1.Etymologie

Le mot escrime  vient du verbe skirmjan, qui signifie protéger en scandinave.

2.L'escrime dans l'Antiquité

Le temple de Madinet-Habu, près de Louxor, en Egypte, comporte des gravures en relief représentant des escrimeurs au combat remontant à environ 1190 avant JC.

A l'origine, l'hoplomachie, ancêtre de l'escrime, est l'art de combattre avec une arme lourde. Les organisateurs des premiers Jeux Olympiques inclurent cette discipline dans leur programme. Dès le 5e siècle av. J.-C., l'escrime fut très prisée par les Grecs. Les frères Euthydème et Dyonosore comptent parmi les maîtres d'armes les plus appréciés de l'époque. Plus tard, les maîtres d'armes furent payés par les gymnases. Des concours furent organisés.

3.L'escrime au Moyen Age

La Chevalerie, constituée pour endiguer la violence guerrière, vit le jour vers l'an 1000. Durant leur enfance, les futurs chevaliers apprenaient à monter à cheval, à chasser et à manier les armes. Après avoir été frappé symboliquement avec le plat de l'épée, le chevalier partait à l'aventure. Il exerçait son art dans la guerre, dans les combats singuliers, qui opposaient deux adversaires armés, dans les tournois et dans le duel judiciaire, qui devait résoudre par les armes une affaire que la justice ne pouvait trancher.

4.L'escrime pendant la Renaissance

La Renaissance est l'âge d'or du duel. L'invention de l'imprimerie permet la publication de nombreux traités d'escrime. Des écoles renommées furent fondées en Italie.

Au 16 e siècle, la rapière, née en Espagne, remplace l'épée à deux mains. Cette nouvelle arme de duel, longue et fine, est idéale pour les coups d'estoc. La force brute cède le pas à la ruse et à l'astuce.

Le 10 juillet 1547, le seigneur de Jarnac, s'estimant offensé par son ami la Châtaigneraie, favori du roi Henri II, le blessa mortellement au cours d'un duel. Le coup qu'il porta au jarret gauche fut nommé coup de Jarnac. Il était tout à fait régulier, mais l'usage lui a donné un autre sens.

5.L'escrime aux 17e et 18e siècles

Le 17 e siècle vit l'arrivée d'une nouvelle arme d'estoc, plus légère et plus courte que la rapière, à lame de section quadrangulaire et se terminant par un bouton: le fleuret. Les maîtres d'armes l'adoptèrent et mirent au point une technique spécifique. On pouvait maintenant faire de l'escrime sans avoir l'intention de se battre. Le jeu consistait à effleurer la poitrine adverse.

La Révolution française de 1789 vit l'abandon du fleuret moucheté au profit du sabre, véritable arme de combat.

 

6.L'escrime au 19e siècle

Sous Napoléon, l'escrime devint un art martial. Dans l'armée, des maîtres d'armes enseignèrent le maniement du fleuret, mais aussi du sabre de cavalerie et de la lance. Quand ils n'étaient pas au combat, les militaires français enseignaient l'escrime à de futurs duellistes dans des salles d'armes spécialement aménagées.

Mademoiselle de Maupin de Théophile Gautier (1835) est le premier roman de cape et d'épée. Il écrivit aussi Le Capitaine Fracasse en 1853. Les Trois Mousquetaires, écrit par Alexandre Dumas, fut publié en 1844,  Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand en 1897.

La compétition sportive fut introduite avec des assauts entre les salles d'escrime. Dès le premiers Jeux Olympiques de l'ère moderne, à Athènes en 1896, l'escrime fut représentée par quatre pays. En 1896, il n'y eut que le fleuret et le sabre. L'épée, arme relativement nouvelle, s'y ajouta en 1900, et le fleuret féminin en 1924.

7.L'escrime de 1900 à nos jours

La tactique des escrimeurs s'est modifiée: il ne s'agit plus de toucher sans être touché, mais de toucher le premier. Les coups étant portés à une vitesse fulgurante, les juges étaient incapables de prendre des décisions équitables. L'épée s'électrifia  en 1936, le fleuret en 1955 et le sabre en ... 1989. L'ancienne piste en liège fut remplacée par une piste métallique. Grâce au contrôle électrique (ces fameuses lampes rouges, vertes et blanches disposées aux deux extrémités de la piste), les spectateurs peuvent mieux suivre les phrases d'armes et vivre les combats. La langue officielle de l'escrime est le français. Après avoir dit: "En garde, Messieurs, êtes-vous prêts?", l'arbitre lance le célèbre "Allez Messieurs".

En 1996, à Atlanta, une discipline supplémentaire s'est ajoutée au programme olympique: l'épée féminine individuelle et par équipes.

 

 

 

 

 


ce site a été créé sur www.quomodo.com