arbed-Recherches à Esch-sur-Alzette.
Le nouveau président est entré à la J.S. Audun pétanque en 1973 comme simple sociétaire ; l'année suivante, le poste de secrétaire lui était confié et il en est le président depuis une bonne dizaine d'années.
 
Joseph Cantarelli est élu au comité départemental en 1985 comme vice-président. En cette année 1987 il est élu à la présidence du comité 57 à l'unanimité des membres présents lors de l'assemblée générale annuelle
de Forbach du 29 novembre 1987. Cette élection devait avoir lieu suite au remplacement de M. Jean-Marie Gaunard qui se retirait pour des raisons professionnelles (mutation en Meuse).
 
Le nouveau président est à la tête d'une section départementale forte de 84 sociétés pour un total de sept mille licenciés ; la Moselle étant le plus important comité de la Ligue de Lorraine, M. Cantarelli est entré
au comité directeur de la J.S. Audun omnisports en 1981, tout à tour secrétaire, vice-président des sections sportives et depuis cette année président suite à la place laissée vacante par M. Lemoine, président du
comité départemental d'athlétisme.
Nous souhaitons à M. Cantarelli une bonne continuation dans ses anciennes fonctions et dans sa nouvelle tâche  de président départemental. 

 

1987 BURE TRESSANGE

 
Le boulodrome de Bure inauguré sous le soleil
 
 
C'est par un bel après-midi ensoleillé qu'a eu lieu l'inauguration officielle du boulodrome de Bure. L'organisation mise au point par le Pétanque-Club local, fut absolument parfait et sa réussite est à verser au crédit de tous les membres de l'association chère au président Jean Reiden qui mérite bien des éloges et est à citer en exemple.
Parmi les personnalités présentes dans la zone de loisirs buroise, nous avons noté la présence
De MM. André Schiavo, président de la Ligue lorraine de pétanque, venu de Nancy ;
Jean-Marie Gaunard, président du comité de Moselle ; Jean-Claude Dupouy, président du secteur Fer à Yutz ; des membres du comité de Moselle et des sociétés avoisinantes ; le Dr Henri Boguet, conseiller régional, maire de Fontoy ; M. Denis Schitz, conseiller général de la Moselle, maire de Tressange, entouré de membres du conseil municipal ; de représentants de la brigade de gendarmerie d'Aumetz ; M. Roger Lefebvre, président du groupement de dirigeants d'associations locales ; présidents et responsables de sociétés, et bien entendu la plupart des membres licenciés du Pétanque-Club.
 
C'est à M. Schiavo que revint l'honneur de couper le ruban symbolique, tenu par deux charmantes demoiselles, sous les applaudissements de tous, suivi d'une visite des lieux et club- ' house, dont la maintenance et l'agencement sont rceuvre des membres volontaires qui ne ménagent pas leur peine. Après la photo de famille, c'est en cortège que l'on se ›, dirigea vers la salle des fêtes municipales où devait avoir lieu les allocutions d'usage, la remise de plaquettes à plusieurs  personnalités, laquelle était suivie d'un vin d'honneur et buffet des plus copieux.
 

 

1987

 
TRESSANGE
Réception au club de pétanque
 
C'est à une bien belle réception que celle à laquelle il nous a été donné d'assister à l'issue de l'inauguration du boulodrome situé sur l'aire de loisirs de Bure. En effet, c'est dans la salle des fêtes municipale que le président Jean Reiden, entouré des membres de son comité, avait convié les personnalités et amis de la pétanque à un vin d'honneur.
 
Il devait prendre la parole pour remercier, en son nom et celui de l'association, tou­tes les personnalités auxquelles il devait remettre une pla­quette souvenir, recevant la sienne des mains du secrétaire du blub, M. Eugène Engel. Chacune de ces personnes de­vait ensuite improviser une allocution de remerciement à travers lesquelles on percevait très nettement une pointe d'étonnement, sinon d'admi­raton, à constater que notre petite commune de Tressange pouvait s'enorgueillir d'une aussi belle réalisation boulis­tique.
 
 J.-M. Gaunard, président du comité de Mo­selle, n'était pas venu de Metz les mains vides puisqu'il re­mettait à M. Denis Schitz, maire de Tressange, la mé­daille d'or de la Fédération française de pétanque, et au président Jean Reiden, la mé­daille d'argent pour services rendus.
 
