Les Lectures de Mathis
La course de traîneaux
 

 
Il fait froid,
 

 
en ce jour de janvier 1910.
 

La glace a figé le port de Havre-Aubert
 

 
et les bateaux sont immobiles.
 

 
Ils dorment, le ventre sur les cailloux de la grève.
 

 
Et pourtant, ce jour-là,
 

 
malgré le vent glacé et la neige,
 

 
tous les habitants de l’île sont dehors.
 

 
Car ce n’est pas un jour comme les autres :
 

 
ce jour-là a lieu la grande course de traîneaux à chiens!
 

 
D’ailleurs,
 

 
voilà justement les concurrents qui approchent de la ligne d’arrivée.
 

 

Augustin Bourque a le visage enfoui sous son capuchon,
 

 

il étire le cou pour voir les premiers arrivants :
 

 

— Tonnerre! C’est Tonnerre!
 

 

hurle-t-il en reconnaissant le chien qui tire le premier traîneau.