Les origines du terme "pied-noir"


Plusieurs hypothèses existent quant à la genèse de cette expression qui serait apparue, ou se serait développée, vers 1955, selon Paul Robert (lui-même pied-noir et auteur du fameux dictionnaire qui porte son nom)
 

1) la plus connue sans doute : les soldats français qui débarquèrent en Algérie en 1830 portaient des brodequins noirs et avaient par conséquent les "pieds" noirs cependant que les "indigènes" étaient le plus souvent pieds-nus ou chaussés de babouches de différentes couleurs

 

2) puis, un peu plus tard, les premiers colons français travaillant dans la boue des marécages de la Mitidja en ressortaient les pieds "noirs" de boue

3) les mêmes colons qui plantèrent de la vigne et en foulaient le raisin de leurs pieds nus ressortaient des fouloirs les pieds "noirs" du jus de raisin

3) les mêmes colons qui plantèrent de la vigne et en foulaient le raisin de leurs pieds nus ressortaient des fouloirs les pieds "noirs" du jus de raisin

 

ces 3 explications trouveraient leur origine dans une expression indigène : or, il semblerait que le terme "pied-noir" n'existe pas dans la tradition orale des "indigènes" ; de plus, il n'aurait pas dans ce cas de connotation péjorative ; enfin, il serait apparu bien avant 1955

 

4) Une explication donnée par M. Jean BAYOL qui la tiendrait lui-même d’un vieux musulman algérien : dans la langue arabe les termes de « Pied-Noir » et d’ « Homme noir » ont presque la même prononciation Erdjel akhal et Redjel akhal et en écriture ils ne se différencient que par une légère accentuation, d’où une confusion probable. Les Arabes auraient été frappés par la façon de s’habiller toujours en noir des Européens … De là serait venue l’appellation d’hommes noirs pour les désigner. Puis … les couleurs s’éclaircirent et les Arabes adoptèrent le costume européen : le terme ne fut plus employé. Il aurait été ressuscité par les rebelles durant la guerre pour désigner l’ennemi, le Français en général et non seulement celui d’Algérie …  

 

Sympathique mais les dessins d’époque nous montrent des « colons » habillés de toutes les couleurs et souvent de teintes claires, cependant que les Touaregs dont les « indigènes ne pouvaient ignorer l’existence sont vêtus de bleu foncé (teint à l’indigo qui déteint sur leur peau d’où leur surnom d’ »hommes bleus ») ou de noir ; de plus cette confusion entre les deux termes paraît pour le moins bizarre ; enfin si le terme « ressuscité » désignait le Français en général et non seulement celui d’Algérie, pourquoi des métropolitains, et surtout des militaires, ne l’ont-ils pas rapporté ?

 

5) les chauffeurs et soutiers de bateaux à vapeur qui amenaient militaires et colons en Algérie étaient appelés "pieds-noirs" (de charbon) et considérés comme indésirables sur les ponts des navires (qu'ils auraient souillés de leurs pieds) : cette explication qui assimile les pieds-noirs à des exclus est très plausible ; de plus, la vapeur fut le mode de propulsion essentiel de la période 1870-1950 et ce terme a pu quitter le domaine maritime pour le domaine « civil » à la fin de cette période, dans les années 50

 

6) le 8 novembre 1942, les troupes américaines débarquées en Algérie lors de l'opération Torch auraient assimilé les Français d'Algérie aux indiens Black Feet (Pieds Noirs) dont le nombre diminuait en Amérique : cette explication paraît peu vraisemblable car les Black Feet sont une tribu du grand nord des Etats-Unis et même du Canada qui n'était pas forcément connue de tous les GI ; d'autre part le nombre des Français d'Algérie en 1942 n'allait pas encore en diminuant

 

Mais peut-être certains de ces Indiens Black Feet ont-ils participé à ce débarquement en 1942 et pourraient nous en dire plus ? sauf qu'ils ont aujourd'hui près de 90 ans …

 