Gaunard devait rappeler que dans les 63 disci­plines sportives recensées sur le plan national, la pétanque occupe le quatrième rang, alors qu'en Moselle, on compte 7.000 licenciés pour 84 clubs, ce qui place le dé­partement en 27e position. Ce fut ensuite la cérémonie de re‑ mise des plaquettes souvenir à MM. André Schiavo, prési­dent de la Ligue de Lorraine pétanque ; Jean-Marie Gau­nard, présient du comité de Moselle ; Jean-Claude Du­pouy, président du secteur fer a Yutz ; Denis Schitz, maire de Tressange, conseiller géén­ral de la Moselle ; Mme Fra­çoise Reien, l'épouse du pré­sident, devait quant à elle re­cevoir une magnifique gerbe de fleurs, les félicitations et la bise de M. le président Schiavo.
 
Puis on leva le verre à la santé de la pétanque, « Le sport de l'Amitié », servi par les épouses et amis(ies) de la petite boule d'acier du FC­BTL. Une bien belle journée qui comptera dans les annales de l'association chère au pré­sident Reiden.
 

1987 congrès ffpjp

1987 rencontre amicale

1987 rencontre amicale

1988 Le trophée des artistes

 
1988-Jean Lefèvre au Trophée des Artistes de la Marseillaise
 La cinquième place nationale par le nombre de ses licenciés (468 460, répartis entre 7 665 associations). Par comparaison, il faut savoir que le football reste le «sport roi» (2 055 610 licenciés), devant le tennis (1 148 683), le ski (531 660) et le judo (489 074). La pétanque vient ensuite, devançant encore le basket-ball (454 040) qui bénéficie pourtant d'un formidable engouement auprès de la jeunesse et d'un réel effet de mode auprès des plus grands médias. Mais laissons-là l'esprit sportif, largement évoqué par ailleurs, pour revenir sur les raisons du succès populaire de la pétanque. Celle qui se joue pour le seul plaisir, dans son jardin, en bord de plage ou même en bordure de route quand l'envie devient vraiment trop pressante... En résumé, la réussite de la pétanque tient en une courte définition : «Un jeu simple, pas cher et dont on peut improviser une partie n'importe où»... Voilà ce qui est à l'origine de cet authentique phénomène social qui touche tous les âges et tous les milieux. On peut en effet commencer très jeune, vers l'âge de cinq ans (70 000 licenciés ont moins de 18 ans, ce qui coupe l'herbe sous les pieds au détracteur de «cette activité pour retraité fatigué») et jusqu'à un âge très avancé. Car c'est là toute la question. La pétanque, au fond, se limite à deux actions essentielles, à pointer ou à tirer. Mais autour du «but» va peu à peu se développer une véritable lutte tactique.

 

1988 Réunion d'arbitres

 
1988 - TRESSANGE
 
Pétanque : le corps arbitral en réunion à Bure
 
La salle des fêtes municipale à Bure a servi de cadre à une importante réunion des arbitres de pétanque du secteur ferrifère et Metz, présidée par MM. Joseph Cantarelli, président du comité départemental et Jean Reiden', président de la commission d'arbitrage. Ces derniers étaient entourés du secrétaire de la commission d'arbitrage, M. Emile Lombardini ; du secrétaire et arbitre départemental, M. Léon Caronne ; des arbitres de Ligue, MM. Mario Ricci et Francis Duez ; des arbitres départementaux, MM. Lucien Kureck, Alphonse Paquet et Mathis ; ainsi que des arbitres stagiaires, MM. Joseph Pepe et Alfred Graupuer. C'est à M. Reiden qu'il appartint d'adresser des souhaits de bienvenue à ses hôtes et amis, avant que le président Cantarelli ne développe dans un exposé fort détaillé, les décisions qui ont été prises lors du congrès national qui s'est tenu dernièrement à Vic4  Une présentation à travers laquelle on retiendra tout particulièrement l'obligation faite aux arbitres à remplir de nouveaux formulaires, à l'occasion des différents concours officiels, ceci dans le but d'établir un classement des joueurs qui permettra une catégorisation qui entrera en vigueur en 1989. Une décision qui devrait réjouir les quelque 6.725 licenciés, et plus, que compte le département. Après une revue de quelques points de détail, prenait fin cette importante et intéressante réunion. Le verre de l'amitié a ensuite rassemblé les participants.
 

 
PETANQUE  43eme congrès de la Fédération Vichy 1988
Jacques Théron pape de la catégorisation
 
 Incroyable, Jacques Théron, qui, le temps d'une Intervention superbement convaincante, a enlevé, plus encore raflé, les voix qui auraient pu manquer à l'adoption du projet de catégorisation, véritable épouvantail de ce 43• Congrès national. Tour à tour caressant, persuasif. Incisif ou diplomate, le Parisien a véritablement subjugué l'auditoire qui allait entériner un vote historique. Cet Important chapitre digéré dans la ouate la suite n'était que routine  comme annoncé d'ailleurs ! — et les travaux fédéraux allaient se poursuivront tard dans la soirée, pour finalement s'acheminer vers un statu quo qui peut quand même laisser songeur en vue de l'échéance électorale de 1989_C'est devant un auditorium du Centre omnisports Pierre-Coulon, archicomble, que le président Henri Bernard a ouvert les tra­vaux des 43' assises nationales de la Fédération française de Pétan­que et de Jeu provençal.
 
Après approbation du procès- verbal du précédent congrès par l'assemblée, Pierre Chambers Pre­nait la parole pour un long et très exhaustif rapport d'activités. On retiendra que la FFPJP souhaite renforcer son audience tout en préparant l'avenir, la reconnais­sance du sport « boules » par le CIO en 1986 pouvant être consi­déré comme le pied à l'étrier ou, pour le moins, un atout à moyen terme.
 
Si P. Chambers évoquait « la poursuite de la marche ascen­dante de la fédération », le cha­pitre des licences révélait une baisse de 0,80 % (— 3.900 licences) surtout chez les jeunes (— 6,87 chez les cadets), les féminines en augmentation de 3,79 % ayant heureusement contrebalancé cette tendance, la FFPJP comptant au total dans ses rangs 485.505 licenciés-Sur le plan sportif, si les seniors ont failli à l'échelon mondial, les juniors du « club France » ont enlevé une couronne arc-en-ciel qui accrédite le principe de sélec­tion appliqué en la circonstance pour la première fois.
Le bilan financier du grand argentier, Jean Clovis, révélait une excellente santé des comptes fédéraux, l'avoir en caisse de no­vembre 1987 (2.307.000 F) s'équi­librant avec les dépenses inscrites au budget 1988 (2.270.000 F), la FFPJP fonctionnant ainsi avec un exercice de trésorerie d'avance.
LA CATÉGORISATION EN DOUCEUR
Brûlant sujet sur la sellette, la catégorisation n'a pas été la bombe que l'on attendait, désa­morcée par un certain Jacques Théron, un Parisien au gros cœur, qui a, le temps d'une courte allocution, enveloppé, envoûté même, une assistance — heureu­sement assise — qui n'attendait certainement pas une telle dé­monstration de talent. En des termes percutants, « le fédéral argumentait en faveur d'une pro­position pour laquelle il allait vite faire la majorité et il est raison­nable de penser que, par sa seule intervention,         Jacques Théron a rassem­blé trois à quatre cents voix de plus sur ce projet. Cette initiative constituera une avancée considé­rable pour notre fédération, nous l'avons voulu la plus simple pos­sible mais elle n'a pas la prétention d'être parfaite. Je respecte l'avis de ceux qui sont contre mais cette tâche n'est pas insurmon­table et l'aventure mérite d'être tentée. Ce scrutin est historique et son résultat sera synonyme d'espoir ou de renoncement ».
Dès lors, le sort en était jeté et si l'on pouvait craindre que gros comités « sudistes «, dispo­sant de quotas plus importants de voix, n'influencent le vote, il n'en était rien et, malgré les renonce­ments du Var, de la Haute-Ga­ronne, du Vaucluse et du Gard, le projet était adopté (applicable en 1989) par 1.802 voix contre 571 et salué par une ovation générale.
LA MARTINIQUE EN 1990
Autre sujet important, le dé­roulement du congrès national en Martinique, en 1990, a reçu l'aval de l'assemblée après une interven­tion du Lozérien Baron, incitant à la prudence et à la réflexion,1.594 voix l’emportant contre 666.
 
Après la pause de midi, les travaux reprenaient par la récep­tion des juniors champions du monde, Relié (Hauts-de-Seine}, Remiatte (Moselle), Marchand (Creuse) et Bonin (Gironde), qui étaient honorés par le comité fédéral.
 
Il était également envisagé de faire débuter le championnat de France triplette le vendredi, à 17 heures, ce qui aurait permis d'alléger la suite de la compéti­tion, une proposition qu'un vote à main levée écartait d'un souffle.
 
Ce même mode de vote valait au championnat de France mi­nime de voir son quota de parti­cipants considérablement gonfler, chaque comité ou ligne se voyant attribuer une équipe, une décision applicable en 1989 qui devrait rapidement voir cette cornpétition parvenir à 128 séries.
 