7) une autre hypothèse fait naître l e terme "pieds noirs" à Boufarik le 11 Novembre 1942 :

ce jour là aux cérémonies de l'armistice de la première guerre mondiale, assistait, en présence du maire de Boufarik et d'autres notables de la plaine de la Mitidja, le général CLARCK, commandant la 8ème Division Blindée Américaine débarquée sur les plages du Maroc le 8 novembre 1942. Après cette prise d'armes, le général CLARCK a pu visiter le travail qu'avaient effectué les Français sur cette terre, la transformation d'un marécage en terrains fertiles, les vignobles de réputation mondiale, les orangeraies, etc. … Devant ces réalisations le Général aurait prononcé trois mots : YOU ARE PIONEERS (vous êtes des Pionniers) ; les Français d’Algérie répétant le mot « Pionner » avec leur accent particulier auraient prononcé « Pied-Noir » …

 

8) pour d'autres, l'origine du mot se trouverait à Casablanca, en 1952 : une bande de jeunes Européens du quartier du Ma'arif, amateurs de cinéma américain et animateurs de manifestations contre le nationaliste marocain, s'était baptisée «pieds- noirs» en référence la tribu indienne. Diffusé dans la presse locale puis métropolitaine, l'expression aurait franchi la frontière algéro-marocaine pour désigner, dès 1955-1956, les Français d'Algérie.

Ma première réaction, moi qui aime les films, et particulièrement les westerns fut : les westerns des années 50 mentionnent de nombreuses tribus indiennes (les Apaches dans « le massacre de Fort Apache » en 1948, dans « la flèche brisée » en 1950 et dans « Bronco Apache » en 1954, des Cheyennes ou des Sioux dans « la porte du diable » en 1950, des Comanches … ) mais les Pieds-Noirs ?

Et bien « Au-delà du Missouri » en 1951 (sorti en salles en France le 14 août 1953) et le plus connu « la captive aux yeux clairs » en 1952 (sorti en salles en France lui aussi en 1953) mettent en scène … des Pieds-Noirs ! (Dans « Horizons lointains » en 1955 la belle Sacajawa est emmenée par … des Pieds-Noirs !)

Et c’est le 16 août 1953 que des m anifestations anti-françaises, réprimées dans le sang, ont lieu à Marrakech, Fès, Casablanca, Rabat, Salé, Meknès et Oujda.

De nombreux Européens pressentent l’issue inéluctable (l ’indépendance du Maroc en avril 1956) et quittent le pays. Les jeunes qui restent auraient donc bien pu se comparer aux Indiens du film vu la veille …

Reste à trouver les archives des journaux de l’époque qui mentionneraient ce terme …

 

9) Cette expression a peut-être une "histoire" proche de celle du mot "apache" qui désignait dans les années 20 et 30 un voyou, un malfaiteur ... lesquels apaches utilisaient des ruses de ... Sioux !

 

10) Autre explication, plutôt fantaisiste : l'expression viendrait de la déformation de «peignoir» dont beaucoup de femmes étaient vêtues le matin en hiver.

11) Une moisissure, le champignon «pied noir», joue un rôle dans la fonte de semis.  On observe, au collet et à la base des tiges des plantules malades, des plages nécrotiques, parfois ponctuées de noir (pycnides) qui évoluent vers une nécrose et une pourriture brune chez les plantes adultes.  (peu probable)

 

12) Les « Pieds-Noirs » de J.H. Fabre, le célèbre entomologiste, sont de petits passereaux migrateurs chasseurs d'insectes. Il nous les montre « qui poursuivent leur descente vers le Sud, pour se rendre aux pays sans hiver où l’insecte ne manque jamais : l’Espagne et l’Italie méridionale, les îles de la Méditerranée, l’Afrique (du Nord). Cette version n‘a rien de péjoratif.

 

13) autre explication animale, le "Putois à pieds-noirs" (Mustela nigripes) également appelé "Furet à pieds noirs", carnivore principalement nocturne d’Amérique du Nord, i l s'est éteint en tant qu'espèce sauvage au Canada en 1937, et a été classé espèce en danger aux États-Unis en 1967.

 

Si vous connaissez d'autres versions, n'hésitez pas à nous en faire part ...

ce site a été créé sur www.quomodo.com