Un échantillon fourni d'infor­mations aux comités et ligues faisait suite à cet éventail de dispositions, le président Bernard donna un certain nombre de pré­cisions. En matière de concours nationaux, une nouvelle nomen­clature fera référence dis 1988, près de cent vingt demandes d'agrément se conformant aux nouvelles normes étant parvenues à la fédération pour la présente saison, un délégué fédéral et un arbitre national veillant à la juste application des règles.
 Alliez le nombre de participants et les bons joueurs et vous obtiendrez des compétitions crédibles et ho­mogènes ». Henri Bernard s'est voulu porteur de la bonne parole pour les concours officiels mais les compétitions marginales posent toujours un incontournable pro­blème, la dissuasion ne semblant plus suffisante en ce domaine. A l'heure où nous mettions sous presse restait à aborder le cha­pitre des questions diverses, qui allait mettre un point final à ce congrès somme toute très calme... comme l'avaient annoncé les édi­les fédéraux.
 

1988 Rencontre entre comite de Moselle et comite de Luxembourg

 Ce week-end, au boulodrome d'Amnéville, s'est déroulée une rencontre au niveau des dirigeants, mettant en présence d'un côté le comité de Moselle, avec comme invité d'honneur le jeune champion du monde juniors Laurent Remiatte, et de l'autre la fédération voisine et amie du Luxembourg, sous la conduite de son président, Joseph Steffen.
 
de­vaient à leurs amis luxembourgeois une belle revanche. Pour répondre à la magnifique réception du premier acte, les dirigeants amnévillois, mandatés par le comité, avaient prévu une réception et des agapes qui ont clôturé comme il se doit le concours. Ce concours est une première pour le Comité de Moselle.
 
Si l'on se fie à la rencontre du match aller organisée au boulodrome de Bel- vaux (Luxembourg), ce type de manifestation s'avère profitable au niveau des contacts entre dirigeants au-delà de la détente-loisir de ce genre de journée.
 
Le match allé avait vu la victoire du comité mosellan. Le résultat recherché étant autre, les boulistes français de­vaient  Les vingt deux doublettes luxembourgeoises et mosellanes ont tiré, pointé, fait rouler et s'entrechoquer les boules. Et c'est logiquement la formation la plus forte qui l'a emporté.
Il est certain que cette journée d'échanges ne fera qu'améliorer les excellentes relations dirigeants-joueurs entretenues de longues dates.
 
La Moselle confirme face au Luxembourg
Le Comité de Moselle de pétanque est en bonne santé. Il l'a prouvé sur les pistes du boulodrome d'Amnéville durant le week-end en accueillant, à l'occasion d'une revanche, une formation de la Fédération luxembourgeoise.
Ainsi. vingt-deux doublettes luxembourgeoises et mosellanes, sous les yeux du champion du monde junior Laurent Remiatte, se sont mesurées lors de cette confrontation, toute amicale.
Une joute qui n'aura fait qu'améliorer les excellentes relations entre les deux comités... et une confirmation des doublettes déjà vainqueur à Belvaux.
 
Les résultats : I .-Steinkamp - Oeistrecher ( Moselle) ; 2. L. Remiatte - Schwarz (Moselle); 3. Ricci - Schmidt (Moselle); 4. Mestler - Cos (Moselle): 5. Vallese - Mme Bronzetti (Luxembourg); 6. Conter - Hoffmann (Luxembourg), 7. Mme Kuntz - Schumacher (Moselle): 8. Richter - Vicente (Moselle).
 

1989 ag du comite de Moselle uckange

 La pétanque en Moselle : plus de 6.000 licenciés pour 67 clubs.
 Le centre socioculturel d'Uckange a prêté son cadre à l'assemblée générale des clubs de pétanque.
Pour la première fois en vingt-trois années d'existence, l'assemblée générale départementale des clubs de pétanque s'est déroulée au centre
socioculturel d'Uckange, répondant ainsi à l'invitation du club local.
 Quelque 220 personnes représentant 67 clubs du bassin houiller, du secteur fer et de la région messine ont répondu à l'invitation lancée par le comité
de Moselle, sous la direction de son président, M. Jean- Marie Gaunard.
 Ce dernier a souligné que le département comptait 6.280 licenciés parmi lesquels 1.181 juniors, cadets et minimes, et que la pétanque était en
pleine expansion.  Frentzel, conseiller général et maire d'Uckange, et M. Bernasconi, président de l'Office municipal des sports ont apporté 
leur concours à cette réunion de travail.  Un repas a été pris en commun à midi au CES Jean-Moulin, gracieusement mis à disposition par
M. Cordary, principal. Après un après-midi studieux tous les participants ont levé leur verre à la santé de la pétanque, évidemment.
 Au cours de cette manifestation des Uckangeois ont été à l'honneur. Ont reçu un diplôme d'honneur :
Mme Campagna et MM. Fiorucci, Grob et Cisternino, ainsi que le diplôme d'honneur et la médaille de bronze de la FFPJP à M. Benacquista.
 
 

1988 la bonne table

1988 reunion d'arbitres